Feuilletons en retard

Comme son auteur, ce blog prend un retard affligeant sur tout ce qui l’entoure, et sur tout ce qu’il avait commencé à suivre ou à faire. Sentiment d’échec relatif, vu que les coupables réels (les journées de 24 heures) ou imaginaires (la nouvelle interface de WordPress utilisée par Hypothèses) ne manquent pas, mais quand même : presse, pétitions, mailing-lists, blogs, articles, bouquins—Google Agenda fugit, et les feuilletons passent.

Gilets jaunes

Il y a, évidemment, la mobilisation durable des “gilets jaunes”, au sujet de laquelle je n’ai pas écrit un traître mot sur ce blog. J’ai bien constitué un fichier de notes éparses avec un peu plus d’une centaine de liens Web vers des choses intéressantes sur le sujet, mais au final, le peu que j’en ai dit aux étudiants d’un cours de sociologie politique auquel je participe tenait en dix minutes.

En gros et en bref :

  • Le mouvement dure désormais depuis plusieurs mois, mais les quelques résumés d’enquêtes que j’ai lus m’incitent à penser que l’on ne dispose pas encore de la masse critique de données (localisations spatio-temporelles, enquêtes par questionnaires face-à-face ou Web, collecte des pages Web…) qui permettrait de tirer des conclusions solides sur la morphologie du mouvement.
  • Au-delà de ça, j’ai lu, comme tout le monde, différentes choses sur les raisons et revendications du mouvement, et aussi beaucoup de textes souvent très pertinents sur ses parallèles historiques ou sur ses aspects originaux—mais étudier un mouvement en commençant par son intellectualisation (et/ou ses tentatives, prématurées, de synthèse) plutôt que par un aperçu, au moins transverse, ou mieux, longitudinal, des acteurs ?
  • Puis vient enfin le problème de la “censure à droite” du mouvement : sans les décisions de justice, les archives et les effets de long terme liés à la protestation, il me manque les “pages du livre” qui m’intéressent le plus : celles concernant le degré de répression étatique et les “effets de carrière” sur les participants1.

Trump et les trumpistes

Il y a ensuite ce feuilleton “Donald Trump”, que je n’arrive pas à recommencer parce que le personnage est tout simplement trop dégoûtant pour que je parvienne à m’en coltiner plus de trois lignes par mois. Je plains sincèrement celles et ceux obligés de s’infliger ça pour des raisons professionnelles, sans parler de ceux qui se tapent non seulement Trump, mais aussi les “Trumpers” et les “Trumpistes”, afin d’en tirer des conclusions comparatives2.

Mon intention initiale, concernant Trump, était de parvenir à rédiger une chronique électorale du style de celle que j’avais rédigée au sujet de la première élection d’Obama. Comme pour les gilets jaunes, je m’étais préparé un dossier de documents, de liens, de références… Exactement ce que l’on demande, d’ailleurs, à nos étudiants du cours précité.

Or, il est rapidement apparu que l’un des aspects les plus intéressants de l’élection tenait à la possible interférence russe dans la campagne électorale, et sur ce point, il manque encore tout un tas de pièces au puzzle : l’essentiel est déjà connu, mais pas les conséquences (légales, politiques) des conclusions de Mueller pour le régime présidentiel américain.

Désintégration européenne

Viennent ensuite les tout aussi tragiques feuilletons européens.

À l’extérieur de ses frontières, l’Union européenne a mis en place un régime de surveillance complètement absurde qui ne convient à personne, sinon à ceux qui trouvent un charme esthétique aux acronymes “FRONTEX” et “EUROSUR” et aux noms d’opération “Mare Nostrum”, “Triton” et “Poseidon”3.

Les résultats sont désastreux : les Européens ne se reconnaissent pas dans le dispositif, les souverainistes (hongrois, autrichiens, …) non plus, et les décès au large des côtes se sont accumulés sans raison aucune. Si aimer l’Europe, c’est la changer, il faut, de mon point de vue, commencer par ça : une réflexion sur les frontières de l’Union, et sur les impératifs humanitaires à faire respecter à ces frontières4.

À l’intérieur de ses frontières, l’Union a désormais reçu plusieurs fois la preuve de l’inadéquation complète de son système décisionnel avec le type de décision qu’il fallut prendre en réponse à la crise financière5 (et à la crise de l’immigration, et à celle de l’Ukraine). Tout comme je ne digère pas les fautes morales impardonnables accomplies en Méditerranée, je ne digère toujours pas non plus le sort réservé aux Grecs.

Je ne sais pas à quoi va ressembler la suite du feuilleton : les toutes-proches élections européennes semblent bien dérisoires au vu de la somme des décisions à corriger en profondeur pour sauver ce qu’il reste à sauver.

Brexit

Enfin, à l’intérieur mais bientôt à l’extérieur des frontières de l’empire européen, la classe politique britannique semble avoir décidé de faire durer le suspense. Est-ce surprenant, au pays de Ladbrokes ? Il semble qu’un premier pari (le referendum) n’était pas assez : voici désormais celui sur la négociation du Withdrawal Agreement, puis sur son adoption par la représentation nationale.

Ce feuilleton est catastrophique pour l’économie britannique (qui en a vu d’autres, certes), mais c’est aussi de loin le plus beau d’un point de vue démocratique : personne ne sait ce qui va suivre6, et l’avenir du pays semble se jouer dans des marges de victoire de moins de 50 députés, sur un parlement qui en compte 6507. Je ne sais pas combien de régimes pourraient encaisser ce qu’est en train d’encaisser le système politique britannique, mais je suppose qu’il n’y en a pas tant que ça.

Et puis…

Et puis il se passe aussi de belles choses pas très loin (photo via Fabrice Riceputi)… mais le temps manque.

  1. Mes liens pointent vers les travaux de Lilian Mathieu sur “mai 68”, mais sur les effets de socialisation, voir Faites place : novices en lutte, l’ouvrage de Selim Smaoui dont j’avais parlé au sujet de Nuit Debout []
  2. La dernière élection présidentielle brésilienne est un exemple d’événement que j’ai délibérément choisi d’esquiver, par lassitude. Idem pour l’actualité polonaise, roumaine, hongroise, russe… Et plus près de chez nous, même si cela n’a rien à voir sur le fond, cette réforme tellement idiote des frais d’inscription à l’Université publique—pareil : je n’ai pas pu m’y mettre. []
  3. Voir, dans le billet en lien, l’ouvrage de Patrick Kingsley, dont je n’ai finalement pas reparlé, mais qui vaut vraiment le détour. []
  4. La nature pseudo-impériale de l’Union devrait guider une partie de cette réflexion sur ses limes. Sur ce point, voir aussi l’ouvrage de Gabriel Martinez-Gros évoqué il y a quelques années. []
  5. Certaines décisions européennes prises lors de la “crise de la dette privée” l’ont été en 48 heures, un temps plus proche du temps de décision militaire que du temps politique civil. []
  6. Ce qui nous change des feuilletons européens, où tout le monde sait qui contrôle l’agenda, même si cela ne prédit pas nécessairement tous les épisodes. []
  7. Parlement que Churchill avait fait reconstruire en encore plus petit que ça : la Chambre des Communes ne peut pas accueillir toute la représentation nationale—mais c’est une autre histoire. []

Les législatives britanniques 2017 en quelques mots

Quelques mots sur les législatives d’outre-Manche. Pour ce qui concerne les élections législatives françaises de 2017, qui commencent aujourd’hui, j’ai prévu de publier un billet le 13 juin et un autre le 21 juin.

L’élection générale britannique avait lieu jeudi dernier, et l’on pouvait suivre l’événement en direct depuis la London School of Economics (sauf mention contraire, les images de ce billet proviennent du stream) :

Le live valait son pesant de cacahuètes, avec beaucoup d’intervenants, et beaucoup d’humour, principalement au détriment de la campagne désastreuse de Theresa May (je vais y revenir). Les réactions de la salle étaient également amusantes. Extraits de mes notes au moment de l’annonce du premier exit poll :

[ BBC speaker: ] “…My giant touchscreen is being loaded with data…”
[ room bursts into laughter ]

[ BBC speaker: ] “Tories lead the vote…”
[ room softly saddens ]
[ BBC speaker: ] “…but are short of a majority.”
[ room literally explodes with joy ]

Un peu de contexte

La séquence électorale britannique de ces dernières années est impressionnante : referendum sur l’indépendance de l’Écosse en 2014, élection générale en 2015, referendum sur le “Brexit” en 2016, et élection générale cette année. Les marchés financiers, qui ont décroché depuis le “Brexit”, risquent de ne pas bien accueillir non plus le résultat complexe (voir plus bas) de la semaine dernière, car ce résultat n’élimine pas la possibilité d’une autre élection générale avant 2022…

May avait promis de ne pas déclencher d’élection générale anticipée, puis finalement l’a fait, avec une avance de 20 points dans les sondages, qu’elle s’est appliquée à perdre au terme d’une période pré-électorale désastreuse pour son parti : May ne s’est pas présentée au débat télévisé, a remis le débat sur le fox hunting sur la table alors que la majorité des Britanniques n’en veut pas, et surtout, a dû défendre un programme qui ne prévoit aucune augmentation des salaires dans le secteur public et plusieurs régressions en matière de protection sociale, dont la désormais bien connue dementia tax.

Le Labour de Jeremy Corbyn a mené une campagne diamétralement inverse d’un point de vue stratégique : Corbyn s’est exposé au risque d’organiser des rassemblements de masse, a présenté un manifesto anti-austérité mais formulé dans des termes sociaux-démocrates raisonnables, et semble enfin avoir réussi à mettre une sourdine sur les accusations d’antisémitisme qui ont miné l’image de son parti l’an dernier.

La combinaison des deux campagnes semble pouvoir expliquer le revirement électoral spectaculaire mesuré par les sondages d’opinion entre l’annonce de l’élection et le vote – ce qui n’arrange pas nos affaires : il y a toute une littérature – à découvrir en partant de cet article – pour défendre l’idée que “les campagnes [électorales] ne comptent pas”, ou peu, y compris au Royaume-Uni. À première vue, c’est exactement l’inverse qui s’est produit ici. Sincèrement, more research is needed!

Les résultats

Les résultats sont compliqués : les Conservateurs se retrouvent à nouveau en situation de devoir composer une coalition parlementaire – avec les unionistes irlandais ! – pour rester majoritaires à la Chambre des Communes1 ; le Scottish National Party perd sa dynamique électorale positive et régresse de 21 sièges ; et le Labour fait un très bon score de parti d’opposition, mais reste très loin d’être en mesure de revenir au gouvernement2.

Dans ce graphique de Martin Baxter, qui résume très bien à la fois la configuration électorale et les estimations des instituts de sondage, le score effectif de l’élection générale se situe dans la zone nord-ouest du cercle “low-pollsters“, à la frontière entre les zones “Con[servative] minority” et “Con[servative] majority” :

La diagonale située dans le cadran nord-est du graphique est importante, car elle trace la zone de “pure two-party vote“, où tous les partis hors “Tories” et Labour obtiennent 5% ou moins des suffrages. En 2010, mais surtout en 2015, Patrick Dunleavy (et d’autres) avaient annoncé la mort des lois de Duverger au Royaume-Uni ; les résultats de cette année confortent cette idée, vu que la coalition au pouvoir sera, à nouveau, et malgré le mode de scrutin, multi-partite3.

Ultime satisfaction

En traînant un peu sur Twitter pour y lire les excellentes notes de Martin Goodwin ou de Kiko Llaneras, je suis tombé sur la non moins excellente synthèse de Mathieu Gallard, et en particulier sur ce graphique, où l’on aperçoit, miracle, enfin, des intervalles de confiance (à ±4 points) dans une prévision électorale !

Il semble que les vives critiques adressées aux instituts de sondage britanniques suite à leur plantage complet de 2015 aient servi à quelque chose. C’est un stéréotype culturel que je tiens de mon séjour en Écosse : dans bien des domaines, les Britanniques sont meilleurs que “nous” lorsqu’il s’agit de publiquement reconnaître leurs failles pour tenter de les corriger.

Addendum #1 : pour le détail des résultats, je conseille cet autre fil Twitter de Mathieu Gallard, très en forme, et qui va certainement aussi faire du super boulot ce soir.

Addendum #2 : cette excellente analyse de Fabien Escalona se concentre sur le succès électoral du Labour de Corbyn. Fabien semble minorer certains des éléments internes au parti qui ont limité son audience électorale depuis 2015 : je pense tout particulièrement à la gestion par Corbyn des accusations d’antisémitisme. Mais hormis sur ce point, je souscris pleinement à son diagnostic, que j’aurais été bien incapable de formuler de manière aussi précise et aussi juste.

Addendum #3 : et un dernier lien vers ce billet de blog sur le two-party system, qui se porte plutôt bien en 2017 (au moins par rapport à 2015). Et cet autre billet vaut aussi le détour. Ah, et aussi ce billet, sur la prédiction réussie du modèle YouGov MRP.

Addendum #4 : et voici le briefing de la Chambre des Communes sur l’élection générale 2017 (via Mathieu Gallard), en espérant qu’un jour, la France pense à se doter d’un Parlement capable de produire des documents d’aussi bonne qualité…

  1. Comme le rappelle Henry Farrell dans le lien fourni au sujet du DUP, ce n’est pas la première fois que les conservateurs (anglais) font alliance avec les unionistes, et cela ne présage rien de bon pour l’application du “Brexit” en Irlande du Nord. []
  2. On peut spéculer sur la perspective de voir le maire de Londres, Sadiq Khan, dont l’image publique est excellente, se présenter pour le parti (néo-)travailliste dans les années qui viennent. []
  3. Certaines analyses parlent d’un retour au bipartisme en Angleterre – et d’un retour au quadripartisme en Écosse –, mais c’est un bipartisme perturbé : certes, les Liberal Democrats ne redeviennent pas un troisième “parti effectif” et les deux principaux partis passent au-dessus des 80% des suffrages, mais la répartition des sièges est suffisamment partagée entre eux pour n’en consacrer aucun sans l’aide de partis d’appui (même le Labour cherche des alliés dans l’opposition). []