Rentrée universitaire. 1. L’état d’urgence nuit-il à nos campus ?

Premier épisode d’une série en trois volets.

Des mesures de sécurité en état d’urgence

Nous discutions, hier, avec un collègue (étranger) qui râlait contre les nouvelles mesures de sécurité appliquées par l’établissement où nous enseignons : badges d’accès obligatoires, fouille des sacs, et bientôt, portiques de sécurité.

Comme j’enseigne en établissement confessionnel, je ne peux m’empêcher de voir un lien entre une partie (une partie seulement) de ces mesures et l’assassinat du prêtre Jacques Hamel à Saint-Étienne-du-Rouvray cet été1.

Pour commencer à répondre à mon collègue, je lui ai dressé mon bilan personnel de ces différentes mesures, qui tient en trois points :

  1. Il y a quelques années, j’ai résidé à l’étranger, en Grande-Bretagne ; du coup, j’ai passé pas mal de temps dans les aéroports, qui sont des cibles privilégiées du terrorisme depuis de nombreuses années.

    Je me souviens d’un « examen aléatoire » des chaussures à Heathrow où tous les passagers sans exception étaient requis de se présenter en chaussettes. Pourquoi, dans ce cas, parler de contrôle « aléatoire » ?

    Et je me souviens aussi de ces contrôles renforcés au Terminal 5 du même aéroport, où le contrôle allait jusqu’à inclure un swipe peu précautionneux des claviers d’ordinateur pour y détecter des traces d’explosifs.

    Je pense que ces contrôles ont toujours l’air un peu absurdes quand on n’en a pas l’habitude, cette sensation étant renforcée par les tentatives souvent maladroites de justification qui les accompagnent.

  2. Depuis plusieurs années, je vis entre plusieurs villes, ce qui fait que je connais très bien l’univers des gares TGV françaises (univers fascinant au demeurant, mais c’est une autre histoire).

    On croise, dans les gares françaises mais aussi étrangères, plus de militaires et de fusils-mitrailleurs que si l’on déambule ailleurs. En conséquence, j’ai l’impression d’avoir vu beaucoup plus de FAMAS que beaucoup d’autres résidents français.

    J’en tire une seule observation : on s’y fait. Peut-être est-ce terrible, mais l’habituation est indéniable, et riche d’enseignements sur la vie dans les régimes autoritaires où la police et/ou l’armée sont omniprésentes2.

    Je rajoute que je n’ai jamais vu un seul militaire faire usage de son arme, ou même de la violence, devant moi—de toute ma vie. Il en va différemment de la police, que j’ai déjà vue « à l’oeuvre » en France. Les sentiments de confiance et d’inquiétude qui vont avec s’en trouvent nécessairement affectés.

  3. Je vais rajouter, pour terminer, mon expérience d’enseignant dans un établissement qui pratique très souvent, et ce depuis plusieurs années, les contrôles de sécurité, généralement lors de la venue de personnalités politiques, mais depuis l’état d’urgence, de manière continue.

    Dans cet établissement comme dans celui où j’enseigne de manière permanente, il a fallu s’habituer à systématiquement montrer patte blanche—et là aussi, on s’y fait, d’autant que l’on avait déjà pris l’habitude de le faire ponctuellement. L’effet d’habituation est crucial.

    Et ma propre expérience de la sécurité à l’entrée dans certains établissements est, en réalité, beaucoup moins aiguë que celle de certains de mes amis qui travaillent dans des établissements médicaux, par exemple. Toute une frange de la population connaît les contrôles et les portiques de sécurité depuis longtemps—sans même parler de ce que l’on trouve à l’étranger, par exemple dans certains établissements scolaires des États-Unis.

Pour les différentes raisons évoquées ci-dessus, mon sentiment est que les mesures de contrôle imposées aujourd’hui dans le cadre de l’état d’urgence (et avant ça, dans le contexte de la lutte contre le terrorisme) nous paraîtront toujours un peu absurdes—mais que nous allons nous y faire.

Cette prédiction a un côté très inquiétant : ces mesures sont, en réalité, partiellement absurdes, mais nous allons nous résigner à leur absurdité partielle.

Pourquoi partiellement absurdes ? Parce que le contrôle systématique des sacs est un jeu de détection frustrant qui n’éliminera jamais totalement la possibilité de faux négatifs. Parce que certains accès sont très surveillés alors que d’autres ne le sont pas du tout.

Parce que regrouper les visiteurs de la Cité des Sciences et de l’Industrie à l’entrée sous la forme d’une foule compacte, bordée d’un côté par une grande esplanade vide et de l’autre par deux vigiles aussi lymphatiques que non armés, est nécessairement absurde, voire contre-productif.

… Mais nous allons nous y faire, et nous avons une bonne dizaine d’années de cette atmosphère devant nous.

La question me semble être : lorsqu’un endroit protégé par ces différentes mesures sera attaqué (ce qui, à moyen terme, est inévitable) et qu’il y a aura des victimes, penserons-nous que « tout a été fait » pour éviter le drame ? Quelle attitude aurons-nous lorsqu’il faudra désigner les responsables : dédouanerons-nous les « protecteurs » du lieu ?

Tout, dans la littérature scientifique, semble indiquer que nos biais de jugement nous placent dans une situation piégée : non seulement notre réaction aux mesures de sécurité actuelles est biaisée de manière négative, mais rien ne laisse penser que ces mesures nous protègent des réactions scandalisées qui s’exprimeront dans le cas de leur mise en échec.

Des conséquences de ces mesures sur l’enseignement

La longue digression ci-dessus doit à présent céder la place à l’observation que j’ai trouvé la plus intéressante dans les remarques de mon collègue : que font les mesures de sécurité de l’état d’urgence à l’enseignement que nous délivrons ?

Car nos campus ne sont-ils pas censés, jusque dans leur architecture, être des symboles de l’ouverture au monde et aux autres, et de la liberté en général ?

Je ne peux m’empêcher de penser, ici, au campus historique de Paris 8, celui de l’Université de Vincennes, qui jusque dans son éloignement spatial, représentait cette liberté d’aller penser et débattre dans un lieu quelque peu retiré de la camisole sociale et urbaine, mais la même idée se retrouve dans les campus anglo-américains.

Poussons le raisonnement à l’extrême : nos campus, et nos cours, étaient déjà fermés (interdits d’accès, aussi bien matériellement que symboliquement) à de larges pans de la société ; par ces nouvelles mesures de filtrage et de contrôle, l’état d’urgence ne renforce-t-il pas, ou a minima ne rend-il pas encore plus saillant, ce sentiment diffus de travailler dans une communauté fermée ?

Je n’ai aucune réponse définitive à apporter à ces questions, mais il y a quelque chose de fondamentalement juste dans cette vision des choses. Et je suis aussi d’accord avec mon collègue pour dire qu’il y a quelque chose de tout aussi fondamentalement dérangeant dans la docilité et le suivisme qui s’expriment lorsqu’il faut signaler, par une mesure supplémentaire quelconque, que cet état des choses nous convient finalement très bien.

Peut-être est-ce par ce surcroît d’atomisation et d’enfermement que le climat sécuritaire actuel laissera ses traces les plus profondes.

  1. L’assassinat de personnel religieux n’est pas exclusif au terrorisme islamique, loin de là. Il y a de nombreux cas d’assassinats de prêtres ou de pasteurs en Irlande, dont certains sont directement liés à la Guerre d’Indépendance du début du 20e siècle ou aux « Années Troubles » de la fin du même siècle. Je me souviens aussi de l’assassinat de Frère Roger, le fondateur du mouvement oecuménique de la Communauté de Taizé, par une déséquilibrée mentale. J’en profite pour rappeler que les meurtres perpétrés par des malades mentaux sont rarissimes, bien que très médiatisés, comme le rappelle Luc Mallet dans un entretien récent ; la situation inverse est, hélas, infiniment plus fréquente. []
  2. Notons toutefois qu’en situation autoritaire, la vraie différence ne réside pas seulement dans la quantité d’hommes armés visibles, mais aussi, et peut-être surtout, dans la quantité d’indicateurs et d’informateurs présents de manière invisible dans la population civile. Le Maroc, par exemple, est incomparable à la France sur ce point : certains endroits des grandes villes sont constamment sous surveillance, de manière beaucoup plus étroite que les quartiers français les plus surveillés. []

Le bordel des disciplines : un exemple de topologie de l’interdisciplinarité

Je ne m’étais encore jamais penché sur le portail des thèses soutenues en France, Thèses.fr, qui est géré par l’Agence Bibliographique de l’Enseignement Supérieur (ABES). Ce portail présente l’avantage de disposer d’une API XML documentée au chapitre 3 de son manuel, et qui permet d’extraire quelques informations intéressantes du portail.

Un échantillon-test

Histoire de tester l’API, je lui ai demandé la liste des directeurs et directrices de thèses dans les disciplines « Sciences sociales, sociologie, anthropologie » et « Science politique ». L’échantillon d’environ 8 000 personnes renvoyé par le portail est naturellement biaisé, puisqu’il est centré sur ces deux catégories disciplinaires et exclut donc une immense partie des personnes catégorisées comme appartenant à d’autres domaines, telles que la psychologie ou l’histoire.

À partir de ces 8 000 noms, j’ai ensuite demandé au portail de me fournir la liste de toutes les thèses qu’ils avaient dirigées, co-dirigées ou examinées en tant que membres du jury. Ce nouvel échantillon de 51 000 thèses est, lui aussi, biaisé : d’une part, le catalogue n’est pas exhaustif, le portail ne disposant que des données que les universités veuillent bien lui transmettre, et d’autre part, l’échantillon des thèses est intrinsèquement lié au choix des directeurs et directrices de thèse mentionné plus haut.

Sur la base de cet échantillon de thèses, j’ai réussi à récupérer presque 41 000 notices bibliographiques, incluant le domaine disciplinaire de la thèse sous la forme d’un ou plusieurs codes de la classification décimale Dewey. Un peu plus de 5 000 thèses de cet échantillon contiennent plus d’un code de classification, ce qui permet de se pencher sur la topologie de l’interdisciplinarité dans cet échantillon.

Voici à quoi ressemble le “bordel des disciplines” dans cet échantillon (cliquer sur le graphique pour la version agrandie) :

network_of_disciplines

Principes de construction

Dans ce réseau, chaque noeud est un code Dewey présent dans l’échantillon. Les codes sont connectés par un lien lorsqu’ils apparaissent plus de 8 fois ensemble parmi les 5 000 thèses “interdisciplinaires” de l’échantillon, 8 étant la fréquence moyenne d’association entre deux classes dans cet échantillon. La position des noeuds est déterminée par un algorithme de Fruchterman-Reingold, un choix classique dans les algorithmes à force dirigée.

Les couleurs des noeuds correspondent à l’un des dix grandes classes Dewey qui apparaissent en abrégé sur la droite du graphique. Les liens entre deux noeuds appartenant à une même grande classe sont représentés dans la couleur de cette grande classe, ce qui permet de repérer les quelques « homophilies » disciplinaires du réseau.

L’épaisseur des liens, enfin, renvoie à la fréquence d’association entre les noeuds, prise sur une échelle logarithmique de base 10. Vu la manière dont l’échantillon a été construit, ce sont évidemment les liens de la classe 300 (« sciences sociales ») avec quelques-unes de ses sous-classes qui sont les plus forts dans le réseau observé. On pourrait inventer une pondération plus complexe des liens représentés, mais la nature très exploratoire de ce billet ne le justifie pas.

Quelques observations rapides

On peut commencer par observer que le réseau des associations disciplinaires ainsi obtenu est composé d’une très large composant principal composante connexe et de quelques associations isolées, en bas et à gauche, qui correspondent à des associations entre la classe 400 (« Langues ») et la classe 600 (« Littérature »). L’association disciplinaire « Langues et Littérature » apparaît aussi en plusieurs points du composant principal, en haut et à droite.

Il faut ensuite dire un mot des noeuds du réseau, qui sont au nombre de 65. Parmi eux, les 4 classes Dewey les mieux représentées, avec 9 ou 10 noeuds chacune, sont les classes 300 (« Sciences sociales »), 400 (« Langues »), 800 (« Littérature ») et 900 (« Histoire-géographie »), qui totalisent deux tiers des classes représentées. On retrouve ici l’association disciplinaire « LSHS » fréquente entre lettres, humanités et sciences sociales.

Les classes les moins représentées dans le réseau sont les classes 200 (« Religion », 2 occurrences), 000 (classe résiduelle) et 100 (« Philosophie-Pyschologie »). On voit bien ici comment la construction de l’échantillon a déformé sa représentation des disciplines universitaires en France, en marginalisant des disciplines – la philosophie et la psychologie – qui pèsent pourtant très lourd dans la cartographie doctorale, le portail Thèses.fr recensant plus de 40 000 directeurs ou directrices de thèse dans ces disciplines.

Du strict point de vue de la topologie du réseau, on peut enfin remarquer, en haut à gauche de sa représentation graphique, un petit amas de classes 700 (« Arts ») et 900 (« Histoire-géographie »), dont on suppose qu’il est le résultat de l’association entre art et histoire de l’art dans la cartographie universitaire. Ce n’est qu’une intuition, mais elle est robuste à l’observation : cette petite communauté persiste à plusieurs relances de l’algorithme de placement.

Pour aller plus loin

J’ai produit le petit test ci-dessous pour commencer à explorer l’API de Thèses.fr, et plus généralement les APIs de l’ABES, qui développe aussi le référentiel IdRef, par exemple. À l’aide de ce référentiel, et en bidouillant un peu, il doit être possible, par exemple, de connecter les données de Thèses.fr et celles du catalogue SUDOC.

Pour celles et ceux qui souhaitent utiliser le code R ayant servi à collecter les données et dessiner le réseau décrit dans ce billet, tout est en ligne.

Pour celles et ceux qui aiment les réseaux et les thèses, tournez-vous vers le blog de Baptiste Coulmont, qui avait déjà « défriché le terrain », notamment dans ses billets « Réseaux de sociologues : l’état actuel de la sociologie française » en 2012 et « Les amis de mes amis sont directeurs de thèse » en 2013.

Enfin, pour celles et ceux qui se demandent l’importance que peuvent revêtir les réseaux créés par les jurys de thèses, je renvoie à l’article classique d’Olivier Godechot et Nicolas Mariot, « Les deux formes du capital social. Structure relationnelle des jurys de thèses et recrutement en science politique« , dont Baptiste avait également parlé à sa sortie.

Un bref aperçu filigrané des propositions du rapport Hautcoeur

Le rapport Hautcoeur sur l’enseignement des sciences économiques dans le supérieur a l’air intéressant, surtout si l’on s’amuse à lire le filigrane des recommandations. En partant du principe qu’on ne recommande que ce qui n’existe pas encore de manière univoque et généralisée, voici par exemple la recommandation #2, qui suit l’obligatoire recommandation #1 sur la pluridisciplinarité et la spécialisation progressive :

2. Favoriser la construction et la critique des données et des faits stylisés par les étudiants dès le premier cycle, au sein des cours d’une part, et en les associant, en tant qu’assistants, à des projets de recherche d’autre part.

L’auteur du rapport a le mérite de tenter un exercice périlleux : émettre des recommandations à destination des étudiants, sans trop directement émettre de critiques à destination… des enseignants. Mais concrètement, lorsqu’il écrit dans son résumé que “[l]es étudiants doivent apprendre à maîtriser la construction et l’analyse critique des bases de données et indicateurs statistiques”, il s’adresse aussi aux chercheurs qui font l’économie (hum) de cette critique dans leurs propres travaux—les économistes n’étant bien sûr pas les seuls concernés, seulement les plus exposés.

Il me semble en effet difficile de ne pas faire de lien entre cette recommandation et les récentes “controverses” autour des données de Reinhart et Rogoff ou, plus récemment, de Piketty ; je place “controverse” entre guillemets car, dans le premier cas, les erreurs sont grossières et avérées, alors que dans le second, la charge de l’accusation est au mieux, mince, au pire, pas complètement honnête.

On trouve aussi, dans le rapport, une proposition portée de longue date par la CJC sur l’intégration des docteurs dans la haute fonction publique, ainsi qu’une demande de contournement de l’agrégation comme instrument principal de promotion intra-disciplinaire. Dans le texte :

supprimer l’agrégation du supérieur comme mode prioritaire de recrutement

Les termes “suppression” et “agrégation” reviennent de plus en souvent côte-à-côte. L’enjeu est légèrement différent en science politique, mais la position de l’ANCMSP, votée dès 2007, mérite d’être mentionnée ici. Ayant longtemps milité dans les deux associations, je m’en tiendrai à ces simples mentions, tout en remarquant que d’autres éléments centraux du système d’enseignement et de recherche français ont survécu à des tentatives de suppression dans la période récente.

Toujours dans les recommandations, et toujours en lecture filigrane :

7. Imposer aux organisations publiques de publier les évaluations des politiques publiques effectuées sur appel d’offre et de favoriser la réplication de ces évaluations.

On aura donc lu : à l’heure actuelle, les organisations publiques ne sont pas tenues de publier les évaluations des politiques publiques effectuées sur appel d’offre (et financées par la collectivité)1. Je ne sais pas si c’est vrai, ni si ça se fait de poser une QPC sur un article (le quinzième) de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen2.

La recommandation suivante se passe de commentaire :

8. Préciser les potentiels conflits d’intérêt des enseignants-chercheurs dans les publications, enseignements et rapports d’évaluation.

“Préciser” doit être l’antonyme d’“occulter” : filigrane, toujours.

Suivent, un peu plus loin, deux recommandations bizarroïdes : celle qui demande au CNRS de recréer les contrats post-doctoraux qu’il a supprimés par centaines quand ses crédits sont partis à l’ANR (recommandation #16), et celle qui demande à ce que cette même ANR se coordonne avec la Commission européenne pour financer des CDI (recommandation #17), ce qui semble complètement contre-nature : aucune de ces institutions ne me semble vouloir s’engager dans cette voie.

La ministre/secrétaire d’État trouvera tout cela certainement très intéressant, et y trouvera même certainement des ressemblances avec les discussions sur ces mêmes points lors des Assises qu’elle avait elle-même organisé. Idem pour une bonne partie des annexes reprenant les enquêtes CEREQ, que l’on retrouve dans un rapport sur deux.

Pour terminer, big up à Baptiste Coulmont, grâce à qui on trouve désormais des graphiques réalisés avec R dans un rapport public ! Voir page 123, reproduite ci-dessous. En revanche, les “nuages de mots” des autres pages ne me semblent pas servir à grand chose, même si c’est joli.

Screen Shot 2014-06-09 at 1.32.13 PM

Voilà pour l’aperçu des premières pages — sachant que la lecture des premières pages est exactement ce qu’il restera, à terme, du rapport. Allez jeter un coup d’oeil par vous-même, et dîtes-moi si vous y avez lu autre chose : pour ma part, j’y ai trouvé d’excellentes propositions, en lien avec d’autres propositions actuelles, et sans révolution copernicienne du statu quo : un rapport public comme on les connaît dans le secteur.

  1. L’État n’ayant pas besoin de passer des marchés publics avec ses propres corps d’inspection, peut-être est-il moins concerné que les collectivités locales, qui dépensent des sommes parfois faramineuses en rapports d’audit. []
  2. En revanche, pour avoir déjà consulté des rapports rendus par des micro-entreprises de consultants jugés scientifiques grâce à des diplômes gracieusement obtenus dans les années soixante (de l’aveu même de leurs détenteurs), je pense qu’il y aurait de quoi s’amuser un peu si les logiques de l’open access et de la réplication venaient à s’y appliquer. []

Enseigner en français / Résister à la colonisation

Parmi les nombreuses réactions que l’actuel projet de loi sur la réforme de l’Université suscite, et sans avoir le temps de commenter plus avant, une brève émission radio m’a laissé sans voix.

Au micro de France Info, Michel Serres analyse en toute sagesse l’introduction de la langue anglaise dans l’enseignement universitaire français. Ce faisant, il mobilise les plus forts symboles que l’on puisse imaginer quand on est né en France dans la seconde moitié du vingtième siècle : la Résistance avec un grand « R », et la lutte contre l’impérialisme colonisateur.

À écouter, car l’argument va certainement se retrouver rapidement un peu partout dans la communautés des intérêts universitaires, dans des versions plus ou moins bien étayées, mais certainement tout autant chargées symboliquement.

(Disclosure of interest : j’enseigne en français et en anglais, et ma propre position sur le sujet tient en deux mots qui forment un nom et résument une manière de voir les choses en matière linguistique : George Steiner.)

Richard Descoings

Une triste nouvelle comme on en reçoit de temps à autre dans nos boîtes email universitaires :

A la communauté enseignante et étudiante de Sciences Po :

J’ai la profonde tristesse de vous annoncer que Richard DESCOINGS est mort hier, mardi 3 avril 2012, à New York.

Richard Descoings avait confié au magazine Rue Saint-Guillaume son étonnement suite à son “opération lycées” qui avait fait voler en éclats le bouclier symbolique du concours de grande école. L’histoire de l’enseignement supérieur en France se souviendra certainement de lui au moins pour cette excellente stratégie qui lui a valu plusieurs rétributions par la suite.

Je n’ai aucune envie de jouer la rubrique nécrologique1, mais je veux bien l’opinion des lecteurs sur cette initiative, qui est restée de taille très modeste mais qui a apparemment fait des émules (je note par exemple qu’un candidat à l’élection présidentielle prévoit l’ouverture obligatoire des classes préparatoires aux lycées qui n’y envoient presque personne en temps normal).

Disclaimer : je donne des cours à Sciences Po.

  1. … et je serai intraitable avec les commentaires morbides ou juste inutilement méchants. []

Dernière séance

Aujourd’hui, dernier trajet LilleCambrai du lundi. J’ai découvert les amphis de la fac française en donnant un cours d’introduction à la science politique sur cette antenne universitaire.

Gare Lille Flandres

Merci à Evelyne et Stéphane pour l’encadrement administratif, et à tous les étudiants qui ont également fait le déplacement pour être présents le lundi de 10h15 à 13h15 !

Vulgarisation informatique

L’email suivant a été envoyé à tout le personnel de mon université il y a environ trois mois. Verbatim :

Bonjour,
tout d’abord désolé pour les perturbations involontaires survenues au
campus [xxx].

en effet le SCD doit passer tout son parc informatique en adresses privées
172.27. comme le reste des composantes

pour préparer le terrain j’ai installé un petit serveur DHCP de test bien
configuré pour délivrer une seule adresse ip static pour un pc dont j’ai
bien mentionné la mac-adresse et refusant l’accès à toute autre demande.

Le fichier log mentionne bien le refus des demandes faites à mon serveur.

Si le vrai serveur DHCP faisait bien son rôle avec une bonne configuration
il n’aurait pas laissé mon serveur recevoir les demandes d’accès à sa
place ou même s’il l’aurait laissé comme les demandes sont rejetées de mon
serveur il aurait pris le relais pour leurs donner l’accès.

QUESTION : n’a plus le droit pour faire des tests?

J’avais initialement posté ce billet par erreur le 7 février, et un jour après, Baptiste Coulmont a publié un billet qui traite du même sujet.

Portofolios académiques

J’ai déouvert, il y a quelques mois, que Dan Sperber avait mis en ligne toute sa production de recherche. Pourquoi la pratique de mettre en ligne ses publications, et autres documents connexes, n’est-elle pas plus répandue en France ?

  • Parce qu’il n’existe pas de demande correspondant à cette offre ? (peut-être)
  • Parce que la propriété intellectuelle l’interdit ? (peut-être, même si c’est faux)
  • Parce que les plagiats se multiplieraient ? (peut-être, même si c’est également faux : la numérisation augmente les opportunités mais diminue les plagiats non détectés)
  • Parce que cela serait conçu comme une démarche mégalomane ? (peut-être, mais bof…)
  • Parce que la pratique représente une coût trop élevé ? (peut-être, mais bof aussi…)
  • Parce que les chercheurs ne produisent rien ? (sans commentaire)

Honnêtement, je ne sais pas, mais je remarque un fossé culturel entre les États-Unis et l’Europe, en plus d’un fossé disciplinaire, sur cette pratique “open source” de la publication scientifique. Dans les disciplines où la possibilité de réplication des résultats et l’analyse secondaire des données existantes sont des impératifs quasi-catégoriques, la mise en ligne est très recommandée, et l’absence de mise en ligne presque suspecte.

Jeremy Freese a écrit un texte très élaboré sur le sujet, où il invite la sociologie à rejoindre les autres disciplines déjà converties à l’open-source social science, mais le texte porte sur les données, et la seule objection sérieuse concerne la confidentialité de certaines d’entre elles. Concernant les publications, il n’y a vraiment pas d’objection sérieuse.

Le double argument sur la propriété intellectuelle témoigne d’un manque de connaissance flagrant du droit et de l’économie des biens culturels et scientifiques ; il est apparemment invoqué par certains réfractaires à la plateforme HAL-SHS. L’argument “mégalomane” suppose qu’il n’existe aucune autre forme d’orgueil scientifique, ce qui est plus que vraisemblablement faux.

Il reste le coût de la pratique, calculé en temps passé à effectuer la mise en ligne, mais si d’autres y arrivent, alors même qu’ils doivent être bien occupés par ailleurs, c’est qu’un facteur supplémentaire rentre en ligne de compte. Le coût technique lui-même ne peut pas jouer un rôle majeur, car il est faible. Il n’y a pas non plus de fossé “générationnel”.

Je pense que le premier facteur est celui qui joue le plus : la règle mertonienne concernant la publicité des travaux scientifique n’a jamais pesé très lourd, la demande de réplication est encore plus faible que la demande de consultation, et il n’y a pas, comme dans le monde artistique, un public de consommateurs et de recruteurs plus large que le monde académique lui-même, dont on suppose qu’il a déjà accès aux textes d’une autre manière.

Que ces postulats soient faux, au moins en partie, n’a pas d’importance : s’il fallait établir la liste des raisons pour lesquelles les portofolios académiques n’existent qu’à l’état résiduel dans des disciplines comme la mienne, je produirais la liste ci-dessus. Je suis tenté de rajouter un point sur l’anti-américanisme, l’esprit de paroisse face à l’impérialisme linguistique, mais je n’oserais pas déclencher une nouvelle guerre des Gaules.

Plagiats

Il y a du plagiat partout, et si le plagiat scolaire reste la forme la plus visible de cette pratique, c’est seulement parce qu’on désigne le plagiat industriel, par exemple, avec d’autres termes. L’ubiquité du plagiat se comprend encore mieux lorsque l’on prend conscience que certaines activités culturelles, comme la calligraphie, s’apprennent principalement par réplication. L’imitation s’arrête là où les sociétés décident de reconnaître, avec Hegel et Locke, la présence d’une oeuvre de l’esprit dont l’appropriation stricto sensu constitue une violation de la propriété intellectuelle.

Le plagiat de travaux de recherche combine plusieurs dimensions—c’est un plagiat scientifique, universitaire, voire industriel dans l’acception large du terme. Des plagiats sont régulièrement détectés, mais s’il est commun d’évoquer le plagiat étudiant, le plagiat scientifique souffre apparemment d’une omerta toute résumée dans cette formule que j’ai lue, entendue, condamnée : “on ne dénonce pas un collègue”. Paradoxalement, le milieu universitaire paraît parfois encore plus hostile au whistleblowing que d’autres où celui-ci peut avoir des conséquences beaucoup plus graves ; je pense à l’industrie, ou à l’armée. Il y a certainement un effet de taille du secteur.

J’ai découvert, il y a deux mois, que l’auteur d’un blog sur le plagiat universitaire avait été assigné en justice pour une partie de son travail, pourtant exemplaire, sur ce sujet. En relisant son blog, que j’avais déjà parcouru rapidement, j’ai découvert des plagiats géographiquement très proches des lieux où j’enseigne. Récemment, j’ai aussi entendu parler d’une enseignante parisienne plagiant… les travaux de ses étudiants. L’an dernier, il y a aussi eu un cas à proximité de mes thèmes de recherche aux États-Unis.

Avant de réagir sur l’essentiel (l’auteur est accusé de s’en prendre nominativement à ses pairs, dans sa propre université), j’ai décalé la publication de cette note. J’évite autant que possible de réagir à chaud, dans un effort désespéré de limiter le nombre impressionnant de conneries qu’il m’arrive d’exprimer, d’autant plus facilement lorsqu’il me manque le minimum de recul qui permet généralement de tourner son clavier au moins deux ou trois fois dans sa bouche. Lorsqu’il m’arrive de déroger à ma propre consigne, je commets parfois des erreurs que je regrette amèrement, surtout lorsqu’elles semblent irréparables, même à long terme.

Mais dans le cas présent, il faut, je pense, prendre unilatéralement la défense de l’auteur du blog. Un collègue m’a appris, il y a plusieurs années, qu’il faut savoir choisir ses ennemis, et concrètement, les plagiaires qui accusent Jean-Noël Darde d’être une sorte d’acharné dépourvu de déontologie se rendent coupables, à mon sens, d’une tentative aussi pitoyable qu’impardonnable de renversement du stigmate. J’espère que la justice saura exprimer la sagesse qu’il lui est arrivé de démontrer par le passé dans d’autres circonstances.

Histoire de détendre l’atmosphère, je signale que tous les plagiaires du monde ont au moins un point commun avec l’homme qui restera probablement le crétin le plus puissant du 21e siècle.