Canulars scientifiques, Monty Pythons et podcasts

cleese_gumby

Je manque de temps pour écrire quelque chose de consistant sur le sujet, mais je tiens quand même à signaler aux clients du ‘bistro ce nouveau canular scientifique, qui tourne en dérision le bullshit d’un philosophe-français-très-connu :

badiou-1

Et si la première phrase du résumé ne suffit pas à vous faire recracher votre café, essayez le texte complet, qui contient ce passage tellement Monty Pythons qu’on pourrait l’inclure dans un épisode du Flying Circus :

badiou-2

Le sketch choisi pour illustrer ce billet n’a rien à voir avec la philosophie, mais les Monty Pythons ont produit plein de sketches délicieux sur le sujet : “Mrs. Premise and Mrs. Conclusion”, “Philosophers’ Football”, et bien sûr, “The Philosophers’ Song”.

Pour en revenir au canular, le texte a été publié (puis retiré) par la revue Badiou Studies. Sa bibliographie est par ailleurs très intéressante : on y trouve notamment le remarquable essai de Leo Bersani, “Is the Rectum a Grave?”, paru aux USA en pleine épidémie de sida, et qui m’a donné envie de relire Susan Sontag.

Pour une réaction au canular à laquelle je souscris en à peu près tout point, voir ce commentaire de Justin Erik Halldór Smith. Pour des précédents, voir le “canular Maffesoli”, et bien sûr, “l’affaire Sokal”.

Attention, “précédent” ne signifie pas que les canulars démontrent à chaque fois la même chose. En l’espèce, le “canular Badiou” me semble beaucoup plus proche de “l’affaire Sokal” que ne l’est le “canular Maffesoli”, qui en diffère pour les raisons clairement énoncées par Michel Dubois.

Mais au fait, pourquoi des canulars scientifiques ?

La réponse dans les premières minutes de cet entretien avec Jacques Bouveresse sur les intellectuels et les médias (pour l’explication dans le texte, voir Arthur Schütz, “The ‘Grubenhund’”, et Karl Kraus) :

Encore une fois, les différents canulars ne se ressemblent qu’en surface : le canular du “Grubenhund” visait un quotidien autrichien, alors que le “canular Badiou” vise une revue posant comme scientifique (“peer-reviewed”, dans ce contexte).

Notez bien que, de l’aveu même d’un de ses éditeurs, la revue Badiou Studies n’a pas les moyens d’être une revue scientifique. “Nous ne nous donnons pas les moyens d’être scientifiques, donc nous faisons juste semblant de l’être” : magnifique aveu, pour le coup !

Ce n’est pas le seul aveu : dans une réponse au vitriol, Badiou lui-même a réagi au canular en indiquant que sa présence dans le comité de rédaction des Badiou Studies était “purement décorative”.

La subversion du processus éditorial scientifique est donc ici à peu près totale. Le qualificatif de “total” va d’ailleurs plutôt bien à Badiou, mais lui-même y préférerait peut-être celui “d’infini”, qui fait quand même plus sérieux.

La suite en podcasts

J’avais déjà évoqué le “canular Maffesoli” à l’occasion d’une esquisse d’analyse du sous-espace éditorial formé par les revues francophones de sociologie.

Des sources très fiables me soufflent que les auteurs dudit canular passent aujourd’hui dans l’émission Du grain à moudre sur France Culture. À vos postes / podcasts !

Et s’il vous reste du temps après ça, je vous conseille cet exposé sur la philosophie des statistiques, par l’un des auteurs du “canular Badiou”.

Mise à jour, même jour plus tard : l’émission est là.

« La fonction critique »

C’est en découvrant que Wolfgang Streeck avait un blog que je suis tombé sur cette conférence, enregistrée à l’occasion des 40 ans de l’EHESS, et que je n’avais pas eu le temps d’écouter en juin dernier. Toutes les interventions sont recommandables, mais celles de Streeck et de Carla Hesse m’ont particulièrement plues.

canal-u-fonction-critique

Autre annonce : le dernier bouquin d’Andrew Abbott, qui était intervenu à l’EHESS dans le même cadre, vient de sortir.

Enjoy!

Best of 2010

L’année est bien entamée, et j’aime bien l’idée du best-of académique. En science politique, je sélectionnerais quatre textes, et j’attends vos suggestions :

  • Black Ravens, White Shoes, and Case Selection: Inference with Categorical Variables”, un texte inédit du statisticien David Freedman dans un recueil édité par David Collier (un collègue de Berkeley, bien connu en science politique) et al.. En quelques pages, tout y passe, le paradoxe des corbeaux chez Hempel, la sélection des cas d’étude, quelques références en passant à Taleb (que j’ai découvert grâce à Mark Blyth), l’inférence statistique à “faible n”, etc. Freedman est (était) un des plus grands statisticiens du 20e siècle, et l’un des plus ouverts à l’épistémologie qualitative. Un modèle.
  • Democracy and the Limits of Self-Rule : le dernier ouvrage d’Adam Przeworski. Enough said. La préface – autobiographique, comme son chapitre dans l’ouvrage de Munck et Snyder déjà mentionné – est absolument magistrale. Foncez dessus par tous les moyens possibles ! Des extraits sont disponibles. Je n’ai pas fini de dire tout le bien que je pense des recherches d’Adam Przeworski, que j’avais déjà mentionné en passant. Je n’ai hélas pas le temps de lire autant que je voudrais, mais si l’on me propose un cours libre l’an prochain, ce sera un cours sur la démocratie et (presque) rien d’autre.
  • Transnational Diffusion: Norms, Ideas, and Policies”, une synthèse magistrale de Fabrizio Gilardi sur un phénomène essentiel en science politique. Le texte est à présent daté de 2011 mais j’ai lu la version précédente de 2010. Le texte est une version de travail pour publication dans un handbook de relations internationales, mais l’on y apprend beaucoup de choses utiles au niveau méthodologique qui sont utiles en dehors de cette spécialisation. À suivre, surtout en rapport au contexte politique actuel en Afrique du Nord et au Moyen-Orient.
  • Rational Choice : je pense que j’ai enfin commencé à comprendre quelque chose à la théorie des jeux grâce à cet excellent ouvrage introductif d’Itzhak Gilboa. L’ouvrage ne m’empêchera toutefois pas de penser que l’immense majorité des articles dans les revues comme Games and Economic Behaviour (où l’on trouve ce genre de démonstration) représentent, au mieux, une perte de temps. Quitte à balayer le champ des rational choicers, je n’en dirais pas autant des recherches appliquées de Dennis C. Mueller en public choice (son manuel vient d’ailleurs d’être traduit en françaisshameless colleague plug!).

J’ai fait un peu exprès de prendre des textes hors de mes “intérêts de recherche” immédiats, parce que je pense apprendre autant en lisant de manière complètement sérendipiteuse qu’en lisant de manière focalisée. Dernier exemple en date, j’ai récemment appris beaucoup de choses en (re)lisant des extraits du chef d’oeuvre de Mary Douglas, How Institutions Think (clin d’oeil à David, à qui j’ai offert la traduction française) : Schelling, Williamson, tout y est. Quant aux clivages disciplinaires, qui m’évoquent de plus en plus la fractionalisation ethno-linguistique et religieuse, je refuse d’en tenir compte à ce stade.

Où vont, sinon, les sciences sociales à l’horizon 2020 ? La National Science Foundation a posé la question en 2010, et les réponses sont en ligne. Les thèmes de recherche d’une quinzaine des contributeurs m’étaient déjà connus, et la lecture de leurs papiers ouvre des perspectives de recherche passionnantes.