Consulting

Au prime abord, [les références théoriques et empiriques] sonnent comme un alibi académique pour impressionner les clients potentiels. La pauvreté conceptuelle est immense : qu’est-ce que le « champ des méthodes en sciences sociales » (p. 115) ? Les auteurs négligent la complémentarité des techniques et les travaux de leurs collègues ; à cet égard, la bibliographie est éloquente (à 28% celle des auteurs).

La toute petite controverse lancée par ce compte-rendu d’ouvrage, auquel les auteurs ont répondu, pointe vers quelque chose d’important : la scientificité supposée de la micro-industrie du consulting qui est en train de se former pour pallier au manque de débouchés académiques et/ou à leur faible rémunération.

Du peu que j’en ai vu dans le domaine de la sociologie de la santé, cette micro-industrie se construit sur un mélange des genres très étrange : non seulement la scientificité des études n’est pas garantie, mais certains commencent aussi à demander que leurs entreprises (privées) de consulting sociologique soit financé avec l’argent (public) d’agences comme l’ANR (propos entendu dans une journée d’étude l’an dernier).

Je crains que cette pente ne s’infléchisse vers le pire : moins de scientificité, plus d’argent public versé à des entreprises privées de plus en plus attractives et/ou lucratives par rapport au service public de l’enseignement supérieur et de la recherche. Cette tendance correspondrait assez bien aux orientations gouvernementales en la matière.

(Question cruciale pour l’avenir de la Science : « au » ou « de » prime abord ?)