La norme de la “vieille démocratie”

En survolant les bibliographies commentées de Charles Tilly, j’ai découvert cet excellent article de l’American Psychologist sur la norme de l’intérêt propre, qui explique comment la justification par les intérêts finit par prendre une place plus importante qu’elle ne devrait dans les explications des phénomènes, parce qu’il y a un biais en faveur de ce type de motivation :

The self-interest motive is singularly powerful according to many of the most influential theories of human behavior and the layperson alike. In the present article the author examines the role the assumption of self-interest plays in its own confirmation. It is proposed that a norm exists in Western cultures that specifies self-interest both is and ought to be a powerful determinant of behavior. This norm influences people’s actions and opinions as well as the accounts they give for their actions and opinions. In particular, it leads people to act and speak as though they care more about their material self-interest than they do. Consequences of misinterpreting the “fact” of self- interest are discussed.

L’article est signé par Dale Miller, qui a signé tout un tas d’autres articles intéressants. Celui mentionné ci-dessus aurait beaucoup plu à Bourdieu et ses collègues, qui affichent un (sain) mépris des explications intégrales par les motivations dans les premières pages du Métier de sociologue.

Ce détour pour en arriver à un extrait de la tribune de Badinguet, dans Le Monde d’aujourd’hui, au sujet du vote en Suisse sur les minarets :

Mais comment ne pas être stupéfait par la réaction que cette décision a suscitée dans certains milieux médiatiques et politiques de notre propre pays ? Réactions excessives, parfois caricaturales, à l’égard du peuple suisse, dont la démocratie, plus ancienne que la nôtre, a ses règles et ses traditions, qui sont celles d’une démocratie directe où le peuple a l’habitude de prendre la parole et de décider par lui-même ?

Le discours présidentiel attribue ici une prime symbolique discrète aux “vieilles” démocraties – autrement dit, il est bon, pour un peuple, d’être en démocratie, et encore mieux de s’y trouver depuis longtemps. Par conjonction, les “vieilles démocraties” méritent une médaille discursive (symbolique – une médaille en chocolat, suisse, donc).

On peut réécrire ce discours sous forme de syllogisme hypothétique (oui, il y en a que ça amuse, et j’en fais partie ; mais je me soigne). Je ne suis pas spécialiste de la chose1, mais je pense que le syllogisme avancé ici peut s’écrire de cette manière :

  1. S’il y a un seul état politique souhaitable, alors c’est une démocratie.
  2. Or s’il y a une démocratie, alors il est souhaitable qu’elle se maintienne dans le temps.
  3. Donc le seul état politique souhaitable doit également se maintenir dans le temps.

Si ce discours est largement accepté, c’est parce qu’il semble correct en premier lieu : les deux prémisses semblent correctement séparément, et la relation logique entre elles est valide.

Si l’on joue le jeu, quelle est la plus vieille démocratie ? J’ai un vague souvenir d’un Islandais me décrivant l’organisation de son pays au 10e siècle, avec un conseil de chefs votant les décisions “nationales” à la majorité (le terme “national” est anachronique). Bon, il faudrait spécifier le terme de “démocratie”, mais comme c’est un exercice conceptuel qui peut fonder et soutenir une carrière complète, je passe sur le détail. Toujours est-il qu’on peut régresser à volonté et trouver tout un tas de “vieilles démocraties”, dont l’état politique sera souhaitable ou pas.

Qu’en est-il des “jeunes” démocraties, sinon ? Ma fascination personnelle pour le régime politique américain va-t-elle souffrir de l’argument présidentiel ? La réécriture logique de l’argument présidentiel montre qu’en réalité, à moins de commettre une erreur de logique2, il ne peut pas se retourner contre les “jeunes” démocraties, parce qu’il se contente de primer les primo-arrivants – ce qu’en marketing, on appelle un first mover advantage. Ce qui est amusant, c’est que le first mover advantage est également… une croyance.

Mise à jour : Christophe Bouillaud a lui aussi réagi en deux temps sur le vote suisse, et son dernier billet contient une belle analogie présidentielle : “le hamster continue de tourner”.

  1. Par conséquent, j’invite Phersv à venir me corriger là où nécessaire. []
  2. Sans rentrer dans les détails, il y a tout ce qu’il faut dans les vieux bouquins de logique formelle pour s’amuser un peu. Mais attention, c’est addictif, on finit par voir des syllogismes partout ; exemple : “une grande société ne s’afficherait pas à Aubervilliers”, écrit le couple Pinçot-Charlot dans sa Sociologie de Paris. []

Sur le régime politique chinois

Cette recension vient en soutien à Josep Colomer, dont l’excellent blog vient d’être censuré par les autorités chinoises. Le fichier qui suit est un copié-collé de trois de ses textes récents [1,2,3], réalisé avec son accord, et diffusé via ce blog afin de contourner l’interdiction chinoise. Les textes concernent la nature du régime politique chinois et ses changements concevables.

Télécharger : colomer.pdf [13 pages]

Cette recension est peu de choses – l’hébergeur de ce blog a déjà eu maille avec les autorités chinoises, et la diffusion du fichier en Chine restera limitée en toutes circonstances. Cette recension nous éloigne aussi de la science politique française. Mais je tenais à faire passer l’idée, en creux, qu’il manque une démarche revendicative et internationaliste au sein de la discipline.

Mise à jour : on m’apprend de source sûre que ce blog était déjà censuré en Chine. Il faudra donc compter sur les voyages présidentiels pour faire connaître la science politique française en Chine. 

Le droit de vote des étrangers, vol. 2

Je continue la série de recensions sur le droit de vote des étrangers. Ne ratez pas le texte précédemment recensé de Michel Offerlé à ce sujet.

H. Andres, dont la thèse avait fait l’objet d’une recension précédente, s’apprête à publier deux articles portant sur le droit de vote des étrangers dans la revue Migrations Sociétés :

Le droit de vote des étrangers : une utopie déjà réalisée sur les cinq continents

Alors que la question du droit de vote des étrangers est souvent abordée à partir des données du débat français, en regard des expériences européennes en la matière, cet article dresse un tableau peu connu de la pratique du droit de vote des étrangers sur les cinq continents, parfois depuis le 18e siècle, jusqu’à nos jours. Il s’agit de montrer que contrairement aux idées reçues, contrairement au modèle selon lequel les étrangers seraient « naturellement » exclus des droits politiques, dans le cadre des Etats souverains modernes, la pratique du droit de vote des étrangers a une longue histoire et est finalement assez répandue au début du 21e siècle. Dans au moins un pays sur trois dans le monde, des étrangers votent, au moins pour certains scrutins. C’est surtout le cas en Amérique du Sud et centrale, et aussi en Europe. Mais l’Afrique connaît également cette pratique qui est loin d’être isolée. En fait, si les situations juridiques, politiques, historiques, géographiques, etc. sont très différentes, le tableau présenté dans l’article montre que le paradigme excluant les étrangers du droit de vote est ébranlé, et que dans les faits, citoyenneté et nationalité sont bel et bien disjointes. La question qui reste posée, c’est celle des conséquences à tirer de cette situation, en particulier en France où la question semble bloquée depuis une quinzaine d’années. [halshs-00189681]

Les enjeux théoriques du droit de vote des étrangers : la démocratie contre la souveraineté

Cet article présente une interprétation des enjeux théoriques fondamentaux du droit de vote des étrangers. Utilisant le problème du droit de vote des étrangers comme effet miroir, il s’agit de mettre en évidence ce que ce problème soulève comme questions fondamentales pour le régime dans lequel il se pose. Ainsi, d’une part, utilisant principalement les travaux de Jacques Rancière, la thèse qui est proposée est que c’est la démocratie (conçue de façon extensive et intensive, et non simplement procédurale) qui est l’enjeu fondamental de la question du droit de vote des étrangers. Bien que la relation entre droit de vote et démocratie ne soit pas évidente, l’article s’attache à montrer que la lutte pour le droit de vote des étrangers est une lutte pour la démocratie, et que la lutte pour l’égalité des droits (politiques) constitue un processus de subjectivation politique. Et il s’agit, d’autre part, de montrer comment cette question constitue un point nodal de contradiction dans les fondements du régime, entre nationalité et citoyenneté, ou entre souveraineté et démocratie. [halshs-00189683]