Législatives 2024, J-7

Pour une fois, la fameuse phrase « si le premier tour des élections avait lieu dimanche prochain dans votre circonscription… » n’est pas complètement dénuée de sens.

Le sondage de Cluster 17 aurait été à propos pour le billet à J-15, mais je ne l’ai découvert que le lendemain, après être allé jeter un coup d’œil sur ce qu’il reste de Twitter (où il reste des gens qui font le job, par ailleurs ; alors que les blogs…).

La double opération de siphonage « LR 2022 → RN 2024 ← Zemmour 2024 » semble parfaitement amorcée, dans des proportions différentes et difficiles à estimer en ce qui concerne le déplacement de LR/Ciotti vers RN/Le Pen, mais chercher la précision sur ce point serait de toute façon inutile : il y a deux tours, et d’énormes variations par circonscription.

Le sondage donne 28.5% au Nouveau Front Populaire, qui a besoin de faire mieux que l’original.

En 1936, l’augmentation des voix de gauche par rapport à son total de l’élection précédente est en réalité minime : un peu moins de 5.7 millions de voix en 1936, contre un peu plus de 5 millions en 1932, et une différence en % des exprimés presque nulle.

À la présidentielle 2022, le cartel disloqué des gauches fait environ 30% des exprimés au premier tour. Aux législatives de 1997, la gauche plurielle réunissait 43% des exprimés. En 2012, François Hollande, Jean-Luc Mélenchon et Eva Joly font à peu près le même taux à eux trois1.

Il manque plus de dix points de pourcentage des exprimés à la gauche pour gouverner, et j’avoue que je n’ai pas le courage d’émettre des hypothèses très fragiles sur le taux de participation pour calculer le nombre de voix qui manquera à Jean-Luc Mélenchon pour devenir premier ministre. L’écart me paraît tellement important que cela rend, à mes yeux, la question du candidat potentiel de la gauche totalement théorique.

Voilà pour ma prédiction, en quelque sorte.

Aparté personnel

Continuons ce billet, une fois n’est pas coutume, par une remarque sur mon vote individuel, qui se fera par procuration au premier tour, mais pas au second. J’avais un collègue (Simon, si tu me lis) qui demandait à ses étudiants s’ils avaient deviné son bord politique. Je ne l’ai jamais fait, et ne vais pas commencer à le faire ici, mais quand même : quelques indications.

Le vote de gauche serait désormais « immigrationniste », mais dans mon cas personnel, j’avais déjà noté ma tendance, par atavisme professionnel, à l’islamo-gauchisme, et par différents attachements personnels, à l’éco-terrorisme. Et au-delà de ça, mes adhésions associatives m’avaient déjà apparemment détaché de l’État de droit2.

En parallèle, l’accusation d’antisémitisme m’est également parvenue, de même qu’à une immense frange de la population française (dont une bonne partie des juifs français ou résidant en France), depuis plusieurs années et par différents canaux, pas tous gouvernementaux, loin s’en faut. C’est d’ailleurs la seule accusation qui m’ait réellement indigné dans la liste ci-dessus.

En fait, il ne me manque que « néo-fascistoïde » et « crypto-marxiste » pour compléter le bullshit bingo, et puis peut-être « féminazi » ou tout simplement « woke », mais j’ai peut-être raté une déclaration ou deux.

Avouez que tout cela change de « social-traître », quand même.

Avec ces éléments, vous savez désormais pour qui je m’apprête à voter. C’est d’ailleurs tellement évident que je n’ai même pas donné de consigne de vote à mon mandant pour le premier tour.

  1. Je ne sais pas si les générateurs d’image permettent de créer un hybride des trois personnages, mais je ne vous encourage pas à essayer. []
  2. Rassurez-vous, en apparence seulement : cela aurait peut-être fait un peu tache de « ficher S » les 10 000 adhérents de la Ligue des Droits de l’Homme, et surtout, cela aurait fait pas mal d’employeurs à appeler pour les faire virer (un bel exemple de partenariat public/privé), sans parler de l’effort de maquillage que cela aurait requis pour ne pas faire apparaître les néo-virés dans les statistiques du chômage. []

Législatives 2024, J-15

Extrait de la dernière newsletter du Grand Continent, l’un des seuls supports que je lis encore :

Il y a quelques jours, sur un plateau de télévision, Jean-François Copé, ancien ministre et maire de Meaux—mais, surtout, ancien président de l’UMP—était apostrophé par le ministre de la Justice Eric Dupont-Moretti:

La différence entre vous et le Rassemblement national, c’est que vous avez été au pouvoir, eux non. Et de ce fait, ils peuvent bénéficier d’une sorte d’attraction, un peu irrationnelle. Après tout, les gens se disent: essayons-les.

Sa réponse :

Ils étaient au pouvoir il y a quelques décennies, il me semble…

Quand il faut citer Jean-François Copé pour trouver une parole d’homme d’État, l’heure est grave, mais passons.

Prenons une commune française au hasard : Vichy.

Un peu plus de 25 000 habitants, département de l’Allier, région Auvergne-Rhône-Alpes. Tous les maires de Vichy depuis 1945 sont de droite.

Majorité présidentielle, en % des inscrits :

Droite de gouvernement (François Fillon, puis Valérie Pécresse) :

  • PR 2017 : 19.8 (1e position)
  • EUR 2019 : 7.1
  • PR 2022 : 4.9 (5e position, derrière Zemmour)
  • EUR 2024 : 6.2

Extrême-droite (Marine Le Pen) :

  • PR 2017 : 12.4 (3e position)
  • EUR 2019 : 10.1 (2e position)
  • PR 2022 : 13.6 (2e position), 20.6 (même position) avec Éric Zemmour
  • EUR 2024 : 14.1 (1e position), 17.5 avec Éric Zemmour

À Vichy, en 2024, la majorité présidentielle et la droite de gouvernement rassemblent 1 électeur sur 7 ; l’extrême-droite fait au moins aussi bien, voire un peu plus si l’on agrège les listes des deux partis qui sont en train de (re)fusionner.

Vichy est un data point d’un peu plus de 17 000 inscrits ; ce n’est ni l’Allier, ni la France entière. Mais concrètement, c’est sur ce style d’état des forces en présence qu’ont tablé, circonscription par circonscription, Bruno Roger-Petit et le reste de son groupe de travail.

Inutile de dire que je suis plus que circonspect, comme tout le monde, extrême-droite comprise, elle qui doit se souvenir, par exemple, qu’il y a eu 79 triangulaires après la dernière dissolution. Combien en 2024, et avec quels reports au second tour ?

La configuration de 1997 était bien évidemment différente : la gauche y est loin devant la droite parlementaire, que le Front national participe à faire chuter dans les triangulaires du second tour. Rien de cette configuration n’est susceptible de se répéter, sauf peut-être, justement, un taux de ballotage qui sera forcément beaucoup plus important que ce qu’il a été depuis 1997.

À ce stade, ce n’est ni un pari (les cotes ne sont pas connues), ni un prolongement de courbes (les derniers points remontent à trop loin), ni un exercice comptable (les réservoirs de voix et les taux de report sont inconnus) — c’est un jeu de hasard, à peu près aussi prévisible qu’une partie de 421, sauf que l’on n’est pas au bar, et qu’aucun joueur ne paiera de tournée aux autres à la fin.

C’est absurde, tout comme il est absurde que les manifestations du moment soient les seules depuis des années où l’on pouvait s’attendre à ce que le nombre d’éborgnements, d’arrestations arbitraires et autres violences anti-contestataires en manifestation soit faible, pour sauver les apparences.

Le moment où il faudra assumer vient peut-être de se rapprocher de quelques années, mais le discours correspondant est probablement déjà écrit : tout le monde, du premier des post-fascistes au dernier des islamo-gauchistes éco-terroristes antisémites, aura mal voté, voire pas voté du tout.

À ce sujet :

Face à une situation compromettant gravement l’idéal démocratique, social et écologique, la CNCDH appelle solennellement à voter les 30 juin et 7 juillet et à mesurer la gravité exceptionnelle de leur choix au regard du respect des droits fondamentaux.

Il est encore temps pour les procurations.

Quelques slides de plus, pré- et post-pandémie

Mon billet précédent parlait d’un cours récemment mis en ligne ; voici un bref complément, avec des liens vers les plans et slides de cours que j’ai fini par mettre en ligne, au bout de plusieurs années, pour alimenter ma page d’enseignement.

On trouvera toujours un peu réducteur de s’en tenir à des listes de lectures et des « diapos PDF », (que je n’ai connues qu’en Master quand j’étais moi-même étudiant) pour résumer un cours, mais vu que l’étape suivante consisterait à produire des manuels et des séances filmées, façon Richard McElreath, le manque de temps nous ramènera presque toujours à ça.

On commence avec deux cours classiques dans l’intitulé et dans le contenu, Public Policy et Political Sociology, pour lesquels j’ai mis en ligne les plans des travaux dirigés (le cours magistral est assuré par des collègues) et les slides des séances. Les cours sont enseignés en anglais, mais contiennent quelques lectures francophones.

Les deux cours ont traversé la pandémie de Covid-19 comme ils le pouvaient, avec une évolution intéressante dans les modalités d’évaluation du premier, sur la base d’un exposé pré-enregistré (filmé par les étudiants), puis défendu sous la forme d’une mini-soutenance. Du second, je retiens notamment la playlist que je m’étais appliqué à assembler — voir la dernière slide de chaque séance, ou alors ce lien Spotify.

On continue en passant rapidement sur deux séances de cours, « European Union Social Policy » et « Le gouvernement britannique à travers les séries télévisées », dont je mets les slides en ligne parce que j’avais beaucoup aimé donner ces séances, dans des contextes différents (remplacement d’un collègue dans un cas, et cours collectif dans l’autre).

La suite est un cours d’épistémologie et de philosophie des sciences sociales, sur lequel j’ai assuré des travaux dirigés en anglais et en français. Il s’agit très certainement du cours sur lequel nous (l’équipe pédagogique) nous sommes le plus amusés, ce qui doit se voir dans les slides et dans le choix des auteurs couverts, qui varie un peu d’une année à l’autre.

Enfin, on termine avec un cours de Global Health, dont l’ironie est qu’il a été donné pour la première fois au premier semestre 2020, jusqu’à son interruption par la pandémie de Covid-191. Les slides en portent la marque.

Il manque encore des choses (des mises à jour d’autres plans de cours, une mention de ce cours sur la sociologie de la quantification, et surtout une description du très chouette « atelier de bioéthique » que nous assurons avec un collègue), mais si j’arrive à me remettre à écrire ici et à y rééquilibrer le contenu entre enseignement et recherche, d’autres billets plus complets devraient suivre.

  1. Autre anecdote, dans un cours équivalent centré sur l’Union européenne, j’avais fini, en 2019, par retirer la séance sur la surveillance épidémiologique des maladies infectieuses, au bénéfice d’une séance sur la sécurité alimentaire. []

Du code R et des données, sur 12 semaines

J’ai encore du mal à le croire, mais j’ai mis à jour mon autre blog, celui qui parle de R, et qui ne doit pas être beaucoup plus suivi que celui-ci, après plusieurs années d’inactivité pendant la dernière pandémie (et même, à vrai dire, avant).

Le billet parle, évidemment, de R, et d’une nouvelle occasion de l’enseigner, dix ans après la première fois, dont j’avais parlé ici, à l’époque. L’occasion ne s’était depuis représentée que sur des durées d’enseignement plus limitées.

Le billet contient quelques mots-clés pour les connaisseurs (RStudio, tidyverse), mais il en manque : « science des données » (data science) est déjà en train de se périmer, il faudrait rajouter « apprentissage-machine » (machine learning) et quelques autres trucs du genre.

Le billet ne cite qu’une seule des personnes que j’ai à remercier, mais le repo GitHub du cours se termine sur une liste plus exhaustive, et je rajouterais bien deux noms déjà cités en 2013, Baptiste Coulmont, Julien Barnier (pour ça, surtout), ainsi que Joseph Larmarange (pour plein de choses).

J’aurai d’autres choses à écrire sur ce cours lorsqu’il aura un peu tourné et que j’aurai pu y retravailler un peu, mais vais m’en tenir à ce court billet pour le moment. Ne prenez pas ça comme une promesse de reprise d’activité sur ce blog : j’y pense, mais n’ai pas encore vraiment fini d’y réfléchir.

Congrès AFSP 2022 à Lille

La pandémie mondiale de SARS-Cov-2 n’a eu raison ni de ce blog, ni de son auteur, ni des congrès de l’AFSP. Le prochain se tenant à Lille la semaine prochaine, j’y serai, par intermittence probablement, et très probablement sous un masque chirurgical fabriqué au Bangladesh ou en Tunisie, selon le paquet que j’utilise1.

Si l’on s’y croise, je vous demanderai probablement “comment ça va depuis 10 ans ?”, puisque c’est la durée médiane qu’il me faut pour (re)voir la plupart des collègues. Si vous avez moins de 25 ans, on ne se connaîtra probablement pas, mais venez me voir quand même : j’ai une génération complète de doctorants de retard2.

J’ai commencé à travailler la réponse à la question du paragraphe précédent au cas où elle me soit posée avec la très légère marge d’insistance qui distingue les formules de courtoisie des questions sincèrement intéressées. La section “Données et méthodes” est plus ou moins bouclée, mais la section “Résultats” va rester inachevée quelques mois ou années encore.

Il paraît qu’il y aura des “animations sportives” au Congrès. Si l’on s’y croise et que vous avez besoin de parler d’autre chose que de variables lourdes et de modèles multi-niveaux, parlez-moi de plan d’entraînement sur distance marathon, ou de course en montagne, ou des salles d’escalade dans un périmètre de 2 km autour de Sciences Po Lille3.

Le Congrès AFSP a lieu tous les deux ans. Je devrais réécrire sur ce blog un tout petit peu plus fréquemment que ça. D’ici-là, j’aurai peut-être fait l’effort de comprendre comment fonctionnent désormais les commentaires sur cette plateforme, mais n’y comptez pas trop4.

  1. Ce masque ne joue en revanche aucun rôle dans mon approche des congrès AFSP comme terrain d’enquête dans le cadre du projet de recherche NETCONF, qui est trop récent pour avoir été évoqué ici précédemment, mais qui reprend des idées déjà formulées dans quelques billets précédents. []
  2. En revanche, je n’ai plus de tabac ou de briquet à dépanner. Je crois savoir où boire un café correct pas loin du lieu du Congrès, si besoin. []
  3. L’autre option est que l’on parle de black metal atmosphérique russe et des autres héritiers indirects de Reich ou Xenakis, mais ce sujet de conversation passe souvent moins bien, pour des raisons qui ne m’échappent pas du tout. []
  4. Et vu que tout se passe à présent sur Twitter de toute façon, j’y serai probablement, en sous-marin, sous un pseudonyme à quatre lettres plutôt que sous le compte associé à ce blog. À part ça, quel plaisir de pouvoir enfin réécrire quasiment autant de paragraphes que de notes de bas-de-page : ça m’avait un peu manqué, tiens. []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search