De l’auto-destruction en Amérique

Début février, j’écrivais ceci :

Depuis la préparation de ce billet il y a quelques semaines, Trump est devenu président des États-Unis, a littéralement décimé certains ministères fédéraux, et a pris toute une suite de mesures qui confirment le fonctionnement autocratique et anti-légaliste de son administration rapprochée. Les plus optimistes s’attendent à une procédure réussie d’impeachment1, les plus pessimistes parlent de ballon d’essai pour un coup d’État.

J’ai encore du mal à croire qu’en quelques semaines à peine, on en soit arrivé au stade où les deux cas de figure évoqués ci-dessus soient devenus, à des degrés différents, crédibles, mais c’est bien le cas : les révélations des dix derniers jours ont fourni tout ce qu’il faut pour justifier d’une procédure d’impeachment contre Donald Trump, ou même, procédure tout à fait exceptionnelle qu’un ami au sens politique hors du commun avait prédit il y a plusieurs mois, d’une invocation du 25e Amendement, Section 4.

Dans ce contexte, il n’est pas étonnant que les membres des chambres parlementaires en viennent à réfléchir aux alternatives, et à la meilleure manière de les mettre en oeuvre : c’est à ce type de « destitution concertée » que l’histoire des régimes autoritaires destine les autocrates en situation d’effondrement de leurs soutiens.

Comment en est-on arrivé là ?

Le spectacle affligeant et obscène qu’a offert Trump dès son entrée en fonction – et avant ça, pendant la campagne électorale – a de nombreuses explications, mais voici trois éléments dont il me semble qu’ils ont très directement contribué à faire émerger la situation actuelle :

  • Dès le départ, Trump a choisi d’ériger la presse en parti d’opposition, et pas seulement en relais indirect des attaques issues d’un camp adverse plus ou moins dissimulé derrière elle : comme le montre l’épisode délirant des attaques terroristes « non couvertes » par les médias, la presse est l’ennemi numéro un de Trump, qui semble incapable de s’intéresser à tout autre espace que l’espace médiatique.

    Cette stratégie est idiote : l’adversaire désigné n’est pas un concurrent électoral, et la destruction physique de l’ennemi n’est pas une option ; en conséquence, je pense que le jeu répété qu’a créé Trump va nécessairement finir par se retourner contre lui, au fur et à mesure qu’augmenteront les coûts de la loyauté que lui porte encore un média comme Fox News.

  • Sa méthode du mensonge érigé en doctrine de gouvernement2, qui se rapproche incroyablement de celle de Slobodan Milosevic, n’est viable qu’entourée des institutions qui font tenir les régimes autocratiques.

    Dans un régime démocratique, je ne vois pas comment le voile ne pourrait pas finir par être levé sur le fait que Trump ne comprend absolument rien à rien à l’économie ou à la diplomatie, avec pour conséquence d’être incapable de satisfaire ses électeurs, en plus de faire peser une réelle menace géopolitique au niveau mondial.

  • Vient enfin la guerre interne que Trump semble avoir ouvert avec l’appareil exécutif fédéral, en cherchant à lui faire subir ce que Newt Gingrich a fait au Congrès, c’est-à-dire tenter de le rendre stupide (du grec stupos, frappé de stupeur). C’est en tout cas comme ça que je perçois sa guerre à bas bruit aux statistiques officielles3, ou son non-remplacement de conseillers en politique étrangère, en sciences et technologies, et plus généralement un peu partout dans l’appareil fédéral4.

    Or, à long terme, je ne comprendrais pas que la bureaucratie ne prenne sa revanche, à sa manière : en sabotant les projets du saboteur, en rendant les coups avec plusieurs mois (voire années) de décalage, et en savourant les effets de sa contre-offensive aux mid-terms de 2018, par exemple5.

Un changement de cap est-il probable ?

La déroute politique actuelle de Trump peut théoriquement s’arrêter du jour au lendemain, mais cela lui demanderait d’effectuer un « virage de personnalité » dont il est quasi-certainement incapable, en plus d’un changement quasi-intégral de garde rapprochée, ce qui lui demanderait notamment de renier publiquement plusieurs membres de sa famille.

Pour ces raisons, je ne pense pas que Trump « apprendra » de ses errements et modifiera son jeu politique en conséquence : il me semble beaucoup plus plausible qu’il suive le chemin inverse, qui consiste à s’enfoncer dans le déni et à continuer droit devant, au motif que l’on ne s’est pas laissé impressionner par l’opposition.

Il faut rappeler, enfin, que Trump n’est pas un homme politique, et ne semble pas particulièrement sensible à l’effritement de sa base électorale. Les médias les plus serviles de son camp semblent être sa seule source d’inspiration quotidienne, et l’on peut espérer que ceux-ci finiront par se retourner contre lui, d’une manière ou d’une autre.

Rendez-vous dans quelques mois pour un nouveau bilan à mi-parcours.

Addendum : un argument similaire à celui de ce billet est développé dans cette excellente tribune de Masha Gessen, déjà citée ici et sur ce blog.

  1. Les procédures de removal from office sont à la mode : au Brésil et en Corée du Sud, deux présidentes (deux femmes) ont été destituées à quelques mois d’intervalles. Le cas précédent était Viktor Yanukovych (Ukraine) en 2014, l’impeachment de Jacob Zuma (Afrique du Sud) en 2016 ayant échoué. []
  2. Sur cette méthode, le meilleur analyste de Donald Trump reste Scott Adams, qui a parfaitement compris – dans les moments où il arrive à oublier à quel point il déteste Hillary Clinton – le jeu du personnage. []
  3. Trump semble avoir promu suffisamment de personnes motivées par cet objectif pour que les premiers dégâts soient déjà visibles : les données sur la sécurité animale, l’open government data, et bien sûr les données climatiques, en sont les premières victimes. Data delenda est. []
  4. Note : la fin de cette phrase a été rajoutée quelques jours après la publication de ce billet. []
  5. À l’inverse, on imagine mal les bénéfices électoraux que Trump pourrait réclamer pour avoir supprimé quelques pages des sites Internet fédéraux. Sa « stratégie » me semble, ici encore, destinée se retourner contre lui, au moins sur les moyen et long termes. []

Annals of Youtube Science 1(9) : Tragédie des temps présents

Dans ce numéro un peu spécial des Annals of Youtube Science, un document historique.

Au début de cette année, j’ai été un peu pessimiste ; mais je n’ai pas été le seul :

Depuis la fondation de cette République [états-unienne], le discours nativiste d’une partie des Conservateurs (par exemple Huntington) craignait que les Sud-Américains hispanophones ne finissent par affaiblir les normes démocratiques (« anglo-saxonnes ») à cause d’une culture historique de pronunciamentos et coup d’Etats de Généraux et caudillos. Et c’est au nom de la discrimination contre les Latinos que la démocratie américaine fait arriver au pouvoir suprême ce qui ressemble le plus à un Catilina qui ne cache même pas son admiration pour les « Hommes Forts » autoritaires et son mépris pour les valeurs démocratiques. L’histoire n’a peut-être pas de « dialectique » mais elle recèle de l’ironie.

C’est bien vu, mais n’oublions pas trop vite la cohorte de petites mains dévouées qui a oeuvré à l’ascension de ce spectaculaire et crépusculaire abruti qui préside, pour quelques temps, au destin manifeste de nos amis d’outre-Atlantique.

Voici la video du débat entre l’ancien directeur de campagne de Donald J. Trump, Corey Lewandowski, et les étudiants de l’Université d’Oxford (celle qui, à seulement deux exceptions, a fourni tous les Premiers ministres britanniques depuis la Seconde guerre mondiale) réunis par l’Oxford Union (chaîne Youtube) :

Les cris étouffés que l’on peut entendre à certains points de l’enregistrement sont ceux des étudiants qui manifestaient à l’extérieur de la salle, comme cela avait été le cas lorsque Marine Le Pen et Tommy Robinson, par exemple, avaient été invités à s’exprimer1.

En écoutant le discours, et encore plus en écoutant le match de boxe qui a suivi – un spectacle « élites versus populistes » qui n’a pas échappé aux médias partisans de tous bords –, je n’ai pu m’empêcher d’entendre, dans les arguments de Lewandowski, une sorte de version au rabais des ficelles de persuasion utilisées par Trump lui-même, le Master Persuader dont parle Scott Adams.

Le comportement des étudiants d’Oxford, qui ouvrent la discussion par une salve de critiques acerbes puis finissent par implorer, presque de grâce, la raison de leur interlocuteur (au sujet du changement climatique), donne toute la mesure de leur légitime et impuissant désarroi.

Le comportement de Lewandowski est tout aussi caractéristique : au fil des échanges avec la salle, et après une passe d’armes très tendue avec le président de séance, on le sent se retrancher dans des réponses de plus en plus instinctives, après qu’il a usé de tous les trucs et astuces du démagogue : élever la voix, en appeler aux émotions, monter des exemples en généralité, et surtout, ne jamais, jamais reconnaître la moindre erreur, faille ou incomplétude de raisonnement.

L’Histoire n’a peut-être pas de dialectique, mais à l’écoute de ce débat, j’ai eu l’impression d’entendre s’affronter les produits conventionnels de la démocratie représentative – l’une des plus anciennes, dans les murs d’une de ses plus anciennes institutions – avec leur « mouton noir », leur nemesis, en quelque sorte. Je ne sais pas s’il sortira quoi que ce soit de positif de tout ça, mais dans l’immédiat, je ne vois rien de tel à l’horizon.

  1. Tommy Robinson est le fondateur de l’English Defence League (EDL). Notez bien qu’il s’agissait d’invitations séparées, pas d’une conférence des deux (Le Pen et Robinson) ensemble. Vous trouverez les détails dans The Oxford Student, et les conférences sur Youtube. Est-ce que je conseille de regarder ces conférences ? Marine Le Pen, j’en doute, car on connaît la musique, mais pour ceux qui ne connaissent pas l’EDL, je pense que la conférence de Robinson (et les questions-réponses qui suivent) est instructive pour comprendre comment fonctionne l’extrême-droite britannique. []

Annals of Youtube Science 1(2) Suppl 1 : Il faut défendre la société civile américaine

La plupart des billets publiés sur ce blog le sont avec plusieurs semaines d’avance : le précédent, qui parle de la « transition Trump » aux États-Unis, ne fait pas exception, et évoque donc la période révolue de son arrivée au pouvoir.

De ce fait, je n’y ai pas évoqué les derniers événements, et en particulier deux des événements contestataires qui ont marqué l’actualité politique américaine dernières semaines — « marches pour les femmes » juste après l’inauguration de Trump, et manifestations dans les aéroports contre le refugee ban.

Dans les deux cas, ces événements donnent un très bon aperçu de ce que l’on enseigne, en sociologie politique, sous le nom de « participation politique non conventionnelle » : des acteurs sociaux, plus ou moins organisés en amont, se mobilisent en dehors des dispositifs politiques que sont les partis, les élections et le vote, pour faire connaître leur (absence de) soutien aux pouvoirs publics par d’autres moyens, autorisés ou non par ces mêmes pouvoirs.

Toutes les dimensions de ces événements sont intéressantes à analyser : le degré d’organisation préalable des groupes mobilisés (les mouvements féministes, les groupes de soutien aux réfugiés), la couverture médiatique des mouvements, la stratégie de moyen terme de l’exécutif…

La conférence ci-dessous s’inscrit dans ce contexte. Il s’agit d’une table ronde organisée par la NYU School of Law (chaîne Youtube), et qui montre comment la communauté universitaire est en train de s’organiser pour disséquer, mais aussi surtout pour lutter contre, les mesures de l’administration Trump :

Encore une fois, toutes les dimensions de l’événement sont intéressantes à prendre en compte : les personnes qui s’expriment ici – les juristes d’une université « libérale » de la côte Est – étaient préalablement organisées, dotées de capitaux très importants liés à leur activité professionnelle – très fort niveau de politisation, connaissances pointues en droit, salaires et budgets universitaires, très hauts niveaux de capital social, etc. –, auxquels se superposent la spontanéité et les forces supplémentaires de l’indignation, et leurs actions sont susceptibles d’avoir des conséquences de court, moyen et long termes.

Je n’ai pas le temps de rendre compte, dans le détail, de toutes les idées qui me viennent à l’esprit en suivant, par le biais des médias américains, les événements en cours—limogeage forcé de l’Acting Attorney General Sally Yates, résistance des tribunaux aux mesures de déportation, et ainsi de suite. Tout juste ai-je le temps d’attirer l’attention sur l’importance de l’arme du droit dans ce qui est en train de se jouer aux États-Unis.

À ce sujet, voici deux conférences données au Canada en 2014 par Liora Israël. La première, intitulée « Mobiliser le droit. Une approche sociologique« , est malheureusement un peu difficile à écouter, mais elle est très éclairante, de même que la seconde, intitulée « Résister par le droit: une approche sociologique« .

Dans une autre vie, je m’étais intéressé à la mobilisation des juristes américains contre les mesures de renforcement du droit d’auteur sur Internet, dont le représentant le plus connu est Lawrence Lessig. Je vois beaucoup de parallèles entre ce combat et ce qui se joue actuellement, mais n’ai malheureusement pas le temps de rentrer dans son détail.

Je laisse toutes ces pistes d’analyse en plan ici, en complément, donc, de mon billet précédent, en espérant que tous ces événements se retrouveront chroniqués sous la forme d’analyses plus complètes sur des blogs comme Lawfare, qui est très réactif, ou Mobilizing Ideas, qui est plus « slow science« .

Annals of Youtube Science 1(2) : From Obama to Trump

De l’avalanche de conférences organisées autour de l’élection présidentielle américaine et du phénomène Trump, je retiens celle-ci, qui se concentre sur la phase de transition entre deux équipes présidentielles :

La conférence, disponible sur la chaîne Youtube du Watson Institute for International and Public Affairs, fait intervenir deux personnes qui ont connu les transitions présidentielles de l’intérieur (spécifiquement, celle de Bush Senior vers Clinton/Gore).

Ce qu’ils ont à dire de la transition « Omaba vers Trump » est, à dessein, édifiant, Trump ayant déjà violé un nombre hallucinant des règles mises en place pour assurer que les périodes de transition entre deux « administrations » fédérales ne créent pas de vulnérabilité dans l’appareil d’État américain.

Vu l’absence totale d’ethos du service public chez Trump, et vu le primat de la compétence bureaucratique qui s’exprime très clairement chez les deux conférenciers, leur bilan extrêmement négatif de Trump comme « président-élu » est peu étonnant. Le détail de leur bilan est intéressant.

Sur un sujet proche, voir « President Trump’s First Term« , un excellent texte publié en septembre 2016 par le New Yorker, dans lequel l’auteur faisait le point sur la marge de manoeuvre du pouvoir présidentiel aux États-Unis.

Depuis la préparation de ce billet il y a quelques semaines, Trump est devenu président des États-Unis, a littéralement décimé certains ministères fédéraux, et a pris toute une suite de mesures qui confirment le fonctionnement autocratique et anti-légaliste de son administration rapprochée. Les plus optimistes s’attendent à une procédure réussie d’impeachment, les plus pessimistes parlent de ballon d’essai pour un coup d’État.

La situation est navrante au plus haut point, et je ne pense pas que je vais réussir à chroniquer Trump ce semestre, mais d’autres s’en chargent très bien.

À écouter également

L’unes des choses que je trouve compliquée à comprendre au sujet de l’opinion publique américaine est sa réception des accords commerciaux internationaux. Trump en a fait un chapitre important de sa proto-politique économique, et si ses annonces sur le sujet (NAFTA, TPP) sont amenées à être suivies d’effets, on peut supposer que ce sera au début de son mandat qu’il devra expliquer de quoi il en retournera vraiment.

Sur les accords commerciaux internationaux, je recommande la conférence « Votes, Vetoes & International Trade Agreements« , donnée par Helen Milner à Princeton en 2013 :

La conférence reprend le contenu de son livre sur le sujet.

Bonne année quand même

Attention conservation notice (à la façon de) : ce billet est rédigé dans le style de l’excellent blog de Philip Schrodt, moins les qualités. Du coup, le billet est trop long, avec des tonnes de notes bas-de-page. Pire, il est même grossier par endroits. Je prends la bonne résolution de ne pas vous refaire le même coup avant le prochain bilan annuel.

Mettons-nous d’accord sur une chose :

L’année 2016 fut quand même une belle année de merde.

Je dirais même que, sur une échelle de 0 à 10 où 0 correspond à Cyril Hanouna et 10 correspond à l’existence des licornes, cette année 2016 doit bien valoir un score d’environ -4, voire -5 avec les disparitions de Gotlib (bien qu’il ne dessinât plus) et David Bowie (qui chantait encore), l’annulation du concert parisien de Dasha Rush, et l’absence de nouvel album de Casey.

Ni les nouveaux albums de Brian Eno, Death in Vegas, Underworld, Sumac et Swans, ni même le premier album, pourtant exceptionnellement réussi, de Mark Pritchard, n’arriveront à faire passer la pilule :

champagne-putin

champagne-trump

farage

Et juste pour être sûr, le test ultime : les meilleurs voeux de Boris Johnson. Qu’un pareil guignol puisse avoir la responsabilité des relations diplomatiques de ce qui était, il y a moins d’un siècle, un empire couvrant à peu près un quart du globe, est en soi la marque de fabrique de l’année qui vient de s’achever.

Ci-dessous, un bref passage en revue de quelques-uns des clowns tristes de 2016.

À peine…

À peine les Turcs avaient-ils pris le temps de rigoler de leurs “voisins” grecs, qui ont perdu à peu près un tiers de leurs salaires et autres traitements sur décision de l’Eurozone1, que leur propre pays se prenait un coup d’État manqué en plein poire, et depuis lequel la lire turque a perdu environ 20% de sa valeur sur le marché des devises2. On en est à se demander ce qu’il reste du “miracle turc”, pays auquel on proposait encore il y a dix ans de rentrer un jour dans l’Union européenne3.

En Syrie et en Irak, ou ce qu’il en reste aujourd’hui, la communauté internationale l’OTAN s’était mise d’accord sur une chose : il faut donner sa chance à la guerre. Avec un peu de bol et quelques tonnes de bombes incendiaires (voire d’armes chimiques), il était en effet possible d’imaginer qu’un dictateur extermine autant d’islamistes que possible, avant d’être lui-même destitué par des minorités très pressées de reconstruire une chouette démocratie multi-ethno-confessionnelle. Pas de bol, ça ne s’est pas tout à fait passé comme ça.

Au Darfour, où le conflit fait chaque année depuis 2003 quelques dizaines de fois le nombre de victimes du 11 septembre 2001, quand on sort prendre un café et acheter du pain, on se retrouve parfois dans une manifestation pacifique demandant l’arrêt des violences. Trente morts et quelques menaces plus tard, on se retrouve parfois dans un canot à moteur au large des côtes italiennes. Et encore quelques milliers de kilomètres plus loin, on découvre les joies des lits en carton sous la ligne 2 du métro parisien4.

Interlude

Il ne se passe heureusement pas une seconde sans que l’on dépense des millions de mégawatts pour faire tourner des serveurs enregistrant scrupuleusement chacun de ces événements : la population civile se charge d’en parler sur les réseaux sociaux ; les gouvernements se chargent d’archiver tout ça à des fins de surveillance de masse ; et tout ça finit dans un data center au Texas, au cas où cela puisse servir, demain, à identifier la dernière recrue de l’État islamique.

Évidemment, le stratégie ci-dessus ne fonctionne pas, ou plus exactement, on se retrouve avec 99,99% de faux positifs – vous avez déjà essayé de cueillir des fraises avec une moissonneuse-batteuse ? – et une tonne de gens à surveiller sans les personnels nécessaires pour le faire : compter au moins 12 agents pour chaque suspect. C’est peut-être le prix à payer quand on finance mieux la recherche contre la chute des cheveux que celles sur le wahhabisme et le nettoyage ethnique.

Pour connaître la suite, allez écouter ou lire Wassim Nasr, Abou Djaffar, François Burgat, Pierre Conesa, Scott Atran, Henri Laurens, Gabriel Martinez-Gros, Pierre-Jean Luizard, David Thomson, Romain Caillet, Michel Goya, Yves Trotignon, et j’en oublie quelques-uns. Parmi ces spécialistes, qui n’ont pas les mêmes expertises et qui ne disent pas nécessairement les mêmes choses, pas un seul ne donne moins de dix ans d’existence à la conjoncture actuelle, et les plus réalistes parlent d’au moins une génération (25 ans) pour changer les choses ne serait-ce qu’à la marge.

Si je devais ne recommander qu’une seule intervention sur le sujet du djhadisme et des années à venir, ce serait celle-ci :

Pendant ce temps…

Pendant ce temps, aux États-Unis, de jeunes suprémacistes raciaux se font jeter des fleurs par d’influents tarés richissimes à côté desquels Néron passe pour un prix Nobel de la Paix. Les esprits les plus optimistes calent un peu pour expliquer que le pays s’en remettra, les plus lucides ayant compris que tout va y passer, et qu’il faut bien avouer que les États-Unis ont élu un autocrate5.

Hail Jesus Donald! Et si vous n’avez toujours pas lu l’histoire de Tony Schwartz, le ghostwriter de The Art of the Deal, écoutez-le, ça vaut le détour (de même que David Cay Johnston, The Making of Donald Trump) :

En 2017, on pourra donc entendre Donald J. Trump réfléchir à haute voix à qui pourrait bientôt siéger à la Cour Suprême des États-Unis, une institution qui devrait être l’antithèse de son style de pouvoir. Néanmoins, et je l’ai déjà écrit mais le répète, c’est au niveau des relations internationales que portent mes principales inquiétudes.

Sur ce point, plusieurs passages de cette interview de Noam Chomsky m’ont paru tout à fait pertinents :

Pendant ce temps, aux Philippines, le président applique sa propre théorie des jeux (pace Thomas Schelling, décédé récemment, et on lui doit beaucoup) en signalant une menace crédible à l’ensemble de sa population. C’est à croire que sa stratégie ultime est un scenario où il survivra à une tentative d’assassinat et deviendra un demi-dieu protégé par les astres, le peuple, et par sa volonté de noyer le trafic de drogue dans un fleuve de sang. Duterte est loin d’être le seul dans ce genre, mais comme les médias l’ont remarqué, c’est le plus spectaculaire.

Pendant ce temps, en France, un ministre de l’Intérieur spécialiste des non-failles des services de renseignement6 se voit confié la mission d’étendre son immense discernement opérationnel à l’ensemble de l’action gouvernementale.

Du coup, en 2017, on verra François Hollande quitter l’Élysée (à scooter peut-être), et un immense mouvement de liesse populaireimmense, le mouvement, au moins un votant de la primaire sur mille – célébrer, place de la République, son remplacement par Arnaud Montebourg (pitié), Manuel Valls (oh bonne mère), François Fillon (achevez-moi) ou Marine Le Pen (Belgium, here I come!)—ou Jean-Luc Mélenchon (pfff), ou Vincent Peillon (lolilol), ou… La liste elle-même est triste7.

Pendant ce temps, en Grande-Bretagne… Non, ce serait trop déprimant. Je vous fais confiance pour compléter le tableau par vous-même. Mes billets sur le Brexit sont , , , et , et je n’ai pas assez travaillé le sujet au niveau juridique pour mieux comprendre ce qui peut se passer désormais.

En 2017, on devrait donc aussi entendre Theresa May faire quelques annonces sur la remilitarisation de la frontière entre la République d’Irlande et l’Irlande du Nord, même si en réalité, dans mes bons jours, je fais plutôt confiance aux juristes britanniques pour trouver une solution au problème, qui reste ultra-épineux8.

Le Royaume-Uni n’avait vraiment rien d’autre à faire que de se placer dans ce merdier.

Que retiendra-t-on de tout ça ?

Sur le long terme, peut-être pas grand chose : si le prochain président de la République persiste à ne remplacer qu’un historien sur deux, on devrait même arriver un jour à se débarrasser complètement d’eux et des autres parasites fonctionnaires qui empêchent nos finances publiques de faire contrepoids à l’évasion fiscale des hauts revenus9.

Heureusement, Patrick Buisson, Lorànt Deutsch et l’algorithme de Facebook Actualités seront encore là.

Pour terminer désormais, cette carte-tract, aperçue sur un blog de cartographe, et qui synthétise presque à elle seule la somme des absurdités de cette année :

brexit-scare-map

Champagne (aux sulfates, et bientôt aux neutrons) !

Et bonne année quand même.

  1. Je cite les chiffres de mémoire. Je me souviens aussi avoir lu que 40% des jeunes grecs avaient travaillé au noir cette année. Une amie qui vient d’y passer quelques mois m’apprend que les salaires des musiciens ont été divisés par trois. []
  2. On me répliquera que la lire turque a toujours été une monnaie de singe. Je n’en sais rien. []
  3. Même pas besoin de revenir dix ans en arrière : écoutez cette émission de 2011. Quatre ans plus tard à peine, les choses avaient déjà pris une autre, triste tournure []
  4. La sollicitude des politiques municipaux nous expliquant, à l’été 2015, qu’il n’y avait « pas de places pour les loger », et ce dans une région où au moins 10% du patrimoine immobilier habitable détenu par les collectivités locales est inoccupé, a achevé de me retrancher du corps électoral « sympathisant » de la gauche de gouvernement. []
  5. Le désastre qui s’annonce est compliqué, mais permettez-moi juste une prédiction : dans les deux années qui arrivent, le président des États-Unis d’Amérique sera publiquement à l’origine de l’assassinat ciblé d’un citoyen américain à l’intérieur de ses frontières, via Twitter ou autre medium lui permettant de communiquer avec la frange psychopathe de la population des États-Unis. Et le pire, m’apprend un ami, est que cela ne suffirait même pas à déclencher l’Amendement 25. Au passage, mes billets sur Trump : 1, 2, 3, 4, 5 et 6. []
  6. Tout va bien, on vous dit. Les connaisseurs du système n’y trouvent rien à redire. Du tout. Et oui, il y a une différence entre « un système faillible » et « une suite de décisions déplorables doublées de déclarations tentant de redresser la barre par l’absurde ». Et je préfère ne pas m’étendre sur les talents stratégiques de toute une équipe gouvernementale qui n’a pas compris que la déchéance de nationalité leur coûterait le vote des enfants d’immigrés : c’est du même niveau que d’avoir envoyé un projet de loi imposant les individus plutôt que les foyers fiscaux au Conseil constitutionnel (même si je retiens l’hypothèse du sabotage pour expliquer le second cas, et la bêtise crasse dans le premier). Au passage, il n’y pas de failles non plus en Allemagne, le même pays qui a connu l’un des événements les plus étranges des dernières années. []
  7. Les candidats sont non équiprobables : je mets les chances de victoire du Front national dans une élection présidentielle à deux tours à 0.01. []
  8. En bref : l’indemnisation des victimes des Troubles (les années noires des bombes de l’IRA qui explosaient dans les pubs) passe, si j’ai bien compris, par un accord communautaire ; conséquemment, si le Royaume-Uni sort de l’Union européenne, il faudra trouver un arrangement bilatéral alternatif entre Anglais et Irlandais, ce qui peut facilement virer au fiasco. Deuxième problème, s’il faut remilitariser la frontière, il n’y a pas de régiment nord-irlandais dans l’armée britannique ; conséquence, il faudra déployer des Anglais (ou des Écossais) le long de la frontière, ce qui devrait beaucoup plaire aux ex-factions armées irlandaises dont on on sait pas vraiment si elles ont rendu toutes leurs armes (l’UDA en particulier). Solution possible : un « Brexit » qui ferait directement passer le pays de l’UE à l’EEA (c’est compliqué), avec pré-signature d’un « GFA » version 2.0. []
  9. Au fait, vous avez suivi le procès Cahuzac ? []

Trump, postface

Allez, un dernier billet et j’arrête, bien que les textes de très bonne qualité (celui-ci par exemple) continuent à affluer. Et si vous ne l’avez jamais vu, voici le dernier clip de campagne de Trump.

Il y a quelques semaines, je finissais d’enseigner un cours intitulé « Atelier de culture numérique » (j’en ai brièvement parlé) et en profitais pour demander aux étudiants ce qu’ils en avaient pensé.

Une étudiante prend alors la parole et me dit qu’elle a eu « un peu peur » pendant mon cours, en faisant référence aux passages où je parlais d’Edward Snowden et de surveillance de masse, de Stuxnet et de la centrale nucléaire iranienne de Natanz, de la guerre contre le general-purpose computing menée par l’industrie informatique, du piratage via un réseau WiFi… bref, un tableau assez sombre.

Contre toute attente, il se trouve qu’on m’a fait un peu le même style de remarques au sujet de mon post-mortem sur l’élection de Donald Trump, en me trouvant un peu trop pessimiste sur mes prédictions pour la suite.

Voici les deux objections que j’ai notées :

  1. Est-ce qu’on ne peut pas faire confiance à Trump pour signer quelques traités commerciaux avantageux pour sa population ? Après tout, c’est son boulot, et il a l’air de savoir s’y prendre en matière de deals.
  2. Sur mon insistance sur l’OTAN et Israël-Palestine : est-ce que le système des relations internationales est vraiment sensible à ce point aux (non-)décisions d’un seul homme dans un bureau ?

Je réponds à ces deux objections ci-dessous, et rajoute une dernière couche de compléments pour finir.

La compétence commerciale de Donald Trump, et autres salades

C’est effrayant mais vrai : plusieurs de mes amis semblent avoir totalement gobé le récit du self-made man peignant Trump en super-businessman, et en déduisent que les USA de Trump vont se remplir les poches sur le marché mondial, en faisant plier la Chine, en réclamant des chèques à l’Allemagne et à l’Europe, et je ne sais quoi d’autre.

Le problème, c’est que ce récit est complètement faux, comme l’explique très bien un petit bouquin sur le bonhomme, par David Cay Johnston :

Et s’il vous faut plus de biographes, Christophe Bouillaud fournit un lien vers cette table ronde, très éclairante sur la famille Trump.

Trump a bâti sa fortune sur des mécanismes de sauvetage et d’entourloupe, en utilisant les déclarations de faillite et les lenteurs des tribunaux commerciaux pour esquiver les amendes et se glisser entre les marteaux des régulateurs. Ça peut fonctionner quand votre adversaire est une chambre de commerce de l’État de New York, mais le marché international ne fonctionne pas du tout comme ça…

On peut ensuite noter que virtuellement toutes les politiques « domestiques » de Trump (à commencer par les déportations et les incarcérations de masse) vont avoir des coûts démesurés, et des bénéfices quasi-nuls. À la rigueur, je veux bien accorder à Trump un isolationnisme suffisamment solide pour ne pas aller claquer deux trillions en essayant d’envahir l’Iran, mais pour le reste…

Bref, je pense, comme Bernie Sanders, que si Trump remporte le moindre kopek à sa base désargentée, ce sera très bien, mais je n’y crois pas une minute. L’élection de Trump n’a pas fait disparaître les « fondamentaux » – et notamment le lobby anti-impôts qui a ses entrées dans les deux partis de gouvernement américains.

La compétence diplomatique de Donald Trump, et autres inconnues

Quid de Trump à l’international ? Ne peut-on rien attendre de positif de ses accolades à Vladimir Poutine ? (Si si, je vous jure, on me l’a vraiment demandé.) Ne dis-je pas moi-même que la diplomatie est un secteur d’action où il existe des dizaines de veto players devant empêcher les catastrophes ? Qu’on n’est plus en 1914, où une trentaine de décideurs suffit à déclencher une guerre mondiale ?

Sur tous ces points, Christophe Bouillaud a parfaitement résumé mon sentiment : There will be much blood. Et je ne parle même pas des victimes de crimes raciaux à l’intérieur des USA : je pense à toutes les population civiles sur la planète qui dépendent, plus ou moins directement et de manière plus ou moins critique, de la Pax Americana.

Dans un séminaire de haute volée La dernière fois au comptoir, en discutant avec un Irlandais qui se reconnaîtra, je glisse ça :

Imagine Trump in the same room as the king of Jordan. What might happen? No one has a clue.

Pendant ce temps-là, dans le New York Times, on apprend que Trump a eu au moins la moitié du Conseil de Sécurité de l’ONU au téléphone, sans la moindre note de préparation sur ce qu’il fallait mettre à l’agenda :

trump-unbriefed

Prenez tous les traités internationaux importants sur la prolifération nucléaire ou sur les armes non conventionnelles : tous dépendent des efforts des Etats-Unis. Le bilan de Barack Obama sur ce volet de sa politique étrangère est, pour faire court, médiocre, car, toujours en simplifiant à l’extrême, les décisions sur ces traités nécessitent de se fâcher et de s’imposer à beaucoup d’acteurs puissants, sans rien pouvoir espérer en retour.

Trump ne mesure pas non plus certaines de ses demandes : l’idée d’équilibrer la contribution militaire des pays occidentaux à l’OTAN, par exemple, peut avoir de très importantes conséquences politiques en Allemagne, en défaveur des partis de gouvernement et en faveur des isolationnistes de la droite dure, radicale, extrême, comme vous voulez. Trump n’a, en toute probabilité, aucune conscience des effets inattendus que pourront avoir ses déclarations1.

Pour vous en convaincre, allez écouter le bonhomme. Son « raisonnement » – le terme est exagéré – ne prend à aucun moment la mesure de ce que l’argent américain achète, à l’heure actuelle, en termes de stabilité géopolitique, en Asie ou ailleurs :

Penser que ce personnage fera mieux en termes de peacekeeping parce qu’il va se révéler génial (à sa manière) et parce qu’il va bien s’entourer (à sa manière) est un pari risqué. Non pas que nos dirigeants expérimentés aient placé la barre très haut…

Quant à l’idée que Poutine et Trump vont pouvoir accomplir le moindre geste positif en matière géostratégique, je la trouve tellement absurde que je préfère ne pas la commenter, et revenir vous dire ici que j’ai eu complètement tort quand on aura vu la suite.

Je n’évoque même pas ce qu’une équipe présidentielle compétente (démocrate ou républicaine) aurait pu accomplir en matière de non-prolifération nucléaire, de changement climatique ou au Moyen-Orient, car ce serait trop déprimant.

Derniers compléments

J’ai redécouvert, quelques heures après la publication de mon post-mortem et au cours des derniers jours, quelques documents supplémentaires que je vais citer ci-dessous avec le strict minimum syndical de commentaires.

Vous vous souvenez de ce simulateur électoral du site Five Thirty Eight ? Je l’ai redécouvert à l’occasion d’une présentation à la conférence useR! 20162. Retournez jouer avec, vous allez voir, il faut des taux de participation absurdes chez les Blancs non diplômés pour faire élire Trump :

538-elec-simulator

On commence, par ailleurs, à avoir les données réelles sur l’électorat, et ce qu’il en ressort est, comme on pouvait raisonnablement s’en douter, un écart historique (de par sa taille) entre Blancs et non-Blancs, doublé d’un écart également frappant entre Blancs diplômés et Blancs non diplômés :

pew-race-edu

Notez bien que, dans son premier billet d’une série à paraître, Michael Tesler, à qui je reprends le graphique ci-dessus, note que l’effet-diplôme chez les Blancs disparaît une fois que l’on contrôle cet effet par le « ressentiment racial ». C’est la combinaison des deux facteurs qui explique le différentiel de vote pro-Trump dans un électorat qui, sinon, s’est largement comporté à peu près comme dans les élections précédentes3.

Autre document intéressant, cette interview de Stephen Colbert, qui date de décembre 2015, mais où l’on peut déjà entendre plein de choses très, très justes au sujet de la relation entre Trump et sa base électorale :

Je sais que je me répète, mais Colbert dit, en substance, la même chose que mon axiome favori : la réalité dépasse toujours la fiction.

Toujours pas convaincu ? Allez lire le blog du créateur de Dilbert, Scott Adams. C’est tout simplement terrifiant, à plus d’un niveau de lecture.

Tout aussi terrifiant, le visionnage de ce documentaire sur Lawrence Lessig, qui a mené une campagne-éclair pour exiger une réforme du système de financement des partis au début de la campagne électorale. Les convergences entre son discours et celui de Trump (sur ce point et ce point uniquement) sont, rétrospectivement, tout à fait surprenantes, et bien que les deux individus aient eu une audience très différente, cela permet de comprendre d’où viennent les opinions qui se sont exprimées au cours de la campagne sur la nature « truquée » et « pré-déterminée » (rigged) du système électoral.

Encore un document—le cartogramme de l’élection (cliquez dessus pour l’explication complète, mais en gros, c’est une carte coloriée en fonction du rapport Démocrate/Républicain dans les suffrages exprimés, et dimensionnée de manière à ce que les territoires soient à l’échelle de leur population du dernier recensement)4 :

countycartpurple512

Cette carte montre, en substance, ce que le New York Times a illustré de manière encore plus marquante, en opposant la périphérie côtière, fortement urbanisée et relativement bien diplômée, au centre, qui ne partage qu’en partie ces caractéristiques à travers ses grandes villes.

Enfin, pour terminer, voici la prédiction du modèle « Bread and Peace » de Douglas Hibbs sur l’élection (le modèle indexe le score du parti sortant aux changements de revenu net disponible et au nombre de morts dans des opérations militaires extérieures) :

bp2-combined-v2c

Le résultat de Hibbs n’est pas aussi spectaculaire que ne le laisse penser son graphique, vu que tous les modèles basés sur les « fondamentaux » (voir le billet précédent) ont fourni des prédictions très honorables sur cette élection. Mais le résultat de Hibbs sur la Chambre des Représentants est également probant, ce qui est amplement suffisant pour vérifier l’hypothèse de vote économique sur laquelle il s’appuie.

Revenu + Éducation + Ethnicité + Investiture = Victoire indexée sur les territoires qui avaient déjà voté Romney (républicain) à la dernière élection, moins l’Utah (Religion). Bref, pas besoin d’aller imaginer des facteurs auxquels on n’avait jamais pensé auparavant, comme un « réalignement partisan », phénomène aussi pertinent dans certains cas qu’il n’est rare, et donc absent, dans la majorité des situations, ou bien un problème de serveur email illégitime5.

  1. Et je n’ai aucune raison de faire confiance aux personnes dont il est en train de s’entourer pour corriger ce biais. []
  2. Ça n’a rien à voir, mais si vous programmez en R, foncez sur les archives, il y a plein de trucs intéressants ! []
  3. Le vote des Noirs et des Blancs ressemble, comme je l’écrivais, à Bush’00 ; il est même un peu moins conservateur chez les Blancs. Celui des Hispaniques, en revanche, ressemble plus à Obama’08. []
  4. Détail : vous noterez que le cartogramme est de Mark Newman, qui se trouve aussi être l’un des auteurs les plus cités en analyse de réseaux. []
  5. Dans le mémo où l’équipe de Clinton élabore son propre post-mortem (son épitaphe…), il est fait mention des événements des dix derniers jours de la campagne, pendant lesquels l’équipe pense que l’élection s’est jouée. On dirait un film hollywoodien. Storytelling, quand nous tiens… []

Trump, post-mortem

Voici la suite du billet publié il y a quelques jours.

Mon propos sera, comme toujours, un peu décousu, mais là c’est encore pire : j’ai plein de copies en retard, je n’ai même pas encore fini de digérer le Brexit (et de lire les excellentes chroniques et interventions de Mark Elliott), et voilà qu’il faut déjà changer de sujet et aller lire le résumé des résultats par Brendan Nyhan et par des dizaines d’autres observateurs avisés.

Prélude : c’est un cauchemar

Commençons par un dessin tiré du Canard enchaîné de cette semaine, la réalité dépassant toujours la fiction et la satire :

cauchemar-par-petillon-canard-enchai%cc%82ne-2-novembre-2016

C’est un cauchemar. Il faut vraiment avoir d’excellentes défenses psychologiques naturelles pour considérer que ce qui s’est produit il y a quelques jours n’est qu’un « glitch » de la démocratie représentative. Ci-dessous, le futur président des États-Unis d’Amérique, dont la deuxième phrase officielle était déjà un mensonge.

trump-family-portrait

En revanche, cette élection n’est pas tant un cauchemar que ça pour la science politique, et pour la modélisation électorale en particulier : comme je l’explique ci-dessous, les « fondamentaux » ont bien voire très bien tenu sur ce cycle électoral, ce qui n’empêche pas le résultat d’être cataclysmique et, de par ce fait, inattendu et traumatique.

Ce billet aborde les thèmes suivants :

  1. Un plantage spectaculaire de nombreuses tentatives de modélisation du vote, …
  2. alors même que les « fondamentaux » socio-démographiques n’ont pas changé.
  3. Retour sur les causes : l’investiture, toujours l’investiture !
  4. Retour sur les causes, bis : la candidature Clinton
  5. Et un aperçu des conséquences : ma lecture du marc de café « Trump »…
  6. Enfin, un dernier mot sur la science politique dans tout ça

Mais avant ça, quelques préludes supplémentaires.

Rappel des résultats

Aux dernières nouvelles, Donald Trump a remporté 47,3% du vote populaire, soit 60,2 millions de suffrages, et 30 États. Hillary Clinton a quant à elle remporté 47,8% du vote populaire, soit 60,8 millions de suffrages, et un tiers d’États en moins, façon Bush’00.

Ce n’est pas une demi-victoire pour Trump, qui a remporté tout ce qu’il fallait de swing states pour être très confortablement élu. À l’inverse, Hillary Clinton perd 10 millions de voix par rapport à Obama’08—ce qui l’élimine totalement du jeu politique actuel et futur.

Bye Hillary1.

Les résultats sont également sans appel dans les chambres parlementaires, qui n’étaient que partiellement remises au vote : la Chambre des Représentants (carte de gauche) est « rouge » (républicaine) comme aux grands jours2, le Sénat n’a bougé que de +2 sièges pour les démocrates (carte de droite).

results-map

Et pour terminer sur les résultats, voici les marges de victoire 2016/2012 à 25% ou plus, avec la fameuse « Rust Belt » qui aurait fait l’élection. En réalité, la hausse du Parti républicain dans l’Est a été beaucoup plus large que ça :

elec-2016-east

Dernières notes

À noter : il y a déjà d’excellents sondages sortie-des-urnes (exit polls) sur les sites Internet des grands journaux, mais il est risqué de commencer à lire leurs résultats sans d’abord jeter un coup d’oeil aux proportions de chaque groupe socio-démographique dans l’électorat.

Du coup, je ne ferai pas référence aux exit polls dans la suite de ce billet, même si l’on peut quand même faire remarquer les choses suivantes :

  • En rapport au vote de 2012, Hillary Clinton a perdu des points sur quasiment tous les segments de l’électorat, y compris sur des clientèles ultra-captives comme les Noirs3.
  • Toujours en rapport au vote de 2012, Donald Trump fait très, très fort sur les moins riches et les moins diplômés, avec des pourcentages du vote bien au-delà de son pourcentage total du vote populaire.
  • La progression du vote démocrate chez les femmes est quasi-nulle, et je ne sais pas quoi penser des groupes confessionnels, ne connaissant rien à leur distribution initiale.

De même, l’électorat américain est aujourd’hui hyper-polarisé en comparaison de ce qu’il fut par le passé, et même si je n’y fait pas allusion ci-dessous, cette observation est un filigrane constant de mes observations.

Dernière chose : je ne parlerai pas du « rôle-des-médias-dans-l’élection » parce que je n’y connais rien, mais allez lire cet article si vous êtes curieux du sujet.

1. Six modèles de projection électorale dans l’erreur

À l’occasion de l’élection, et dans la lignée du modèle de Nate Silver qui avait parfaitement prédit les résultats de l’élection de 2012 (législatives comprises), plusieurs journaux et groupes de recherche avaient développé des modélisations du vote :

elec-forecasts

Ces modélisations se sont plantées de quelques points de pourcentage du vote populaire, ce qui, dans une élection indirecte qui se joue à quelques fragments de points de pourcentage, représente un plantage total d’un point de vue probabiliste4. Ce résumé du plantage par Andrew Gelman montre bien à quel point le vote Trump a été sous-estimé partout, et dans les États « rouges » en particulier :

elec-trump-excess-performance

Voilà d’ailleurs pourquoi il est rationnel de voter, même lorsque la probabilité d’être un électeur-pivot est, fort heureusement d’ailleurs, proche de zéro—mais non nulle !

Pourquoi les données de l’industrie sondagière ont-elles pointé si loin de la réalité ? Les explications possibles sont nombreuses et complexes à vérifier5. J’en rappellerai une seule : le pourcentage de non-votants est tel aux États-Unis que seul environ un Américain sur cinq quatre a effectivement voté pour Trump6.

En attendant, l’existence même de ces projections et de leurs résultats erronés vont avoir des effets sociaux très importants : l’idée qu’il existe un « électorat caché », la fiction d’une « majorité silencieuse » invisible aux yeux d’un establishment qui ne voit « le peuple » qu’à travers des « statistiques », va faire long feu.

C’est évidemment gênant, car les conséquences de cette binarisation radicale de la société sous la forme d’une vision de « nous contre eux » a des conséquences sociales et politiques, et aussi, bien sûr, parce que cette vision est plus radicale que la réalité.

Tournons-nous, en effet, vers les modélisations produites en dehors des médias, et dans les revues scientifiques.

2. Du côté des fondamentaux, pas de plantage magistral

À chaque élection présidentielle américaine, la revue PS: Political Science & Politics, éditée par l’American Political Science Association (APSA), publie les prédictions des modèles de la science politique américaine. Les articles décrivant ces prédictions sont en accès gratuit pour au moins quelques mois.

Voici ce que les politistes américains avaient prédit, plusieurs mois avant l’élection :

ps-pred-table2

ps-pred-table3

Voilà qui devrait rassurer ceux qui s’inquiètent pour la santé mentale des professionnels des « out-of-sample predictions » : les modèles basés sur les fondamentaux, plutôt que sur l’industrie sondagière, se sortent plutôt bien de cette élection. Le « Primary Model » de Northop, par exemple, était catégorique sur la victoire de Trump ; lisez ci-dessous :

ps-pred-norpoth

3. Causes et contrefactuels : l’investiture über alles

J’ai déjà évoqué les causes du vote Trump : les causes psychologiques, de type « angry white males« , à base de ressentiment racial, mais aussi les variables institutionnelles, la première d’entre elles étant liée aux mécanismes d’investiture du Parti républicain.

Il ne fait, en effet, pas grand sens, à mon avis, de penser au contrefactuel suivant (très présent dans la presse, britannique notamment) : est-ce que Bernie (Sanders) aurait gagné contre Donald (Trump) ?

La performance de Sanders aux primaires démocrates est certainement un bon « prédicteur rétrospectif » de la faible mobilisation électorale (relative) pour Hillary Clinton, qui a « sous-performé » sur beaucoup de segments démographiques habituellement acquis en masse à son parti.

Toutefois, une candidature Sanders aurait aussi certainement mobilisé d’autres adversaires, et démobilisé d’autres segments de l’électorat. À mes yeux, ce contrefactuel est donc tout simplement trop compliqué pour être valable. En revanche, les contrefactuels suivants sont faciles à imaginer, et à mes yeux, pertinents :

Imaginez un instant que l’élection américaine se déroule un dimanche, avec deux fois plus de bureaux de vote.

Imaginez un instant que les États-Unis n’incarcèrent pas 5% de la population afro-américaine masculine, jeune et non diplômée.

Imaginez un instant que les États-Unis aient une population diplômée du supérieur 1.5 fois plus large que l’actuelle.

Imaginez enfin, un instant, que le salaire horaire minimum ait doublé depuis 1992, sous Clinton, quand Robert Reich recommandait qu’il atteigne $15.

Ces contrefactuels requièrent de modifier, à coups de scalpel mental, des variables structurelles du processus électoral et politique américain, avec des conséquences importantes sur la structure de l’électorat. Mais paradoxalement, ces importants changements me semblent plus heuristiques que de remplacer Clinton par Sanders, ou d’imaginer l’élection « si seuls les jeunes avaient voté », par exemple.

Le même Robert Reich que cité ci-dessus est aujourd’hui très remonté contre le Parti démocrate. Son jugement est sans appel : quand on abandonne la classe ouvrière, on finit par déliter l’intégralité du contrat social et par être abandonné par l’électorat, ouvrier ou non, des sociétés post-industrielles.

À mon avis, il y a peu à retirer ou même à nuancer dans les propos de Reich, et beaucoup, malheureusement, à apprendre, tellement ces vérités simples semblent étrangères aux « logiciels » partisans des partis de gauche et centre-gauche contemporains, à de rares exceptions près.

Je tiens, néanmoins, à en revenir, encore une fois, à un seul et simple contrefactuel, qui reste la cause proximale la plus importante de l’élection :

Imaginez que Trump n’ait pas été investi par le Parti républicain.

On peut l’affirmer avec certitude : si Trump avait concouru en indépendant, même le plus faible candidat républicain aurait fait un très bon score, comme en attestent les résultats des républicains dans les chambres parlementaires, et il n’aurait pas été élu. Le hold-up partisan réussi de Trump reste la cause fondamentale à garder à l’esprit, et sa victoire électorale fut, en réalité, double : Trump a éliminé à la fois Jeb Bush et Hillary Clinton.

4. La candidature d’Hillary Clinton

Partons de l’idée, donc, qu’on peut lire le résultat de l’élection sous la forme non pas d’un réalignement partisan (au contraire, le vote Trump’16 corrèle très bien au vote Romney’12), mais d’un très bon score pour Trump et d’un très mauvais score pour Clinton. Cette carte7 montre où se trouvent les plus gros gains de voix pour Trump, superposés à la plus large catégorie d’électeurs, à l’échelle du comté :

map-county-modal-group-shift

Si l’on accepte la corrélation écologique ci-dessus, la défaite de Clinton est très clairement une défaite auprès de l’électorat blanc non-diplômé, sur lequel Trump a beaucoup misé8. Les mises en récit de sa défaite alignent d’autres déterminants, mais je serais très étonné que ce facteur ne reste pas la cause première de son échec dans les analyses plus poussées qui feront surface dans les prochains mois et années.

Notons pour terminer que tout n’est pas « Trump v. Clinton » dans cette élection : les Républicains font de très bons scores dans les deux chambres, et contrôlent aussi tout un tas d’États fédérés. Le résultat est spectaculaire—voici la carte des gouvernements monochromes sur trois niveaux (Congrès, Sénat et gouvernorat) :

trifecta-control

Autrement dit, les Démocrates ont un pays à reconquérir. La suite dans deux ans, au moment des prochaines midterms.

5. Conséquences et prédictions : la marge de manoeuvre de Trump

Terminons sur le nouveau (futur) président des États-Unis. Grosse fatigue…

L’anecdote sur le propos mensonger de Trump à la sortie de son entretien avec Obama (le mensonge porte sur la durée prévue de la rencontre) n’est qu’une anecdote, mais on peut la généraliser : Trump a, en effet, déjà montré à maintes reprises qu’il ne craignait pas de raconter n’importe quoi, et de changer d’avis en fonction des circonstances9.

Mentir et changer d’avis sont deux choses différentes : on peut mentir avec constance. En ce qui concerne Trump, le problème se situe plutôt dans la variation imprévisible de ses propos (et peut-être, dans quelques semaines, des décisions) que dans leur véracité. Peut-on imaginer un président de la trempe de Trump concevoir les accords d’Oslo ?

On en est réduit à espérer – mais avec quelle probabilité ? — qu’un magnat de l’immobilier fera au moins aussi bien, et espérons même mieux – mais même question ici – que les présidents précédents… Et personne n’aime avoir à faire ce genre de calcul hautement incertain. Surtout pas le secrétaire général de l’OTAN, par exemple.

Le problème est un problème de credible commitment, comme on dit en théorie des jeux : l’absence de toute expérience historique empêche d’anticiper ce dont quoi Trump est capable, aussi bien en positif (faire signer un accord de paix) qu’en négatif (créer un différend diplomatique avec un chef d’État étranger, par exemple)10.

En pratique, Trump va désormais disposer d’une véritable machine de guerre bureaucratique et judiciaire (son administration) pour mettre en pratique ses désirs. Certes, c’est effrayant, mais cela se passe loin de chez moi, et le Congrès comme les circuits judiciaires fédéraux y trouveront certainement à redire11. En revanche, par son simple verbe, Trump a la possibilité de foutre en l’air nombre de relations diplomatiques sur lesquelles le Congrès n’a aucune prise (et n’en désire aucune).

N’oublions pas enfin que Trump a évidemment aussi la faculté, de par son seul verbe, de se « racheter » en quelque sorte. C’est le sens du dernier paragraphe d’un communiqué de presse acerbe de Harry Reid, qui remarque à juste titre que c’est à Trump de réparer ce qu’il a lui-même commencé à détruire en stigmatisant de larges fractions du peuple américain. Ce serait juste, et stratégiquement très intelligent—mais je peine encore à utiliser ce qualificatif en évoquant ce goujat populiste à l’haleine mentholée.

6. Et la science politique là-dedans ?

Pour terminer, j’ai déjà évoqué le « public service announcement » des politistes américains au sujet de Trump. Ses déclarations font froid dans le dos : déportations civiles en masse, menaces sur le pouvoir judiciaire… typiquement le genre de rhétorique que l’on s’attend plus à trouver chez Erdogan en Turquie ou Orban en Hongrie qu’à Washington, d’où l’inquiétude.

Après tout, on parle bien du candidat qui a déclaré que la torture fonctionne, et que les méthodes actuelles ne vont pas assez loin.

Mais passés les inquiétudes sur le candidat Trump et le choc du résultat électoral de novembre 2016, qu’est-ce que la science politique doit envisager pour continuer son patient travail de déconstruction des phénomènes politiques ?

Vu les résultats des « fondamentaux » mentionnés plus haut, je suis assez peu séduit par l’idée que Trump aurait fait donné tort à toutes les lois de la discipline. Au contraire, le ressentiment racial que j’évoque dans mon précédent billet est au coeur de nombreuses recherches contemporaines12.

En revanche, je suis très sensible à l’idée que la science politique peut faire beaucoup mieux, en dialoguant avec plus d’interlocuteurs qu’elle n’en a actuellement. À titre d’illustration, j’ai beaucoup aimé le contenu de ce dialogue entre Arthur Goldhammer et son fils. Goldhammer n’est pas tout à fait politiste, mais l’idée y est.

  1. J’avoue l’avoir toujours trouvé un peu robotique, mais bon, j’aimais bien Jospin aussi… []
  2. Les résultats finaux ne sont pas encore arrêtés, mais l’on s’achemine vers du +7 sièges pour le Parti démocrate, sur des proportions qui sont celles des vingt dernières années, où, à l’exception de la période 2007-2011, le Congrès a été confortablement républicain. []
  3. En réalité, Clinton se contente, si l’on peut dire, de perdre la marge « en surplus » obtenue par Obama, et revient sur un vote Noir qui rappelle l’élection de Bush’00. La situation est plus compliquée chez les Hispaniques. []
  4. On peut reprocher à Nate Silver de vouloir sauver les meubles quand il dit que son modèle a été très volatile dans ses prédictions des dernières semaines. En réalité, c’est une très bonne explication ; et quand Silver avait aligné 100% de prédictions, il avait bien précisé que c’était un coup de chance, et qu’un résultat marginalement incorrect n’aurait pas discrédité l’intégralité du modèle. []
  5. La question s’était déjà posée l’an dernier en Grande-Bretagne, à l’occasion de l’élection générale, et il faudra attendre une explication équivalente à celle qui avait été produite en Grande-Bretagne, ce qui ne peut pas prendre moins de plusieurs mois. []
  6. Pourquoi tant de non-votants ? On peut citer énormément de facteurs structurels : par exemple, l’élection n’a pas lieu un jour chômé, une fraction importante du pays est… en prison, et certaines files d’attente aux bureaux de vote alignent des milliers de personnes. Voir la section 3 de ce billet pour quelques contrefactuels utilisant ces facteurs. []
  7. J’ai partagé cette carte sur Twitter dans l’espoir d’obtenir les données brutes, mais un journaliste-cartographe du New York Times m’a répondu que les données brutes ne seraient a priori pas disponibles. Tant pis. []
  8. Cet électorat a diminué en taille, mais reste la plus grosse masse critique électorale des USA en 2016. Or, comme le pointe très justement Alec Tyson, en 1992, elle vote pour Bill Clinton ; en 2016, elle vote autant pour chacun des candidats. []
  9. L’adjectif « versatile » est ici un faux-ami intéressant à considérer dans ses acceptions anglo-saxonne et française… []
  10. Ce problème est critique, et la procédure d’impeachment prévoit d’ailleurs qu’un président qui mentirait face à un tribunal puisse être relevé de ses fonctions ; c’est un peu plus compliqué que ça en pratique, comme le montre l’acquittement de Bill Clinton par le Sénat en 1998, mais reste qu’historiquement, un président qui ment « à la barre » se retrouve démis de ses fonctions de monarque temporaire du système politique américain. []
  11. Les prochaines midterms sont dans deux ans. Une partie du Congrès va devoir se positionner sur Trump. Chez les Démocrates, la partie est déjà jouée, mais chez les Républicains, ça risque d’être vraiment très sport, en fonction de ce qui va se passer dans les deux années à venir… []
  12. Merci à Tommaso pour le lien vers cet ouvrage. []

La science politique et… Trump

trump-last-hope Donald J. Trump est désormais presque certain de devenir le prochain, 45e président des États-Unis d’Amérique, à la suite d’une campagne qui en avait fait le monarque temporaire d’une clientèle électorale très dévouée et très extrême dans ces positions, qu’il s’agisse de son opinion vis-à-vis de l’opposition ou des promesses électorales du candidat.

Si vous revenez d’un voyage inter-stellaire, contentez-vous d’aller lire la page dont est extraite l’image ci-jointe pour voir de quoi je parle.

Bon, par où on commence ?

Pour commencer, un petit rappel du mois d’août de cette année :

… Et si Trump est élu ?

La probabilité de victoire de Trump est trop élevée pour que son élection puisse être rangée avec les autres scénarios très peu probables, comme un coup d’État militaire ou un assassinat réussi du candidat—et histoire d’être bien clair, je n’appelle personne à tenter d’assassiner Donald J. Trump !

Dans ce même billet, j’évoquais les mécanismes d’investiture et la clientèle électorale des États-Unis. Ces facteurs reviendront dans un billet plus complet, mais j’ai déjà discuté, en septembre, du ressentiment racial et de ses possibles conséquences électorales.

Souvenons-nous simplement que le pays qui vient d’élire Donald Trump est le même pays dans lequel plusieurs individus plus ou moins isolés ont récemment pris les armes pour aller assassiner des congrégations noires dans des églises, avec l’intention affichée de déclencher une « guerre raciale » (Donald Trump a reçu le parrainage du Ku Klux Klan).

Enfin, dans un billet plus récent, j’évoquais le fait que Trump avait émis un doute sur la validité du processus électoral, et sur sa reconnaissance du résultat en cas de défaite. Transition parfaite vers la suite.

Les inquiétudes de la science politique

Cette entorse à la légitimité procédurale de la démocratie est le premier critère sélectionné par plusieurs centaines de politistes américains dans un courrier qui résume leurs craintes, que je partage, à l’égard d’une « présidence Trump » :

trump-statement-of-concern

La liste des motifs d’inquiétude est reproduite ci-dessous, sans commentaire de ma part. Je précise juste que mes propres craintes portent toujours sur ce que je connais le moins bien (ou pense le moins bien connaître) : les relations internationales1.

1. He has cast doubt on the validity of the election process, without any supporting evidence.

2. He has stated that he may reject the outcome of a free election if he does not win.

3. He has encouraged supporters to engage in voter suppression and intimidation.

4. He has threatened to jail the leader of the opposition party.

5. He has questioned the independence of the judiciary and the impartiality of judges based on their race, ethnicity, religion, and parentage.

6. He has impugned the loyalty of citizens and other persons in the United States on the basis of race, ethnicity, religion, and country of birth.

7. He has endangered freedom of the press by intimidating individual journalists, banning major news organizations from his rallies, and promising to change libel laws.

8. He has called for the proliferation of nuclear weapons.

9. He has threatened to destroy the strategic basis of NATO, the most important security alliance of the last seventy years, by questioning the commitment of the United States to regard an attack on any member state as an attack on all.

For all these reasons and despite our own indifference on matters of politics and partisanship, we stand united in the conviction that a Trump presidency would pose a grave threat to American democracy and to other democratic governments around the world.

Notons, pour terminer, que ce courrier est parfaitement exceptionnel : la science politique n’est pas un média qui prend position sur un ou plusieurs candidats à chaque cycle électoral. Ici, c’est virtuellement toute la profession états-unienne qui s’est mobilisée pour exprimer une liste de craintes, fondées en grande partie dans l’observation des comportements anti-démocratiques qui s’observent habituellement en dehors des démocraties libérales plutôt qu’en leur sein.

Mais les temps changent… Et il faut chercher à comprendre comment et pourquoi.

Plus de commentaires dans les jours à venir

meny-surel-populisme Plus de commentaires sur l’élection elle-même dans quelques jours, une fois que j’aurai complètement absorbé l’idée que cette voix insupportable qui sort de mes enceintes pour appeler à la déportation en masse de populations civiles et à la prolifération d’armements atomiques est celle du commandant en chef de la plus importante force armée mondiale.

Peut-être devrais-je relire, entre-temps, ce livre qui m’avait été proposé au lycée… « Par le peuple, pour le peuple »… Espérons-le, mais ça a quand même l’air assez mal barré. Le personnage est affligeant, l’événement est traumatique, le processus est spectaculaire, et les causes sont inquiétantes.

Espérons que le futur soit aussi faiblement indexé sur le présent que possible.

  1. C’est pour cette raison que ce qui m’inquiète le plus au sujet du Brexit est l’avenir du Good Friday Agreement en Irlande du Nord, et que ce qui m’inquiète le plus au sujet de Trump est sa future politique étrangère et militaire, au sein de l’OTAN et en matière de (non-)prolifération nucléaire (points 8 et 9 du courrier). La marge de manoeuvre du président américain dans ces domaines est beaucoup plus importante qu’au niveau domestique. []

Feuilletons « Trump » et « Brexit » : deux documents

  • Ce sondage sur le respect d’un critère procédural de la démocratie représentative : admettre la défaite face à l’adversaire, Donald Trump ayant refusé de reconnaître, ce qui n’est d’habitude qu’une formalité, qu’il reconnaitrait sa défaite. À vrai dire, je suis surpris que si peu de sondés – donc placés dans une situation déclarative – ne prévoient pas de prendre les armes dans la situation inverse…

    surveymonkey-poll

    L’élection présidentielle américaine de 2016 est tellement, comment dire, absurde, qu’on est même en droit de se demander ce qui se passerait si Trump perdait et refusait le résultat : y aurait-il vraiment des groupes qui se constitueraient pour épuiser tous les moyens, légaux ou non, pour contester l’élection ? Y aurait-il vraiment des groupes prêts à prendre les armes pour renverser un gouvernement jugé illégitime, comme cela se produit régulièrement ailleurs ?

    La question paraît, à juste titre, absurde—mais que penser des groupes de vigilantes sillonnant sur la frontière sud du pays, qui se situent déjà aux lisières de la loi ? Quant aux gouverneurs des États fédérés, se laisseraient-ils gouverner, justement, par un président dont beaucoup d’entre eux (et pas seulement les démocrates, au sens partisan du terme) auraient intérêt à se désolidariser de la manière la plus ferme possible ? Même question, enfin, pour les circuits judiciaires, qui ne se prononcent pas sur les élections, mais qui, en cas de victoire de Trump, auraient très certainement un comportement plus discret mais tout aussi intéressant.

    À ceux qui répondraient que Trump pourrait utiliser les ressources du gouvernement fédéral contre lui-même, pour punir les récalcitrants à son arrivée au pouvoir, détrompez-vous : Trump n’a aucun relais dans l’administration, et comme il n’aura aucune succession politique même s’il devient président, aucun calcul de moyen-terme ne fonctionnera à son avantage. Il aura, de plus, toutes les ressources du « Speaker of the House« , Paul Ryan, contre lui1, et très certainement autant de « faux alliés » dans ses rangs, en service commandé pour saboter son gouvernement, que de vrais opportunistes prêts à faire ou dire n’importe quoi pour lui—Rudolph Giuliani étant, à ce titre, l’équivalent américain ponctuel de Brice Hortefeux sous Nicolas Sarkozy.

    En attendant, les minauderies de Trump, qui comme tant de choses à son sujet ne semblent avoir aucun fondement rationnel, m’ont néanmoins rappelé cette citation, beaucoup plus intelligente et subtile, de Robert Dahl, que j’aime bien poser en sujet de khôlle : « In a rough sense, the essence of all competitive politics is bribery of the electorate by politicians« …

  • Ce témoignage, aussi long qu’intéressant, sur le Brexit, vu par David Korski, l’architecte de la campagne des premiers perdants (l’équipe primo-ministérielle de David Cameron). Les « spads » se confient plus rapidement aux médias que les hauts fonctionnaires, qui attendent plutôt leurs vieux jours pour publier leurs mémoires. Le texte est trop dense pour que je lui fasse justice en une ligne : lecture intégrale très conseillée.

    politico-brexit

    L’un des aspects les plus intéressants du texte me semble être ce que l’auteur choisit de n’écrire qu’en filigrane : en promettant le referendum pour des raisons de compétition partisane, David Cameron a pris un risque énorme sans anticiper, car c’était naturellement impossible, que le parti d’opposition serait atone (car prisonnier de ses propres logiques compétitives) au moment du vote. En gros, Cameron s’est tiré dans le pied en pensant pouvoir marcher avec l’autre, et a eu tort.

    Theresa May doit désormais gouverner avec cette balle dans le pied que sont les ministres Brexiters, et qui se sont très vite révélés aussi peu fidèles aux règles du Cabinet government qu’ils furent honnêtes avec l’électorat durant la campagne référendaire2. Étant donné que May a la possibilité de virer tous ses ministres, il est tout à fait raisonnable d’imaginer une normalisation à court terme de la situation actuelle, qui n’est que la continuation logique de ce que la campagne a démontré, et qui laisse envisager le désastre qu’aurait été un gouvernement « Boris« .

    En mettant les deux principaux partis britanniques à genoux3, le Brexit m’a rappelé une autre citation, d’H.L. Mencken, que j’aime bien aussi poser en sujet de khôlle : « Democracy is the theory that the common people know what they want, and deserve to get it good and hard« …

  1. Comme le rappelle régulièrement David Cay Johnston. Johnston, par ailleurs, prédit qu’en cas d’élection, Trump devra faire face à un refus général d’obéir dans l’état-major, et qu’il tentera d’appliquer des vengeances personnelles au moyen de l’administration. Je crois que la première prédiction est correcte, et que la seconde sera tellement sabotée de l’intérieur qu’elle n’aura quasiment aucune conséquence. []
  2. Rappelons que les « Brexiters » ont fait mine d’avoir une équipe primo-ministérielle, la « Bogo » de Johnson et Gove, capable de gouverner en cas de victoire. La suite a montré qu’il n’en était rien. []
  3. Tout en sachant que ces deux partis avaient d’autres problèmes avant le Brexit : concrètement, le SNP a fait exploser le two-party system à la fin des années 1990, et Westminster ne s’en pas encore vraiment remis. []

Trump : comment en est-on arrivé là, et va-t-on y rester longtemps ?

Le dernier tour pris par la campagne électorale de Donald J. Trump est tout aussi confondant que les précédents, mais la lecture de l’article du Guardian ci-dessous m’a donné envie de partager avec vous l’une des photos de Trump que l’on y trouve :

donald-trump-1

donald-trump-2

Pour celles et ceux qui se demanderaient d’où vient ce logo bizarre à l’ironie si parfaite, il s’agit à la fois d’une référence à la comédie musicale Les Misérables qui tourne en boucle sur Broadway, et d’une allusion à une phrase d’Hillary Clinton sur la nature « déplorable » d’une partie (selon elle, la moitié qui serait sexiste, raciste, homophobe et islamophobe) des soutiens électoraux de Donald Trump dans la population.

Je ne sais pas s’il est très judicieux de prendre au sérieux l’expression de Clinton, plus violente dans sa tournure exacte que ce que j’en ai retenu ci-dessus : Clinton a parlé de « basket of deplorables« , ce qui peut raisonnablement se traduire par « ramassis d’abrutis ». Mais peut-être est-ce toutefois le moment de se demander quels seront les effets à long terme de la candidature de Trump.

Le commentaire de Clinton, qu’elle a retiré depuis avec toute la bienséance stratégique de la personnalité politique qui joue sur plusieurs fronts électoraux à la fois, suppose en effet qu’une large partie de la population des États-Unis est disposée à entendre qu’entre un cinquième et un quart du pays est composé de dégénérés irrécupérables, et qu’une autre fraction de taille égale est trop idiote pour avoir vu le piège que la candidature de Donald Trump leur tend.

Et l’on peut évidemment penser que c’est de bonne guerre, dans la mesure où ce sont les irrécupérables en question qui ont ouvert les hostilités, comme l’explique très bien le détail de leur ethnocentrisme déclaré :

trump-feeling-therm-bar

Notez bien que les auteurs du texte dont est issu le graphique ci-dessus ont fait de leur mieux pour vérifier que l’attitude ethnocentrique des électeurs de Trump est plus prononcée que celle de l’électorat républicain en général—bref, en d’autres termes, que Trump est en train de rendre les choses encore pire qu’elles ne l’étaient déjà :

trump-whiteresentamerident11d

À ce stade, j’ai envie de poser deux questions.

Comment en est-on arrivé là ?

Dans mon précédent billet sur la candidature de Trump, je parle surtout de son hold-up électoral sur le Parti républicain, dont j’ai encore du mal à réaliser qu’il ait pu se faire braquer par un seul homme, aussi riche et mal coiffé soit-il. Toutefois, si l’on se pose la question de savoir comment est-ce que l’on en est arrivé là, il faut naturellement remonter plus loin dans le temps—bon, peut-être pas jusqu’à la Guerre de Sécession, hein.

De mon point de vue, la meilleure explication du processus de court terme qui nous a fourni ce clown triste qu’est Trump est à trouver dans un papier de Michael Tesler :

tesler

J’avais déjà évoqué ce papier (voir aussi cet autre signalement), en soulignant que le phénomène qu’il souligne, c’est-à-dire l’élévation du ressentiment racial aux États-Unis, ne commence pas avec la réforme du système de santé de Barack Obama. Je citais à ce propos l’ouvrage Off Center de Pierson et Hacker, qui explique entre autres que la « dérive des continents électoraux » démocrate et républicains aux États-Unis a des origines plus anciennes que l’élection de Barack Obama.

Reste que c’est avec l’élection d’Obama, puis avec sa réforme du système de santé, que s’est cristallisée, dans la période récente, la partie la plus dommageable de la polarisation politique américaine : celle qui, au-delà des doutes somme toute inoffensifs sur le lieu de naissance du premier président Noir des États-Unis, a aussi laissé entendre que ce président était musulman, insinuation que peu d’électeurs seraient disposés à accueillir par le flegmatique « What if he was? » de Colin Powell.

Encore une fois, la grille de lecture anti-élitiste, raciste et islamophobe est tout sauf nouvelle aux États-Unis : l’explosion des hate groups après l’élection de Barack Obama en 2008. Mais à partir de la réforme du système de santé et de sa première conséquence politique, l’émergence du Tea Party, il a fallu compter avec une branche « non armée » (quoique…), et très bien organisée puisqu’à la fois politiquement représentée et financée de manière pérenne, de ces groupes.

koch-network-extremism

Pour finir, si l’effet mesuré par Michael Tesler persiste aujourd’hui, son dernier ouvrage en montre aussi l’effet-retour : loin d’atténuer le ressentiment racial aux États-Unis, l’élection et la présidence d’Obama ont permis à une partie substantielle de l’opposition républicaine de s’organiser en partisans du racisme systémique—Trump fournissant aujourd’hui l’effet multiplicateur qui permet d’étendre le domaine du préjudice aux femmes, aux Musulmans, aux Hispaniques et à tous les autres, sans avoir besoin de rejoindre une milice paramilitaire sudiste.

Deuxième question.

Que restera-t-il de tout ça le 5 novembre ?

Personnellement, je vois très mal comment la tendance actuelle pourrait s’inverser sous Clinton, et ce quel que soit le nombre d’années qu’elle passera au pouvoir—en supposant qu’elle l’exerce, mais c’est autrement plus probable que le scenario inverse, et je n’ai vraiment pas envie de savoir à quoi ressemblerait President Trump, et surtout la société qui irait avec.

La présidence Clinton s’annonce (j’insiste sur le terme) très peu transformative. Pour le moment, sa promesse la plus importante, qu’elle a récupéré de son ancien concurrent démocrate Bernie Sanders, semble être la suppression des frais d’inscription dans les universités publiques d’ici 2021. Pour les raisons que donne Corey Robin, c’est une mesure qui est loin d’être mineure, mais c’est aussi une mesure qui sera largement financée par les étudiants eux-mêmes, ce qui signifie qu’elle ne sera mettra en place qu’au fur et à mesure d’un dispositif qu’on est en droit d’imaginer très long.

Le même Corey Robin pense aussi, et je me sens proche de sa position, que la présidence Clinton ne sera pas une présidence de « réalignement » politique au moyen d’une lutte contre un adversaire abstrait qui changerait à la fois l’orientation des politiques publiques et les règles de la compétition électorale, mais simplement celle qui succèdera à l’élimination d’un rival inacceptable. Toute ressemblance avec un autre président serait naturellement fortuite…

Bon, c’est peut-être du bluff, et peut-être qu’une fois au pouvoir, Hillary Clinton reprendra la réforme du système de santé où celle-ci s’est arrêtée, et fera passer une forme d’option assurantielle publique qui accentuera la concurrence sur les prix dans le secteur des assurances-maladie. Ce serait toutefois peu probable : son passé en matière de réforme de la santé menacerait de la rattraper, et Hillary Clinton ne voudra certainement pas prendre le risque de déclencher une autre « Tea Party« .

La variable la plus importante ici me semble être la structure que prendra l’opposition à Hillary Clinton une fois qu’elle aura accédé au pouvoir : si celle-ci reprend une forme de « Tea Party » échappant au moins en partie à l’establishment du Parti républicain jusqu’à présenter de nouveaux candidats à la Michele Bachmann, alors le cauchemar Trump continuera, même sans lui.