Révision générale des promesses électorales, la suite

Ne serait-ce que par symétrie avec le billet précédent, une réaction parmi d’autres au spectacle présidentiel. C’est vraiment dans des moments comme ça qu’on se sait en démocratie : quand le président parle sur six chaînes télévisées, mais qu’on se sent le droit de trouver ça absurde. Une vieille photo prise au moment du referendum constitutionnel européen m’a rappelé ces lignes, qui me semblent convenir mieux que d’autres aux circonstances :

bullshit

Joël et moi avons regardé l’intervention de Badinguet ensemble, et comme les réactions fusaient au fur et à mesure, je partage une partie de ses étonnements. Le premier est une sorte d’aveu en creux : il est apparemment possible d’habiter la fonction présidentielle sans évoquer la possibilité de passer les immigrés au jet d’eau. Moins ironiquement, Badinguet n’a pas exploité le thème de l’insécurité dans son discours : peut-être se réserve-t-il la possibilité d’y avoir recours plus tard, ou peut-être, comme le suppose Joël, a-t-il accepté l’idée d’une division du travail électoral entre sa formation et celle de Marine Le Pen.

Je pense qu’une autre possibilité doit être considérée. Badinguet est issu d’un parti politique conservateur qui dispose aujourd’hui de beaucoup plus d’information sur ce que signifie le principe du mandat électoral mené sous la bannière de l’élimination des ennemis intérieurs (immigrés, fraudeurs, chômeurs, criminels). Cette information est assez déroutante pour un élu de la majorité présidentielle : seule une frange très réduite des élus bénéficie concrètement d’un rapprochement programmatique avec l’extrême-droite. Je suis entièrement d’accord avec la thèse générale de Pierre Martin sur ce point. En bref, la rétribution électorale du Kärcher est mince après le second tour.

Heureusement pour lui, Badinguet n’a pas eu à s’expliquer sur ce point : les journalistes présents lui ont servi la soupe avec une déférence qui ferait pleurer de rire le dernier pigiste londonien ou berlinois. Grâce à la diligence des parties prenantes (qu’on remercie chaleureusement au passage), on a donc pu écouter une leçon, très chiraquienne au demeurant, d’ordo-libéralisme à la française sur les taux d’imposition et le coût du travail. Ce discours a quelques problèmes à s’ajuster à la réalité, mais l’économie morale des décisions macroéconomiques compense largement ce défaut, et Badinguet n’est pas du genre à se retenir.

Murray Edelman l’a très bien écrit : “Basic to the exercise of power is the ability to retain that power in spite of actions and events that might give the ruled reason to make changes”. L’exercice du pouvoir par Badinguet se conforme très bien à cette logique.

[EDIT par Joël : nous avons effectivement regardé ensemble l’intervention, et ma réaction se trouve sur mon blog perso.]

La norme de la “vieille démocratie”

En survolant les bibliographies commentées de Charles Tilly, j’ai découvert cet excellent article de l’American Psychologist sur la norme de l’intérêt propre, qui explique comment la justification par les intérêts finit par prendre une place plus importante qu’elle ne devrait dans les explications des phénomènes, parce qu’il y a un biais en faveur de ce type de motivation :

The self-interest motive is singularly powerful according to many of the most influential theories of human behavior and the layperson alike. In the present article the author examines the role the assumption of self-interest plays in its own confirmation. It is proposed that a norm exists in Western cultures that specifies self-interest both is and ought to be a powerful determinant of behavior. This norm influences people’s actions and opinions as well as the accounts they give for their actions and opinions. In particular, it leads people to act and speak as though they care more about their material self-interest than they do. Consequences of misinterpreting the « fact » of self- interest are discussed.

L’article est signé par Dale Miller, qui a signé tout un tas d’autres articles intéressants. Celui mentionné ci-dessus aurait beaucoup plu à Bourdieu et ses collègues, qui affichent un (sain) mépris des explications intégrales par les motivations dans les premières pages du Métier de sociologue.

Ce détour pour en arriver à un extrait de la tribune de Badinguet, dans Le Monde d’aujourd’hui, au sujet du vote en Suisse sur les minarets :

Mais comment ne pas être stupéfait par la réaction que cette décision a suscitée dans certains milieux médiatiques et politiques de notre propre pays ? Réactions excessives, parfois caricaturales, à l’égard du peuple suisse, dont la démocratie, plus ancienne que la nôtre, a ses règles et ses traditions, qui sont celles d’une démocratie directe où le peuple a l’habitude de prendre la parole et de décider par lui-même ?

Le discours présidentiel attribue ici une prime symbolique discrète aux “vieilles” démocraties – autrement dit, il est bon, pour un peuple, d’être en démocratie, et encore mieux de s’y trouver depuis longtemps. Par conjonction, les “vieilles démocraties” méritent une médaille discursive (symbolique – une médaille en chocolat, suisse, donc).

On peut réécrire ce discours sous forme de syllogisme hypothétique (oui, il y en a que ça amuse, et j’en fais partie ; mais je me soigne). Je ne suis pas spécialiste de la chose1, mais je pense que le syllogisme avancé ici peut s’écrire de cette manière :

  1. S’il y a un seul état politique souhaitable, alors c’est une démocratie.
  2. Or s’il y a une démocratie, alors il est souhaitable qu’elle se maintienne dans le temps.
  3. Donc le seul état politique souhaitable doit également se maintenir dans le temps.

Si ce discours est largement accepté, c’est parce qu’il semble correct en premier lieu : les deux prémisses semblent correctement séparément, et la relation logique entre elles est valide.

Si l’on joue le jeu, quelle est la plus vieille démocratie ? J’ai un vague souvenir d’un Islandais me décrivant l’organisation de son pays au 10e siècle, avec un conseil de chefs votant les décisions “nationales” à la majorité (le terme “national” est anachronique). Bon, il faudrait spécifier le terme de “démocratie”, mais comme c’est un exercice conceptuel qui peut fonder et soutenir une carrière complète, je passe sur le détail. Toujours est-il qu’on peut régresser à volonté et trouver tout un tas de “vieilles démocraties”, dont l’état politique sera souhaitable ou pas.

Qu’en est-il des “jeunes” démocraties, sinon ? Ma fascination personnelle pour le régime politique américain va-t-elle souffrir de l’argument présidentiel ? La réécriture logique de l’argument présidentiel montre qu’en réalité, à moins de commettre une erreur de logique2, il ne peut pas se retourner contre les “jeunes” démocraties, parce qu’il se contente de primer les primo-arrivants – ce qu’en marketing, on appelle un first mover advantage. Ce qui est amusant, c’est que le first mover advantage est également… une croyance.

Mise à jour : Christophe Bouillaud a lui aussi réagi en deux temps sur le vote suisse, et son dernier billet contient une belle analogie présidentielle : “le hamster continue de tourner”.

  1. Par conséquent, j’invite Phersv à venir me corriger là où nécessaire. []
  2. Sans rentrer dans les détails, il y a tout ce qu’il faut dans les vieux bouquins de logique formelle pour s’amuser un peu. Mais attention, c’est addictif, on finit par voir des syllogismes partout ; exemple : “une grande société ne s’afficherait pas à Aubervilliers”, écrit le couple Pinçot-Charlot dans sa Sociologie de Paris. []

À vos transistors

Tant qu’il n’est pas trop tard pour les écouter en ligne, je vous conseille les émissions suivantes sur France Culture (la seule radio que j’écoute, mon biais de sélection est donc évident) :

Quand Nicolas Sarkozy parle

Dans un régime politique où le pouvoir exécutif est nettement dominé par une seule figure politique, celle du président ou du premier ministre, tout ce qui touche au chef de l’État fait l’objet de très nombreux commentaires. Le “style présidentiel” est une notion qui revient très souvent dans les médias, mais aussi dans les opinions politiques : on apprécie, ou pas, le style de tel candidat à l’élection présidentielle, ou de tel président.

En France, le président de la République est au centre d’interrogations permanentes quant à sa manière de communiquer, sa manière de gouverner, mais aussi sa santé, ses humeurs, sa vie privée (ce qui rappelle de près ou de loin les régimes monarchiques et les interrogations de la cour ; l’ouvrage de Marc Abélès, Anthropologie de l’État, le montre très bien à partir d’une étude de gestes symboliques accomplis par François Mitterrand). Aux États-Unis, où l’histoire du pays ne contient pas de période monarchique ou impériale, la focalisation sur la personne du président est tout aussi visible.

Comment la science politique peut-elle saisir la réalité sous-jacente à ce que l’on désigne lorsque l’on évoque le “style” du président ? C’est une question très sérieuse dans la science politique américaine, où beaucoup de travaux (voire des revues) portent sur la personnalité présidentielle, dans la suite des travaux de Richard Neustadt dans les années 1960. Des recherches (de Fred Greenstein, Stephen Skowronek, Adam Sheingate et d’autres) ont depuis montré que ce regard ne permet pas de comprendre l’histoire des décisions publiques – le rôle du Congrès et celui de la Cour Suprême sont trop prégnants, et une combinaison des analyses de la personnalité présidentielle et des institutions politiques donne de meilleurs résultats.

En France, Nicolas Mariot et d’autres ont étudié la fonction présidentielle et les manières de l’habiter. Nicolas Mariot a notamment retracé l’utilisation d’un outil : le voyage présidentiel. Récemment, Paul Bacot a publié une petite note pour la revue qu’il dirige, Mots. Les langages du politique. Cette note de trois pages analyse la prise de parole de Nicolas Sarkozy pendant l’émission-fleuve où celui-ci s’est exprimé au sujet de la crise financière. Les intervieweurs principaux étaient David Pujadas et Laurence Ferrari.

Que remarque Paul Bacot ? Que les intervieweurs ne sont pas traités de manière identiques : Nicolas Sarkozy a en face de lui “Monsieur Pujadas” et “Laurence Ferrari”. Nicolas Sarkozy donne aussi du “Monsieur” deux autres journalistes masculins qui interviendront plus tard en cours d’émission, creusant l’écart de traitement entre Laurence Ferrari et ses collègues. La distinction, note Paul Bacot, est importante :

En les appelant différemment, notamment quand il s’adresse à eux, il leur assigne une identité de genre.

Dès lors, on pourrait se demander s’il s’adresse de façon aléatoire à l’un et à l’autre durant sa prestation, ou bien s’il choisit son interlocuteur en fonction de ce dont il traite. Une telle attribution de rôles distincts pourrait être mise en relation avec le fait que Nicolas Sarkozy ne leur parle pas de la même façon – mais sans que cela puisse en quoi que ce soit expliquer le choix de chacune des deux modalités d’adresse1.

L’auteur fait attention à ne pas imputer ces adresses différentes à un autre facteur que le président de la République lui-même2.

Paul Bacot, comme Nicolas Mariot, procèdent à des objectivations de données extraites du monde réel, et sur lesquelles ils opèrent des calculs, des visualisations (les cartes chez Nicolas Mariot), et des interprétations. Leurs données forment des séries : statistiques, géographiques, historiques. Il est possible d’arriver à des conclusions significatives sur le plan scientifique, même lorsque l’on part de données très peu tangibles3, et déjà investies par les intellectuels (les “préposés aux choses vagues”, disait Paul Valéry) ou les journalistes. Il faut être assez prudent, mais les exemples ci-dessus montrent que, lorsque Nicolas Sarkozy parle, les scientifiques écoutent… mais pas de n’importe quelle manière.

À consulter

  1. Mon emphase. []
  2. Ce faisant, Paul Bacot “contrôle” son observation, ce que les scientifiques font tout le temps, les journalistes presque jamais – en général, l’information journalistique est simplement recoupée : deux avis convergents et l’appréciation du journaliste suffisent (je caricature sans volonté de provocation ; quoique…). Le contrôle est un aspect essentiel de l’analyse scientifique. Ce matin, un journaliste de France Info annonçait que les fraudes à la Sécurité sociale était en forte hausse, or la suite de son reportage montrait simplement que la traque des fraudeurs était le seul facteur à avoir varié (en hausse), ce qui ne permet pas de conclure que les fraudes augmentent ; simplement, quand on les “cherche” mieux, on les “voit” mieux. Le même biais statistique (ignorance du base rate) peut expliquer la recrudescence des incivilités (augmentation du dépôt de plainte), des vols de téléphone portable (augmentation du nombre absolu de portables), ou des cancers (dépistage plus efficace). []
  3. Betrand Russell a écrit quelque part (j’ai perdu la référence) que, pour un scientifique, partir d’une question claire était nécessaire mais généralement impossible d’entrée de jeu, et que la construction d’une question précise était un résultat du travail scientifique. []

Nicolas Sarkozy & Silvio Berlusconi

Certes il ne s’agit pas de science politique francophone à proprement parler, mais je tenais à recenser le premier à recenser ce papier qui compare les stratégies médiatiques de Silvio Berlusconi et Nicolas Sarkozy :

The Construction of Contemporary Leadership in Italy and France

In contemporary democracies the ascent of political leaders cannot be explained without referring to  their communication style and campaign strategies. This paper intends to analyze two different countries, Italy and France, which have recently experienced a remarkable increase of personalization and mediatization of politics. First of all, I will carry out an exploration of similarities and  differences in Italian and French electoral campaigns paying special attention to the role of media in the construction of leadership. Then, I will attempt at providing a comparison between the two leaders who have put their marks on recent electoral campaigns: Silvio Berlusconi and Nicolas Sarkozy. Both leaders are credited with a notable expertise in political marketing and news management. The analysis will highlight common aspects, but will also underline those different features allowing us to identify and design at least two distinct types of “mediatized” leadership. [12 pages]

Cinq mois de politique économique sous Nicolas Sarkozy

Arthur Goldhammer, membre du Center for European Studies de l’Université d’Harvard, avait annoncé sur son blog “French Politics” la tenue d’une conférence sur les cinq premiers mois de la présidence de Nicolas Sarkozy.

Les slides (surtout des graphiques) de son intervention, qui se concentre sur la politique économique, sont désormais disponibles en ligne – ce qui me permet d’inaugurer la catégorie “Blogosphère” où je recenserai les travaux de recherche mis en ligne par des politistes-blogueurs (qui peuvent se manifester dans les commentaires !).

Mise à jour : les slides sont à présent accompagnées d’un commentaire plus complet.