Analyse de données en SHS : matériau Quantilille 2017 et autres bonnes adresses

Un bref billet pour rediriger nos lecteurs estivaux vers le blog d’ElementR, où Laurent Beauguitte a mis les slides qu’il a présentées, avec d’autres, à l’école d’été Quantilille il y a quelques semaines :

Les slides sont livrées avec plein de code R, ce qui vous permet de revivre la formation chez vous, avec un verre de jus de fruits à la main. Que demande le peuple ?

Quelques remarques

  • La séance sur l’analyse multivariée se concentre en réalité (et à moins que j’ai parcouru le code trop vite) sur la seule analyse géométrique, récemment très bien décrite par Julien Duval dans un long article sur le nouveau portail Politika, mais dont on ne dira jamais assez qu’elle est encore plus justiciable des accusations de « boîte noire » que l’analyse par régression (linéaire ou pas).

    Cette remarque n’est pas une critique du choix de l’auteur de ce module, qui utilise, de surcroît, l’excellent package FactoMineR. Ma remarque s’adresse plutôt aux petits rigolos qui s’amusent, dans certaines conférences de sciences sociales, à parler de « boîte noire » au sujet des analyses par régression, alors même qu’à peu près personne, parmi les utilisateurs de l’analyse géométrique, n’est capable d’expliquer, par exemple, comment s’extrait un eigenvector. À l’inverse, le principe d’une dérivée partielle est très vite compris et très fréquemment maîtrisé parmi les « boîte-noiristes » de la régression.

  • La séance sur la cartographie utilise le sublime package cartography de Timothée Giraud, déjà mentionné il y a peu. Excellente nouvelle par ailleurs : le package cartography se fondera, à partir de sa version 2.0, sur le package sf.

  • La séance sur l’analyse textuelle utilise plein d’outils, dont le plugin R Commander « R.TeMiS », qui dispose d’un blog sur Hypothèses.

    Je suis personnellement très peu enthousiaste à l’idée d’utiliser R via R Commander, dans la mesure où cela me semble éloigner l’utilisateur de l’objectif de reproductibilité des résultats, et de compréhension de la tambouille computationnelle qui les sous-tend. En même temps (expression à la mode), je n’y connais fichtre rien en analyse textuelle.

  • La séance sur les réseaux utilise notamment le package igraph, évoqué sur ce blog à plusieurs reprises. J’aurais également recommandé le package tnet, pour les situations, plus fréquentes que l’on ne le pense généralement, où il faut manipuler des réseaux pondérés.

Ce billet me fait réaliser que je n’ai pas contribué à « Introduction à l’analyse d’enquêtes avec R et RStudio » depuis bien longtemps, et que mon propre matériau de formation à R (en anglais, mais également pour des débutants en sciences sociales), qui date de 2013, a très sérieusement besoin d’une mise à jour… Voyons ce que j’arrive à faire cet été.

Enfin, pour terminer, je tiens à citer la désormais légendaire Introduction à R [et RStudio] de Julien Barnier, que les utilisateurs francophones de R seront nombreux à avoir lu. Julien Barnier enseignait dans le module Quantilille recensé dans ce billet.

Bonne lecture !

Women Also Know Stuff, édition personnelle 2017/06

La suite de ce billet. Éditions précédentes : 2017/01, 2017/02, 2017/03, 2017/04, 2017/05. Cette série de billets fera sa première pause annuelle le mois prochain et redémarrera fin août.

  1. Laura Poitras, réalisatrice de The Oath et Citizenfour, sort son documentaire sur Julian Assange et WikiLeaks, Risk, cet été.

    Cette interview avec Vox donne plein de détails, et surtout m’apprend l’existence de son projet Field of Vision, qui contient toutes sortes de petites pépites cinématographiques, telles que The Moderators, sur les petites mains qui nettoient les réseaux sociaux, Relatively Free, sur Barrett Brown, ou Our New President, sur la tragicomique réception de Trump en Russie :

  2. Grace Hopper (1906-1992), « reine du code », a conçu le premier compilateur. Le langage qu’elle a largement contribué à développer, COBOL, reste le langage informatique le plus important pour l’industrie bancaire – ce qui commence d’ailleurs à poser problème.

  3. Lisa Mandel et Julie Pagis, qui suivent les élections avec des classes d’école primaire et de collège :

    La série précédente de dessins, réalisée avec Yasmine Bouagga, portait sur la « jungle » de Calais et sur les migrants réfugiés aux alentours ; elle se trouve à la même adresse, est tout aussi recommandable, et est récemment parue en album.

    Seul regret : aucun moyen – à ma connaissance — de facilement naviguer les archives de chaque série pour les lire dans l’ordre de parution.

  4. Elisabeth Moss et les autres actrices de la série The Handmaid’s Tale, basée sur le superbe roman dystopique de Margaret Atwood :

    Le compte-rendu qu’en a fait Emily Nussbaum dans le New Yorker est très bon, de même que le portrait d’Elisabeth Moss par Sarah Hughes dans The Observer.

  5. Samantha C. Tyner et Heike Hofmann, avec qui nous publions « Network Visualization with ggplot2«  dans The R Journal cette année, après un an ou presque de corrections au code.

    Comme je compte l’expliquer dans une note en anglais sur mon blog R lorsque l’article sera paru, Samantha C. Tyner a fait l’immense majorité du boulot, et l’intégralité du boulot sur les deux derniers rounds de révision : tous les honneurs lui reviennent donc.

  6. Dasha Rush, à nouveau, pour ce mix (parmi d’autres) :

  7. Gina Pollack, pour son documentaire sur les restrictions d’accès à l’avortement en Louisiane, diffusé dans l’excellente série Op-Docs du New York Times :

  8. Joni Lovenduski est la première femme à se voir décerner l’ECPR Lifetime Achievement Award, créé en 2005.

  9. J’ai complètement raté, à sa sortie, Mémoire vive, le livre de Sarah Gensburger sur le quartier du Bataclan après les attentats de 2015.

    Voir aussi cette émission de France Culture sur l’histoire des mémoires, où interviennent également Denis Peschanski et Christian Delage.

  10. Juste après l’élection d’Emmanuel Macron à la présidence de la République française, Pippa Norris cherchait à ramener tout le monde aux réalités du vote pour les partis populistes en Europe :

    So is the wave of populist nationalism finished? Hardly.

Mention spéciale pour la chanteuse iranienne Sahar Mohammadi, pour ce magnifique concert diffusé par France Musique, dans l’émission « Ocora Couleurs du monde » de Françoise Degeorges :

Annals of Youtube Science 1(11) : Sur la science des données

Numéro un peu spécial des Annals, car ce n’est pas une (ou plusieurs) conférences que je recommande ici, mais une série d’interviews, les « DataChats » de la plateforme de formation DataCamp (chaîne Youtube), qui propose des cours de Python et de R en ligne. Les entretiens sont réalisés avec certains des enseignants qui font le catalogue de cours de DataCamp, et qui est probablement l’un des meilleurs catalogues de cours en ligne pour se former en « science des données »1.

Voici le sixième épisode de la série, avec la statisticienne Jo Hardin, qui présente son cours sur le bootstrapping :

Je vous conseille vraiment toute la série d’entretiens (15-20 minutes chacun), dont voici les cinq premiers :

  1. Max Kuhn, le créateur du package R caret

  2. Garrett Grolemund, l’un des data scientists de RStudio, et le co-auteur, avec Hadley Wickham, de R for Data Science

  3. Charlotte Wickham, qui a un superbe CV d’enseignante en statistiques

  4. David Robinson, data scientist chez Stack Overflow, le site de programmation où quelqu’un a (presque) toujours une réponse à votre question (si elle est bien posée), et l’auteur d’un de mes packages R favoris, broom (brève présentation)

  5. Ron Pearson, qui donne un cours de visualisation de données avec R, et qui a tout un tas de concepts intéressants à partager (in-liers, disguised missing data), en plus d’une réflexion très intéressante sur le machine learning.

  1. Je n’ai évidemment aucune action chez DataCamp, mais j’aime beaucoup leur catalogue (sans rien avoir acheté chez eux), et j’apprécie d’autant plus qu’ils ont mis en ligne une version « light » de leur plateforme d’enseignement. []

Notes supplémentaires sur l’analyse de réseaux

J’ai récemment présenté mes recherches sur les réseaux de collaboration législative à Marseille, où j’ai aussi donné, grâce à Joël, une formation à l’analyse de réseaux.

Les slides de la première présentation, donnée au RUG Aix-Marseille, sont en ligne sur le site Internet de Datactivi.st, et sur Google Slides ; il s’agit d’une traduction de notes déjà présentées, et qui m’a permis de récolter plusieurs idées et commentaires très utiles pour améliorer mes recherches.

Quant aux slides de la formation en analyse de réseaux, qui m’a permis de rencontrer ou de revoir les amis du Centre pour l’édition électronique ouverte, sont ci-dessous, et aussi sur Google Slides.

La plupart des illustrations de ces slides proviennent de l’excellent manuel de Mark E. J. Newman sur les réseaux.

J’y mentionne aussi cette liste de ressources sur l’analyse de réseaux, dont j’ai fait la publicité ici et ailleurs, l’excellent tutoriel de visualisation de réseaux de Katherine Ognyanova (mentionné ici et ), un autre manuel de graph mining avec R, et évidemment, l’excellent guide à l’utilisation du package igraph, par Eric D. Kolaczyk et Gábor Csárdi.

Women Also Know Stuff, édition personnelle 2017/05

La suite de ce billet. Éditions précédentes : 2017/01, 2017/02, 2017/03, 2017/04.
Liste rédigée un peu à la va-vite par manque de temps, mais bonne lecture quand même, et spécial dédicace aux étudiantes de Licence 3 qui m’ont parlé de cette série de billets.

  1. Mary Beard, pour son texte « Death of a dictator. How Caesar’s murder set the template for political assassination ». Voir aussi ce billet de Daniel Little sur le récent ouvrage de Beard, SPQR: A History of Ancient Rome.

  2. Laura Kipnis, pour son texte « Eyewitness to a Title IX Witch Trial ». Son point de vue, provocateur, minoritaire, et superbement écrit, est également évoqué dans cet article de Salon qui évoque aussi Camille Paglia.

    Sur le fond, je n’ai aucune opinion ferme à partager au sujet des questions « trans-genre/ethnicité » évoquées dans l’article qui a suscité la controverse qu’a suivi Kipnis. En revanche, je trouve que le comité éditorial de la revue qui a publié l’article a été d’une lâcheté sans nom. Lisez et décidez par vous-même.

  3. Béatrice Cherrier, déjà mentionnée le mois dernier, au tout début de la série et dans d’autres billets, pour ses epic tweetstorms d’histoire de la pensée économique. S’il fallait n’en lire qu’un, je conseille celui sur William Baumol, auteur très utilisé en économie de la santé.

  4. Substencia, pour ce mix génial, qui commence gentiment mais qui contient aussi quelques passages bien martelés façon Bauhaus/industriel :

  5. Hanna Brooks Olsen, pour ce texte qui explore une perspective que j’utilise très souvent dans mes séances sur les « politiques morales » :

    Abortion is an Economic Issue.

  6. Grete Hermann donne son nom à un package R très intéressant :

    Grete Hermann wasn’t a probabilist, but she wrote the first algorithms for computer algebra; in the 1920s, well before the first electronic computer was built.

    This work laid the foundations for computer algebra libraries (like TensorFlow) that enable modern probabilistic modelling.

  7. Frida Boräng et ses collègues, pour leur article « Cooking the books: Bureaucratic Politicization and Policy Knowledge », qui rejoint tout de suite mon plan de cours sur la sociologie de la quantification et des statistiques officielles1 :

  8. Dawn Johnsen, pour son article « The Lawyers’ War. Counterterrorism From Bush to Obama to Trump ».

  9. Alice Coltrane (1937-2007), très bien chroniquée dans The Quietus. Ci-dessous, le morceau de référence, déjà mentionné il y a trois mois, mais on s’en fiche :

  10. « Older Woman » (qui est assez facile à identifier si vous y tenez), pour son texte « Asking the Wrong Questions about Protest ».

Mention spéciale à Carole Cadwalladr, pour cet article absolument sidérant : « The Great British Brexit Robbery: How our Democracy was Hijacked ». L’article explore le réseau d’élites, militaires et civiles, et de firmes (Cambridge Analytica, Palantir) ayant contribué à façonner, quasiment au sens propre du terme, une large partie de l’opinion publique britannique (mais aussi américaine) lors des votes « Brexit » et « Trump » de l’an dernier.

Le récit est parfaitement édifiant, et si les faits devaient (1) être confirmés et (2) être amenés à se reproduire, ils vont devenir incontournables dans l’étude des élections. Et si l’on rajoute à ça les diverses transgressions russes des dernières années et la géopolitique actuelle autour de la Corée du Nord, alors la Guerre Froide est au moins aussi morte que le punk, c’est-à-dire pas du tout.

  1. Je reparlerai, j’espère, de ce plan de cours dans pas trop longtemps ; si vous êtes curieux, écrivez-moi ou signalez-vous sur Twitter. Et en attendant que je réponde, allez donc lire l’excellent article de Dorothy Kronick, « How to Count Our Dead », sur la mortalité criminelle au Venezuela. []

Séminaire RUSS : Web scraping et APIs avec R

Sur la sympathique invitation de Timothée Giraud, dont je parlais il y a peu, j’interviens après-demain au séminaire RUSS – « R à l’usage des sciences sociales » – co-organisé par l’Ined et par l’EHESS.

Le séminaire a lieu dans le bâtiment Olympes de Gouges de Paris Diderot (salle M19), de 9 heures à midi.

Comme dans d’autres séances de formation telles que celle-ci, il s’agira de voir quels outils permettent de récupérer des données depuis Internet, soit par le biais d’extractions depuis des pages HTML, soit par le biais d’APIs dédiées à la diffusion de données par moyens programmatiques.

Vous avez déjà entendu parler de ces sujets ici : ce blog parle beaucoup de scraping, un peu moins d’APIs—il me semble que la dernière dont j’ai fourni un exemple d’utilisation est celle de Thèses.fr.

Les slides de ma présentation sont disponibles sur le site du séminaire RUSS. En voici un aperçu, que je poste uniquement pour pouvoir montrer ma slide « RTFM » (vers la fin) :

Quasiment toutes les images des slides sont cliquables pour obtenir les sources.

Bonne lecture, et/ou à bientôt si vous êtes inscrit(e) au séminaire !

Addendum, 27 juillet 2017 : cette formidable liste d’APIs renvoyant des résultats au format JSON a définitivement sa place en bas de ce billet.

Addendum, 29 juillet 2017 : ce billet, provoqué par ce billet sur l’éthique du scraping, a aussi sa place ici.

Women Also Know Stuff, édition personnelle 2017/03

La suite de ce billet. Éditions précédentes : 2017/01, 2017/02. Cette édition contient beaucoup, beaucoup d’analyse de données.

  1. Ann Swidler, dont il est temps, comme l’a fait remarquer Kieran Healy, de relire le classique « Culture in Action: Symbols and Strategies » :

    swidler-culture-in-action

  2. J’ai déjà cité, dans l’édition 2017/01, Jennifer Bryan, pour ses slides sur la manipulation de données, et avant ça, j’avais cité, dans l’édition 2016, Julia Silge, pour l’ouvrage Tidy Text Mining qu’elle co-écrit avec David Robinson.

    En janvier, j’ai suivi de loin la première RStudio Conference via Twitter, et la forte présence féminine lors de la conférence m’a semblé faire partie de ses points forts. Jenny Bryan et Julia Silge en étaient, et l’on peut aussi mentionner Hilary Parker (lisez ses slides), Hilary Mason (qui a le meilleur t-shirt du monde), Amelia McNamara et Charlotte Wickham, qui a présenté une excellente démo de programmation fonctionnelle avec le package purrr.

    La forte présence féminine à la conférence ne doit pas grand chose au hasard : il y a une task force qui travaille sur le sujet, et des initiatives dans la communauté R.

  3. Meredith Monk, « Dawn », sur l’album Book of Days (1990) :

  4. Aperçue dans une autre conférence que celle citée plus haut, Haley Jeppson, qui a repris le flambeau du package productplots avec ggmosaic :

  5. Je reviendrai sur cette série d’entretiens, mais voici le sixième épisode de la série « DataChats », avec la statisticienne Jo Hardin, qui présente son cours sur le bootstrapping :

    … série dans laquelle on retrouve, à nouveau, Charlotte Wickham, qui y présente un cours de manipulation de données spatiales.

  6. Björk, « Unravel » (1997) ; la version jouée avec le Brodsky Quartet est ma favorite, mais le clip de l’originale est plus esthétique :

  7. Alice Bartlett, « Git for Humans » :

    git-for-designers

    Et sur le même thème, voir, à nouveau, Jenny Bryan et al., Happy Git and GitHub for the useR.

  8. Bonnie Stabile, pour son papier « Reproductive Policy and the Social Construction of Motherhood » :

    Findings. Women’s choices fell within social construction quadrants as being positively portrayed and powerful; negatively portrayed but powerful; positively portrayed but powerless; and negatively portrayed and powerless. Married heterosexual women embracing motherhood were likely to be viewed positively and to reap benefits. Women forgoing motherhood, poor women, and women seeking to form nontraditional families were likely to be viewed negatively and to bear burdens; critical among these burdens was restriction of access to technologies that could be used to support a decision to avoid motherhood or to achieve motherhood through nontraditional methods.

  9. Melt-Banana (Yasuko Onuki au chant, Ichirou Agata au reste), « Last Target On The Last Day », dernier morceau de l’album Bambi’s Dilemma (2007), ci-dessous en version live à Tokyo (2009) :

  10. Julia Lynch a formulé un point de vue que je rumine depuis longtemps :

    Medicalizing inequality is more appealing to most politicians than tackling income and wage inequality head-on, but it results in framing the problem of social inequality in a way that makes it technically quite difficult to solve. Policy-makers should consider adopting more traditional programs of taxation, redistribution and labor market regulation in order to reduce both health inequalities and the underlying social inequalities.

Mention spéciale : Mica Levi, pour l’intégralité de la bande originale du film Under the Skin. La bande-son, dont un extrait suit, est plus intéressante que le film lui-même, et devrait vous plaire si vous avez aimé la bande-son de Donnie Darko, par exemple.

Notes de travail sur les réseaux de collaboration législative

J’ai eu la chance d’intervenir, il y a dix jours, dans le séminaire interne du CEVIPOL, le laboratoire de science politique de l’Université Libre de Bruxelles. J’étais invité par Émilien Paulis, que je remercie au passage pour l’invitation, pour la logistique et pour l’accueil sur place.

Mon intervention portait sur l’étude des réseaux de collaboration législative. Les slides que j’ai utilisées sont proches de celles que j’avais présentées en juin 2016 dans une conférence d’utilisateurs de R, et que j’ai présentées à nouveau cette même année dans une conférence « quanti » à Lille et dans le séminaire du Médialab de Sciences Po.

Quelques extraits ci-dessous, à cliquer pour obtenir les slides au complet :

De Google My Maps à ggplot2 en quelques secondes

J’avais brièvement évoqué, en juin dernier, la version 1.0.0 du package R xml2, qui permet de lire du XML dans R en permettant d’y mobiliser la librairie libxml. Voici un petit bricolage basé sur cette chaîne d’outils.

Les données : Google My Maps

Au hasard d’une recherche sans rapport avec le schmilblick, je suis tombé sur cette carte des morts violentes à Barbès et à la Goutte d’Or. La carte a été réalisée par Jean-Raphaël Bourge, qui fait un superbe travail de recherche sur le quartier.

En fouillant un peu, j’ai également retrouvé cette carte des églises africaines qui font leur publicité à la Goutte d’Or. La carte a été réalisée par Baptiste Coulmont, qui a amplement documenté le phénomène, et qui a publié un très chouette article sur le sujet.

Enfin, en creusant encore un peu, je découvre une autre carte : « Gangs of Los Angeles« , et son complément sur les gangs hispaniques. Les graffiti que laissent les gangs de Los Angeles font l’objet d’une recension aussi systématique que possible sur Instagram, et il existe des tonnes de cartes très détaillées des territoires de ces gangs1.

Le problème : KML et ggplot2

Je me suis demandé comment je pouvais réutiliser les données de ces cartes. Google My Maps est un outil très pratique qui peut être utilisé sans compétence technique par un nombre illimité d’utilisateurs, ce qui en fait un excellent support pour le recueil de données géolocalisées ; mais comment réexploiter ces données ?

Google My Maps permet d’exporter les informations d’une carte au format KML, ce qui est pratique, mais l’utilisation de ces données par des outils tels que les packages R rgdal ou sf n’est pas facile, surtout si l’on souhaite utiliser les packages du « tidyverse » (dyplr et ggplot2 en particulier) pour manipuler les données et les visualiser.

La solution (limitée) : tidykml

Histoire de passer rapidement d’un fichier KML à un jeu de données qui puisse être utilisé avec ces packages, j’ai codé un petit package, tidykml, qui importe les éléments KML les plus simples (les géométries de base et leurs métadonnées). Tous les détails sont dans le README du package, et voici un exemple de résultat :

gangs

Le package est très limité : il ne gère pas les « géométries multiples » (les multi-polygones qui permettent de visualiser des îles, par exemple), et il n’a été testé que sur les cartes listées plus haut, plus quelques autres exemples de cartes issues de Google My Maps. En attendant mieux, le package permet de réaliser des cartes comme celle-ci :

sherman

L’exemple ci-dessus, qui ne demande que quelques lignes de code dont la plupart sont des réglages graphiques réalisés dans ggplot2, apparaît également dans ce billet en anglais, un peu plus technique.

Pour aller plus loin

Mon objectif, avec tidykml, était de raccourcir autant que possible le code allant de l’import d’un fichier KML à un graphique réalisé avec ggplot2, histoire de faciliter la réutilisation de données Google My Maps sur d’autres supports, et sans passer par des solutions de cartographie plus sophistiquées.

Pour aller plus loin, il faudrait avant tout que je trouve un moyen de prendre en compte les « géométries multiples » évoquées plus haut, et aussi que je documente l’énorme répertoire d’outils cartographiques pour R, comme par exemple l’excellent package cartography de Timothée Giraud et al..

Pas d’empressement toutefois : les outils de cartographie avec R sont en discussion et pourraient évoluer de manière à rendre mon package obsolète dans les mois à venir. Tant mieux.

  1. Voir notamment cette conversation sur Reddit. []

Collecte et visualisation de données législatives avec R

Le groupe d’utilisateurs R du Muséum national d’Histoire naturelle de Paris (le groupe “Sémin-R”) organise une conférence R demain. Cliquez sur l’image ci-dessous pour le programme complet :

JourneeR-2016-Programme

J’y présenterai les slides résumées ci-dessous (cliquez sur n’importe quelle image pour la version PDF complète, ou utilisez la version en ligne), et si tout se passe bien, j’aurai un court papier technique à partager sur le sujet dans moins d’un mois :

Briatte_R_MNHN_2016-2

Briatte_R_MNHN_2016-3

Briatte_R_MNHN_2016-4

La présentation reprend, en substance, une brève note que j’ai récemment publiée dans Network Science. Cliquez sur l’image ci-dessous pour accéder au preprint ou lisez directement son annexe pour le détail des données :

Briatte_NWS_published

Comme d’habitude, le code et les données sont en ligne — j’en ai déjà parlé à plusieurs occasions cette année, et vous risquez d’en entendre encore parler dans les années qui arrivent (plus de détails quand il y en aura à partager).

Affaire à suivre, donc, mais bon, c’est pas comme si je ne vous avais pas déjà un peu cassé les pieds avec R et la visualisation de réseaux de collaborations législatives depuis quelques temps déjà.

J’en profite pour saluer amicalement les collègues suisses, et Marion Deville en particulier, qui participent à la Semaine de la démocratie de Genève, et qui ont prévu d’utiliser certains de mes graphiques dans une présentation de leurs travaux lors d’un hackathon organisé le 23 septembre. Je n’ai pas beaucoup plus d’informations là-dessus, mais vous pouvez écrire à Marion si vous êtes intéressés.

En attendant, il reste quelques places pour la conférence de demain : écrivez aux gentils organisateurs (leurs coordonnées sont sur le site du Sémin-R), ou faîtes-moi très vite signe, et je ferai suivre. À demain !

Mise à jour, le jour même : malgré un léger gros problème qui m’a fait rater la matinée, je peux confirmer que la journée R du MNHN était, comme prévu, hyper-chouette, le cadre du Muséum d’Histoire Naturelle étant très agréable par ailleurs.

À noter dans les présentations, qui seront bientôt en ligne sur le site du RUG MNHN :

  • les dernières améliorations du package FactoMineR – et Factoshiny
  • l’utilisation de scripts R sur un serveur Apache
  • la visualisation de cartes auto-organisatrices
  • un exemple d’interfaçage R + Java
  • la sonification (!) de graphiques R/ggplot2

La dernière présentation, par Jérôme Sueur (l’un des deux organisateurs de la journée, avec Amandine Blin) était très divertissante. Pour comprendre pourquoi, jetez un coup d’oeil au package playitbyr.