Code et données pour les sciences sociales (2) Automatisation

Une série de billets visant à commenter (pas à traduire) le guide de Gentkow et Shapiro (2014). Précédemment : Ép. 1 (Introduction), Ép. 1.5 (Informatique).

L’informatique utilise un principe simple : ne pas se répéter. Tout ce qui peut faire l’objet d’une automatisation doit l’être, afin d’éviter de perdre du temps à ré-implémenter quelque chose qui l’a déjà été par le passé, ou qui aurait pu être conçu de manière programmatique, c’est-à-dire automatisé.

Si l’on cherche à sophistiquer un peu ce mot d’ordre, on en arrive rapidement à des distinctions comme celle entre programmation impérative et programmation fonctionnelle, mais dans le contexte de la recherche scientifique, on a surtout besoin de formuler quelques principes plus généraux :

  • Comme pour une recette de cuisine ou une partition de musique, tout ce qui peut être automatisé, c’est-à-dire reproduit à partir d’un protocole d’enquête codifié et reproductible à l’identique, mérite de l’être, ne serait-ce qu’à des fins pédagogiques ou parce que la recherche requiert de fournir ces protocoles à des fins de publication ;
  • Tout ce qui peut être « scripté« , c’est-à-dire décrit comme l’exécution d’une suite d’étapes (les actes et les scènes au cinéma ou au théâtre), mérite aussi de l’être, afin d’en permettre la reproduction la plus simple et la plus rapide, et éventuellement, son amélioration future, dans un objectif de cumulativité.

Gentzkow et Shapiro donnent des exemples avec Stata : ils décrivent l’utilisation de scripts (do-files dans le jargon Stata) mis à la chaîne les uns des autres, dont l’exécution finale est déléguée à un script Windows. L’ensemble est aussi transparent que possible et devrait rester réplicable à l’identique quelques années au moins : mission accomplie.

Quand je code en R (exemple), je n’automatise quasiment jamais jusqu’à utiliser un Makefile, mais j’inclus toujours beaucoup de documentation sous la forme d’un ou plusieurs README, et laisse aussi souvent un fichier « make.r » qui remplit la fonction d’un « Makefile R » qui serait limité à l’exécution du code1

L’autre technique d’automatisation, probablement la plus moderne et la plus appropriée, consisterait à développer le principe des notebooks (documents dynamiques : voir Jupyter, knitr et R Markdown) jusqu’à ce qu’ils puissent générer des documents collant encore plus au format des textes scientifiques2.

C’est exactement ce qui est en train de se développer avec Radix for R Markdown, qui me semble extrêmement prometteur. Il faut aussi garder un oeil sur l’automatisation d’autres tâches que l’écriture, comme le peer review : la « chaîne de travail » du Journal of Open Source Software, entièrement conçue sur GitHub, est extrêmement innovante en la matière.

  1. Un Makefile, de même qu’un script R plus complet, aurait aussi la possibilité d’actualiser les résultats inclus dans les articles ou les slides liées au code. En attendant, cela fait longtemps que je me dis qu’il faudrait que j’écrive des Makefiles, et ne le fais jamais. []
  2. Stata vient aussi de se mettre aux documents dynamiques avec Markdown, mais traînera toujours derrière des langages plus flexibles et entretenus par des communautés d’utilisateurs plus larges et dynamiques. À ma connaissance, SAS et SPSS sont dans les choux… Fin de partie ? []

Sauvegarder un documentaire en deux manipulations simples

Ce billet répond à une question soulevée par quelques étudiants dans un cours de méthodes de travail numérique, mais je me dis que certains lecteurs de ce blog peuvent aussi avoir l’utilité des trucs et astuces ci-dessous. Et puis l’enchaînement avec le billet précédent me plaît.

Supposons que vous ayez visionné l’excellent documentaire « Libye, anatomie d’un crime », et que vous puissiez en avoir besoin à l’avenir, pour citation dans un exposé, dans un cours, ou dans toute autre présentation qui relèverait de l’exception pédagogique1, et pour laquelle vous souhaiteriez, par exemple, utiliser des captures d’écran du documentaire.

Si vous souhaitez conserver une copie du documentaire, c’est techniquement toujours possible : votre navigateur Web doit pouvoir lire cette copie pour vous montrer une version « streaming » (flux) du documentaire. La seule différence entre une copie temporaire (streaming) et une copie permanente est l’emplacement mémoire où vous allez stocker cette copie, et sa persistance.

Pour sauvegarder cette copie, il va vous falloir quelques outils :

  • Un navigateur Web qui vous permette de repérer facilement le fichier de streaming ;
  • Un terminal qui puisse exécuter quelques commandes simples ;
  • Et de quoi lire le résultat final tout en prenant des captures d’écran.

La dernière étape est la plus simple, et bien que tout le monde semble utiliser VLC (création française, cocorico) pour lire de la vidéo, je préfère de très loin mpv, qui beaucoup plus souple (configurable) et que je trouve plus élégant.

1. Identifier le fichier de streaming

Pour la première étape, je conseille Google Chrome avec l’extension Video DownloadHelper afin de localiser le fichier de streaming au format .m3u8, c’est-à-dire la version Unicode / UTF-8 du standard M3U, que l’on utilise souvent en multimédia.

Lancez la vidéo dans votre navigateur afin d’activer la lecture du stream : l’extension va automatiquement détecter le flux, que vous pourriez aussi (mais plus laborieusement) localiser en inspectant, à l’aide de ses Developer Tools, les ressources chargées par le navigateur.

En cliquant sur l’extension (en haut à droite, en bleu), vous aurez plusieurs choix de streams, en fonction de la qualité du flux que vous souhaitez sauvegarder. Passez à la prochaine étape en cliquant sur la flèche entourée en rouge, en choisissant une bonne résolution vidéo :

Contentez-vous, ensuite, de copier l’adresse du fichier .m3u8, afin d’éviter que l’extension ne vous demande d’utiliser sa propre solution de sauvegarde du flux (ce qui se produira si vous demandez à télécharger le fichier plutôt qu’à simplement en copier l’adresse) :

À ce stade, votre presse-papiers contient une adresse de type

https://arteptweb-vh.akamaihd.net/ [...] 6JNR.smil/index_3_av.m3u8

… où le serveur appartient à un CDN assez connu, Akamai, et où l’on retrouve bien l’extension m3u8 en fin d’adresse ; notez aussi le protocole/langage SMIL, également courant en multimedia.

Si vous téléchargez et inspectez le contenu du fichier .m3u8, vous y trouverez les adresses de tous les fichiers .ts (MPEG-TS) que le stream mobilise pour faire défiler la vidéo ; ce sont ces fichiers que l’on va télécharger, puis fusionner en un seul fichier final :

(Note : personnellement, à ce stade, je désactive l’extension Video DownloadHelper dans mon navigateur, afin d’éviter qu’elle ne consomme de la mémoire – et n’analyse le contenu des pages Web que je consulte… – lorsque je ne m’en sers pas.)

2. Passer le stream à ffmpeg

Il va à présent vous falloir télécharger la librairie ffmpeg, qui permet de faire tout et n’importe quoi avec des fichiers vidéo.

L’installation et l’utilisation de ffmpeg demandent de savoir utiliser un terminal ; pour installer la librairie sur macOS, vous aurez préalablement installé Homebrew, et utiliserez cette commande2 :

brew install ffmpeg

La librairie ffmpeg permet notamment de « concaténer » (de chaîner, de joindre, de fusionner) des fichiers vidéo. On pourrait télécharger soi-même les fichiers vidéo listés dans le fichier .m3u8, puis les « chaîner » à la main3 ou avec ffmpeg. Mais il y a encore plus simple :

ffmpeg -y -loglevel verbose -i "https://arteptweb-vh.akamaihd.net/ [...] 6JNR.smil/index_3_av.m3u8" -c copy -f mpegts final.mp4

… où l’adresse (tronquée) entre guillemets est un simple copier-coller de celle que vous avez copiée à l’étape précédente, et où le résultat final (le documentaire en entier) s’appelle final.mp4, car on souhaite convertir le résultat au format MPEG-4, lisible avec n’importe quel logiciel de lecture vidéo qui pourrait se trouver sur l’ordinateur de votre salle de cours.

La commande va télécharger l’intégralité des fichiers vidéo listés dans le fichier .m3u8, avant de les convertir au format souhaité. Vous risquez de voir s’afficher des avertissements sans importance au passage — ne vous inquiétez pas, car à moins que vous n’ayez plus d’espace disque ou autre scénario relativement improbable, tout va bien se passer :

Votre documentaire est prêt à l’emploi. Bon visionnage !

  1. J’insiste : il s’agit d’une exception accordée par le droit français, ce qui signifie que tout autre usage doit être accompagné d’une démarche visant à comprendre si des coûts de (re)diffusion peuvent s’appliquer. []
  2. Sur Windows, vous ferez ce que vous pourrez avec les moyens du bord, que je connais mal, et sur Linux, vous installerez vous-même la librairie, en fonction de votre distribution. []
  3. Il suffirait d’utiliser quelques expressions régulières sur le fichier .m3u8 pour en extraire les adresses des fichiers vidéo, de tous les télécharger, puis de les concaténer. []

Code et données pour les sciences sociales (1.5) Informatique

Une série de billets visant à commenter (pas à traduire) le guide de Gentkow et Shapiro (2014). Précédemment : Ép. 1 (Introduction).

Vous l’aurez compris à la lecture de l’introduction, cette série de billets va parler de recherche empirique, reproductible, et donc très largement informatisée, au sens : conçue, et pour partie exécutée – en matière de production des résultats – face à un écran d’ordinateur.

Du coup, dans cet épisode intermédiaire, je souhaite rajouter quelques mots sur l’équipement informatique du chercheur lambda. Dans leur introduction, Gentzkow et Shapiro ne mentionnent qu’un seul logiciel :

Saying [empirical researchers] should spend more time thinking about the way they write code would be like telling a novelist that she should spend more time thinking about how best to use Microsoft Word.

Ne nous en tenons pas à ça.

La ligne de commande

Lorsque l’on cherche à rendre un protocole de recherche reproductible de part en part, ou lorsque l’on commence à avoir besoin (ou l’envie ; et ce sera notre prochain épisode) d’automatiser ce protocole de recherche, il faut commencer à bidouiller avec la ligne de commande :

Essayez, ce n’est pas si compliqué : sur macOS, ouvrez l’application « Terminal »1, qui vous ouvrira automatiquement une session dans un shell semblable à ceux que l’on ouvre sur n’importe quelle machine Unix2, et tapez simplement :

uptime

Voilà, vous y êtes.

Il s’agit du même shell qu’utilisé dans le billet où j’explique comment sauvegarder un flux vidéo en deux manipulations basiques. Par défaut, il s’agit d’un shell de type Bash, mais vous vous en fichez : tout ce qui compte est de savoir que vous en passerez par là pour accomplir une partie de vos manipulations.

Les éditeurs de texte simple

Lorsque vous aurez besoin d’écrire vos scripts (vos suites de commandes), vous le ferez soit dans un éditeur3 dédié à un langage de programmation spécifique (Stata, RStudio, PyCharm…), soit dans un éditeur en texte « simple » ou « brut » (plain text editor). Ce dernier outil va vous être extrêmement utile, et il vous faut quelque chose de mieux que Notepad ou TextEdit.

Sur Windows, allez voir du côté de Notepad++ ; sur Mac, allez voir du côté de TextMate, mon éditeur favori parce qu’il est extrêmement rapide à l’ouverture. D’autres éditeurs, plus lourds, ont néanmoins l’avantage d’être plus puissants et multi-plateformes : essayez Atom ou Visual Studio Code.

Un éditeur en texte simple ressemble à ça :

Rien d’exceptionnel ici, si ce n’est que vous remarquez tout de suite que les lignes sont numérotées, et que la syntaxe du fichier (ici, Markdown) colorise certaines parties du texte (ici, le lien Web, reconnu par l’éditeur grâce à son préfixe « http[s]://« ).

Le même éditeur va vous permettre de composer dans n’importe quel langage de programmation — ci-dessous, un peu de Python qui me sert à télécharger les émissions de France Culture tout en les renommant pour que je puisse les archiver plus vite4 :

Vous voilà équipé. Faisons le point :

  • Votre ordinateur est une architecture matérielle sur laquelle est posé votre système d’exploitation ; et vous avez l’habitude d’utiliser cet ordinateur via des logiciels comme Microsoft Word. Nous n’y reviendrons pas, car…
  • Pour écrire du code, il va falloir programmer, c’est-à-dire écrire du code informatique, dans un ou plusieurs langages ; vous allez le faire via des éditeurs spécialisés, ou via un éditeur de texte (simple, plutôt que « riche », comme Microsoft Word).
  • En plus de cet éditeur, vous allez aussi passer, de temps à autre, par la ligne de commande (le « terminal », le shell), qui à l’inverse des autres logiciels cités aux deux points précédents, est toujours pré-installé, car il fait partie intégrante de votre système d’exploitation.

Je m’arrête là, et pour les conseils informatiques plus généraux, vous renvoie à ce billet, qui renvoie vers les conseils informatiques que je donne en cours.

  1. Dans le dossier « Utilitaires », mais j’espère que vous utilisez Spotlight ou un launcher comme Alfred pour ouvrir vos applications… []
  2. Sur Windows, vous aurez à explorer les différentes alternatives : PowerShell, le successeur de CMD.EXE, ou bien faire tourner Linux sous Windows grâce à Windows Subsystem for Linux (WSL). []
  3. Nous y reviendrons, exemples à l’appui. Ces éditeurs sont souvent appelés des « IDE ». Si vous écrivez du code, vous passez plus de temps dans ces éditeurs que sur Microsoft Word. []
  4. Le code ne devrait pas vous convenir, et c’est du mauvais Python (3.x) de débutant, mais si vous le voulez, il est en ligne. []

Trucs et astuces informatiques, version 2

À l’occasion de ma prochaine sortie de mon tunnel pédagogique semestriel, j’ai remis à jour les documents de « trucs et astuces informatiques » dont j’avais parlés en novembre dernier, et que je rédige en lien avec un module de « méthodes de travail numérique »1 dont l’intitulé, le contenu et le plan sont aussi en cours de révision.

La « version 2 » des documents, pour lesquels j’ai également rédigé un sommaire sur mon site Internet, se présente désormais en trois séries :

Et il me reste deux documents à rajouter à la dernière section :

  • 10 Tips for Handling Research Material
  • 10 Steps to Learn Statistical Computing

Les documents sont en anglais et sont rédigés dans un style un peu télégraphique, afin de rester succincts (le plus long fait cinq pages et demi). Celui sur la sécurité informatique s’appuie beaucoup sur les documents de Tech Solidarity, eux aussi succincts, et visant des audiences comparables.

À noter que si vous voulez en apprendre beaucoup, beaucoup plus sur la sécurité informatique, l’une des meilleures ressources que je connaisse est en langue française : le Guide d’autodéfense numérique (réactualisé en 2017) est un véritable bijou.

Quant au module pédagogique lui-même, qui va beaucoup changer par rapport à la toute première version de 2016, j’espère pouvoir recommencer à alimenter ce blog d’ici-peu, et en reparlerai certainement à ce moment.

L’un des changements les plus conséquents est qu’à force de lire Hacker News, notamment pour suivre les réactions à l’application du GDPR/RGPD et à l’acquisition de GitHub par Microsoft2, j’ai pu améliorer certains choix logiciels.

Ces choix restent contestables. Pour cela, vous avez un champ de commentaires ci-dessous, qui devrait désormais, me dit l’interface WordPress utilisée par Hypothèses, vous afficher une notice RGPD – bienvenue dans l’Union européenne !

  1. Rajout, 14 juillet : sur un autre blog Hypothèses, Caroline Muller discute le lien entre le numérique et la pratique et l’enseignement de l’histoire. []
  2. Acquisition prédite plusieurs semaines à l’avance par Christophe Lalanne à une terrasse de café proche de Saint-Michel. []

À consommer de préférence sur Internet sous 15 jours, n°2

  • Mike Bostock, le concepteur de la librairie de visualisation d3.js, a un style de présentation très impressionnant à regarder — son keynote à csv,conf 2017 est un mélange de slides épurées et de live coding demos :

    Du grand art, s’il en est un dans le domaine.

  • Henry Farrell a archivé plus de 500 liens pour son cours sur la cybersécurité. Je m’en sers pour alimenter cet atelier.

  • Dans la catégorie « flawed but interesting » (où l’on peut aussi choisir de ranger Régis Debray, par exemple), cet entretien avec Emmanuel Todd, plus intéressant pour ses provocations à la limite de la métaphysique (de type « la classe moyenne française a choisi de ne plus croire en sa nation, et quelque part, c’est son droit ») que pour ses aspects biographiques ou pour ses jugements de personnalité.

    La deuxième partie contient aussi son lot de provocations, mais je les ai trouvées moins intéressantes—l’entretien me semble être devenu de plus en plus complaisant au fil de la conversation.

  • En réaction au billet précédent, Arthur me recommande les séances de lecture de L’Encyclopédie des guerres, de Jean-Yves Jouannais, au Centre George Pompidou jusqu’en avril :

    J’en profite pour rajouter aux deux paragraphes sur l’historiographie de la guerre (billet précédent) : lire Combattre. Une anthropologie historique de la guerre moderne (XIXe-XXIe siècle), de Stéphane Audoin-Rouzeau — acheté à l’automne dernier, lu les premières pages dans le métro, jamais rouvert ; bonne résolution 2018 : cesser de faire ça.

  • Deux podcasts anglophones de discussion politique à essayer, si vous ne les connaissez pas déjà : Chapo Trap House (USA), qui semble être devenu assez connu en peu de temps, mais que je n’ai pas trouvé convaincant, et Aufhebunga Bunga (Royaume-Uni), dont j’ai écouté une demi-douzaine d’épisodes, et sur lequel je réserve encore mon jugement.

    Je ne sais plus exactement comment j’en suis venu à ces deux podcasts, mais tout a commencé avec cette Introduction à Antonio Gramsci, de George Hoare (qui participe à Aufhebunga Bunga) et Nathan Sperber.

  • J’étais ravi de découvrir, dans mes flux RSS, que Christophe Lalanne a récemment recommencé à alimenter ses memos. Les trois derniers que j’ai lus : « Live coding »1, « Readings on arXiv », et « The setup (2018 edition) ».

    Ce qu’écrit Christophe au sujet de macOS High Sierra me convainc que j’ai bien fait de rester sur Mac OS X 10.9 Mavericks ces dernières années. Mavericks est complètement dépassé et donc vulnérable à certaines failles de sécurité critiques, mais il est rapide, et je ne vois rien d’intéressant dans macOS 10.10+2.

  1. Billet dont je tire la présentation de Mike Bostock mentionnée plus haut. []
  2. Voir néanmoins mes « Trucs et astuces informatiques » pour des pratiques moins risquées en matière de sécurité informatique. []

Trucs et astuces informatiques, version 1

Mise à jour : la version 2 des documents ci-dessous est en ligne !

J’ai mis en ligne, il y a quelques jours, un repo GitHub contenant trois documents :

J’ai rédigé les deux premiers documents dans le cadre d’un module pédagogique à destination d’étudiants de Licence 2. Le module en question, sobrement intitulé « Atelier Culture Numérique », aborde de très nombreuses questions, de l’utilisation des feuilles de style à la « cyber-sécurité » : j’en avais déjà parlé il y a un peu plus d’un an.

Cette année, comme l’an dernier, ce sont les aspects les plus pratiques du module – quels logiciels utiliser, comment se débarrasser d’un malware, etc. – qui semblent avoir été les plus utiles aux étudiants. Les aspects plus techniques, comme par exemple le fonctionnement de Tor ou d’un tunnel VPN, n’ont rencontré aucun succès (« mais Monsieur, Tor, c’est illégal, non ? ») : je crois même avoir réussi à vider une moitié d’amphi lors de la session sur les protocoles de communication.

J’ai prévu de rédiger un document supplémentaire sur les navigateurs Internet que je connais (Chrome, Firefox, et puis peu, Brave ; je laisserai de côté Opera et Safari), afin de pouvoir rentrer dans les détails sur certains aspects de protection de la vie privée.

Vos commentaires, sur le fond et/ou sur la forme, sont naturellement les bienvenus.

Première mouture d’un atelier de culture numérique

Ce semestre, j’ai la chance d’animer un petit cours1 intitulé « Atelier de Culture Numérique ». Ayant plusieurs amis et collègues (mais néanmoins amis) qui enseignent plus ou moins la même chose, voici le plan que j’avais prévu d’enseigner (cliquer sur l’image pour le plan au format PDF) :

acn-v1-1

L’objectif de l’atelier est d’évoquer ce genre de choses :

acn-textes

Mais aussi, vu l’actualité, ce genre de choses :

acn-darknet

Et enfin, d’évoquer tous les aspects méthodologiques et pratiques qui peuvent être utiles à des étudiants qui ont souvent tendance à penser que leur domaine d’études (les sciences humaines et sociales) n’ont « pas besoin » de savoir utiliser l’ordinateur à bon escient, ou à un niveau professionnel d’utilisation, et ce alors même qu’ils se destinent à des professions liées à la communication écrite et orale où l’ordinateur et l’informatique sont omniprésentes.

Notez que l’atelier parle de « culture » numérique, donc quelque chose de moins contraignant en termes d’apprentissage qu’un enseignement de « méthodes » (ou d’outils) informatiques et/ou numériques, bien que mon contenu recoupe souvent celui d’un atelier qui serait plutôt destiné à des étudiants de Master s’il était mené en petits groupes avec une méthode d’examination plus avancée que la mienne.

Version édulcorée

Au final, j’enseigne, ce semestre, une version très édulcorée de mon plan, pour plusieurs raisons :

  • Par manque d’organisation et de temps, je n’ai pu rédiger qu’environ 50% des sections et activités prévues, et je n’ai pas eu le temps de rédiger les 50% restants au cours du semestre. De plus, le cours pèse vraiment léger en crédits ECTS. Du coup, je me contente de slides beaucoup plus limitées mais assez informatives et pas trop moches, donc l’objectif est en partie rempli.
  • Comme prévu, le niveau de culture informatique parmi les étudiants va de 0 (vraiment, zero) à 100 (un étudiant sous Linux), mais le niveau moyen est beaucoup plus faible que prévu : par exemple, la plupart des étudiants ne savent pas afficher les mots de passe sauvegardés dans leur navigateur Internet, et encore moins afficher les extensions installées dans ce même navigateur.
  • Enfin, il faut tenir compte du fait que le cours est délivré en amphi, et qu’il sert avant tout de formation aux outils numériques « de base » pour les étudiants : recherche de textes scientifiques, utilisation des feuilles de style, formatage d’une bibliographie. Du coup, je passe plus de temps que prévu sur ces aspects-là des méthodes numériques, ce qui n’est pas vraiment plus mal.

L’école où j’enseigne pratique le format « atelier » sur les deux premières années de la Licence : en L1, l’atelier (que j’enseigne également) est concentré sur le premier mois des cours, et porte sur les méthode de travail : dissertation, khôlle, etc. En L2, l’atelier « culture numérique » permet de faire quelques rappels utiles de ce que le premier atelier a évoqué. Il n’y a pas encore d’atelier en L3, mais je suppose qu’un atelier orienté « recherche », en vue de la rédaction des mémoires de fin de Licence, serait le bienvenu2.

Vous trouverez, dans les quelques liens qui me servent de « bibliographie » pour l’atelier, un lien vers la Boîte à outils des historiens, qui reste le meilleur exemple que je connaisse d’un enseignement de méthodes numériques à destination d’étudiants en sciences humaines sociales3.

Au passage : la guerre du general-purpose computing est perdue

Dans les liens qui terminent mon plan de cours initial, vous trouverez aussi une conférence de Cory Doctorow, que celui-ci a donnée en plusieurs endroits, et dont le sujet est la guerre de l’industrie informatique contre le general-purpose computing, c’est-à-dire l’utilisation généraliste de l’outil informatique pour faire à peu près tout ce que l’on veut avec.

Force est de constater que la génération actuelle, qui a disposé dès le départ d’outils très pratiques mais aussi fortement bridés par cette industrie (au premier plan desquels les téléphones portables et navigateurs Internet), ne sait plus utiliser un ordinateur en dehors des tâches prévues par les départements de marketing et d’UX des grands groupes industriels.

Si je me fie à ce que j’observe sur mon échantillon d’étudiants, la guerre est perdue. Les esprits facétieux objecteront que cette guerre a commencé il y a bien longtemps, et que le seul front de résistance sérieux dans ce conflit, j’ai nommé les logiciels libres, est toujours actif, et qu’il peut revendiquer de très belles victoires. On peut toutefois perdre la guerre en gagnant plusieurs batailles.

Bref, en images, les ordinateurs au 21e siècle, c’est moins ça :

acn-nerds

Que ce n’est ça (images tirées de mes slides introductives) :

acn-matrix

J’avoue ne pas participer activement au conflit : au quotidien, je tourne sur Mac OS X, avec des logiciels libres et pas libres. J’ai néanmoins arrêté d’upgrader ma version de Mac OS X à 10.9, étant donné que je ne trouve plus rien d’intéressant dans les nouvelles version, à part peut-être le decorum. Sous le capot, l’intégration avancée avec iOS ne m’intéresse pas du tout.

J’ai néanmoins bon espoir de passer, à moyen terme, sous Lubuntu ou Xubuntu ; il me manque quelques logiciels essentiels, mais je ne doute pas qu’ils auront des équivalents Linux dans quelques années. Et je n’ose même pas imaginer à quoi ressembleront les environnements Windows et « macOS » (beurk) dans quelques années…

Un extrait : encart « ergonomie »

Pour terminer, voici quelques slides présentées lors de la toute première séance de l’atelier. J’y parle d’ergonomie (et de nettoyage à la solution hydro-alcoolique), en répétant ce que j’ai trouvé dans cette brochure de santé publique, distribuée aux personnels salariés là où je travaille, mais pas aux étudiants, ce qui est assez dommage.

acn-ergonomie-2

acn-ergonomie-3

acn-ergonomie-4

acn-ergonomie-5

acn-ergonomie-6

acn-ergonomie-7

acn-ergonomie-8

acn-ergonomie-9

acn-ergonomie-10

acn-ergonomie-11

acn-ergonomie-12

  1. 10 heures, dont 2 heures de conférence invitée, réparties tout au cours du semestre, pour un seul et unique crédit ECTS obtenu sur un petit examen final qui sera conduit en amphi. []
  2. Le problème de la L3 étant que plusieurs étudiants sont en échange universitaire à l’étranger au premier semestre, il faudrait imaginer une forme d’enseignement à distance pour eux – challenge intéressant ! []
  3. Et même si vous ne me croirez pas, je ne dis pas ça parce qu’il est animé par des amis et parce que Joël et moi-même y sommes intervenus il y a plusieurs années. []