Annals of Youtube Science 2(1): Sondages et taux de non-réponse

Il est temps de reprendre la série de billets Annals of Youtube Science, dont le « volume 1 », publié entre janvier et septembre de l’an dernier, compte 16 épisodes. Cette année, je vais faire plus « light« , mais continuer quand même : c’est un bon moyen pour moi de faire le tour des canaux Youtube sur lesquels on trouve régulièrement des conférences intéressantes. J’en profite pour indiquer que je viens de rétro-publier l’épisode 1(12), qui était resté coincé dans le purgatoire des billets au format « brouillon ».

Roger Tourangeau, de l’entreprise américaine Westat, a donné fin 2017 une conférence passionnante au Santa Fe Institute (canal Youtube) sur les paradoxes d’un phénomène bien connu dès que l’on s’intéresse aux enquêtes de population — les taux de non-réponse ont explosé, mais pas les erreurs moyennes sur les quantités dont on connaît la valeur réelle, comme les résultats électoraux :

La slide qui résume le paradoxe :

Le problème est le suivant : sur les 25 dernières années, les taux de réponse aux enquêtes en population générale ont chuté de manière dramatique, vers des taux à un chiffre. On pourrait se dire que c’est le bon moment pour en revenir – car c’était la norme, en gros, avant la Seconde guerre mondiale – à des méthodes non probabilistes, de type « échantillonnage par quotas » — mais ce serait ignorer le paradoxe soulevé par Merkle et Edelman : le taux de réponse ne détermine pas l’erreur moyenne de mesure.

Tourangeau donne tout ce qu’il faut pour comprendre les fondements empiriques et théoriques du paradoxe—paradoxe peu connu (ou peu enseigné, en tout cas) dans les pays européens, où les instituts de sondage ne font, de toute manière, que très peu d’échantillonnage réellement aléatoire : Tourangeau cite, à titre d’exemple, la kyrielle d’enquêtes britanniques s’étant complètement trompées sur l’élection générale de 2015.

Sciences sociales de la quantification : Séminaire #SSQ, Saison 1

Vous l’aurez peut-être déjà lu sur Twitter, ou sur le blog du projet AGLOS (Approches GLObales des Statistiques) ACQua (« Approches Critiques de la QUAntification »)Émilien Ruiz, Fabrice Cahen et moi-même organisons, ce semestre, un séminaire sur les sciences sociales de la quantification :

Tout ce qu’il faut savoir sur le séminaire se trouve, soigneusement argumenté et documenté, dans le billet d’Émilien sur le blog du projet ACQUa. La première séance – programmatique, titrée « Repenser le gouvernement par les nombres ? » – a lieu mardi prochain à la MESHS, près de la gare, de 17h à 19h.

Ce n’est pas la première fois que je parle de quantification sur ce blog : le sujet me tient à coeur depuis plusieurs années, et je vais profiter du séminaire pour reprendre un papier que j’espère publier, un jour, avec plusieurs années de retard1.

Ce séminaire a son propre petit historique : j’ai rencontré Émilien en 2009 lorsque Joël et moi étions intervenus dans l’atelier « Outils informatiques pour l’historien » qu’il co-organisait avec Franziska Heimburger. Nous sommes restés en contact, en particulier après son recrutement à Lille 3, et fin 2016, j’étais discutant sur une présentation de l’ouvrage du troisième organisateur du séminaire, Fabrice Cahen.

Ce séminaire a aussi plusieurs filiations intellectuelles : l’école française de sociologie (critique) de la quantification, qui est bien représentée à Lille (ainsi qu’à Lyon et Paris), mais aussi le Séminaire de Quantitativisme Réflexif, où nous sommes tous – Émilien, Fabrice et moi — passés individuellement.

Voilà, vous savez tout et même plus. Venez au séminaire ! Et faites circuler l’information sur Twitter, le réseau social qui semble s’être substitué aux services de communication scientifique de la plupart des universités.

Dernière chose – comme l’indique la mention « Saison 1 » dans le titre de ce billet, l’un des nos objectifs est de faire du séminaire un projet de moyen terme, avec une « Saison 2 » l’an prochain à la même période : vos suggestions sont les bienvenues, dès maintenant !

  1. Le papier est, incidemment, un des premiers pour lesquels j’avais fait le nécessaire pour rendre la partie quantitative réplicable. J’en parlais déjà en 2013 dans ce billet sur tout autre chose. []

Annals of Youtube Science 1(16): La Russie de Poutine

Plus tôt cette année, le Center on Global Interests (chaîne Youtube) a organisé une excellente conférence autour d’un ouvrage récent, « Arrested Development: Rethinking Politics in Putin’s Russia » :

La première intervenante, Maria Lipman, dont on trouve des articles et des interviews un peu partout dans la presse américaine, résume très bien la stratégie de démobilisation politique de Vladimir Poutine depuis son accession au pouvoir, et les autres intervenants fournissent un excellent aperçu de ce qui se joue dans l’espace politique russe.

Voir aussi

Annals of Youtube Science 1(15): Data Analysis

Dans la suite des conférences sur la science des données et sur leur visualisation, voici une conférence de Roger D. Peng, « The Past and Future of Data Analysis », diffusée par Johns Hopkins Bloomberg School of Public Health dans sa série « Deans Lectures » :

Roger D. Peng est l’un des auteurs du génialissime blog Simply Statistics. C’est aussi l’auteur (ou le co-auteur) d’un nombre impressionnant de très bons bouquins sur l’analyse de données, bouquins qui présentent le double avantage d’accompagner des cours de la plateforme Coursera, et d’être gratuits : payez ce que vous voulez.

La conférence est souvent drôle, et intéressante de bout en bout.

Annals of Youtube Science 1(14): Survey Methods 101

Le Pew Research Center (chaîne Youtube), qui fournit d’excellentes données socio-démographiques sur la population américaine, a lancé une série de vidéos sur les méthodes d’enquête, dont voici le premier épisode sur l’échantillonnage aléatoire :

Cette vidéo tranche avec les erreurs et les approximations que l’on trouve malheureusement dans plusieurs autres descriptions « grand public » des méthodes d’enquête, ce à quoi il faudrait faire quelque chose, mais le temps manque.

Les autres vidéos de la série « Methods 101 » du Pew Research Center sont identifiables via leur blog Fact Tank, également présent sur Twitter.

Et pour un autre exemple de très bonne vidéo explicative sur les difficultés des enquêtes en population générale, voir « How Pew Research Center Conducted Its 2017 Survey of Muslim Americans », au sujet de cette enquête.

Annals of Youtube Science 1(13): Prévoir le terrorisme

J’ai pris le temps, ce mois-ci, d’accomplir un de mes rituels estivaux : aller voir sur quoi Aaron Clauset travaille en ce moment. J’ai redécouvert, à cette occasion, sa conférence sur « le futur du terrorisme », où il parle en réalité surtout de ses recherches sur le sujet, et en particulier de son papier « On the Frequency of Severe Terrorist Events ».

La vidéo est en assez basse qualité (la conférence date de 2010), et elle est hébergée par le Santa Fe Institute (chaîne Youtube) :

Il faut attendre la toute dernière partie de la conférence, lorsque sont rapidement abordés le terrorisme nucléaire et le cyber-terrorisme, pour réellement avoir affaire à une vision de « l’avenir du terrorisme », à compléter par les risques liés au terrorisme biochimique, qui n’est cité que dans les questions-réponses de la conférence.

Néanmoins, l’intérêt de la présentation ne réside pas, de mon point de vue, dans ces parties finales : ce que je trouve plus utile ici, c’est d’observer, avec 7 ans de recul, un chercheur qui ne disposait que d’un catalogue raisonné des attaques terroristes passées, et qui, à partir de ce catalogue (remplacé par un autre catalogue depuis), pouvait déjà esquisser une partie de la situation actuelle d’un strict de point de vue quantitatif.

Tout l’intérêt de la prédiction vient justement ici du fait qu’elle est largement indépendante du détail des événements étudiés : Aaron Clauset le dit clairement à la 55e minute de son intervention, et le répète par la suite en réponse à l’une des premières questions qui lui sont posées. Le raisonnement ne porte pas sur les origines (acteurs et motifs) des attaques étudiées, mais sur leur volume (le nombre) et sur la dynamique (le timing).

Avec très peu de variables à l’entrée, dont l’une des plus cruciales est que la plupart des attaques sont uniques (i.e. perpétrées par un seul groupe qui ne sera pas en mesure d’en conduire d’autres), le modèle utilisé par Clauset aboutit à une vision de moyen-long terme qui bat complètement en brèche la gestion quasiment au jour le jour des attaques terroristes, gestion dont on a pu observer, au cours des dernières années, la totale inutilité.

Sur le même sujet, je vous renvoie aux Annals of Youtube Science 1(1), sur les profils des jihadistes, 1(3), sur le Moyen-Orient, et 1(10), sur Daech.

Annals of Youtube Science 1(12) : L’interminable crise de l’Euro(pe)

Ce billet est rétro-publié : je l’ai rédigé en janvier 2018, après avoir réalisé que je ne l’avais jamais posté au coeur de l’été 2017 comme initialement prévu. J’en profite, du coup, pour rajouter un lien sur le même sujet, actuellement en « une » du site Internet de l’École d’Économie de Paris – Agnès Bénassy-Quéré: « We can and we must break through the current deadlocks in the euro area ».

La lecture de cet article de Simona Piattoni sur l’Union Économique et Monétaire m’a incité à faire un petit bilan des conférences que j’avais visionnées sur le même sujet.

Côté « définition du problème », je recommande cette conférence de 2013 de Barry Eichengreen à l’Australian National University (ANU ; canal Youtube), titrée « The Euro Crisis: The Long View » :

Côté propositions, voici Thomas Piketty, Antoine Vauchez et les autres co-auteurs de l’ouvrage Pour un traité de démocratisation de l’Europe (que je n’ai pas encore lu, mais ça ne saurait tarder) :

La conférence était organisée à la Paris School of Economics (PSE ; canal Youtube).

L’AFSP, un congrès international(isé) ?

Commençons par une anecdote.

Lors du dernier Congrès de l’Association Française de Science Politique (AFSP) s’est tenue une sorte de table ronde sur les « frontières » de la science politique, à la fois en tant que discipline scientifique et en tant que matière d’enseignement. Le programme du Congrès annonçait l’événement sous la forme d’un « atelier », mais en pratique, l’atelier « AD 1 » a pris la forme d’une suite exposés plus ou moins longs, donnés par un panel de participants du Congrès.

À la fin du tout premier exposé, qui résumait à grands traits la féminisation et la « nationalisation » (l’expansion hors-Paris) de la discipline depuis la Seconde guerre mondiale, une personne dans la salle a demandé la parole. Après s’être présentée comme criminologue et belge, et à ce titre un « double étranger » à la science politique française, la personne a noté que l’exposé n’avait pas fait mention de l’internationalisation de la discipline, alors que l’on était peut-être en droit d’attendre à ce que cet aspect des choses soit discuté dans un atelier portant sur les « frontières » de la discipline.

La question était parfaitement à sa place dans l’échange d’idées, mais qu’appelle-t-on « l’internationalisation » d’une discipline scientifique ? S’il s’agit de déplacer (une partie de) ses publications vers des supports internationaux, alors le sujet a déjà été traité : internationalisation faible et liée aux objets et aux méthodes plutôt qu’à l’âge. Mais qu’en est-il lorsqu’il s’agit d’envoyer périodiquement ses chercheurs dans des conférences et dans des institutions étrangères, ou de recevoir, tout aussi périodiquement, des chercheurs étrangers dans ses propres conférences et institutions ?

Les données

Pour ce que ça vaut, j’ai pris le temps de rajouter quelques lignes au code dont je me suis servi pour dessiner les réseaux de co-participation aux panels du Congrès de l’AFSP. Le code collecte désormais plus d’informations, et en particulier, les affiliations des participant(e)s aux sections thématiques des différentes éditions du Congrès pour lesquelles les archives sont accessibles1. Pour rappel, il y en a cinq, à raison d’une tous les deux ans : 2009, 2011, 2013, 2015, 2017.

Si vous prenez le temps de jeter un coup d’oeil aux données, vous verrez que les affiliations sont loin d’être parfaitement standardisées : j’ai néanmoins fait de mon mieux, et surtout, je pense que les données manquantes le sont de manière aléatoire – autrement dit, les affiliations manquantes, qui varient de 4% du total pour l’année 2009 à 10% pour l’année 2013, ne devraient pas menacer les statistiques descriptives qui suivent2.

Mon système de codage pour les affiliations me permet de facilement repérer celles qui correspondent à des institutions situées à l’étranger – et qui incluent, par ailleurs, de nombreuses institutions françaises, et notamment le Centre Marc Bloch, qui accueille beaucoup de politistes français. De fait, beaucoup de politistes présents au Congrès de l’AFSP et basés (ou affiliés) à l’étranger sont tout ce qu’il y a de plus français – et inversement, une large fraction des politistes basés en France est étrangère3.

Je ne vais pas discriminer entre institutions, ou entre les politistes qui s’y trouvent : pour ce billet, je vais juste repérer les pays avec lesquels la science politique entretient des liens par le biais des participations aux sections thématiques de son Congrès. Ma seule précaution consistera à ne pas inclure la section thématique organisée en 2015 par le RC 20 de l’IPSA, qui fait exception dans sa composition très internationalisée (add. : il faut aussi enlever la ST 41 du Congrès 2013, pour la même raison).

Les résultats

Commençons par repérer les pays fournissant le plus d’affiliations étrangères parmi les participant(e)s des cinq Congrès AFSP que l’on examine :

Aucune surprise ici : les pays avec lesquels la science politique française « partage » son Congrès sont d’abord ceux de l’espace francophone, mélangés aux pays européens mitoyens et à quelques pays francophiles, où la maîtrise du français se perpétue parfois comme un marqueur d’appartenance aux classes supérieures. La liste des pays est évidemment aussi contrainte par le développement des professions universitaires et scientifiques, qui reste très largement conditionné aux budgets nationaux et à la dépense publique.

Passons désormais à la part que représente ces participant(e)s avec au moins une affiliation étrangère4, notée « E », parmi l’ensemble des participant(e)s, noté « P », à chaque édition du Congrès de l’AFSP depuis 2009. C’est le résultat principal de mon petit exercice, représenté ci-dessous sous la forme d’un pourcentage par édition du Congrès sur les huit dernières années :

Ce résultat est plus difficile à interpréter qu’il ne peut y paraître de prime abord. Il y a au moins trois possibilités : (1) un problème de mesure qui fausse l’ensemble des données, ce qui est peu probable à mon sens ; (2) une présence exceptionnellement forte de participant(e)s à affiliation(s) étrangère(s) en 2009, année à laquelle le Congrès avait lieu à Grenoble (ce qui est la bonne explication ; voir en fin de billet)5 ; ou (3) une diminution de la part de ces participant(e)s au cours des éditions 2011-2017 du Congrès, qui avaient lieu dans des villes très touristiques6.

Pour être sûr de mon coup, j’ai testé différents dénominateurs : le graphique ci-dessus exclut complètement les participant(e)s pour lesquels l’affiliation universitaire est manquante, et ne compte qu’une seule fois les participant(e)s « multi-positionnel(le)s » que j’évoquais dans mon billet précédent7. La modification de l’un et/ou l’autre ces deux paramètres ne modifie que très marginalement les résultats, sans que cela ne menace à aucun moment le différentiel 2009/post-2009 observé plus haut.

Discussion rapide

Il n’y a pas, ci-dessus, de quoi se lancer dans une grande tirade sur « l’attractivité internationale » de la science politique française, sur la fuite des cerveaux et sur les « cerveaux en voyage », ou bien encore sur l’internationalisation de la science politique française. Je m’en suis tenu à une mesure (approximative) de la part de politistes basés à l’étranger parmi les participant(e)s au Congrès de l’AFSP, et de sa variation au fil d’une période de huit ans.

Les résultats me paraissent robustes et ont l’intérêt, de mon point de vue, de porter sur une population de politistes différente (et beaucoup plus étendue) de celle des travaux précédents : l’étude précitée d’Emiliano Grossman, sur les publications des politistes français, se base sur une enquête auprès d’un peu plus de 200 politistes ; et la troisième partie de la thèse de Thibault Boncourt, qui porte spécifiquement sur l’internationalisation de la discipline, elle utilise 21 entretiens pour l’échantillon français (voir tableau 4a, p. 49).

Ici, je montre que la part de politistes « affiliés à l’étranger » dans les éditions récentes du Congrès AFSP ne dépasse pas un participant(e) sur quatre – et si l’on retranche à cette fraction les politistes français basés à l’étranger de manière temporaire, le chiffre descend certainement de plusieurs points de pourcentages.

De ce point de vue, les Congrès AFSP, tout comme les revues où se publie la majeure fraction de la production scientifique de la discipline, ne sont donc pas le lieu d’une forte mixité entre l’espace scientifique national et d’autres espaces — ce qui tend probablement à y encourager la discussion des problématiques nationales – je pense évidemment aux postes – au détriment des aspects plus internationalisés du travail disciplinaire – je pense évidemment à l’agenda scientifique.

Je ne sais pas si ce constat – hypothétique ! – est à déplorer, ne sachant pas si « l’internationalisation » des participant(e)s fait partie des objectifs des organisateurs successifs des Congrès AFSP et de leurs sections thématiques. Une seule chose est sûr de mon point de vue : internationaliser une section thématique AFSP est tout à fait possible. Nous l’avons fait dans le cadre de la « ST 38 », qui s’est tenue en large partie en langue anglaise, et qui s’est bien déroulée. Il n’y a donc aucune fatalité à lire dans l’état actuel des choses, mais peut-être simplement une réflexion à avoir à l’avenir.

Post scriptum : comme indiqué plus haut, le code et les données sont en ligne. Le code des graphiques est publié à part.

Addendum : le commentaire d’Yves Déloye, ci-dessous, me rappelle que le Congrès AFSP 2009 n’était pas un congrès comme les autres, puisqu’il accueillait aussi le troisième Congrès international des associations francophones de la discipline (CoSPoF). J’aurais dû m’en souvenir, j’y étais !

J’en profite pour rajouter deux choses : (1) les résultats sont aussi provisoires que les données, car il reste du nettoyage à faire (voir les mises à jour sur GitHub) ; et (2) toute aide est naturellement bienvenue.

  1. Je n’ai pas traité les conférences plénières et autres « modules disciplinaires », très inférieures en nombre, et qui me semblent moins représentatifs du phénomène que l’on cherche à examiner. []
  2. Ces valeurs manquantes sont pour partie liées aux participant(e)s qui ont « décommandé » leur participation au Congrès, et qui apparaissent dans les indexes des participant(e)s, mais pas dans les programmes des section thématiques, d’où viennent les affiliations. []
  3. Comme l’a rappelé le membre (allemand, et parfaitement francophone) du bureau de l’ANCMSP qui s’exprimait lors de « l’AD 1 », la CJC estime à près de 40% le pourcentage de jeunes chercheurs étrangers parmi les jeunes chercheurs travaillant en France. []
  4. Les participant(e)s aux Congrès AFSP peuvent naturellement avoir déclaré plusieurs affiliations universitaires : le phénomène, qui s’explique notamment par les affiliations au titre de « chercheur associé », concerne au moins 10% de la population étudiée. []
  5. Vu que le Congrès a lieu au début de l’été, on peut rejeter tout de suite l’hypothèse d’un effet « ski alpin » sur l’affluence au Congrès AFSP 2009 de Grenoble – bien que l’effet « ski belt existe bel et bien dans cette ville pendant l’hiver. []
  6. Là encore, je pense que l’on peut écarter l’hypothèse d’un effet « tourisme » non trivial, à moins de considérer que les politistes préfèrent Grenoble en été (très chaude, très polluée) à Aix-en-Provence, Montpellier ou Paris… ! []
  7. Cette étape est difficile à réaliser, d’où le nombre de participant(e)s « P » plus élevé qu’il ne l’est réellement à chaque Congrès. Par exemple, cette année, le Congrès 2017 a réuni, selon l’un des participants de « l’AD 1 », 685 participant(e)s. []

AFSP 2017 à Montpellier

Dans un peu moins d’une semaine, du 10 au 12 juillet, l’Association Française de Science Politique (AFSP) tient son 14e Congrès à Montpellier.

J’y vais pour co-animer une section thématique, déjà mentionnée par deux fois, le mercredi matin : « Quantifier et qualifier l’activité parlementaire : données, méthodes, pratiques ». J’y vais aussi parce que j’aime bien l’idée d’un congrès réunissant toute une discipline (ou presque), ce qu’il est possible de réaliser à l’échelle d’une « petite » discipline comme la science politique française1.

Du coup, si vous lisez ce blog et que l’on ne se connaît pas, proposez-moi de prendre un café ou un Perrier à un moment du Congrès ! Mon numéro de téléphone portable est remarquablement bien caché sur la première page de mon CV scientifique.

Au passage, s’il se passe un truc incroyablement incroyable au Congrès de l’AFSP, j’en rendrai compte ci-dessous, mais bon, ne préparez pas le pop-corn.

Quelques réseaux de Congrès AFSP

Histoire de bien finir l’année universitaire, voici quelques réseaux de co-participation aux différents panels – conférences plénières, ateliers et modules en tous genres, et surtout sections thématiques – des Congrès AFSP, éditions 2009-2017, soit cinq éditions – une tous les deux ans.

Les données proviennent des indexes des participant(e)s à chaque Congrès AFSP sur la période observée. Il faut bien noter que les indexes listent les participant(e)s potentiel(le)s : en pratique, certain(e)s de ces participant(e)s ne seront pas venu(e)s au Congrès2.

Dans chacun des graphiques ci-dessous, les points gris désignent un panel du Congrès, les points bleus désignent les participant(e)s n’ayant participé qu’à un seul panel, et les points rouges désignent les participant(e)s « multi-positionnel(le)s » qui ont participé à plus d’un panel du Congrès. Enfin, l’intensité des liens renvoie à une pondération inverse qui accentue visuellement les participations à des panels avec peu de participant(e)s3.

Y a-t-il de plus en plus de congressistes multi-positionné(e)s – de degré 2+ dans ces graphes bipartis – au Congrès AFSP ? La réponse est non, malgré les opportunités offertes par l’augmentation du nombre de panels. De 2009 à 2017, le nombre de participant(e)s multi-positionné(e)s est stable aux alentours de 1 participant(e) sur 7 :

Congrès Panels Participant(e)s Ratio % degré 1 % degré 2+ C − 1
2009 60 725 12.0 83 17 3
2011 61 632 10.3 85 15 8
2013 78 862 11.0 85 15 8
2015 73 869 11.9 84 16 2
2017 80 780 9.75 85 15 7

Dans le tableau ci-dessus, la colonne « Ratio » donne le ratio participants / panels, qui est en baisse cette année : il devrait y avoir moins de participant(e)s à chaque panel, ce qui nous éloigne d’un Congrès jouant le rôle d’une « assemblée générale de la discipline en France », et nous rapproche d’une « General Conference » fortement panélisée (et donc fragmentée), façon ECPR.

Le nombre de composants isolés du graphe, noté « C − 1 » ci-dessus car l’on a seulement compté les composants non connectés au composant principal, correspond au nombre de panels dont aucun participant(e) n’a participé à aucun autre panel du Congrès. Ce chiffre est faible, mais il est sensible au type de panels : l’organisation de conférences plénières, par exemple, peut le faire varier selon la nature des invité(e)s.

Au final, quelle discipline sommes-nous ? Malgré l’impression que l’on peut avoir de « voir toujours les mêmes » dans ce type d’événement, il faut noter que sur presque 2 600 participant(e)s en 8 ans et 5 Congrès, seuls 734 apparaissent plus d’une fois : plus de 7 participant(e)s sur 10 n’ont participé qu’à un seul Congrès, tous panels confondus. Si la science politique est à l’image de ses Congrès, alors son entre-soi est très relatif4.

Le code et les données sont en ligne pour celles ou ceux qui se sentiraient d’en tirer quelque chose de plus substantiel. Quant à celles ou ceux qui voudront en apprendre plus sur la structure disciplinaire de la science politique en France, ils liront Pierre Favre, Marc Milet et Thibault Boncourt, ou le chapitre 2 du récent manuel d’Yves Surel.

Mise à jour, 28 juillet 2017 : j’ai beaucoup amélioré le code et les données du petit exercice décrit dans ce billet. Je garde les résultats ci-dessus en l’état, histoire d’archiver les résultats tels que publiés juste après le Congrès5

Les réseaux unipartites ci-dessous sont, quant à eux, basés sur les données révisées de la version 0.7. Les points bleus désignent les participant(e)s n’ayant participé qu’à une seule section thématique de l’édition du Congrès concernée ; les points rouges désignent quant à eux les participant(e)s « multi-positionné(e)s » sur plusieurs section thématiques. Les liens sont dirigés : ils vont des participant(e)s ayant organisé une section thématique vers les autres intervenant(e)s de cette section6.

  1. En attendant, la section que je co-anime est très internationalisée, avec un seul intervenant français sur cinq communications. C’est aussi la seule section avec le préfixe « quanti » dans son titre. []
  2. Pour cette raison, et parce que les données brutes ne suivent pas un format standard bien défini, les nombres de panels et de participant(e)s diffèrent très légèrement par rapport aux chiffres de l’AFSP. []
  3. Ce n’est pas le meilleur schéma de pondération possible : dans le graphe uniparti des participant(e)s, il faudrait utiliser autre chose, comme une pondération normalisée de type « Gross-Shalizi » (page 28). []
  4. Ces chiffres renvoient par ailleurs à l’image d’une discipline comptant moins de 1 000 personnes « à temps plein », mais avec une audience scientifique beaucoup plus large, comme en atteste le nombre d’inscrits à la liste de diffusion de l’ANCMSP. []
  5. Je m’aperçois au passage que les décomptes de participant(e)s affichés sur les réseaux bipartites ne sont pas bons, mais j’ai la flemme de tout refaire. []
  6. J’ai codé les organisateurs et les autres intervenants (discutants, « répondants », présidences de séance, etc.) de manière semi-programmatique, avec beaucoup de vérifications manuelles. []

Annals of Youtube Science 1(11) : Sur la science des données

Numéro un peu spécial des Annals, car ce n’est pas une (ou plusieurs) conférences que je recommande ici, mais une série d’interviews, les « DataChats » de la plateforme de formation DataCamp (chaîne Youtube), qui propose des cours de Python et de R en ligne. Les entretiens sont réalisés avec certains des enseignants qui font le catalogue de cours de DataCamp, et qui est probablement l’un des meilleurs catalogues de cours en ligne pour se former en « science des données »1.

Voici le sixième épisode de la série, avec la statisticienne Jo Hardin, qui présente son cours sur le bootstrapping :

Je vous conseille vraiment toute la série d’entretiens (15-20 minutes chacun), dont voici les cinq premiers :

  1. Max Kuhn, le créateur du package R caret

  2. Garrett Grolemund, l’un des data scientists de RStudio, et le co-auteur, avec Hadley Wickham, de R for Data Science

  3. Charlotte Wickham, qui a un superbe CV d’enseignante en statistiques

  4. David Robinson, data scientist chez Stack Overflow, le site de programmation où quelqu’un a (presque) toujours une réponse à votre question (si elle est bien posée), et l’auteur d’un de mes packages R favoris, broom (brève présentation)

  5. Ron Pearson, qui donne un cours de visualisation de données avec R, et qui a tout un tas de concepts intéressants à partager (in-liers, disguised missing data), en plus d’une réflexion très intéressante sur le machine learning.

  1. Je n’ai évidemment aucune action chez DataCamp, mais j’aime beaucoup leur catalogue (sans rien avoir acheté chez eux), et j’apprécie d’autant plus qu’ils ont mis en ligne une version « light » de leur plateforme d’enseignement. []