Nouvelles revues SHS à l’horizon

Le temps éditorial passe vite : des revues telles que Big Data and Society, Research & Politics ou Sociological Science, qui me paraissent encore toutes « neuves », ont déjà quatre ans ! Et RESET en a déjà six…

Dans les nouvelles revues repérées ces derniers mois, grâce aux amis qui y participent :

Les sciences, et les sciences humaines et sociales en particulier, créent tout plein de revues, à tout bout de champ ; certaines durent, d’autres pas.

Cela me semble faire partie de l’écologie des disciplines scientifiques, qui, comme tout débat d’idées, a besoin d’un « écosystème éditorial » foisonnant – et donc chaotique et décentralisé – pour se perpétuer et se renouveler. Certaines des niches écologiques de cet écosystème seront dominantes, d’autres seront marginales, certaines seront stériles, d’autres seront fertiles… et la somme vaudra toujours plus que ses parties. L’écosystème du logiciel est gouverné par les mêmes principes – et victime des mêmes phénomènes de capture par des acteurs commerciaux dont on ferait bien de se débarrasser.

Notez, pour conclure, que même si ma liste de revues ne contient aucun titre de la plateforme Revues.org : portail de revues en sciences humaines et sociales, c’est bien là-bas qu’une immense partie de l’écosystème éditorial des revues SHS se développe actuellement. Un rapide passage par la page d’accueil m’a suffi pour y repérer tout un tas de revues intéressantes : Économie & institutions, Quaderni di sociologia, Écrire l’histoire, et même TV/Series ! Ces revues n’ont pas été lancées cette année, mais leur mise en ligne sur Revues.org date, à ma connaissance, des derniers mois.

Et vous, qu’avez-vous repéré cette année ?

AFSP 2017 à Montpellier

Dans un peu moins d’une semaine, du 10 au 12 juillet, l’Association Française de Science Politique (AFSP) tient son 14e Congrès à Montpellier.

J’y vais pour co-animer une section thématique, déjà mentionnée par deux fois, le mercredi matin : « Quantifier et qualifier l’activité parlementaire : données, méthodes, pratiques ». J’y vais aussi parce que j’aime bien l’idée d’un congrès réunissant toute une discipline (ou presque), ce qu’il est possible de réaliser à l’échelle d’une « petite » discipline comme la science politique française1.

Du coup, si vous lisez ce blog et que l’on ne se connaît pas, proposez-moi de prendre un café ou un Perrier à un moment du Congrès ! Mon numéro de téléphone portable est remarquablement bien caché sur la première page de mon CV scientifique.

Au passage, s’il se passe un truc incroyablement incroyable au Congrès de l’AFSP, j’en rendrai compte ci-dessous, mais bon, ne préparez pas le pop-corn.

Quelques réseaux de Congrès AFSP

Histoire de bien finir l’année universitaire, voici quelques réseaux de co-participation aux différents panels – conférences plénières, ateliers et modules en tous genres, et surtout sections thématiques – des Congrès AFSP, éditions 2009-2017, soit cinq éditions – une tous les deux ans.

Les données proviennent des indexes des participant(e)s à chaque Congrès AFSP sur la période observée. Il faut bien noter que les indexes listent les participant(e)s potentiel(le)s : en pratique, certain(e)s de ces participant(e)s ne seront pas venu(e)s au Congrès2.

Dans chacun des graphiques ci-dessous, les points gris désignent un panel du Congrès, les points bleus désignent les participant(e)s n’ayant participé qu’à un seul panel, et les points rouges désignent les participant(e)s « multi-positionnel(le)s » qui ont participé à plus d’un panel du Congrès. Enfin, l’intensité des liens renvoie à une pondération inverse qui accentue visuellement les participations à des panels avec peu de participant(e)s3.

Y a-t-il de plus en plus de congressistes multi-positionné(e)s – de degré 2+ dans ces graphes bipartis – au Congrès AFSP ? La réponse est non, malgré les opportunités offertes par l’augmentation du nombre de panels. De 2009 à 2017, le nombre de participant(e)s multi-positionné(e)s est stable aux alentours de 1 participant(e) sur 7 :

Congrès Panels Participant(e)s Ratio % degré 1 % degré 2+ C − 1
2009 60 725 12.0 83 17 3
2011 61 632 10.3 85 15 8
2013 78 862 11.0 85 15 8
2015 73 869 11.9 84 16 2
2017 80 780 9.75 85 15 7

Dans le tableau ci-dessus, la colonne « Ratio » donne le ratio participants / panels, qui est en baisse cette année : il devrait y avoir moins de participant(e)s à chaque panel, ce qui nous éloigne d’un Congrès jouant le rôle d’une « assemblée générale de la discipline en France », et nous rapproche d’une « General Conference » fortement panélisée (et donc fragmentée), façon ECPR.

Le nombre de composants isolés du graphe, noté « C − 1 » ci-dessus car l’on a seulement compté les composants non connectés au composant principal, correspond au nombre de panels dont aucun participant(e) n’a participé à aucun autre panel du Congrès. Ce chiffre est faible, mais il est sensible au type de panels : l’organisation de conférences plénières, par exemple, peut le faire varier selon la nature des invité(e)s.

Au final, quelle discipline sommes-nous ? Malgré l’impression que l’on peut avoir de « voir toujours les mêmes » dans ce type d’événement, il faut noter que sur presque 2 600 participant(e)s en 8 ans et 5 Congrès, seuls 734 apparaissent plus d’une fois : plus de 7 participant(e)s sur 10 n’ont participé qu’à un seul Congrès, tous panels confondus. Si la science politique est à l’image de ses Congrès, alors son entre-soi est très relatif4.

Le code et les données sont en ligne pour celles ou ceux qui se sentiraient d’en tirer quelque chose de plus substantiel. Quant à celles ou ceux qui voudront en apprendre plus sur la structure disciplinaire de la science politique en France, ils liront Pierre Favre, Marc Milet et Thibault Boncourt, ou le chapitre 2 du récent manuel d’Yves Surel.

Mise à jour, 28 juillet 2017 : j’ai beaucoup amélioré le code et les données du petit exercice décrit dans ce billet. Je garde les résultats ci-dessus en l’état, histoire d’archiver les résultats tels que publiés juste après le Congrès5

Les réseaux unipartites ci-dessous sont, quant à eux, basés sur les données révisées de la version 0.7. Les points bleus désignent les participant(e)s n’ayant participé qu’à une seule section thématique de l’édition du Congrès concernée ; les points rouges désignent quant à eux les participant(e)s « multi-positionné(e)s » sur plusieurs section thématiques. Les liens sont dirigés : ils vont des participant(e)s ayant organisé une section thématique vers les autres intervenant(e)s de cette section6.

  1. En attendant, la section que je co-anime est très internationalisée, avec un seul intervenant français sur cinq communications. C’est aussi la seule section avec le préfixe « quanti » dans son titre. []
  2. Pour cette raison, et parce que les données brutes ne suivent pas un format standard bien défini, les nombres de panels et de participant(e)s diffèrent très légèrement par rapport aux chiffres de l’AFSP. []
  3. Ce n’est pas le meilleur schéma de pondération possible : dans le graphe uniparti des participant(e)s, il faudrait utiliser autre chose, comme une pondération normalisée de type « Gross-Shalizi » (page 28). []
  4. Ces chiffres renvoient par ailleurs à l’image d’une discipline comptant moins de 1 000 personnes « à temps plein », mais avec une audience scientifique beaucoup plus large, comme en atteste le nombre d’inscrits à la liste de diffusion de l’ANCMSP. []
  5. Je m’aperçois au passage que les décomptes de participant(e)s affichés sur les réseaux bipartites ne sont pas bons, mais j’ai la flemme de tout refaire. []
  6. J’ai codé les organisateurs et les autres intervenants (discutants, « répondants », présidences de séance, etc.) de manière semi-programmatique, avec beaucoup de vérifications manuelles. []

Women Also Know Stuff, édition personnelle 2017/06

La suite de ce billet. Éditions précédentes : 2017/01, 2017/02, 2017/03, 2017/04, 2017/05. Cette série de billets fera sa première pause annuelle le mois prochain et redémarrera fin août.

  1. Laura Poitras, réalisatrice de The Oath et Citizenfour, sort son documentaire sur Julian Assange et WikiLeaks, Risk, cet été.

    Cette interview avec Vox donne plein de détails, et surtout m’apprend l’existence de son projet Field of Vision, qui contient toutes sortes de petites pépites cinématographiques, telles que The Moderators, sur les petites mains qui nettoient les réseaux sociaux, Relatively Free, sur Barrett Brown, ou Our New President, sur la tragicomique réception de Trump en Russie :

  2. Grace Hopper (1906-1992), « reine du code », a conçu le premier compilateur. Le langage qu’elle a largement contribué à développer, COBOL, reste le langage informatique le plus important pour l’industrie bancaire – ce qui commence d’ailleurs à poser problème.

  3. Lisa Mandel et Julie Pagis, qui suivent les élections avec des classes d’école primaire et de collège :

    La série précédente de dessins, réalisée avec Yasmine Bouagga, portait sur la « jungle » de Calais et sur les migrants réfugiés aux alentours ; elle se trouve à la même adresse, est tout aussi recommandable, et est récemment parue en album.

    Seul regret : aucun moyen – à ma connaissance — de facilement naviguer les archives de chaque série pour les lire dans l’ordre de parution.

  4. Elisabeth Moss et les autres actrices de la série The Handmaid’s Tale, basée sur le superbe roman dystopique de Margaret Atwood :

    Le compte-rendu qu’en a fait Emily Nussbaum dans le New Yorker est très bon, de même que le portrait d’Elisabeth Moss par Sarah Hughes dans The Observer.

  5. Samantha C. Tyner et Heike Hofmann, avec qui nous publions « Network Visualization with ggplot2«  dans The R Journal cette année, après un an ou presque de corrections au code.

    Comme je compte l’expliquer dans une note en anglais sur mon blog R lorsque l’article sera paru, Samantha C. Tyner a fait l’immense majorité du boulot, et l’intégralité du boulot sur les deux derniers rounds de révision : tous les honneurs lui reviennent donc.

  6. Dasha Rush, à nouveau, pour ce mix (parmi d’autres) :

  7. Gina Pollack, pour son documentaire sur les restrictions d’accès à l’avortement en Louisiane, diffusé dans l’excellente série Op-Docs du New York Times :

  8. Joni Lovenduski est la première femme à se voir décerner l’ECPR Lifetime Achievement Award, créé en 2005.

  9. J’ai complètement raté, à sa sortie, Mémoire vive, le livre de Sarah Gensburger sur le quartier du Bataclan après les attentats de 2015.

    Voir aussi cette émission de France Culture sur l’histoire des mémoires, où interviennent également Denis Peschanski et Christian Delage.

  10. Juste après l’élection d’Emmanuel Macron à la présidence de la République française, Pippa Norris cherchait à ramener tout le monde aux réalités du vote pour les partis populistes en Europe :

    So is the wave of populist nationalism finished? Hardly.

Mention spéciale pour la chanteuse iranienne Sahar Mohammadi, pour ce magnifique concert diffusé par France Musique, dans l’émission « Ocora Couleurs du monde » de Françoise Degeorges :

Notes supplémentaires sur l’analyse de réseaux

J’ai récemment présenté mes recherches sur les réseaux de collaboration législative à Marseille, où j’ai aussi donné, grâce à Joël, une formation à l’analyse de réseaux.

Les slides de la première présentation, donnée au RUG Aix-Marseille, sont en ligne sur le site Internet de Datactivi.st, et sur Google Slides ; il s’agit d’une traduction de notes déjà présentées, et qui m’a permis de récolter plusieurs idées et commentaires très utiles pour améliorer mes recherches.

Quant aux slides de la formation en analyse de réseaux, qui m’a permis de rencontrer ou de revoir les amis du Centre pour l’édition électronique ouverte, sont ci-dessous, et aussi sur Google Slides.

La plupart des illustrations de ces slides proviennent de l’excellent manuel de Mark E. J. Newman sur les réseaux.

J’y mentionne aussi cette liste de ressources sur l’analyse de réseaux, dont j’ai fait la publicité ici et ailleurs, l’excellent tutoriel de visualisation de réseaux de Katherine Ognyanova (mentionné ici et ), un autre manuel de graph mining avec R, et évidemment, l’excellent guide à l’utilisation du package igraph, par Eric D. Kolaczyk et Gábor Csárdi.

Journée d’étude « réseaux » à Lille, jeudi 8 juin 2017

Jeudi 8 juin à Lille, nous organisons, avec Sylvain Mignot et Fabien Éloire, une journée d’étude qui vise à fédérer les chercheurs en sciences humaines et sociales intéressés par l’analyse de réseaux.

Le programme (anglais, français) est en ligne, et les inscriptions se font avec ce formulaire, ou auprès de moi par email, comme indiqué dans l’affiche. Attention, les places sont limitées, donc inscrivez-vous vite si vous souhaitez venir !

La journée est co-financée par le Groupement de recherche Analyse de réseaux en sciences humaines et sociales (GDR AR-SHS), à qui nous enverrons un compte-rendu de la journée pour publication sur son blog.

L’un des objectifs à moyen terme de cette journée est de monter un collectif de recherche en analyse de réseaux sur Lille, puis de connecter ce collectif à des équipes de recherche idoines dans la région, à Paris ou en Belgique.

Si le projet vous intéresse, idem, écrivez-moi !

La même annonce est disponible sur le site Internet d’ESPOL, qui co-finance et co-organise l’événement avec quelques autres unités de recherche basées à Lille – l’Anthropo-Lab, la FGES et le CLERSÉ.

Notes de travail sur les réseaux de collaboration législative

J’ai eu la chance d’intervenir, il y a dix jours, dans le séminaire interne du CEVIPOL, le laboratoire de science politique de l’Université Libre de Bruxelles. J’étais invité par Émilien Paulis, que je remercie au passage pour l’invitation, pour la logistique et pour l’accueil sur place.

Mon intervention portait sur l’étude des réseaux de collaboration législative. Les slides que j’ai utilisées sont proches de celles que j’avais présentées en juin 2016 dans une conférence d’utilisateurs de R, et que j’ai présentées à nouveau cette même année dans une conférence « quanti » à Lille et dans le séminaire du Médialab de Sciences Po.

Quelques extraits ci-dessous, à cliquer pour obtenir les slides au complet :

Encart publicitaire : encore plus de cartographies réticulaires

Si vous avez aimé l’exemple de « cartographie réticulaire » publié il y a un mois au sujet des théories du complot, vous en trouverez naturellement plein d’autres sur ce blog, mais aussi dans mes notes sur R, en anglais (voir l’encart publicitaire précédent).

L’une de mes dernières notes sur R porte sur la construction d’un petit réseau de co-occurrences de mots-clés, dont voici le premier résultat :

réseau de co-occurrences

Les mots-clés que vous voyez ci-dessus m’ont été fournis par une classe de cobayes gentils étudiants du Master Governing the Large Metropolis, qui est objectivement le Master le plus chouette de la planète1. Les (17) étudiants étaient tenus de lister leurs centres d’intérêt intellectuels, ce qui a donné ce petit réseau de co-occurrences.

Ce graphe repose, à peu de choses près, sur la même méthodologie que celle utilisée pour cartographier les théories du complot, à ceci près que la note qui l’accompagne contient plus de détails techniques, notamment sur la pondération des liens dans les réseaux de co-occurrence2.

À ce stade, je n’ai pas eu recours à la détection de communautés pour classer les mots-clés en fonction de leurs co-occurrences : une lecture rapide du graphe m’a suffi. En revanche, dans une seconde note utilisant les mêmes données, je me suis amusé à reprendre le réseau bipartite initial des étudiants et de leurs mots-clés :

réseau bipartite

Or, si l’on réduit ce graphe à des liens entre étudiants plutôt qu’entre mots-clés, alors la détection de communautés devient assez intéressante, puisque l’on va pouvoir s’en servir pour repérer les clusters d’étudiants partageant les mêmes centres d’intérêt, en utilisant le même algorithme de détection de communautés que dans ma cartographie des théories du complot :

réseau unipartite avec clusters

Remarquez que j’ai la composition réelle des groupes de travail qu’ont formé les étudiants suivant mon cours, et qu’elle ne correspond pas du tout, mais alors pas du tout, à celle qui apparaît ci-dessus… Autrement dit, dans l’immense majorité des cas, les étudiants ont formé leurs groupes de travail en se fondant sur d’autres critères que leurs centres d’intérêt communs.

  1. J’aime vraiment beaucoup enseigner dans ce Master où l’on trouve, dès la deuxième semaine de cours, un exemplaire de Seeing Like A State dans les sacs des étudiants. []
  2. Voir aussi cette autre note sur la pondération des liens dans des réseaux de co-auteurs. []

Une carto du complot

En fouillant les archives du ‘Bistro, je n’ai pas trouvé trace d’un billet évoquant cette petite cartographie des théories du complot, établie à partir des archives de trois blogs français documentant ce phénomène :

cartographie du complot

Le code pour produire le graphe est déjà vieux d’un an, mais il devrait tourner avec quelques ajustements mineurs. Je m’en sers parfois comme « demo » de ce que l’on peut faire avec un minimum de scraping et de visualisation de réseaux avec R.

Construction et résultats

Le graphe est un simple réseau de co-occurrence des mots-clés choisis par les auteurs des blogs pour thématiser leurs billets. Les groupes de mots-clés en gris correspondent aux différentes communautés du graphe, détectées à partir de l’algorithme de Louvain, et les mots-clés les plus foncés sont simplement les plus centraux.

Cette visualisation permet de repérer d’un coup d’oeil les différents éléments du conspirationnisme français tel que documenté par les blogs utilisés comme sources des mots-clés : extrême-droite (et extrême-gauche), « 11 septembre », anti-sémitisme, et « politique étrangère » à base d’empire états-unien et de conflit israélo-palestinien.

On retrouve aussi ces éléments dans le conspirationnisme « off-line », par exemple chez les négationnistes français, dont l’idéologie est aussi une sorte de syncrétisme permettant d’expliquer l’ordre mondial à partir des Juifs et de leurs alliés dans la fabrication de mensonges destinés à tromper les masses.

Données et références

La principale source du réseau présenté ci-dessus est le blog Conspiracy Watch de Rudy Reichstadt, qui a aussi signé une note sur le conspirationnisme pour la Fondation Jean Jaurès. Ce blog fournit l’immense majorité des données utilisées pour construire le réseau.

Mon cher co-blogueur Joël avait aussi signé un rapport sur le conspirationnisme en France, ainsi qu’une très utile visualisation en ligne des différentes composantes de la nébuleuse conspirationniste francophone sur Internet (cliquer sur l’image pour la version interactive) :

joel-complosphere

L’analyse de la « complosphère » n’en est qu’à ses débuts, mas il y a déjà quelques travaux là-dessus, et vu l’actualité prise par ce sujet depuis l’irruption de Dieudonné et d’Alain Soral dans cet espace d’expression, il y aura aussi une section thématique sur la « Sociologie politique du conspirationnisme » au prochain Congrès de l’Association Française de Science Politique1.

  1. La section (ST 52) sera co-animée par Philippe Aldrin, qui a récemment signé une Sociologie politique des rumeurs, et Pierre France. []

Le bordel des disciplines : un exemple de topologie de l’interdisciplinarité

Je ne m’étais encore jamais penché sur le portail des thèses soutenues en France, Thèses.fr, qui est géré par l’Agence Bibliographique de l’Enseignement Supérieur (ABES). Ce portail présente l’avantage de disposer d’une API XML documentée au chapitre 3 de son manuel, et qui permet d’extraire quelques informations intéressantes du portail.

Un échantillon-test

Histoire de tester l’API, je lui ai demandé la liste des directeurs et directrices de thèses dans les disciplines « Sciences sociales, sociologie, anthropologie » et « Science politique ». L’échantillon d’environ 8 000 personnes renvoyé par le portail est naturellement biaisé, puisqu’il est centré sur ces deux catégories disciplinaires et exclut donc une immense partie des personnes catégorisées comme appartenant à d’autres domaines, telles que la psychologie ou l’histoire.

À partir de ces 8 000 noms, j’ai ensuite demandé au portail de me fournir la liste de toutes les thèses qu’ils avaient dirigées, co-dirigées ou examinées en tant que membres du jury. Ce nouvel échantillon de 51 000 thèses est, lui aussi, biaisé : d’une part, le catalogue n’est pas exhaustif, le portail ne disposant que des données que les universités veuillent bien lui transmettre, et d’autre part, l’échantillon des thèses est intrinsèquement lié au choix des directeurs et directrices de thèse mentionné plus haut.

Sur la base de cet échantillon de thèses, j’ai réussi à récupérer presque 41 000 notices bibliographiques, incluant le domaine disciplinaire de la thèse sous la forme d’un ou plusieurs codes de la classification décimale Dewey. Un peu plus de 5 000 thèses de cet échantillon contiennent plus d’un code de classification, ce qui permet de se pencher sur la topologie de l’interdisciplinarité dans cet échantillon.

Voici à quoi ressemble le “bordel des disciplines” dans cet échantillon (cliquer sur le graphique pour la version agrandie) :

network_of_disciplines

Principes de construction

Dans ce réseau, chaque noeud est un code Dewey présent dans l’échantillon. Les codes sont connectés par un lien lorsqu’ils apparaissent plus de 8 fois ensemble parmi les 5 000 thèses “interdisciplinaires” de l’échantillon, 8 étant la fréquence moyenne d’association entre deux classes dans cet échantillon. La position des noeuds est déterminée par un algorithme de Fruchterman-Reingold, un choix classique dans les algorithmes à force dirigée.

Les couleurs des noeuds correspondent à l’un des dix grandes classes Dewey qui apparaissent en abrégé sur la droite du graphique. Les liens entre deux noeuds appartenant à une même grande classe sont représentés dans la couleur de cette grande classe, ce qui permet de repérer les quelques « homophilies » disciplinaires du réseau.

L’épaisseur des liens, enfin, renvoie à la fréquence d’association entre les noeuds, prise sur une échelle logarithmique de base 10. Vu la manière dont l’échantillon a été construit, ce sont évidemment les liens de la classe 300 (« sciences sociales ») avec quelques-unes de ses sous-classes qui sont les plus forts dans le réseau observé. On pourrait inventer une pondération plus complexe des liens représentés, mais la nature très exploratoire de ce billet ne le justifie pas.

Quelques observations rapides

On peut commencer par observer que le réseau des associations disciplinaires ainsi obtenu est composé d’une très large composant principal composante connexe et de quelques associations isolées, en bas et à gauche, qui correspondent à des associations entre la classe 400 (« Langues ») et la classe 600 (« Littérature »). L’association disciplinaire « Langues et Littérature » apparaît aussi en plusieurs points du composant principal, en haut et à droite.

Il faut ensuite dire un mot des noeuds du réseau, qui sont au nombre de 65. Parmi eux, les 4 classes Dewey les mieux représentées, avec 9 ou 10 noeuds chacune, sont les classes 300 (« Sciences sociales »), 400 (« Langues »), 800 (« Littérature ») et 900 (« Histoire-géographie »), qui totalisent deux tiers des classes représentées. On retrouve ici l’association disciplinaire « LSHS » fréquente entre lettres, humanités et sciences sociales.

Les classes les moins représentées dans le réseau sont les classes 200 (« Religion », 2 occurrences), 000 (classe résiduelle) et 100 (« Philosophie-Pyschologie »). On voit bien ici comment la construction de l’échantillon a déformé sa représentation des disciplines universitaires en France, en marginalisant des disciplines – la philosophie et la psychologie – qui pèsent pourtant très lourd dans la cartographie doctorale, le portail Thèses.fr recensant plus de 40 000 directeurs ou directrices de thèse dans ces disciplines.

Du strict point de vue de la topologie du réseau, on peut enfin remarquer, en haut à gauche de sa représentation graphique, un petit amas de classes 700 (« Arts ») et 900 (« Histoire-géographie »), dont on suppose qu’il est le résultat de l’association entre art et histoire de l’art dans la cartographie universitaire. Ce n’est qu’une intuition, mais elle est robuste à l’observation : cette petite communauté persiste à plusieurs relances de l’algorithme de placement.

Pour aller plus loin

J’ai produit le petit test ci-dessous pour commencer à explorer l’API de Thèses.fr, et plus généralement les APIs de l’ABES, qui développe aussi le référentiel IdRef, par exemple. À l’aide de ce référentiel, et en bidouillant un peu, il doit être possible, par exemple, de connecter les données de Thèses.fr et celles du catalogue SUDOC.

Pour celles et ceux qui souhaitent utiliser le code R ayant servi à collecter les données et dessiner le réseau décrit dans ce billet, tout est en ligne.

Pour celles et ceux qui aiment les réseaux et les thèses, tournez-vous vers le blog de Baptiste Coulmont, qui avait déjà « défriché le terrain », notamment dans ses billets « Réseaux de sociologues : l’état actuel de la sociologie française » en 2012 et « Les amis de mes amis sont directeurs de thèse » en 2013.

Enfin, pour celles et ceux qui se demandent l’importance que peuvent revêtir les réseaux créés par les jurys de thèses, je renvoie à l’article classique d’Olivier Godechot et Nicolas Mariot, « Les deux formes du capital social. Structure relationnelle des jurys de thèses et recrutement en science politique« , dont Baptiste avait également parlé à sa sortie.

Collecte et visualisation de données législatives avec R

Le groupe d’utilisateurs R du Muséum national d’Histoire naturelle de Paris (le groupe “Sémin-R”) organise une conférence R demain. Cliquez sur l’image ci-dessous pour le programme complet :

JourneeR-2016-Programme

J’y présenterai les slides résumées ci-dessous (cliquez sur n’importe quelle image pour la version PDF complète, ou utilisez la version en ligne), et si tout se passe bien, j’aurai un court papier technique à partager sur le sujet dans moins d’un mois :

Briatte_R_MNHN_2016-2

Briatte_R_MNHN_2016-3

Briatte_R_MNHN_2016-4

La présentation reprend, en substance, une brève note que j’ai récemment publiée dans Network Science. Cliquez sur l’image ci-dessous pour accéder au preprint ou lisez directement son annexe pour le détail des données :

Briatte_NWS_published

Comme d’habitude, le code et les données sont en ligne — j’en ai déjà parlé à plusieurs occasions cette année, et vous risquez d’en entendre encore parler dans les années qui arrivent (plus de détails quand il y en aura à partager).

Affaire à suivre, donc, mais bon, c’est pas comme si je ne vous avais pas déjà un peu cassé les pieds avec R et la visualisation de réseaux de collaborations législatives depuis quelques temps déjà.

J’en profite pour saluer amicalement les collègues suisses, et Marion Deville en particulier, qui participent à la Semaine de la démocratie de Genève, et qui ont prévu d’utiliser certains de mes graphiques dans une présentation de leurs travaux lors d’un hackathon organisé le 23 septembre. Je n’ai pas beaucoup plus d’informations là-dessus, mais vous pouvez écrire à Marion si vous êtes intéressés.

En attendant, il reste quelques places pour la conférence de demain : écrivez aux gentils organisateurs (leurs coordonnées sont sur le site du Sémin-R), ou faîtes-moi très vite signe, et je ferai suivre. À demain !

Mise à jour, le jour même : malgré un léger gros problème qui m’a fait rater la matinée, je peux confirmer que la journée R du MNHN était, comme prévu, hyper-chouette, le cadre du Muséum d’Histoire Naturelle étant très agréable par ailleurs.

À noter dans les présentations, qui seront bientôt en ligne sur le site du RUG MNHN :

  • les dernières améliorations du package FactoMineR – et Factoshiny
  • l’utilisation de scripts R sur un serveur Apache
  • la visualisation de cartes auto-organisatrices
  • un exemple d’interfaçage R + Java
  • la sonification (!) de graphiques R/ggplot2

La dernière présentation, par Jérôme Sueur (l’un des deux organisateurs de la journée, avec Amandine Blin) était très divertissante. Pour comprendre pourquoi, jetez un coup d’oeil au package playitbyr.