Best of 2010

L’année est bien entamée, et j’aime bien l’idée du best-of académique. En science politique, je sélectionnerais quatre textes, et j’attends vos suggestions :

  • Black Ravens, White Shoes, and Case Selection: Inference with Categorical Variables”, un texte inédit du statisticien David Freedman dans un recueil édité par David Collier (un collègue de Berkeley, bien connu en science politique) et al.. En quelques pages, tout y passe, le paradoxe des corbeaux chez Hempel, la sélection des cas d’étude, quelques références en passant à Taleb (que j’ai découvert grâce à Mark Blyth), l’inférence statistique à “faible n”, etc. Freedman est (était) un des plus grands statisticiens du 20e siècle, et l’un des plus ouverts à l’épistémologie qualitative. Un modèle.
  • Democracy and the Limits of Self-Rule : le dernier ouvrage d’Adam Przeworski. Enough said. La préface – autobiographique, comme son chapitre dans l’ouvrage de Munck et Snyder déjà mentionné – est absolument magistrale. Foncez dessus par tous les moyens possibles ! Des extraits sont disponibles. Je n’ai pas fini de dire tout le bien que je pense des recherches d’Adam Przeworski, que j’avais déjà mentionné en passant. Je n’ai hélas pas le temps de lire autant que je voudrais, mais si l’on me propose un cours libre l’an prochain, ce sera un cours sur la démocratie et (presque) rien d’autre.
  • Transnational Diffusion: Norms, Ideas, and Policies”, une synthèse magistrale de Fabrizio Gilardi sur un phénomène essentiel en science politique. Le texte est à présent daté de 2011 mais j’ai lu la version précédente de 2010. Le texte est une version de travail pour publication dans un handbook de relations internationales, mais l’on y apprend beaucoup de choses utiles au niveau méthodologique qui sont utiles en dehors de cette spécialisation. À suivre, surtout en rapport au contexte politique actuel en Afrique du Nord et au Moyen-Orient.
  • Rational Choice : je pense que j’ai enfin commencé à comprendre quelque chose à la théorie des jeux grâce à cet excellent ouvrage introductif d’Itzhak Gilboa. L’ouvrage ne m’empêchera toutefois pas de penser que l’immense majorité des articles dans les revues comme Games and Economic Behaviour (où l’on trouve ce genre de démonstration) représentent, au mieux, une perte de temps. Quitte à balayer le champ des rational choicers, je n’en dirais pas autant des recherches appliquées de Dennis C. Mueller en public choice (son manuel vient d’ailleurs d’être traduit en françaisshameless colleague plug!).

J’ai fait un peu exprès de prendre des textes hors de mes “intérêts de recherche” immédiats, parce que je pense apprendre autant en lisant de manière complètement sérendipiteuse qu’en lisant de manière focalisée. Dernier exemple en date, j’ai récemment appris beaucoup de choses en (re)lisant des extraits du chef d’oeuvre de Mary Douglas, How Institutions Think (clin d’oeil à David, à qui j’ai offert la traduction française) : Schelling, Williamson, tout y est. Quant aux clivages disciplinaires, qui m’évoquent de plus en plus la fractionalisation ethno-linguistique et religieuse, je refuse d’en tenir compte à ce stade.

Où vont, sinon, les sciences sociales à l’horizon 2020 ? La National Science Foundation a posé la question en 2010, et les réponses sont en ligne. Les thèmes de recherche d’une quinzaine des contributeurs m’étaient déjà connus, et la lecture de leurs papiers ouvre des perspectives de recherche passionnantes.

Dans les revues, vol. 1

Les nouvelles du front dans le paysage des revues scientifiques, en science politique et en sciences sociales :

  • La grande nouvelle du début 2009, c’est l’arrivée en ligne sur le portail Cairn d’une bonne pelletée de revues, et la science politique est très bien dotée : Politix, Pouvoirs (qui a aussi un chouette site dont j’ai déjà dit du bien ailleurs) mais aussi Mots et Politique européenne.

    La mise en ligne peut vraiment contribuer à désenclaver des titres comme Politique européenne, qui n’était pas très présents comme Politix ou Mots l’étaient déjà (via persee.fr et via revues.org respectivement).

    Paradoxalement, les réductions budgétaires au CNRS font que l’accès à Cairn via BiblioSHS est menacé alors même que ce portail devient un point de passage obligé pour les chercheurs francophones en SHS ; il faudra donc que les UMR ou les universités financent elles-mêmes l’accès à ce portail à l’avenir. Aux dernières nouvelles cependant, et probablement sous la pression de nombreux chercheurs mécontents, le CNRS serait en train de renégocier cela.

  • Les membres de la section de recherche en méthodes qualitatives à l’APSA ont dû recevoir le dernier numéro de sa newsletter Qualitative & Multi-Method Research, qui contient d’excellents articles sur l’inférence causale dans les études de cas.

    Les auteurs des textes seront familiers à tous ceux qui travaillent sur des études de cas qualitatives : John Gerring (cf. son excellent bouquin, bientôt en deuxième édition chez Cambridge), Gary Goertz (et hop, un deuxième excellent ouvrage de méthodologie), et évidemment David Collier (connu pour le “Collier and Collier 1991” sur l’Amérique latine, mais aussi pour le manuel de méthodologie “Brady and Collier 2004”).

    Le deuxième dossier est aussi à signaler : les articles portent sur les expériences de terrain (field experiments). Le premier texte est signé Thad Dunning, que j’avais déjà remarqué par son papier APSA sur les faits sociaux.

  • Le dernier numéro de Politique et Sociétés, la revue de la SQSP, contient le premier article publié en science politique sur “mon” objet de recherche (la lutte contre le cancer).

    Je me sens un peu moins seul désormais, même s’il s’agit d’un article de science de l’information et de la communication et pas de science politique. Le texte est signé par Benoît Lafon [site personnel] et Hélène Romeyer.

    Sur la communication (publique ou politique) et la santé, on peut aussi consulter un numéro récent de Questions de communication, par le même groupe de recherche issu du Gresec, à Échirolles (en banlieue grenobloise, à côté de mon propre labo de recherche à l’IEP Grenoble).

  • La science politique étant souvent amenée à traiter des conflits fondés sur les intérêts et l’autorité scientifiques, le dernier numéro mis en ligne de la revue Enquête sur les controverses scientifiques sera très utile aux chercheurs qui voudraient s’initier à l’étude des controverses.

    Le numéro contient notamment un texte de David Bloor, traduit en français. Cet auteur, dont les travaux représentent une branche importante de la sociologie des sciences, est peu accessible en français, ce qui m’avait poussé à publier une note de recherche et un entretien dans la revue Tracés, qui prend de l’essor en ce moment – elle aussi est passée en ligne l’an dernier, et son fondateur organise actuellement un cycle de conférences sur les SHS.