Quelques notes sur la diffusion des campagnes sur Internet

Hier soir, “Place de la toile” sur France Culture faisait son bilan provisoire de la « web campagne ». J’ai noté, rapidement et sans intention d’être exhaustif avec les impressions des journalistes présents :

  • Les sites de vitrine et les sites de mobilisation sont découplés. Les équipes reflètent la rigidité des hiérarchies partisanes, souples (amateurs, militants) ou rigides (élus, conseillers). C’est une manière de redécouvrir les “machines” partisanes, leurs inégalités de ressources et l’importance qu’ils allouent à leur colonne dorsale de permanents et d’élus.
  • À travers les “timelines” citées, celles de Nicolas Sarkozy et d’Humour de droite, on redécouvre le principe de la chronique parodique, façon “shorter Patrick Rambaud”, ou son ancêtre, le roman-feuilleton. Les réseaux sociaux apportent l’immédiateté, la concision et la compétition autour du “fact-checking”, qui laissent les journalistes professionnels naturellement assez mitigés.
  • Le “participatif”, façon “Désirs d’avenir” (qui s’auto-parodiait en partie), est très limité, et les effectifs mobilisés par Internet (en tant que “fans”, “likes”, etc.) restent faibles. L’un des invités fait une comparaison rapide avec l’Italie, mais j’aimerais voir des comparaisons systématiquement rapportées à la population ; son analyse est néanmoins crédible, dans la mesure où les partis français sont aussi loin d’être des partis de masse.

Une grande partie de tout ça naît du plagiat entre partis, et aussi de l’imitation avec ce que l’équipe de campagne de Barack Obama avait organisé pour l’élection de novembre 2008, plagié entre-temps par le site Internet de l’Élysée. Cette nouvelle vague de mimétisme est assez amusante, dans la mesure où l’équipe de Barack Obama est en train de tout remettre à plat de son côté pour novembre 2012, avec des modifications très importantes dans sa stratégie “MyBO” (vidéo, mobile, etc.).

Je me tiens au courant de ces changements en observant le suivi des propositions sur Hadopi, qui reste le dossier le plus saillant de la “politique numérique” des partis. Les groupes sociaux qui ont organisé la mobilisation contre les lois DADVSI et HADOPI ont réussi à conserver ce statut d’exception sur Internet au fil du temps, aidés dans ce travail par les rédactions des médias en ligne1.

Pour terminer un billet sur la communication politique, quoi de mieux que cette sublime illustration de l’échange de biens matériels et symboliques autour du vote ? Ça me rappelle les étudiants de mon cours d’introduction à la science politique qui se demandaient pourquoi je passais autant de temps à leur parler d’Alexis de Tocqueville et de Serge Dassault dans les mêmes paragraphes. Je trouve cette rencontre des nouveaux médias avec un garde-champêtre presque septuagénaire baroque et désopilante.

  1. Je cherche à écrire une liste plus systématique de ces rédactions, incluant quelques médias américains qui touchent aussi un lectorat en France, comme Ars Technica, BoingBoing, Gawker, Mashable et Wired. Ma liste inclut Écrans, Owni, Électron Libre, InternetActu, ReadWriteWeb, RSLN et ZDNet, mais surtout, en volume d’activité, Numerama (ex-Ratiatum), PC Inpact et probablement Rue89, qui liste plein de sources. Ma référence favorite reste TorrentFreak, pour son comparatisme engagé, complétée de quelques émissions sur France Culture et de comptes Twitter comme HadopInsiders. []

La science politique dans les médias

Rajoutez les termes “Sciences Po” dans le titre pour obtenir une controverse récurrente et facile (via, via), dans la mesure où personne dans la discipline n’est prêt de changer d’avis ou de comportement quant à la récupération du discours scientifique par les médias, et par la télévision en particulier.

En science politique, les périodes électorales et certains enjeux de politique intérieure (comme les banlieues) ou extérieure (comme le terrorisme islamique) autorisent des rapprochements particulièrement proches et fréquents entre un petit groupe de politistes et la profession journalistique.

En interne à la discipline, on se souvient d’au moins deux controverses récentes, dont on peut trouver des traces en ligne, et surtout dans les blogs de politistes souvent signalés par ce blog. La plus visible d’entre elles s’est traduite par quelques articles dans Le Monde et une scission institutionnelle.

La seule chose qui me semble intéressante à lire sur le sujet est l’ouvrage, tiré d’un mémoire de DEA, de Caroline Lensing-Hebben. L’échantillon de l’auteur contient de nombreux politistes, parfois tragicomiques, souvent vachards entre eux ; du coup, on se marre doucement à plusieurs reprises.

Je préfère ne pas m’étendre (ici) sur le sujet, sauf pour rappeler cette platitude logique : les médias ont les experts qu’ils méritent, et réciproquement, les experts y ont le temps de parole qui leur revient. Le système formé par les deux professions peut même probablement s’écrire en termes eastoniens.

Nicolas Sarkozy & Silvio Berlusconi

Certes il ne s’agit pas de science politique francophone à proprement parler, mais je tenais à recenser le premier à recenser ce papier qui compare les stratégies médiatiques de Silvio Berlusconi et Nicolas Sarkozy :

The Construction of Contemporary Leadership in Italy and France

In contemporary democracies the ascent of political leaders cannot be explained without referring to  their communication style and campaign strategies. This paper intends to analyze two different countries, Italy and France, which have recently experienced a remarkable increase of personalization and mediatization of politics. First of all, I will carry out an exploration of similarities and  differences in Italian and French electoral campaigns paying special attention to the role of media in the construction of leadership. Then, I will attempt at providing a comparison between the two leaders who have put their marks on recent electoral campaigns: Silvio Berlusconi and Nicolas Sarkozy. Both leaders are credited with a notable expertise in political marketing and news management. The analysis will highlight common aspects, but will also underline those different features allowing us to identify and design at least two distinct types of “mediatized” leadership. [12 pages]