Corbyn n’est toujours pas éligible

This week I’ve been giving a few talks to businesses explaining why we should treat the polls with caution. If you look only at the latest polls then the outcome of the election appears fairly certain. Ever since a majority of MPs voted to hold the election the incumbent Conservative Party has averaged 38%, the opposition Labour Party 27%, the Liberal Democrats 16%, Brexit Party 10%, Greens 4% and Scottish National Party 3%. Prime Minister Johnson and his party continue to average an 11-point lead which, if this holds, would likely deliver a comfortable majority.

L’extrait ci-dessus vient du dernier numéro de la newsletter de Matthew Goodwin. Il faut creuser un peu sur son site Web pour trouver le lien vers les archives de la newsletter en question, mais cela en vaut la peine si vous vous intéressez au Brexit ou à l’élection générale en cours.

Il y a même un flux RSS : imaginez mon bonheur.

(Au passage, vous retrouverez Matthew Goodwin dans les textes publiés par Le Grand Continent sur ces mêmes événements. Le Grand Continent est devenu incontournable en très peu de temps : leur couverture des pays d’Europe de l’Est, par exemple, est inégalée.)

Pour en revenir au Brexit et à l’élection générale britannique, je vous conseille également Will Jennings et Ben Ansell.

C’est via ce dernier que je suis tombé sur Philip Cowley relevant une terrible erreur d’interprétation sur le vote stratégique dans The Guardian. L’erreur est liée à la publication de pronostics du vote sur le site Web Best for Britain. Les pronostics en question utilisent une technique de modélisation, la régression multi-niveaux post-stratifiée (MRP), qui n’est pas nécessairement à la portée de tous. Pour une explication technique claire, je vous renvoie à ce billet d’Anthony Masters, l’ambassadeur de la Royal Statistical Society1.

Toutes les sources citées dans ce billet (sondages, modèles) me renforcent dans ma conviction profonde, exprimée ici (2019), (2017) et là aussi (2017) : en élisant Jeremy Corbyn en 2015, le Parti travailliste britannique s’est doté d’un leader inéligible2. Vu l’ampleur du fiasco May/Johnson, on pourrait s’attendre à ce que l’opposition soit plus forte que jamais. Suite de la newsletter de Goodwin :

Labour is weakened by the fact that it is only attracting 57 per cent of its 2017 electorate. A large number of these voters (18%) have decamped to the Liberal Democrats while 16% have switched to the Conservative Party or Brexit Party. Remainers are still more divided than Leavers. The Remain camp is divided 36% Labour, 33% Liberal Democrat, 17% Conservative and 6% each for the SNP and the Greens.

Soyons clair : ce n’est pas l’exceptionnelle qualité des candidats autres que Corbyn qui fragmentent le vote. N’importe quel autre leader travailliste, y compris le regretté Tony Benn, attirerait plus de votes. Que les conservateurs soient en mesure de se maintenir en tête des sondages alors même qu’ils sont directement concurrencés par une double scission (défections au centre et Brexit Party à droite) est une condamnation terrible : l’électeur médian britannique, qui est de toute évidence plus proche d’Alistair Campbell que de Corbyn, a déjà voté.

  1. Le blog d’Anthony Masters ne dit pas grand chose du “vote tactique” que ces prédictions sont censées entraîner. Du peu que l’on en sait, le vote tactique est un phénomène résiduel qui, au niveau national, n’a qu’une probabilité faible de faire varier les équilibres électoraux. []
  2. Au sens : incapable de faire remporter suffisamment de sièges à son parti à la Chambre des communes pour se retrouver nommé Premier ministre. []