Women Also Know Stuff, édition personnelle 2017/03

La suite de ce billet. Éditions précédentes : 2017/01, 2017/02. Cette édition contient beaucoup, beaucoup d’analyse de données.

  1. Ann Swidler, dont il est temps, comme l’a fait remarquer Kieran Healy, de relire le classique « Culture in Action: Symbols and Strategies » :

    swidler-culture-in-action

  2. J’ai déjà cité, dans l’édition 2017/01, Jennifer Bryan, pour ses slides sur la manipulation de données, et avant ça, j’avais cité, dans l’édition 2016, Julia Silge, pour l’ouvrage Tidy Text Mining qu’elle co-écrit avec David Robinson.

    En janvier, j’ai suivi de loin la première RStudio Conference via Twitter, et la forte présence féminine lors de la conférence m’a semblé faire partie de ses points forts. Jenny Bryan et Julia Silge en étaient, et l’on peut aussi mentionner Hilary Parker (lisez ses slides), Hilary Mason (qui a le meilleur t-shirt du monde), Amelia McNamara et Charlotte Wickham, qui a présenté une excellente démo de programmation fonctionnelle avec le package purrr.

    La forte présence féminine à la conférence ne doit pas grand chose au hasard : il y a une task force qui travaille sur le sujet, et des initiatives dans la communauté R.

  3. Meredith Monk, « Dawn », sur l’album Book of Days (1990) :

  4. Aperçue dans une autre conférence que celle citée plus haut, Haley Jeppson, qui a repris le flambeau du package productplots avec ggmosaic :

  5. Je reviendrai sur cette série d’entretiens, mais voici le sixième épisode de la série « DataChats », avec la statisticienne Jo Hardin, qui présente son cours sur le bootstrapping :

    … série dans laquelle on retrouve, à nouveau, Charlotte Wickham, qui y présente un cours de manipulation de données spatiales.

  6. Björk, « Unravel » (1997) ; la version jouée avec le Brodsky Quartet est ma favorite, mais le clip de l’originale est plus esthétique :

  7. Alice Bartlett, « Git for Humans » :

    git-for-designers

    Et sur le même thème, voir, à nouveau, Jenny Bryan et al., Happy Git and GitHub for the useR.

  8. Bonnie Stabile, pour son papier « Reproductive Policy and the Social Construction of Motherhood » :

    Findings. Women’s choices fell within social construction quadrants as being positively portrayed and powerful; negatively portrayed but powerful; positively portrayed but powerless; and negatively portrayed and powerless. Married heterosexual women embracing motherhood were likely to be viewed positively and to reap benefits. Women forgoing motherhood, poor women, and women seeking to form nontraditional families were likely to be viewed negatively and to bear burdens; critical among these burdens was restriction of access to technologies that could be used to support a decision to avoid motherhood or to achieve motherhood through nontraditional methods.

  9. Melt-Banana (Yasuko Onuki au chant, Ichirou Agata au reste), « Last Target On The Last Day », dernier morceau de l’album Bambi’s Dilemma (2007), ci-dessous en version live à Tokyo (2009) :

  10. Julia Lynch a formulé un point de vue que je rumine depuis longtemps :

    Medicalizing inequality is more appealing to most politicians than tackling income and wage inequality head-on, but it results in framing the problem of social inequality in a way that makes it technically quite difficult to solve. Policy-makers should consider adopting more traditional programs of taxation, redistribution and labor market regulation in order to reduce both health inequalities and the underlying social inequalities.

Mention spéciale : Mica Levi, pour l’intégralité de la bande originale du film Under the Skin. La bande-son, dont un extrait suit, est plus intéressante que le film lui-même, et devrait vous plaire si vous avez aimé la bande-son de Donnie Darko, par exemple.

Women Also Know Stuff, édition personnelle 2017/02

La suite de ce billet. Édition précédente : 2017/01. Les règles de cette série de billets se précisent : tous les liens pointent vers des textes ou des morceaux de musique composés par des femmes (ou co-composés par au moins une femme, dans le cas des compositions multi-auteurs). Chaque billet de la série est publié à la fin du mois et contient 10 items, plus une « mention spéciale » (spéciale en quoi ? je ne sais toujours pas). Les domaines couverts sont variés, mais vu ce que je lis et j’écoute, attendez-vous à de la science politique (évidemment), de l’analyse de données1, et de la musique bizarre.

  1. Emily Barry, « Applying Data Science to the Supreme Court: Topic Modeling Over Time with NMF (and a D3.js bonus) » :

    barry-scotus-topics

  2. Jenny Andersson et Egle Rindzeviciute, « The Political Life of Prediction. The Future as a Space of Scientific World Governance in the Cold War Era » :

    This working paper explores the role of the future as a space of scientific exchange and dialogue in the Cold War period. We argue that in East and West the governance of the future were understood as both intellectual and technical problem that, importantly, challenged existing notions of the nature of liberal democratic and communist political regimes. Casting the future as a governable sphere led to the development of new forms of scientific governance which sought explicitly to depoliticize the future and turn it into a new transnational domain of technocratic politics. The paper focuses on the parallels and exchanges among American and Soviet futurologists. East-West collaboration was essential to the invention of the future as a governable technoscientific space, situated beyond political dispute.

  3. Daphne Oram2, Andrea Parker3 et Daz Quayle, « Are You There? » (Live from the Roundhouse), tiré de Private Dreams And Public Nightmares (2011) :

  4. Valerie J. Bunce et Mark R. Beissinger, « Taking Democracy for Granted » (sur l’excellent blog collectif Duck of Minerva, qui devrait plaire à tous les lecteurs de Crooked Timber et de The Monkey Cage) :

    … The costs of nationalist tropes for democracy are many. They give candidates a license to avoid talking about policy. They silence the opposition, since it cannot possibly come out against the nation. They sow divisions among the public. But perhaps their greatest danger is that they give rise to the demand for strong leadership—leaders who will do anything to defend the nation from its enemies.

    To those who view American politics as exceptional, Trump is an anomaly that is difficult to explain. To us, his politics are disconcertingly familiar.

  5. Katharina A. Zweig, Network Analysis Literacy. A Practical Approach to the Analysis of Networks (Springer, 2016) — un bouquin qui clarifie l’analyse de réseaux par le biais des modélisations complexes parues ces dernières années. Fort utile.

  6. Elisabeth S. Clemens : What is Political Sociology? (Wiley, 2016). Ayant lu quelques-uns des articles de l’auteur, je m’attends à une excellente synthèse couvrant un énorme spectre spatio-temporel, à la Sewell.

    Note : j’ai reçu, depuis la rédaction de ce billet, ma copie de l’ouvrage, et je ne suis pas déçu. Comme prévu, c’est une vaste mais brève synthèse de la sous-discipline.

  7. DJ Mutamassik (et Spit), « Complicity (M28 Mix)« , remix déjanté d’une chanson d’Arto Lindsay, sur l’excellent album d’illbient Hyper Civilizado (1996) :

    L’album de Mutamassik Symbols Follow (2015), où celle-ci joue tous les instruments, vaut aussi le détour si vous aimez l’ambient expérimental façon Nobukazu Takemura, qui reste le maître absolu, inégalé et inégalable du genre.

  8. Amelia Tait : « The Movie That Doesn’t Exist and the Redditors Who Think It Does » – sur un phénomène qui peut paraître invraisemblable, mais qui est bien connu des chercheurs faisant des entretiens sur des faits distants : le cerveau humain fabrique de très intéressants souvenirs de faits n’ayant jamais existé.

  9. Lucie Beraud-Sudreau et Hugo Meijer, « Enjeux stratégiques et économiques des politiques d’exportation d’armement. Une comparaison franco-américaine » (Revue internationale de politique comparée, 2016) :

    […] Cet article propose un schéma explicatif [montrant] que le poids relatif des considérations stratégiques et économiques dans l’élaboration des politiques d’exportation d’armes dépend, sur le plan international, du positionnement de l’État dans la hiérarchie mondiale des producteurs d’armement et, sur le plan national, du degré de dépendance à l’exportation de son industrie de défense. Cette typologie est ensuite testée à travers une comparaison des politiques américaine et française d’exportation d’armement, à partir d’entretiens réalisés à Washington D.C. et à Paris et de câbles diplomatiques fuités par Wikileaks. […]

  10. Anoushka Shankar, « Red Sun« , de l’album Rise (2005) :

Mention spéciale : Fernanda Martins, l’une des rares femmes dans le sous-genre hard techno/schranz, qui est quasi-exclusivement dominé par des hommes (Kvitta, Liebing, Natus, Ranieri, Rush). Le mix ci-dessous a été réalisé avec Sheefit, a.k.a Gabriela Mariano, la moitié féminine du duo de hard techno Motormorfoses.

  1. Généralement avec R, parfois avec Python. []
  2. Une pionnière du genre (synthétiseurs et musique concrète). Mon billet de 2016 en cite d’autres. []
  3. Oui, c’est la même que dans l’édition 2017/01. []

Women Also Know Stuff, édition personnelle 2017/01

La suite de ce billet. Je présenterai une première version des « règles de publication » de cette série de billets lors de la prochaine édition, prévue pour fin février.

  1. Sara Kendzior : « An Unaired Interview on Trump, Authoritarianism and Kleptocracy » :

    Trump is openly building a kleptocracy backed by billionaires and white supremacists, and several Trump fans, including a few in Missouri, have written to me in alarm, saying this is not what they signed on for. A lot of folks just wanted good jobs to come back, and to stop feeling let down by the government and other officials. It’s pretty clear looking at Trump’s policies that this is not what is going to happen.

    Et ce n’est que le début.

  2. Mariel Roberts : le morceau « Formations » de son album Nonextraneous Sounds (2012) n’est malheureusement pas disponible en vidéo ; en voici néanmoins un bref extrait, et il est écoutable sur Spotify.

    Ci-dessous, un lot de consolation, tiré de l’invraisemblable album No One to Know One (2011) du percussionniste Andy Akiho :

  3. Jane Mayer, dont l’ouvrage Dark Money: The Hidden History of the Billionaires Behind the Rise of the Radical Right documente un aspect essentiel de la vie politique américaine actuelle.

    Voir aussi son article « Covert Operations » pour le New Yorker en 2010, et cet article pour les représailles qui ont accompagné sa parution.

  4. Julia Belluz : « We visited one of America’s sickest counties. We’re afraid it’s about to get worse« . Sur un endroit paumé en Louisiane.

  5. Mimi Onuoha, « On Missing Data Sets » :

    « Missing data sets » are my term for the blank spots that exist in spaces that are otherwise data-saturated. My interest in them stems from the observation that within many spaces where large amounts of data are collected, there are often empty spaces where no data live. Unsurprisingly, this lack of data typically correlates with issues affecting those who are most vulnerable in that context.

  6. Jennifer (Jenny) Bryan, « Data Rectangling » (via).

  7. Andrea Parker, « After Dark » (1995) :

  8. Lorena A. Barba, « Barba-Group Reproducibility Syllabus » (via). Sur le même sujet, voir aussi les publications de Victoria Stodden.

  9. Mary Beard, SPQR: A History of Ancient Rome (on peut en lire beaucoup de bien un peu partout, et les quelques passages que j’ai lus étaient tous excellents).

  10. Alice Coltrane et Pharoah Sanders, « Journey In Satchidananda » (1971) :

Mention spéciale : Cathy O’Neil, dont je n’ai toujours pas lu le bouquin, Weapons of Math Destruction, mais dont tout le monde dit grand bien—voir, par exemple, la recension d’Arthur Charpentier.

Women Also Know Stuff, édition personnelle 2016

how_it_works

En travaillant sur le programme définitif d’un panel de conférence (j’en reparlerai en temps voulu), j’ai réalisé que nous avions, avec mon co-équipier, éliminé toutes les communications incluant des femmes parmi les auteurs, sauf une. Tous les organisateurs et discutants de l’événement seront des hommes.

Autre contexte : en comité de rédaction, l’un des deux éditeurs d’une revue qui sort bientôt son n°1 (j’en reparlerai aussi) nous annonce que le pourcentage de femmes parmi les auteurs est hyper-bas. Je me souviens que nous avions déjà fait tout notre possible pour féminiser le comité de rédaction.

Autre contexte : une amie m’explique qu’elle postule à un financement dans une agence nationale. Elle m’explique qu’elle sait que ses chances de succès sont plus faibles : elle est jeune, et femme. Les chiffres sont là pour le prouver, et des biais similaires existent pour la publication en revue scientifique.

Ces inégalités sont difficiles à corriger. Si je scanne vite fait mes liens et lectures du jour, je dois en être à 80-90% d’hommes, aussi en sciences sociales qu’en trucs informatiques1. En science politique, sur certains sujets, et alors même qu’il y a de l’offre, on passe très facilement à 100% d’hommes2.

La liste ci-dessous ne changera rien, mais voici dix femmes dont j’ai découvert ou redécouvert les travaux/oeuvres cette année.

  1. Masha Gessen, pour « The Putin Paradigm » et « Autocracy: Rules for Survival » (sur Donald J. Trump)

  2. Dasha Rush, pour toute sa production musicale (le mix ci-dessous commence à proprement parler vers 2:30)

  3. Julia Silge (qui vient d’être embauchée par Stack Overflow), pour Tidy Text Mining with R (avec David Robinson)

  4. Jenny Bryan, pour Happy Git and GitHub for the useR

  5. Isis Lovecruft, du Tor Project, pour cette conférence sur les systèmes anonymes

  6. Jocelyn Pook, pour l’album Untold Things et la chanson « Yellow Fever Psalm » en particulier (ci-dessous ; à écouter aussi à l’envers)

    Je ne m’attarde pas sur le sujet, mais tous les amateurs de musique ambient savent qu’il y a plein de femmes parmi les pionniers du genre, à l’époque du bidouillage de synthétiseurs analogiques pesant super lourd ; allez donc écouter Else Marie Pade en 1962 ou Laurie Spiegel en 19793.

  7. Joan C. Williams, pour « What So Many People Don’t Get About the U.S. Working Class » – où l’on trouve un paragraphe qui mériterait à lui seul six heures de cours sur la stratification socio-éducative :

    One little-known element of that gap is that the white working class (WWC) resents professionals but admires the rich. Class migrants (white-collar professionals born to blue-collar families) report that “professional people were generally suspect” and that managers are college kids “who don’t know shit about how to do anything but are full of ideas about how I have to do my job,” said Alfred Lubrano in Limbo. Barbara Ehrenreich recalled in 1990 that her blue-collar dad “could not say the word doctor without the virtual prefix quack. Lawyers were shysters…and professors were without exception phonies.” Annette Lareau found tremendous resentment against teachers, who were perceived as condescending and unhelpful.

  8. Béatrice Cherrier, pour son blog The Undercover Historian [of Economics]

  9. Casey, pour l’ensemble de ses albums (extrait du dernier ci-dessous), et pour ses concerts à Gennevilliers et à Paris cette année

  10. Sonia Kronlund, pour Les Pieds sur terre (France Culture)

Mention spéciale à Katherine Ognyanova, pour « Network visualization with R » (tutoriel découvert au moment de sa première publication l’an dernier, mais mis à jour depuis).

  1. Le biais sexiste en informatique est moins fort que prévu, si j’en crois mes dernières lectures (langage R). []
  2. Les biais varient d’un pays et d’un sujet à l’autre. Comparer, par exemple, la France et les États-Unis, ou bien la couverture médiatique et scientifique de l’État islamique avec celles de la Russie. []
  3. Le biais masculin varie aussi selon les styles musicaux. Jetez un coup d’oeil, par exemple, à la jungle/drum and bass. []