À (ré)écouter : « FN : une force politique mouvante »

Joël est allé parler de son bouquin à la radio, et chose incroyable au 21e siècle, il a pu parler sans être interrompu toutes les 30 secondes !

joel-grande-table

C’est évidemment sur France Culture que ça se passait, dans l’émission « La Grande Table » ; à réécouter ci-dessous :

Au fil de son intervention, Joël pose plusieurs questions à la fois scientifiques et électorales :

  1. La question scientifique à 10 000 francs : pourquoi le vote FN persiste-t-il sur les mêmes territoires, alors que la structure de son électorat a changé ?
  2. Le clivage interne au Front national : comment faire pour gagner l’élection présidentielle ? Gagner seul en mode « ni-droite-ni-gauche » – ou jouer la carte du « rassemblement des droites » ?
  3. La grande difficulté de 2017 sera justement de trancher entre ces deux stratégies, en fonction du score à la présidentielle, et surtout des scores et sièges aux élections législatives.

Pour le détail, voir les 30 minutes d’antenne.

Joël sort son bouquin sur le Front National !

Et hop, bientôt dans les bacs :

joel-bouquin-couv

À l’heure où j’écris ce billet, le livre n’est pas encore catalogué sur le site des Éditions Eyrolles, mais cela ne saurait trop tarder est dans les bacs de sa maison d’édition !

Une soirée de lancement a lieu ce soir à la Fondation Jean-Jaurès, où Joël officie en tant que membre de l’Observatoire des radicalités politiques :

joel-fjj

Je suis naturellement tout content pour mon estimé co-blogueur, et ce sera l’occasion pour moi de lire (et si tout se passe bien, de chroniquer ici) un bouquin complet sur le Front national, ce que je n’ai pas fait depuis très, très longtemps.

Sur le même sujet, comme on dit, deux articles récents de la revue Projet dans un petit dossier « spécial FN » :

Mise à jour : et il y a même une vidéo très éclairante !

Comment Joël a (presque) cartographié les électeurs FN à l’adresse

Joël vient de publier un article sur le vote FN à Marseille, intitulé : « A Marseille dans les “quartiers nord” : dis-moi où tu habites, je te dirai pour qui tu votes« . L’article est illustré à grands renforts de cartes montrant le détail du vote dans les « quartiers nords » de Marseille, et mettant à l’épreuve les revendications représentatives des élus FN locaux :

joel-marseille

Joël a également publié sur son site une explication technique complète, « Comment j’ai (presque) cartographié les électeurs FN à l’adresse« , rédigée dans le joli gabarit tufte-css fidèle au style d’Edward Tufte :

joel-tufte

La note technique montre comment reproduire, code R à l’appui, les cartes statiques et interactives de l’article, à l’aide des packages tmap et leaflet1 respectivement, et en utilisant les fonds de carte d’OpenStreetMap.

Toutefois, c’est à mon sens au niveau du travail de préparation des données que la note de Joël est la plus intéressante, notamment parce qu’il y explique comment mettre en correspondance des données INSEE collectées au niveau IRIS et des données électorales collectées au niveau des bureaux de vote au moyen d’une géolocalisation guidée par la Base Adresse Nationale :

adresse.data.gouv.fr

La note illustre également les limites actuelles de l’open data gouvernemental en France : si les donnés actuelles permettent des cartographies ultra-précises, elles ne permettent toutefois pas de mettre n’importe quelle variable sur ces cartes, comme l’illustre le petit bricolage technique auquel Joël a eu recours pour obtenir le type de logement des électeurs (maisons versus logement collectif).

Dans la note de Joël comme souvent en sciences sociales il me semble, le modèle interprétatif est simple, ce sont les données qui sont compliquées. Le résultat de cette combinaison est une série d’observations empiriquement très précises, car basées sur des variables mesurées en « haute résolution », et faciles à interpréter.

  1. La librairie Leaflet donne accès à énormément de fonds de cartes : jetez un coup d’oeil ! []

Un cadeau offert à la science politique, ou : mangeons du pain wébérien

Ce billet est écrit en pensant au très bon blog de Denis Colombi et aux personnes citées dans le texte du billet. Il s’agit d’une longue et verbeuse discussion d’une photo et d’un commentaire découvert un lundi matin dans mon fil Facebook, arrivé là par quelques amis engagés :

Screen Shot 2016-02-01 at 09.30.21

Mise à jour, quelques minutes après publication de ce billet : voici l’article initial du Journal Du Dimanche. Mentionnons bien que le graphique posté ci-dessus y est titré : “Des préjugés tenaces”, ce qui mériterait certainement d’infléchir certains passages du texte ci-dessous, que je préfère préserver en l’état.

Remarquons aussi que le “sondage” a été réalisé pour le compte de la Fondation du Judaïsme Français, ce qui le rend encore plus sociologiquement parlant du point de vue de la mise en compétition, espérons-le involontaire mais effective, des haines, le sondage devenant classement des groupes sociaux des “plus” au “moins” discriminés, avec tout ce que la sociologie des classements sait dire de ces objets, des réifications qu’ils “performent” (au sens sociologique du terme), et des frontières invisibles qu’ils font naître là où la stratégie inverse de la République indivisible me semblerait recommandable.

Brève digression

Si vous ne connaissez pas Sylvain Bourmeau, il s’agit de l’animateur de l’excellente émission “La suite dans les idées” sur France Culture.

De ce que je crois savoir sans me donner la peine de le vérifier, Sylvain Bourmeau est par ailleurs docteur en science politique, comme semble d’ailleurs en témoigner, selon moi, son choix d’invités, dans lequel le politiste peut lire, dans un fin filigrane, ses attaches intellectuelles1.

S’il fallait recommander un seul épisode récent, je recommanderais celui avec James C. Scott, mais abonnez-vous au podcast, tant qu’à y être.

Comme l’indique le titre de cette section, ce billet ne porte toutefois pas du tout sur Sylvain Bourmeau. Cette digression est une forme de salutation polie et appuyée à son excellent travail d’intermédiaire entre le champ universitaire et le champ médiatique. Ces “passeurs de sciences” sont peu nombreux, alors saluons-les quand on peut.

Enseigner Weber

Comme l’indique le titre de ce billet, ce “sondage d’opinion” est un magnifique cadeau offert par le JDD et par l’institut qui l’a produit (Ipsos, apparemment) à la science politique, et en particulier aux enseignants de première année chargés des cours d’introduction à la science politique.

Lorsque vient le temps d’enseigner Max Weber, Le savant et le politique, c’est-à-dire en général tout au début d’un cursus de science politique, il est toujours utile de disposer d’un exemple probant et actuel de différenciation entre le comportement du savant et le comportement du citoyen engagé dans la Cité, afin de pouvoir illustrer correctement la partie de l’ouvrage portant sur “le métier et la vocation de savant”2.

Au premier semestre, une étudiante de première année m’a rappelé l’importance cruciale de cette section du cours. Au cours d’une brève discussion en travaux dirigés, je me souviens juste d’elle poser cette question :

Mais Monsieur, la guerre, c’est toujours mal, non ?

Je lui ai répondu comme n’importe quel enseignant de sciences sociales le ferait face à un propos normatif dans un contexte pédagogique qui cherche à faire émerger une pratique du raisonnement scientifique : on peut avoir un point de vue sur la guerre, mais ce point est un jugement de valeur ; j’ai d’ailleurs moi-même un point de vue sur la question, mais que je ne partage pas en cours, car c’est tout l’enseignement de Weber—ce serait, au sens intellectuel, un mélange des genres.

Voici les trois “genres”3 auxquels je pense, sous forme de commentaires de taille inégale et numérotés, bien qu’il n’existe aucune hiérarchie entre eux, et que dans la réalité, ces “genres” ne se séparent jamais complètement : pour reprendre les idées de Weber, c’est un travail intellectuel que de les séparer, et un engagement professionnel que de s’y vouer.

1. Une lecture citoyenne

La lecture citoyenne de ce sondage va différer selon les individus, et ceux, qui toujours plus nombreux, qui croient que la France est un pays “d’immigration massive” assailli par les ennemis extérieurs comme intérieurs, vont très bien se retrouver dans le diagramme en barres du JDD.

De ce point de vue, le commentaire de Sylvain Bourmeau est on ne peut plus juste : l’extrême-droite française se trouve, à l’heure actuelle, dans une dynamique “gagnant-gagnant”, qui lui permet, comme beaucoup d’autres partis politiques populistes en Europe, à la fois de façonner l’air du temps et d’enregistrer de très bons succès électoraux.

On peut (et, selon moi, on doit) se désoler, comme je le fais régulièrement avec mes amis, de cette dynamique, par ailleurs beaucoup mieux expliquée qu’ici par mon estimé (et je oserais-même le dire, de plus en plus célèbre) co-blogueur Joël aux pages 42-43 de ce magazine, et dans le reste de ses travaux et interventions — coucou Joël, et toujours heureux de te lire et de te savoir lu :)

On peut, et l’on doit, surtout, je pense, chercher les moyens d’endiguer cette dynamique, quelle que soit le nom qu’on lui donne : personnalité autoritaire, “anti-mai 68”, “lepénisation des esprits”, populisme, ou proto-fascisme pour les plus catégoriques.

Personnellement, j’estime, comme Joël, que le scrutin à deux tours va nous sauver de “Marine présidente”, mais que cela ne règle pas le problème de fond de la crise de la représentation : pour me centrer sur la portion du champ politique qui “me parle”, à l’heure actuelle, la trahison des clercs de gauche me semble totale, au point que même un électeur socialiste “naturel” dans mon style, biberonné au jospinisme, ne se déplace plus aux urnes4.

À quoi participe, selon le petit citoyen engagé au fond de moi, la publication de ce “sondage” (et j’expliquerai bientôt les guillemets autour de ce mot) ? À produire, je dirais, l’équivalent français de la Hongrie de Viktor Orbán : une machinerie médiatique et politique de la haine de soi, ce qui a déjà de graves conséquences, et qui en aura d’autres que l’imagination d’un pacifique citoyen du monde d’aujourd’hui ne peut même pas produire.

Toujours de mon point de vue, je ne pense pas que tout cela se finira dans un bain de sang révolutionnaire ou contre-révolutionnaire : j’ai plutôt confiance dans l’Histoire pour injecter à nouveau, dans quelques années et de manière comme toujours provisoire, une bonne dose d’anesthésiant dans la partie reptilienne du cerveau collectif qui produit la stigmatisation des musulmans, des Roms et des autres. C’est le faux optimiste en moi qui parle ici.

Bref, malgré le JDD et autres stigmates du quotidien, je “souhaite”, si l’on peut dire, à mes amis musulmans et d’origine rom5 la même “trajectoire” historique que celles de mes amis homosexuels : après de longues et douloureuses années d’humiliation, enfin, une forme de libération par l’endiguement de la haine, libération jamais vraiment acquise, mais il me semble, heureusement bien avancée en ce qui concerne l’homosexualité—qui oserait aujourd’hui remplacer “origine maghrébine” par “homosexuelles” dans ce “sondage”, écrivons-le pour terminer ce commentaire, infect, produit et publié par les idiots utiles d’une impasse intellectuelle qui ne peut qu’évoquer de terribles souvenirs ?

Toutefois, comme l’illustre le travail de Joël et un blog comme celui de Christophe Bouillaud, l’un de mes anciens enseignants, les commentaires ci-dessus et les commentaires indignés que je lis sur Facebook ne doivent pas faire obstacle à la seule “bonne nouvelle” contenue dans ce sondage.

2. Une (très brève esquisse de) lecture professionnelle

La lecture professionnelle de ce sondage est la première qui m’est venue à l’esprit : quel cadeau nous fait-là l’actualité ! Un objet sociologique aussi parlant que cette production sondagio-médiatique, quelle illustration fantastique de Bourdieu, de Weber ! Les enseignants de science politique ont dû au moins esquisser un sourire.

En effet, le marché qui produit ces biens de consommation que l’on appelle les “sondages d’opinion” est ici parfaitement représenté, de même que sa conséquence première : la fabrique de l’opinion, un phénomène qu’il faut apprendre à objectiver dans l’espace et dans le temps—le travail d’une profession, celle de politiste, ou de sociologue/historien du politique, ces distinctions n’ayant à mes yeux aucune importance fondamentale, au moins au niveau de réflexion où je souhaite situer ce commentaire.

Bref, pour aller beaucoup plus vite que dans mon premier commentaire, j’ai sauvegardé la capture d’écran qui ouvre ce billet dans mon dossier “L1 – TD – Intro. sc. po.”, pour tester l’enseignement de cet exemple l’année prochaine. En attendant, un dernier commentaire.

3. Quelques compléments

Ce troisième et dernier commentaire est une sorte de produit des deux premiers. Il s’agit réfléchir scientifiquement, à la fois comme professionnel de la science et comme citoyen engagé, à l’objet-sondage, et il me semble qu’il y a deux dimensions à prendre en compte :

  1. Commençons par la méthodologie pure, pourrait-on dire : d’un point de vue, ce “sondage” a-t-il la moindre valeur scientifique ?

    D’un point de vue quantitatif et statistique, probablement pas, l’industrie française des sondages n’étant pas en mesure6 de produire des enquêtes d’opinion, échantillonnées et modélisées plutôt que bricolées par quotas et redressements7.

    En revanche, d’un point de vue qualitatif, la valeur scientifique de ce sondage est évidente : pour des raisons sociologiques, politiques et historiques qui sous-tendent mon second commentaire, il est beaucoup plus socialement acceptable, aujourd’hui en France, de dénigrer les origines maghrébines que la confession juive ou les origines asiatiques.

  2. Terminons à présent sur une question de fond : faut-il tout de même essayer de produire des résultats robustes sur les confessions et les origines des individus, agresseurs comme agressés, pour reprendre le ton du “sondage” ici commenté ? L’enquête WVS ne tente-t-elle pas de mesurer la haine des voisins, et l’enquête ESS ne contient-elle pas des questions sur les discriminations subies dans les douze derniers mois ?

    La question me semble se poser car certain(e)s, du peu de que j’observe autour de moi dans le champ scientifique, persistent à défendre une science qualitative dédaigneuse des chiffres, à l’opposé d’ailleurs des figures tutélaires auxquelles elles et ils se réfèrent (je parle, évidemment, de Pierre Bourdieu). J’ai toutefois espoir dans cette sociologie de la quantification, qui a aujourd’hui le vent en poupe grâce, s’il ne fallait citer qu’un nom français, à l’héritage intellectuel d’Alain Desrosières, dont le point de vue me manque8.

    Le débat est complexe, et je change régulièrement d’opinion au sujet des statistiques ethniques et des autres dimensions de ce débat. Mais la plupart du temps, je penche nettement en faveur d’outils comme l’enquête TeO en ce qui concerne la mesure des “origines”, et pense généralement que l’on tirerait profit d’une activité scientifique de qualité – à l’heure actuelle marginale, mais les choses évoluent – sur ces questions, plutôt que de laisser le champ libre aux prêcheurs et prédicateurs.

Brève conclusion

Les lecteurs attentifs qui liront ce billet jusqu’à ces lignes jugeront peut-être que je travestis quelque peu la pensée de Weber dans ce billet, en séparant non pas la science et la politique, mais les métiers de savant et de politique, ce qui ne signifie pas la même chose, et qui n’a pas les mêmes conséquences pédagogiques.

Du point de vue du texte, le vrai fond du propos wébérien me semble bien être de distinguer des carrières, et pas des individus ou des pensées. C’est pourquoi je n’aime pas les sous-titres d’enseignements du type “science, politique et science politique”. En pratique, les étudiants sont déjà tous intuitivement de l’existence d’une distinction entre science et politique, ne serait-ce que par “pré-cognition” de la coexistence de différentes cités de justification, et pensent reconnaître cette distinction chez Weber, alors que le propos est plus fin.

D’un point de vue pédagogique, l’essentiel me semble en effet de trouver une manière de dire aux étudiants : soyez à la fois savants et politiques, portez ces deux “chapeaux” en conscience de cause, et considérez ces “chapeaux”, ces “casquettes”, comme des attributs culturels, intellectuels, éducatifs, et en définitive, professionnels, quelle que soit l’intitulé desdites professions (saluons ici une dernière fois le travail radiophonique de Sylvain Bourmeau, parmi d’autres).

Ma conclusion sera donc : toutes et tous que nous sommes, mangeons du pain wébérien. Regrettons ce que trahit, ce que traduit, ce que produit ce sondage, mais félicitons-nous qu’il existe des disciplines scientifiques dédiées à comprendre de tels objets, des journalistes disposés à diffuser cette compréhension, et servons-nous de ces objets pour changer le monde, car il sera toujours temps, comme l’écrit également Joël dans les dernières lignes de l’interview pré-citée, d’enrayer les cercles vicieux du présent et de se prémunir contre toutes les formes de violence inutiles.


Je profite de ce long texte pour souhaiter à tous les clients du Polit’bistro suffisamment patients pour lire ce dernier paragraphe une bonne année 2016, année qui a commencé de manière atypique de mon côté, ce qui explique peut-être la nature encore plus décousue et désordonnée du raisonnement et de l’écriture de ce billet, qui contient vraiment trop de guillemets, quelques passages certainement un peu trop personnels, et même un point Godwin.

  1. S’il fallait brièvement les qualifier, je parierais sur un penchant certain pour la socio-histoire et pour une partie bien spécifique de la science politique internationale. []
  2. La seule biographie de Weber ne constituant pas, à mon avis, une illustration suffisante pour les étudiants. Une autre illustration que je souhaite mentionner ici : cette très belle tribune de Virginie Guiraudon sur la déchéance de nationalité. []
  3. Le terme ne me convient pas, d’où les guillemets, faute de mieux. []
  4. Ma nouvelle parade lorsqu’on me reproche cette apathie est de dire que je suis un single-issue voter du droit de vote aux étrangers. Cette idée m’a été inspirée (mais pas suggérée) par un ami, Simon, qui se reconnaîtra s’il lit ces lignes. []
  5. D’ailleurs, qui a des amis rom ? En ai-je vraiment ? Le sais-je vraiment ? J’ai au moins un prénom en tête, un copain roumain de Pigalle, qui ne lira pas ce texte et ne se reconnaîtra donc pas, et pour être honnête, je ne sais pas s’il a du “sang rom”. Me poser cette simple question me révulse, et l’anti-autoritarisme primaire de mon copain me suffit amplement comme “réponse”. Salut à toi, Alex. []
  6. C’est un effet d’offre et de demande : personne, dans la clientèle des sondages, ne souhaitant lire de résultats robustes, il n’y a pas d’équivalent français de YouGov, et donc pas de Nate Silver français non plus. Au lieu ça, on a surtout des lecteurs de feuilles de thé, pour rester gentil. Le mode de scrutin me semble jouer un rôle important dans cette configuration des choses, mais c’est une autre histoire. []
  7. Un ami spécialiste vient d’ailleurs tout juste de poster sur Facebook : “Je viens de voir le sondage JDD-IPSOS. Les auteurs déclarent avoir travaillé avec des chercheurs du CNRS et de l’EHESS, on aimerai[t] bien savoir lesquels parce que c’est un tissu d’erreurs méthodologiques de l’échantillonnage à la formulation des questions”. []
  8. Personnellement, j’oserais même dire que le bonhomme me manque aussi. Je ne l’ai croisé que quelques fois, en séminaire et une fois dans un parc public parisien à côté de la Cité universitaire, d’où me reste ce souvenir d’une séance d’escrime improvisée avec une très jeune fille. Cet étalage de vie privée et de sentiments est peut-être excessif, et j’espère sincèrement que personne ne m’en voudra. En fait, je voulais juste écrire qu’Alain Desrosières me manque, et que j’ai toujours au moins l’un de ses textes à portée de main, au bureau comme à la maison. []

Notice technique, illustrée par la communication officielle du Front national

Suite aux séries de billets sur les “unes” de Charlie Hebdo, les revues de la sociologie française et les réseaux législatifs, j’ai reçu quelques emails – merci ! – me demandant de réexpliquer “la base” du truc :

  • comment est-ce que l’on fait pour récupérer les données ?
  • comment est-ce que l’on fait pour en sortir un réseau ?

Je vais prendre un petit exemple facile pour illustrer le principe : comment récupérer la communication officielle du Front national à partir de son site Internet, et comment en extraire un réseau de co-occurrences.

Pour cet exemple, je suppose que vous connaissez un minimum de langage HTML. Si ce n’est pas le cas, vous aurez besoin d’une semaine au maximum pour apprendre tout ce qu’il faut savoir. Le langage HTML servant à “écrire Internet”, c’est aussi le langage le mieux documenté sur Internet : commencez ici, par exemple.

Les outils

Commençons par la base.

Il vous faudra une bonne connexion Internet : idéalement de la fibre optique, mais plus généralement, une connexion qui ne va pas tomber en rade et rajouter des erreurs de téléchargement dans une procédure qui risque déjà d’en générer par elle-même. Votre connexion Ethernet universitaire, qui est probablement filtrée d’une manière ou d’une autre, n’est peut-être pas la candidate idéale ; le wifi de votre université, encore moins.

Ensuite, il vous faut un peu d’espace disque. Utiliser un disque externe pour télécharger des centaines de fichiers est une très mauvaise idée : la moindre erreur d’écriture peut envoyer l’intégralité du disque dans les Limbes. L’idéal est d’utiliser une clé USB pas chère mais de bonne qualité, histoire que le disque dur ne soit jamais menacé. Si votre disque dur est un SSD, le risque de le foutre en l’air est toutefois minime.

Enfin, il vous faut un langage de programmation, et si possible, un langage qui va vous permettre d’enchaîner les opérations (téléchargement, visualisation, modélisation) de manière fluide. J’utilise R, mais Python est un autre bon candidat. R est bien documenté, bien illustré, la communauté répond vite et bien aux questions, et les toutes dernières techniques de modélisation y sont très bien représentées.

Il est vivement conseillé d’utiliser RStudio pour coder en R. Il vous faudra aussi un navigateur Internet avec une interface de développement intégrée, pour visualiser le code source des pages HTML que vous voulez récupérer : Chrome, Firefox, Opera ou Safari feront l’affaire.

Les packages

Quel que soit votre choix de langage, vous allez devoir vous servir d’extensions pour accomplir les différentes opérations dont vous avez besoin. Pour ce petit exemple, on va utiliser les cinq packages R suivants :

  • rvest, pour récupérer les données
  • lubridate, pour en convertir les dates
  • stringr, pour manipuler les données textuelles
  • dplyr, pour manipuler les données
  • ggplot2, pour visualiser les données

Incidemment, tous ces packages ont été développés par la même personne, avec l’aide de plusieurs autres.

On rajoutera quelques packages quand on en arrivera à l’étape “réseaux”.

La source

Toutes les donnés que l’on va récupérer proviennent de la section “Actualités” du site Internet frontnational.com. La structure de l’information qui s’y trouve est régulière : la section contient une suite d’articles qui appartiennent à une ou plusieurs catégories, avec parfois un ou plusieurs mots-clés supplémentaires. Chaque article possède un titre, qui renvoie à une page individuelle, et une date, exprimée en français :

Screen Shot 2015-03-15 at 12.58.52

Jetez à présent un coup d’oeil à la source HTML de la page “Actualités” avec les Developer Tools de votre navigateur (j’utilise ceux de Chrome) : en quelques clics et recherches par mots-clés, vous allez y trouver le code HTML qui structure l’information. Ici, les articles de la page se trouvent dans le diviseur #pk_content, les titres des articles sont codés comme des titres de niveau 3 de classe .pk_entry_title, et chaque titre fait l’objet d’un lien a :

Screen Shot 2015-03-15 at 13.06.58

Vous savez à présent ce que vous allez chercher dans chaque page. Dernière étape : combien de pages va-t-on récupérer ? Le système de pagination du site est ultra-simple à identifier :

Screen Shot 2015-03-15 at 13.19.13

Chaque page est numérotée de 2 à X, l’adresse étant de type /actualites/page/4, par exemple. La page finale est identifiable par essai-erreur : si vous essayez d’accéder à la page /actualites/page/200, vous obtenez une erreur. Cherchez un peu, et vous allez trouver qu’à l’heure actuelle, il y a 179 pages qui vous ramènent jusqu’à l’actualité du Front national en avril 2013—soit presque deux ans de données.

Le code

Pour récupérer les titres, liens, dates, catégories et mots-clés de tous les articles de la section “Actualités” du site Internet du Front national :

  1. On crée une boucle qui va de 179 à 1 ;
  2. On télécharge la page correspondant à cette valeur ; et
  3. On extrait ces informations de la page.

La base du truc ressemble à ça :

for(i in 179:1) {

  # l'adresse de la page sur le site Internet
  p = paste0("http://www.frontnational.com/actualites/page/", i)

  # le nom de fichier de la page téléchargée
  f = paste0("page", i, ".html")

  # télécharger la page si le fichier est absent
  if(!file.exists(f))
    download.file(p, f, mode = "wb", quiet = TRUE)

}

La condition if(!file.exists(f)) permet de relancer le code en cas d’erreur—mais il n’y en aura pas dans cet exemple : le site ne pose pas de souci, et ma connexion Internet n’en a pas posé non plus.

On dispose à présent de toutes les pages HTML de la section “Actualités”, et à chaque itération, l’adresse du fichier de la page est stocké dans la variable f. Pour extraire les informations de cette page :

# lire la page
h = html(f)

# extraire le lien de chaque article
url = html_nodes(h, "#pk_content h3.pk_entry_title a") %>% 
  html_attr("href")

# extraire le titre de chaque article
title = html_nodes(h, "#pk_content h3.pk_entry_title a") %>% 
  html_text()

# extraire les dates, catégories et mots-clés
meta = html_nodes(h, ".pk_entry_meta p") %>% 
  html_text()

On utilise ici les fonctions du package rvest. Rapide explication de texte :

  • Les deux premiers appels de la fonction html_nodes extraient les titres ;
  • html_attr("href") en extrait le lien individuel, html_text() en extrait le titre; et
  • l’opérateur %>% permet d’enchaîner les opérations de manière lisible

Cette syntaxe est une simplification de la syntaxe XPath, qui sert à parcourir les documents XML, dont font partie les documents HTML. Le package XML permet de faire la même chose, mais de manière moins lisible.

On obtient trois différentes variables textuelles à partir de ces opérations :

  • La variable url va contenir des liens de ce type :
    [1] "http://www.frontnational.com/2015/03/lettre-ouverte-de-marine-le-pen-aux-acteurs-des-politiques-du-handicap/"                              
    [2] "http://www.frontnational.com/2015/03/document-de-campagne-departementales-22-et-29-mars-2015/"                                             
    [3] "http://www.frontnational.com/2015/03/lettre-de-marine-le-pen-a-lattention-de-monsieur-olivier-schrameck-president-du-csa/"
  • La variable title va contenir des titres :
    [1] "Lettre ouverte de Marine Le Pen aux acteurs des politiques du handicap"                                
    [2] "Document de campagne départementales 22 et 29 mars 2015"                                               
    [3] "Lettre de Marine Le Pen à l’attention de Monsieur Olivier Schrameck, Président du CSA"
  • La variable meta va contenir le reste :
    [1] "13 mars 2015/Tribunes libres/Mots-clefs: Handicap"                          
    [2] "12 mars 2015/Annonces/Mots-clefs: Départementales 2015"                     
    [3] "12 mars 2015/Tribunes libres/Mots-clefs: CSA, Injures"

La dernière variable contient plusieurs informations, il va donc falloir un peu plus de code pour la séparer dans ses différents éléments :

  • On commence par extraire le texte de la date à partir d’une expression régulière qui en repère l’année (élément \\d{4}, qui cherche quatre chiffres consécutifs), puis on la convertit du format français “jour mois année” vers un format générique :
    date = str_extract(meta, "(.*)\\d{4}/")
    date = parse_date_time(str_sub(date, end = -2), 
                           "%d %B %Y", locale = "FR_fr")
    date = as.Date(date)
  • On extrait ensuite la ou les catégorie(s), qui se situent toujours après le premier caractère / de la variable meta (c’est-à-dire après la date). Pour ce faire, on utilise le caractère / pour diviser la variable en plusieurs petits bouts de texte, et l’on sélectionne le second :
    category = sapply(str_split(meta, "/"), function(x) x[2])
  • Enfin, on répète l’opération pour le bloc de texte correspondant aux mots-clés, en prenant soin de virer le texte dont on n’a pas besoin au passage. Il n’y pas toujours de mots-clés : on se prémunit donc contre cette possibilité en prévoyant la possibilité d’une variable manquante NA.
    tags = sapply(str_split(meta, "/"), function(x) {
      x = x[ grepl("Mots-clefs", x) ]
      x = gsub("Mots-clefs: ", "", x)
      ifelse(length(x), x, NA)
    })

En mettant toutes ces opérations à la chaîne, et en stockant les informations que l’on extrait dans un jeu de données, on arrive à 42 lignes de code qui collectent 3 581 liens et titres d’articles de la source. Tous les articles sont catégorisés, mais 728 d’entre eux n’ont pas de mots-clés.

Visualisation hyper-basique

Cherchons à visualiser un aspect très simple du corpus : qui parle au nom du Front national auprès des médias, et dans quelles proportions ?

Pour cela, on retient les 977 articles qui appartiennent à la catégorie “Médias”, et l’on extrait les noms des intervenants, encore une fois à l’aide d’une expression régulière1. L’expression en question est élaborée en jetant un rapide coup d’oeil aux titres des articles, et en rassemblant leurs intervenants dans une même expression un peu longue :

"Marine (L|l)e Pen|Marion( |-)Maréchal|Nicolas Bay|Gollnisch|F(l)?(orian|\\.) (P|p)hilippot|Louis Aliot|Steeve Briois|Sébastien Chenu|Stéphane Ravier|Thibault de la Tocnaye|Wallerand de Saint( |-)Just|Marie-Christine Arnautu|Bousquet-Cassagne|Gilbert Collard|Julien Sanchez|Julien Rochedy|Jean-Marie Le Pen|Lacoste-Lareymondie|Philippe Murer|Sophie Montel|Laurent Lopez|Gaëtan Dussausaye|David Rachline|Bernard Monot|Aymeric Chauprade|Michel Guiniot|Edouard Cavin|Jean-Claude Otto-Bruc|Dominique Martin"

Cette expression repère tous les intervenants, et ne laisse que 16 articles sans intervenants de côté.

Il ne reste plus qu’à visualiser la quantité d’articles produites par le Front national pour sa catégorie “Médias” entre avril 2013 et aujourd’hui, en coloriant les articles par les noms des intervenants, et après avoir regroupé les intervenants avec moins de 10 articles (seuil arbitraire) dans une catégorie résiduelle. Ce qui nous donne :

fn_medias_bars

Florian Philippot est en brun, et Marine Le Pen est en bleu (clair). Je vous promets que je n’ai pas choisi les couleurs : il s’agit des couleurs par défaut de l’excellent ggplot2.

Un dernier petit coup d’oeil, pour terminer, aux mois qui ont donné le plus d’articles, et aux intervenants de ces articles. Cette fois-ci, on utilise les fonctions du package dplyr pour agréger le corpus (objet m) par mois (variable ym) et par intervenant (variable who2), puis pour compter “leurs” articles, puis pour voir les dix premiers mois classés par nombre d’articles :

filter(m, who2 != "(autres)") %>% 
  group_by(who2, ym) %>% 
  summarise(n = n()) %>% 
  group_by() %>% 
  arrange(-n)

Ce qui nous donne Florian Philippot et Marine Le Pen en tête, et très loin devant le reste du peloton. Leurs mois d’activité médiatique les plus intenses correspondent aux élections municipales de mars 2014 et à la formation du premier gouvernement Valls :

1  florian philippot  2014-5 27
2      marine le pen  2014-3 23
3  florian philippot 2013-10 21
4  florian philippot  2015-2 20
5  florian philippot 2014-11 19
6  florian philippot  2013-6 18
7  florian philippot  2015-1 18
8  florian philippot 2014-12 17
9      marine le pen  2013-9 17
10 florian philippot 2013-12 16

Enfin, si l’on répète l’opération avec la catégorie “Interventions”, on trouve les députés Gilbert Collard et Marion Maréchal-Le Pen en tête de cortège, suivis des eurodéputés frontistes, mais sur des quantités moindres (il n’y a que 336 articles, soit trois fois moins de données) et plus irrégulières :

fn_interventions_bars

Pour reproduire ces résultats, allez voir le code, il y en a pour même pas 100 lignes.

Visualisation en réseau

Revenons sur la totalité du corpus. Ce corpus contient 3 581 articles constituant les “actualités” du Front national, et 80% des articles possèdent des mots-clés. Il y a 699 mots-clés différents dans le corpus. Voici les premiers d’entre eux, qui apparaissent plus de 100 fois dans le corpus, c’est-à-dire dans plus de 3% des articles possédant des mots-clés :

Européennes 2014 118
Immigration      133
Insécurité       102
Islam radical    111
Municipales 2014 261
Paris            150
Valls            122

Aucune surprise. Voyons à présent quelles associations de mots-clés reviennent fréquemment dans ce corpus.

Première étape : créer un jeu de données à deux colonnes, où chaque ligne contient une association de deux mots-clés conjointement présents sur un même article. En langage réseau, ça s’appelle une edge list non dirigée, et en langage R, ça peut se construire comme ça, à partir de la variable b$tags contenant les mots-clés de chaque article :

# associations de mots-clés dans chaque article
e = lapply(b$tags, function(x) {
  
  y = unique(unlist(strsplit(x, ",\\s?")))
  y = expand.grid(i = y, j = y, stringsAsFactors = FALSE)
  y = filter(y, i != j)
  y = apply(y, 1, function(x) paste0(sort(x), collapse = "///"))
  y = unique(y)
  data.frame(i = gsub("(.*)///(.*)", "\\1", y),
             j = gsub("(.*)///(.*)", "\\2", y),
             stringsAsFactors = FALSE)
  
})

# assemblage des associations en une seule liste
e = bind_rows(e)

# pondération de chaque association par sa fréquence
e = group_by(e, i, j) %>% summarise(n = n())

Pour la suite, il va nous falloir utiliser le package network pour convertir cette liste en objet “réseau”, auquel on va rajouter la pondération de chaque association de mots-clés, c’est-à-dire la fréquence de chacune de ces associations dans le corpus, que l’on a calculée à la toute fin du bloc de code précédent :

n = network(e[, 1:2 ], directed = FALSE)
set.edge.attribute(n, "weight", e[, 3])

Bon, à ce stade, on a le réseau complet des co-occurrences de mots-clés dans les articles “Actualités” du site du Front national, d’avril 2013 à aujourd’hui. Ça fait beaucoup, ce dont on peut se rendre compte en visualisant le réseau à l’état brut. On produit cette visualisation avec la fonction ggnet, dont on a déjà parlé :

fn_network_0

L’épaisseur des liens entre deux mots-clés est ici proportionnelle à leur fréquence d’apparition dans le corpus, simplifiée en cinq catégories correspondant à des fréquences d’associations de 1 (co-occurrence unique), 2, 3, 4 et 5 ou plus. Le code de visualisation ressemble à ça :

# diviser les co-occurrences en 5 catégories : 1, 2, 3, 4 et 5+
w = as.numeric(cut(e[, 3], c(0, 1, 2, 3, 4, Inf)))
w = w / max(w)
# visualiser le réseau complet en faisant varier l'épaisseur des liens
ggnet(n, size = 1,
  segment.color = "black",
  segment.alpha = .5,
  segment.size = w)

Ce que l’on voit au centre, ce sont les associations de mots-clés qui reviennent fréquemment ; ce que l’on voit en périphérie, ce sont les associations de mots-clés beaucoup moins fréquentes. Concentrons-nous sur le centre en ne retenant que les associations de mots-clés apparaissant au moins cinq fois dans le corpus :

# sous-réseau des co-occurrences de fréquence 5+
nn = n
delete.edges(nn, which(w < 1))
delete.vertices(nn, isolates(nn))

ggnet(nn, size = 1,
      segment.alpha = .5, segment.color = "black",
      label.nodes = TRUE,
      label.size = 3 * as.numeric(cut(degree(nn), unique(quantile(degree(n))), 
                                      include.lowest = TRUE)))

On a ici rajouté le nécessaire pour faire apparaître les mots-clés en question, et pour leur donner une taille proportionnelle au nombre d’associations dans lesquelles ils apparaissent. Le résultat ne va pas non plus vous étonner :

fn_network_5

Visualisation animée

On introduit à présent un dernier package, animation, qui va nous permettre de montrer le réseau de co-occurrences de mots-clés à chaque étape de l’affinage entre le réseau complet, qui montre toutes les co-occurrences, jusqu’à la dernière, c’est-à-dire la co-occurrence de mots-clés la plus fréquente du corpus.

Le code ressemble à ce que l’on a déjà vu, mais dans une boucle qui élimine progressivement les associations de mots-clés les moins fréquentes :

# animation
saveGIF({
  
  w = sort(unique(e[, 3]))
  for(i in w[ -length(w) ]) {
    
    nn = n
    delete.edges(nn, which(e[, 3] <= i))
    delete.vertices(nn, isolates(nn))
    
    g = ggnet(nn, size = 0,
              segment.alpha = .5, segment.color = "black",
              label.nodes = TRUE,
              label.size = 3 * as.numeric(cut(degree(nn), 
                                              unique(quantile(degree(n))),
                                              include.lowest = TRUE))) +
      ggtitle(paste("Associations apparaissant au moins", i, "fois"))
    
    print(g)
    
  }
}, movie.name = "fn_network.gif", interval = 1)

Ce qui nous donne une suite de réseaux de plus en plus “vides”, où les mots-clés “Taubira” et “Paris” ont une assez longue durée de vie, et où les mots-clés “Paris” et “insécurité” survivent jusqu’en fin de chaîne :

fn_network

Voici le code complet de la partie “réseaux”.

Bilan technique

Dans ce billet, on a utilisé :

  • R et tout plein de packages R
  • Un navigateur Internet
  • De la syntaxe HTML et XPath
  • Des expressions régulières2
  • Un tout petit peu d’analyse de réseaux

Toutes ces technologies sont gratuites et bien documentées.

Le corpus “Actualités du Front national” a servi d’exemple parce qu’il ne présentait que des difficultés minimales, qu’il ne m’a fallu que quatre minutes pour le télécharger, et que je ne comptais en présenter que des aspects très simples. Je n’ai même pas téléchargé les articles complets, par exemple, ni envisagé leur analyse textuelle.

Les exemples que je montre sur ce blog sont souvent plus larges : le corpus des revues et articles de la plateforme Cairn.info, par exemple, que j’ai utilisé pour parler des revues de sociologie, contient plus de 400 revues et à peu près 20 000 articles. Mais la logique de base reste proche de celle détaillée ci-dessus.

Mise à jour, 18 décembre 2015 : le Front national ayant légèrement modifié les réglages de son serveur, il faut désormais faire semblant d’utiliser un navigateur pour accéder à son site Internet de manière programmatique. Le code de ce billet a été mis à jour pour ce faire, ce qui permet au passage d’étendre les données jusqu’à décembre 2015, soit 228 pages d’actualités contenant 1 329 interventions de représentants du Front national dans les médias.

Le Canard enchaîné de cette semaine s’est par ailleurs fait le relais des conflits internes au Front national qui opposent Florian Philippot aux soutiens de Marion Maréchal-Le Pen, une source indiquant à cette occasion que Nicolas Bay était de plus en plus envoyé dans les médias par le parti pour infléchir la représentation de ce dernier par Florian Philippot.

On peut vérifier cette affirmation de plein de manières, mais l’on se contentera ici de la plus simple, qui consiste à calculer, à partir de notre source (le seul site Internet du Front national), le pourcentage d’interventions médias du Front national représenté par Florian Philippot. Les barres en rouge indiquent les mois d’élection (municipales, européennes, départementales et régionales), et l’on a retiré les mois de juillet/août pour ne pas inclure de ratios calculés sur des petits dénominateurs :

fn_medias_philippot_bars_updated

Ce graphique permet de constater qu’avec moins d’une invention média sur cinq, Florian Philippot est effectivement à son plus bas taux de représentation médiatique du Front national en décembre 2015. Une diminution similaire était observable au moment des élections municipales. Jugé sur le même critère, Nicolas Bay reste une figure moins médiatique du parti sur la période observée, sauf justement à quelques occasions, dont le mois de décembre 2015 :

fn_medias_bay_bars

Je profite de cette mise à jour pour signaler que Joël est apparu dans l’émission Envoyé spécial du 17 décembre 2015, pour parler justement de Marion Maréchal-Le Pen.

  1. Attention, celle-ci n’extrait que le premier intervenant : s’il y en a plusieurs, le deuxième passe à la trappe. Il n’y a que cinq articles où le problème se pose. []
  2. Alexandre fait remarquer qu’on devrait les appeler “expressions rationnelles”. S’il vous faut d’autres exemples, en voici quelques-uns. []

L’évolution de la carte électorale du FN : mon papier au congrès de l’AFSP

J’arrive après la bataille, mais je voulais mettre en ligne le papier que j’ai présenté lors du congrès de l’Association française de science politique, qui s’est tenu du 9 au 11 juillet dernier à Sciences Po. Je participais à la ST 27 intitulée « le ‘nouveau’ Front national en question ». Ayant envoyé mon papier en retard, il n’est pas encore en ligne sur le site de l’AFSP, mais il est désormais disponible sur HAL-SHS.
Dans ce papier, j’essaie de répondre à la question « le Front national de Marine Le Pen est-il un ‘nouveau’ Front national ? » du point de vue de sa carte électorale. Sur le plan méthodologique, je m’appuie sur un modèle de croissance multiniveau du vote FN de 1995 à 2012 (je crois bien que c’est la première fois que c’est fait en France), avec comme données les résultats du Front national par canton aux élections présidentielles sur cette période, ainsi qu’un certain nombre de variables « indépendantes » : composition socio-démographique de la population essentiellement, mais aussi part des élèves scolarisés dans l’enseignement privé (pour tester l’influence catholique, ou ce qu’il en reste), caractère plus ou moins urbain ou périurbain des cantons.
Sur le plan substantiel, je conclus qu’au-delà qu’une quasi-stabilité de niveau entre 1995 et 2012 (avec évidemment l’exception de 2007), le vote FN a connu une transformation de sa structure géographique au fil du temps, qui tient surtout au déclin du vote FN dans les centres urbains et à sa croissance dans les périphéries urbaines et, surtout, à la campagne. Dans le même temps, l’association avec la structure socio-professionnelle a plutôt tendance à diminuer, que ce soit du côté des indépendants ou du côté des ouvriers.
Toutes ces évolutions sont assez linéaires sur la période, et en aucun cas 2012 ne marque un changement radical par rapport aux élections précédentes. C’est d’ailleurs ce qu’a montré de manière générale la section thématique, dans divers domaines (idéologique, militant, etc.) : les années récentes, depuis l’arrivée à la tête du Front national de Marine Le Pen, n’ont fait que continuer des tendances dont les origines sont bien plus anciennes. Le changement dans la continuité, comme dirait l’autre…

À propos du « Le Pen. Une histoire française », de Philippe Cohen et Pierre Péan

Les journalistes Philippe Cohen et Pierre Péan viennent de publier une copieuse (550 pages) biographie de Jean-Marie Le Pen. Sa parution a fait beaucoup de bruit dans les médias, tant à cause de son sujet que du parti pris des auteurs : « l’aborder [JMLP] comme un sujet d’enquête banal, sans a priori » (p. 10) – ce qui, interprété par certains, revient à faire preuve d’indulgence envers Le Pen et le Front national. De plus, les auteurs adoptent un ton volontairement polémique à l’égard de leurs collègues journalistes, accusés d' »autisme bibliographique » – les ouvrages consacrés à la vie de JMLP seraient tous soit hagiographiques, soit entachés du pêché originel de l’animosité à l’égard de leur objet. Seule la biographie de Christian Lionet et Gilles Bresson, deux journalistes qui officient alors (en 1994) à Libération, trouve grâce à leurs yeux.

On ne fera pas ici une recension « classique » de l’ouvrage, tant il a déjà été discuté dans de nombreuses arènes, que ce soit pour être voué aux gémonies (y compris par Maurice Szafran, rédacteur en chef de Marianne, employeur de Philippe Cohen) ou au contraire porté au pinacle. La discussion s’est d’ailleurs même déplacée sur le terrain judiciaire, puisque JMLP a déclaré qu’il attaquerait les auteurs, concernant ses histoires d’argent (auxquelles tout un chapitre est consacré), semble-t-il. Il ne s’agit pas davantage de juger le travail d’investigation – réel – mené par les journalistes, car je ne suis pas spécialiste de la biographie du président d’honneur du Front national, ni même historien. D’autres sont mieux qualifiés que moi pour porter un jugement sur ces points.

Il semble en revanche intéressant de lire cette biographie au prisme des savoirs produits par les sciences sociales sur le Front national et son président. Comment cet ouvrage se situe-t-il par rapport à ces connaissances, et peut-il être utile à un chercheur en sciences sociales travaillant sur le Front national ?

Ce questionnement m’est venu en lisant l’introduction du livre, pour deux raisons. En premier lieu, les auteurs insistent sur leur démarche, se voulant dépassionnée, dénuée d’a priori, presque empathique – même si le mot n’est pas employé. Cela semble suffisamment important et n’allant pas de soi pour que les auteurs y reviennent à plusieurs reprises dans le livre. Or, pour le chercheur en sciences sociales, cela ne semble guère problématique, tant la neutralité axiologique fait partie de l’éthique professionnelle la plus largement partagée – même si c’est avec des cas comme celui de l’extrême droite qu’elle semble parfois toucher à ses limites, du moins du point de vue de certains chercheurs. (On peut d’ailleurs se demander à quoi rimerait une neutralité axiologique qui ne s’appliquerait qu’aux objets qui ne nous dérangent pas). En second lieu, c’est l’interprétation que les auteurs proposent de la trajectoire de JMLP qui m’a conduit à m’interroger sur le rapport de cet ouvrage avec les sciences sociales. Il me faut d’abord résumer en quelques mots la thèse des auteurs : pour eux, Jean-Marie Le Pen n’est pas intrinsèquement un fasciste, ni même un idéologue – et, au fond, ce n’est pas tant ce qu’il est qui compte, que ce qu’on en a fait. « Il est surtout une construction, un monument érigé peu à peu au centre de notre vie politique […]. Au fond, la force et la faiblesse de Le Pen ont été d’aller au-devant du rôle que tous ceux-là entendaient lui faire jouer », écrivent les auteurs en introduction (p. 12-13). Ce sont donc des interactions entre JMLP et d’autres acteurs politiques (Mitterrand, Tapie, Chirac, Sarkozy) et médiatiques, voire associatifs (SOS Racisme) qui ont « fait » Jean-Marie Le Pen. Or, cette thèse a déjà largement été défendue en sciences sociales. C’est sans doute Jacques Le Bohec qui, parlant de « phénomène Le Pen » pour bien en souligner le caractère co-construit, l’a le plus clairement démontré en analysant les interactions entre Jean-Marie Le Pen et les journalistes. Mais d’autres chercheurs ont également contribué à cette approche ; Magali Boumaza, par exemple, a souligné le rôle que la stigmatisation jouait dans la construction de l’identité des (jeunes) militants frontistes. Plus largement, les approches constructivistes, interactionnistes ou encore en termes de rôle ont largement contribué à la compréhension du Front national et du rôle de son dirigeant historique. Or c’est bien une approche par la carrière extrémiste que nous livrent les auteurs, en montrant qu’en rien le jeune Jean-Marie Le Pen n’était « destiné » à devenir le président du Front national. C’est bien une succession de carrefours biographiques, marqués aussi bien par la contingence que par les dispositions antérieures, qui le conduisent d’abord à l’engagement à l’extrême droite, ensuite à la direction du FN, enfin à son enfermement dans son rôle de « diable de la République ». L’importance du fameux épisode du « point de détail de l’Histoire », en 1987, est ainsi soulignée : c’est de ce jour (« le jour où Le Pen est devenu Le Pen », titrent plaisamment Cohen et Péan) que daterait la relégation définitive de Le Pen en marge du champ politique français, relégation acceptée et entretenue par le principal intéressé à travers ses fameux « dérapages » (en réalité largement contrôlés).

La proximité de la ligne directrice des auteurs avec celles de certains chercheurs, et notamment de Le Bohec, est d’autant plus troublante que les chercheurs en sciences sociales ayant travaillé sur Le Pen ne sont quasiment pas cités dans l’ouvrage. À peine sont-ils convoqués parfois à l’appui de leurs arguments – et avec, semble-t-il, une connaissance médiocre de la littérature, à telle enseigne que le nom de Nonna Mayer, probablement la plus connue des spécialistes françaises du Front national, est doublement écorché (« Nona Meyer », p. 517). Laurent Bouvet et la « gauche populaire » sont également mobilisés, mais il s’agit là davantage d’une convergence (en tout cas perçue par les auteurs) du point de vue des réponses politiques à apporter au Front. En revanche, Le Bohec par exemple n’est jamais cité.

N’ayant pas de raison particulière de penser que les auteurs auraient ici volontairement omis de citer leurs lectures, il faut en conclure qu’ils arrivent aux mêmes conclusions qu’une partie de la littérature scientifique sans l’avoir lue. Et il faut alors le regretter, car aussi bien leur travail que la littérature académique gagnerait à des échanges intellectuels entre une œuvre de journalisme d’investigation comme celle-ci et des travaux plus distanciés et plus théorisés.

Car le livre de Péan et Cohen sera aussi utile pour le chercheur intéressé par le Front national et la figure de son président d’honneur. Il y trouvera un matériau détaillé qui fait malheureusement défaut dans la littérature académique, et pourra en nourrir ses analyses. Certes, il pourra ici ou là ne pas adhérer aux interprétations proposées par les auteurs, et devra sans doute attendre que d’autres journalistes (ou chercheurs ?) réfutent ou précisent telle ou telle information. Mais dans l’ensemble, je pense qu’il s’agit d’un livre utile, qui mérite d’être lu sans passion et sans a priori, loin des oppositions au sein du champ journalistique que les prises de position au sujet de l’ouvrage révèlent incidemment.

EDIT : ce billet a été repris par nonfiction.fr.

Actualité de la loi d’airain de l’oligarchie

Roberto Michels enseignait jadis, en partant de l’étude du Parti social-démocrate de l’Allemagne d’avant la Première guerre mondiale, qu’il existe une « loi d’airain de l’oligarchie » selon laquelle, en régime démocratique, l’organisation nécessaire à la compétition électorale conduit les partis, fussent-ils démocratiques, à être bientôt dominés par une minorité, une élite. « Qui dit organisation, dit oligarchie ».
Bien que le caractère de « loi » en fut contesté, cette régularité a été maintes et maintes fois confirmée par la sociologie politique, et constitue toujours le socle de l’essentiel des travaux s’intéressant aux partis et organisations politiques.

Je fais ce billet à la suite de la tempête dans un verre d’eau qui a éclaté après la vraie-fausse interview d’Alain Lipietz dans Rue89, titrée « Duflot vendrait père et mère pour devenir ministre », phrase que Lipietz nie avoir prononcée.
Au-delà de savoir ce qui a été dit ou pas, et comment, et s’il fallait le publier (Daniel Schneidermann fait des remarques intéressantes reproduites sur Rue89), ces propos soulignent un point intéressant et qui n’a finalement rien de particulièrement scandaleux. Il dit en substance que Europe-Ecologie les Verts (EELV) est aujourd’hui dirigé par une génération (ou des générations – après tout, entre Jean-Vincent Placé et Stéphane Sitbon-Gomez[ref]Âgé de 25 ans, celui qu’on surnomme « Yop » est l’un des plus proches collaborateurs de Cécile Duflot depuis plusieurs années, et le directeur de campagne d’Eva Joly.[/ref], il y a bien une génération) dont la politique est le métier – par contraste avec sa génération.

Le constat d’Alain Lipietz n’est pas rigoureusement exact : dans sa génération, celle des fondateurs des Verts au début des années 1980, certains – comme Dominique Voynet, par exemple – sont devenus des professionnels de la politique. Mais il est vrai que, compte tenu de la structure d’opportunité qui était celle qui a présidé à leur engagement, celui-ci ne pouvait pas être motivé par la volonté de construire une véritable « carrière » politique. Du coup, la professionnalisation politique est passée par la transformation de capitaux (comme dans le cas de Lipietz lui-même, chercheur au CNRS et jouissant d’un réel capital scientifique, devenu professionnel de la politique/député européen).

Pour autant, ce que dit Alain Lipietz est globalement exact. Les « jeunes » militants et dirigeants d’EELV ont aujourd’hui des perspectives de carrière politique sans commune mesure avec celles d’il y a vingt ans ou même dix – ce qui renvoie au texte classique de Daniel Gaxie sur « les rétributions du militantisme ». La conséquence en est que le parti peut faire vivre des gens – dès lors se creuse inévitablement le fossé entre ceux qui vivent de la politique et ceux qui vivent pour la politique, pour reprendre la célèbre distinction wéberienne.
Au passage, la référence de Lipietz au « profil MJS » m’a fait sourire, moi qui y suis brièvement passé, et ait été plus tard un animateur national de Fac verte, dont la fonction objective aura bien été de permettre à un certain nombre de militants l’accumulation primitive de capital politique nécessaire à en faire une carrière (pas nécessairement chez EELV d’ailleurs, plus largement dans l’ensemble des structures, notamment associatives, qui composent la nébuleuse écologiste). Il est clair que la structuration d’un (ou, dans le cas de l’écologie politique, de plusieurs…) mouvements de jeunesse participe très fortement à la professionnalisation d’une organisation politique.

Une dernière réflexion enfin : le Front national, auquel j’ai quelque raison de porter une attention soutenue, connaît exactement le même processus de professionnalisation que les Verts [ref]Rappelons d’ailleurs que si le FN est un parti plus ancien, puisque créé en 1972, il émerge électoralement au début des années 1980, en même temps que les Verts.[/ref]. Toute la glose autour de la succession de Marine Le Pen à son père ne saurait cacher que c’est fondamentalement une génération qui a pris le pouvoir au Front, celle que j’appelle des « sabras », ceux qui ont commencé politiquement au Front, et ont bien l’intention de vivre de la politique. Et pour cela, dans le système politique français en particulier (plus un système est proportionnel et décentralisé et moins c’est vrai), il faut s’emparer du pouvoir d’Etat. On comprend mieux dans ces conditions la stratégie de la direction du Front, qui devrait selon moi aboutir à terme à des alliances – sous une forme ou une autre – avec l’UMP, selon l’exemple italien de la Lega Nord (plus que d’Alleanza nazionale).

Que sait-on vraiment sur le vote pour le Front national ?

Avertissement : ce blog est cross-posté depuis mon blog personnel.

Une collègue, Elodie Lemaire, m’ayant demandé d’intervenir dans son cours de sociologie politique en L2 de droit à l’Université d’Amiens, j’ai fait une intervention portant sur ce qu’on sait – et ce qu’on ne sait pas – du vote pour le Front national. Je me suis largement inspiré pour cela d’un papier de Patrick Lehingue.
Bref, voici le résultat (la qualité du rendu slideshare semblant relativement médiocre, je vous conseille de télécharger le fichier pdf en allant sur le site de slideshare).