La lente désintégration démocratique de la Hongrie est une tragédie européenne

La plupart des universitaires européens et nord-américains sont au courant, et la presse s’en est fait le relais : le gouvernement illibéral hongrois de Viktor Orbán a pris des mesures de rétorsion contre la Central European University de Budapest, au motif stratégique inavouable de réduire à néant un contrepouvoir supplémentaire et de donner ainsi des gages aux électeurs qui menacent de dépasser son parti d’extrême-droite sur sa droite extrême-extrême.

Je ne peux m’empêcher, à chaque fois que je lis un article de plus sur la lente désintégration du régime démocratique hongrois (et de ses protections constitutionnelles) sous la pression d’Orbán, de penser aux sanctions (diplomatiques) que l’Union européenne avait appliquées au gouvernement autrichien de Jörg Haider en 1999. Ce n’était pas grand chose, mais c’était symbolique et c’est resté dans les manuels.

À l’heure où j’écris ce billet, les 9 et 11 avril, l’Union européenne n’a encore rien fait de tel, de même qu’elle n’avait rien fait lors de la crise des migrants, ou lorsque le gouvernement hongrois a toléré l’organisation de marches antisémites ou démantelé une partie de la presse d’opposition.1

La géométrie variable des politiques européennes en matière de respect des critères de Copenhague est une tragédie pour quiconque nourrit même le plus modeste espoir de supranationalisme européen. Pire, l’exécutif français me semble totalement atone en la matière, alors que je me tiens quand même pas trop mal informé sur ses faits et gestes.2 Enfin, notons que la seule puissance est-européenne qui pourrait peser dans la balance a elle aussi glissé dans l’illibéralisme (complotiste) le plus sordide ces dernières années.

Le niveau de pression sur le gouvernement Orbán semble heureusement s’être élevé au cours des derniers jours, et le Parlement européen semble envisager de sortir la grosse artillerie si besoin.

En attendant, voici le formulaire à remplir pour exprimer votre soutien à la CEU et à ses personnels et voici la page listant les différentes manières de protester contre les mesures en cours d’application :

Addendum, 16 avril : voici un article récent de R. Daniel Kelemen dont la lecture m’a l’air toute recommandée dans le contexte actuel. L’article mentionne aussi des « épisodes de democratic backsliding » en Roumanie, en Bulgarie et en Slovénie :

Critics have long argued that the EU suffers from a democratic deficit and that growing EU power undermines national democracy. But recent backsliding on democracy and the rule of law in Hungary and Poland reminds us that grave democratic deficits can also exist at the national level in member states and that the EU may have a role in addressing them. This article will place the EU’s struggles with democratic deficits in its member states in comparative perspective, drawing on the experience of other democracies that have struggled with pockets of subnational authoritarianism.

Addendum, 27 avril : l’excellent numéro spécial « Democracy without Solidarity: Political Dysfunction in Hard Times », de la tout aussi excellente revue Government and Opposition, intéressera certainement les lecteurs de ces lignes, et tout particulièrement, peut-être, l’article de Daniel Kelemen (article cité dans l’addendum précédent), mais aussi celui de Wade Jacoby. Voir aussi, dans un numéro récent de la revue Politique étrangère, l’article « Orban et le souverainisme obsidional » de Paul Gradvohl.

Addendum, 3 mai : et un article de plus à lire sur le sujet.

Addendum, 17 mai : il y a une semaine, le Parlement européen a adopté une résolution s’inquiétant de la situation sociale et politique en Hongrie. Le vote montre que ce sont les conservateurs des groupes parlementaires EPP et ECR qui ont voté contre, en plus des groupes parlementaires d’extrême-droite.

Dans les rangs français, les eurodéputés Brice Hortefeux, Elisabeth Morin-Chartier, Michel Dantin et Rachida Dati, du groupe EPP, ont voté contre : honte sur eux. Quant aux eurodéputés du Front national, qui siègent avec les non-inscrits ou avec le groupe ENF et qui ont également voté contre, on ne va pas s’en étonner, mais honte sur eux aussi.

  1. Je ne fournis pas de liens car je tiens ces éléments d’une amie journaliste (et juive) résidant à Budapest, mais je ne doute pas qu’on en trouve confirmation dans la presse hongroise indépendante. []
  2. La campagne présidentielle me laisse même clairement l’impression que l’exécutif français actuel a fait une croix sur son électorat, et n’envisage même plus de lui offrir la moindre action symbolique qui puisse revaloriser son image, mais c’est un autre débat. []

« Deux tiers des ministres sont rentrés au gouvernement sans qualification (source : Insee) »

Non, décidément, je ne peux pas laisser passer ça sans en rajouter une couche, ni plus bête, j’espère, ni plus intelligente que ce qui s’est dit ailleurs, mais ça ira peut-être mieux en l’écrivant, car après tout, dès que l’on a eu, un jour, l’ambition d’acquérir quelques compétences statistiques, on se sent marginalement plus insulté que d’ordinaire par la banalisation du racisme “par le haut” lorsque celle-ci fait mine de s’appuyer sur une démonstration scientifique. C’est insultant, alors comme à l’école (primaire), je vais répondre par une insulte à peine circonstanciée, histoire de me passer les nerfs. Le propos est néanmoins entièrement rédigé sous le signe de la bonne foi, et n’engage strictement que l’auteur, qui s’est senti agressé, et qui répond en situation de légitime défense intellectuelle1.

Bêtes et méchants, et potentiellement rééligibles

On connaissait l’ancien ministre de l’Éducation nationale pour son immense puissance de calcul, et le nouveau vient de s’illustrer par une même performance remarquable. Heureusement pour eux, leur club de clowns tristes n’est pas très select, et le ministre actuel de l’Intérieur vient d’y prendre sa carte à vie :

L’étude de l’Insee […] précise que les enfants de familles immigrées sortent presque deux fois plus souvent du système éducatif sans qualifications que les autres. […] Cette conclusion vient forcément soit de chiffres exhaustifs, soit d’un échantillon qui se divise en trois tiers. Par conséquent, j’ai correctement cité l’étude en déclarant que les 2/3 des enfants qui sortent de l’école sans qualification sont des enfants de familles immigrées.

Outre le côté plutôt “pagnolesque” de la règle des trois tiers évoquée par Claude Guéant, on peut s’étonner du fait qu’il ne soit même pas capable de raisonner un tant soit peu dans l’abstrait : pour qu’une proportion aussi importante des effectifs scolarisés (plusieurs millions d’individus) puis sortis sans qualification soient composés d’enfants issus de familles immigrées, il faudrait beaucoup plus d’enfants issus de familles immigrées et/ou beaucoup plus d’échec à l’intérieur du système éducatif, ou alors un taux de qualification exceptionnel des enfants issus de familles non-immigrées.

Soit le ministre de l’Intérieur n’a pas très confiance dans la réussite du système éducatif, auquel cas son homologue et/ou ses prédécesseurs aurai(en)t peut-être dû se sentir visé(s), soit il n’a pas confiance dans les compétences de son propre ministère, soit il a, au contraire, excessivement confiance dans la réussite des enfants dont les arrières grands-parents sont nés sur le continent européen au nord de Marseille et à l’ouest de Strasbourg, soit… le dilemme est naturellement insoluble dans ces termes. Dans tous les cas de figure, les failles de “l’intégration” sont déjà suffisamment nombreuses et socialement insupportables pour qu’on n’en rajoute pas, mais il faut hélas tenir compte de la campagne électorale du gouvernement, et ni lesdites “familles immigrées”, ni les enseignants ne semblent rentrer dans la clientèle “sélectorale” – c’est-à-dire, grosso modo, l’équivalent électoral du “coeur de cible” dans la vente de machines à laver, ou de la ménagère de moins de cinquante ans dans l’audiovisuel – ostensiblement visée par la remarque appuyée du ministre.

Le titre du billet est évidemment ironique, même si, au vu des dérapages réguliers dignes du comique troupier des uns et des autres (un nom me vient à l’esprit : Nadine Morano ; les exemples abondent), la proportion des deux tiers en deviendrait presque une hypothèse à vérifier. Il serait faux, voire pire, stupide, voire pire, raciste, d’attribuer cette piètre performance à “l’origine migratoire” des ministres (qui se situent dans une classe d’âge où être né au Maroc ou en Algérie est assez courant), et l’utilisation des termes entre guillemets devrait suffire, en soi, à mettre l’accent sur l’inanité fondamentale de cette grille de lecture, mais les dérapages contrôlés dans ce sens ne sont apparemment pas aussi strictement interdits selon qu’ils viennent des sommets de l’État ou d’ailleurs.

Quelques statistiques dans le brouillard

Cette déplorable contortion mentale attire l’attention sur l’instrumentalisation de la statistique publique, qui ne peut surprendre que si l’on ignore le statut partiellement inféodé de l’institution statistique par rapport à l’État (le terme même de “statistique” devrait attirer l’attention sur ce point). L’indépendance formelle de l’institution est, depuis récemment, inscrite dans la loi, et depuis beaucoup plus longtemps, inscrite dans les pratiques des ingénieurs civils, mais sa violation ponctuelle renvoie à une relation d’interdépendance bien décrite par l’histoire des systèmes statistiques, d’Alain Desrosières à James C. Scott.

Pour terminer, la statistique qu’il faudrait examiner pour sortir des spéculations hasardeuses livrées ci-dessus est l’odds ratio de l’échec scolaire des enfants issus de familles immigrées. J’ai un sérieux doute sur ce que l’on appelle ici “être issu de l’immigration”, mais en théorie, le ratio se calcule en multipliant la proportion d’échec des enfants issus de l’immigration par la proportion d’enfants non issus de l’immigration, puis en multipliant la proportion d’enfants issus de l’immigration par la proportion d’échec chez les enfants non issus de l’immigration, et enfin en divisant la premier produit par le second2. En rapport à l’article cité plus haut, on obtient un odds ratio grossier de 1.8 avec un intervalle de confiance de [1.5, 2.2] à 95%3. Le risque de sortie sans qualification est multiplié par 1.8 pour les enfants issus de l’immigration : c’est une statistique somme toute préoccupante4, et c’est peut-être le seul point sur lequel le ministre de l’Intérieur pourrait attirer l’attention, si ce n’était dans l’intention, tellement peu louable pour un homme d’État, d’attribuer cet échec au facteur le plus électoralement rentable à ses yeux.

Point Godwin

Décidément, je n’arrive pas à digérer ces comportements de petits soldats se posant en affidés serviles dès que l’occasion se présente de s’attirer les grâces de leurs supérieurs hiérarchiques, à l’image du dernier des fonctionnaires soviétiques, ou comme le dernier sous-lieutenant de campagne dans une armée de bras cassés intellectuels et d’éclopés mentaux écumant la plus basse et la plus crasse des républiques bananières.

Je n’aime pas plus les points Godwin que la moyenne, mais lorsque les déclarations ministérielles commencent à ressembler aux meilleurs (et donc aux pires) passages du classique de Jean Dutourd, je ne peux pas m’empêcher de penser que je n’aurais pas aimé connaître Claude Guéant sous l’Occupation : sa propension forcenée à la stigmatisation et à la dénonciation aveugle, dont le propos cité plus haut n’est qu’un exemple parmi d’autres, me font froid dans le dos, et pourtant il fait presque chaud sur mon balcon.

En régime démocratique, l’identification de “l’ennemi intérieur” en temps de paix est la guerre continuée par d’autres moyens. Claude Guéant n’est pas seulement d’une nullité spectaculaire avec les statistiques, il se situe surtout à l’apex d’un combat politique qui détourne la nature même des institutions dans lesquelles nous avons choisi de fixer notre existence collective. Les conneries magistrales des hommes d’État, de Nicolas Sarkozy à Claude Guéant en passant par Laurent Wauquiez, ne sont jamais des erreurs de parcours : ce sont des actes de guerre aux sens multiples qu’y donne Paul Valéry.

Révisions : vocabulaire ajusté çà et là, et merci à mon relecteur principal sur la première version ; je m’attends maintenant à trouver une erreur sérieuse quelque part dans mon propre texte, mais tout ceci n’est surtout sérieux qu’au sens anglo-saxon du terme, serious—grave.

  1. La publication sur ce blog se justifie à mes yeux par les thématiques politiques et scientifiques abordées, mais je suis naturellement disposé à déménager cette colonne si cela devait porter préjudice au sérieux des résultats scientifiques exposés ailleurs sur la plateforme Hypothèses. Et tant pis pour les accusations faciles de cuistrerie, d’exagération et ainsi de suite. []
  2. Si vous trouvez cette phrase compliquée, alors vous devriez apprécier la formalisation mathématique : la règle de base du calcul est OR=i1*e0/i0*e1, avec les variables binaires i (être issu d’une famille immigrée) et e (sortir sans qualification) exprimant les proportions de chaque catégorie. []
  3. Et quand je prends le risque de me planter, comme ici, au lieu de m’enfoncer lamentablement par voie de presse, je préfère donner mon code. À la différence de Claude Guéant, je n’ai pas de directeur de cabinet (ou de cabinet tout court) pour assurer mes arrières si le calcul est faux. J’ai utilisé les données approximatives mais suffisamment précises de la dépêche AFP, et je veux bien qu’on me communique l’étude originale pour au moins comprendre ce qu’être “issu de l’immigration” veut dire (a priori, avoir au moins un parent d’origine étrangère suffit aux yeux de l’Insee, mais toutes sortes de considérations légales et méthodologiques rentreront en ligne de compte). []
  4. Il faudrait contrôler par la taille des ménages et le taux de pauvreté pour se lancer dans un examen sérieux de la question, mais le sujet est difficile à aborder, même au sein de la recherche scientifique, car les erreurs sont vite commises, vite relevées, et rarement pardonnées. Je n’ai pas de point de vue sur l’ouvrage d’Hugues Lagrange, mais la controverse publique autour de sa recherche témoigne de cet état de fait. []