Women Also Know Stuff, édition personnelle 2017/08

La suite de ce billet. Éditions précédentes : 2017/01, 2017/02, 2017/03, 2017/04, 2017/05, 2017/06. Billet publié début septembre, avec un peu de retard—pardon !

  1. Je ne l’ai encore jamais lue au format roman, mais j’aime bien Virginie Despentes. Ci-dessous, un entretien de septembre 2016 enregistré à Nancy, la ville de son enfance, à l’occasion de la sortie de Vernon Subutex, t. 3 :

    J’aime bien aussi cet entretien dans le Journal du dimanche, repéré grâce à un tweet de Jean-Raphaël (merci !).

  2. J’ai bien aimé aussi, il y a quelques mois, écouter Najat Vallaud-Belkacem mettre une « journaliste » télévisée face à son absence totale de professionnalisme. Voir cet article du Monde pour le contexte.

  3. Jennifer (Jenny) Bryan enseigne, avec Shaun Jackman, le génialissime cours « Data Wrangling, Exploration, and Analysis with R », où l’on trouve notamment ces slides, qui expliquent tout ce qu’il faut savoir pour écrire un makefile :

  4. J’adore la personnalité et le jeu d’actrice de Charlotte Rampling, et cette interview du Guardian m’a conforté dans cette opinion.

  5. Un spectre hante les comptes Twitter de sciences sociales : le spectre de James M. Buchanan, accusé, dans un ouvrage récent de Nancy MacLean, d’être à l’origine d’une cabale libertarienne de subversion du régime démocratique américain. Le débat sur l’ouvrage n’est pas tranché, mais si je ne devais recommander qu’une seule réaction au texte, ce serait celle d’Elizabeth Popp Berman, qui écrit :

    …I wish MacLean had written a different book. I find Democracy in Chains, as it is actually written, hard to defend. But it touches on two themes that deserve books of their own—books written with equal power as the one MacLean has produced, but that are written as history rather than polemic.

  6. Ybrid, a.k.a. Sylvie Egret, pour sa techno lente, sombre et industrielle, repérée dans un set de Manu Le Malin (dans plusieurs, en fait). Attention, vous risquez de trouver ça inintéressant si vous n’êtes pas un(e) fan inconditionnel(le) d’Einstürzende Neubauten et de « Metall auf Metall » de Kraftwerk :

  7. Jackie White, « The Rise to Success in the Office: Female Style » :

    If you stay enough years and the company grows, attrition will probably force them to make you an officer of the company. This will be an “Assistant” something. (There isn’t anything else they can do with you.)

  8. Alias Grace, un autre roman de Margaret Atwood, mentionnée il y a deux mois pour The Handmaid’s Tale, est en cours d’adaptation pour la télévision canadienne.

    J’en profite pour vous remettre une photo de la très, très talentueuse actrice principale, Elizabeth Moss (déjà citée, donc), qui explique très bien la série dans les colonnes du Guardian :

    Moss s’en sort également bien dans les deux saisons assez étranges de la série Top of the Lake, dont je n’arrive pas à décider si je l’ai trouvé bien écrite ou pas. L’absurdité des personnages est définitivement très australienne (note : je ne connais rien de l’Australie, sinon Mad Max et Bad Boy Bubby).

  9. Bridget Kendall, pour cette conférence sur la place de la Russie dans le monde :

  10. À de très rares et notables exceptions près (je pense, en France, à Dounia Bouzar), on ne trouve pas de femmes dans le champ de l’expertise sur le terrorisme—champ fascinant à observer d’un point de vue sociologique, au-delà de la saine exaspération qu’il suscite.

    Pour quelques éléments d’explication, voir les travaux de Lisa Stampnitzky sur la construction de ce champ. Lisa Stampnitzky travaille désormais sur la torture (aux États-Unis post-11 septembre), toujours dans une perspective de déconstruction des récits d’autorité, et cela promet d’être tout aussi intéressant à lire.

Mention spéciale : Siouxsie Sioux, ma chanteuse favorite. Ci-dessous, un titre du premier album de Siouxsie and the Banshees.

Women Also Know Stuff, édition personnelle 2017/06

La suite de ce billet. Éditions précédentes : 2017/01, 2017/02, 2017/03, 2017/04, 2017/05. Cette série de billets fera sa première pause annuelle le mois prochain et redémarrera fin août.

  1. Laura Poitras, réalisatrice de The Oath et Citizenfour, sort son documentaire sur Julian Assange et WikiLeaks, Risk, cet été.

    Cette interview avec Vox donne plein de détails, et surtout m’apprend l’existence de son projet Field of Vision, qui contient toutes sortes de petites pépites cinématographiques, telles que The Moderators, sur les petites mains qui nettoient les réseaux sociaux, Relatively Free, sur Barrett Brown, ou Our New President, sur la tragicomique réception de Trump en Russie :

  2. Grace Hopper (1906-1992), « reine du code », a conçu le premier compilateur. Le langage qu’elle a largement contribué à développer, COBOL, reste le langage informatique le plus important pour l’industrie bancaire – ce qui commence d’ailleurs à poser problème.

  3. Lisa Mandel et Julie Pagis, qui suivent les élections avec des classes d’école primaire et de collège :

    La série précédente de dessins, réalisée avec Yasmine Bouagga, portait sur la « jungle » de Calais et sur les migrants réfugiés aux alentours ; elle se trouve à la même adresse, est tout aussi recommandable, et est récemment parue en album.

    Seul regret : aucun moyen – à ma connaissance — de facilement naviguer les archives de chaque série pour les lire dans l’ordre de parution.

  4. Elisabeth Moss et les autres actrices de la série The Handmaid’s Tale, basée sur le superbe roman dystopique de Margaret Atwood :

    Le compte-rendu qu’en a fait Emily Nussbaum dans le New Yorker est très bon, de même que le portrait d’Elisabeth Moss par Sarah Hughes dans The Observer.

  5. Samantha C. Tyner et Heike Hofmann, avec qui nous publions « Network Visualization with ggplot2«  dans The R Journal cette année, après un an ou presque de corrections au code.

    Comme je compte l’expliquer dans une note en anglais sur mon blog R lorsque l’article sera paru, Samantha C. Tyner a fait l’immense majorité du boulot, et l’intégralité du boulot sur les deux derniers rounds de révision : tous les honneurs lui reviennent donc.

  6. Dasha Rush, à nouveau, pour ce mix (parmi d’autres) :

  7. Gina Pollack, pour son documentaire sur les restrictions d’accès à l’avortement en Louisiane, diffusé dans l’excellente série Op-Docs du New York Times :

  8. Joni Lovenduski est la première femme à se voir décerner l’ECPR Lifetime Achievement Award, créé en 2005.

  9. J’ai complètement raté, à sa sortie, Mémoire vive, le livre de Sarah Gensburger sur le quartier du Bataclan après les attentats de 2015.

    Voir aussi cette émission de France Culture sur l’histoire des mémoires, où interviennent également Denis Peschanski et Christian Delage.

  10. Juste après l’élection d’Emmanuel Macron à la présidence de la République française, Pippa Norris cherchait à ramener tout le monde aux réalités du vote pour les partis populistes en Europe :

    So is the wave of populist nationalism finished? Hardly.

Mention spéciale pour la chanteuse iranienne Sahar Mohammadi, pour ce magnifique concert diffusé par France Musique, dans l’émission « Ocora Couleurs du monde » de Françoise Degeorges :

Un petit mot pour Jean-Christophe Victor

jean-chirstophe-victor Jean-Christophe Victor, le formidable pédagogue de l’émission « Le dessous des cartes » sur Arte, a rendu l’antenne hier. Son émission est la seule émission télévisuelle que je recommande à tous mes étudiants de première année, et je sais de source sûre que son émission avait aussi un immense succès dans l’enseignement secondaire.

Jean-Christophe Victor avait cofondé le Lépac, un laboratoire privé de géopolitique, sur lequel s’appuyait son émission. Cette position atypique, insérée dans l’espace médiatique et hors du champ universitaire, en faisait une entreprise intellectuelle assez exceptionnelle, dotée d’une grande liberté de parole, comme en témoigne sa dernière interview sur la façon dont Google Maps gère la visualisation des frontières contestées dans des pays comme la Chine ou la Russie.

La dernière émission de Jean-Christophe Victor est consultable dans le billet d’hommage publié par Arte Info, et l’on trouvera toutes sortes d’hommages sur le compte Twitter du Lépac. J’espère qu’Arte continuera à diffuser l’émission et d’en éditer l’intégrale en DVD, afin que rien ne se perde de cette excellente ressource pédagogique.

Tragi-comédie britannique : revoir « Yes Minister » après le Brexit (et un peu de « The Wire » en bonus)

Jim Hacker — I’m not like you, Humphrey. I’m pro-Europe, I’m just anti-Brussels. I sometimes think you’re anti-Europe and pro-Brussels.

Yes Minister, saison 2, épisode 5 (« The Devil You Know« )

Je ne suis pas sûr, cette année, de pouvoir présenter mes slides sur les séries télévisées britanniques et leur apport à la compréhension du fonctionnement de l’État britannique.

La série « Yes Minister », abondamment citée dans ma présentation, est toutefois tellement drôle que je ne peux m’empêcher d’en partager deux extraits ci-dessous—extraits devenus encore plus tragicomiques depuis le vote du « Brexit », sujet déjà évoqué sur ce blog ici, , et là aussi.

Extraits trouvés grâce à une conférence sur le « Brexit » à l’Institut Universitaire de Florence, conférence que je recommande également à tous ceux intéressés par le sujet :

Aparté n°1 : Yes Minister et le public choice

En visionnant le documentaire The Trap, qui dresse un excellent portrait de la pensée néolibérale, j’ai appris que la série Yes Minister n’était pas simplement un support de cours très pertinent pour enseigner les théories du choix rationnel – en fait, elle a été très directement inspirée par ces théories dès ses origines, comme l’explique rapidement l’ouvrage (hagiographique) d’un biographe de Margaret Thatcher :

blundell-thatcher-bio-p97

Je me disais bien, aussi, que certaines scènes étaient tellement faciles à « styliser » que c’en était louche…

yes-minister-principal-agent

Aparté n°2 : The West Wing et The Wire

Dans mon billet initial, je citais d’autres séries télévisées susceptibles d’être « enseignées » – et notamment The West Wing et The Wire. Je n’ose imaginer une future suite à The West Wing, qui porte sur l’exécutif présidentiel américain, lorsqu’il sera temps de porter Trump à l’écran…

Quant à The Wire, je tenais à finir ce billet en signalant un article récent de Béatrice Cherrier, qui utilise cette série pour enseigner l’économie. Là encore, la réalité ne fait que rejoindre la fiction, l’un des personnages de la série prenant à un moment donné l’initiative de suivre des cours d’économie pour maximiser les profits de son réseau entreprise de trafic de drogue.

cherrier-wire

cherrier-wire-2

cherrier-wire-3

Sur The Wire toujours, je profite de ce billet pour signaler également cet ouvrage en français, qui lui est tout entier consacré, et dont on trouvera l’un des chapitres ici.

Quelques séries télévisées britanniques à regarder

Ayant eu récemment l’occasion de m’amuser à regarder quelques séries télévisées pour un cours sur la politique (comparée) au prisme des fictions du petit écran, j’en profite pour faire un peu de publicité à ces séries en partageant mes slides :

Le cours faisait intervenir plein de monde, avec des présentations sur The Wire, devenue incontournable, The West Wing, Mad Men, et j’en oublie.

Les lecteurs de ce blog connaissent déjà la plupart d’entre elles, mais je souhaite quand même en recommander deux : Boss, d’un cynisme (américain, glacial) effroyable mais pas nécessairement irréaliste (la double négation est justifiée…), et The Thick of It, d’une vulgarité et d’un humour (britannique, absurde) à hurler de rire, surtout si vous adorez l’accent écossais de Peter “Doctor Who” Capaldi.

Je ne sais pas combien de temps je garderai les extraits vidéo mentionnés sur mon disque dur, mais dans l’immédiat, essayez ce lien.

Mise à jour : quelques mots en plus sur la série britannique Yes Minister dans ce billet plus récent.

Quand Nicolas Sarkozy parle

Dans un régime politique où le pouvoir exécutif est nettement dominé par une seule figure politique, celle du président ou du premier ministre, tout ce qui touche au chef de l’État fait l’objet de très nombreux commentaires. Le “style présidentiel” est une notion qui revient très souvent dans les médias, mais aussi dans les opinions politiques : on apprécie, ou pas, le style de tel candidat à l’élection présidentielle, ou de tel président.

En France, le président de la République est au centre d’interrogations permanentes quant à sa manière de communiquer, sa manière de gouverner, mais aussi sa santé, ses humeurs, sa vie privée (ce qui rappelle de près ou de loin les régimes monarchiques et les interrogations de la cour ; l’ouvrage de Marc Abélès, Anthropologie de l’État, le montre très bien à partir d’une étude de gestes symboliques accomplis par François Mitterrand). Aux États-Unis, où l’histoire du pays ne contient pas de période monarchique ou impériale, la focalisation sur la personne du président est tout aussi visible.

Comment la science politique peut-elle saisir la réalité sous-jacente à ce que l’on désigne lorsque l’on évoque le “style” du président ? C’est une question très sérieuse dans la science politique américaine, où beaucoup de travaux (voire des revues) portent sur la personnalité présidentielle, dans la suite des travaux de Richard Neustadt dans les années 1960. Des recherches (de Fred Greenstein, Stephen Skowronek, Adam Sheingate et d’autres) ont depuis montré que ce regard ne permet pas de comprendre l’histoire des décisions publiques – le rôle du Congrès et celui de la Cour Suprême sont trop prégnants, et une combinaison des analyses de la personnalité présidentielle et des institutions politiques donne de meilleurs résultats.

En France, Nicolas Mariot et d’autres ont étudié la fonction présidentielle et les manières de l’habiter. Nicolas Mariot a notamment retracé l’utilisation d’un outil : le voyage présidentiel. Récemment, Paul Bacot a publié une petite note pour la revue qu’il dirige, Mots. Les langages du politique. Cette note de trois pages analyse la prise de parole de Nicolas Sarkozy pendant l’émission-fleuve où celui-ci s’est exprimé au sujet de la crise financière. Les intervieweurs principaux étaient David Pujadas et Laurence Ferrari.

Que remarque Paul Bacot ? Que les intervieweurs ne sont pas traités de manière identiques : Nicolas Sarkozy a en face de lui “Monsieur Pujadas” et “Laurence Ferrari”. Nicolas Sarkozy donne aussi du “Monsieur” deux autres journalistes masculins qui interviendront plus tard en cours d’émission, creusant l’écart de traitement entre Laurence Ferrari et ses collègues. La distinction, note Paul Bacot, est importante :

En les appelant différemment, notamment quand il s’adresse à eux, il leur assigne une identité de genre.

Dès lors, on pourrait se demander s’il s’adresse de façon aléatoire à l’un et à l’autre durant sa prestation, ou bien s’il choisit son interlocuteur en fonction de ce dont il traite. Une telle attribution de rôles distincts pourrait être mise en relation avec le fait que Nicolas Sarkozy ne leur parle pas de la même façon – mais sans que cela puisse en quoi que ce soit expliquer le choix de chacune des deux modalités d’adresse1.

L’auteur fait attention à ne pas imputer ces adresses différentes à un autre facteur que le président de la République lui-même2.

Paul Bacot, comme Nicolas Mariot, procèdent à des objectivations de données extraites du monde réel, et sur lesquelles ils opèrent des calculs, des visualisations (les cartes chez Nicolas Mariot), et des interprétations. Leurs données forment des séries : statistiques, géographiques, historiques. Il est possible d’arriver à des conclusions significatives sur le plan scientifique, même lorsque l’on part de données très peu tangibles3, et déjà investies par les intellectuels (les “préposés aux choses vagues”, disait Paul Valéry) ou les journalistes. Il faut être assez prudent, mais les exemples ci-dessus montrent que, lorsque Nicolas Sarkozy parle, les scientifiques écoutent… mais pas de n’importe quelle manière.

À consulter

  1. Mon emphase. []
  2. Ce faisant, Paul Bacot “contrôle” son observation, ce que les scientifiques font tout le temps, les journalistes presque jamais – en général, l’information journalistique est simplement recoupée : deux avis convergents et l’appréciation du journaliste suffisent (je caricature sans volonté de provocation ; quoique…). Le contrôle est un aspect essentiel de l’analyse scientifique. Ce matin, un journaliste de France Info annonçait que les fraudes à la Sécurité sociale était en forte hausse, or la suite de son reportage montrait simplement que la traque des fraudeurs était le seul facteur à avoir varié (en hausse), ce qui ne permet pas de conclure que les fraudes augmentent ; simplement, quand on les “cherche” mieux, on les “voit” mieux. Le même biais statistique (ignorance du base rate) peut expliquer la recrudescence des incivilités (augmentation du dépôt de plainte), des vols de téléphone portable (augmentation du nombre absolu de portables), ou des cancers (dépistage plus efficace). []
  3. Betrand Russell a écrit quelque part (j’ai perdu la référence) que, pour un scientifique, partir d’une question claire était nécessaire mais généralement impossible d’entrée de jeu, et que la construction d’une question précise était un résultat du travail scientifique. []