Le grand chelem électoral européen de 2017

Je ne l’ai pas annoncé sur le coup, mais cela ne vous aura pas échappé :

On va donc enchaîner entre les scrutins français et britanniques, et l’Italie pourrait se rajouter à la liste en cas d’élections législatives anticipées.

À l’échelle du Parlement européen de 2014, les élections en cours sont l’équivalent d’un renouvellement d’au moins 243 sièges sur 571, soit un peu plus de 4 sièges sur 10, et un peu plus d’un siège sur deux si l’Italie renouvelle aussi son parlement.

Ces fractions sont purement indicatives : le Parlement européen ne sera formellement renouvelé qu’en 2019. Néanmoins, elles donnent une bonne idée de l’ampleur des changements qui pourront éventuellement découler de ces trois élections et des autres élections générales prévues ou déjà passées cette année dans plusieurs autres États-membres de l’Union européenne :

La Hongrie (parti majoritaire : droite nationaliste-populiste) a également réélu son président, et la Slovénie, dont la présidence est primordialement symbolique, tiendra son élection présidentielle à la fin de l’année.

Autre perspective : entre l’élection présidentielle américaine de novembre 2016 et les élections législatives britanniques anticipées de juin 2017, les trois exécutifs démocratiquement élus et membres permanents du Conseil de Sécurité des Nations Unies auront été renouvelés en six mois.

Mise à jour, 14 mai : cette interview me fait réaliser que les élections législatives autrichiennes sont prévues pour cette année, et vu la situation créée par la dernière élection présidentielle, ça promet.