Eurobaromètre et taux de réponse : deux problèmes, deux enjeux

Un journaliste danois a récemment publié un article sur les taux de réponse à l’Eurobaromètre, qui sont parfois très faibles.

Le problème de l’article est qu’il se sert de cette caractéristique de l’Eurobaromètre pour en tirer la conclusion que l’Eurobaromètre surestime probablement certaines attitudes positives vis-à-vis de l’Union européenne, telles que le soutien à la monnaie unique. Certains des chercheurs interrogés par le journaliste mais non cités dans l’article ont réagi, en faisant remarquer que les taux de réponse cités sont assez étranges dans tous les cas, et en indiquant que les données Eurobaromètre mesurent à peu près les mêmes niveaux d’euroscepticisme que l’European Social Survey (ESS) — ce qui devrait inviter à dissocier la question du taux de réponse, qui est un enjeu en soi, de la question du biais pro-européen systématique, qui en est un autre, bien documenté par Philippe Aldrin (2010, 2011), Salvatore Signorelli (2012), Claudia Sternberg (2016) et d’autres1.

Critiquer les enquêtes sur la base de leurs aspects techniques est un exercice risqué : en l’occurrence, les taux de non-réponse ne sont pas responsables de toutes les formes d’erreur possibles et imaginables. Ici, l’objectif semble avoir été de pointer un biais systématique volontaire dans les données Eurobaromètre, ce qui semble un peu idiot, puisqu’un indicateur systématiquement biaisé risque aussi de l’être uniformément, ce qui signifie qu’il ne pourra pas servir à dissimuler des baisses potentielles (ce qui est le cas des taux de participation, systématiquement mais uniformément surestimé dans beaucoup d’enquêtes)2.

Il y a évidemment des choses intéressantes à tester quant aux non-réponses dans les enquêtes—par exemple, mais je ne trouve plus le papier ECPR qui l’avait fait de manière assez exhaustive sur l’ESS : vérifier que les non-réponses sur certaines questions appartiennent bien aux enquêtés déclarant les plus bas niveaux formels d’éducation (ce qui, si je me souviens bien, n’est pas toujours le cas, ce qui fait partiellement mentir la thèse du cens caché). Autre exemple intéressant, ce papier qui mettait en relation, sur des données américaines, la mesure de la polarisation idéologique/partisane avec les taux de non-réponse.

  1. Voir par exemple ce papier, particulièrement virulent, qui avait fait quelques vagues. []
  2. C’est sur cette base que les instituts de sondage cuisinent leurs taux de redressement. []

The Monkey Cage : mort du canal historique

Mise à jour : tout n’est pas perdu.

L’adresse historique du blog de science politique The Monkey Cage, themonkeycage.org, ne fonctionne plus depuis quelques semaines : le nom de domaine a été racheté pointe désormais vers une version résiduelle du blog, sans images, et avec des soucis de formatage. Le blog continue, bien sûr, sur sa nouvelle adresse hébergée par le Washington Post, où il se cache derrière un écran RGPD à la con accompagné de dizaines de cookies inutiles, et sans index permettant de facilement remonter ses archives1. Le prix à payer, sans doute, pour l’immense notoriété dont ce blog bénéficie désormais.

Reste que c’est une page qui se tourne pour moi : The Monkey Cage a partiellement inspiré ce blog, et la disparition de son “canal historique”, sans tambour ni trompettes, avec perte sèche des archives2, est tout à fait regrettable. Une idée de plus de scraper à coder à mes heures perdues

  1. Archives où vous trouverez notamment un billet de Baptiste Coulmont, Joël et Arthur Charpentier. []
  2. Conservées néanmoins par l’Internet Archive. []

APSA preprints, sans flux RSS

L’American Political Science Association (APSA) a lancé, un peu plus tôt ce semestre, son propre serveur de preprints.

Le résultat ne peut que me décevoir, puisque le code source montre que la seule icône non activée dans le framework du site Web est celle du flux RSS. Pas de flux RSS, pas de veille documentaire, pas de lecture1.

À vrai dire, j’ai toujours été assez déçu par les supports Web de l’APSA. Il n’y a qu’à voir le site de son congrès 2019, hébergé par cette atroce plateforme All Academic, Inc. sur laquelle j’ai dû créé au moins dix comptes différents pour arriver à télécharger quelques “papiers APSA”2.

À vrai dire (bis), je ne télécharge plus les papiers de l’APSA, ou des autres conférences. Principalement par manque de temps, mais aussi parce que la diffusion des contenus scientifiques a explosé et s’est beaucoup fragmentée au passage : serveurs de preprints, pages commerciales (Academia, ResearchGate, SSRN3…), comptes Twitter, sites Web personnels…

Il reste heureusement, pour flatter mon côté centraliste, quelques plateformes un peu monolithiques (avec flux RSS !) : Cairn, par exemple, sur laquelle, à la place de suivre des revues, je me suis mis à suivre désormais quelques auteurs, surtout des amis plus ou moins distants, ou des références personnelles qui me sont chères (Ilana Löwy, par exemple).

Un serveur de preprints en plus, donc. L’intention est bonne, mais techniquement, on est très en-deçà de SocArxiv, par exemple. L’APSA passe par Cambridge University Press pour son serveur : “CUP”, qui a mis plusieurs années à réactiver les flux RSS sur sa plateforme de revues4

Un billet de plus pour râler contre la disparition des flux RSS et la fragmentation des supports de diffusion scientifique, bien qu’encore une fois, le front de l’open access progresse. Si vous suivez ce blog, vous avez certainement l’impression d’avoir déjà lu ce billet au moins dix fois.

  1. Avec tous ses défauts, HAL/HAL-SHS est très bien équipé en flux RSS, même si j’ai arrêté de suivre celui de la collection SHS:SCIPO, de même que j’ai arrêté de suivre la collection “Études du politique” sur Calenda. []
  2. Je me souviens d’un vieux politiste qui racontait qu’au début de l’APSA, les auteurs déposaient des mimeos (des ronéos ; des copies) de leurs textes dans une petite pièce attenante au congrès : les autres conférenciers passaient, jetaient un coup d’œil, et “faisaient leur marché” en embarquant quelques textes. A marketplace for ideas. []
  3. Pages commerciales qui ont très bien réussi à capturer une partie de la production scientifique. C’est sidérant, mais c’est comme ça : les mêmes chercheurs qui rétorquaient au CNRS “ah mais non, je ne mettrai pas mes textes en ligne, on va me les voler” (si si, ça a existé, et existe certainement encore) donnent aujourd’hui leurs textes à des acteurs commerciaux dont ils ne connaissent rien. Vous trouverez des liens vers des “pages Academia” sur plein de sites Web de laboratoires français publics. []
  4. Devinez qui est allé jusqu’à accepter de beta-tester Cambridge One il y a quelques années, juste pour pouvoir demander la réactivation des flux RSS ? []

Corbyn n’est toujours pas éligible

This week I’ve been giving a few talks to businesses explaining why we should treat the polls with caution. If you look only at the latest polls then the outcome of the election appears fairly certain. Ever since a majority of MPs voted to hold the election the incumbent Conservative Party has averaged 38%, the opposition Labour Party 27%, the Liberal Democrats 16%, Brexit Party 10%, Greens 4% and Scottish National Party 3%. Prime Minister Johnson and his party continue to average an 11-point lead which, if this holds, would likely deliver a comfortable majority.

L’extrait ci-dessus vient du dernier numéro de la newsletter de Matthew Goodwin. Il faut creuser un peu sur son site Web pour trouver le lien vers les archives de la newsletter en question, mais cela en vaut la peine si vous vous intéressez au Brexit ou à l’élection générale en cours.

Il y a même un flux RSS : imaginez mon bonheur.

(Au passage, vous retrouverez Matthew Goodwin dans les textes publiés par Le Grand Continent sur ces mêmes événements. Le Grand Continent est devenu incontournable en très peu de temps : leur couverture des pays d’Europe de l’Est, par exemple, est inégalée.)

Pour en revenir au Brexit et à l’élection générale britannique, je vous conseille également Will Jennings et Ben Ansell.

C’est via ce dernier que je suis tombé sur Philip Cowley relevant une terrible erreur d’interprétation sur le vote stratégique dans The Guardian. L’erreur est liée à la publication de pronostics du vote sur le site Web Best for Britain. Les pronostics en question utilisent une technique de modélisation, la régression multi-niveaux post-stratifiée (MRP), qui n’est pas nécessairement à la portée de tous. Pour une explication technique claire, je vous renvoie à ce billet d’Anthony Masters, l’ambassadeur de la Royal Statistical Society1.

Toutes les sources citées dans ce billet (sondages, modèles) me renforcent dans ma conviction profonde, exprimée ici (2019), (2017) et là aussi (2017) : en élisant Jeremy Corbyn en 2015, le Parti travailliste britannique s’est doté d’un leader inéligible2. Vu l’ampleur du fiasco May/Johnson, on pourrait s’attendre à ce que l’opposition soit plus forte que jamais. Suite de la newsletter de Goodwin :

Labour is weakened by the fact that it is only attracting 57 per cent of its 2017 electorate. A large number of these voters (18%) have decamped to the Liberal Democrats while 16% have switched to the Conservative Party or Brexit Party. Remainers are still more divided than Leavers. The Remain camp is divided 36% Labour, 33% Liberal Democrat, 17% Conservative and 6% each for the SNP and the Greens.

Soyons clair : ce n’est pas l’exceptionnelle qualité des candidats autres que Corbyn qui fragmentent le vote. N’importe quel autre leader travailliste, y compris le regretté Tony Benn, attirerait plus de votes. Que les conservateurs soient en mesure de se maintenir en tête des sondages alors même qu’ils sont directement concurrencés par une double scission (défections au centre et Brexit Party à droite) est une condamnation terrible : l’électeur médian britannique, qui est de toute évidence plus proche d’Alistair Campbell que de Corbyn, a déjà voté.

  1. Le blog d’Anthony Masters ne dit pas grand chose du “vote tactique” que ces prédictions sont censées entraîner. Du peu que l’on en sait, le vote tactique est un phénomène résiduel qui, au niveau national, n’a qu’une probabilité faible de faire varier les équilibres électoraux. []
  2. Au sens : incapable de faire remporter suffisamment de sièges à son parti à la Chambre des communes pour se retrouver nommé Premier ministre. []

Blogs scientifiques : remplacez-moi au Conseil scientifique d’Hypothèses !

Je ne sais plus depuis combien de temps je suis membre du conseil scientifique francophone d’Hypothèses. Mon CV indique 2008, mais mes archives email suggère plutôt 2009. Une décennie et quelques milliers d’emails plus tard, il est plus que temps de passer la main, d’autant que je ne contribue plus suffisamment aux travaux dudit conseil depuis plusieurs années.

Ayant déjà évoqué plein de fois ici mon intérêt pour le blogging et ce que les blogs ont à offrir à l’écriture scientifique, je ne le répèterai pas. En revanche, je tiens à remercier à nouveau, et de tout cœur, Marin et Pierre, toute l’équipe du Cléo / d’OpenEdition1, et tous les membres du conseil avec qui j’ai eu l’occasion d’interagir (principalement par email) au fil des ans.

J’ai également, à la rédaction de ce billet, une pensée pour Antoine et Joël, qui m’ont accompagné plusieurs années durant dans les grandes années des blogs (scientifiques et autres). Le blogging a désormais cédé beaucoup de terrain à des plateformes dont on est en droit de se demander si elles constituent un progrès réel en matière d’information, mais c’est un débat pour un autre (plusieurs autres…) billet(s).

Bref : s’il vous semble intéressant de participer à la diffusion de contenus scientifiques librement accessibles sur le Web, remplacez-moi au conseil scientifique d’Hypothèses, plateforme (initialement francophone et désormais multilingue) de blogs scientifiques.

Comme le rappelle l’appel à manifestation d’intérêt, le conseil scientifique sortant a rédigé un texte de positionnement qui explique le type de communication scientifique qu’il a défendu au fil du temps : libre à vous d’aller le défendre et le réviser !

  1. François Pacaud, Frédérique Muscinési, Céline Guilleux… Je ne peux pas les citer toutes et tous, car je n’ai pas de carte mentale qui fasse justice au travail de toutes celles et tous ceux qui ont fait ou font vivre la plateforme au quotidien — mais si vous travaillez (ou avez travaillé) au Cléo et lisez ces lignes : vous faites (avez fait) un travail remarquable, qui a fait et fera date dans la politique scientifique française (et internationale !), et certains d’entre nous s’en souviendront toujours. []

Suicides chez France Telecom, chronique judiciaire

Un très bref billet pour signaler que Le Monde a publié 21 chroniques judiciaires sur le procès, en cours, lié à la vague de suicides chez France Telecom. L’affaire est vieille de dix ans, et Joël m’a rappelé que j’en avais parlé sur ce blog, de même qu’Éconoclaste1.

J’ai parcouru quelques-unes des chroniques, et il est surprenant de voir à quel point l’on dispose de bien peu de données, même dix ans plus tard. Ayant toutefois eu l’occasion de vérifier par moi-même la sous-dotation scandaleuse de la médecine du travail en France, je ne suis pas plus surpris que ça.

Le thème du suicide est certes un peu glauque, mais quand on travaille en sociologie, il est incontournable, de même qu’en santé publique. Le thème est aussi devenu difficile à contourner dans l’étude du terrorisme : j’avais évoqué les attentats-suicide ici et .

  1. Éconoclaste a désormais vingt ans ! Et le blog avait aussi évoqué les suicides chez Renault, de même qu’un suicide à Saint-Cyr, ce qui me rappelle ce cas tragique, à Polytechnique, où un élève avait sauté en parachute sans son parachute, cas évoqué dans cette excellente conférence, qui porte notamment sur ce sujet. []

Sur la réforme du baccalauréat

N’étant que très indirectement concerné par la réforme en cours du baccalauréat, j’y viens ici par le biais du billet qu’y a consacré Suzanne Maury sur son (excellent) blog Pergama, que je ne cesse de recommander à mes étudiants (qui pour la plupart, se situent à un niveau d’études entre bac + 1 et bac + 3, c’est-à-dire dans l’immédiat “post-bac”).

Quatre préliminaires

  1. N’étant que très peu connecté à la presse francophone, et encore moins au commentariat français actif sur Twitter, je ne connais pas l’état de la discussion sur cette réforme : j’ai juste compris que certains syndicats menacent de ne pas surveiller les épreuves du baccalauréat en rapport à cette réforme, et que d’autres, du côté des sciences inhumaines et asociales, se désolaient de la marginalisation relative des enseignements de “sciences dures” :

  2. Mon propre “bac” était un bac scientifique international, dans lequel les épreuves de language vivante (anglaise) pesaient aussi lourd que les matières de la branche scientifique (mathématiques, biologie, physique-chimie). Je m’en suis sorti avec des notes passables dans ces dernières mais avec de bons voire très bons résultats dans les premières, pour un résultat final logiquement situé dans la mention “assez bien”.

  3. La seule fois où j’ai écrit sur l’épreuve du baccalauréat sur ce blog, c’était pour rappeler qu’elle reste sélective si l’on se penche sur la composition exacte des bacheliers d’une classe d’âge donnée (et encore plus sur leurs mentions1). L’obtention du baccalauréat reste également l’un des prédicteurs les plus stables dont on dispose dans tout un tas d’études en sciences sociales, notamment en sociologie électorale.

  4. Enfin, j’écris ce billet en pensant aux étudiants que je fréquente dans un établissement sélectif et privé, et donc généralement beaucoup plus coûteux d’accès que les établissements du secteur public, qui pratiquent leurs propres formes de sélection : voir ici et pour des billets rédigés lorsque j’enseignais dans ledit secteur public2. Ah, et mes deux parents étaient aussi enseignants (du secondaire ; un dans chaque secteur).

Voilà pour les préliminaires, qui m’incitent aujourd’hui à suivre (de loin) cette réforme. Il faut rajouter à ça que, comme beaucoup de collègues, je fais partie des équipes d’universitaires qui “sélectionnent à l’entrée” (via Parcoursup, dont j’ai déjà parlé) de l’Université, ce qui devrait m’inciter à comprendre un peu (beaucoup) mieux ce qui se trame en ce moment.

Enfin, au-delà de la sélection, il y a aussi les réformes de maquettes pédagogiques à anticiper en fonction de ce que les nouveaux entrants (les étudiants de Licence 1) auront étudié avant leur entrée à l’Université—mais il est certainement un peu tôt pour commencer à cogiter sur ce dossier, qui peut attendre les premières vagues d’étudiants post-réforme.

Quatre remarques

  1. Sur les griefs des syndicats vis-à-vis de la réforme, je ne peux qu’approuver : l’évaluation “locale” des candidats, par le biais des épreuves de contrôle continu du lycée, va complètement à l’encontre de la logique nationale de l’examen, et va encore plus tirer les élèves des établissements sous-dotés vers le bas. Il y a d’autres aspects problématiques dans la réforme, mais celui-ci est suffisant pour comprendre pourquoi les personnels de ces établissements peuvent craindre la réforme.

  2. En revanche, je me sens moins proche des réticences de celles et ceux qui voient dans la réduction du nombre de matières un problème, et encore moins proche des organisations qui formulent ces réticences en opposant, à mon sens beaucoup trop abusivement, les matières “scientifiques” et les matières “littéraires”, comme le fait le graphique reproduit plus haut3.

    En ce qui me concerne, les deux seules matières de mon cursus secondaire qui me servent aujourd’hui à comprendre des contenus scientifiques sont l’anglais et les mathématiques. S’il fallait ordonner le reste des matières par leur degré de pertinence à cette même fin, l’histoire-géographie viendrait bien avant la physique-chimie, et si je pouvais repasser un baccalauréat “réformé” à orientation scientifique, je me concentrerais intégralement sur les mathématiques4 et la biologie5.

  3. Vient ensuite la question de savoir si la disparition des “séries” et l’introduction de l’orientation comme dispositif de prédestination va changer quoi que ce soit aux inégalités actuelles du système éducatif. La réponse me semble être clairement non, car les parents et les élèves bien dotés sauront toujours reconstruire les “cursus gagnants”, de même que les établissements sélectifs du supérieur n’auront aucune difficulté à leur signaler ces éléments.

    À titre d’exercice, amusez-vous, par exemple, à repérer les mentions des instituts d’études politiques dans ces graphiques consacrés à l’orientation vers les classes préparatoires. En voici un extrait :

  4. Vient enfin la question de savoir si cette réforme va changer quoi que ce soit à la perception, de plus en plus répandue, que le “bac” n’est plus sélectif, voire qu’il est devenu facile au point de ne plus fabriquer que des “crétins”, pour reprendre le terme qu’avait utilisé un polémiste il y a quelques années pour dénigrer plus généralement la supposée “baisse de niveau” du système éducatif dans son ensemble.

    Je n’ai jamais souscrit à l’argument sur la sélectivité, et j’ai rappelé un peu plus haut pourquoi. Quant à l’argument de la “baisse de niveau”… Je suis enseignant, et donc assez bien placé pour constater que l’expression écrite en langue française est plus “souple” (lire : déviante du standard) aujourd’hui qu’elle ne l’était par le passé.

    Néanmoins, plus le temps passe, et moins j’y vois une baisse de niveau, dans la mesure où cette perte est très largement compensée par des gains significatifs sur d’autres aspects en termes de connaissances et d’expression en langue étrangère. Cela ne me rend pas plus souple dans ma notation de l’expression écrite en langue française, simplement encore plus dubitatif sur les appréciations globales dudit “niveau” du baccalauréat, et des classes d’âge récentes par rapport aux précédentes.

Mise à jour, 6 novembre 2019 : je retrouve, dans un brouillon de billet, un lien vers un billet de Samuel Gontier (Télérama) — “Les copies du bac prises en otage par une minorité agissante en voie de zadisation“. Autant le rajouter ici, même si je n’ai pas du tout abordé, dans mon propre billet, le naufrage médiatique autour de cette réforme.

  1. Je vous rappelle que tous les lecteurs de ce blog ont l’obligation de lire aussi le blog de Baptiste Coulmont, qui parle souvent de prénoms et mentions au baccalauréat. []
  2. En fouillant bien les archives de ce blog, vous comprendrez que j’ai enseigné un an et demi à temps plein dans le public, soit quatre fois moins que mon expérience actuelle à temps plein dans le privé, à laquelle il faut rajouter déjà dix ans d’enseignement comme vacataire “professeur associé” (mouarf) dans ce même secteur, et toujours dans le “supérieur” (re-mouarf) : je ne tiendrais pas deux heures dans le “secondaire”. []
  3. David Madore, dans un récent billet intitulé “Comment répondre à la question “à quoi ça sert ?” en maths et sciences fondamentales”, dit peu ou prou la même chose, en partant d’un angle différent. []
  4. Prédiction : les mathématiques étant sur le point de devenir optionnelles, elles vont devenir le meilleur signal de “l’excellence” d’un cursus scolaire. Les élèves et leurs parents ne s’y tromperont pas. []
  5. Et idéalement sur la philosophie, mais ce que j’ai vu en Terminale ne contenait quasiment pas de philosophie des sciences, ce qui est bien dommage. Au passage, si les cours d’EPS pouvaient réellement aborder l’étude de la physiologie humaine, cela serait certainement utile à tout le monde. []

Reprise (en trompe-l’œil)

… Mais reprise en demi-ton, car le temps passant1, je me sens de plus en plus proche de ce personnage, dans un roman de Bernard Werber, qui ne peut pas s’empêcher de pleurer devant le journal télévisé2 :

  • En France, un média “alternatif” découvre que les négationnistes français sont, ô surprise, négationnistes, pendant que la classe politique découvre, ô surprise, que La République en Marche est un courant de centre-droit – stop the fucking press!
  • En Angleterre, dans leur jeunesse, les conservateurs britanniques consomment, ô surprise, les drogues de leur classe sociale, ce que je ne peux m’empêcher de lire (mais je me soigne) comme une concession symbolique à l’ex-empire espagnol. Pendant ce temps, le système partisan britannique implose (cela fait longtemps, bien longtemps, que l’on s’y attendait), sous l’effet d’un referendum saboté3, d’un leader d’opposition inéligible4 et d’un clown incompétent.
  • En Hongrie, on est à se souvenir du combat pour la Central European University, qui est désormais achevé, car perdu. Le parti de Viktor Orbán siège toujours au Parlement européen avec le groupe PPE.
  • En Irlande, on découvre, ô surprise, que Donald Trump ne comprend rien à rien à la situation politique du pays, ou plutôt que, comme Rantanplan, surnommé “la boussole qui indique le sud” dans un album de Lucky Luke, il a réussi à comprendre exactement l’inverse du problème, un exploit presque à la mesure de l’échec intellectuel américain face à l’invasion de l’Irak.

Morne plaine…

Heureusement, il reste les élections européennes pour se réjouir de… de… du taux de participation ? La gauche européenne est exsangue5, les institutions sont réformables, mais le chantier est immense6, et je ne comprends toujours rien à la politique italienne7.

Alors, dans ces longs mois où je peux pas écrire une ligne sur l’actualité politique sans avoir envie de résilier mes abonnements à la presse (il ne me reste que celui au Monde diplomatique), je me réfugie dans des choses plus ou moins froides :

Voilà qui ne réduira pas mon sentiment d’avoir un peu déserté ce blog12, sans perspective d’amélioration, à moins d’une reprise réelle au fil des nouveaux résultats sur quelques papiers de conférence en cours, mais pour cela, il faudrait plus de temps, moins d’emails, et moins de projets aussi.

Plus, avec un peu de chance, après l’été, quand j’aurai eu le temps de faire du tri, du ménage, et d’écluser les étagères de livres non lus et les dossier d’émissions ou de papiers jamais touchés post-téléchargement. Si vous trouvez une solution pour faire monter les journées à 36 heures13, merci de laisser un commentaire.

  1. Le moment-pivot fatidique où les étudiants de Licence 1 seront nés après le 11 septembre 2001 se rapproche. []
  2. Mais je ne fais ni l’un, ni l’autre. []
  3. Ivan Rogers a également donné de très bonnes conférences sur le sujet, mais ce texte résume bien à la fois son argument “à froid” et la colère palpable que suscite le (non-)Brexit. Disclosure : je rédige ce billet en Irlande du Nord. []
  4. Voir ici et pour mes remarques à ce sujet. Je suis encore plus pessimiste aujourd’hui que je ne l’étais à l’époque de ces billets : Jeremy Corbyn me semble encore moins éligible que dans les années précédentes. []
  5. Et la dernière élection générale danoise n’est pas du tout un succès, loin de là même, pour la social-démocratie européenne. []
  6. L’état de mort clinique de la proposition de budget européen en dit long sur le climat actuel. []
  7. Mise à jour, 26 juin : heureusement, Christophe Bouillaud fait de son mieux pour me (nous) l’expliquer. []
  8. Équation moins compliquée que celle du trafic aérien, qui me pose le cas de conscience que la voiture ne m’a jamais posé. []
  9. Contribuer sur du code m’apporte actuellement plus que de contribuer sur du texte. []
  10. Et où je retrouve certains des éléments sur la social-démocratie européenne qui apparaissent aussi en format plus long ailleurs. []
  11. Mon lecteur RSS et ma liste de podcasts sont heureusement beaucoup plus diversifiés. []
  12. De même que mon blog personnel. Vague sentiment de lassitude avec l’offre actuelle de publication HTML, même si j’aime beaucoup ce qui se trame du côté de Distill, comme ceci, par exemple. []
  13. Et de baisser les temps de récupération à 3 heures : je n’y arrive plus depuis quelques années. []

Feuilletons en retard

Comme son auteur, ce blog prend un retard affligeant sur tout ce qui l’entoure, et sur tout ce qu’il avait commencé à suivre ou à faire. Sentiment d’échec relatif, vu que les coupables réels (les journées de 24 heures) ou imaginaires (la nouvelle interface de WordPress utilisée par Hypothèses) ne manquent pas, mais quand même : presse, pétitions, mailing-lists, blogs, articles, bouquins—Google Agenda fugit, et les feuilletons passent.

Gilets jaunes

Il y a, évidemment, la mobilisation durable des “gilets jaunes”, au sujet de laquelle je n’ai pas écrit un traître mot sur ce blog. J’ai bien constitué un fichier de notes éparses avec un peu plus d’une centaine de liens Web vers des choses intéressantes sur le sujet, mais au final, le peu que j’en ai dit aux étudiants d’un cours de sociologie politique auquel je participe tenait en dix minutes.

En gros et en bref :

  • Le mouvement dure désormais depuis plusieurs mois, mais les quelques résumés d’enquêtes que j’ai lus m’incitent à penser que l’on ne dispose pas encore de la masse critique de données (localisations spatio-temporelles, enquêtes par questionnaires face-à-face ou Web, collecte des pages Web…) qui permettrait de tirer des conclusions solides sur la morphologie du mouvement.
  • Au-delà de ça, j’ai lu, comme tout le monde, différentes choses sur les raisons et revendications du mouvement, et aussi beaucoup de textes souvent très pertinents sur ses parallèles historiques ou sur ses aspects originaux—mais étudier un mouvement en commençant par son intellectualisation (et/ou ses tentatives, prématurées, de synthèse) plutôt que par un aperçu, au moins transverse, ou mieux, longitudinal, des acteurs ?
  • Puis vient enfin le problème de la “censure à droite” du mouvement : sans les décisions de justice, les archives et les effets de long terme liés à la protestation, il me manque les “pages du livre” qui m’intéressent le plus : celles concernant le degré de répression étatique et les “effets de carrière” sur les participants1.

Trump et les trumpistes

Il y a ensuite ce feuilleton “Donald Trump”, que je n’arrive pas à recommencer parce que le personnage est tout simplement trop dégoûtant pour que je parvienne à m’en coltiner plus de trois lignes par mois. Je plains sincèrement celles et ceux obligés de s’infliger ça pour des raisons professionnelles, sans parler de ceux qui se tapent non seulement Trump, mais aussi les “Trumpers” et les “Trumpistes”, afin d’en tirer des conclusions comparatives2.

Mon intention initiale, concernant Trump, était de parvenir à rédiger une chronique électorale du style de celle que j’avais rédigée au sujet de la première élection d’Obama. Comme pour les gilets jaunes, je m’étais préparé un dossier de documents, de liens, de références… Exactement ce que l’on demande, d’ailleurs, à nos étudiants du cours précité.

Or, il est rapidement apparu que l’un des aspects les plus intéressants de l’élection tenait à la possible interférence russe dans la campagne électorale, et sur ce point, il manque encore tout un tas de pièces au puzzle : l’essentiel est déjà connu, mais pas les conséquences (légales, politiques) des conclusions de Mueller pour le régime présidentiel américain.

Désintégration européenne

Viennent ensuite les tout aussi tragiques feuilletons européens.

À l’extérieur de ses frontières, l’Union européenne a mis en place un régime de surveillance complètement absurde qui ne convient à personne, sinon à ceux qui trouvent un charme esthétique aux acronymes “FRONTEX” et “EUROSUR” et aux noms d’opération “Mare Nostrum”, “Triton” et “Poseidon”3.

Les résultats sont désastreux : les Européens ne se reconnaissent pas dans le dispositif, les souverainistes (hongrois, autrichiens, …) non plus, et les décès au large des côtes se sont accumulés sans raison aucune. Si aimer l’Europe, c’est la changer, il faut, de mon point de vue, commencer par ça : une réflexion sur les frontières de l’Union, et sur les impératifs humanitaires à faire respecter à ces frontières4.

À l’intérieur de ses frontières, l’Union a désormais reçu plusieurs fois la preuve de l’inadéquation complète de son système décisionnel avec le type de décision qu’il fallut prendre en réponse à la crise financière5 (et à la crise de l’immigration, et à celle de l’Ukraine). Tout comme je ne digère pas les fautes morales impardonnables accomplies en Méditerranée, je ne digère toujours pas non plus le sort réservé aux Grecs.

Je ne sais pas à quoi va ressembler la suite du feuilleton : les toutes-proches élections européennes semblent bien dérisoires au vu de la somme des décisions à corriger en profondeur pour sauver ce qu’il reste à sauver.

Brexit

Enfin, à l’intérieur mais bientôt à l’extérieur des frontières de l’empire européen, la classe politique britannique semble avoir décidé de faire durer le suspense. Est-ce surprenant, au pays de Ladbrokes ? Il semble qu’un premier pari (le referendum) n’était pas assez : voici désormais celui sur la négociation du Withdrawal Agreement, puis sur son adoption par la représentation nationale.

Ce feuilleton est catastrophique pour l’économie britannique (qui en a vu d’autres, certes), mais c’est aussi de loin le plus beau d’un point de vue démocratique : personne ne sait ce qui va suivre6, et l’avenir du pays semble se jouer dans des marges de victoire de moins de 50 députés, sur un parlement qui en compte 6507. Je ne sais pas combien de régimes pourraient encaisser ce qu’est en train d’encaisser le système politique britannique, mais je suppose qu’il n’y en a pas tant que ça.

Et puis…

Et puis il se passe aussi de belles choses pas très loin (photo via Fabrice Riceputi)… mais le temps manque.

  1. Mes liens pointent vers les travaux de Lilian Mathieu sur “mai 68”, mais sur les effets de socialisation, voir Faites place : novices en lutte, l’ouvrage de Selim Smaoui dont j’avais parlé au sujet de Nuit Debout []
  2. La dernière élection présidentielle brésilienne est un exemple d’événement que j’ai délibérément choisi d’esquiver, par lassitude. Idem pour l’actualité polonaise, roumaine, hongroise, russe… Et plus près de chez nous, même si cela n’a rien à voir sur le fond, cette réforme tellement idiote des frais d’inscription à l’Université publique—pareil : je n’ai pas pu m’y mettre. []
  3. Voir, dans le billet en lien, l’ouvrage de Patrick Kingsley, dont je n’ai finalement pas reparlé, mais qui vaut vraiment le détour. []
  4. La nature pseudo-impériale de l’Union devrait guider une partie de cette réflexion sur ses limes. Sur ce point, voir aussi l’ouvrage de Gabriel Martinez-Gros évoqué il y a quelques années. []
  5. Certaines décisions européennes prises lors de la “crise de la dette privée” l’ont été en 48 heures, un temps plus proche du temps de décision militaire que du temps politique civil. []
  6. Ce qui nous change des feuilletons européens, où tout le monde sait qui contrôle l’agenda, même si cela ne prédit pas nécessairement tous les épisodes. []
  7. Parlement que Churchill avait fait reconstruire en encore plus petit que ça : la Chambre des Communes ne peut pas accueillir toute la représentation nationale—mais c’est une autre histoire. []

Vu sur HAL(-SHS)

Il y a bien longtemps, dans une vie antérieure, ce blog recensait certains des textes versés en “open access” sur HAL/HAL-SHS, en se concentrant sur les textes de science politique (SHS:SCIPO). Ci-dessous, une rémanence de ces temps anciens.

L’Inde, démocratie dynastique ou démocratie lignagère ?

Christophe Jaffrelot, 2006

En Inde, l’hérédité des fonctions politiques est une tradition qui remonte aux débuts de la République. Les princes qui sont entrés dans l’arène électorale après 1947 ont été les premiers à observer une pratique qui était bien en accord avec la logique dynastique de leurs ancêtres. Ces héritiers ont toutefois été évincés du jeu politique lorsqu’ils n’ont pas su faire preuve d’un minimum de compétences et de dévouement à la chose publique. Cette règle est parfaitement illustrée par le cas des Scindia, une lignée princière qui vient d’inaugurer sa troisième génération de parlementaires. La famille des Nehru/Gandhi, elle, incarne d’une façon plus constante la prégnance du répertoire dynastique dans la politique indienne. Mais, là encore, il n’y a rien d’automatique dans la perpétuation des générations au pouvoir, soit que les héritiers se trouvent rejetés par l’électorat, soit qu’ils ne souhaitent pas endosser le manteau de leurs aînés. Au total, la politique indienne semble davantage répondre à une logique lignagère que dynastique, même si le mode de succession à la tête de certains partis régionaux semble remettre ce modèle en question depuis quelques années. [hal-01021338]

Privatisations et formation des Etats est-européens

François Bafoil, 2006

L’analyse des politiques de privatisation en Europe centrale et orientale met en valeur le passage du processus de transition du capitalisme prédateur des premiers moments de la transition hors du communisme, au capitalisme davantage régulé sur une base légale. Ce dernier a été l’indicateur de la rationalisation croissante des aires de jeu, économiques, politiques et administratives. L’Union européenne a joué, à cet égard, un rôle important par la consolidation des agences de régulation. Cette transition n’a pas répondu à une nécessité interne, qui aurait conduit à l’évolution irréversible d’une forme de capitalisme à une autre, elle n’a pas davantage produit une identité des formes adoptées qui autoriserait à parler d’un type de capitalisme de marché « est-européen ». [hal-01021308]

Une diplomatie de parlementaires : typologie des élus français en voyage à Damas (2015-2017)

Manon-Nour Tannous, 2017

En octobre 2017, dans la perspective de la reconfiguration des groupes d’amitié parlementaire de la nouvelle législature, se pose la question de la « mise en pause » du groupe d’amitié France-Syrie à l’Assemblée nationale. L’interrogation surgit en réaction à l’activisme parlementaire de quelques élus lors des sept années de conflit syrien, et en particulier à des initiatives face auxquelles le pouvoir exécutif exprimait avec constance sa prise de distance : les visites de parlementaires français à Damas.
[…] nous nous interrogeons sur le statut de ces visites, qui interviennent en dissonance par rapport à la politique officielle de la France. Nous analyserons dans un premier temps le rôle historiquement limité de la diplomatie parlementaire et des parlementaires dans les relations franco-syriennes, afin de contextualiser les visites de 2015-2017. Nous esquisserons ensuite une typologie des « figures » parlementaires entreprenant ce voyage après 2015, afin de comprendre sa fonctionnalité politique dans un parcours professionnel ou personnel. Il s’agira notamment de montrer comment ces acteurs parlementaires jouent, dans leur démarche, de l’ambiguïté entre des enjeux et niveaux multiples : explorer des canaux politiques ignorés par le ministère des Affaires étrangères, trouver des avantages dans la concurrence partisane en France, faire passer des messages, voire représenter la France. Enfin, nous expliquerons la dimension du « recevoir » pour le régime syrien en déficit de légitimité internationale, et la surévaluation de ces visites par Damas. [hal-01947200]

Elites and Revolution: Political Relegation and Reintegration of Former Senior Government Officials in Tunisia

Jérôme Heurtaux, 2018

What happens to the state elite of an authoritarian regime after its collapse? This article proposes an answer by examining the Tunisian case after the fall of Ben Ali’s regime in 2011. Based on a corpus of in-depth interviews with sixty or so ex-politicians or civil servants, the article starts by describing the collapse of the regime in terms of the experience and perceptions of some of those who had served it. This is not presented as a series of institutional and political events linked up in a homogenous and unidirectional process, but rather as a variety of individual experiences, each unique. The fall of the regime thereby emerges as a concrete experience of political relegation, documented in precise detail by the accounts given of it. Analyzing this experience provides a way of testing several hypotheses regarding the post-revolutionary careers of former senior officials, stressing just how complex and diverse the paths are for reintegrating the political class. [halshs-01955463]

Préface de l’ouvrage de Ronald Inglehart, Les transformations culturelles. Comment les valeurs des individus bouleversent le monde ?, Presses universitaires de Grenoble (PUG), coll. Libres cours Politique1

Pierre Bréchon, 2018

Cet ouvrage, publié d’abord en anglais à Cambridge University Press au début de 2018, constitue une relecture par l’auteur, politologue américain mondialement connu, grand entrepreneur des World Values Survey, de son long parcours de recherche depuis les années 1970. Peu de ses travaux avaient jusque là été traduits en français. La préface rappelle d’abord sa biographie, puis le contenu de l’ouvrage. Adepte d’une théorie de la modernisation qu’il présente au premier chapitre de ce livre, Inglehart explique qu’on a assisté après la Seconde guerre mondiale à un énorme bouleversement des valeurs, qui s’explique par le passage à une société de l’abondance. Ces transformations économiques font que les jeunes générations ne craignent plus le lendemain – leur survie et leur sécurité sont assurées – et peuvent donc vivre selon de nouvelles valeurs, qualifiées de post-matérialistes. Il présente dans le reste du livre l’évolution de ses théories au fil des décennies. Il a élaboré des cartes culturelles du monde selon deux dimensions : les valeurs traditionnelles-séculières et les valeurs de survie-expression de soi. Il aussi théorisé le déclin des religions, la montée de l’égalité entre hommes et femmes, le développement d’une culture de paix et de la démocratie, le progrès du bonheur. Mais il termine son livre de manière beaucoup plus pessimiste autour des contre-révolutions traditionnelles et des mouvements populistes qui tendent à fleurir dans de nombreux pays. [halshs-01947877]

  1. Traduit de l’anglais par Camille et Marie-Christine Hamidi. []