Sur la réforme du baccalauréat

N’étant que très indirectement concerné par la réforme en cours du baccalauréat, j’y viens ici par le biais du billet qu’y a consacré Suzanne Maury sur son (excellent) blog Pergama, que je ne cesse de recommander à mes étudiants (qui pour la plupart, se situent à un niveau d’études entre bac + 1 et bac + 3).

Quatre préliminaires

  1. N’étant que très peu connecté à la presse francophone, et encore moins au commentariat français actif sur Twitter, je ne connais pas l’état de la discussion sur cette réforme : j’ai juste compris que certains syndicats menacent de ne pas surveiller les épreuves du baccalauréat en rapport à cette réforme, et que d’autres, du côté des sciences inhumaines et asociales, se désolaient de la marginalisation relative des enseignements de “sciences dures” :

  2. Mon propre “bac” était un bac scientifique international, dans lequel les épreuves de language vivante (anglaise) pesaient aussi lourd que les matières de la branche scientifique (mathématiques, biologie, physique-chimie). Je m’en suis sorti avec des notes passables dans ces dernières mais avec de bons voire très bons résultats dans les premières, pour un résultat final logiquement situé dans la mention “assez bien”.

  3. La seule fois où j’ai écrit sur l’épreuve du baccalauréat sur ce blog, c’était pour rappeler qu’elle reste sélective si l’on se penche sur la composition exacte des bacheliers d’une classe d’âge donnée (et encore plus sur leurs mentions1). L’obtention du baccalauréat reste également l’un des prédicteurs les plus stables dont on dispose dans tout un tas d’études en sciences sociales, notamment en sociologie électorale.

  4. Enfin, j’écris ce billet en pensant aux étudiants que je fréquente dans un établissement sélectif et privé, et donc généralement beaucoup plus coûteux d’accès que les établissements du secteur public, qui pratiquent leurs propres formes de sélection : voir ici et pour des billets rédigés lorsque j’enseignais dans ledit secteur public2. Ah, et mes deux parents étaient aussi enseignants (du secondaire ; un dans chaque secteur).

Voilà pour les préliminaires, qui m’incitent aujourd’hui à suivre (de loin) cette réforme. Il faut rajouter à ça que, comme beaucoup de collègues, je fais partie des équipes d’universitaires qui “sélectionnent à l’entrée” (via Parcoursup, dont j’ai déjà parlé) de l’Université, ce qui devrait m’inciter à comprendre un peu (beaucoup) mieux ce qui se trame en ce moment.

Enfin, au-delà de la sélection, il y a aussi les réformes de maquettes pédagogiques à anticiper en fonction de ce que les nouveaux entrants (les étudiants de Licence 1) auront étudié avant leur entrée à l’Université—mais il est certainement un peu tôt pour commencer à cogiter sur ce dossier, qui peut attendre les premières vagues d’étudiants post-réforme.

Quatre remarques

  1. Sur les griefs des syndicats vis-à-vis de la réforme, je ne peux qu’approuver : l’évaluation “locale” des candidats, par le biais des épreuves de contrôle continu du lycée, va complètement à l’encontre de la logique nationale de l’examen, et va encore plus tirer les élèves des établissements sous-dotés vers le bas. Il y a d’autres aspects problématiques dans la réforme, mais celui-ci est suffisant pour comprendre pourquoi les personnels de ces établissements peuvent craindre la réforme.

  2. En revanche, je me sens moins proche des réticences de celles et ceux qui voient dans la réduction du nombre de matières un problème, et encore moins proche des organisations qui formulent ces réticences en opposant, à mon sens beaucoup trop abusivement, les matières “scientifiques” et les matières “littéraires”, comme le fait le graphique reproduit plus haut3.

    En ce qui me concerne, les deux seules matières de mon cursus secondaire qui me servent aujourd’hui à comprendre des contenus scientifiques sont l’anglais et les mathématiques. S’il fallait ordonner le reste des matières par leur degré de pertinence à cette même fin, l’histoire-géographie viendrait bien avant la physique-chimie, et si je pouvais repasser un baccalauréat “réformé” à orientation scientifique, je me concentrerais intégralement sur les mathématiques4 et la biologie5.

  3. Vient ensuite la question de savoir si la disparition des “séries” et l’introduction de l’orientation comme dispositif de prédestination va changer quoi que ce soit aux inégalités actuelles du système éducatif. La réponse me semble être clairement non, car les parents et les élèves bien dotés sauront toujours reconstruire les “cursus gagnants”, de même que les établissements sélectifs du supérieur n’auront aucune difficulté à leur signaler ces éléments.

    À titre d’exercice, amusez-vous, par exemple, à repérer les mentions des instituts d’études politiques dans ces graphiques consacrés à l’orientation vers les classes préparatoires. En voici un extrait :

  4. Vient enfin la question de savoir si cette réforme va changer quoi que ce soit à la perception, de plus en plus répandue, que le “bac” n’est plus sélectif, voire qu’il est devenu facile au point de ne plus fabriquer que des “crétins”, pour reprendre le terme qu’avait utilisé un polémiste il y a quelques années pour dénigrer plus généralement la supposée “baisse de niveau” du système éducatif dans son ensemble.

    Je n’ai jamais souscrit à l’argument sur la sélectivité, et j’ai rappelé un peu plus haut pourquoi. Quant à l’argument de la “baisse de niveau”… Je suis enseignant, et donc assez bien placé pour constater que l’expression écrite en langue française est plus “souple” (lire : déviante du standard) aujourd’hui qu’elle ne l’était par le passé.

    Néanmoins, plus le temps passe, et moins j’y vois une baisse de niveau, dans la mesure où cette perte est très largement compensée par des gains significatifs sur d’autres aspects en termes de connaissances et d’expression en langue étrangère. Cela ne me rend pas plus souple dans ma notation de l’expression écrite en langue française, simplement encore plus dubitatif sur les appréciations globales dudit “niveau” du baccalauréat, et des classes d’âge récentes par rapport aux précédentes.

  1. Je vous rappelle que tous les lecteurs de ce blog ont l’obligation de lire aussi le blog de Baptiste Coulmont, qui parle souvent de prénoms et mentions au baccalauréat. []
  2. En fouillant bien les archives de ce blog, vous comprendrez que j’ai enseigné un an et demi à temps plein dans le public, soit quatre fois moins que mon expérience actuelle à temps plein dans le privé, à laquelle il faut rajouter déjà dix ans d’enseignement comme vacataire “professeur associé” (mouarf) dans ce même secteur, et toujours dans le “supérieur” (re-mouarf) : je ne tiendrais pas deux heures dans le “secondaire”. []
  3. David Madore, dans un récent billet intitulé “Comment répondre à la question “à quoi ça sert ?” en maths et sciences fondamentales”, dit peu ou prou la même chose, en partant d’un angle différent. []
  4. Prédiction : les mathématiques étant sur le point de devenir optionnelles, elles vont devenir le meilleur signal de “l’excellence” d’un cursus scolaire. Les élèves et leurs parents ne s’y tromperont pas. []
  5. Et idéalement sur la philosophie, mais ce que j’ai vu en Terminale ne contenait quasiment pas de philosophie des sciences, ce qui est bien dommage. Au passage, si les cours d’EPS pouvaient réellement aborder l’étude de la physiologie humaine, cela serait certainement utile à tout le monde. []

L’évolution des résultats scolaires

C. Baudelot, Educational Results Are On The Up, Yet Gaps Are Getting Ever Wider, communication de 2003 à l’Université de Princeton :

The education system has played a central role in French society since the end of the 19th century. This particular situation is not replicated in other countries around the world. From the start, founders of the Third Republic designed the French education system as a key institution. Its role was to instill, from as early an age as possible, core republican values in the minds of youngsters and to shape their behavior. These values were secularism, moral integration through the teaching of citizenship values, equal opportunities, appointment of top civil servants according to educational merit….A hundred years on, what is the situation?At first glance, the education system is being pulled apart by contradictory forces. On the one hand, far from being questioned, its central position in the wider economic, social and political environment has become more encompassing and stronger. This is one facet of the contradiction. On the other hand, schools and teachers are faced, on a daily basis, with new obstacles some of which tend to undermine the very foundations of the system. This is the second facet of the contradiction. [17 pages]

Le mécanisme décrit par l’auteur n’est pas propre à l’éducation, il existe aussi dans le domaine de la santé : lorsque l’espérance de vie augmente dans une population, elle augmente moins rapidement pour les catégories sociales défavorisées.