Feuilletons en retard

Comme son auteur, ce blog prend un retard affligeant sur tout ce qui l’entoure, et sur tout ce qu’il avait commencé à suivre ou à faire. Sentiment d’échec relatif, vu que les coupables réels (les journées de 24 heures) ou imaginaires (la nouvelle interface de WordPress utilisée par Hypothèses) ne manquent pas, mais quand même : presse, pétitions, mailing-lists, blogs, articles, bouquins—Google Agenda fugit, et les feuilletons passent.

Gilets jaunes

Il y a, évidemment, la mobilisation durable des “gilets jaunes”, au sujet de laquelle je n’ai pas écrit un traître mot sur ce blog. J’ai bien constitué un fichier de notes éparses avec un peu plus d’une centaine de liens Web vers des choses intéressantes sur le sujet, mais au final, le peu que j’en ai dit aux étudiants d’un cours de sociologie politique auquel je participe tenait en dix minutes.

En gros et en bref :

  • Le mouvement dure désormais depuis plusieurs mois, mais les quelques résumés d’enquêtes que j’ai lus m’incitent à penser que l’on ne dispose pas encore de la masse critique de données (localisations spatio-temporelles, enquêtes par questionnaires face-à-face ou Web, collecte des pages Web…) qui permettrait de tirer des conclusions solides sur la morphologie du mouvement.
  • Au-delà de ça, j’ai lu, comme tout le monde, différentes choses sur les raisons et revendications du mouvement, et aussi beaucoup de textes souvent très pertinents sur ses parallèles historiques ou sur ses aspects originaux—mais étudier un mouvement en commençant par son intellectualisation (et/ou ses tentatives, prématurées, de synthèse) plutôt que par un aperçu, au moins transverse, ou mieux, longitudinal, des acteurs ?
  • Puis vient enfin le problème de la “censure à droite” du mouvement : sans les décisions de justice, les archives et les effets de long terme liés à la protestation, il me manque les “pages du livre” qui m’intéressent le plus : celles concernant le degré de répression étatique et les “effets de carrière” sur les participants1.

Trump et les trumpistes

Il y a ensuite ce feuilleton “Donald Trump”, que je n’arrive pas à recommencer parce que le personnage est tout simplement trop dégoûtant pour que je parvienne à m’en coltiner plus de trois lignes par mois. Je plains sincèrement celles et ceux obligés de s’infliger ça pour des raisons professionnelles, sans parler de ceux qui se tapent non seulement Trump, mais aussi les “Trumpers” et les “Trumpistes”, afin d’en tirer des conclusions comparatives2.

Mon intention initiale, concernant Trump, était de parvenir à rédiger une chronique électorale du style de celle que j’avais rédigée au sujet de la première élection d’Obama. Comme pour les gilets jaunes, je m’étais préparé un dossier de documents, de liens, de références… Exactement ce que l’on demande, d’ailleurs, à nos étudiants du cours précité.

Or, il est rapidement apparu que l’un des aspects les plus intéressants de l’élection tenait à la possible interférence russe dans la campagne électorale, et sur ce point, il manque encore tout un tas de pièces au puzzle : l’essentiel est déjà connu, mais pas les conséquences (légales, politiques) des conclusions de Mueller pour le régime présidentiel américain.

Désintégration européenne

Viennent ensuite les tout aussi tragiques feuilletons européens.

À l’extérieur de ses frontières, l’Union européenne a mis en place un régime de surveillance complètement absurde qui ne convient à personne, sinon à ceux qui trouvent un charme esthétique aux acronymes “FRONTEX” et “EUROSUR” et aux noms d’opération “Mare Nostrum”, “Triton” et “Poseidon”3.

Les résultats sont désastreux : les Européens ne se reconnaissent pas dans le dispositif, les souverainistes (hongrois, autrichiens, …) non plus, et les décès au large des côtes se sont accumulés sans raison aucune. Si aimer l’Europe, c’est la changer, il faut, de mon point de vue, commencer par ça : une réflexion sur les frontières de l’Union, et sur les impératifs humanitaires à faire respecter à ces frontières4.

À l’intérieur de ses frontières, l’Union a désormais reçu plusieurs fois la preuve de l’inadéquation complète de son système décisionnel avec le type de décision qu’il fallut prendre en réponse à la crise financière5 (et à la crise de l’immigration, et à celle de l’Ukraine). Tout comme je ne digère pas les fautes morales impardonnables accomplies en Méditerranée, je ne digère toujours pas non plus le sort réservé aux Grecs.

Je ne sais pas à quoi va ressembler la suite du feuilleton : les toutes-proches élections européennes semblent bien dérisoires au vu de la somme des décisions à corriger en profondeur pour sauver ce qu’il reste à sauver.

Brexit

Enfin, à l’intérieur mais bientôt à l’extérieur des frontières de l’empire européen, la classe politique britannique semble avoir décidé de faire durer le suspense. Est-ce surprenant, au pays de Ladbrokes ? Il semble qu’un premier pari (le referendum) n’était pas assez : voici désormais celui sur la négociation du Withdrawal Agreement, puis sur son adoption par la représentation nationale.

Ce feuilleton est catastrophique pour l’économie britannique (qui en a vu d’autres, certes), mais c’est aussi de loin le plus beau d’un point de vue démocratique : personne ne sait ce qui va suivre6, et l’avenir du pays semble se jouer dans des marges de victoire de moins de 50 députés, sur un parlement qui en compte 6507. Je ne sais pas combien de régimes pourraient encaisser ce qu’est en train d’encaisser le système politique britannique, mais je suppose qu’il n’y en a pas tant que ça.

Et puis…

Et puis il se passe aussi de belles choses pas très loin (photo via Fabrice Riceputi)… mais le temps manque.

  1. Mes liens pointent vers les travaux de Lilian Mathieu sur “mai 68”, mais sur les effets de socialisation, voir Faites place : novices en lutte, l’ouvrage de Selim Smaoui dont j’avais parlé au sujet de Nuit Debout []
  2. La dernière élection présidentielle brésilienne est un exemple d’événement que j’ai délibérément choisi d’esquiver, par lassitude. Idem pour l’actualité polonaise, roumaine, hongroise, russe… Et plus près de chez nous, même si cela n’a rien à voir sur le fond, cette réforme tellement idiote des frais d’inscription à l’Université publique—pareil : je n’ai pas pu m’y mettre. []
  3. Voir, dans le billet en lien, l’ouvrage de Patrick Kingsley, dont je n’ai finalement pas reparlé, mais qui vaut vraiment le détour. []
  4. La nature pseudo-impériale de l’Union devrait guider une partie de cette réflexion sur ses limes. Sur ce point, voir aussi l’ouvrage de Gabriel Martinez-Gros évoqué il y a quelques années. []
  5. Certaines décisions européennes prises lors de la “crise de la dette privée” l’ont été en 48 heures, un temps plus proche du temps de décision militaire que du temps politique civil. []
  6. Ce qui nous change des feuilletons européens, où tout le monde sait qui contrôle l’agenda, même si cela ne prédit pas nécessairement tous les épisodes. []
  7. Parlement que Churchill avait fait reconstruire en encore plus petit que ça : la Chambre des Communes ne peut pas accueillir toute la représentation nationale—mais c’est une autre histoire. []

Vu sur HAL(-SHS)

Il y a bien longtemps, dans une vie antérieure, ce blog recensait certains des textes versés en “open access” sur HAL/HAL-SHS, en se concentrant sur les textes de science politique (SHS:SCIPO). Ci-dessous, une rémanence de ces temps anciens.

L’Inde, démocratie dynastique ou démocratie lignagère ?

Christophe Jaffrelot, 2006

En Inde, l’hérédité des fonctions politiques est une tradition qui remonte aux débuts de la République. Les princes qui sont entrés dans l’arène électorale après 1947 ont été les premiers à observer une pratique qui était bien en accord avec la logique dynastique de leurs ancêtres. Ces héritiers ont toutefois été évincés du jeu politique lorsqu’ils n’ont pas su faire preuve d’un minimum de compétences et de dévouement à la chose publique. Cette règle est parfaitement illustrée par le cas des Scindia, une lignée princière qui vient d’inaugurer sa troisième génération de parlementaires. La famille des Nehru/Gandhi, elle, incarne d’une façon plus constante la prégnance du répertoire dynastique dans la politique indienne. Mais, là encore, il n’y a rien d’automatique dans la perpétuation des générations au pouvoir, soit que les héritiers se trouvent rejetés par l’électorat, soit qu’ils ne souhaitent pas endosser le manteau de leurs aînés. Au total, la politique indienne semble davantage répondre à une logique lignagère que dynastique, même si le mode de succession à la tête de certains partis régionaux semble remettre ce modèle en question depuis quelques années. [hal-01021338]

Privatisations et formation des Etats est-européens

François Bafoil, 2006

L’analyse des politiques de privatisation en Europe centrale et orientale met en valeur le passage du processus de transition du capitalisme prédateur des premiers moments de la transition hors du communisme, au capitalisme davantage régulé sur une base légale. Ce dernier a été l’indicateur de la rationalisation croissante des aires de jeu, économiques, politiques et administratives. L’Union européenne a joué, à cet égard, un rôle important par la consolidation des agences de régulation. Cette transition n’a pas répondu à une nécessité interne, qui aurait conduit à l’évolution irréversible d’une forme de capitalisme à une autre, elle n’a pas davantage produit une identité des formes adoptées qui autoriserait à parler d’un type de capitalisme de marché « est-européen ». [hal-01021308]

Une diplomatie de parlementaires : typologie des élus français en voyage à Damas (2015-2017)

Manon-Nour Tannous, 2017

En octobre 2017, dans la perspective de la reconfiguration des groupes d’amitié parlementaire de la nouvelle législature, se pose la question de la « mise en pause » du groupe d’amitié France-Syrie à l’Assemblée nationale. L’interrogation surgit en réaction à l’activisme parlementaire de quelques élus lors des sept années de conflit syrien, et en particulier à des initiatives face auxquelles le pouvoir exécutif exprimait avec constance sa prise de distance : les visites de parlementaires français à Damas.
[…] nous nous interrogeons sur le statut de ces visites, qui interviennent en dissonance par rapport à la politique officielle de la France. Nous analyserons dans un premier temps le rôle historiquement limité de la diplomatie parlementaire et des parlementaires dans les relations franco-syriennes, afin de contextualiser les visites de 2015-2017. Nous esquisserons ensuite une typologie des « figures » parlementaires entreprenant ce voyage après 2015, afin de comprendre sa fonctionnalité politique dans un parcours professionnel ou personnel. Il s’agira notamment de montrer comment ces acteurs parlementaires jouent, dans leur démarche, de l’ambiguïté entre des enjeux et niveaux multiples : explorer des canaux politiques ignorés par le ministère des Affaires étrangères, trouver des avantages dans la concurrence partisane en France, faire passer des messages, voire représenter la France. Enfin, nous expliquerons la dimension du « recevoir » pour le régime syrien en déficit de légitimité internationale, et la surévaluation de ces visites par Damas. [hal-01947200]

Elites and Revolution: Political Relegation and Reintegration of Former Senior Government Officials in Tunisia

Jérôme Heurtaux, 2018

What happens to the state elite of an authoritarian regime after its collapse? This article proposes an answer by examining the Tunisian case after the fall of Ben Ali’s regime in 2011. Based on a corpus of in-depth interviews with sixty or so ex-politicians or civil servants, the article starts by describing the collapse of the regime in terms of the experience and perceptions of some of those who had served it. This is not presented as a series of institutional and political events linked up in a homogenous and unidirectional process, but rather as a variety of individual experiences, each unique. The fall of the regime thereby emerges as a concrete experience of political relegation, documented in precise detail by the accounts given of it. Analyzing this experience provides a way of testing several hypotheses regarding the post-revolutionary careers of former senior officials, stressing just how complex and diverse the paths are for reintegrating the political class. [halshs-01955463]

Préface de l’ouvrage de Ronald Inglehart, Les transformations culturelles. Comment les valeurs des individus bouleversent le monde ?, Presses universitaires de Grenoble (PUG), coll. Libres cours Politique1

Pierre Bréchon, 2018

Cet ouvrage, publié d’abord en anglais à Cambridge University Press au début de 2018, constitue une relecture par l’auteur, politologue américain mondialement connu, grand entrepreneur des World Values Survey, de son long parcours de recherche depuis les années 1970. Peu de ses travaux avaient jusque là été traduits en français. La préface rappelle d’abord sa biographie, puis le contenu de l’ouvrage. Adepte d’une théorie de la modernisation qu’il présente au premier chapitre de ce livre, Inglehart explique qu’on a assisté après la Seconde guerre mondiale à un énorme bouleversement des valeurs, qui s’explique par le passage à une société de l’abondance. Ces transformations économiques font que les jeunes générations ne craignent plus le lendemain – leur survie et leur sécurité sont assurées – et peuvent donc vivre selon de nouvelles valeurs, qualifiées de post-matérialistes. Il présente dans le reste du livre l’évolution de ses théories au fil des décennies. Il a élaboré des cartes culturelles du monde selon deux dimensions : les valeurs traditionnelles-séculières et les valeurs de survie-expression de soi. Il aussi théorisé le déclin des religions, la montée de l’égalité entre hommes et femmes, le développement d’une culture de paix et de la démocratie, le progrès du bonheur. Mais il termine son livre de manière beaucoup plus pessimiste autour des contre-révolutions traditionnelles et des mouvements populistes qui tendent à fleurir dans de nombreux pays. [halshs-01947877]

  1. Traduit de l’anglais par Camille et Marie-Christine Hamidi. []

Bonne année

Cette année, je fais plus court, et surtout un peu moins pessimiste que l’an dernier ou l’année d’avant, sous la forme d’une wishlist pour 2019.

Encore moins d’interactions via Internet

Parce que j’avance inexorablement vers l’âge où l’on devient officiellement un vieux con.

Parce que pour ma génération, le pic de sociabilité sur Internet a été atteint avec les forums (phpBB), les applications de chat (Adium, “MSN”), et les blogs (Dotclear, WordPress). Tout ce qui a suivi a consisté à monétiser ces interactions, ce qui impliquait de les centraliser, puis de les déformer jusqu’à leur faire prendre une forme intéressante pour les publicitaires.

Certains des “réseaux sociaux” actuels, Twitter par exemple, sont à la limite de l’acceptable quant aux manipulations qu’ils font subir aux timelines des utilisateurs ; la plupart des plateformes sociales, à commencer par Facebook et Youtube (qui symbolise à lui seul la chute de Google), ont déjà, de mon point de vue, franchi cette limite1.

Plus de temps pour les statistiques

Parce que j’ai une longue, longue liste de trucs à lire sur le sujet, et parce que la vague de résultats spectaculaires produits par les techniques dites de “deep learning” (de machine learning, ou d’intelligence artificielle dite “faible”, comme vous voulez) commence à produire une autocritique de qualité :

Vidéo trouvée grâce au toujours excellent Edward Tufte.

Au passage, pour ceux d’entre vous qui, comme moi, ont besoin de voir la même chose écrite dans plusieurs langages (de programmation) pour commencer à y voir clair, il y a désormais une bonne codebase de réseaux neuronaux en JavaScript, brain.js. Trouvé grâce à Hacker News, l’un de ces réseaux semi-sociaux qui reste comestible aujourd’hui2.

Gagner un peu plus d’argent

Parce que j’ai besoin de pouvoir en envoyer un peu plus que je ne le fais déjà aux quelques causes qui me semblent soutenables de cette manière. Il y a quelques temps, j’ai réinvesti la quasi-totalité de mon budget “presse” dans quelques associations, dont la Ligue des Droits de l’Homme. Mais aujourd’hui, il y a aussi eux :

Les collectifs et organisations qui luttent contre la faute morale inexcusable qui s’incarne dans les politiques anti-migratoires (aussi bien actives que passives, nationales ou européennes) ont besoin d’aide : s’informer, sensibiliser, soutenir ; faire des dons matériels ; participer à l’accueil d’urgence ou le soutenir financièrement ; donner un coup de main ponctuel.

Voilà qui devrait suffire pour un an. Meilleurs vœux et à bientôt !

  1. Instagram est un cas d’étude différent, qui relève plutôt à mon sens d’un problème d’irrigation cérébrale. []
  2. De même pour les réseaux “à peine sociaux”, voire “anti-sociaux”, que sont, par exemple, Pinboard, Soundcloud ou Tumblr—tous beaucoup moins touchés par le showbiz et par la stupidité que celui-ci trimballe dans ses bagages. []

Henri Audier, le scientifique et le syndicaliste

Dans une vie antérieure, j’ai passé pas mal de temps dans un bureau d’association qui travaillait, via la Confédération des Jeunes Chercheurs (CJC), au sein de la communauté de politiques publiques consacrée aux politiques d’enseignement supérieur et de recherche. J’en ai déjà parlé, plus ou moins discrètement, ici ou .

À cette occasion, j’avais eu la chance, comme quelques-uns des autres jeunes chercheurs engagés dans les mêmes associations, de croiser Henri Audier, chimiste et syndicaliste SNCS-FSU, qui tenait un excellent blog (sélection partielle de billets) à l’image de ses interventions dans les commissions où l’on pouvait le croiser : engagé, axé sur les enjeux les plus importants, et extrêmement bien documenté.

VRS, la revue du SNCS-FSU a consacré, le mois dernier, un dossier complet consacré à la carrière exemplaire d’Henri Audier, dans lequel on trouve un texte d’hommage des anciens de la CJC à “Docteur Henri-Edouard Audier” :

Merci à celui qui en a pris l’initiative, qui se reconnaîtra, et qui fut aussi mon principal mentor lorsqu’il fallut apprendre comment fonctionnaient les politiques et les institutions que nous1 travaillions à faire changer de cap sur différentes questions, dont celle, cruciale, des “JCE”, comme l’on disait — les jeunes chercheurs étrangers et leur accueil en France.

À ce sujet…

Le dossier ci-dessus est paru le même mois où l’on a appris que les gestionnaires du sous-investissement massif dans l’emploi scientifique étudiaient la possibilité d’élever considérablement (de multiplier par plus de 10…) les frais d’inscription des étrangers extra-communautaires venant étudier en France.

Le rapport de la Cour des Comptes contenant ladite proposition (p. 83-sq.) est atterrant à différents points de vue. L’idée générale y est bien de fermer les frontières de l’enseignement supérieur français à une partie des étrangers hors-UE, en lançant le signal dissuasif d’une augmentation monstrueuse des frais d’inscription.

Le rapport est à peine plus subtil que ne le laisse supposer les annonces des deux paragraphes précédents : la recommandation de la Cour des Comptes est certes de concentrer cette politique de dissuasion sur les Masters, mais les passages sur le doctorat ne sont pas beaucoup plus encourageants2.

Rien, dans ce rapport ou dans les politiques menées actuellement, ne semble aller dans le sens des propositions qu’Henri Audier a défendu avec passion pendant toute sa carrière, et qu’il faudra continuer de défendre, en attendant les prochaines fenêtres d’opportunité de les faire avancer.

  1. Ce “nous” est très collectif : la CJC était, et est probablement toujours, une merveille d’organisation décentralisée, bien qu’également dotée de spécialistes (bonjour Philippe !) ou de chevilles ouvrières (J.-T. et les semi-anonymes de “la coord”, par exemple). []
  2. Dans la mesure où la Cour y entérine l’idée, absurde, que les doctorants sont eux aussi fondés à devoir payer pour “s’inscrire à la fac”… sauf qu’en début d’année universitaire, un doctorant ne “s’inscrit pas à la fac”, mais occupe son premier emploi scientifique — d’où la proposition de faire prendre en charge ces frais par les laboratoires, ou de les supprimer purement et simplement []

French Election Study : où trouver l’Enquête Électorale Française

En rédigeant le billet précédent sur les jeux de données en sciences sociales, j’ai réalisé que j’avais toujours du mal à localiser les fichiers de l’Enquête Électorale Française (EEF), aussi appelée French Election Study (FES).

L’enquête est l’équivalent français des American National Election Studies (ANES), de la British Election Study (BES), et de la German Longitudinal Electoral Study (GLES1). En revanche, à ma connaissance, contrairement à toutes ces enquêtes, elle n’est pas documentée sous la forme d’un site ou d’une page Web qui permette de facilement comprendre ce que contiennent les fichiers, et (c’est le sujet de ce billet) où les télécharger2.

Localiser l’enquête demande actuellement de naviguer entre plusieurs sites Web, catalogues de données, moteurs de recherche et institutions, organismes ou équipes de recherche responsables de la diffusion des données. Les quelques paragraphes ci-dessous expliquent comment s’y prendre, en espérant que cela puisse être rendu plus simple à l’avenir.

Mise au point : comme l’indique Tristan Guerra en commentaire3, on dispose non pas d’une mais de deux “enquêtes électorales françaises” pour 2017 : l’Enquête Nationale Électorale Française (ENEF), et l’EEF/FES. La première n’étant, à ma connaissance, disponible nulle part4, le reste de ce billet se concentre sur l’EEF/FES.

CDSP → Réseau Quételet (CASD)…

Pour commencer à chercher les données de la FES, on va commencer du côté du CDSP, le Centre de Données Socio-Politiques, basé à Sciences Po5.

Le CDSP ne produit pas l’enquête, qui résulte du travail d’une équipe de recherche pluri-établissements, majoritairement basée au CEE de Sciences Po, au CED (Bordeaux), et à PACTE (Grenoble). En revanche, le CDSP en supervise la diffusion.

“Supervise” car, avant-dernier arrêt avant le terminus, la diffusion des données est entre les mains du Réseau Quételet, qui délègue la demande d’accès aux données… au CASD, le Centre d’Accès Sécurisé aux Données.

Vous êtes arrivé(e) : tout le monde descend.

Réseau Quételet → ORDS → BDQ…

Le site Web principal du Réseau Quételet, qui est hébergé par PROGEDO6, propose un “Outil de Recherche de Données en Sciences Sociales” (ORDS).

Problème : la requête “Enquête Électorale Française”7 ne trouvera que l’EEF 2012, et une partie de l’Enquête post-électorale française (EPEF), années 19588, 1978, 1988, 1995 et 1997, mais pas 1962, 2002 ou 2012. Quant à la requête “French Election”, elle ne trouvera que l’EEF 2012.

Pour obtenir plus de résultats, la première option est de se rabattre sur la Base de questions (BDQ) du Réseau Quételet, qui pré-existait à l’ORDS, et qui présente également l’avantage de produire une URL stable et lisible par enquête.

On y trouvera l’EEF 2007, et la série complète de l’EPEF, années 19589, 1962, 1978, 1988, 1995, 1997 et 2012. Il manque 1981, pour laquelle on n’a apparemment rien, et 2002, pour laquelle on dispose d’un panel en trois vagues (1, 2, 3).

Attention, la FES 2007 et l’EPEF 2012 n’ont pas été étiquetées “Enquêtes électorales”, et ne sont par conséquent pas listées dans la collection du même nom. En revanche, vous trouverez toutes les enquêtes sur la page “producteur” du CEVIPOF.

Mais en fait, à ce stade, vous feriez mieux de revenir sur vos pas.

… → Nesstar

Lorsque vous avez repéré l’EEF 2012 sur l’ORDS, celui-ci vous a renvoyé sur le serveur Nesstar de Sciences PoNesstar est une infrastructure de diffusion de données, l’équivalent payant de quelque chose comme CKAN.

La “vitrine” de l’infrastructure, WebView, n’est pas nécessairement très commode, et les permaliens sont super-moches (et pas évidents à trouver), mais au moins, tout y est (sauf l’ENEF 2017 ; voir mise au point en début de billet) :

Et ailleurs ?

Les données EEF/FES sont celles utilisées pour la France dans la CSES depuis 200210.

S’il vous faut d’autres données d’enquêtes socio-politiques sur la France11, allez voir du côté de l’ESS (données françaises depuis 2002) de l’ISSP (depuis 1996), de l’EVS (depuis 1981), et de l’Eurobaromètre (depuis je-ne-sais-pas-quand).

Mise à jour : dans une réponse à un tweet, PROGEDO me rappelle l’existence de l’ADISP (Archives de Données Issues de la Statistique Publique), dont le site Web rappelle les conditions d’accès, très strictes, aux enquêtes publiques, dont l’EEF fait partie.

  1. L’enquête allemande est intégralement panélisée, ce qui présente d’immenses avantages en termes d’analyse ; les autres enquêtes le sont partiellement, sur des périodes ou des échantillons réduits. []
  2. Je marche sur des oeufs ici : l’enquête est entre les mains de personnes que je connais de près ou de loin, et mon intention, avec ce billet, n’est (surtout) pas de diminuer la valeur du travail effectué sur cette enquête, mais de pointer ce qui me semble être un défaut d’accessibilité au niveau de la localisation des données. []
  3. Et Matthieu Gallard m’a fait remarquer la même chose sur Twitter. []
  4. Le CEVIPOF diffuse des notes de recherche sur l’ENEF, mais le site Web “enef.fr” ne dit rien de l’accès aux données brutes de l’enquête. Sa page “Études et enquêtes” n’en parle pas non plus, ni le reste de son site Web, bien qu’il y eut, un temps, une page qui annonçait l’enquête. []
  5. À ne pas confondre avec l’ancien CIDSP de Grenoble. []
  6. Attention, ces deux sites Web ne sont pas accessibles en HTTPS : n’y rentrez pas d’identifiants. Quand on essaie d’accéder au site du Réseau Quételet en HTTPS, on est basculé ailleurs, sur HUMA-NUM. []
  7. J’ai vérifié, les majuscules et accents n’ont pas d’effet sur les requêtes. []
  8. Sauf qu’en fait, c’est un panel pré/post : voir plus bas dans le texte, note de bas-de-page suivante. []
  9. Sous le nom “Panel électoral français 1958”, car c’est un panel. []
  10. La description de la CSES liste trois contributions françaises sur les quatre modules pré-2017 ; en revanche, selon les descriptions de l’EEF/FES, la FES 2017 serait la cinquième contribution française. Mystère. []
  11. Sur le territoire complet ; en régional, il y a aussi l’enquête MEDW 2012 (législatives, Île-de-France et Provence), qui existe aussi pour 2014 (municipales et européennes). Les trois enquêtes sont panélisées pré/post. []

Jeux de données pour les sciences sociales

J’ai récemment transféré la page wiki d’un cours vers mon site Web, et en ai profité pour commencer à en remettre à jour les liens.

Ça s’appelle “Quantitative Social Science Data”.

Tout est dans le titre de la page, et même si je sais qu’il existe des dizaines de listes similaires1, j’aime bien avoir la mienne quelque part en ligne, afin de pouvoir y renvoyer les étudiants (ou les collègues).

Faites-moi signe si j’ai oublié quoi que ce soit de super-important2.

Quant à la liste des jeux de données que j’utilise dans le cours mentionné plus haut, elle est beaucoup plus courte.

Compléments à venir

Je n’ai pas encore inclus grand chose sur les partis et les élus, alors qu’il y a des tonnes d’enquêtes et de jeux de données sur le sujet : je suis preneur de toute liste de suggestions pour commencer une section là-dessus.

Il faut aussi que j’inclus quelques jeux de données géocodées/spatiales pour encourager la cartographie, mais comme c’est un domaine que je ne couvre pas du tout dans le cours qui a enfanté cette page, je n’ai encore rien listé.

Enfin, il faudrait que je prenne le temps de consulter… mes propres bookmarksdata:social-science, data:economics, et puis aussi data:availability, soc:quantification, et encore… mais j’ai un peu la flemme.

Bonus : une mailing-list “data”

Vous voulez vous tenir au courant des derniers jeux de données publiés, sur à peu près n’importe quel thème ?

Data is Plural, de Jeremy Singer-Vine, est la newsletter qu’il vous faut.

Allez voir les archives de la newsletter : c’est extrêmement riche et très bien fichu, avec de brèves descriptions des données qui permettent de très vite comprendre qui les a produit, ce qu’on y trouve, et à quoi elles servent.

  1. J’aime bien celle-ci, par exemple. Côté (open) data repositories, Enigma Public s’en sort très bien. []
  2. Comme tous les abonnés de la plateforme GESIS, j’ai reçu une enquête… sur les enquêtes (surveys) que j’utilise. Allez la remplir, il y a une liste intéressante d’enquêtes dans les questions. []

Collecter, visualiser, analyser des données législatives avec R

Il y a quelques semaines, j’ai eu la chance de pouvoir enseigner deux jours à Bordeaux, sur le sujet qui donne son nom à ce billet. La formation était organisée par l’URFIST Bordeaux, qui a tout organisé de part en part : merci à Sabrina, tout, absolument tout (du logement à la logistique à la coordination pédagogique) était plus que nickel !

Évidemment, le matériau de réplication est sur GitHub :

Il y a deux ou trois sujets que j’aurais bien aimé couvrir (l’utilisation d’un headless browser comme CasperJS, par exemple), mais les étudiants1 avaient besoin d’outils plus ancrés dans la pratique du code dans R même. Cela attendra une autre formation.

Vous retrouverez, dans le matériau utilisé au fil de la formation, les slides de la séance “Web scraping et APIs” que j’avais donnée au séminaire RUSS (“R à l’usage des sciences sociales”) il y a quelques années — un autre excellent endroit pour partager des connaissances méthodologiques et techniques.

  1. Presque tous des doctorants, issus de disciplines allant du droit aux mathématiques en passant par les la démographie et les neurosciences (!). []

Annals of Youtube Science 2(4): Philosophie et technique des essais cliniques

On reprend la série, en bifurquant légèrement (mais légèrement seulement) par rapport aux enquêtes, le thème le plus traité dans les quelques billets de cette année.

Découvert grâce à une amie, les cours et conférences de Bruno Falissard (chaîne Youtube), qui couvrent de très nombreux sujets ayant trait à l’utilisation des statistiques en (bio)médecine. Sa série sur les essais cliniques, et donc l’évaluation des thérapies, est très intéressante1 et facile à suivre :

Bruno Falissard, qui est aussi l’auteur d’un manuel d’utilisation de R pour traiter des données biomédicales récoltées par questionnaires, est très pédagogue, et même souvent amusant lorsqu’il pointe les différents points aveugles des méthodes que l’on utilise pour fabriquer des résultats cliniques estampillés “gold standard“.

  1. À quelques approximations près dans le texte : Claude Bernard en mécaniste, par exemple, c’est peut-être un peu trop rapide. On pourra aussi contester certaines techniques évoquées par l’auteur, comme les corrections de Bonferroni, mais ce n’est pas de la faute de Bruno Falissard, qui reconnaît leur côté très “frustre” (mais qui est étonnamment plus dur, je trouve, avec les méta-analyses par réseaux. []

Statistics and the Political Sociology of Quantification, version 2018

Ce blog évoque assez régulièrement, et parfois conjointement, la quantification comme activité sociale d’une part, et les statistiques (ou l’analyse de données) d’autre part—sujets que j’ai pu combiner, ce semestre, sous la forme d’un enseignement de Master :

La formule du cours (moitié atelier pratique, moitié exposés) est encore un peu trop baroque à mon goût, et la bibliographie est excessivement francophone, en particulier au vu du public du Master visé, très internationalisé ; mais c’est la première version que je mets en ligne1.

Le versant qualitatif du cours est un simple remâché de l’agenda scientifique identifié il y a déjà bien longtemps par le regretté Alain Desrosières2 ; la version actualisée de cet agenda est, de mon point de vue, celui d’Espeland et Stevens, qui est le seul texte, avec un chapitre sur le jargon des statistiques, que je demande pour ce cours.

Le plan donne mes sources, dont un blog dont j’ai déjà parlé, celui du projet ACQUA (ex-AGLOS). J’ai encore des dizaines de dossiers de références diverses et variées à verser dans le plan de cours, ou directement dans le projet, qui possède un volet bibliographique. Tout ceci devra néanmoins attendre que les copies arrêtent de pleuvoir…

  1. J’ai déjà expérimenté avec une formule similaire l’an dernier. []
  2. Et par d’autres, bien sûr : Donald Mackenzie, Theodore Porter, James C. Scott, Libby Schweber, Harry Woolf… []

Code et données pour les sciences sociales (2) Automatisation

Une série de billets visant à commenter (pas à traduire) le guide de Gentkow et Shapiro (2014). Précédemment : Ép. 1 (Introduction), Ép. 1.5 (Informatique).

L’informatique utilise un principe simple : ne pas se répéter. Tout ce qui peut faire l’objet d’une automatisation doit l’être, afin d’éviter de perdre du temps à ré-implémenter quelque chose qui l’a déjà été par le passé, ou qui aurait pu être conçu de manière programmatique, c’est-à-dire automatisé.

Si l’on cherche à sophistiquer un peu ce mot d’ordre, on en arrive rapidement à des distinctions comme celle entre programmation impérative et programmation fonctionnelle, mais dans le contexte de la recherche scientifique, on a surtout besoin de formuler quelques principes plus généraux :

  • Comme pour une recette de cuisine ou une partition de musique, tout ce qui peut être automatisé, c’est-à-dire reproduit à partir d’un protocole d’enquête codifié et reproductible à l’identique, mérite de l’être, ne serait-ce qu’à des fins pédagogiques ou parce que la recherche requiert de fournir ces protocoles à des fins de publication ;
  • Tout ce qui peut être “scripté“, c’est-à-dire décrit comme l’exécution d’une suite d’étapes (les actes et les scènes au cinéma ou au théâtre), mérite aussi de l’être, afin d’en permettre la reproduction la plus simple et la plus rapide, et éventuellement, son amélioration future, dans un objectif de cumulativité.

Gentzkow et Shapiro donnent des exemples avec Stata : ils décrivent l’utilisation de scripts (do-files dans le jargon Stata) mis à la chaîne les uns des autres, dont l’exécution finale est déléguée à un script Windows. L’ensemble est aussi transparent que possible et devrait rester réplicable à l’identique quelques années au moins : mission accomplie.

Quand je code en R (exemple), je n’automatise quasiment jamais jusqu’à utiliser un Makefile, mais j’inclus toujours beaucoup de documentation sous la forme d’un ou plusieurs README, et laisse aussi souvent un fichier “make.r” qui remplit la fonction d’un “Makefile R” qui serait limité à l’exécution du code1

L’autre technique d’automatisation, probablement la plus moderne et la plus appropriée, consisterait à développer le principe des notebooks (documents dynamiques : voir Jupyter, knitr et R Markdown) jusqu’à ce qu’ils puissent générer des documents collant encore plus au format des textes scientifiques2.

C’est exactement ce qui est en train de se développer avec Radix for R Markdown, qui me semble extrêmement prometteur. Il faut aussi garder un oeil sur l’automatisation d’autres tâches que l’écriture, comme le peer review : la “chaîne de travail” du Journal of Open Source Software, entièrement conçue sur GitHub, est extrêmement innovante en la matière.

  1. Un Makefile, de même qu’un script R plus complet, aurait aussi la possibilité d’actualiser les résultats inclus dans les articles ou les slides liées au code. En attendant, cela fait longtemps que je me dis qu’il faudrait que j’écrive des Makefiles, et ne le fais jamais. []
  2. Stata vient aussi de se mettre aux documents dynamiques avec Markdown, mais traînera toujours derrière des langages plus flexibles et entretenus par des communautés d’utilisateurs plus larges et dynamiques. À ma connaissance, SAS et SPSS sont dans les choux… Fin de partie ? []