Reprise (en trompe-l’œil)

… Mais reprise en demi-ton, car le temps passant1, je me sens de plus en plus proche de ce personnage, dans un roman de Bernard Werber, qui ne peut pas s’empêcher de pleurer devant le journal télévisé2 :

  • En France, un média “alternatif” découvre que les négationnistes français sont, ô surprise, négationnistes, pendant que la classe politique découvre, ô surprise, que La République en Marche est un courant de centre-droit – stop the fucking press!
  • En Angleterre, dans leur jeunesse, les conservateurs britanniques consomment, ô surprise, les drogues de leur classe sociale, ce que je ne peux m’empêcher de lire (mais je me soigne) comme une concession symbolique à l’ex-empire espagnol. Pendant ce temps, le système partisan britannique implose (cela fait longtemps, bien longtemps, que l’on s’y attendait), sous l’effet d’un referendum saboté3, d’un leader d’opposition inéligible4 et d’un clown incompétent.
  • En Hongrie, on est à se souvenir du combat pour la Central European University, qui est désormais achevé, car perdu. Le parti de Viktor Orbán siège toujours au Parlement européen avec le groupe PPE.
  • En Irlande, on découvre, ô surprise, que Donald Trump ne comprend rien à rien à la situation politique du pays, ou plutôt que, comme Rantanplan, surnommé “la boussole qui indique le sud” dans un album de Lucky Luke, il a réussi à comprendre exactement l’inverse du problème, un exploit presque à la mesure de l’échec intellectuel américain face à l’invasion de l’Irak.

Morne plaine…

Heureusement, il reste les élections européennes pour se réjouir de… de… du taux de participation ? La gauche européenne est exsangue5, les institutions sont réformables, mais le chantier est immense6, et je ne comprends toujours rien à la politique italienne7.

Alors, dans ces longs mois où je peux pas écrire une ligne sur l’actualité politique sans avoir envie de résilier mes abonnements à la presse (il ne me reste que celui au Monde diplomatique), je me réfugie dans des choses plus ou moins froides :

Voilà qui ne réduira pas mon sentiment d’avoir un peu déserté ce blog12, sans perspective d’amélioration, à moins d’une reprise réelle au fil des nouveaux résultats sur quelques papiers de conférence en cours, mais pour cela, il faudrait plus de temps, moins d’emails, et moins de projets aussi.

Plus, avec un peu de chance, après l’été, quand j’aurai eu le temps de faire du tri, du ménage, et d’écluser les étagères de livres non lus et les dossier d’émissions ou de papiers jamais touchés post-téléchargement. Si vous trouvez une solution pour faire monter les journées à 36 heures13, merci de laisser un commentaire.

  1. Le moment-pivot fatidique où les étudiants de Licence 1 seront nés après le 11 septembre 2001 se rapproche. []
  2. Mais je ne fais ni l’un, ni l’autre. []
  3. Ivan Rogers a également donné de très bonnes conférences sur le sujet, mais ce texte résume bien à la fois son argument “à froid” et la colère palpable que suscite le (non-)Brexit. Disclosure : je rédige ce billet en Irlande du Nord. []
  4. Voir ici et pour mes remarques à ce sujet. Je suis encore plus pessimiste aujourd’hui que je ne l’étais à l’époque de ces billets : Jeremy Corbyn me semble encore moins éligible que dans les années précédentes. []
  5. Et la dernière élection générale danoise n’est pas du tout un succès, loin de là même, pour la social-démocratie européenne. []
  6. L’état de mort clinique de la proposition de budget européen en dit long sur le climat actuel. []
  7. Mise à jour, 26 juin : heureusement, Christophe Bouillaud fait de son mieux pour me (nous) l’expliquer. []
  8. Équation moins compliquée que celle du trafic aérien, qui me pose le cas de conscience que la voiture ne m’a jamais posé. []
  9. Contribuer sur du code m’apporte actuellement plus que de contribuer sur du texte. []
  10. Et où je retrouve certains des éléments sur la social-démocratie européenne qui apparaissent aussi en format plus long ailleurs. []
  11. Mon lecteur RSS et ma liste de podcasts sont heureusement beaucoup plus diversifiés. []
  12. De même que mon blog personnel. Vague sentiment de lassitude avec l’offre actuelle de publication HTML, même si j’aime beaucoup ce qui se trame du côté de Distill, comme ceci, par exemple. []
  13. Et de baisser les temps de récupération à 3 heures : je n’y arrive plus depuis quelques années. []

Européennes France 2009 : premiers résultats

Voici le graphe pour quelques partis, pour comparer les résultats anticipés par TNS-SOFRES, en rouge, et ceux du site Predict 09, cité dans une note précédente, en bleu :

eur2009

(Cliquer pour agrandir. Pour une raison qui m’échappe, ma commande R legend("topright", c("TNS-SOFRES","Predict09"), cex=0.6,bty="n", fill=rainbow(2)); produit une Error in strwidth, donc pas de légende dans le graphe même.)

Suivre les élections européennes

Trois sites que je recommande pour suivre les élections européennes, dont je prédis qu’elles seront, en France, (1) peu intéressantes, voire (2) très ennuyeuses. De la prédiction (1), je dérive un taux de participation français faible. De la prédiction (2), je dérive des réalignements partisans français faibles. Conclusion : si vous ne cliquez pas les liens suivants, votre comportement est rationnellement ignorant, et l’on ne pourra pas vraiment vous donner tort.

  • Éric Dupin : un chroniqueur que je suis depuis très longtemps, et dont les points de vue circonstanciés me semblent souvent justes, car prudents. Sa dernière chronique s’appelle “Vote sanction pluriel” (shorter : le vote sanction va viser les deux partis de gouvernement mais sera éclaté entre plusieurs formations).
  • Jean Quatremer : ce blog est devenu incontournable pour son côté “coulisses bruxelloises”. L’auteur est journaliste à Libération, et sa couverture de l’événement politique est plus centrée sur les individus et la redistribution des cartes du pouvoir dans les institutions communautaires : lisez par exemple son analyse de la possible “majorité anti-Barroso”.
  • Vote Watch (via) : un site de politistes britanniques, lancé pour monitorer les résultats de l’élection et surtout s’informer préalablement sur les votes précédents et le comportement des (groupes) parlementaires sur les enjeux européanisés.
  • Predict 09 (via) : plus drôle que le précédent, un site de politistes (également britanniques) qui pensent avoir mis la main sur un modèle suffisamment précis de prédiction du vote, pays par pays. Les auteurs donnent presque 10% au NPA et 4% de moins au FN (qui avait fait 9.8% en 2004).

En aparté, c’est amusant de faire le tour des amis que je connais depuis Sciences Po : à la louche, 10% ne croient plus dans les élections, 30% ne votent plus du tout, 30% ne voteront pas aux européennes, et 20% vont voter comme dans une élection nationale. Les 10% restants savent peut-être ce qu’ils font.

Post-scriptum : si vous écoutiez France Info cet après-midi, Vote Watch était annoncé à l’antenne neuf minutes après publication de cette note.