Sur la réforme du baccalauréat

N’étant que très indirectement concerné par la réforme en cours du baccalauréat, j’y viens ici par le biais du billet qu’y a consacré Suzanne Maury sur son (excellent) blog Pergama, que je ne cesse de recommander à mes étudiants (qui pour la plupart, se situent à un niveau d’études entre bac + 1 et bac + 3).

Quatre préliminaires

  1. N’étant que très peu connecté à la presse francophone, et encore moins au commentariat français actif sur Twitter, je ne connais pas l’état de la discussion sur cette réforme : j’ai juste compris que certains syndicats menacent de ne pas surveiller les épreuves du baccalauréat en rapport à cette réforme, et que d’autres, du côté des sciences inhumaines et asociales, se désolaient de la marginalisation relative des enseignements de “sciences dures” :

  2. Mon propre “bac” était un bac scientifique international, dans lequel les épreuves de language vivante (anglaise) pesaient aussi lourd que les matières de la branche scientifique (mathématiques, biologie, physique-chimie). Je m’en suis sorti avec des notes passables dans ces dernières mais avec de bons voire très bons résultats dans les premières, pour un résultat final logiquement situé dans la mention “assez bien”.

  3. La seule fois où j’ai écrit sur l’épreuve du baccalauréat sur ce blog, c’était pour rappeler qu’elle reste sélective si l’on se penche sur la composition exacte des bacheliers d’une classe d’âge donnée (et encore plus sur leurs mentions1). L’obtention du baccalauréat reste également l’un des prédicteurs les plus stables dont on dispose dans tout un tas d’études en sciences sociales, notamment en sociologie électorale.

  4. Enfin, j’écris ce billet en pensant aux étudiants que je fréquente dans un établissement sélectif et privé, et donc généralement beaucoup plus coûteux d’accès que les établissements du secteur public, qui pratiquent leurs propres formes de sélection : voir ici et pour des billets rédigés lorsque j’enseignais dans ledit secteur public2. Ah, et mes deux parents étaient aussi enseignants (du secondaire ; un dans chaque secteur).

Voilà pour les préliminaires, qui m’incitent aujourd’hui à suivre (de loin) cette réforme. Il faut rajouter à ça que, comme beaucoup de collègues, je fais partie des équipes d’universitaires qui “sélectionnent à l’entrée” (via Parcoursup, dont j’ai déjà parlé) de l’Université, ce qui devrait m’inciter à comprendre un peu (beaucoup) mieux ce qui se trame en ce moment.

Enfin, au-delà de la sélection, il y a aussi les réformes de maquettes pédagogiques à anticiper en fonction de ce que les nouveaux entrants (les étudiants de Licence 1) auront étudié avant leur entrée à l’Université—mais il est certainement un peu tôt pour commencer à cogiter sur ce dossier, qui peut attendre les premières vagues d’étudiants post-réforme.

Quatre remarques

  1. Sur les griefs des syndicats vis-à-vis de la réforme, je ne peux qu’approuver : l’évaluation “locale” des candidats, par le biais des épreuves de contrôle continu du lycée, va complètement à l’encontre de la logique nationale de l’examen, et va encore plus tirer les élèves des établissements sous-dotés vers le bas. Il y a d’autres aspects problématiques dans la réforme, mais celui-ci est suffisant pour comprendre pourquoi les personnels de ces établissements peuvent craindre la réforme.

  2. En revanche, je me sens moins proche des réticences de celles et ceux qui voient dans la réduction du nombre de matières un problème, et encore moins proche des organisations qui formulent ces réticences en opposant, à mon sens beaucoup trop abusivement, les matières “scientifiques” et les matières “littéraires”, comme le fait le graphique reproduit plus haut3.

    En ce qui me concerne, les deux seules matières de mon cursus secondaire qui me servent aujourd’hui à comprendre des contenus scientifiques sont l’anglais et les mathématiques. S’il fallait ordonner le reste des matières par leur degré de pertinence à cette même fin, l’histoire-géographie viendrait bien avant la physique-chimie, et si je pouvais repasser un baccalauréat “réformé” à orientation scientifique, je me concentrerais intégralement sur les mathématiques4 et la biologie5.

  3. Vient ensuite la question de savoir si la disparition des “séries” et l’introduction de l’orientation comme dispositif de prédestination va changer quoi que ce soit aux inégalités actuelles du système éducatif. La réponse me semble être clairement non, car les parents et les élèves bien dotés sauront toujours reconstruire les “cursus gagnants”, de même que les établissements sélectifs du supérieur n’auront aucune difficulté à leur signaler ces éléments.

    À titre d’exercice, amusez-vous, par exemple, à repérer les mentions des instituts d’études politiques dans ces graphiques consacrés à l’orientation vers les classes préparatoires. En voici un extrait :

  4. Vient enfin la question de savoir si cette réforme va changer quoi que ce soit à la perception, de plus en plus répandue, que le “bac” n’est plus sélectif, voire qu’il est devenu facile au point de ne plus fabriquer que des “crétins”, pour reprendre le terme qu’avait utilisé un polémiste il y a quelques années pour dénigrer plus généralement la supposée “baisse de niveau” du système éducatif dans son ensemble.

    Je n’ai jamais souscrit à l’argument sur la sélectivité, et j’ai rappelé un peu plus haut pourquoi. Quant à l’argument de la “baisse de niveau”… Je suis enseignant, et donc assez bien placé pour constater que l’expression écrite en langue française est plus “souple” (lire : déviante du standard) aujourd’hui qu’elle ne l’était par le passé.

    Néanmoins, plus le temps passe, et moins j’y vois une baisse de niveau, dans la mesure où cette perte est très largement compensée par des gains significatifs sur d’autres aspects en termes de connaissances et d’expression en langue étrangère. Cela ne me rend pas plus souple dans ma notation de l’expression écrite en langue française, simplement encore plus dubitatif sur les appréciations globales dudit “niveau” du baccalauréat, et des classes d’âge récentes par rapport aux précédentes.

  1. Je vous rappelle que tous les lecteurs de ce blog ont l’obligation de lire aussi le blog de Baptiste Coulmont, qui parle souvent de prénoms et mentions au baccalauréat. []
  2. En fouillant bien les archives de ce blog, vous comprendrez que j’ai enseigné un an et demi à temps plein dans le public, soit quatre fois moins que mon expérience actuelle à temps plein dans le privé, à laquelle il faut rajouter déjà dix ans d’enseignement comme vacataire “professeur associé” (mouarf) dans ce même secteur, et toujours dans le “supérieur” (re-mouarf) : je ne tiendrais pas deux heures dans le “secondaire”. []
  3. David Madore, dans un récent billet intitulé “Comment répondre à la question “à quoi ça sert ?” en maths et sciences fondamentales”, dit peu ou prou la même chose, en partant d’un angle différent. []
  4. Prédiction : les mathématiques étant sur le point de devenir optionnelles, elles vont devenir le meilleur signal de “l’excellence” d’un cursus scolaire. Les élèves et leurs parents ne s’y tromperont pas. []
  5. Et idéalement sur la philosophie, mais ce que j’ai vu en Terminale ne contenait quasiment pas de philosophie des sciences, ce qui est bien dommage. Au passage, si les cours d’EPS pouvaient réellement aborder l’étude de la physiologie humaine, cela serait certainement utile à tout le monde. []

Garbage in, garbage out : portrait de Parcoursup en CRM

Prélude

Cela fait des mois que j’essaie d’extérioriser mon exaspération vis-à-vis de Parcoursup, des débats – hum, non, des tweets – sur Parcoursup, et surtout des prises de position sur (contre) Parcoursup, parfois portées par ces mêmes personnes démissionnaires dès qu’il s’agit d’accomplir la moindre tâche attenant à la logistique du cursus des étudiants1.

J’ai donc décidé de m’y coller sous la forme d’un long billet vaguement cinglant, où vous n’apprendrez rien de bien technique, ni de bien utile pour concevoir un meilleur système de répartition des étudiants au travers des filières universitaires : désolé, mais comme l’immense majorité du personnel de l’enseignement supérieur, je n’ai absolument pas l’expérience et l’expertise nécessaires à cette tâche2.

C’est parti.

De grandes découvertes

La réforme du système APB (“admission post-baccalauréat”), désormais connu sous le nom de “Parcoursup”, a été l’occasion, cette année, de faire quelques grandes découvertes, qui resteront à jamais gravées dans l’histoire des prises de conscience collectives.

La première d’entre elles est que, dans la France du 21e siècle, dont les “grandes écoles” ne sont pas exactement une nouveauté, la moitié des élèves cherche à faire exactement ce que les schémas institutionnels (famille, école, emploi) conseillent de faire, c’est-à-dire intégrer une formation sélective3.

Étonnant, non ? “Tout se passe comme si” les parents d’élèves – qui avaient déjà dû étudier la “carte scolaire”4 – et les enseignants de Terminale avaient eu vent des inégalités d’investissement entre universités et grandes écoles.

C’est proprement renversant.

Autre grande découverte, il y a un nombre de places limitée dans lesdites filières sélectives, et même, ô surprise, dans les universités5, et ce alors même que (presque) tout a déjà été essayé pour réformer la capacité d’accueil dans l’enseignement supérieur suite à la massification de ses usagers :

  • Financer correctement l’Université et recruter suffisamment d’agents à hauteur de l’enjeu : proposition à l’étude depuis quelques décennies. Voir aussi : non-réformes fiscales successives.
  • Dégrader le service en explosant la capacité d’accueil : fait. Voir aussi : maisons d’arrêt6 et services d’urgences des hôpitaux publics, dont les personnels et les usagers débordent d’enthousiasme pour cette méthode de traitement du problème.
  • Faire fusionner n > 1 étudiants en une seule et même personne, ou bien faire enseigner chaque enseignant dans n > 1 salles : à l’étude7.
  • Occuper une partie du premier étage de Sciences Po en signe de soutien aux masses populaires estudiantines : fait8.
  • Faire théoriser la démocratisation des études supérieures par une ex-directrice de l’École Normale Supérieure : fait9.
  • Faire peser la responsabilité de l’échec du système sur les personnels : en cours (méthode dite “jurisprudence Sarkozy du 22 janvier 2009“).

Un fiasco

Ne manquait au tableau qu’un fiasco, que l’on pourrait décrire par :

Par charité toute chrétienne, je vais laisser les Publications de la Vie Catholique (connues pour leur radicalité révolutionnaire) conclure sur le sujet : “Parcoursup : zéro sens de l’orientation”.

Bon, Télérama a parlé, c’est plié, rentrez chez vous : c’est foiré12. De Parcoursup 2018, il restera quelques bonnes blagues de geek, mais pas grand chose d’autre.

Un algorithme ? Non, un CRM

Enfin, dernière découverte : personne ne semble avoir compris, à l’issu du débat sur Parcoursup, ce qu’est un algorithme—mais cela n’a, en soi, aucune importance : Parcoursup n’est pas une “procédure de calcul aboutissant à un résultat inambigu (et souvent unique, dans le cas des algorithmes dits déterministes)”13.

Parcoursup est un CRM, c’est-à-dire une plateforme de gestion de la clientèle, moins la possibilité d’appeler un numéro surtaxé :

  • Allez donc voir dans un secrétariat à quoi ressemble l’interface de Parcoursup pour un(e) secrétaire de Licence, et dites-moi que cela ne ressemble pas comme deux gouttes d’eau aux logiciels d’un call center.
  • Côté “client”, pas mieux, même tableau : l’UI est proche de celle d’une plateforme de compagnie d’assurance (“déclarer un sinistre”) ou de complémentaire santé (“téléverser mes justificatifs”).

Attention, je ne dis pas que le débat sur les algorithmes classants n’est pas légitime : il fallait mener ce débat sur APB14, il faut parler des Weapons of Math Destruction, et il faudra imposer la transparence15 sur les méthodes locales de classement : les craintes à leur sujet sont légitimes, ce qui justifie, à mes yeux, les revendications syndicales et les inquiétudes exprimées çà et sur le sujet16.

En revanche, je dis bien que le problème posé par Parcoursup est très largement déconnecté de celui de la “gouvernementalité algorithmique” et autres gimmicks concepts inutiles ici, non pas parce qu’ils seraient dénués de sens (ils en ont parfois), mais parce qu’il faudrait peut-être être capable de sortir un bilan de terrain avant d’aller donner l’impression d’avoir fumé la moquette et la moitié des cours de Dits et écrits avec17.

Examen de rattrapage

Toutes ces remarques étant faites, à quelles questions aimerais-je obtenir une réponse en 2019, lorsqu’il sera à nouveau de remplir les universités à 100–150% de leur capacité d’accueil, une fois épuisés les recours aux artifices comptables méthodes plus ou moins honnêtes pour faire varier celle-ci ?

Dans le désordre :

  1. Quand réfléchira-t-on sérieusement à une indexation des créations de postes (et a fortiori de la capacité d’accueil) dans les filières en tension et dans les autres, sur les candidatures des futurs étudiants et/ou sur les effectifs actuels dans les universités ?
  2. Quand réfléchira-t-on à une réforme du baccalauréat qui fasse enfin son sort à la croyance généralisée dans l’idée que le niveau baisse, et qui produise des filières pertinentes en termes d’orientation plutôt que socialement classantes ?
  3. Quand disposera-t-on des données fiables18 pour classer, trier, sélectionner les candidats aux études supérieures en local, ce que les universités faisaient, font et feront, d’une manière ou d’une autre19, quels que soient le cadre légal ou l’intention politique conjoncturelle ?

J’ai mis les termes-clé du sujet en gras, au cas où cela puisse aider, même si je n’ai aucun espoir dans l’avenir, sauf peut-être sur le second point. L’an prochain, je m’attends plutôt à un nouveau débat aussi stérile que le premier sur la réintroduction des voeux20, sur les vertus du (non-)tirage au sort, etc. Des heures de débat passionnant en perspective.

Rien ne changera tant que les réformes seront construites à rebrousse-poil des personnels, mais bon, si c’est ça ou augmenter les impôts, y compris locaux, le choix semble vite vu, et il semble qu’il ait été fait de manière quasi-identique sous toutes les couleurs politiques des décennies passées21.

C’est dommage, pour tout le monde, et surtout pour les générations à venir, enfin, surtout pour celles qui ne pourront pas se payer le luxe de fuir l’Université. Le seul progrès dont celles-ci auront bénéficié depuis le début des années 2000 aura été de ne plus avoir à s’inscrire à l’Université sur Minitel. Pour le reste, …

  1. Premier avertissement — Il est presque inutile de le préciser ici, mais je ne vais évidemment pas m’appuyer sur ma seule expérience locale de Parcoursup : une large partie de ce que je vais observer provient de conversations éparses avec des collègues enseignant dans cinq (j’ai compté) grandes villes françaises. []
  2. Deuxième avertissement — Je signale d’emblée que mon expérience locale de Parcoursup est atypique, puisqu’elle est celle d’une école de science politique bilingue anglais/français, et qui n’est ni un Institut d’Études Politiques, ni un établissement du secteur public, et dont l’une des deux Licences est sélective. []
  3. Lorsque François Vatin évoque cette évidence dans cette émission de radio, ses deux interlocuteurs – et l’animateur de l’émission – ont une réaction intéressante, car typique du débat sur la séparation entre grandes écoles et universités en France : ils ignorent complètement le propos et passent à autre chose. []
  4. Dont il faut noter que l’on peut forcer les gens à la respecter, mais que ce n’est pas aisé : cela demande un minimum de courage politique. []
  5. Filière de psychologie dans une université français, 2018 : environ 1 800 candidatures recevables ; capacité d’accueil à environ 1 200 ; admissions à environ 1 400 (on compte sur les étudiants qui ne viennent jamais). Je cite de mémoire. []
  6. En centrale, on me dit que ça va, tout baigne. []
  7. Je vous promets que la seconde proposition est sérieusement à l’étude. Voir aussi : cours sur DVD en PACES et autres techniques de pointe pour mettre en œuvre l’équivalent de la “Ferme des Mille Vaches” en première année de Licence. []
  8. Full disclosure : j’enseigne à Sciences Po (dans un bâtiment différent). []
  9. La même a publié une tribune que les étudiants pourront lire si leur bibliothèque universitaire est abonnée au Monde. Idem pour cette autre tribune de Pierre Mathiot, ancien directeur de l’IEP de Lille, et ex-candidat à la direction de Sciences Po. []
  10. Voir aussi : le Parcoursup des filles, et celui des lycées de banlieues, qui savaient, pour les seconds, que le truc allait se retourner contre eux, comme d’habitude. []
  11. Intervention de chercheurs qui pointe le problème principal : quand on retire l’algorithme d’une méthode de sélection, il faut être clair sur ce que l’on met à la place. Si c’est un système de matching à deadlines successives, alors on peut s’attendre à ce que les victimes usagers usent de stratégies pour ne pas toujours révéler immédiatement leurs préférences : c’est exactement ce qui s’est passé. GIGO. []
  12. Pour la version moins politically correct, mais qui, fondamentalement, dit la même chose (la comparaison ne va pas leur plaire…), voir ce tract de La Brique, un canard lillois qui fait le boulot quand il faut critiquer la sélection sociale à l’Université. J’héberge le tract ici jusqu’à ce qu’il soit en ligne sur le site Web officiel. []
  13. Une définition plus complète évoquerait aussi la finalité du procédé de calcul que décrit un algorithme, généralement une visée prédictive ou classificatoire. Parcoursup n’est rien de cela : c’est un jeu de chaises musicales étalé sur six mois, avec la dose d’aléatoire et d’entropie qui va avec. []
  14. Ce qui a été fait, au moins au moment de la publication de son code-source (voir aussi ici et ) : on a ainsi pu découvrir à quel point PL/SQL est un langage atroce. []
  15. L’initiative AlgoTransparency de Guillaume Chaslot va bien plus loin que le sujet de ce billet, et vaut vraiment le détour. Aucune compétence technique n’est requise pour comprendre le problème. []
  16. En revanche, soyons clairs, il ne faut pas écouter Frédéric Beigbeder sur ce sujet ou, jusqu’à preuve du contraire, sur n’importe quel autre. []
  17. L’impression, j’ai dit : ne me faites pas dire ce que je n’ai pas écrit. []
  18. C’est le scoop de ce billet, caché dans une note de bas-de-page car personne ne les lit : les données Parcoursup sont parcellaires au point d’être quasi-inutilisables dans certains cas, et sont même parfois arithmétiquement douteuses, avec des moyennes annuelles qui ne reflètent pas les moyennes trimestrielles. Ça pourrait s’attaquer au tribunal administratif, tout comme les classements ex æquo, pratiqués de facto malgré leur interdiction, mais bon… Personne ne lit les notes de bas-de-page, je vous dis. []
  19. People-sorting is what educational systems do. Dans le cas de Parcoursup (mais pas des ECN, par exemple), qui dit classement dit sélection, d’où les attaques principielles que vous aurez lues ici, , ou dans plein d’autres des références de ce billet. Reste que qui classe trie (cf. lettres de recommandation), et qui trie sélectionne (cf. obtention du diplôme) – bref, le fond de commerce, expression provocatrice employée ici à dessein, de tout dispositif éducatif après l’âge légal de fin de la scolarité obligatoire. []
  20. Il faudra aussi voir ce qu’il adviendra du débat, beaucoup plus intéressant de mon point de vue, sur la remise à niveau en première année de Licence. []
  21. L’autre solution serait de tout privatiser, pour finir avec un système ultra-classiste (et par voie de conséquent, raciste jusqu’à la moelle). En France, on trouvera toujours 2–3% de la population pour soutenir cette idée, mais heureusement jamais plus—pour le moment. []

Nouvelle acquisition de capital culturel

Je profite de mon cours dans un grand établissement parisien pour découvrir le capital culturel de la future noblesse d’État : même lorsque l’on y est préparé, c’est toujours très impressionnant1. Dans ma classe de vingt-deux élèves, j’ai (au moins) deux félicitations au baccalauréat parmi les neuf élèves français2 ; tous ont un baccalauréat scientifique ; et leur capital linguistique brut suffirait à lui seul à les placer dans une fraction extrêmement réduite, située au sommet de l’ordre scolaire.

Notez, de surcroît, le phénomène de reproduction presque parfait : dans ma classe de lycée, il y avait, de mémoire, au moins deux élèves avec les félicitations ; j’étais également en cursus scientifique ; et le capital linguistique d’un lycée international – neuf en France à ce niveau – est nécessairement très élevé. J’ai un peu travaillé après mon lycée pour me retrouver dans ma situation actuelle, mais finalement pas tant que ça : je n’ai pas vraiment modifié ma position sociale, élitaire dès le départ3.

En discutant, j’apprends que le taux de boursiers a fortement augmenté dans cet établissement, ce qui est perçu comme un indicateur de démocratisation de l’accès à cet établissement. J’étais aussi intuitivement enclin à le croire. Quelques heures plus tard, en lisant Pierre Maura, j’ai découvert le tout nouveau blog de Camille Peugny4, qui est le réel sujet de cette note, et sa note sur la démocratisation des classes préparatoires. À lire pour mieux comprendre comment, et dans quelles proportions, se démocratise l’accès au capital culturel en France.

À signaler aussi, le deuxième blog d’Alain Lipietz, qui se promet un peu plus “économiste” premier (mais tout aussi engagé, et c’est très bien). Ça me fait d’autant plus plaisir que j’avais réveillé son passé d’économiste régulationniste en 2005 (time flies!), au moment du referendum sur le traité constitutionnel européen.

Triple avertissement : j’ai veillé à laisser un flou relatif sur mon lieu d’enseignement, et un flou absolu sur l’identité de mes (très chouettes) élèves. Les commentaires devront préserver ce double flou. J’ai aussi veillé à désarmer toute critique anti-élitiste, qui serait injuste et incompréhensible à ce niveau d’observation (voir ma première note). Au niveau d’une société, toutefois, le dernier numéro de Philosophie Magazine m’a conforté dans mes penchants égalitaristes : même si je tiens compte de l’argumentaire resserré mais très complet de Jean-François Mattéi dans ce numéro, les sociétés contemporaines présentent des niveaux d’inégalités qui me paraissent suffisamment élevés pour justifier des opinions radicalement égalitaristes.

  1. Note à ceux qui extrapoleraient à partir d’un usage contrôlé de la terminologie bourdieusienne, j’ai bien écrit “impressionnant” et pas “choquant”. C’est un choix conscient de la société française s’inflige à elle-même depuis les écoles napoléoniennes. Personnellement, je suis plutôt tendance “Marc Bloch 1943” : je vous laisse le soin de retrouver les textes, c’est un jeu de piste amusant sur Google. []
  2. En 2007, la mention “très bien” ne concerne que 6% des effectifs du baccalauréat général, mais plus de quatre étudiants sur cinq dans l’établissement ; je vous laisse imaginer l’écart éducatif entre mes neuf élèves et leur classe d’âge, sachant que le baccalauréat général ne concerne que 30% d’une classe d’âge. []
  3. La seule distinction supplémentaire que j’ai acquise depuis mon lycée semble se rapporter à la localisation géographique : d’un environnement d’élites provinciales, je suis passé aux élites parisiennes. C’est tout sauf fortuit. L’arrière-goût balzaco-rastignien est très prononcé. Est-ce que Bel-Ami est parisien depuis le début du récit ? []
  4. Camille Peugny a été formé à l’OSC et a récemment rejoint les sociologues de Paris 8—bravo aux deux parties, c’est un très chouette recrutement ! Disclaimer trivial : j’ai des amis à l’OSC et à Paris 8. []