“Deux tiers des ministres sont rentrés au gouvernement sans qualification (source : Insee)”

Non, décidément, je ne peux pas laisser passer ça sans en rajouter une couche, ni plus bête, j’espère, ni plus intelligente que ce qui s’est dit ailleurs, mais ça ira peut-être mieux en l’écrivant, car après tout, dès que l’on a eu, un jour, l’ambition d’acquérir quelques compétences statistiques, on se sent marginalement plus insulté que d’ordinaire par la banalisation du racisme “par le haut” lorsque celle-ci fait mine de s’appuyer sur une démonstration scientifique. C’est insultant, alors comme à l’école (primaire), je vais répondre par une insulte à peine circonstanciée, histoire de me passer les nerfs. Le propos est néanmoins entièrement rédigé sous le signe de la bonne foi, et n’engage strictement que l’auteur, qui s’est senti agressé, et qui répond en situation de légitime défense intellectuelle1.

Bêtes et méchants, et potentiellement rééligibles

On connaissait l’ancien ministre de l’Éducation nationale pour son immense puissance de calcul, et le nouveau vient de s’illustrer par une même performance remarquable. Heureusement pour eux, leur club de clowns tristes n’est pas très select, et le ministre actuel de l’Intérieur vient d’y prendre sa carte à vie :

L’étude de l’Insee […] précise que les enfants de familles immigrées sortent presque deux fois plus souvent du système éducatif sans qualifications que les autres. […] Cette conclusion vient forcément soit de chiffres exhaustifs, soit d’un échantillon qui se divise en trois tiers. Par conséquent, j’ai correctement cité l’étude en déclarant que les 2/3 des enfants qui sortent de l’école sans qualification sont des enfants de familles immigrées.

Outre le côté plutôt “pagnolesque” de la règle des trois tiers évoquée par Claude Guéant, on peut s’étonner du fait qu’il ne soit même pas capable de raisonner un tant soit peu dans l’abstrait : pour qu’une proportion aussi importante des effectifs scolarisés (plusieurs millions d’individus) puis sortis sans qualification soient composés d’enfants issus de familles immigrées, il faudrait beaucoup plus d’enfants issus de familles immigrées et/ou beaucoup plus d’échec à l’intérieur du système éducatif, ou alors un taux de qualification exceptionnel des enfants issus de familles non-immigrées.

Soit le ministre de l’Intérieur n’a pas très confiance dans la réussite du système éducatif, auquel cas son homologue et/ou ses prédécesseurs aurai(en)t peut-être dû se sentir visé(s), soit il n’a pas confiance dans les compétences de son propre ministère, soit il a, au contraire, excessivement confiance dans la réussite des enfants dont les arrières grands-parents sont nés sur le continent européen au nord de Marseille et à l’ouest de Strasbourg, soit… le dilemme est naturellement insoluble dans ces termes. Dans tous les cas de figure, les failles de “l’intégration” sont déjà suffisamment nombreuses et socialement insupportables pour qu’on n’en rajoute pas, mais il faut hélas tenir compte de la campagne électorale du gouvernement, et ni lesdites “familles immigrées”, ni les enseignants ne semblent rentrer dans la clientèle “sélectorale” – c’est-à-dire, grosso modo, l’équivalent électoral du “coeur de cible” dans la vente de machines à laver, ou de la ménagère de moins de cinquante ans dans l’audiovisuel – ostensiblement visée par la remarque appuyée du ministre.

Le titre du billet est évidemment ironique, même si, au vu des dérapages réguliers dignes du comique troupier des uns et des autres (un nom me vient à l’esprit : Nadine Morano ; les exemples abondent), la proportion des deux tiers en deviendrait presque une hypothèse à vérifier. Il serait faux, voire pire, stupide, voire pire, raciste, d’attribuer cette piètre performance à “l’origine migratoire” des ministres (qui se situent dans une classe d’âge où être né au Maroc ou en Algérie est assez courant), et l’utilisation des termes entre guillemets devrait suffire, en soi, à mettre l’accent sur l’inanité fondamentale de cette grille de lecture, mais les dérapages contrôlés dans ce sens ne sont apparemment pas aussi strictement interdits selon qu’ils viennent des sommets de l’État ou d’ailleurs.

Quelques statistiques dans le brouillard

Cette déplorable contortion mentale attire l’attention sur l’instrumentalisation de la statistique publique, qui ne peut surprendre que si l’on ignore le statut partiellement inféodé de l’institution statistique par rapport à l’État (le terme même de “statistique” devrait attirer l’attention sur ce point). L’indépendance formelle de l’institution est, depuis récemment, inscrite dans la loi, et depuis beaucoup plus longtemps, inscrite dans les pratiques des ingénieurs civils, mais sa violation ponctuelle renvoie à une relation d’interdépendance bien décrite par l’histoire des systèmes statistiques, d’Alain Desrosières à James C. Scott.

Pour terminer, la statistique qu’il faudrait examiner pour sortir des spéculations hasardeuses livrées ci-dessus est l’odds ratio de l’échec scolaire des enfants issus de familles immigrées. J’ai un sérieux doute sur ce que l’on appelle ici “être issu de l’immigration”, mais en théorie, le ratio se calcule en multipliant la proportion d’échec des enfants issus de l’immigration par la proportion d’enfants non issus de l’immigration, puis en multipliant la proportion d’enfants issus de l’immigration par la proportion d’échec chez les enfants non issus de l’immigration, et enfin en divisant la premier produit par le second2. En rapport à l’article cité plus haut, on obtient un odds ratio grossier de 1.8 avec un intervalle de confiance de [1.5, 2.2] à 95%3. Le risque de sortie sans qualification est multiplié par 1.8 pour les enfants issus de l’immigration : c’est une statistique somme toute préoccupante4, et c’est peut-être le seul point sur lequel le ministre de l’Intérieur pourrait attirer l’attention, si ce n’était dans l’intention, tellement peu louable pour un homme d’État, d’attribuer cet échec au facteur le plus électoralement rentable à ses yeux.

Point Godwin

Décidément, je n’arrive pas à digérer ces comportements de petits soldats se posant en affidés serviles dès que l’occasion se présente de s’attirer les grâces de leurs supérieurs hiérarchiques, à l’image du dernier des fonctionnaires soviétiques, ou comme le dernier sous-lieutenant de campagne dans une armée de bras cassés intellectuels et d’éclopés mentaux écumant la plus basse et la plus crasse des républiques bananières.

Je n’aime pas plus les points Godwin que la moyenne, mais lorsque les déclarations ministérielles commencent à ressembler aux meilleurs (et donc aux pires) passages du classique de Jean Dutourd, je ne peux pas m’empêcher de penser que je n’aurais pas aimé connaître Claude Guéant sous l’Occupation : sa propension forcenée à la stigmatisation et à la dénonciation aveugle, dont le propos cité plus haut n’est qu’un exemple parmi d’autres, me font froid dans le dos, et pourtant il fait presque chaud sur mon balcon.

En régime démocratique, l’identification de “l’ennemi intérieur” en temps de paix est la guerre continuée par d’autres moyens. Claude Guéant n’est pas seulement d’une nullité spectaculaire avec les statistiques, il se situe surtout à l’apex d’un combat politique qui détourne la nature même des institutions dans lesquelles nous avons choisi de fixer notre existence collective. Les conneries magistrales des hommes d’État, de Nicolas Sarkozy à Claude Guéant en passant par Laurent Wauquiez, ne sont jamais des erreurs de parcours : ce sont des actes de guerre aux sens multiples qu’y donne Paul Valéry.

Révisions : vocabulaire ajusté çà et là, et merci à mon relecteur principal sur la première version ; je m’attends maintenant à trouver une erreur sérieuse quelque part dans mon propre texte, mais tout ceci n’est surtout sérieux qu’au sens anglo-saxon du terme, serious—grave.

  1. La publication sur ce blog se justifie à mes yeux par les thématiques politiques et scientifiques abordées, mais je suis naturellement disposé à déménager cette colonne si cela devait porter préjudice au sérieux des résultats scientifiques exposés ailleurs sur la plateforme Hypothèses. Et tant pis pour les accusations faciles de cuistrerie, d’exagération et ainsi de suite. []
  2. Si vous trouvez cette phrase compliquée, alors vous devriez apprécier la formalisation mathématique : la règle de base du calcul est OR=i1*e0/i0*e1, avec les variables binaires i (être issu d’une famille immigrée) et e (sortir sans qualification) exprimant les proportions de chaque catégorie. []
  3. Et quand je prends le risque de me planter, comme ici, au lieu de m’enfoncer lamentablement par voie de presse, je préfère donner mon code. À la différence de Claude Guéant, je n’ai pas de directeur de cabinet (ou de cabinet tout court) pour assurer mes arrières si le calcul est faux. J’ai utilisé les données approximatives mais suffisamment précises de la dépêche AFP, et je veux bien qu’on me communique l’étude originale pour au moins comprendre ce qu’être “issu de l’immigration” veut dire (a priori, avoir au moins un parent d’origine étrangère suffit aux yeux de l’Insee, mais toutes sortes de considérations légales et méthodologiques rentreront en ligne de compte). []
  4. Il faudrait contrôler par la taille des ménages et le taux de pauvreté pour se lancer dans un examen sérieux de la question, mais le sujet est difficile à aborder, même au sein de la recherche scientifique, car les erreurs sont vite commises, vite relevées, et rarement pardonnées. Je n’ai pas de point de vue sur l’ouvrage d’Hugues Lagrange, mais la controverse publique autour de sa recherche témoigne de cet état de fait. []

Éric Zemmour n’est pas valide

En lisant cette réaction de Denis Colombi à la phrase d’Éric Zemmour sur les contrôles policiers et leur tendance à se concentrer sur certains segments de la population, j’ai cherché la forme logique de la rhétorique d’Éric Zemmour. À rhétorique de comptoir, logique de comptoir1.

La phrase d’origine est :

Les français issus de l’immigration sont plus contrôlés que les autres parce que la plupart des trafiquants sont noirs et arabes. C’est un fait.

En réécrivant l’argument sous une forme à peu près logique, on obtient, à grand peine, ce semblant de syllogisme2, et avec une erreur qui permet d’apporter la contradiction :

Prémisse majeure : Il faut contrôler la plupart des trafiquants.
Prémisse mineure : La plupart des trafiquants sont noirs et arabes.
Conclusion : Il faut contrôler la plupart des noirs et les arabes.

Les opposants à ce propos s’attaquent à la prémisse mineure, en montrant que la prémisse mineure est mal écrite : elle devrait lire, pour respecter la forme logique valide du syllogisme, “la plupart des noirs et arabes sont des trafiquants” – or cette prémisse est fausse, donc le syllogisme est invalide.

Mais il vaut mieux s’attaquer à la prémisse majeure3 : est-ce qu’il faut plus contrôler les trafiquants ? Non, il ne faut contrôler que les trafiquants si l’on veut éviter l’excès de contrôle qui crée des “innocentes victimes du contrôle abusif”, ou “faux positifs”. De même, faut-il ne contrôler que la plupart des trafiquants ? Non, il faut contrôler tous les trafiquants si l’on veut éviter le défaut de contrôle qui crée des “trafiquants impunis”, ou “faux négatifs”. La loi ne laisse pas le choix : le crime ne peut pas rester impuni, et les contrôles excessifs (menés au délit de sale gueule) sont prohibés4.

Cette observation indique que c’est l’écriture logique qui n’est pas conforme à ce stade d’interprétation, qu’il s’agisse de l’argument de Zemmour ou de sa réfutation. L’erreur vient du fait que l’on accepte d’écrire un “syllogisme probabiliste” en utilisant comme quantificateur “la plupart”). Ce quantificateur n’existe pas : en logique aristotélicienne, les syllogismes sont soit universalistes, soit particularistes. Par syllogisme, on peut avancer un prédicat sur tous ou certains sujets, pas sur la plupart.

Il faut une réécriture supplémentaire pour arriver à un syllogisme qui mérite ce nom. Dans ce qui suit, on prend en compte la loi, et on utilise les “trafiquants” au sens des “criminels”, au sens large.

Si Éric Zemmour veut que la loi s’applique intégralement, alors il faut contrôler “tous les trafiquants” ; mais dans ce cas, “tous les noirs et arabes” doivent être des trafiquants pour en arriver à la conclusion souhaitée, et en plus de cette erreur de “faux positifs”, tous les trafiquants non-noirs et non-arabes échappent à l’argument (“faux négatifs”) :

Prémisse majeure : Tous les trafiquants sont (justiciables des) contrôles.
Prémisse mineure : Tous les noirs et arabes sont des trafiquants. (erreur : faux positifs)
Conclusion : Tous les contrôles sont (exercés sur) des noirs et les arabes. (erreur : faux négatifs)

Chercher à appliquer la loi par un syllogisme universaliste ne paraît pas très indiqué, puisque l’on trouve deux erreurs dans le raisonnement, au niveau de la prémisse mineure et de la conclusion.

Un syllogisme particulariste fera peut-être mieux : supposons qu’Éric Zemmour ait utilisé “la plupart” pour parler de “certains” sujets. Si l’on retient cette solution, alors il faut accepter que certains contrôles ne visent pas des trafiquants et s’exercent donc sur de “faux positifs” tout en laissant s’échapper des “faux négatifs” :

Prémisse majeure : Certains trafiquants sont (justiciables) des contrôles. (erreur : faux positifs et faux négatifs)
Prémisse mineure : Certains noirs et arabes sont des trafiquants.
Conclusion : Certains contrôles sont (exercés sur) des noirs et les arabes.

Même en sauvant la conclusion, on persiste à commettre deux erreurs sur la prémisse majeure.

Écrire logiquement “la plupart des sujets S” ne peut se faire qu’en écrivant “tous les sujets S” ou “certains sujets S”. Le syllogisme universaliste est facile à écarter, mais le syllogisme particulariste l’est aussi. Je dirais même qu’il est plus faux encore, parce qu’il rajoute une erreur logique supplémentaire : l’appel à la probabilité, qui permet d’écrire “S est possible, donc S” au prix de la validité logique de l’argument5. Je ne vois aucun moyen de sauver la rhétorique d’Éric Zemmour ; pire, j’affirme que plus elle tente d’être valide, plus elle commet d’erreurs de logique6.

Je ne pense pas qu’il faille chercher à opposer une démonstration scientifique à un argument qui n’est pas logiquement formé ; en conséquence, débattre de l’identité nationale est absurde, de même que débattre d’Éric Zemmour. Aucun des deux débats n’est initialement valide. Aucune démonstration n’est requise face à des propos aberrants. Il est scientifiquement aussi pertinent d’apporter la contradiction à un chimpanzé sous LSD que d’apporter la contradiction à Éric, Zemmour ou Besson7

Je pense également qu’il est dangereux d’essayer d’opposer des démonstrations scientifiques à des arguments non logiquement formés. Comme le relève un commentaire laissé chez Denis Colombi, cette entreprise travestit accidentellement les intentions des discutants : les contradicteurs passent pour hypocrites s’ils s’attaquent à la prémisse mineure du “syllogisme probabiliste”. Or je pense qu’Éric Zemmour n’est pas plus raciste que ses contradicteurs ne sont hypocrites : les deux parties sont simplement engagées dans un débat qui n’a pas de structure logique.

À défaut de structure logique, le débat a une structure politique évidente, qui devrait faire fuir tous les savants wébériens. C’est en tout cas la conclusion de ma logique de comptoir, qui n’est certainement pas un grand exercice de logique, mais qui ne laisse aucune chance à un débat scientifique autour de l’argument d’Éric Zemmour. En définitive, je préfère encore lire ou entendre des arguments ad hominem, de type “Éric Zemmour est un crétin de première classe, génétiquement programmé pour raconter des conneries” ; “et en plus il est de droite”. La science en sort épargnée.

  1. Dans ce qui suit, j’essaie bêtement d’être logique – “bêtement” parce que je force le trait en vue d’établir un raisonnement logique, alors que l’absurdité de la tâche est presque self-evident. J’appelle cette tentative une “logique de comptoir”, parce que je la trouve divertissante à défaut d’être entièrement légitime. []
  2. Le reste du billet requiert un minimum de connaissances sur le syllogisme. L’entrée Wikipedia anglaise fournit une connaissance suffisante. []
  3. L’idée me vient d’un texte de Peter Singer sur l’avortement. []
  4. Notez, à ce stade, qu’on peut résoudre tout le problème en se débarrassant de la loi : il suffit de contrôler tout le monde. Cette proposition est un peu l’équivalent d’introduire un dictateur, ce que prédit déjà le théorème d’impossibilité d’Arrow, et qui se pratique dans beaucoup de contextes sociaux (dans tous les contextes hiérarchiques, en fait ; dans une entreprise ou une démocratie représentative, par exemple, le directeur général, ou la représentation nationale, respectivement, tranchent en dernière instance, avec la possibilité de violer les préférences des autres agents). []
  5. L’argument prend la forme : “que certains sujets [noirs et arabes] soient trafiquants est possible, donc certains noirs et arabes sont trafiquants”. []
  6. L’argumentaire de Zemmour sera un supplice de Sisyphe pour son auteur s’il essaie d’être à la fois logique, légaliste et démocrate. Sa seule porte de sortie est d’abandonner une ou plusieurs de ces conditions. Denis Colombi pense qu’Éric Zemmour cherche à justifier les contrôles de faciès, c’est-à-dire qu’il abandonne le légalisme mais conserve la logique et la démocratie. Je pense différemment : Éric Zemmour ne s’est même pas donné la peine d’être logique. []
  7. Je présume que la science (Wissenschaft, connaissance) a besoin d’une structure logique pour s’exercer. L’histoire (Geschichte, récit) ne requiert peut-être pas autant de contraintes. Je ne suis pas au clair dans ces exigences respectives, à cause de l’expression “science historique” qui m’interroge d’un point de vue épistémologique. []

J’apprécie beaucoup Michèle Tribalat

Donc, quand elle passe à la radio, je fais une note d’une ligne pour le signaler.

(Ce n’est pas complètement déconnecté des élections, puisque ces chiffres touchent à l’immigration. Pour rappel, la question “Y a-t-il trop d’immigrés en France ?” récolte toujours des taux de réponses positives très élevés. Pour les commentaires purement électoraux, voir , , et pour des chiffres tangibles.)

Mise à jour, juin 2015 : tous les quatre ans environ, je détruis les archives de mes blogs personnels. Ce blog n’étant pas concerné, je retombe sur ce billet au hasard d’une recherche sur toute autre chose.

En 2009-2010, le débat sur les statistiques ethniques (notamment en milieu carcéral) m’intéressait beaucoup, et j’appréciais les personnes qui y participaient : du peu que je m’en souvienne, il y avait des contributeurs de qualité de chaque côté de l’argument.

Le débat n’est pas devenu anachronique : au contraire, la (dé)socialisation des prisonniers, leur regroupement par origine géographique et leur surnombre sont toujours des sujets d’actualité, de même que les “statistiques ethniques” en règle générale.

Or si le sujet était déjà un terrain miné il y a quelques années, il l’est encore plus aujourd’hui, s’étant politisé de la pire manière possible, mais peut-être aussi de la manière la plus prévisible, par un récit qui commence avec l’Algérie française et qui se termine dans les avatars contemporains du clientélisme électoral.

De plus, je ne suis pas sûr d’apprécier beaucoup le nouveau personnage public de Michèle Tribalat, qui disserte désormais sur la liberté d’expression dans les colonnes de Figaro Vox pour établir un rapport de force qui n’a plus rien à voir avec le débat initial.

Délinquance juvénile, identité nationale, et sciences sociales

J’ai récemment donné un cours de construction d’objet de recherche en sciences sociales ; une séance était illustrée par l’article de Jean-Claude Chamboredon sur la délinquance juvénile (texte, par ailleurs, trop long et trop difficile en dessous du niveau doctoral pour une séance de deux heures ; mais le chapitre 1 de l’ouvrage récent de Gérard Mauger va utilement s’y substituer dans ma prochaine maquette).

Le soir même de la dernière séance du cours, des magasins étaient vandalisés à Grenoble après le match-retour Algérie-Égypte (gagné par l’Algérie ; il y avait déjà eu des événements similaires après le match-aller, perdu par l’Algérie). À la fin de la séance de travaux pratiques sur le texte de Chamboredon, nous avions lu des extraits de discours de Nicolas Sarkozy et Brice Hortefeux (années 2006 et 2009 respectivement), en appliquant la grille de lecture de l’article : le forum pseudo-expert (doxique, comme dirait l’autre) que constituent les Rencontres de Beauvau, les prénotions du discours d’État sur les bandes, sur l’âge et les motifs des délinquants, et ainsi de suite. Le phénomène social observable le soir même se rajoutait dans le corpus d’observations possibles.

Ces événements liés à l’actualité sportive rejoignaient aussi l’actualité de l’identité nationale, événement également mentionné dans le cours pour parler des prénotions, de la sociologie et de leur “polémique incessante”, comme l’écrivent Bourdieu, Chamboredon et Passeron dans Le métier de sociologue, entre le discours public et le discours scientifique (de Gérard Noiriel, Patrick Weil, ou Fernand Braudel, qui a d’ailleurs ses ambiguïtés comme l’écrit Noiriel dans Penser avec, penser contre). Voici quelques observations qui tentent de connecter la délinquance juvénile et l’identité nationale, basé sur ce que j’ai vu à Grenoble1 :

  • Quelque chose qui n’a pas à voir avec la délinquance, mais avec l’identité nationale : il était remarquable de voir que les jeunes issus de l’immigration clamaient leur joie par « Vive l’Algérie » (et même « Vivent les Arabes », ce qui est encore plus intéressant), en se concentrant sur le premier match de la soirée, alors que, pour la plupart d’entre eux, ils proviennent de familles qui ont quitté, sinon fui l’Algérie (celle qui réprimait les harkis, celle du Front Islamique du Salut des années 1990, celle du chômage de masse, etc.), et eux-mêmes sont presque toujours Français ; un peu plus tard dans la soirée, l’équipe “Black-Blanc-Beur” de la France s’est qualifiée grâce à deux joueurs noirs, Antillais si j’ai bien suivi, mais leur capital affectif allait à l’Algérie, pays dont ils se sont éloignés, et pas au pays d’accueil2.
  • Quelque chose qui a à voir avec les deux thèmes : le vandalisme s’est concentré sur les magasins de vêtements de sports3, et les jeunes (des groupes de filles et des groupes de garçons, mais pas des banades organisées d’enfants de 13 ans) chapardaient des maillots… de l’équipe de France ! Je les ai vus passer, dans les mains de jeunes très rarement dissimulés (arborant un foulard sur le visage, ou marchant avec un “manteau rembourré”). Les maillots étaient encore sur leurs cintres. La police n’est intervenue qu’a posteriori au centre ville.
  • Dernier point : les bars du quartier où se concentre l’immigration ne contenaient que des hommes, de deux générations (de 18 à 55 ans selon mes observations), alors que les voitures qui passaient dans les rues étaient mixtes hommes-femmes, et uniquement composées de jeunes. Il y a des remarques à faire ici en termes d’analyse écologique, de distribution spatiale entre la sphère privée et l’espace public, etc.

Je jette ces points sans plus de détail, au bénéfice de l’observation sauvage et de la réflexion décousue d’où émerge l’imagination sociologique, et sans avoir le temps de pousser le raisonnement assez loin pour parler d’une rupture totale avec les prénotions ou d’une analyse correctement menée et organisée en termes de charges symboliques, de déterminants sociaux, ou même de construction de l’objet. Mais l’essentiel y est pour une discussion au format “carnet de recherche”.

Je dois maintenant rédiger ma séance de politiques de santé : avec la réforme aux États-Unis et les policy fiascos de la vaccination en France, il sera encore facile de lier science politique et actualité.

  1. J’étais assis en terrasse au centre ville au moment des événements. []
  2. J’espère formuler cette observation sans être compris de travers, en ayant neutralisé les termes : je ne regrette absolument pas le comportement observé (surtout moi, averse au football et au nationalisme), ni ne l’encourage ; je suis neutre et me contente de constater un phénomène que je trouve sociologiquement significatif. []
  3. Ces magasins de survêtements de sport sont parfois tenus par des gens du quartier, eux-mêmes issus de l’immigration, ce qui m’a rappelé le vandalisme sur les voitures des riverains lors des émeutes de novembre 2005. Je fais peut-être une erreur ici (ecological fallacy, comme celle du vote Front national dans les régions à forte population immigrée ; quelques éléments ici), si la délinquance opère une sélection dans les cibles. []

On déporte aussi les universitaires

Tout est vrai et généralisable dans la série entroisparties de Jorge Cham, l’auteur de PhD Comics. J’ai aussi eu quelques démêlés avec la police aux frontières en essayant de quitter la France pour le Royaume-Uni, sauf que dans mon cas, je n’ai pas réussi à quitter la délicieuse bourgade de Beauvais. J’ai surtout vécu la déportation, en Grande-Bretagne, d’une collègue canadienne, qui a dû terminer sa thèse à quelques milliers de kilomètres de l’université ou elle enseignait et faisait diriger ses travaux.

Ce sont des préoccupations de classe moyenne exerçant des professions intellectuelles supérieures, mais ça en dit long sur le sort réservé aux migrants qui n’ont pas les ressources dont “nous” disposons1. Mon périple à Beauvais fut incroyablement difficile, coûteux et énervant, alors que j’avais toutes les formes de capital économique, culturel et social à ma disposition : une carte bleue2, un accès Internet, une bonne maîtrise de la langue française, des contacts dans trois administrations3, ma couleur de peau4 et un téléphone à couverture internationale ; à la sous-préfecture, les balayeurs africains qui faisaient la queue à 7h45 le matin pour renouveler leur carte de séjour n’avaient rien de tout ça. Tout parle, dans ces cas-là : je portais mon sac Samsonite avec un ordinateur portable, eux des pochettes plastifiées.

On peut juste espérer que les mini-scandales épisodiques autour de dominants (comme cette Suédoise expulsée de JFK à New York après un interrogatoire façon Al-Qaeda, je n’ai plus la source) attirent l’attention sur le sort des dominés, pour faire changer les normes. Par exemple, les États-Unis viennent d’ouvrir leur territoire aux séropositifs ; plusieurs problèmes s’étaient manifestés lors des conférences internationales sur le sida.

  1. Notez comme la conscience de classe fonctionne à plein régime dans ces cas-là. []
  2. Très pratique pour les 75 euros du dernier hôtel ouvert à 23 heures, et dont le papier peint a laissé une marque. []
  3. Référence à mes contacts à l’université, mais c’était inutile, l’épisode se déroulant un weekend. []
  4. On peut aussi noter que je suis un homme dans un univers nettement “gendered” : le policier et le responsable du service visas/passeports de la sous-préfecture est un homme (qui statue et décide), le réceptionniste de l’hôtel ou le secrétaire à l’accueil de la préfecture est une femme (qui renseigne et obéit). []

Vue de l’extérieur (une autre)

S. Marthaler dans le Journal of European Public Policy sur la politique d’immigration de Nicolas Sarkozy :

Since 2002, French immigration policy has been largely driven by Nicolas Sarkozy, as Minister of the Interior, leader of the centre-right UMP and, from 2007, President of the Republic. His discourse and action on immigration control and integration have diverged in significant respects from earlier centre-right handling of these issues. This contribution seeks to explore how and why Sarkozy has changed the terms of the immigration debate in France by examining the way in which policy has evolved and by identifying the forces driving the conduct and stance of the centre-right in France. In particular, it assesses the extent to which shifts in policy have been a response to political competition and public opinion. It concludes that party political considerations have been a major factor in Sarkozy’s strategy and that, while this appears to have paid off in electoral terms, its success in social terms is more equivocal. [15 pages]

Une remarque : où est le terrain ? J’ai recueilli quelques commentaires par email, et les observations sont unanimes : l’article est un bon exemple de tourisme intelligent, mais pas de recherche à proprement parler.

En rédigeant cette recension, je me rends compte que j’ai commis deux erreurs en ouvrant ce blog. La première a été de soutenir un rythme de publication indexé sur mes habitudes plutôt que celles de mes lecteurs ; une recension hebdomadaire, voire tous les dix jours, aurait suffit.

La seconde erreur a été de ne pas inclure les vues de l’extérieur dans ma ligne éditoriale ; ces vues sont très intéressantes pour les politistes français, elles fournissent même peut-être un double incentive pour publier ailleurs qu’en France, dans des revues scientifiques proprement internationales : les vues de piètre qualité appellent des corrections (et celles de bonne qualité des rejoinders), et un lectorat international existe pour nos questions de recherche françaises.J’aurais dû rédiger ce blog en incluant cette optique, mais j’ai commis l’erreur de Charles Pasqua contemplant le nuage radioactif de Tchernobyl, je me suis arrêté à la frontière.

À ma décharge, l’erreur est répandue dans la discipline et dans les sciences sociales françaises en général. Mais si j’avais souhaité fournir un meilleur effort de défiance constructive vis-à-vis du fonctionnement de la discipline pendant les premiers mois d’existence de ce blog, j’aurais dû révéler ce tropisme et lever ce biais.

À ma décharge toujours, ce n’était pas l’objet premier de ce blog que de chercher à proposer des réformes dans le sens de l’internationalisation de la discipline, et ce tournant provient également du fait que plusieurs pétitions et documents ont circulé sur ce thème récemment.

Ce long détour sur les intentions et la stratégie de publication de ce blog pour vous informer, chers lecteurs, que les vues de l’extérieur sont à présent devenues une catégorie de ce blog. Et, pourquoi pas, publier quelques entretiens avec les auteurs de ces vues ?