Suicides chez France Telecom, chronique judiciaire

Un très bref billet pour signaler que Le Monde a publié 21 chroniques judiciaires sur le procès, en cours, lié à la vague de suicides chez France Telecom. L’affaire est vieille de dix ans, et Joël m’a rappelé que j’en avais parlé sur ce blog, de même qu’Éconoclaste1.

J’ai parcouru quelques-unes des chroniques, et il est surprenant de voir à quel point l’on dispose de bien peu de données, même dix ans plus tard. Ayant toutefois eu l’occasion de vérifier par moi-même la sous-dotation scandaleuse de la médecine du travail en France, je ne suis pas plus surpris que ça.

Le thème du suicide est certes un peu glauque, mais quand on travaille en sociologie, il est incontournable, de même qu’en santé publique. Le thème est aussi devenu difficile à contourner dans l’étude du terrorisme : j’avais évoqué les attentats-suicide ici et .

  1. Éconoclaste a désormais vingt ans ! Et le blog avait aussi évoqué les suicides chez Renault, de même qu’un suicide à Saint-Cyr, ce qui me rappelle ce cas tragique, à Polytechnique, où un élève avait sauté en parachute sans son parachute, cas évoqué dans cette excellente conférence, qui porte notamment sur ce sujet. []

Suicides chez France Telecom, deuxième passage

Je fais suite ici à la pas-si-brève note que j’ai rédigée, partiellement sous le coup de l’émotion, à propos des suicides à France Télécom. Un blogueur, venu d’un autre blog où j’ai mentionné la note (et où deux autres réactions ont été publiée peu après), a pris le soin de critiquer ma note dans le détail.

Le dernier commentaire indique trois limites possibles à ma note : on peut contester les motifs de la réduction des effectifs à France Télécom, le taux de suicide à établir pour les années 2008-2009, et la correction des biais dans les chiffres servant à établir à la fois la tendance des taux, et leur comparaison avec ceux de la population générale. Stéphane, qui blogue sur Éconoclaste (le blog mentionné ci-dessus), pense que les données ne permettent d’établir ni la tendance, ni de soutenir la comparaison ; ma note propose une observation (tendance à la hausse, inverse à celle de la population générale, et taux supérieur sur les années observées), et son critique propose d’établir l’observation inverse.

Pour être entièrement honnête, Stéphane est celui qui a, de loin, le plus raison : les données ne sont pas assez solides. Le comportement des élites dirigeantes de France Telecom est inacceptable (les propos initiaux l’étaient, et les excuses elles-mêmes ont tardé), et les effets négatifs du travail sur la santé sont une réalité objective, étudiée dans plusieurs travaux de sciences sociales, d’épidémiologie et de santé publique ; mais même si la question des taux de suicide, de leur tendance et de leur évolution est une question intéressante, posée par de nombreux observateurs, il n’y a aucune certitude possible à partir des données dont on dispose.

En l’absence de données fiables, mon raisonnement doit s’arrêter au plausible, et je persiste à croire (la croyance n’étant pas une preuve mais un élément de départ du raisonnement scientifique) que ma position est la plus plausible, et que la position inverse est la moins plausible. Les réductions d’effectifs de France Telecom ne sont pas de simples départs à la retraite non remplacés, comme peut le laisser penser le window-dressing de la direction du groupe, mais une destruction calculée de la main d’œuvre, ce que les témoignages d’employés confirment. C’est ce qu’on appelle de l’anecdotal evidence : ça n’a pas valeur de démonstration, mais c’est un point de départ. Il y a aussi les chiffres : 50 000 employés en moins d’une décennie, soit un tiers de la main d’œuvre, ça ne se laisse pas appréhender comme une réduction simplement mécanique dû à l’âge des effectifs. Mais il faut une donnée précise sur l’âge des employés, que je n’ai pas.

Cette donnée permettrait de mieux contrôler la suite des estimations, ce qui reste à faire. Est-ce que l’on trouverait une tendance à la hausse ? Je crois que oui. Les chiffres 2008-2009 ne sont, malheureusement, pas arrêtés, comme le montre le suicide survenu après la rédaction de ma note. En conséquence, le taux de 23/100 000 donné dans ma note ne peut pas être corrigé avec exactitude : utiliser une moyenne sur deux ans efface le risque de suicide sur les mois qui arrivent, et efface la différence entre les suicides de 2008 et ceux de 2009. Il faudrait, pour faire les choses bien, observer précisément la répartition des suicides dans l’année, ce qui reste également à faire, malgré l’aspect assez macabre que prendra alors toute démonstration réellement contrôlée.

À partir de cette démonstration, est-ce que l’on trouverait un taux plus élevé que dans un échantillon identique tiré de la population générale ? Je crois aussi que oui. Même en corrigeant brutalement, comme dans le dernier commentaire apporté à ma note, on persiste à trouver un taux supérieur à France Telecom en 2000 ; celui de 2002 semble en revanche proche de la population générale ; et celui proposé pour 2009 est inférieur, ce qui serait aberrant, à moins de supposer, contre toutes les données dont on dispose sur la santé au travail, qu’il est bénéfique d’appartenir à un environnement professionnel où le stress a augmenté sous des pressions liées à la gestion des effectifs et de la performance.

En deuxième passage, je dois donc retirer le côté assertif de ma note, mais si j’en conserve l’intuition première, à titre d’hypothèse plus plausible que les autres. Il faut se contenter de ces éléments, jusqu’à ce qu’un travail sérieux et documenté puisse établir une observation fiable. Hélas, il n’y a aucune certitude que ce travail soit un jour effectué, ni à l’intérieur de France Telecom (pour rappel, tout ceci est une mode sans gravité pour la direction du groupe), ni à l’extérieur. Stéphane, toujours, a raison de rappeler que le travail d’une commission d’enquête peut être vain, si l’on en juge par l’absence d’améliorations concrètes qui caractérise souvent ce style de réponse à un problème devenu public. Mais la valeur symbolique d’une commission est non négligeable, et ce serait une première forme de justice morale faite aux victimes des pressions du travail. Si une commission peut aussi exiger que l’on construise des données solides pour traiter du problème en toute connaissance de cause, ce serait une deuxième victoire morale, celle des données sur les spéculations, et surtout celle des résultats sur les interprétations données à la presse des dirigeants du groupe France Telecom.

Mise à jour, octobre 2009 : plus de chiffres, moins de certitude. Maintenant que j’ai passé suffisamment de temps à identifier les biais, je me rends compte à quel point on est loin, très loin d’arriver à des statistiques comparables. À moins de comparer avec… un autre grand groupe industriel de population comparable.

Mise à jour, juin 2010 : ce dossier est toujours d’actualité, et les nouveaux chiffres montrent une augmentation des cas de suicide.

Deux cas de grippe porcine chez France Télécom

Cardon, dans le “Canard enchaîné” du 16 septembre 2009 On pouvait, à la rigueur, laisser le bénéfice du doute aux propos du PDG de France Télécom, Didier Lombard (Polytechnique/ENST) sur la “mode” du suicide, dans son entreprise. Les propos d’Olivier Barberot, diplômé de l’École des Mines, DRH dans la même structure, laissent toutefois peu de place à l’erreur :

C’est pas dramatique, j’ai vu pire que ça. Le nombre de suicides n’augmente pas : il y en a eu 28 en 2000 et 29 en 2002. (Le canard enchaîné, 16 septembre 2009, qui rappelle : 23 suicides dans les derniers 18 mois chez France Télécom).

Olivier Barberot omet de préciser que, dans les années 2000-2002, les effectifs de France Télécom étaient nettement supérieurs aux effectifs actuels, le groupe ayant réduit ses “sureffectifs” d’environ 40 000 employés entre 2002 et 20081. L’entrée Wikipedia de France Télécom ne contient pas de données précises, alors il faut se rabattre sur les rapports annuels :

  • ETP France, 2000 : 148 846
  • ETP France, 2002 : 141 061
  • ETP France, 2008 : env. 100 0002

Rapporté au nombre de suicide, voici le taux de suicide à France Télécom et celui de la population générale sur ces mêmes années. Les statistiques que j’utilise ne permettent que de révéler la tendance : à la hausse chez France Télécom, à la baisse dans la population générale.

  • 2000 – FT : 18,8 ; GEN : 18,4
  • 2002 – FT : 20,5 ; GEN : 17,8
  • 2008-2009 : FT : env. 23 ; GEN (2006) : 17,13

À la louche, le risque de suicide pour un employé de France Télécom est actuellement d’environ un tiers plus élevé (1.35) que pour le reste de la population française4. Les inégalités de santé ne sont pas un phénomène nouveau : voici un exemple dans une grande entreprise française. Un seul organe de presse s’est-il donné la peine de faire sortir cette tendance ?

Ce serait peut-être le moment pour les associations professionnelles des sciences sociales (on pense immédiatement à l’AFS ou à l’ASES) de faire parvenir à ces deux managers, en colis avec accusé de réception, un classique des sciences sociales, annoté d’un lien vers le site Internet du Centre d’épidémiologie sur les causes médicales de décès (CépiDc, Inserm)5.

Disclaimer : il n’est pas avéré des deux personnes citées qu’elles soient malades de la grippe porcine. Mais l’on peut au moins faire l’hypothèse que leur lecture hallucinée (pour ne pas dire plus) du phénomène qui touche leur organisation, une “mode” peu “dramatique” et sans gravité apparente, puisqu’il y a eu “pire”, est attribuable à une conjonctivite ou quelque chose d’autre les empêchant de regarder la réalité en face.

  1. Le rythme des suppressions semble stable dans cette période. []
  2. ETP : équivalents temps plein. Étonnamment (ou pas), le nombre d’employés ne fait pas partie des “key figures” mentionnées dans les documents à destination des actionnaires. Le rapport annuel 2008 ne contient plus le chiffre des effectifs, il faut se fier à un quotidien suisse et à l’AFP. En 2007, le groupe comptait environ 108 223 employés en France, et avait annoncé des réductions d’environ 17 000 postes ; 100 000 est une estimation de l’ordre du raisonnable. []
  3. Taux pour 100 000. Il faudrait contrôler la répartition hommes/femmes dans les deux séries pour obtenir une approximation plus fiable, si l’on veut contrôler le “suremploi” des hommes chez France Télécom ; ceci dit, ce biais est probablement annulé par le fait que France Télécom n’emploie pas les classes d’âge qui se suicident le plus, et que l’on utilise le taux de 2006 pour la population générale alors que la tendance est clairement à la baisse (Le Monde rapporte un taux de 16,2 en 2008), sauf chez les très âgés. Voici les taux dans la population masculine : 27,9 (2000), 26,6 (2002), 25,6 (2006). []
  4. J’ai tenté de corriger plusieurs biais pour faire baisser l’écart avec des hypothèses ultra-conservatrices, mais je n’arrive jamais à un chiffre inférieur à la population générale chez France Télécom, sauf en “estimant” 30 suicides sur deux ans chez France Télécom et aucun contrôle sur la population générale (auquel cas on arrive à des taux proches chez les employés FT et chez les femmes dans la population générale ; c’est clairement aberrant). Mais allez-y, essayez. []
  5. Les informations citées proviennent toutes du site Internet de France Télécom. Les liens ont été fournis lorsqu’il s’agit de documents datés. Les taux de suicide dans la population générale sont fournis par l’Inserm (lien cité). []