Nouveaux manuels de science politique, 2018

Cette rentrée, on croule sous les nouveaux manuels :

Manuels auxquels il faut rajouter, par exemple, le Roux et Savarese paru chez Bruylant, maison d’édition qui publie aussi des traités de science politique — Mayer et Deloye, Analyses électorales ; Thiers et Rozenberg, Traité d’études parlementaires.

Je compare toujours ces sorties aux manuels que j’ai eus lorsque j’étais étudiant, et que j’ai souvent réutilisés dans mes plans de cours. Il y a du mieux sur tous les fronts : les traités et manuels d’il y a quinze ans (Leca et Grawitz, Braud, Lagroye) étaient moins digestes2.

Mention spéciale, de ce point de vue, au Dormagen et Mouchard paru chez De Boeck, qui réorganise presque toutes les sources dont on a besoin, il me semble, en « cours d’intro. » au premier semestre de la Licence 13.

Disclosure — j’ai reçu le manuel de Crettiez, de Maillard et Hassenteufel de la part de l’éditeur, et reçois les emails de nouveautés de De Boeck depuis que je les ai rencontrés sur un stand au Congrès de l’AFSP de Montpellier. J’ai acheté les autres titres cités, ou les ai au moins feuilletés en librairie.

  1. Paru l’an dernier, mais je n’ai jeté un coup d’oeil que cette année. []
  2. Pour l’analyse des politiques publiques, je suis plus réservé : les manuels des vingt dernières années sont tous digestes, mais je ne vois pas trop la différence, sur le fond, entre les manuels des années 2010 et ceux des années 2000. []
  3. J’ai l’impression que c’est avec ce manuel – et celui sur les gender studies – que la collection De Boeck a décollé. Au passage, je n’ai pas le souvenir d’avoir lu le moindre ouvrage paru chez De Boeck lors de mes propres études. []

Introduction à la science politique

Dans une conversation entre jeunes politistes américains, un commentateur propose de structurer un cours d’introduction à la science politique de la manière suivante :

Divide it evenly between the four major subfields: theory, American, comparative, world. I would do it in that order too.

Ça me semble très indiqué si l’on a le niveau pour le faire—ce que d’autres commentateurs soulignent également : comme aucun manuel ne se présente de cette manière, il faut avoir la capacité de synthèse nécessaire pour s’en sortir soi-même, en combinant les sources.

Comme je n’ai pas cette flexibilité qui me permettrait d’enseigner l’introduction à la science politique proposée ci-dessus, qui donne (en version française : théorie politique, vie politique française, politique comparée et relations internationales), j’ai conçu mon propre cours de manière beaucoup plus basique, en utilisant très intensivement un seul manuel, celui de J.-L. Dormagen et D. Mouchard, que je trouve très didactique.

Les variations que j’ai introduites par rapport au contenu du manuel sont assez mineures1. Dans un premier temps, j’ai divisé le cours en concepts, plutôt qu’en chapitres ; ensuite, j’ai complété par-ci par-là avec le manuel de Philippe Braud ; et enfin, j’ai rajouté trois séances thématiques, sur la politique européenne, la politique comparée et les politiques publiques. Le plan du cours est en ligne. J’y recycle aussi la fin du cours d’histoire des idées politiques, tel que l’enseignait J.-P. Bernard à l’IEP de Grenoble.

Je serais curieux de voir comment d’autres enseignants s’y prennent.

  1. Sur les séances de travaux dirigés, en revanche, j’ai pu introduire plus de variations, avec des séances de lecture/écriture, une mini-simulation parlementaire, etc. []