Henri Audier, le scientifique et le syndicaliste

Dans une vie antérieure, j’ai passé pas mal de temps dans un bureau d’association qui travaillait, via la Confédération des Jeunes Chercheurs (CJC), au sein de la communauté de politiques publiques consacrée aux politiques d’enseignement supérieur et de recherche. J’en ai déjà parlé, plus ou moins discrètement, ici ou .

À cette occasion, j’avais eu la chance, comme quelques-uns des autres jeunes chercheurs engagés dans les mêmes associations, de croiser Henri Audier, chimiste et syndicaliste SNCS-FSU, qui tenait un excellent blog (sélection partielle de billets) à l’image de ses interventions dans les commissions où l’on pouvait le croiser : engagé, axé sur les enjeux les plus importants, et extrêmement bien documenté.

VRS, la revue du SNCS-FSU a consacré, le mois dernier, un dossier complet consacré à la carrière exemplaire d’Henri Audier, dans lequel on trouve un texte d’hommage des anciens de la CJC à “Docteur Henri-Edouard Audier” :

Merci à celui qui en a pris l’initiative, qui se reconnaîtra, et qui fut aussi mon principal mentor lorsqu’il fallut apprendre comment fonctionnaient les politiques et les institutions que nous1 travaillions à faire changer de cap sur différentes questions, dont celle, cruciale, des “JCE”, comme l’on disait — les jeunes chercheurs étrangers et leur accueil en France.

À ce sujet…

Le dossier ci-dessus est paru le même mois où l’on a appris que les gestionnaires du sous-investissement massif dans l’emploi scientifique étudiaient la possibilité d’élever considérablement (de multiplier par plus de 10…) les frais d’inscription des étrangers extra-communautaires venant étudier en France.

Le rapport de la Cour des Comptes contenant ladite proposition (p. 83-sq.) est atterrant à différents points de vue. L’idée générale y est bien de fermer les frontières de l’enseignement supérieur français à une partie des étrangers hors-UE, en lançant le signal dissuasif d’une augmentation monstrueuse des frais d’inscription.

Le rapport est à peine plus subtil que ne le laisse supposer les annonces des deux paragraphes précédents : la recommandation de la Cour des Comptes est certes de concentrer cette politique de dissuasion sur les Masters, mais les passages sur le doctorat ne sont pas beaucoup plus encourageants2.

Rien, dans ce rapport ou dans les politiques menées actuellement, ne semble aller dans le sens des propositions qu’Henri Audier a défendu avec passion pendant toute sa carrière, et qu’il faudra continuer de défendre, en attendant les prochaines fenêtres d’opportunité de les faire avancer.

  1. Ce “nous” est très collectif : la CJC était, et est probablement toujours, une merveille d’organisation décentralisée, bien qu’également dotée de spécialistes (bonjour Philippe !) ou de chevilles ouvrières (J.-T. et les semi-anonymes de “la coord”, par exemple). []
  2. Dans la mesure où la Cour y entérine l’idée, absurde, que les doctorants sont eux aussi fondés à devoir payer pour “s’inscrire à la fac”… sauf qu’en début d’année universitaire, un doctorant ne “s’inscrit pas à la fac”, mais occupe son premier emploi scientifique — d’où la proposition de faire prendre en charge ces frais par les laboratoires, ou de les supprimer purement et simplement []

Quatre politistes au secours du CNRS

L’actualité de la profession étant chargée en ce moment, une nouvelle tribune de politistes au sujet cette fois-ci du CNRS et de l’erreur que représenterait son démantèlement, tel qu’il s’esquisse dans le discours politique courant :

Recherche : les oeillères du réformisme

L’affaire semble entendue : “Haro sur le CNRS !”, crient en choeur les réformateurs de l’enseignement supérieur et de la recherche. Et les sciences humaines et sociales (SHS) de servir de bouc émissaire. Conseiller à l’Elysée, l’éminent économiste Bernard Belloc mentionne des “données officielles” selon lesquelles “30 % des chercheurs des SHS ne publient jamais rien dans leur vie. Même pas dans La Dépêche du Midi” (Les Echos, 28 janvier).

Sans appel, ce jugement est simplement diffamatoire pour les innombrables chercheurs qui travaillent bien plus de quarante heures par semaine, souvent le week-end, publient dans des revues à comité de lecture, s’associent à titre d’experts aux travaux d’organismes publics et privés, organisent des colloques, enseignent dans les universités et initient des entreprises de recherche collectives. Il y a plus grave : au-delà du cynisme, ce jugement traduit un mauvais diagnostic et prélude à une erreur historique.

La tribune est signée par Daniel Benamouzig, Philippe Bezes, Pierre Lascoumes, et Patrick Le Lidec. Les liens ne sont pas d’origine.

Je joins ce commentaire personnel, suffisamment inoffensif pour pouvoir figurer en fin de recension.

Malheureusement, cette tribune ne reflète pas la profession de politiste, ni même de chercheur en sciences humaines et sociales. Les propos des auteurs n’y sont pour rien, j’ai l’impression au contraire qu’ils ont réussi à formuler très clairement ce que la plupart de mes interlocuteurs m’ont rapporté.

Mais structurellement, il y a un biais : où sont les doctorants ? Pourquoi cette tribune ne peut-elle pas accueillir la signature d’un doctorant en science politique ? Les auteurs évoquent la division interne du travail minée par le mandarinat et les faibles perspectives de carrière pour les jeunes maîtres de conférences, mais avant d’être MdC, les jeunes de la profession, ce sont les doctorants, qui sont censés avoir acquis un statut professionnel depuis une récente réforme.

Les sciences humaines et sociales font trop peu de cas de leurs plus récentes recrues, et l’on retrouve probablement ce biais dans dans secteurs d’activité professionnelle. Cette tribune le montre indirectement ; en toutes circonstances, il faudra que cela change dans un futur proche si les sciences humaines et sociales au CNRS veulent maintenir leur attractivité auprès des étudiants au niveau des choix de Master, attractivité qui déjà s’amenuise parmi les dernières générations de diplômés.

Ce n’est évidemment pas la seule tribune que je lis à reproduire ce biais : Le Monde avait publié plusieurs textes au moment des mouvements de protestation à l’EHESS, et à ma connaissance, aucun n’était signé par le moindre doctorant, malgré la présence d’auteurs multiples.

C’est cette critique, constructive je l’espère, que je peux proposer en tant que doctorant. J’en ai lu d’autres mais toutes s’accordent pour suivre la ligne générale du texte : il faut sauver le CNRS. (À la relecture le style de ce commentaire me semble maladroit mais je crois que le contenu, principal, y est. N’hésitez pas à demander quelques éclaircissements en commentaires, ou à commenter directement !)