Feuilletons en retard

Comme son auteur, ce blog prend un retard affligeant sur tout ce qui l’entoure, et sur tout ce qu’il avait commencé à suivre ou à faire. Sentiment d’échec relatif, vu que les coupables réels (les journées de 24 heures) ou imaginaires (la nouvelle interface de WordPress utilisée par Hypothèses) ne manquent pas, mais quand même : presse, pétitions, mailing-lists, blogs, articles, bouquins—Google Agenda fugit, et les feuilletons passent.

Gilets jaunes

Il y a, évidemment, la mobilisation durable des “gilets jaunes”, au sujet de laquelle je n’ai pas écrit un traître mot sur ce blog. J’ai bien constitué un fichier de notes éparses avec un peu plus d’une centaine de liens Web vers des choses intéressantes sur le sujet, mais au final, le peu que j’en ai dit aux étudiants d’un cours de sociologie politique auquel je participe tenait en dix minutes.

En gros et en bref :

  • Le mouvement dure désormais depuis plusieurs mois, mais les quelques résumés d’enquêtes que j’ai lus m’incitent à penser que l’on ne dispose pas encore de la masse critique de données (localisations spatio-temporelles, enquêtes par questionnaires face-à-face ou Web, collecte des pages Web…) qui permettrait de tirer des conclusions solides sur la morphologie du mouvement.
  • Au-delà de ça, j’ai lu, comme tout le monde, différentes choses sur les raisons et revendications du mouvement, et aussi beaucoup de textes souvent très pertinents sur ses parallèles historiques ou sur ses aspects originaux—mais étudier un mouvement en commençant par son intellectualisation (et/ou ses tentatives, prématurées, de synthèse) plutôt que par un aperçu, au moins transverse, ou mieux, longitudinal, des acteurs ?
  • Puis vient enfin le problème de la “censure à droite” du mouvement : sans les décisions de justice, les archives et les effets de long terme liés à la protestation, il me manque les “pages du livre” qui m’intéressent le plus : celles concernant le degré de répression étatique et les “effets de carrière” sur les participants1.

Trump et les trumpistes

Il y a ensuite ce feuilleton “Donald Trump”, que je n’arrive pas à recommencer parce que le personnage est tout simplement trop dégoûtant pour que je parvienne à m’en coltiner plus de trois lignes par mois. Je plains sincèrement celles et ceux obligés de s’infliger ça pour des raisons professionnelles, sans parler de ceux qui se tapent non seulement Trump, mais aussi les “Trumpers” et les “Trumpistes”, afin d’en tirer des conclusions comparatives2.

Mon intention initiale, concernant Trump, était de parvenir à rédiger une chronique électorale du style de celle que j’avais rédigée au sujet de la première élection d’Obama. Comme pour les gilets jaunes, je m’étais préparé un dossier de documents, de liens, de références… Exactement ce que l’on demande, d’ailleurs, à nos étudiants du cours précité.

Or, il est rapidement apparu que l’un des aspects les plus intéressants de l’élection tenait à la possible interférence russe dans la campagne électorale, et sur ce point, il manque encore tout un tas de pièces au puzzle : l’essentiel est déjà connu, mais pas les conséquences (légales, politiques) des conclusions de Mueller pour le régime présidentiel américain.

Désintégration européenne

Viennent ensuite les tout aussi tragiques feuilletons européens.

À l’extérieur de ses frontières, l’Union européenne a mis en place un régime de surveillance complètement absurde qui ne convient à personne, sinon à ceux qui trouvent un charme esthétique aux acronymes “FRONTEX” et “EUROSUR” et aux noms d’opération “Mare Nostrum”, “Triton” et “Poseidon”3.

Les résultats sont désastreux : les Européens ne se reconnaissent pas dans le dispositif, les souverainistes (hongrois, autrichiens, …) non plus, et les décès au large des côtes se sont accumulés sans raison aucune. Si aimer l’Europe, c’est la changer, il faut, de mon point de vue, commencer par ça : une réflexion sur les frontières de l’Union, et sur les impératifs humanitaires à faire respecter à ces frontières4.

À l’intérieur de ses frontières, l’Union a désormais reçu plusieurs fois la preuve de l’inadéquation complète de son système décisionnel avec le type de décision qu’il fallut prendre en réponse à la crise financière5 (et à la crise de l’immigration, et à celle de l’Ukraine). Tout comme je ne digère pas les fautes morales impardonnables accomplies en Méditerranée, je ne digère toujours pas non plus le sort réservé aux Grecs.

Je ne sais pas à quoi va ressembler la suite du feuilleton : les toutes-proches élections européennes semblent bien dérisoires au vu de la somme des décisions à corriger en profondeur pour sauver ce qu’il reste à sauver.

Brexit

Enfin, à l’intérieur mais bientôt à l’extérieur des frontières de l’empire européen, la classe politique britannique semble avoir décidé de faire durer le suspense. Est-ce surprenant, au pays de Ladbrokes ? Il semble qu’un premier pari (le referendum) n’était pas assez : voici désormais celui sur la négociation du Withdrawal Agreement, puis sur son adoption par la représentation nationale.

Ce feuilleton est catastrophique pour l’économie britannique (qui en a vu d’autres, certes), mais c’est aussi de loin le plus beau d’un point de vue démocratique : personne ne sait ce qui va suivre6, et l’avenir du pays semble se jouer dans des marges de victoire de moins de 50 députés, sur un parlement qui en compte 6507. Je ne sais pas combien de régimes pourraient encaisser ce qu’est en train d’encaisser le système politique britannique, mais je suppose qu’il n’y en a pas tant que ça.

Et puis…

Et puis il se passe aussi de belles choses pas très loin (photo via Fabrice Riceputi)… mais le temps manque.

  1. Mes liens pointent vers les travaux de Lilian Mathieu sur “mai 68”, mais sur les effets de socialisation, voir Faites place : novices en lutte, l’ouvrage de Selim Smaoui dont j’avais parlé au sujet de Nuit Debout []
  2. La dernière élection présidentielle brésilienne est un exemple d’événement que j’ai délibérément choisi d’esquiver, par lassitude. Idem pour l’actualité polonaise, roumaine, hongroise, russe… Et plus près de chez nous, même si cela n’a rien à voir sur le fond, cette réforme tellement idiote des frais d’inscription à l’Université publique—pareil : je n’ai pas pu m’y mettre. []
  3. Voir, dans le billet en lien, l’ouvrage de Patrick Kingsley, dont je n’ai finalement pas reparlé, mais qui vaut vraiment le détour. []
  4. La nature pseudo-impériale de l’Union devrait guider une partie de cette réflexion sur ses limes. Sur ce point, voir aussi l’ouvrage de Gabriel Martinez-Gros évoqué il y a quelques années. []
  5. Certaines décisions européennes prises lors de la “crise de la dette privée” l’ont été en 48 heures, un temps plus proche du temps de décision militaire que du temps politique civil. []
  6. Ce qui nous change des feuilletons européens, où tout le monde sait qui contrôle l’agenda, même si cela ne prédit pas nécessairement tous les épisodes. []
  7. Parlement que Churchill avait fait reconstruire en encore plus petit que ça : la Chambre des Communes ne peut pas accueillir toute la représentation nationale—mais c’est une autre histoire. []

Trump, suivi de prédiction

Ma prédiction concernant Donald Trump (dont je parle moins, parce que c’est lassant et triste) arrive bientôt à son terme, et malgré les tueries comme celle de Pittsburgh ou les meurtres “à l’aveugle” comme celui de Charlottesville, Trump reste au pouvoir sans avoir encore déclenché d’assassinat ciblé.

En revanche, ma prédiction est à nouveau partiellement validée par les (vrais) explosifs expédiés aux adversaires les plus vocaux de Trump par un militant complètement fasciné par le président. Heureusement, aucun des explosifs ne semble avoir fait de victime, et j’espère évidemment qu’il en sera de même pour les suivants, s’il y en a.

Sur la récente tuerie de Pittsburgh, je me permets, au passage, de vous renvoyer à cette excellente analyse de Rudy Reichstadt, dont les points 1 (“les mots tuent”) et 4 (“Trump est débordé sur sa droite”) sont particulièrement pertinents ici.

L’économie morale de Trump, et par extension de ses soutiens dans la droite américaine, est une abysse glaciale dont les morts de Pittsburgh  jalonnent deux des parois : celle de la libre circulation des armes à feux, et celle de la “libre expression” des haines les plus violentes au nom de la compétition (partisane) des discours (d’incitation au meurtre des “ennemis intérieurs”), des “idées” (complotistes) et des “valeurs” (antisémites).

À consommer de préférence sur Internet sous 15 jours, n°1

  • Maggie Haberman, la journaliste du New York Times envoyée à la Maison Blanche, a donné un très intéressant entretien au magazine The Atlantic, à écouter sur la page The Atlantic Interview (épisode n°8).

    Ce que Maggie Haberman dit de Donald Trump est en large partie spéculatif (bien qu’elle s’en défende), mais cela n’enlève rien à l’intérêt de l’exercice : avec ses propres repères culturels et politiques, le portrait psychologique qu’elle livre de Trump – son rapport à l’élite new-yorkaise dont il est extrait, sa capacité de calcul stratégique, les sources de ce qu’il mémorise, etc. – est un bon correctif à celui que l’on peut avoir bâti tout seul dans son coin.

  • Ce compte-rendu par Scott Alexander de Folie et déraison. Histoire de la folie à l’âge classique (Madness and Civilization est le titre anglais de l’ouvrage dans son édition anglophone initiale) vous donnera envie d’aller lire ou relire Michel Foucault.

    Dans un style proche, je conseille aussi La fatigue d’être soi. Dépression et société, le dernier volet de la trilogie d’Alain Ehrenberg : je n’en ai lu que la première partie (c’est long et dense), mais ça en vaut le détour1, et cela complète très bien d’autres lectures en psychiatrie ou histoire de la psychiatrie, un thème de lecture dans lequel je commence tout juste à investir un peu de temps2.

  • Dans ses pages sur Descartes3, Leszek Kolakowski évoque la possibilité qu’à tout moment, nos mémoires ne soient qu’une construction par une entité externe tierce, et que nous n’existions, en réalité, que depuis quelques secondes à peine.

    Au cours d’une conversation avec un ami, j’ai tenté de recycler l’idée pour faire une sorte de blague sur les machines à remonter le temps, mais ça n’a pas très bien marché. Et puis, tout récemment, j’ai découvert que Tom Gauld l’avait déjà fait :

    À la réflexion, Zach Weinersmith, de SMBC, a certainement aussi fait quelque chose d’approchant. J’aurais mieux fait de chercher une analogie avec Blade Runner.

  • Une jeune voisine s’est récemment mise au piano. Du coup, j’ai cherché un moyen rapide de me réconcilier avec le piano.

    Les musiques de films jouées par Stephan Oliva, que j’avais eu la chance de voir à la sortie de l’album, restent pour moi l’antidote parfait à toute chute de tension dans le rapport du mélomane au piano. Dans mon cas, cela fonctionne encore mieux que Gould (au sujet duquel) ou Chopin, en particulier quand on change ensuite de style pour se réfugier dans la lente géométrie du Canto Ostinato de Simeon ten Holt.

  • Exercice rapide sur l’historiographie de la guerre :

    1. Lire quelques pages sur Thucydide4. 2. Trouver un bon exemple de stratège militaire : Zhukov semble tout recommandé. 3. Lire une critique poussée de l’historiographie des conflits. 4. Lire le numéro spécial d’Histoire et Mesure, “Guerres et statistiques” (2007). Enfin, 5. garder un oeil sur le blog de Christopher Lawrence, qui travaille sur l’histoire quantitative de la guerre, ainsi que sur le blog de Michael Spagat5.

    Objectifs : 1. illustrer une séance de cours sur la narrativité et la métahistoire (White, 1980), et 2. illustrer une autre séance de cours sur la sociologie de la quantification. J’ai déjà beaucoup trop d’exemples pour les deux séances, mais ne parviens pas à m’empêcher de les accumuler, ou de m’intéresser à quoi que ce soit qui puisse servir à illustrer d’autres séances de cours sur la théorie de l’État moderne.

  • La lecture de cet entretien avec Pierre Conesa me rappelle que je ne connais rien, mais alors rien du tout, du Yémen pré- ou post-2011. Je ne savais même pas que Saleh avait été tué début décembre 2017.

    J’ai retrouvé, dans mes archives, “A Brief History Of The Yemen Clusterf*ck”, de Gary Brecher, “Why the Managed Transition After Yemen’s Uprising Led to War”, de Stacey Philbrick Yadav, et “Les guerres au Yémen”, une série d’articles de Jean-Philippe Rémy, le correspondant du Monde à Aden.

    Avec la conviction que j’aurai tout oublié à nouveau dans moins de dix jours.

  1. L’introduction de bouquin fournit un bon aperçu – un aperçu peut-être exemplaire, même, pour une introduction d’ouvrage de ce type – de la thèse générale, du cadre théorique et de la méthode de travail. La première partie, quant à elle, permet de situer quelques figures et moments-clés de l’histoire de la psychiatrie en France, en identifiant bien les supports (institutions, revues médicales) dans lesquels se jouait cette histoire. J’ai remarque que j’ai tendance, à la lecture, à réécrire une histoire un peu différente de celle de l’auteur, qui s’intéresse aux idées qu’aux luttes d’acteurs, à la façon des travaux de Patrice Pinell, par exemple. []
  2. Ma porte d’entrée fut double : d’une part, une partie très intéressante de ce qui se fait en analyse de réseaux se fait en psychopathologie, sur des modèles de symptômes et de diagnostics ; d’autre part, le cours de biologie humaine de Robert Sapolsky aborde très directement le sujet. À l’avenir, j’aimerais trouver le temps de lire une histoire du DSM []
  3. Ou avant : pour être honnête, je ne sais plus à quel niveau de l’ouvrage se situe précisément le passage, et vu la structure de l’ouvrage, le passage vient peut-être de l’étude d’un tout autre philosophe que Descartes ; néanmoins, le passage sur le doute cartésien pouvant parfaitement l’accueillir, mettons-le là. []
  4. Le texte traite principalement d’autre chose que de la manière dont Thucydide traite de la Guerre du Péloponnèse, mais c’est justement ça qui est intéressant pour comprendre ce qui en fait un classique pour une discipline comme la science politique. []
  5. En parallèle : 1. Penser au rôle des contrefactuels militaires dans la fiction ; puis 2. repenser aux mondes possibles de David Lewis ; pour 3. en revenir au spéculations cartésiennes évoquées plus haut. []

Aiding and abetting

18 U.S. Code § 2 – Principals

(a) Whoever commits an offense against the United States or aids, abets, counsels, commands, induces or procures its commission, is punishable as a principal.

(b) Whoever willfully causes an act to be done which if directly performed by him or another would be an offense against the United States, is punishable as a principal.

Dans l’un de mes trop nombreux billets sur Donald Trump, j’avais formulé la prédiction suivante, lâchement planquée dans une note de bas-de-page :

dans les deux années qui arrivent, le président des États-Unis d’Amérique sera publiquement à l’origine de l’assassinat ciblé d’un citoyen américain à l’intérieur de ses frontières, via Twitter ou autre medium lui permettant de communiquer avec la frange psychopathe de la population des États-Unis.

La prédiction ne s’est heureusement pas encore vérifiée, mais le nombre d’incidents se rapprochant du scenario évoqué est tragiquement remarquable.

Trump a publiquement appelé à l’exécution des individus reconnus coupables de terrorisme, à au moins deux reprises. Notons au passage que son premier appel, qui faisait suite à l’attentat de Barcelone, se fondait, comme si souvent avec Trump (et en politique en général1), sur un mythe aussi persistant qu’infondé.

Vint ensuite la marche de Charlottesville, que Trump refusa d’abord de condamner, avant de le faire du bout des lèvres : « both sides »2 ! Rappelons que la marche en question, un défilé de néonazis et paramilitaires aux sympathies pro-Trump univoques, a fait une victime à la voiture-bélier chez les contre-manifestants.

Vint ensuite ce tweet, qui se rapproche de très près du scenario que j’envisageais en début d’année : un appel au meurtre à peine voilé3. L’appel fut heureusement non suivi d’effet et non renouvelé, Trump et ses proches semblant désormais se contenter d’insulter CNN à la moindre occasion.

Hier, un “militant 2.0” de Trump a apparemment tué son propre père, à l’issue d’une dispute au cours de laquelle il aurait traité ses parents de “pédophiles gauchistes”.

La rhétorique provocatrice de Trump annonce, hélas, d’autres incidents de ce style, à tel point que même le régime nord-coréen me paraît rationnel dans certaines de ses interrogations sur le maintien au pouvoir de l’actuel président des États Unis d’Amérique.

En moins d’un an, Trump n’a fourni aucune des garanties qui auraient rendu absurde la perspective d’une révocation en cours de mandat. Il ne s’est pas non plus extirpé de “l’enquête russe”, et n’a créé aucun bénéfice politique qui puisse lui assurer une clientèle électorale susceptible de le reconduire au pouvoir. On top of that, il compte toujours au moins autant d’ennemis que de soutiens dans l’appareil d’État.

L’ancien directeur du renseignement intérieur américain James Clapper a certainement raison de penser que la perspective d’une révocation reste peu probable : la procédure est compliquée et très coûteuse, pour des bénéfices très incertains. Je ne parviens pas à imaginer quel événement hors du commun pourrait modifier cet équilibre, en rendant le statu quo moins préférable à un scenario de vacance au pouvoir.

À y réfléchir, je préfère ne pas l’imaginer.

  1. Vous avez remarqué que ça fait au moins deux semaines que personne n’a parlé de “l’arrivée démocratique au pouvoir d’Adolf Hitler” ? Ça ne saurait tarder. []
  2. En 2016, Trump avait également refusé de se distancier du Ku Klux Klan. Dans le cadre de ce billet, ce sont l’absence de condamnation morale et l’appel à la violence qui m’intéressent, mais il faut remettre la déclaration de 2016 en perspective : Trump n’était pas élu, et jouait alors chacune de ses phrases sur le marché de l’attention médiatique. Son “jeu présidentiel” (et, je suppose, le reste de son existence) montre que c’est le seul jeu qu’il connaît par ailleurs. []
  3. Les militants pro-Trump affirment avoir trouvé, dans la correspondance email d’Hillary Clinton, un appel au meurtre de Julian Assange (« can’t we just drone this guy? »), sans toutefois en apporter la preuve. []

Reprise : Trump en Khomeini

Je ne sais pas par où commencer.

En un mois sous Trump, il s’est passé plus de choses aux États-Unis qu’en cinq ans en France sous Hollande. C’est en tout cas de cette manière que j’ai vécu l’écoulement du temps entre l’escalade nucléaire avec la Corée du Nord1 et le défilé néo-nazi meurtrier de Charlottesville, que je n’ai même pas besoin de chroniquer : les deux événements ont largement occupé les “unes” des médias, au moins jusqu’au jour des attentats en Espagne (ou du transfert de Neymar, je ne sais pas et ne veux pas savoir).

Il y aurait énormément à écrire sur Trump : sur sa campagne, sur son élection et sur la domination subséquente des institutions politiques américaines par le Parti républicain, sur les “cent premiers jours”, sur le fonctionnement chaotique de la Maison Blanche, sur ses relations tendues avec le Congrès autour de l’abrogation (ratée, à plusieurs reprises) de la réforme Obama du système de santé, sur l’homologie entre Trump candidat et Trump président, sur la polarisation de l’électorat, sur la stratégie anti-analytique consistant à détruire toute forme d’intelligence bureaucratique autour de la présidence, sur…2

J’ai essayé d’écrire quelque chose dans l’immédiat après-élection, mais il a fallu plusieurs mois pour que certains aspects du vote soient convenablement documentés et explorés, et je me suis dégonflé. C’était d’autant plus facile qu’une fois élu, Trump s’est tout de suite lancé dans une série d’actions à peu près toutes aussi dangereuses (dans tous les sens du terme) les unes que les autres, à l’exception peut-être de sa politique de nominations massives dans les circuits judiciaires, qui constituera en toute probabilité son héritage politique le plus durable.

Il faudrait aussi que je retourne lire sur les modèles de leadership, et que je commence à classer mes sources : j’ai archivé plein de choses, mais de manière assez désordonnée, en utilisant des catégories sans intérêt. Bref, je ne trouve pas vraiment de manière de me consoler de mon incapacité à m’organiser (mais aussi, me calmer) suffisamment pour écrire sur Trump—ce que j’ai déjà beaucoup trop fait sur ce blog, de manière anarchique et généralement impulsive.

Le risque d’un mandat incomplet

Un ami me demandait hier quelle était la probabilité que Trump termine son premier – et espérons-le, unique – mandat présidentiel. Je lui ai répondu que c’était une erreur de raisonner dans cette direction, cette probabilité n’étant pas le complément de la somme des risques que court Trump de ne pas terminer son mandat actuel.

Il me semble que le risque de destitution par un grand jury, à l’issue de l’enquête supervisée par Robert Mueller, est très faible : vu les pressions qui s’exercent sur cette enquête, celle-ci aurait déjà aboutie à une procédure de destitution si cette opportunité s’était révélée possible. Je tend donc à penser que ces conditions n’existent pas, ce qui n’exclut toutefois pas qu’un autre “dossier” que la campagne de Trump ne le place à nouveau dans une situation susceptible de déclencher une telle procédure3.

Quant à la procédure du 25e Amendement, déjà discrètement évoquée en début d’année (note 5), c’est un mystère constitutionnel à mes yeux, et je ne sais pas quoi en penser.

Reste la possibilité, terrible mais très réelle au regard de l’histoire politique américaine, et de l’histoire politique tout court, d’un assassinat. C’est d’ailleurs, de mon point de vue, la seule raison authentique pour laquelle Trump courtise, encourage et ménage, selon le contexte, la frange radicale, nationaliste, raciste, antisémite – et armée – de son électorat4.

Renouvellement de prédiction

Dans la note de bas-de-page évoquée plus haut, je formulais également une prédiction, que je reprends ici verbatim :

Le désastre qui s’annonce est compliqué, mais permettez-moi juste une prédiction : dans les deux années qui arrivent, le président des États-Unis d’Amérique sera publiquement à l’origine de l’assassinat ciblé d’un citoyen américain à l’intérieur de ses frontières, via Twitter ou autre medium lui permettant de communiquer avec la frange psychopathe de la population des États-Unis.

L’attentat domestique perpétré à Charlottesville se situe en périphérie de cette prédiction, qui reste néanmoins, et heureusement, incorrecte. Trump a toutefois déjà indirectement appelé au meurtre, et tout dans son comportement m’autorise à anticiper d’autres appels similaires, avec la possibilité tragique qu’ils soient suivis d’effets réels, y compris “en sens inverse”, sous la forme d’actions meurtrières contre les individus se revendiquant de l’actuel président américain5.

À ce stade du raisonnement, et pour bien signifier à quel point je suis consterné par les faits, Trump m’évoque plus l’ayatollah Khomeini qu’Abraham Lincoln. En condamnant Salman Rushdie à mort, Khomeini avait “weaponizé” l’instrument de la fatwa, dont ce n’est pas du tout l’objectif théologique doctrinal. Trump est un homme de son temps, et il a très bien compris, comme d’autres, l’usage stratégique des réseaux sociaux pour faire peser la menace de la violence physique sur des cibles plus ou moins bien identifiées.

De plusieurs manières, Khomeini est aussi un très bon symbole du retour à un conservatisme qu’on espérait définitivement abandonné. Dans le contexte américain, la contre-révolution raciale n’a jamais été aussi visible qu’à Charlottesville, mais comme au moment de la révolution iranienne, toutes les pièces du puzzle étaient déjà en place. C’est sur la base de cette idée – Trump est une régression d’environ soixante ans en arrière – que je pense que ma prédiction se réalisera sans doute par l’assassinat d’un Noir américain, au nom, et avec l’assentiment à peine voilé, du président des États-Unis.

(Rapide mise à jour : quelques liens en plus.)

Complément, 24 août : Chris Hanretty a déniché un très bon résumé des trois manières dont Trump pourrait quitter le pouvoir vivant. Au passage, vous vous souvenez quand je blaguais sur Trump réclamant les codes nucléaires ? Ce n’est plus très drôle.

  1. J’en ai profité pour apprendre comment le président américain peut déclencher une guerre thermonucléaire. Par ailleurs, la Doomsday Clock n’a pas bougé, mais elle avait déjà avancé en partie à cause de déclarations précédentes de Trump. []
  2. Trump ne résume évidemment pas la société américaine actuelle, qui traverse notamment l’une des pires épidémies qu’elle ait jamais connue. Ne serait-ce que pour le détournement d’attention qu’elle occasionne vis-à-vis de ce qui devrait être un thème (encore plus) saillant dans le débat public, la présidence Trump est déjà, en soi, un échec politique retentissant. []
  3. Je tend également à penser que l’objectif latent de cette procédure est avant tout la destruction de son népotisme familial plus que son removal from office, Trump ayant spectaculairement violé les règles tacites de l’homogamie politique jusqu’alors en place. []
  4. Autant être clair pour celles et ceux qui tomberaient sur ce billet sans connaître le ‘Bistro : vous vous trouvez en zone pacifiste, où personne n’incitera jamais qui que ce soit à user de la violence contre qui que ce soit—ce qui n’interdit pas de raisonner sur son emploi par d’autres. []
  5. Les probabilités des différents scénarios ne sont pas les mêmes, mais la normalisation de la violence verbale peut avoir toutes sortes d’effets, et les événements rares interdisent de se défausser des scénarios “moins probables” au seul titre qu’ils ne constituent pas le risque majeur d’une situation. []

De l’auto-destruction en Amérique

Début février, j’écrivais ceci :

Depuis la préparation de ce billet il y a quelques semaines, Trump est devenu président des États-Unis, a littéralement décimé certains ministères fédéraux, et a pris toute une suite de mesures qui confirment le fonctionnement autocratique et anti-légaliste de son administration rapprochée. Les plus optimistes s’attendent à une procédure réussie d’impeachment1, les plus pessimistes parlent de ballon d’essai pour un coup d’État.

J’ai encore du mal à croire qu’en quelques semaines à peine, on en soit arrivé au stade où les deux cas de figure évoqués ci-dessus soient devenus, à des degrés différents, crédibles, mais c’est bien le cas : les révélations des dix derniers jours ont fourni tout ce qu’il faut pour justifier d’une procédure d’impeachment contre Donald Trump, ou même, procédure tout à fait exceptionnelle qu’un ami au sens politique hors du commun avait prédit il y a plusieurs mois, d’une invocation du 25e Amendement, Section 4.

Dans ce contexte, il n’est pas étonnant que les membres des chambres parlementaires en viennent à réfléchir aux alternatives, et à la meilleure manière de les mettre en oeuvre : c’est à ce type de “destitution concertée” que l’histoire des régimes autoritaires destine les autocrates en situation d’effondrement de leurs soutiens.

Comment en est-on arrivé là ?

Le spectacle affligeant et obscène qu’a offert Trump dès son entrée en fonction – et avant ça, pendant la campagne électorale – a de nombreuses explications, mais voici trois éléments dont il me semble qu’ils ont très directement contribué à faire émerger la situation actuelle :

  • Dès le départ, Trump a choisi d’ériger la presse en parti d’opposition, et pas seulement en relais indirect des attaques issues d’un camp adverse plus ou moins dissimulé derrière elle : comme le montre l’épisode délirant des attaques terroristes “non couvertes” par les médias, la presse est l’ennemi numéro un de Trump, qui semble incapable de s’intéresser à tout autre espace que l’espace médiatique.

    Cette stratégie est idiote : l’adversaire désigné n’est pas un concurrent électoral, et la destruction physique de l’ennemi n’est pas une option ; en conséquence, je pense que le jeu répété qu’a créé Trump va nécessairement finir par se retourner contre lui, au fur et à mesure qu’augmenteront les coûts de la loyauté que lui porte encore un média comme Fox News.

  • Sa méthode du mensonge érigé en doctrine de gouvernement2, qui se rapproche incroyablement de celle de Slobodan Milosevic, n’est viable qu’entourée des institutions qui font tenir les régimes autocratiques.

    Dans un régime démocratique, je ne vois pas comment le voile ne pourrait pas finir par être levé sur le fait que Trump ne comprend absolument rien à rien à l’économie ou à la diplomatie, avec pour conséquence d’être incapable de satisfaire ses électeurs, en plus de faire peser une réelle menace géopolitique au niveau mondial.

  • Vient enfin la guerre interne que Trump semble avoir ouvert avec l’appareil exécutif fédéral, en cherchant à lui faire subir ce que Newt Gingrich a fait au Congrès, c’est-à-dire tenter de le rendre stupide (du grec stupos, frappé de stupeur). C’est en tout cas comme ça que je perçois sa guerre à bas bruit aux statistiques officielles3, ou son non-remplacement de conseillers en politique étrangère, en sciences et technologies, et plus généralement un peu partout dans l’appareil fédéral4.

    Or, à long terme, je ne comprendrais pas que la bureaucratie ne prenne sa revanche, à sa manière : en sabotant les projets du saboteur, en rendant les coups avec plusieurs mois (voire années) de décalage, et en savourant les effets de sa contre-offensive aux mid-terms de 2018, par exemple5.

Un changement de cap est-il probable ?

La déroute politique actuelle de Trump peut théoriquement s’arrêter du jour au lendemain, mais cela lui demanderait d’effectuer un “virage de personnalité” dont il est quasi-certainement incapable, en plus d’un changement quasi-intégral de garde rapprochée, ce qui lui demanderait notamment de renier publiquement plusieurs membres de sa famille.

Pour ces raisons, je ne pense pas que Trump “apprendra” de ses errements et modifiera son jeu politique en conséquence : il me semble beaucoup plus plausible qu’il suive le chemin inverse, qui consiste à s’enfoncer dans le déni et à continuer droit devant, au motif que l’on ne s’est pas laissé impressionner par l’opposition.

Il faut rappeler, enfin, que Trump n’est pas un homme politique, et ne semble pas particulièrement sensible à l’effritement de sa base électorale. Les médias les plus serviles de son camp semblent être sa seule source d’inspiration quotidienne, et l’on peut espérer que ceux-ci finiront par se retourner contre lui, d’une manière ou d’une autre.

Rendez-vous dans quelques mois pour un nouveau bilan à mi-parcours.

Addendum : un argument similaire à celui de ce billet est développé dans cette excellente tribune de Masha Gessen, déjà citée ici et sur ce blog.

  1. Les procédures de removal from office sont à la mode : au Brésil et en Corée du Sud, deux présidentes (deux femmes) ont été destituées à quelques mois d’intervalles. Le cas précédent était Viktor Yanukovych (Ukraine) en 2014, l’impeachment de Jacob Zuma (Afrique du Sud) en 2016 ayant échoué. []
  2. Sur cette méthode, le meilleur analyste de Donald Trump reste Scott Adams, qui a parfaitement compris – dans les moments où il arrive à oublier à quel point il déteste Hillary Clinton – le jeu du personnage. []
  3. Trump semble avoir promu suffisamment de personnes motivées par cet objectif pour que les premiers dégâts soient déjà visibles : les données sur la sécurité animale, l’open government data, et bien sûr les données climatiques, en sont les premières victimes. Data delenda est. []
  4. Note : la fin de cette phrase a été rajoutée quelques jours après la publication de ce billet. []
  5. À l’inverse, on imagine mal les bénéfices électoraux que Trump pourrait réclamer pour avoir supprimé quelques pages des sites Internet fédéraux. Sa “stratégie” me semble, ici encore, destinée se retourner contre lui, au moins sur les moyen et long termes. []

Annals of Youtube Science 1(9) : Tragédie des temps présents

Dans ce numéro un peu spécial des Annals of Youtube Science, un document historique.

Au début de cette année, j’ai été un peu pessimiste ; mais je n’ai pas été le seul :

Depuis la fondation de cette République [états-unienne], le discours nativiste d’une partie des Conservateurs (par exemple Huntington) craignait que les Sud-Américains hispanophones ne finissent par affaiblir les normes démocratiques (“anglo-saxonnes”) à cause d’une culture historique de pronunciamentos et coup d’Etats de Généraux et caudillos. Et c’est au nom de la discrimination contre les Latinos que la démocratie américaine fait arriver au pouvoir suprême ce qui ressemble le plus à un Catilina qui ne cache même pas son admiration pour les “Hommes Forts” autoritaires et son mépris pour les valeurs démocratiques. L’histoire n’a peut-être pas de “dialectique” mais elle recèle de l’ironie.

C’est bien vu, mais n’oublions pas trop vite la cohorte de petites mains dévouées qui a oeuvré à l’ascension de ce spectaculaire et crépusculaire abruti qui préside, pour quelques temps, au destin manifeste de nos amis d’outre-Atlantique.

Voici la video du débat entre l’ancien directeur de campagne de Donald J. Trump, Corey Lewandowski, et les étudiants de l’Université d’Oxford (celle qui, à seulement deux exceptions, a fourni tous les Premiers ministres britanniques depuis la Seconde guerre mondiale) réunis par l’Oxford Union (chaîne Youtube) :

Les cris étouffés que l’on peut entendre à certains points de l’enregistrement sont ceux des étudiants qui manifestaient à l’extérieur de la salle, comme cela avait été le cas lorsque Marine Le Pen et Tommy Robinson, par exemple, avaient été invités à s’exprimer1.

En écoutant le discours, et encore plus en écoutant le match de boxe qui a suivi – un spectacle “élites versus populistes” qui n’a pas échappé aux médias partisans de tous bords –, je n’ai pu m’empêcher d’entendre, dans les arguments de Lewandowski, une sorte de version au rabais des ficelles de persuasion utilisées par Trump lui-même, le Master Persuader dont parle Scott Adams.

Le comportement des étudiants d’Oxford, qui ouvrent la discussion par une salve de critiques acerbes puis finissent par implorer, presque de grâce, la raison de leur interlocuteur (au sujet du changement climatique), donne toute la mesure de leur légitime et impuissant désarroi.

Le comportement de Lewandowski est tout aussi caractéristique : au fil des échanges avec la salle, et après une passe d’armes très tendue avec le président de séance, on le sent se retrancher dans des réponses de plus en plus instinctives, après qu’il a usé de tous les trucs et astuces du démagogue : élever la voix, en appeler aux émotions, monter des exemples en généralité, et surtout, ne jamais, jamais reconnaître la moindre erreur, faille ou incomplétude de raisonnement.

L’Histoire n’a peut-être pas de dialectique, mais à l’écoute de ce débat, j’ai eu l’impression d’entendre s’affronter les produits conventionnels de la démocratie représentative – l’une des plus anciennes, dans les murs d’une de ses plus anciennes institutions – avec leur “mouton noir”, leur nemesis, en quelque sorte. Je ne sais pas s’il sortira quoi que ce soit de positif de tout ça, mais dans l’immédiat, je ne vois rien de tel à l’horizon.

Addendum, 20 juillet 2017 : plusieurs mois après avoir rédigé ce billet, j’entends parler à nouveau de Corey Lewandowski à nouveau, à l’occasion d’un “segment” de Fox News où il parle de la rencontre entre Vladimir Poutine et Donald Trump. Allez visionner la vidéo : personnellement, j’ai d’abord cru à une parodie, et le le compte Twitter de l’intéressé m’a laissé la même impression.

  1. Tommy Robinson est le fondateur de l’English Defence League (EDL). Notez bien qu’il s’agissait d’invitations séparées, pas d’une conférence des deux (Le Pen et Robinson) ensemble. Vous trouverez les détails dans The Oxford Student, et les conférences sur Youtube. Est-ce que je conseille de regarder ces conférences ? Marine Le Pen, j’en doute, car on connaît la musique, mais pour ceux qui ne connaissent pas l’EDL, je pense que la conférence de Robinson (et les questions-réponses qui suivent) est instructive pour comprendre comment fonctionne l’extrême-droite britannique. []

Annals of Youtube Science 1(2) Suppl 1 : Il faut défendre la société civile américaine

La plupart des billets publiés sur ce blog le sont avec plusieurs semaines d’avance : le précédent, qui parle de la “transition Trump” aux États-Unis, ne fait pas exception, et évoque donc la période révolue de son arrivée au pouvoir.

De ce fait, je n’y ai pas évoqué les derniers événements, et en particulier deux des événements contestataires qui ont marqué l’actualité politique américaine dernières semaines — “marches pour les femmes” juste après l’inauguration de Trump, et manifestations dans les aéroports contre le refugee ban.

Dans les deux cas, ces événements donnent un très bon aperçu de ce que l’on enseigne, en sociologie politique, sous le nom de “participation politique non conventionnelle” : des acteurs sociaux, plus ou moins organisés en amont, se mobilisent en dehors des dispositifs politiques que sont les partis, les élections et le vote, pour faire connaître leur (absence de) soutien aux pouvoirs publics par d’autres moyens, autorisés ou non par ces mêmes pouvoirs.

Toutes les dimensions de ces événements sont intéressantes à analyser : le degré d’organisation préalable des groupes mobilisés (les mouvements féministes, les groupes de soutien aux réfugiés), la couverture médiatique des mouvements, la stratégie de moyen terme de l’exécutif…

La conférence ci-dessous s’inscrit dans ce contexte. Il s’agit d’une table ronde organisée par la NYU School of Law (chaîne Youtube), et qui montre comment la communauté universitaire est en train de s’organiser pour disséquer, mais aussi surtout pour lutter contre, les mesures de l’administration Trump :

Encore une fois, toutes les dimensions de l’événement sont intéressantes à prendre en compte : les personnes qui s’expriment ici – les juristes d’une université “libérale” de la côte Est – étaient préalablement organisées, dotées de capitaux très importants liés à leur activité professionnelle – très fort niveau de politisation, connaissances pointues en droit, salaires et budgets universitaires, très hauts niveaux de capital social, etc. –, auxquels se superposent la spontanéité et les forces supplémentaires de l’indignation, et leurs actions sont susceptibles d’avoir des conséquences de court, moyen et long termes.

Je n’ai pas le temps de rendre compte, dans le détail, de toutes les idées qui me viennent à l’esprit en suivant, par le biais des médias américains, les événements en cours—limogeage forcé de l’Acting Attorney General Sally Yates, résistance des tribunaux aux mesures de déportation, et ainsi de suite. Tout juste ai-je le temps d’attirer l’attention sur l’importance de l’arme du droit dans ce qui est en train de se jouer aux États-Unis.

À ce sujet, voici deux conférences données au Canada en 2014 par Liora Israël. La première, intitulée “Mobiliser le droit. Une approche sociologique“, est malheureusement un peu difficile à écouter, mais elle est très éclairante, de même que la seconde, intitulée “Résister par le droit: une approche sociologique“.

Dans une autre vie, je m’étais intéressé à la mobilisation des juristes américains contre les mesures de renforcement du droit d’auteur sur Internet, dont le représentant le plus connu est Lawrence Lessig. Je vois beaucoup de parallèles entre ce combat et ce qui se joue actuellement, mais n’ai malheureusement pas le temps de rentrer dans son détail.

Je laisse toutes ces pistes d’analyse en plan ici, en complément, donc, de mon billet précédent, en espérant que tous ces événements se retrouveront chroniqués sous la forme d’analyses plus complètes sur des blogs comme Lawfare, qui est très réactif, ou Mobilizing Ideas, qui est plus “slow science“.

Annals of Youtube Science 1(2) : From Obama to Trump

De l’avalanche de conférences organisées autour de l’élection présidentielle américaine et du phénomène Trump, je retiens celle-ci, qui se concentre sur la phase de transition entre deux équipes présidentielles :

La conférence, disponible sur la chaîne Youtube du Watson Institute for International and Public Affairs, fait intervenir deux personnes qui ont connu les transitions présidentielles de l’intérieur (spécifiquement, celle de Bush Senior vers Clinton/Gore).

Ce qu’ils ont à dire de la transition “Omaba vers Trump” est, à dessein, édifiant, Trump ayant déjà violé un nombre hallucinant des règles mises en place pour assurer que les périodes de transition entre deux “administrations” fédérales ne créent pas de vulnérabilité dans l’appareil d’État américain.

Vu l’absence totale d’ethos du service public chez Trump, et vu le primat de la compétence bureaucratique qui s’exprime très clairement chez les deux conférenciers, leur bilan extrêmement négatif de Trump comme “président-élu” est peu étonnant. Le détail de leur bilan est intéressant.

Sur un sujet proche, voir “President Trump’s First Term“, un excellent texte publié en septembre 2016 par le New Yorker, dans lequel l’auteur faisait le point sur la marge de manoeuvre du pouvoir présidentiel aux États-Unis.

Depuis la préparation de ce billet il y a quelques semaines, Trump est devenu président des États-Unis, a littéralement décimé certains ministères fédéraux, et a pris toute une suite de mesures qui confirment le fonctionnement autocratique et anti-légaliste de son administration rapprochée. Les plus optimistes s’attendent à une procédure réussie d’impeachment, les plus pessimistes parlent de ballon d’essai pour un coup d’État.

La situation est navrante au plus haut point, et je ne pense pas que je vais réussir à chroniquer Trump ce semestre, mais d’autres s’en chargent très bien.

À écouter également

L’unes des choses que je trouve compliquée à comprendre au sujet de l’opinion publique américaine est sa réception des accords commerciaux internationaux. Trump en a fait un chapitre important de sa proto-politique économique, et si ses annonces sur le sujet (NAFTA, TPP) sont amenées à être suivies d’effets, on peut supposer que ce sera au début de son mandat qu’il devra expliquer de quoi il en retournera vraiment.

Sur les accords commerciaux internationaux, je recommande la conférence “Votes, Vetoes & International Trade Agreements“, donnée par Helen Milner à Princeton en 2013 :

La conférence reprend le contenu de son livre sur le sujet.

Bonne année quand même

Attention conservation notice (à la façon de) : ce billet est rédigé dans le style de l’excellent blog de Philip Schrodt, moins les qualités. Du coup, le billet est trop long, avec des tonnes de notes bas-de-page. Pire, il est même grossier par endroits. Je prends la bonne résolution de ne pas vous refaire le même coup avant le prochain bilan annuel.

Mettons-nous d’accord sur une chose :

L’année 2016 fut quand même une belle année de merde.

Je dirais même que, sur une échelle de 0 à 10 où 0 correspond à Cyril Hanouna et 10 correspond à l’existence des licornes, cette année 2016 doit bien valoir un score d’environ -4, voire -5 avec les disparitions de Gotlib (bien qu’il ne dessinât plus) et David Bowie (qui chantait encore), l’annulation du concert parisien de Dasha Rush, et l’absence de nouvel album de Casey.

Ni les nouveaux albums de Brian Eno, Death in Vegas, Underworld, Sumac et Swans, ni même le premier album, pourtant exceptionnellement réussi, de Mark Pritchard, n’arriveront à faire passer la pilule :

champagne-putin

champagne-trump

farage

Et juste pour être sûr, le test ultime : les meilleurs voeux de Boris Johnson. Qu’un pareil guignol puisse avoir la responsabilité des relations diplomatiques de ce qui était, il y a moins d’un siècle, un empire couvrant à peu près un quart du globe, est en soi la marque de fabrique de l’année qui vient de s’achever.

Ci-dessous, un bref passage en revue de quelques-uns des clowns tristes de 2016.

À peine…

À peine les Turcs avaient-ils pris le temps de rigoler de leurs “voisins” grecs, qui ont perdu à peu près un tiers de leurs salaires et autres traitements sur décision de l’Eurozone1, que leur propre pays se prenait un coup d’État manqué en plein poire, et depuis lequel la lire turque a perdu environ 20% de sa valeur sur le marché des devises2. On en est à se demander ce qu’il reste du “miracle turc”, pays auquel on proposait encore il y a dix ans de rentrer un jour dans l’Union européenne3.

En Syrie et en Irak, ou ce qu’il en reste aujourd’hui, la communauté internationale l’OTAN s’était mise d’accord sur une chose : il faut donner sa chance à la guerre. Avec un peu de bol et quelques tonnes de bombes incendiaires (voire d’armes chimiques), il était en effet possible d’imaginer qu’un dictateur extermine autant d’islamistes que possible, avant d’être lui-même destitué par des minorités très pressées de reconstruire une chouette démocratie multi-ethno-confessionnelle. Pas de bol, ça ne s’est pas tout à fait passé comme ça.

Au Darfour, où le conflit fait chaque année depuis 2003 quelques dizaines de fois le nombre de victimes du 11 septembre 2001, quand on sort prendre un café et acheter du pain, on se retrouve parfois dans une manifestation pacifique demandant l’arrêt des violences. Trente morts et quelques menaces plus tard, on se retrouve parfois dans un canot à moteur au large des côtes italiennes. Et encore quelques milliers de kilomètres plus loin, on découvre les joies des lits en carton sous la ligne 2 du métro parisien4.

Interlude

Il ne se passe heureusement pas une seconde sans que l’on dépense des millions de mégawatts pour faire tourner des serveurs enregistrant scrupuleusement chacun de ces événements : la population civile se charge d’en parler sur les réseaux sociaux ; les gouvernements se chargent d’archiver tout ça à des fins de surveillance de masse ; et tout ça finit dans un data center au Texas, au cas où cela puisse servir, demain, à identifier la dernière recrue de l’État islamique.

Évidemment, le stratégie ci-dessus ne fonctionne pas, ou plus exactement, on se retrouve avec 99,99% de faux positifs – vous avez déjà essayé de cueillir des fraises avec une moissonneuse-batteuse ? – et une tonne de gens à surveiller sans les personnels nécessaires pour le faire : compter au moins 12 agents pour chaque suspect. C’est peut-être le prix à payer quand on finance mieux la recherche contre la chute des cheveux que celles sur le wahhabisme et le nettoyage ethnique.

Pour connaître la suite, allez écouter ou lire Wassim Nasr, Abou Djaffar, François Burgat, Pierre Conesa, Scott Atran, Henri Laurens, Gabriel Martinez-Gros, Pierre-Jean Luizard, David Thomson, Romain Caillet, Michel Goya, Yves Trotignon, et j’en oublie quelques-uns. Parmi ces spécialistes, qui n’ont pas les mêmes expertises et qui ne disent pas nécessairement les mêmes choses, pas un seul ne donne moins de dix ans d’existence à la conjoncture actuelle, et les plus réalistes parlent d’au moins une génération (25 ans) pour changer les choses ne serait-ce qu’à la marge.

Si je devais ne recommander qu’une seule intervention sur le sujet du djhadisme et des années à venir, ce serait celle-ci :

Pendant ce temps…

Pendant ce temps, aux États-Unis, de jeunes suprémacistes raciaux se font jeter des fleurs par d’influents tarés richissimes à côté desquels Néron passe pour un prix Nobel de la Paix. Les esprits les plus optimistes calent un peu pour expliquer que le pays s’en remettra, les plus lucides ayant compris que tout va y passer, et qu’il faut bien avouer que les États-Unis ont élu un autocrate5.

Hail Jesus Donald! Et si vous n’avez toujours pas lu l’histoire de Tony Schwartz, le ghostwriter de The Art of the Deal, écoutez-le, ça vaut le détour (de même que David Cay Johnston, The Making of Donald Trump) :

En 2017, on pourra donc entendre Donald J. Trump réfléchir à haute voix à qui pourrait bientôt siéger à la Cour Suprême des États-Unis, une institution qui devrait être l’antithèse de son style de pouvoir. Néanmoins, et je l’ai déjà écrit mais le répète, c’est au niveau des relations internationales que portent mes principales inquiétudes.

Sur ce point, plusieurs passages de cette interview de Noam Chomsky m’ont paru tout à fait pertinents :

Pendant ce temps, aux Philippines, le président applique sa propre théorie des jeux (pace Thomas Schelling, décédé récemment, et on lui doit beaucoup) en signalant une menace crédible à l’ensemble de sa population. C’est à croire que sa stratégie ultime est un scenario où il survivra à une tentative d’assassinat et deviendra un demi-dieu protégé par les astres, le peuple, et par sa volonté de noyer le trafic de drogue dans un fleuve de sang. Duterte est loin d’être le seul dans ce genre, mais comme les médias l’ont remarqué, c’est le plus spectaculaire.

Pendant ce temps, en France, un ministre de l’Intérieur spécialiste des non-failles des services de renseignement6 se voit confié la mission d’étendre son immense discernement opérationnel à l’ensemble de l’action gouvernementale.

Du coup, en 2017, on verra François Hollande quitter l’Élysée (à scooter peut-être), et un immense mouvement de liesse populaireimmense, le mouvement, au moins un votant de la primaire sur mille – célébrer, place de la République, son remplacement par Arnaud Montebourg (pitié), Manuel Valls (oh bonne mère), François Fillon (achevez-moi) ou Marine Le Pen (Belgium, here I come!)—ou Jean-Luc Mélenchon (pfff), ou Vincent Peillon (lolilol), ou… La liste elle-même est triste7.

Pendant ce temps, en Grande-Bretagne… Non, ce serait trop déprimant. Je vous fais confiance pour compléter le tableau par vous-même. Mes billets sur le Brexit sont , , , et , et je n’ai pas assez travaillé le sujet au niveau juridique pour mieux comprendre ce qui peut se passer désormais.

En 2017, on devrait donc aussi entendre Theresa May faire quelques annonces sur la remilitarisation de la frontière entre la République d’Irlande et l’Irlande du Nord, même si en réalité, dans mes bons jours, je fais plutôt confiance aux juristes britanniques pour trouver une solution au problème, qui reste ultra-épineux8.

Le Royaume-Uni n’avait vraiment rien d’autre à faire que de se placer dans ce merdier.

Que retiendra-t-on de tout ça ?

Sur le long terme, peut-être pas grand chose : si le prochain président de la République persiste à ne remplacer qu’un historien sur deux, on devrait même arriver un jour à se débarrasser complètement d’eux et des autres parasites fonctionnaires qui empêchent nos finances publiques de faire contrepoids à l’évasion fiscale des hauts revenus9.

Heureusement, Patrick Buisson, Lorànt Deutsch et l’algorithme de Facebook Actualités seront encore là.

Pour terminer désormais, cette carte-tract, aperçue sur un blog de cartographe, et qui synthétise presque à elle seule la somme des absurdités de cette année :

brexit-scare-map

Champagne (aux sulfates, et bientôt aux neutrons) !

Et bonne année quand même.

  1. Je cite les chiffres de mémoire. Je me souviens aussi avoir lu que 40% des jeunes grecs avaient travaillé au noir cette année. Une amie qui vient d’y passer quelques mois m’apprend que les salaires des musiciens ont été divisés par trois. []
  2. On me répliquera que la lire turque a toujours été une monnaie de singe. Je n’en sais rien. []
  3. Même pas besoin de revenir dix ans en arrière : écoutez cette émission de 2011. Quatre ans plus tard à peine, les choses avaient déjà pris une autre, triste tournure []
  4. La sollicitude des politiques municipaux nous expliquant, à l’été 2015, qu’il n’y avait “pas de places pour les loger”, et ce dans une région où au moins 10% du patrimoine immobilier habitable détenu par les collectivités locales est inoccupé, a achevé de me retrancher du corps électoral “sympathisant” de la gauche de gouvernement. []
  5. Le désastre qui s’annonce est compliqué, mais permettez-moi juste une prédiction : dans les deux années qui arrivent, le président des États-Unis d’Amérique sera publiquement à l’origine de l’assassinat ciblé d’un citoyen américain à l’intérieur de ses frontières, via Twitter ou autre medium lui permettant de communiquer avec la frange psychopathe de la population des États-Unis. Et le pire, m’apprend un ami, est que cela ne suffirait même pas à déclencher l’Amendement 25. Au passage, mes billets sur Trump : 1, 2, 3, 4, 5 et 6. []
  6. Tout va bien, on vous dit. Les connaisseurs du système n’y trouvent rien à redire. Du tout. Et oui, il y a une différence entre “un système faillible” et “une suite de décisions déplorables doublées de déclarations tentant de redresser la barre par l’absurde”. Et je préfère ne pas m’étendre sur les talents stratégiques de toute une équipe gouvernementale qui n’a pas compris que la déchéance de nationalité leur coûterait le vote des enfants d’immigrés : c’est du même niveau que d’avoir envoyé un projet de loi imposant les individus plutôt que les foyers fiscaux au Conseil constitutionnel (même si je retiens l’hypothèse du sabotage pour expliquer le second cas, et la bêtise crasse dans le premier). Au passage, il n’y pas de failles non plus en Allemagne, le même pays qui a connu l’un des événements les plus étranges des dernières années. []
  7. Les candidats sont non équiprobables : je mets les chances de victoire du Front national dans une élection présidentielle à deux tours à 0.01. []
  8. En bref : l’indemnisation des victimes des Troubles (les années noires des bombes de l’IRA qui explosaient dans les pubs) passe, si j’ai bien compris, par un accord communautaire ; conséquemment, si le Royaume-Uni sort de l’Union européenne, il faudra trouver un arrangement bilatéral alternatif entre Anglais et Irlandais, ce qui peut facilement virer au fiasco. Deuxième problème, s’il faut remilitariser la frontière, il n’y a pas de régiment nord-irlandais dans l’armée britannique ; conséquence, il faudra déployer des Anglais (ou des Écossais) le long de la frontière, ce qui devrait beaucoup plaire aux ex-factions armées irlandaises dont on on sait pas vraiment si elles ont rendu toutes leurs armes (l’UDA en particulier). Solution possible : un “Brexit” qui ferait directement passer le pays de l’UE à l’EEA (c’est compliqué), avec pré-signature d’un “GFA” version 2.0. []
  9. Au fait, vous avez suivi le procès Cahuzac ? []