À qui profite l’exception culturelle ?

F. Lévy-Hartmann et F. Lalevée, du Groupe d’Économie Mondiale de Sciences Po, Le soutien à la production cinématographique française : à qui profite l’exception culturelle ? :

Le cinéma français est massivement soutenu par les autorités publiques : les aides frôlent les 38% de la valeur ajoutée du secteur, et le « taux d’assistance effectif » 101% de la valeur ajoutée. Mais si ces aides génèrent une production abondante (240 films agréés en 2005), elles ne soutiennent que peu la qualité et l’originalité du cinéma français. La concentration et la constance de la manne publique sur les quelques firmes intégrées les plus puissantes du secteur, révèlent combien la politique cinématographique française est en porte à faux par rapport à l’objectif culturel affiché. Le calcul détaillé des taux de subvention pour deux bénéficiaires, Gaumont et EuropaCorp, confirme la capture de la politique française par ces firmes bien insérées dans les circuits commerciaux, français et internationaux. En 2002, l’assistance directe ou indirecte représente 95% de la valeur ajoutée produite par EuropaCorp, 90% de celle produite par Gaumont. Loin de nous l’idée de critiquer le cinéma français répondant à une logique commerciale légitime et vitale. Mais, de tels films – et de telles firmes – pourraient exister sur la base de la seule loi du marché. Au total, loin d’œuvrer pour la diversité culturelle, la politique cinématographique française actuelle amplifie des effets négatifs potentiels du marché (concentration abusive, uniformisation d’une partie de la production, clonage des œuvres américaines, etc.). De plus, au fil des années, le système de soutien au cinéma est devenu illisible. Les aides nouvelles se sont multipliées, se superposant et s’enchevêtrant aux dispositifs existants sans guère de rationalité. La complexité est telle que peu d’acteurs de la filière savent s’ils sont des gagnants ou des perdants nets du système actuel, ce qui renforce l’inertie en matière de réformes. La seule façon d’échapper à ce lent enlisement est une évaluation du système de soutien actuel. [22 pages ; English version]

Le traitement bureaucratique de la misère

Cette habilitation à diriger des recherches a été soutenue en 2001 à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, et indique dans les membres du jury plusieurs noms connus, dont Pierre Bourdieu, Christian Baudelot et Michel Offerlé.

V. Dubois, Action publique et processus d’institutionnalisation : sociologie des politiques culturelle et linguistique et du traitement bureaucratique de la misère :

Ce travail vise à proposer un cadre pour une analyse sociologique de l’action publique. Il part pour cela des relations qui s’établissent entre action publique et processus d’institutionnalisation, et ce à trois niveaux. D’abord en revenant sur les processus socio-historique d’institutionnalisation de l’action publique, en s’attachant en particulier à l’émergence et la stabilisation des catégories d’intervention publique. Ensuite en considérant les formes de l’action publique comme des « formes sociales cristallisées » (Durkheim), plus largement révélatrices de l’institutionnalisation du social. Enfin en révélant les modalités d’institutionnalisation du social par l’action publique, reprenant notamment à nouveaux frais la question des modes d’exercice de la violence symbolique par les autorités publiques. Cette perspective d’ensemble trouve à s’appliquer dans deux domaines : celui de la gestion publique des formes symboliques, étudié à partir des politiques culturelles et linguistiques ; celui du traitement public de la misère, appréhendé au travers du traitement bureaucratique des fractions précarisées des classes populaires. [tel-00130955]  

Note pour ceux qui ne sont pas familiers du système d’enseignement supérieur français, l’HDR est un travail qui permet de diriger des recherches et qui se rédige donc plusieurs années après la thèse. C’est souvent l’occasion de faire un bilan de ses propres recherches.