L’AFSP, un congrès international(isé) ?

Commençons par une anecdote.

Lors du dernier Congrès de l’Association Française de Science Politique (AFSP) s’est tenue une sorte de table ronde sur les « frontières » de la science politique, à la fois en tant que discipline scientifique et en tant que matière d’enseignement. Le programme du Congrès annonçait l’événement sous la forme d’un « atelier », mais en pratique, l’atelier « AD 1 » a pris la forme d’une suite exposés plus ou moins longs, donnés par un panel de participants du Congrès.

À la fin du tout premier exposé, qui résumait à grands traits la féminisation et la « nationalisation » (l’expansion hors-Paris) de la discipline depuis la Seconde guerre mondiale, une personne dans la salle a demandé la parole. Après s’être présentée comme criminologue et belge, et à ce titre un « double étranger » à la science politique française, la personne a noté que l’exposé n’avait pas fait mention de l’internationalisation de la discipline, alors que l’on était peut-être en droit d’attendre à ce que cet aspect des choses soit discuté dans un atelier portant sur les « frontières » de la discipline.

La question était parfaitement à sa place dans l’échange d’idées, mais qu’appelle-t-on « l’internationalisation » d’une discipline scientifique ? S’il s’agit de déplacer (une partie de) ses publications vers des supports internationaux, alors le sujet a déjà été traité : internationalisation faible et liée aux objets et aux méthodes plutôt qu’à l’âge. Mais qu’en est-il lorsqu’il s’agit d’envoyer périodiquement ses chercheurs dans des conférences et dans des institutions étrangères, ou de recevoir, tout aussi périodiquement, des chercheurs étrangers dans ses propres conférences et institutions ?

Les données

Pour ce que ça vaut, j’ai pris le temps de rajouter quelques lignes au code dont je me suis servi pour dessiner les réseaux de co-participation aux panels du Congrès de l’AFSP. Le code collecte désormais plus d’informations, et en particulier, les affiliations des participant(e)s aux sections thématiques des différentes éditions du Congrès pour lesquelles les archives sont accessibles1. Pour rappel, il y en a cinq, à raison d’une tous les deux ans : 2009, 2011, 2013, 2015, 2017.

Si vous prenez le temps de jeter un coup d’oeil aux données, vous verrez que les affiliations sont loin d’être parfaitement standardisées : j’ai néanmoins fait de mon mieux, et surtout, je pense que les données manquantes le sont de manière aléatoire – autrement dit, les affiliations manquantes, qui varient de 4% du total pour l’année 2009 à 10% pour l’année 2013, ne devraient pas menacer les statistiques descriptives qui suivent2.

Mon système de codage pour les affiliations me permet de facilement repérer celles qui correspondent à des institutions situées à l’étranger – et qui incluent, par ailleurs, de nombreuses institutions françaises, et notamment le Centre Marc Bloch, qui accueille beaucoup de politistes français. De fait, beaucoup de politistes présents au Congrès de l’AFSP et basés (ou affiliés) à l’étranger sont tout ce qu’il y a de plus français – et inversement, une large fraction des politistes basés en France est étrangère3.

Je ne vais pas discriminer entre institutions, ou entre les politistes qui s’y trouvent : pour ce billet, je vais juste repérer les pays avec lesquels la science politique entretient des liens par le biais des participations aux sections thématiques de son Congrès. Ma seule précaution consistera à ne pas inclure la section thématique organisée en 2015 par le RC 20 de l’IPSA, qui fait exception dans sa composition très internationalisée (add. : il faut aussi enlever la ST 41 du Congrès 2013, pour la même raison).

Les résultats

Commençons par repérer les pays fournissant le plus d’affiliations étrangères parmi les participant(e)s des cinq Congrès AFSP que l’on examine :

Aucune surprise ici : les pays avec lesquels la science politique française « partage » son Congrès sont d’abord ceux de l’espace francophone, mélangés aux pays européens mitoyens et à quelques pays francophiles, où la maîtrise du français se perpétue parfois comme un marqueur d’appartenance aux classes supérieures. La liste des pays est évidemment aussi contrainte par le développement des professions universitaires et scientifiques, qui reste très largement conditionné aux budgets nationaux et à la dépense publique.

Passons désormais à la part que représente ces participant(e)s avec au moins une affiliation étrangère4, notée « E », parmi l’ensemble des participant(e)s, noté « P », à chaque édition du Congrès de l’AFSP depuis 2009. C’est le résultat principal de mon petit exercice, représenté ci-dessous sous la forme d’un pourcentage par édition du Congrès sur les huit dernières années :

Ce résultat est plus difficile à interpréter qu’il ne peut y paraître de prime abord. Il y a au moins trois possibilités : (1) un problème de mesure qui fausse l’ensemble des données, ce qui est peu probable à mon sens ; (2) une présence exceptionnellement forte de participant(e)s à affiliation(s) étrangère(s) en 2009, année à laquelle le Congrès avait lieu à Grenoble (ce qui est la bonne explication ; voir en fin de billet)5 ; ou (3) une diminution de la part de ces participant(e)s au cours des éditions 2011-2017 du Congrès, qui avaient lieu dans des villes très touristiques6.

Pour être sûr de mon coup, j’ai testé différents dénominateurs : le graphique ci-dessus exclut complètement les participant(e)s pour lesquels l’affiliation universitaire est manquante, et ne compte qu’une seule fois les participant(e)s « multi-positionnel(le)s » que j’évoquais dans mon billet précédent7. La modification de l’un et/ou l’autre ces deux paramètres ne modifie que très marginalement les résultats, sans que cela ne menace à aucun moment le différentiel 2009/post-2009 observé plus haut.

Discussion rapide

Il n’y a pas, ci-dessus, de quoi se lancer dans une grande tirade sur « l’attractivité internationale » de la science politique française, sur la fuite des cerveaux et sur les « cerveaux en voyage », ou bien encore sur l’internationalisation de la science politique française. Je m’en suis tenu à une mesure (approximative) de la part de politistes basés à l’étranger parmi les participant(e)s au Congrès de l’AFSP, et de sa variation au fil d’une période de huit ans.

Les résultats me paraissent robustes et ont l’intérêt, de mon point de vue, de porter sur une population de politistes différente (et beaucoup plus étendue) de celle des travaux précédents : l’étude précitée d’Emiliano Grossman, sur les publications des politistes français, se base sur une enquête auprès d’un peu plus de 200 politistes ; et la troisième partie de la thèse de Thibault Boncourt, qui porte spécifiquement sur l’internationalisation de la discipline, elle utilise 21 entretiens pour l’échantillon français (voir tableau 4a, p. 49).

Ici, je montre que la part de politistes « affiliés à l’étranger » dans les éditions récentes du Congrès AFSP ne dépasse pas un participant(e) sur quatre – et si l’on retranche à cette fraction les politistes français basés à l’étranger de manière temporaire, le chiffre descend certainement de plusieurs points de pourcentages.

De ce point de vue, les Congrès AFSP, tout comme les revues où se publie la majeure fraction de la production scientifique de la discipline, ne sont donc pas le lieu d’une forte mixité entre l’espace scientifique national et d’autres espaces — ce qui tend probablement à y encourager la discussion des problématiques nationales – je pense évidemment aux postes – au détriment des aspects plus internationalisés du travail disciplinaire – je pense évidemment à l’agenda scientifique.

Je ne sais pas si ce constat – hypothétique ! – est à déplorer, ne sachant pas si « l’internationalisation » des participant(e)s fait partie des objectifs des organisateurs successifs des Congrès AFSP et de leurs sections thématiques. Une seule chose est sûr de mon point de vue : internationaliser une section thématique AFSP est tout à fait possible. Nous l’avons fait dans le cadre de la « ST 38 », qui s’est tenue en large partie en langue anglaise, et qui s’est bien déroulée. Il n’y a donc aucune fatalité à lire dans l’état actuel des choses, mais peut-être simplement une réflexion à avoir à l’avenir.

Post scriptum : comme indiqué plus haut, le code et les données sont en ligne. Le code des graphiques est publié à part.

Addendum : le commentaire d’Yves Déloye, ci-dessous, me rappelle que le Congrès AFSP 2009 n’était pas un congrès comme les autres, puisqu’il accueillait aussi le troisième Congrès international des associations francophones de la discipline (CoSPoF). J’aurais dû m’en souvenir, j’y étais !

J’en profite pour rajouter deux choses : (1) les résultats sont aussi provisoires que les données, car il reste du nettoyage à faire (voir les mises à jour sur GitHub) ; et (2) toute aide est naturellement bienvenue.

  1. Je n’ai pas traité les conférences plénières et autres « modules disciplinaires », très inférieures en nombre, et qui me semblent moins représentatifs du phénomène que l’on cherche à examiner. []
  2. Ces valeurs manquantes sont pour partie liées aux participant(e)s qui ont « décommandé » leur participation au Congrès, et qui apparaissent dans les indexes des participant(e)s, mais pas dans les programmes des section thématiques, d’où viennent les affiliations. []
  3. Comme l’a rappelé le membre (allemand, et parfaitement francophone) du bureau de l’ANCMSP qui s’exprimait lors de « l’AD 1 », la CJC estime à près de 40% le pourcentage de jeunes chercheurs étrangers parmi les jeunes chercheurs travaillant en France. []
  4. Les participant(e)s aux Congrès AFSP peuvent naturellement avoir déclaré plusieurs affiliations universitaires : le phénomène, qui s’explique notamment par les affiliations au titre de « chercheur associé », concerne au moins 10% de la population étudiée. []
  5. Vu que le Congrès a lieu au début de l’été, on peut rejeter tout de suite l’hypothèse d’un effet « ski alpin » sur l’affluence au Congrès AFSP 2009 de Grenoble – bien que l’effet « ski belt existe bel et bien dans cette ville pendant l’hiver. []
  6. Là encore, je pense que l’on peut écarter l’hypothèse d’un effet « tourisme » non trivial, à moins de considérer que les politistes préfèrent Grenoble en été (très chaude, très polluée) à Aix-en-Provence, Montpellier ou Paris… ! []
  7. Cette étape est difficile à réaliser, d’où le nombre de participant(e)s « P » plus élevé qu’il ne l’est réellement à chaque Congrès. Par exemple, cette année, le Congrès 2017 a réuni, selon l’un des participants de « l’AD 1 », 685 participant(e)s. []

AFSP 2017 à Montpellier

Dans un peu moins d’une semaine, du 10 au 12 juillet, l’Association Française de Science Politique (AFSP) tient son 14e Congrès à Montpellier.

J’y vais pour co-animer une section thématique, déjà mentionnée par deux fois, le mercredi matin : « Quantifier et qualifier l’activité parlementaire : données, méthodes, pratiques ». J’y vais aussi parce que j’aime bien l’idée d’un congrès réunissant toute une discipline (ou presque), ce qu’il est possible de réaliser à l’échelle d’une « petite » discipline comme la science politique française1.

Du coup, si vous lisez ce blog et que l’on ne se connaît pas, proposez-moi de prendre un café ou un Perrier à un moment du Congrès ! Mon numéro de téléphone portable est remarquablement bien caché sur la première page de mon CV scientifique.

Au passage, s’il se passe un truc incroyablement incroyable au Congrès de l’AFSP, j’en rendrai compte ci-dessous, mais bon, ne préparez pas le pop-corn.

Quelques réseaux de Congrès AFSP

Histoire de bien finir l’année universitaire, voici quelques réseaux de co-participation aux différents panels – conférences plénières, ateliers et modules en tous genres, et surtout sections thématiques – des Congrès AFSP, éditions 2009-2017, soit cinq éditions – une tous les deux ans.

Les données proviennent des indexes des participant(e)s à chaque Congrès AFSP sur la période observée. Il faut bien noter que les indexes listent les participant(e)s potentiel(le)s : en pratique, certain(e)s de ces participant(e)s ne seront pas venu(e)s au Congrès2.

Dans chacun des graphiques ci-dessous, les points gris désignent un panel du Congrès, les points bleus désignent les participant(e)s n’ayant participé qu’à un seul panel, et les points rouges désignent les participant(e)s « multi-positionnel(le)s » qui ont participé à plus d’un panel du Congrès. Enfin, l’intensité des liens renvoie à une pondération inverse qui accentue visuellement les participations à des panels avec peu de participant(e)s3.

Y a-t-il de plus en plus de congressistes multi-positionné(e)s – de degré 2+ dans ces graphes bipartis – au Congrès AFSP ? La réponse est non, malgré les opportunités offertes par l’augmentation du nombre de panels. De 2009 à 2017, le nombre de participant(e)s multi-positionné(e)s est stable aux alentours de 1 participant(e) sur 7 :

Congrès Panels Participant(e)s Ratio % degré 1 % degré 2+ C − 1
2009 60 725 12.0 83 17 3
2011 61 632 10.3 85 15 8
2013 78 862 11.0 85 15 8
2015 73 869 11.9 84 16 2
2017 80 780 9.75 85 15 7

Dans le tableau ci-dessus, la colonne « Ratio » donne le ratio participants / panels, qui est en baisse cette année : il devrait y avoir moins de participant(e)s à chaque panel, ce qui nous éloigne d’un Congrès jouant le rôle d’une « assemblée générale de la discipline en France », et nous rapproche d’une « General Conference » fortement panélisée (et donc fragmentée), façon ECPR.

Le nombre de composants isolés du graphe, noté « C − 1 » ci-dessus car l’on a seulement compté les composants non connectés au composant principal, correspond au nombre de panels dont aucun participant(e) n’a participé à aucun autre panel du Congrès. Ce chiffre est faible, mais il est sensible au type de panels : l’organisation de conférences plénières, par exemple, peut le faire varier selon la nature des invité(e)s.

Au final, quelle discipline sommes-nous ? Malgré l’impression que l’on peut avoir de « voir toujours les mêmes » dans ce type d’événement, il faut noter que sur presque 2 600 participant(e)s en 8 ans et 5 Congrès, seuls 734 apparaissent plus d’une fois : plus de 7 participant(e)s sur 10 n’ont participé qu’à un seul Congrès, tous panels confondus. Si la science politique est à l’image de ses Congrès, alors son entre-soi est très relatif4.

Le code et les données sont en ligne pour celles ou ceux qui se sentiraient d’en tirer quelque chose de plus substantiel. Quant à celles ou ceux qui voudront en apprendre plus sur la structure disciplinaire de la science politique en France, ils liront Pierre Favre, Marc Milet et Thibault Boncourt, ou le chapitre 2 du récent manuel d’Yves Surel.

  1. En attendant, la section que je co-anime est très internationalisée, avec un seul intervenant français sur cinq communications. C’est aussi la seule section avec le terme « quanti » dans son titre. []
  2. Pour cette raison, et parce que les données brutes ne suivent pas un format standard bien défini, les nombres de panels et de participant(e)s diffèrent très légèrement par rapport aux chiffres de l’AFSP. []
  3. Ce n’est pas le meilleur schéma de pondération possible : dans le graphe uniparti des participant(e)s, il faudrait utiliser autre chose, comme une pondération normalisée de type « Gross-Shalizi » (page 28). []
  4. Ces chiffres renvoient par ailleurs à l’image d’une discipline comptant moins de 1 000 personnes « à temps plein », mais avec une audience scientifique beaucoup plus large, comme en atteste le nombre d’inscrits à la liste de diffusion de l’ANCMSP. []

Une nouvelle cartographie de la science politique française

Un très bref billet, car tout est dans le titre.

Ça se passe sur le site de Sciences Po, et c’est une réalisation d’équipe :

L’annuaire de centres de recherches en science politique affiche 61 résultats au total, c’est-à-dire exactement autant que l’annuaire constitué en 2010 par l’ANCMSP, qui avait aussi listé les écoles doctorales en science politique.

Les deux annuaires ont leurs défauts1, mais il faut bien comprendre une chose : ce type de cartographie est très difficile à réaliser et encore plus difficile à maintenir à jour, car les administrations centrales (ministères compétents et, pour les sciences sociales, le CNRS) tiennent des annuaires très approximatifs des unités de recherche. Ayant participé aux annuaires ANCMSP en 2010, j’espère que ça s’est amélioré depuis, mais j’en doute.

Addendum, 28 juin : Michaël Goudoux, de la bibliothèque de Sciences Po, m’amène à corriger l’un des éléments de mon billet. Extrait de son email :

Notre outil ne décompte pas « que » les titulaires. C’est cette donnée que nous avons retenue pour la visualisation sur la carte, mais dans les données de chaque centre, nous avons le personnel permanent, le personnel non-permanent, et le total. C’est justement pour faire apparaître le contraste entre permanents et non permanents que nous avons choisi cette unique variable sans distinction de statut (MCF, PR, CR, DR, etc…)

  1. L’annuaire ANCMSP n’est plus à jour, et celui de Sciences Po ne décompte que les titulaires… et (voir addendum) que les centres publics, ce qui fait que le mien n’y est pas. []

Clap de fin : une discipline discrète

Science politique en ligne a commencé en octobre 2007. Je m’étais donné un an pour en éprouver le concept initial : suivre l’actualité de la science politique française par les publications en ligne. L’expérience va s’arrêter prématurément parce que ma première intuition était correcte. S’informer sur la science politique française en se limitant à ce qui est accessible à tous en ligne est une cause perdue d’avance ; pour le meilleur ou pour le pire, les revues et les colloques scientifiques restent le seul support de diffusion de l’actualité de la discipline.

À l’heure actuelle, la plus-value apportée par les archives institutionnelles est très faible : le dépôt n’y est pas spontané, et l’on y trouve que quelques chercheurs publiant leurs dernières contributions. Les dépôts spontanés (par pages personnelles) et les séries de working papers représentent un volume de publications extrêmement faible.

Le recensement des apparitions de la science politique dans les médias montre l’apport déterminant d’une émission de radio diffusée sur France Culture. Hormis cette émission, on peut considérer comme quasi-nul le nombre d’interactions entre la discipline et la sphère publique, ce qui ne doit pas aider dans les discussions institutionnelles sur le maintien des postes en science politique ou la préservation des sciences sociales en général dans le système de recherche.

Signe des temps, la blogosphère, qui absorbe, traite et commente une grande partie de l’information disponible en ligne, y compris l’information scientifique, n’a pas grand chose à dire de la science politique française. Ce qui n’empêche que certains aient montré un intérêt pour la discipline, ou que celle-ci n’ait fourni quelques blogueurs de très grand talent, trop peu nombreux (tous mes encouragements à ceux qui ont déjà mis la main au clavier). La blogosphère universitaire reste structurellement faible en France, et la science politique n’apparaît en tête de peloton.

Le volet “dissémination” de la science politique repose, en France, sur un nombre restreint d’organisations : le CNRS, qui finance une part substantielle de la recherche dans la discipline ; les universités et Instituts d’Études Politiques qui hébergent cette recherche ; la Fondation Nationale des Sciences Politiques, dont l’identité se fond avec Sciences Po et qui finançait autrefois des postes, le recrutement étant gelé pour l’instant ; et les associations professionnelles de la science politique, parmi lesquelles l’Association Française de Science Politique assume le rôle de “société savante” – au sens faible du terme, étant donné qu’elle ne partage l’autorité nécessaire à l’accréditation professionnelles comme c’est le cas dans d’autres groupements professionnels répondant au titre de “société savante”.

Le travail de communication de chaque organisme semble s’effectuer par isolats, de manière atomisée, et l’initiative la plus fédératrice, HAL-SHS, ne renvoie pas l’image d’une discipline très dynamique. De plus, les chercheurs ne sont soumis qu’à des incentives très faibles (issus principalement de leur éthique individuelle) en ce qui concerne la dissémination, qui n’est pas valorisée (sic) dans les avancements de carrière. En définitive, le contact avec l’actualité de la discipline ne s’effectue réellement que dans une seule instance, le congrès de l’AFSP, dont la prochaine édition se tiendra à Grenoble.

Ma dernière impression est donc celle d’une discipline discrète, ce qui ne dit rien de son dynamisme interne, et moins encore de la qualité des travaux : il y a des recherches plus pertinentes, intéressantes ou rigoureuses que d’autres, mais ce n’était pas l’objet de ce blog que d’en faire l’analyse. Je me suis limité à une appréciation de la visibilité de la discipline en ligne, en partant d’une idée américaine.

Une semaine avant de fermer ce blog, je me suis engagé dans une des “centrales électriques” de la science politique française – là où le courant des idées passe et où la discipline trouve son énergie. Bonne continuation à tous !

Statistiques

Textes les plus lus :

Visites mensuelles pour les mois octobre 2007-septembre 2008, soit douze mois d’activité :

Statistiques de fréquentation, 12 mois