Tous les canulars scientifiques ne sont pas bons à prendre

Encore un billet sur l’édition scientifique, et presque pas, au final, sur ce que Pluckrose, Lindsay et Boghossian pensent avoir fait (la démonstration pratique d’un problème épistémologique) dans ce canular dont vous aurez peut-être entendu parler.

Ce billet, qui dit presque la même chose que ce texte, mieux rédigé, de David Engber (trad. fr.), contient un nombre inhabituellement élevé de liens vers des tweets, Twitter étant devenu le champ de bataille favori des universitaires (j’y reviendrai en fin de billet).

Le canular scientifique – c’est-à-dire l’article sans queue ni tête envoyé à une revue et accepté pour publication par cette même revue – est, à mon sens, une forme de démonstration par l’absurde au moins aussi valide que la démonstration par l’absurde en logique ou en mathématiques.

Ce qui ne signifie pas que tous les canulars scientifiques se valent : tous ne font pas « gloup gloup » de la même manière, et en conséquence, tous n’atteignent pas aussi bien leur cible. Dans le cas du canular de Pluckrose, Lindsay et Boghossian, je pense, pour faire court et simple, que l’on a affaire à un sous-produit, un canular discount, en quelque sorte, sans goût et sans réelle portée.

Le canular en quelques lignes

Il y a plusieurs types de canulars. Ceux du type « Get Me Off Your Fucking Mailing-List » ont pour cible les éditeurs scientifiques dits « prédateurs », qui ne sont éditeurs scientifiques qu’en surface : derrière, il n’y a rien, sinon la volonté de récupérer un peu d’argent (souvent public). Dans ce cas de figure, le but n’est pas de montrer que le peer review de ces revues fonctionne mal, mais plutôt qu’il n’y a aucun peer review.

D’autres canulars, dont ceux de la revue Zilsel1, vont plus loin : ils visent des revues qui se disent scientifiques, et qui ont tous les attributs des revues scientifiques, mais qui publient quand même n’importe quoi. Le carnet de la revue documente plusieurs exemples, en sciences sociales et en philosophie—si c’est bien en philosophie qu’il faut classer les soi-disantes « Badiou Studies« .

Le dernier canular scientifique en date appartient à cette seconde catégorie : ses auteurs, un universitaire et deux essayistes, ont visé 20 (!) de revues « cultural studies, or identity studies, or critical theory » (!!), c’est-à-dire des domaines de recherche mal balisés situés au croisement entre les humanités et les sciences sociales, et ont réussi à faire publier des idées aussi atroces que stupides2.

À travers ce canular, baptisé « Sokal Squared » par les médias, les auteurs pensent avoir blessé à mort ce champ mal défini qu’ils choisissent d’appeler les « Grievance Studies«  : en effet, les revues visées auraient en commun l’objectif d’explorer les différentes manière de redonner une voix aux populations marginalisées, au premier rang desquels les femmes.

Je pense que le mode opératoire des auteurs souffre d’un sérieux problème de méthode (d’où les points d’exclamation un peu plus haut), mais surtout, que leur conclusion est un non sequitur complet.

Un gros problème de méthode

Commençons par le commencement : il y a de sérieux problèmes de méthode dans ce canular, qui n’est que la version revue et corrigée d’un canular scientifique raté, commis par deux des auteurs l’an dernier3.

La spécificité de ce canular est d’avoir visé un nombre très important de revues, ce qui aurait apparemment demandé un an de travail à ses auteurs, et certainement au moins autant en temps cumulé aux reviewers des articles — enfin, si ce travail a été fait, ce qui ne semble pas être mis en cause ici4.

On serait donc sur une cible scientifique inattaquable sur la forme, mais pas sur le fond. Revenons à la définition du fond, car les auteurs donnent dans leur texte une liste plus complète des domaines de recherche visés (c’est moi qui souligne) :

grievance studies, including (feminist) gender studies, masculinities studies, queer studies, sexuality studies, psychoanalysis, critical race theory, critical whiteness theory, fat studies, sociology, and educational philosophy.

À ce stade, il faut remarquer que les auteurs ne savent pas vraiment à qui ils s’en prennent. D’une part, les domaines visés sont hétérogènes et (très) mal définis ; d’autre part, comme l’ont fait remarquer plusieurs personnes sur Twitter, aucune des sept revues de sociologie visées n’a été « infectée » par le canular5.

On pourrait s’attendre à ce que les auteurs en tirent des leçons, mais ce n’est pas ce que fournit leur article-rapport, qui cite très sélectivement leurs données sans aucun recul sur ce que les échecs de leur protocole de recherche (pseudo-articles rejetés) permettrait de dire en rapport à ses succès (pseudo-articles acceptés). Au lieu de ça, les auteurs se contentent de pavoiser sur le fait d’avoir réussi à faire publier des inanités.

En statistiques, on appelle ça « échantillonner sur la variable dépendante » : c’est une erreur de base, qui montre que les auteurs n’ont multiplié les articles-canulars que pour maximiser leur nombre total de succès alors que leur objectif initial aurait dû pouvoir être atteint à partir d’une expérience cruciale.

Partant de là, toute une partie de l’argumentation de Pluckrose, Lindsay et Boghossian s’effondre, puisqu’au lieu de démontrer la faible scientificité des domaines de recherche visés (faiblesse épistémologique), la méthode employée démontre plutôt, en réalité, le degré élevé de charité académique des reviewers ayant eu à expertiser les pseudo-articles (faiblesse « épistémique », en quelque sorte).

C’est sur ce dernier aspect du travail scientifique que les auteurs ont vraiment travaillé, mais apparemment sans s’en rendre compte (ou sans l’admettre), et en tirant, du coup, des conclusions absurdes de leur expérience.

Un non sequitur magistral

Continuons par l’examen des conclusions des auteurs (c’est à nouveau moi qui souligne) :

Based on our data, there is a problem occurring with knowledge production within fields that have been corrupted by grievance studies arising from critical constructivism and radical skepticism.

Les cibles évoquées ici ne sont plus celles du protocole de recherche initial : ce sont des cibles supplémentaires, pas du tout réductibles aux revues « infectées » par le canular, et rajoutées post facto, après obtention des résultats.

Il est presque triste, pour les auteurs, de se planter si clairement dans la démonstration. Certes, leur méga-canular a plu à beaucoup de monde, et devrait continuer de faire rigoler dans les chaumières scientifiques, mais Dan Drezner et moi sommes loins d’être les seuls à avoir remarqué le double problème de méthode et de raisonnement souligné ici : au contraire, à peu près tout le monde semble arriver aux mêmes conclusions.

Et les auteurs en sont à leur deuxième essai !6 C’est franchement un peu triste.

Par ailleurs, je pense qu’au moins un des auteurs sait ce qu’il fait : de mon point de vue, Paul Peter Boghossian semble avoir appris de son attaque frontale contre le relativisme que ses arguments étaient assez simples à faire tomber, et renomme, du coup, ses ennemis favoris quand il bénéficie d’une nouvelle fenêtre d’opportunité pour s’en prendre à eux.

(Mise à jour, 16 octobre : sauf qu’en fait, non, le paragraphe ci-dessus étant basé sur une confusion entre Peter Boghossian, de Portland State, et Paul Boghossian, de la NYU. Du coup, pas de lien indirect effectif entre l’attaque contre le constructivisme sociologique et le relativisme épistémologique, même si dans l’absolu, c’était un pont possible de l’argumentation.)

Du coup, je trouve que ce tweet de Kieran Healy pose la bonne question au sujet de ce canular, question qui se pose dès que l’on se trouve face à une méthode de démonstration qui laisse autant de trous béants dans le raisonnement :

The question is, what do you hate? And why is that?

La réponse, dans le cas présent, tient à mon sens dans cette détestation un peu infantile (pour ne pas dire idiote) du constructivisme sociologique, que les auteurs appellent plus haut « constructivisme critique » pour noyer le poisson, mais personne n’est vraiment dupe : les auteurs, bis repetita, ne savent pas à qui ils s’en prennent7.

C’était déjà le cas, je pense, lorsque Boghossian, et bien d’autres, s’en prenaient au relativisme des science studies, sur la base d’accusations qui faisaient converger toutes les formes de relativisme vers une seule forme indistincte de nihilisme épistémique (voire culturel).

(Mise à jour, 16 octobre : même correction que plus haut.)

En tirer quelque chose ?

Je me suis demandé, pour terminer, si l’on pouvait sauver ce canular, en réécrivant une (grosse) partie du raisonnement ou en modifiant la présentation des résultats, et je n’en suis pas vraiment certain.

On pourrait, dans un sens, se convaincre que Pluckrose, Lindsay et Boghossian ont travaillé à démontrer que le peer reviewing – dont ils déclarent très clairement que ce n’est pas leur cible – est, dans sa forme actuelle, broken beyond repair, et que certains des exemples les plus flagrants se manifestent dans les domaines de recherche visés par les auteurs8.

Néanmoins, cela n’est pas du tout démontré ici, et les données requises pour tester cette hypothèse (à commencer par un groupe-contrôle) n’ont pas été collectées. On peut même supposer que, vu la pusillanimité des auteurs, ils auraient formulé cet argument au moindre signe allant dans le sens de cette conclusion, mais rien de cela ne transparaît dans leur texte.

A contrario, on pourrait choisir de provisoirement mettre de côté le mode opératoire des auteurs, et affirmer que les conclusions des auteurs – il y a quelque chose  de pourri au royaume des « cultural whatever-that-means studies » – méritent d’être formulées, car elles contiennent une part de vérité suffisante pour que l’on s’interroge à leur sujet.

Ce mode de raisonnement serait intéressant à observer, chez les auteurs du canular en particulier, si ceux-ci ou d’autres venaient à essayer de « sauver » leur enquête des critiques formulées à son égard. Charitablement, ce serait une belle démonstration de l’hypothèse Duhem-Quine. Moins charitablement, ce serait un pur sophisme, du type, précisément, de celui que les auteurs voulaient mettre à terre.

Enfin, je ne m’attends pas à ce que le canular dont je parle ci-dessous crée une vague massive de publications scientifiques, façon Sokal Hoax / Science Wars : démonstration trop pauvre, conflit déjà mené à son terme (et perdu, à mon sens, par les anti-relativistes), sans que personne n’en sorte réellement grandi.

Ce qui reste correct, avant et après

Reste qu’il se publie tout et n’importe quoi dans tous les domaines de recherche (mal) visés par les auteurs, qui, s’ils voulaient monter un peu en honnêteté intellectuelle, reconnaitraient qu’il en va de même dans d’autres domaines de recherche.

N’importe quel scientifique lisant Physica A pourra vous le confirmer : cela m’arrive, et j’ai au moins un exemple récent sous la main dans cette revue, sans parler des exemples innombrables en psychologie – surtout évolutionniste ou sociale – que fournit le blog d’Andrew Gelman. Chacun trouvera ses exemples dans son pré carré éditorial ou dans celui d’à côté.

Reste aussi que la publication scientifique est un marché très mal construit et encore moins bien régulé, que l’indexation des carrières sur ce marché dans un contexte hyper-compétitif aboutit à des absurdités, et que la politisation des thèses scientifiques aboutit à des naufrages intellectuels.

Mais d’ici à ce que l’on produise une évaluation différentielle de la quantité de bullshit d’un domaine de recherche à l’autre, la question de Kieran Healy citée plus haut reste la bonne, et les auteurs du canular ont finalement raison de s’inquiéter pour leurs carrières—inquiétude, comble de l’ironie, performative dans ce contexte.

  1. Full disclosure : je suis au comité de rédaction de Zilsel, bien que ma contribution actuelle à la revue soit proche de zéro. J’espère inverser la vapeur ce mois-ci. []
  2. L’une de ces « propositions » suggère quelque chose qui se rapproche des tortures pratiquées dans les prisons militaires américaines telles qu’Abu Ghraib. []
  3. La raison de cet échec était liée à l’absence de prise en compte par les auteurs de la distinction entre les canulars « anti-prédation » et les canulars « anti-bullshit » opérée en début de billet. []
  4. Au contraire, les auteurs document ce qui ressemble à un réel travail d’édition scientifique, jusqu’aux proposition de devenir eux-mêmes reviewers. []
  5. On peut essayer de comprendre pourquoi, mais cela dépasse visiblement la compétence – et l’intention – des auteurs du canular : ceux-ci se content de dire qu’ils ont ajusté leurs cibles… sans pour autant retirer la sociologie des domaines de recherche qu’ils estiment avoir été « infectés ». []
  6. Troisième, car les auteurs sont parvenus à leurs fins au terme de trois changements de protocole de recherche, peu ou mal documentés, et non intégrés dans l’appréciation du succès final de l’enquête : protocole 1 du canular précédent (échec sur lequel ils ne reviennent pas), protocole 2 de début d’étude (dont l’échec est brièvement évoqué dans la vidéo des auteurs), puis enfin protocole 3 avec leur échantillon actuel de cibles. []
  7. David Engber avance, pour sa part, que la cible réelle du canular est le genre et les gender studies. C’est également vrai, mais la cible latente – le constructivisme sociologique – me semble plus importante à relever que la cible manifeste, bien que cette dernière explique une partie de l’animosité du propos des auteurs. []
  8. Thèse falsifiable, que je crois fausse, mais que je serais tout à fait prêt à accepter sur la base d’une démonstration correcte. []

Elsevier, Springer, ou comment piller la recherche scientifique sans faire de bruit

Les universités, via leurs présidences et leurs conseils, prennent régulièrement des décisions que l’on pourrait qualifier de « géopolitiques », consistant à accueillir (ou pas) des étudiants – mais aussi des personnels, le plus souvent des enseignants – venant de pays présentant des profils particuliers : pays en guerre, ou récemment devenus (encore plus) autoritaires (et/ou théocratiques) suite à un coup d’État, etc.

Dans certains cas plus ou moins bien médiatisés, voire pas du tout, les personnels universitaires s’impliquent dans ces décisions, car ils ont bien conscience qu’une partie de leur ethos professionnel s’y joue, pour le meilleur ou pour le pire.

Il y a, en revanche, et dans mon expérience limitée de la chose, beaucoup moins de personnels mobilisés sur les questions de politique économique ; tout se passe comme si, dans mon milieu professionnel et sur ce point, l’on attendait à ce que des décisions raisonnables soient prises en permanence.

Cette prémisse est évidemment fausse dans un certain nombre de cas plus ou moins flagrants, ce que rien n’illustre mieux que les politiques d’acquisition de (et d’accès aux) revues scientifiques, qui devrait mobiliser l’intégralité des personnels universitaires et scientifiques (et mobiliser aussi leurs tutelles), mais qui ne mobilisent, en pratique, que très peu de monde1.

Exemple 1 : Elsevier

Pour aller vite mais sans déformer la réalité, le marché de l’édition scientifique repose encore largement sur un oligopole construit au fil des quatre derniers siècles2. La société Elsevier, dont j’ai déjà parlé à plusieurs reprises, en est un des plus importants représentants, à la fois par sa taille et par son comportement3.

Tous les problèmes de l’oligopole se manifestent dans l’édition scientifique, mais le plus visible d’entre eux est évidemment celui des prix artificiellement élevés des biens autour desquels s’organisent la collusion : le prix de l’accès aux revues Elsevier pour les entités scientifiques (au premier rang desquelles on trouve les bibliothèques universitaires) est parfaitement obscène.

Cette situation faisait partie des problèmes (car il y en a d’autres, très graves également : lisez la page Wikipedia pré-citée, qui résume assez bien l’état des choses) qui ont amené à la pétition The Cost of Knowledge – pétition qui, à ma connaissance, n’a que très peu mobilisé dans les sciences humaines et sociales4.

Exemple 2 : Springer

L’éditeur scientifique allemand Springer, qui publie toutes sortes de choses plus ou moins scientifiques et selon des principes de publication plus ou moins acceptables5, fait également partie de ces éditeurs scientifiques qui profitent de la situation d’oligopole décrite plus haut.

L’une des ripostes possibles face à un oligopole6 consiste à faire entendre la voix des consommateurs en unifiant leurs pouvoirs d’achat : c’est, en France, la stratégie du consortium Couperin, qui négocie les licences d’accès aux revues scientifiques à des « tarifs de gros », façon Rungis.

Néanmoins, cette stratégie peut, comme toutes les autres, échouer, et amener au résultat suivant, repéré sur Twitter grâce aux retweets de plusieurs amis et collègues :

Il faut noter que la bibliothèque universitaire ci-dessus est loin d’être la seule à avoir dû en venir à l’équivalent d’une décision de boycott : la même chose s’est produite en Allemagne, et même la bibliothèque de l’Université d’Harvard, au budget pourtant exceptionnel, a pratiqué ces ruptures de contrat pour tenter de tirer la sonnette d’alarme sur la situation résumée ici.

Un conflit à bas bruit

Le bras-de-fer qui oppose les éditeurs scientifiques (tels que les deux exemples cités ici, mais il y en a d’autres) aux bibliothèques universitaires mobilisent peu : universitaires et scientifiques apportent parfois un soutien discret à ces décisions, mais font très rarement pression en interne pour que leurs établissements participent concrètement à la lutte contre les pratiques oligopolistiques de l’édition scientifique.

C’est dommage, pour tout le monde ; et c’est également ma conclusion lorsque je vois qu’une plateforme comme HAL ne mobilise que très inégalement les collègues, alors qu’il s’agit, à l’instar de tous les open access repositories, d’un outil de lutte efficace contre les pratiques éditoriales qui desservent l’activité scientifique et sa diffusion.

Deux appels à l’aide

Je termine en (re)formulant deux points que vous aurez lu sans aucune difficulté entre les lignes de ce billet.

D’une part, à titre personnel, et c’est en partie lié à des recherches sur les politiques de propriété intellectuelle, je suis très favorable à toutes les tentatives de faire voler en éclat le modèle sur lequel est actuellement assis (une large partie de) l’édition scientifique. Ce modèle est immoral, inefficace, et sa mort mérite de survenir le plus vite possible.

Faites pareil : portez les propositions anti-oligopolistiques auprès de vos tutelles, de vos conseils scientifiques, de vos bibliothèques universitaires, et utilisez l’open access comme moyen de pression sur les éditeurs qui nous forcent à nous acheter nos propres textes à des prix démentiels, tout en empêchant une plus large diffusion de la connaissance scientifique.

D’autre part, ce billet ne contient que quelques renvois épars vers des sources permettant de se faire une idée de comment fonctionne l’édition scientifique : je n’ai tout simplement pas pris le temps de faire un exposé complet. Si vous en connaissez un exposé détaillé, en français ou en anglais, je suis preneur, afin d’améliorer le récit à très gros traits offert ici.

Voir aussi, du même compte Twitter que cité plus haut, ici et .

Mise à jour, 25 octobre : l’Université de Bonn vient de mettre fin à son contrat avec Elsevier, et j’apprends, toujours grâce à Twitter, qu’il y a une listes des dizaines d’institutions allemandes qui ont rompu leurs contrats avec Elsevier en 2016 et en 2017.

  1. On notera toutefois que ce blog est publié sur une plateforme open access financée par l’État : il y a bien des solutions (des alternatives) aux problèmes évoqués dans ce billet. Full disclosure : je participe à la vie de cette plateforme via l’un de ses conseils scientifiques. []
  2. Une large partie de l’édition scientifique continue de se faire selon des principes économiques et éditoriaux qui ne sont plus valides depuis l’avènement des communications numériques, mais qui continuent de prévaloir par dépendance au sentier. []
  3. Signalons au passage qu’Elsevier appartient au groupe RELX, ex-Reed-Elsevier, qui détient aussi les services LexisNexis et SSRN (et le logiciel Mendeley), et qui vendait aussi des armes sur ses salons d’exposition. []
  4. Celles-ci se sont toutefois rattrapées en participant aux initiatives de migration des revues hors du giron d’Elsevier : voir, par exemple, la revue Sociologie du travail. []
  5. Concrètement, une partie des titres Springer sont publiés à compte d’auteur, sans peer review. Ce n’est pas une situation unique dans l’édition scientifique : en France, L’Harmattan est également un éditeur qui publie dans des conditions se rapprochant du compte d’auteur, et souvent sans aucun peer review (bien que cela varie du tout au tout selon la collection). []
  6. L’autre riposte étant évidemment l’exit : voir la note de bas-de-page précédente où je mentionne l’édition open access financée sur fonds publics. []

Nouvelles revues SHS à l’horizon

Le temps éditorial passe vite : des revues telles que Big Data and Society, Research & Politics ou Sociological Science, qui me paraissent encore toutes « neuves », ont déjà quatre ans ! Et RESET en a déjà six…

Dans les nouvelles revues repérées ces derniers mois, grâce aux amis qui y participent :

Les sciences, et les sciences humaines et sociales en particulier, créent tout plein de revues, à tout bout de champ ; certaines durent, d’autres pas.

Cela me semble faire partie de l’écologie des disciplines scientifiques, qui, comme tout débat d’idées, a besoin d’un « écosystème éditorial » foisonnant – et donc chaotique et décentralisé – pour se perpétuer et se renouveler. Certaines des niches écologiques de cet écosystème seront dominantes, d’autres seront marginales, certaines seront stériles, d’autres seront fertiles… et la somme vaudra toujours plus que ses parties. L’écosystème du logiciel est gouverné par les mêmes principes – et victime des mêmes phénomènes de capture par des acteurs commerciaux dont on ferait bien de se débarrasser.

Notez, pour conclure, que même si ma liste de revues ne contient aucun titre de la plateforme Revues.org : portail de revues en sciences humaines et sociales, c’est bien là-bas qu’une immense partie de l’écosystème éditorial des revues SHS se développe actuellement. Un rapide passage par la page d’accueil m’a suffi pour y repérer tout un tas de revues intéressantes : Économie & institutions, Quaderni di sociologia, Écrire l’histoire, et même TV/Series ! Ces revues n’ont pas été lancées cette année, mais leur mise en ligne sur Revues.org date, à ma connaissance, des derniers mois.

Et vous, qu’avez-vous repéré cette année ?

Plein de bonnes nouvelles sur le front de l’accès ouvert aux travaux scientifiques

Lu il y a quelques semaines dans l’excellente New York Data Science Community Newsletter, ma newsletter favorite du moment (et qui a désormais son équivalent sur la côte ouest des États-Unis) :

  • SocArXiv, le dépôt de publications que j’avais signalé en août dernier, est désormais officiellement lancé !

    SocArXiv, the open access, open source archive of social science, is officially launching in beta version today. Created in partnership with the Center for Open Science, SocArXiv provides a free, noncommercial service for rapid sharing of academic papers; it is built on the Open Science Framework, a platform for researchers to upload data and code as well as research results.

  • Et dans la foulée, la psychologie s’y met aussi, avec PsyArXiv :

    Today, PsyArXiv officially launches its open access digital archive, PsyArXiv.com, dedicated to psychological science. PsyArXiv joins a growing collection of online archives in fields including physics, biology, linguistics, and sociology, by providing a free, open access outlet for new findings in the psychological sciences.

  • Toutes ces initiatives s’inspirent d’arXiv, qui a, concrètement, réglé le problème de l’accès aux travaux scientifiques dans certaines disciplines (notamment l’informatique, la physique, les mathématiques et les statistiques). La philosophie, quant à elle, a PhilPapers, même si je n’ai pas l’impression que le portail soit aussi fréquemment utilisé qu’arXiv l’est dans les autres disciplines citées.

  • Rappelons aussi, pour la forme, qu’en France, on dispose des portails HAL, HAL-SHS, TEL et autres variantes, qui, à défaut d’être superbes et/ou ergonomiques, font néanmoins un excellent travail de dissémination des publications : j’en tiens pour témoins les étudiants dont j’encadre les travaux de recherche de fin de Licence, et qui s’en servent beaucoup.

    Aparté — une documentaliste de mon ancienne UMR CNRS m’avait dit que le dépôt des publications d’un laboratoire dans HAL était obligatoire pour que la publication soit prise en compte, notamment dans les rapports d’avancement que demandent les organismes comme le CNRS, mais je n’ai pas l’impression que la consigne soit vraiment suivie. Je suis abonné au flux RSS des publications SHS:SCIPO1, et je vois passer plein de choses2, mais pas tout, loin de là.

Bref, diffuser un preprint – en lui adjoignant un DOI, pour un suivi aussi fiable que possible sur le long terme – n’a jamais été aussi facile ; et pour le code, les données et autres matériaux de réplication, il y a d’autres portails, tels que Dataverse, Figshare ou Zenodo.

Notez que toutes les initiative listées ci-dessus devraient être plus fiables, sur le long terme, que les portails privés, tels que Academia ou ResearchGate3, sur lesquels je trouve utile d’avoir un compte pour des questions de visibilité à court terme, mais où je renâcle à déposer quoi que ce soit—le rachat de SSRN par Elsevier ayant achevé de me convaincre que ces « pages Facebook pour chercheurs » sont à utiliser avec précaution.

Avant-dernière chose, la même newsletter citée en tête de billet m’apprend l’existence de l’initiative suivante :

The Open Research Funders Group (ORFG) is a partnership of funding organizations committed to the open sharing of research outputs. This will benefit society by accelerating the pace of discovery, reducing information-sharing gaps, encouraging innovation, and promoting reproducibility. The ORFG will speak in an amplified voice, and engage a range of stakeholders to develop actionable principles and policies that enable sharing and collaboration across the global research enterprise.

The Open Research Funders Group (ORFG) has its genesis in an October, 2015, meeting convened by the Robert Wood Johnson Foundation (RWJF) and the Scholarly Publishing and Academic Resources Coalition (SPARC). This forum of open access stakeholders included representatives from more than 50 organizations. It offered a unique opportunity for participants to share experiences, concerns, strategies, and questions regarding open access and open data.

Et enfin, tout dernier rappel, pour citer les amis et alliés dans la lutte pour l’accès ouvert aux travaux scientifiques : ce blog est hébergé sur Hypothèses, une plateforme de blogs scientifiques inclue dans l’initiative OpenEdition, conçue par le Centre pour l’édition électronique ouverte (Cléo)4.

Ça vous fera assez d’ouverture pour la journée, ou j’en remets une « open » couche5 ?

Deux cadeaux pour terminer

  1. C’est Noël très en avance sur OpenEdition Books, qui a récemment mis en ligne les deux volumes de L’argument statistique, l’oeuvre finale du très regretté Alain Desrosières. À inclure dans vos plans de cours, et merci à l’éditeur !

  2. Et pour terminer, je découvre que j’ai complètement raté le lancement de Socius, une revue « libre accès + publication rapide » de l’American Sociological Association. Cet excellent billet d’Elizabeth Popp Berman vous en dira beaucoup plus.
  1. Eh oui, ça existe. Je suis un gros nerd, et un fanboy absolu du standard RSS, auquel avait amplement contribué le très regretté Aaron Swartz, un de mes héros personnels. Si j’avais une fille, je ne la laisserais pas se marier à quelqu’un qui n’a pas de lecteur RSS. []
  2. En ce moment, je découvre, par exemple, les passionnants travaux de l’historien Jacques Sémelin, et ce grâce à HAL-SHS. []
  3. De même, Google Scholar, qui est simplement un dérivé de l’indexation de Google et qui ne permet pas de déposer quoi que ce soit, ORCID, qui fournit une sorte d’identifiant unique pour les chercheurs, ou Publons, qui se concentre sur l’activité de peer review. []
  4. Je siège par ailleurs dans l’un des conseils scientifiques d’Hypothèses. []
  5. Pour passer la deuxième couche, il y a ces slides hyper-denses de Jérome Valluy. []

Persée.fr libère ses données !

Il y a bientôt deux ans, j’avais écrit un peu de code pour récupérer des informations sur le sous-espace éditorial constitué par les articles publiés dans les revues du portail de revues scientifiques Cairn.info.

À l’époque, j’avais aussi commencé à écrire le code pour faire la même chose avec Persée.fr, mais n’avais pas persévéré : le code HTML des pages était beaucoup plus lourd à manier que celui de Cairn.info, et les possibilités de chaînage entre les deux plateformes trop limitées.

Ces barrières techniques viennent de tomber : Persée a récemment lancé son portail « open data » (qui s’appelle, ne me demandez pas pourquoi, un « triple store« ), où l’on peut désormais récupérer toutes les métadonnées des articles publiés sur la plateforme dans un joli format RDF !

Les équipes de Persée.fr ont vraiment bien fait les choses : le portail peut être interrogé en SPARQL, et les identifiants des individus (auteurs, éditeurs, etc.) sont alignés sur le référentiel IdRef que l’on retrouve sur SUDOC et sur Thèses.fr (voir ce billet).

À l’heure où j’écris ce billet, je n’ai fait que lire la documentation du portail, qui explique très bien les choix (judicieux) de l’équipe à l’initiative de son lancement. Plus de nouvelles quand j’aurai un peu joué avec les données.

Zilsel en revue, sur Cairn

Ce blog s’est souvent fait le relais des canulars publiés sur le Carnet Zilsel, soit pour parler de la forme-canular, soit pour parler de la topologie éditoriale des sciences humaines et sociales, et de la sociologie en particulier, ce qui m’avait amené à rédiger une série de billets sur la plateforme éditoriale Cairn.info.

Dans un superbe mouvement de mise en abyme, le Carnet Zilsel est récemment devenu une revue, que l’on peut désormais trouver… sur Cairn, la plateforme qui diffuse aussi l’une des revues ciblées par le canular de l’Autolib d’Arnaud (Saint-Martin) et Manuel (Quinon), que j’ai rencontrés quelques mois après.

Comme le laisse transparaître le sommaire du n°1, la revue est, fondamentalement, une revue de sociologie des sciences. Il faut rajouter à cela, et l’on verra si la tendance persiste au fil des numéros, que la revue est aussi un espace de critique féroce1. Reste qu’après la publication de comptes-rendus tels que celui-ci ou celui-là, on pouvait entendre certains egos se flétrir aux fenêtres de certains bureaux.

Je fais partie du comité de rédaction de la revue, de même que tout un tas de gens que je connais parfois de nom, parfois de vue, mais rarement plus. L’ambiance des séances de travail sur le « numéro 1 » était sympa :

L’éditorial du numéro, qui explique notamment l’origine de son nom, est en ligne, et le n°1 fait 418 pages. Heureusement, la revue ne sortira que deux fois par an, ce qui me laissera peut-être la chance de terminer chaque numéro avant la sortie du suivant.

  1. Féroce, mais pas méchant : les accusations méprisantes de « négationnisme » ne sont évidemment pas à l’ordre du jour. Pas méchant, et même plutôt drôle : la forme-canular a notamment cette vertu. []

Bonnes résolutions 2017, édition « science des données »

En toute probabilité, cette année, vous n’allez ni arrêter de fumer, ni commencer à manger et à dormir de manière équilibrée, ni vous astreindre à un planning hebdomadaire de passages à la piscine. Enfin, cette année, vous n’allez certainement pas réguler votre dose quotidienne de café1.

En revanche, cette année, vous pouvez prendre dix bonnes résolutions pas très compliquées, sur recommandation des nerds derrière le comptoir. Ces résolutions tournent autour de la « science des données », la fameuse data science, dont on ne sait pas encore exactement ce que c’est—mais ce n’est pas grave.

  1. Boycottez Elsevier

    Il faut continuer à signer la pétition The Cost of Knowledge, et encourager les réseaux de bibliothèques universitaires qui ont pris des initiatives de désabonnements massifs de certains « bouquets » de revues aux prix prohibitifs.

    Ce n’est pas compliqué, et c’est nécessaire si l’on veut mettre le minimum de pression nécessaire sur l’édition scientifique. Malheureusement pour la science politique, il y a d’excellentes revues chez Elsevier : Electoral Studies et Sociologie du travail2. Pour l’analyse de réseaux, c’est pire, la revue centrale est chez Elsevier.

    Mise à jour : un gentil commentateur m’apprend que Sociologie du travail s’apprête à quitter Elsevier pour rejoindre Revues.org. Double excellent choix ! L’éditorial de Didier Demazière sur le sujet est très intéressant à lire en entier.

  2. Désactivez Flash

    L’année 2016 n’a pas manqué de hacks (ou de révélations d’anciens hacks) spectaculaires, et si vous avez un compte LinkedIn ou Yahoo!, vous êtes concernés. Pour faire le point, voir l’excellent service Have I Been Pwned?

    Pour réduire les risques, cette année, vous pouvez notamment abandonner Flash, en le désactivant dans les préférences de votre navigateur Internet. C’est totalement indolore : l’industrie a abandonné ce format, et les sites Internet que vous consultez ont déjà fait leur transition vers autre chose.

  3. Apprenez R

    C’est le bon moment pour apprendre R. Comme tous les langages, il est périssable, mais en ce moment, il est à son apogée : les outils de base de la science des données (import/export, manipulation, visualisation) sont robustes, et les innovations quasi-quotidiennes3.

    L’offre de formation à R est aussi à son apogée : on trouve presque tout sur Internet, sur Stack Overflow notamment, et les formations hors-ligne s’organisent aussi—j’en dirai plus cette année, ici ou ailleurs. Surtout, c’est dans ce langage que se mènent, en ce moment, certaines des discussions les plus intéressantes sur comment analyser quelles données (Julia et Python comptent aussi, bien sûr).

    Si vous êtes data-journaliste ou aspirant à l’être, et/ou si vous vous levez le matin pour analyser des données, apprenez R, et le reste suivra.

  4. Utilisez Youtube

    En 2016, j’ai enfin réussi à faire comprendre à Youtube que je n’étais pas intéressé par les vidéos d’Alain Soral et Jean-Luc Mélenchon, ce qui m’a permis d’utiliser Youtube pour remplacer l’écoute de France Info à mes heures perdues.

    Pour cela, j’ai dû m’abonner à tout un tas de « canaux » Youtube, histoire de les faire peser dans l’algorithme de recommandation. Voici quelques exemples de canaux recommandables :

    Médias
    Arte, Arte+7, Arte – Tracks, Mediapart ; Mediapart, en particulier, publie de longs et excellents débats quasi-nocturnes : je recommande en particulier ceux de la série « Moyen-Orient Express« 
    Universitaire
    British Academy, Center for European Studies, Paris School of Economics, London School of Economics (and Political Science), Lee Kuan Yew School of Public Policy
    Autres
    Oxford Union Society, Alan Macfarlane, Bycome, Reactions, On The Top of Damavand for ever, DEFCONConference
  5. Apprenez HTML

    Bilan d’une conversation avec un ami : dans la vie, ce sont les langages qui vous amènent quelque part. Dans mon cas, ce fut l’anglais, le web design valide et accessible, et la programmation statistique, avec Stata puis avec R.

    J’ai appris HTML5 et CSS2/3 il y a quinze ans, à une autre époque, celle de Jeffrey Zeldman, Mark Pilgrim et Eric Meyer. À l’époque, il fallait y rajouter un peu de Javascript et PHP/MySQL ; aujourd’hui, il faut rajouter beaucoup de Javascript, librairies et frameworks inclus (Angular, Node, jQuery). Je conseille d’apprendre les bases avant tout.

  6. Défendez RSS

    La fermeture de Google Reader, qui fut, je pense, l’une des plus grosses erreurs jamais commises par Google/Alphabet, a condamné l’utilisation de masse des flux RSS ; mais les blogueurs, journalistes et autres geeks connaissent RSS, et veulent continuer à l’utiliser.

    Le standard est menacé de disparaître : il n’y a pas de flux RSS (ou Atom) sur Twitter (solution alternative), par exemple, et la nouvelle plateforme d’édition scientifique de Cambridge University Press, Cambridge Core, n’a plus de flux RSS pour ses revues4 Il faut protester quand l’occasion se présente.

  7. Envisagez Linux

    Voici la seule recommandation de cette liste que je n’ai pas encore prise.

    Il y a trois ans, si j’avais fait la liste des choses qui me manqueraient si je passais de Mac OS X à Linux, la liste était longue ; aujourd’hui, elle est de plus en plus courte. À l’inverse, la liste des choses agaçantes et/ou inutiles sur Mac OS X – maintenant macOS, mais vu que je n’ai pas l’utilité des nouvelles fonctionnalités du système, je suis encore sous Mac OS X 10.9 – s’est allongée.

    Il reste trop de choses génialement conçues sur Mac OS X pour que j’envisage un « switch » immédiat, mais j’hésite désormais autant à installer Xubuntu qu’à installer macOS. La dernière itération du MacBook, qui est un gros jouet plutôt qu’un ordinateur, me conforte dans cette tendance.

  8. Hebdomarisez Facebook

    Ce n’est évidemment pas l’usage que Facebook souhaite que ses utilisateurs aient du service, mais de mon point de vue, Facebook devrait une sorte d’hebdomadaire. En 2016, Facebook a d’ailleurs inauguré son équivalent des marronniers sur l’islam ou les Francs-Maçons, avec le phénomène des « fake news.

    Les outils pour transformer Facebook en « revue hebdomadaire » restent à inventer – consulter Facebook une fois par semaine ne suffira pas5 –, mais c’est l’une des choses que j’aimerais voir se développer cette année, après dix ans d’utilisation et quelques pauses de désintoxication.

  9. Documentez une API

    Cette résolution est peut-être la plus importante de ma liste. Elle est sous-rédigée, mais j’essaierai d’y revenir plus tard cette année.

    Il y a de plus en plus de sources de données, mais le nombre d’individus qui les documentent est à peu près stable. C’est un problème, car pour que la « science des données » décolle et produise un vrai saut qualitatif, il faudra de la main d’oeuvre, et elle doit être aussi diverse que possible6.

    À l’heure actuelle, les données disponibles sous la forme d’APIs sont documentées par les développeurs de ces APIs, ou par quelques-uns de leurs utilisateurs7. Cela ne suffira pas : comme sur Wikipedia, il faut différentes categories de contributeurs pour créer un écosystème. Ma conviction est que l’écosystème actuel des APIs est trop homogène, trop uniforme : il faut des journalistes, des chercheurs, des informaticiens, mais aussi des étudiants, des cartographes, des bureaucrates, bref un peu de tout, et ce mix est rarement présent aujourd’hui.

    Conclusion : si vous avez un intérêt dans la data science, qui sera probablement mon thème pour 2017 sur ce blog et ailleurs, participez à documenter une API.

  10. Bloguez sur Hypothèses

    On est bien sur Hypothèses, et le ‘Bistro a déjà un billet de prêt (ou en préparation) jusqu’à début mars, au rythme d’un billet tous les trois ou quatre jours. Le planning pourra évidemment changer si nécessaire, mais un rythme de deux billets par semaine me semble être un bon rythme de croisière.

    Venez sur Hypothèses, et meilleurs voeux à toute l’équipe !

  1. Ce ne sont que des exemples, hein. Ne dîtes rien à mes parents, s’il vous plaît. Par ailleurs, êtes-vous déjà allé en Norvège ? C’est fantastique, les gens boivent du café à toute heure du jour et de la nuit. Autre question : êtes-vous déjà rentré dans une boutique Nespresso ? C’est terrifiant, les employés se présentent comme des « collaborateurs ». []
  2. De mon point de vue, la meilleure revue francophone de sociologie des organisations. Moment nostalgie ce Noël, quand j’ai retrouvé L’acteur et le système et Le pouvoir et la règle dans mes étagères. []
  3. À suivre cette année, les progrès en manipulation de données spatiales. Les cartographes utilisant R sont très bien organisés, et les derniers exemples de réalisations dans le domaine sont très prometteurs. []
  4. J’ai déjà râlé à ce sujet auprès des développeurs, et espère que Cambridge Core introduira des flux RSS pour ses revues cette année, même si je n’en ai actuellement aucune garantie. []
  5. Idée : une extension pour navigateur Internet qui ouvrirait des combinaisons d’onglets différents selon le jour de la semaine. []
  6. Au niveau professionnel, mais aussi au niveau sociologique, évidemment. []
  7. Voici un exemple : quelques APIs suédoises, listées par un data-journaliste de SVT.se. []

Début de reprise

Ce n’est vraiment encore la reprise, mais un peu quand même, alors on s’y remet.

Deux comptes-rendus de conférences, et un projet à suivre :

Et une photo de voyage, histoire de répéter ce que j’ai déjà dit sur Facebook : le “Bourdieu” de Fabiani est un excellent livre qui accompagne très bien les heures chaudes.

Tanger, juillet 2016

Photo prise à la terrasse du Café Menara, Tanger, Petit Socco, Maroc.

Les Presses universitaires du Septentrion à livres ouverts (et une digression ministérielle)

Les Presses universitaires du Septentrion sont désormais présentes sur OpenEdition Books, la plateforme de livres en sciences humaines et sociales du Centre pour l’édition électronique ouverte. Vous aurez noté qu’il s’agit du même centre qui héberge la communauté de blogueurs Hypothèses, et donc ce blog parmi beaucoup d’autres.

Concrètement, le passage au numérique signifie qu’accéder à un bouquin de ces presses ressemble désormais à ça :

septentrion-openedition

L’accès au texte intégral des ouvrages est libre et universel, et la plus-value du numérique vient des outils de recherche et d’archivage de l’édition papier ne peut offrir que de manière plus limitée1.

Les ouvrages disponibles sur OpenEdition Books ne sont pas nécessairement tous en accès libre (qui signifie ici “gratuit”) : ceux de la collection Res Publica des Presses Universitaires de Rennes, par exemple, sont accessibles uniquement sur abonnement. Voici le texte de la notice explicative que l’on trouve en haut des textes :

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l’ont acquis dans le cadre de l’offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Le développement de ce type d’offre est l’un des enjeux les plus importants de l’édition scientifique, et par extension, de l’économie contemporaine des biens culturels.

Tiens, d’ailleurs, peut-être le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche aurait-il quelque chose à en dire ? Voyons voir :

mesr-1

Ah, mais ça a l’air très bien ça ! Bon, une demi-journée, c’est peu, mais l’agenda est chargé. Voyons sur quoi les heureux participants ont bossé :

mesr-2

Euh… d’accord, mais ça fait beaucoup de connecteurs plus ou moins logiques pour assez peu de contenu. Ce qui me conduit à me demander si, dès lors, les demandes, et spécifiquement les demandes sensibles, progressent à la vitesse du dialogue devant améliorer les bilans prospectifs dont doivent bénéficier les décideurs publics.

Vous ne voyez pas où je veux en venir ? La suite devrait vous éclairer :

mesr-3

Bon, vous avez compris, là ? Non ? Je vous aide :

mesr-pipeau

Plus sérieusement, la lecture de la langue de bois est intéressante quand on sait y lire ce qui s’y cache dans le filigrane, ou y voir ce qui ne s’y trouve pas. Et je pensais, de façon très orgueilleuse, que mes quelques années d’entraînement dans ce domaine m’aideraient à décrypter le filigrane de la réflexion ministérialisée.

Amère déception : je n’ai vraiment pas trouvé grand chose, et le “dossier de presse”, du haut de ses six pages (couverture incluse), est à peine plus informatif. Heureusement, en ce qui concerne l’édition numérique, la mesure pertinente annonce du lourd :

mesr-cp

Du lourd, je vous dis.

Bon, peut-être en saura-t-on plus sur ce que l’on pourrait imaginer pour l’édition numérique à l’issue de la mission de l’Inspection générale des bibliothèques… Rendez-vous plus tard cette année (si tout se passe bien).

En attendant, il y a OpenEdition Books.

  1. Si vous avez déjà râlé contre un index thématique incomplet, passé une demi-journée à vous esquinter les yeux devant une photocopieuse, ou trimballé des cartons de bouquins d’une ville à l’autre, vous voyez très bien de quoi je parle. []

Bravo Marin ! (et vive le Cléo)

Marin Dacos, Pierre Mounier (photo : Élodie Picard)

Photo : Marin Dacos et Pierre Mounier en 2009, à l’occasion du cours “Outils de publication web : comparaison et évolutions” à l’Université d’été de l’édition électronique ouverte. Photo d’Élodie Picard (Cléo).


Marin Dacos, que je connais depuis une dizaine d’années et qui m’a fait l’honneur de m’embarquer dans les aventures de ce qui allait devenir plus tard le Cléo1, a récemment reçu une médaille scientifique bien méritée2.

Bravo Marin ! Et bravo à toute l’équipe que tu as rassemblée au fil des années. J’ai une pensée particulière pour Pierre Mounier, engagé à tes côtés sur les questions d’accès ouvert à la recherche depuis le début.

Et je dis bien “engagé”, car si je n’ai compris qu’une seule chose au sujet de l’édition scientifique au cours des dix dernières années, c’est qu’il s’agit bien d’une lutte, acharnée même, en France comme à l’étranger, et d’un combat très déséquilibré de surcroît, aussi bien en termes de ressources mobilisables par chacun des protagonistes qu’au niveau de l’information qui fonde les positions des uns et des autres.

Pour les chercheurs en sciences humaines et sociales, un round supplémentaire du combat est en train de s’écrire en ce moment même outre-Atlantique. À suivre, en espérant que les chercheurs français finissent un jour par tous comprendre ce qu’apporte une unité de services telle que le Cléo, qui – enfonçons un peu plus loin le clou – ne doit sa légitimité actuelle qu’à un combat de longue haleine contre toutes sortes d’institutions et de positions favorables à un accès payant, à des coûts prohibitifs, à la recherche scientifique publique.

Pour terminer sur une autre parenthèse personnelle, à la même époque où je rencontrais Marin et Pierre pour la première fois, grâce notamment au petit milieu que constituait alors le blogging scientifique francophone, j’avais également rencontré Lawrence Lessig, qui faisait campagne pour Creative Commons.

J’ai tiré de toutes ces rencontres quelques recherches sur les politiques du droit d’auteur sur Internet, mais j’en ai surtout tiré quelques solides convictions sur l’accès à la connaissance, convictions qui n’ont pas varié d’un iota depuis.

Aujourd’hui, j’ai bon espoir que ces convictions soient aujourd’hui mieux représentées dans le champ scientifique, toutes générations confondues, et je sais que je dois cet espoir à des gens comme Marin et Pierre en France, et d’autres comme Lawrence Lessig à l’étranger.

Ajout du lendemain : sur un sujet connexe, et sur cette même plateforme, voir ce billet présentant Sci-Hub et son enjeu sous-jacent, c’est-à-dire la lutte contre le racket de la publication scientifique.

  1. Plus précisément, en 2008, Marin m’a proposé de rentrer au comité scientifique de la plateforme Hypothèses, dont je m’efforce, avec plus ou moins de succès, de suivre les discussions depuis. []
  2. La médaille émane d’un organisme qui, malheureusement, persiste à se ridiculiser en éditant tout un tas d’élucubrations vaseuses sous le nom de “sociologie de l’imaginaire”, mais bon, ce n’est pas le sujet ici, même s’il faudra y revenir. []