Annals of Youtube Science 1(7) : Inégalités et post-démocratie

L’économiste Tony Atkinson, qui a immensément contribué à l’étude des inégalités économiques, est mort au tout début de cette année. Si vous avez déjà lu du Piketty, vous avez déjà lu du Atkinson. Pour un « obit » très bien ficelé, voir le blog de Béatrice Cherrier : « Remembering Tony Atkinson as the Architect of Modern Public Economics » – et pour des compléments, voir les notes d’Ingrid Robeyns et de Thomas Piketty.

En 2015, Tony Atkinson avait présenté son livre Inequality. What Can Be Done? dans tout un tas d’endroits, notamment à la London School of Economics (chaîne Youtube) :

La même année, il était intervenu dans une série de conférences en Allemagne, où intervenait également Colin Crouch, l’auteur de Post-Democracy :

Enfin, toujours sur le thème des inégalités, voici une conférence de Branko Milanovic à l’Oxford Martin School en 2016 (chaîne Youtube), sur la mesure des inégalités mondiales :

Je trouve intéressant d’écouter et de regarder comment des économistes comme Milanovic communiquent, parce que leur sujet d’étude est intimement lié à la visualisation des inégalités, à l’aide de graphiques comme celui-ci, qui utilise des centiles sur les deux axes :

conf-milanovic-1

À mon sens, Piketty et Milanovic ont très bien compris la capacité de séduction de ces graphiques de concentration, qu’il faut évidemment déconstruire. Le graphique de « l’éléphant » de Milanovic, par exemple, reproduit ci-dessous, a fait l’objet de critiques très précises :

conf-milanovic-2

Petit bilan éditorial

Je profite de ce septième billet « Annals of Youtube Science » pour faire un mini-bilan.

Cette série de billets est très facile à rédiger : je n’ai pas la télévision, je n’écoute la radio qu’en podcasts, et j’aime bien écouter les auteurs des bouquins que je n’ai pas le temps de lire. Enfin, et même si je n’ai pas encore commencé à l’utiliser, j’ai tout un stock de conférences que j’ai accumulées au fil du temps, principalement pour les recommander aux étudiants en travaux dirigés.

Par manque de temps, je ne publie quasiment aucun commentaire d’accompagnement avec les vidéos que je poste dans Annals of Youtube Science, mais si vous fouillez les archives de ce blog, vous trouverez souvent des billets sur les mêmes thématiques que les conférences que j’y mets en avant. Thomas Piketty, par exemple, doit faire partie des auteurs les plus cités sur le ‘Bistro.

Je prévois de continuer cette série de billets au rythme d’un billet tous les quinze jours environ. Si vous avez des suggestions, en français ou en anglais1, elles sont évidemment les bienvenues.

  1. J’ai tenté de suivre une conférence en allemand, pour voir ce qu’il me reste d’allemand après plus de quinze ans de désintérêt. Échec patent. []

Bribes de la conférence XXL

Mi-mars, j’ai pu me rendre à un tout petit segment des journées d’étude « Science XXL », déjà rapidement évoquée dans un des quelques billets « big data » de ce blog.

La conférence se tenait salle Alfred Sauvy de l’Ined, et le peu que j’en ai vu était très réussi : bonne ambiance, présentations et arguments variés, café arôme « service public » à volonté. Et surtout, un peu à la manière du théorème de Cantor, chacune des interventions soulevait tellement de questions connexes que l’on aurait pu organiser une infinité de conférences supplémentaires en partant des positions exprimées.

L’enjeu de la conférence était de comprendre « ce que l’abondance et la diversité des données numériques font au sciences sociales », et si vous êtes intéressés par les réponses apportées à cette question, jetez un coup d’oeil aux comptes-rendus, très détaillés, d’Étienne Ollion et de Béatrice Cherrier.

Je profite de ce billet pour signaler le lancement officiel de « Démarre SHS !« , le programme “DonnÉes MAssives et Riches pour la REcherche en SHS” de l’Institut des données de Grenoble. Leur blog n’en dit pas beaucoup plus pour l’instant.

Annals of Youtube Science 1(6) : Une fin au capitalisme ?

Wolfgang Streeck, déjà recommandé il y a quelques mois, est toujours aussi intéressant à écouter (ou à lire) de temps à autre. L’une de ses dernières conférences, donnée début novembre 2016 au King’s College London, est disponible sur la chaîne Youtube du département de droit :

Le thème de la conférence – « How Will Capitalism End? » – ne surprendra pas celles et ceux qui ont déjà prêté l’oreille à Wolfgang Streeck au cours des dernières années. C’était déjà le thème, par exemple, de sa conférence à la British Academy (chaîne Youtube) en janvier 2014 :

Et voici encore une autre conférence de Streeck la même année, donnée à Princeton :

Dans ses conférences récentes, Streeck mélange – à bon escient – plusieurs choses : des observations sur la crise économique et politique qui traverse l’Union européenne et la zone euro en particulier ; des critiques plus générales à l’encontre du capitalisme et de la globalisation ; et des remarques sur les élections récentes et sur les dirigeants politiques des années à venir.

La période actuelle se prête très bien à ces « exposés syncrétiques » et, dans une certaine mesure, téléologiques. Toutes les tendances observées depuis des décennies semblent en effet désormais rentrer en collision les unes avec les autres : désaveu des politiques fiscales et macroéconomiques par leurs « perdants » ; aggravation des dysfonctionnements liés à la dérégulation financière ; et consolidation des trajectoires électorales ascendantes des partis politiques populistes et des candidats anti-système. Bref, la fin est proche.

Si vous avez étudié l’Union européenne dans les années 2000, vous avez très certainement lu Fritz Scharpf, Governing in Europe (trad. fr.). De la même manière, si vous étudiez l’UE dans les années 2010, il est plus que probable que l’on vous fera aussi lire Wolfgang Streeck, Buying Time (trad. fr.). Et si vous n’avez pas le temps, allez au moins lire ses articles dans la New Left Review.

Les thèses de Streeck sont parfois proches de celles de Claus Offe, bien connu pour ses critiques radicales de l’État-providence, et qui a aussi sorti un livre ultra-critique sur l’UE, Europe Entrapped.

Sur le même thème

Pour une vision différente de l’avenir du capitalisme, on peut écouter une autre conférence donnée à Princeton, celle de Tyler Cowen, en 2015 :

Annals of Youtube Science 1(5) : Brexit means… ?

Bon, maintenant que le gouvernement a les mains libres pour déclencher le fameux « Article 50 TEU » et a annonce son intention de le faire très prochainement, il est grand temps de faire un petit topo « Brexit ».

Ce billet a été rédigé longtemps à l’avance ; si vous voulez lire des prévisions plus récentes sur le « Brexit », voici un scenario pessimiste, et un scenario optimiste.

Je ne sais pas vraiment qui croire, mais tends clairement vers l’option pessimiste : à mon sens, la Grande-Bretagne vient de signer pour au moins deux décennies de stagflation, avec de graves conséquences sur la mobilité sociale et à terme, quand les flux migratoires s’ajusteront à la nouvelle donne, sur la démographie.

En attendant, voici, à nouveau, une conférence de la chaîne Youtube du Robert Schuman Centre for Advanced Studies, qui a organisé, début novembre 2016, un « atelier Brexit ».

Ci-dessous la première partie de l’atelier :

La toute première intervention, de John Curtice, contient un florilège de graphiques résumant ce que l’on sait des attitudes des Britanniques vis-à-vis de l’Union européenne. Sur le quatrième graphique ci-dessous, par exemple, on voit clairement ce que John Curtice présente comme la réaction du public britannique aux sanctions européennes prises lors de la « crise de la vache folle » :

conf-curtice-1

conf-curtice-2

conf-curtice-3

conf-curtice-4

conf-curtice-5

La suite des vidéos de l’atelier/conférence :

Et sur le même sujet, le même centre de recherches a aussi organisé cette conférence, déjà mentionnée dans l’un de mes nombreux billets sur le Brexit.

Lectures recommandées

Une lecture supplémentaire de plus sur le Brexit : « Disunited Kingdom« , par le toujours excellent Henry Farrell, citant le toujours excellent Peter Mair. Pour une thèse similaire, voir, du même auteur (Farrell) : « This book explains why Jeremy Corbyn now leads Labour. Its author died in 2011« .

Quelques mots, désormais, pour attester du lien entre le « Brexit » et la situation actuelle du Labour sous la direction de Jeremy Corbyn. En fouillant les archives du blog, je réalise que je n’ai pas écrit de billet sur Corbyn—probablement parce que le personnage m’est sympathique, mais que je considère son élection comme une catastrophe politique, puisqu’elle signifie, à mes yeux, que les conservateurs gouvernent désormais la Grande-Bretagne sans opposition effective.

Quand Corbyn a été élu a la tête du parti travailliste, je me souviens avoir lu d’autres réactions très négatives à son élection—celle de Josep Colomer, par exemple, qui notait qu’un pourcentage infime d’électeurs travaillistes avait, de facto, voté pour lui à la primaire du parti. Henry Farrell explique par ailleurs très bien comment le parti en est arrivé là, en invoquant Mair, mais aussi, indirectement, Michels, et une foule d’autres spécialistes.

Le parti travailliste se trouve désormais dans la pire des configurations : sa base ne peut pas renverser son establishment sans éliminer complètement son assise électorale, et son establishment ne peut pas imposer à sa base un programme et/ou un leader qui lui permettrait de reconquérir l’exécutif. Le « Brexit » reflète en partie cette défaite : le vote « Leave » a donné un mandat à une partie du parti conservateur, tout en oblitérant complètement le parti travailliste, qui ne porte aucune alternative, de l’équation gouvernementale.

Le bilan est tragique : le seul parti qui prone une alternative à l’état courant des affaires est un parti indépendantiste qui ne pourra mettre en oeuvre la seule alternative post-Brexit – concrètement, un « Rejoin » ; Article 50, alinéa 5 – qu’au prix d’une dislocation du Royaume-Uni. Cela n’augure rien de positif pour personne : ni pour le Royaume-Uni, ni pour l’Écosse, ni pour « l’UE 27 » et ses dirigeants actuels et futurs.

Pour terminer, au rayon des lectures recommandables mais inaccessibles sans abonnements :

  1. Ces nouveaux clivages ne sont pas vraiment nouveaux, mais leur redéfinition en un point donné est toujours intéressante à observer. Idem du clivage rural/urbain. []

Demain à Paris : « Approaches to Understanding the Quality of Legislation »

Ce jeudi, le Médialab et le LIEPP de Sciences Po accueillent Ruth Dixon, qui présentera ses travaux sur l’étude de la législation à partir de méthodes initialement conçues en bio-informatique.

J’ai eu la chance d’assister à une présentation des recherches de Ruth Dixon il y a plus d’un an, à Londres, et la similarité entre son approche et celle à l’origine de « La Fabrique de la Loi » m’a incité à proposer cette invitation en séminaire.

Venez nombreux et sans vuvuzelas, mais surtout, n’oubliez pas de vous inscrire avant :

Notes de travail sur les réseaux de collaboration législative

J’ai eu la chance d’intervenir, il y a dix jours, dans le séminaire interne du CEVIPOL, le laboratoire de science politique de l’Université Libre de Bruxelles. J’étais invité par Émilien Paulis, que je remercie au passage pour l’invitation, pour la logistique et pour l’accueil sur place.

Mon intervention portait sur l’étude des réseaux de collaboration législative. Les slides que j’ai utilisées sont proches de celles que j’avais présentées en juin 2016 dans une conférence d’utilisateurs de R, et que j’ai présentées à nouveau cette même année dans une conférence « quanti » à Lille et dans le séminaire du Médialab de Sciences Po.

Quelques extraits ci-dessous, à cliquer pour obtenir les slides au complet :

Annals of Youtube Science 1(4) : Big Data

Jusqu’à présent, à chaque fois que j’ai parlé de « big data » sur ce blog, ça s’est mal terminé. Le concept est élusif, et en science politique, la base de données qui ressemble à du « big data » a de sérieux soucis (la version corrigée est en cours de développement).

Ces réserves ne signifient évidemment pas que l’expression « big data » ne recouvre rien du tout : il y a d’excellents exemples de « big data« , notamment en biologie cellulaire et en linguistique. De là à savoir s’il y a une science qui accompagne l’analyse de ces données… c’est compliqué, mais cette conférence de Robert Grossman, donnée en 2013 à l’Université de Chicago, met les points sur les « i » :

Robert Grossman dirige le Center for Data Intensive Science de l’Université de Chicago, et le fondateur de l’Open Data Group. Les exemples de « big data » qu’il cite sont liés à sa discipline d’origine, la médecine, qui est susceptible de devenir une science assez différente de ce qu’elle est aujourd’hui si l’on parvient à séquencer non pas mille mais un million de génomes, par exemple.

La conférence provient de la chaîne Youtube de l’Université de Chicago, et plus particulièrement de sa série Uncommon Core, où l’on trouvera tout un tas de conférences sur des sujets aussi variés que les origines de l’islam (par Fred Donner) ou les implications de l’open data pour le gouvernement des espaces urbains (que je n’ai pas regardé en entier, mais l’intention y était).

Sur le même thème

Sur le même thème, la journée d’étude « Science XXL. Ce que l’abondance et la diversité des données font aux sciences sociales« , déjà citée il y a un bail, se rapproche — pensez à vous inscrire et à réserver vos 16-17 mars !

Voir aussi la même annonce chez Arthur Charpentier.

Annals of Youtube Science 1(3) : Sur le Moyen-Orient

J’avais cité, dans mes voeux de bonne année, Henri Laurens, qui donne actuellement cours au Collège de France. Je n’ai pas le temps d’aller écouter son cours de 2014-2015 sur la question palestinienne ou de lire les ouvrages correspondants, mais j’ai pris le temps d’écouter son audition parlementaire (par la commission des affaires étrangères du Sénat) en janvier 2016 :

La leçon d’histoire que constitue la première partie de l’audition passe en revue les origines du djihad international, le Printemps arabe, et enfin la catastrophe syrienne, qui constitue une sorte de trou noir géopolitique où se sont engouffrés tous les acteurs internationaux, sans savoir quand ils en ressortiront.

Dans mes voeux de bonne année, j’avais discrètement cité un article d’Edward N. Luttwak, personnage étonnant et à lire même pour atteindre des conclusions complètement opposées aux siennes. Pour comprendre ce que j’entends par là, il suffit de lire son article « The Middle of Nowhere« , où Luttwak recommande, en gros, de laisser le Moyen-Orient se démerder avec ses contradictions et ses conflits. Or, comme le dit Henri Laurens, l’expression même de « Moyen-Orient » exprime l’ingérence permanente de l’Occident dans cette région du monde.

En janvier 2016, l’Assemblée nationale menait également ses propres auditions parlementaires sur les moyens à allouer à la lutte contre le terrorisme. Parmi ces nombreuses auditions, je conseille, à nouveau, d’écouter celle de François Burgat.

Si vous préférez écouter Henri Laurens en mode « exposé magistral », je recommande sa conférence à l’IEA Paris en mai 2016, sur la façon dont les historiens traitent de la violence du 20ème siècle. Au tout début de son exposé, Laurens donne un autre titre à son exposé : « Le temps dévoile-t-il la vérité ? ».

Annals of Youtube Science 1(2) Suppl 1 : Il faut défendre la société civile américaine

La plupart des billets publiés sur ce blog le sont avec plusieurs semaines d’avance : le précédent, qui parle de la « transition Trump » aux États-Unis, ne fait pas exception, et évoque donc la période révolue de son arrivée au pouvoir.

De ce fait, je n’y ai pas évoqué les derniers événements, et en particulier deux des événements contestataires qui ont marqué l’actualité politique américaine dernières semaines — « marches pour les femmes » juste après l’inauguration de Trump, et manifestations dans les aéroports contre le refugee ban.

Dans les deux cas, ces événements donnent un très bon aperçu de ce que l’on enseigne, en sociologie politique, sous le nom de « participation politique non conventionnelle » : des acteurs sociaux, plus ou moins organisés en amont, se mobilisent en dehors des dispositifs politiques que sont les partis, les élections et le vote, pour faire connaître leur (absence de) soutien aux pouvoirs publics par d’autres moyens, autorisés ou non par ces mêmes pouvoirs.

Toutes les dimensions de ces événements sont intéressantes à analyser : le degré d’organisation préalable des groupes mobilisés (les mouvements féministes, les groupes de soutien aux réfugiés), la couverture médiatique des mouvements, la stratégie de moyen terme de l’exécutif…

La conférence ci-dessous s’inscrit dans ce contexte. Il s’agit d’une table ronde organisée par la NYU School of Law (chaîne Youtube), et qui montre comment la communauté universitaire est en train de s’organiser pour disséquer, mais aussi surtout pour lutter contre, les mesures de l’administration Trump :

Encore une fois, toutes les dimensions de l’événement sont intéressantes à prendre en compte : les personnes qui s’expriment ici – les juristes d’une université « libérale » de la côte Est – étaient préalablement organisées, dotées de capitaux très importants liés à leur activité professionnelle – très fort niveau de politisation, connaissances pointues en droit, salaires et budgets universitaires, très hauts niveaux de capital social, etc. –, auxquels se superposent la spontanéité et les forces supplémentaires de l’indignation, et leurs actions sont susceptibles d’avoir des conséquences de court, moyen et long termes.

Je n’ai pas le temps de rendre compte, dans le détail, de toutes les idées qui me viennent à l’esprit en suivant, par le biais des médias américains, les événements en cours—limogeage forcé de l’Acting Attorney General Sally Yates, résistance des tribunaux aux mesures de déportation, et ainsi de suite. Tout juste ai-je le temps d’attirer l’attention sur l’importance de l’arme du droit dans ce qui est en train de se jouer aux États-Unis.

À ce sujet, voici deux conférences données au Canada en 2014 par Liora Israël. La première, intitulée « Mobiliser le droit. Une approche sociologique« , est malheureusement un peu difficile à écouter, mais elle est très éclairante, de même que la seconde, intitulée « Résister par le droit: une approche sociologique« .

Dans une autre vie, je m’étais intéressé à la mobilisation des juristes américains contre les mesures de renforcement du droit d’auteur sur Internet, dont le représentant le plus connu est Lawrence Lessig. Je vois beaucoup de parallèles entre ce combat et ce qui se joue actuellement, mais n’ai malheureusement pas le temps de rentrer dans son détail.

Je laisse toutes ces pistes d’analyse en plan ici, en complément, donc, de mon billet précédent, en espérant que tous ces événements se retrouveront chroniqués sous la forme d’analyses plus complètes sur des blogs comme Lawfare, qui est très réactif, ou Mobilizing Ideas, qui est plus « slow science« .

Annals of Youtube Science 1(2) : From Obama to Trump

De l’avalanche de conférences organisées autour de l’élection présidentielle américaine et du phénomène Trump, je retiens celle-ci, qui se concentre sur la phase de transition entre deux équipes présidentielles :

La conférence, disponible sur la chaîne Youtube du Watson Institute for International and Public Affairs, fait intervenir deux personnes qui ont connu les transitions présidentielles de l’intérieur (spécifiquement, celle de Bush Senior vers Clinton/Gore).

Ce qu’ils ont à dire de la transition « Omaba vers Trump » est, à dessein, édifiant, Trump ayant déjà violé un nombre hallucinant des règles mises en place pour assurer que les périodes de transition entre deux « administrations » fédérales ne créent pas de vulnérabilité dans l’appareil d’État américain.

Vu l’absence totale d’ethos du service public chez Trump, et vu le primat de la compétence bureaucratique qui s’exprime très clairement chez les deux conférenciers, leur bilan extrêmement négatif de Trump comme « président-élu » est peu étonnant. Le détail de leur bilan est intéressant.

Sur un sujet proche, voir « President Trump’s First Term« , un excellent texte publié en septembre 2016 par le New Yorker, dans lequel l’auteur faisait le point sur la marge de manoeuvre du pouvoir présidentiel aux États-Unis.

Depuis la préparation de ce billet il y a quelques semaines, Trump est devenu président des États-Unis, a littéralement décimé certains ministères fédéraux, et a pris toute une suite de mesures qui confirment le fonctionnement autocratique et anti-légaliste de son administration rapprochée. Les plus optimistes s’attendent à une procédure réussie d’impeachment, les plus pessimistes parlent de ballon d’essai pour un coup d’État.

La situation est navrante au plus haut point, et je ne pense pas que je vais réussir à chroniquer Trump ce semestre, mais d’autres s’en chargent très bien.

À écouter également

L’unes des choses que je trouve compliquée à comprendre au sujet de l’opinion publique américaine est sa réception des accords commerciaux internationaux. Trump en a fait un chapitre important de sa proto-politique économique, et si ses annonces sur le sujet (NAFTA, TPP) sont amenées à être suivies d’effets, on peut supposer que ce sera au début de son mandat qu’il devra expliquer de quoi il en retournera vraiment.

Sur les accords commerciaux internationaux, je recommande la conférence « Votes, Vetoes & International Trade Agreements« , donnée par Helen Milner à Princeton en 2013 :

La conférence reprend le contenu de son livre sur le sujet.