Women Also Know Stuff, édition personnelle 2017/08

La suite de ce billet. Éditions précédentes : 2017/01, 2017/02, 2017/03, 2017/04, 2017/05, 2017/06. Billet publié début septembre, avec un peu de retard—pardon !

  1. Je ne l’ai encore jamais lue au format roman, mais j’aime bien Virginie Despentes. Ci-dessous, un entretien de septembre 2016 enregistré à Nancy, la ville de son enfance, à l’occasion de la sortie de Vernon Subutex, t. 3 :

    J’aime bien aussi cet entretien dans le Journal du dimanche, repéré grâce à un tweet de Jean-Raphaël (merci !).

  2. J’ai bien aimé aussi, il y a quelques mois, écouter Najat Vallaud-Belkacem mettre une « journaliste » télévisée face à son absence totale de professionnalisme. Voir cet article du Monde pour le contexte.

  3. Jennifer (Jenny) Bryan enseigne, avec Shaun Jackman, le génialissime cours « Data Wrangling, Exploration, and Analysis with R », où l’on trouve notamment ces slides, qui expliquent tout ce qu’il faut savoir pour écrire un makefile :

  4. J’adore la personnalité et le jeu d’actrice de Charlotte Rampling, et cette interview du Guardian m’a conforté dans cette opinion.

  5. Un spectre hante les comptes Twitter de sciences sociales : le spectre de James M. Buchanan, accusé, dans un ouvrage récent de Nancy MacLean, d’être à l’origine d’une cabale libertarienne de subversion du régime démocratique américain. Le débat sur l’ouvrage n’est pas tranché, mais si je ne devais recommander qu’une seule réaction au texte, ce serait celle d’Elizabeth Popp Berman, qui écrit :

    …I wish MacLean had written a different book. I find Democracy in Chains, as it is actually written, hard to defend. But it touches on two themes that deserve books of their own—books written with equal power as the one MacLean has produced, but that are written as history rather than polemic.

  6. Ybrid, a.k.a. Sylvie Egret, pour sa techno lente, sombre et industrielle, repérée dans un set de Manu Le Malin (dans plusieurs, en fait). Attention, vous risquez de trouver ça inintéressant si vous n’êtes pas un(e) fan inconditionnel(le) d’Einstürzende Neubauten et de « Metall auf Metall » de Kraftwerk :

  7. Jackie White, « The Rise to Success in the Office: Female Style » :

    If you stay enough years and the company grows, attrition will probably force them to make you an officer of the company. This will be an “Assistant” something. (There isn’t anything else they can do with you.)

  8. Alias Grace, un autre roman de Margaret Atwood, mentionnée il y a deux mois pour The Handmaid’s Tale, est en cours d’adaptation pour la télévision canadienne.

    J’en profite pour vous remettre une photo de la très, très talentueuse actrice principale, Elizabeth Moss (déjà citée, donc), qui explique très bien la série dans les colonnes du Guardian :

    Moss s’en sort également bien dans les deux saisons assez étranges de la série Top of the Lake, dont je n’arrive pas à décider si je l’ai trouvé bien écrite ou pas. L’absurdité des personnages est définitivement très australienne (note : je ne connais rien de l’Australie, sinon Mad Max et Bad Boy Bubby).

  9. Bridget Kendall, pour cette conférence sur la place de la Russie dans le monde :

  10. À de très rares et notables exceptions près (je pense, en France, à Dounia Bouzar), on ne trouve pas de femmes dans le champ de l’expertise sur le terrorisme—champ fascinant à observer d’un point de vue sociologique, au-delà de la saine exaspération qu’il suscite.

    Pour quelques éléments d’explication, voir les travaux de Lisa Stampnitzky sur la construction de ce champ. Lisa Stampnitzky travaille désormais sur la torture (aux États-Unis post-11 septembre), toujours dans une perspective de déconstruction des récits d’autorité, et cela promet d’être tout aussi intéressant à lire.

Mention spéciale : Siouxsie Sioux, ma chanteuse favorite. Ci-dessous, un titre du premier album de Siouxsie and the Banshees.

Best of 2010

L’année est bien entamée, et j’aime bien l’idée du best-of académique. En science politique, je sélectionnerais quatre textes, et j’attends vos suggestions :

  • Black Ravens, White Shoes, and Case Selection: Inference with Categorical Variables”, un texte inédit du statisticien David Freedman dans un recueil édité par David Collier (un collègue de Berkeley, bien connu en science politique) et al.. En quelques pages, tout y passe, le paradoxe des corbeaux chez Hempel, la sélection des cas d’étude, quelques références en passant à Taleb (que j’ai découvert grâce à Mark Blyth), l’inférence statistique à “faible n”, etc. Freedman est (était) un des plus grands statisticiens du 20e siècle, et l’un des plus ouverts à l’épistémologie qualitative. Un modèle.
  • Democracy and the Limits of Self-Rule : le dernier ouvrage d’Adam Przeworski. Enough said. La préface – autobiographique, comme son chapitre dans l’ouvrage de Munck et Snyder déjà mentionné – est absolument magistrale. Foncez dessus par tous les moyens possibles ! Des extraits sont disponibles. Je n’ai pas fini de dire tout le bien que je pense des recherches d’Adam Przeworski, que j’avais déjà mentionné en passant. Je n’ai hélas pas le temps de lire autant que je voudrais, mais si l’on me propose un cours libre l’an prochain, ce sera un cours sur la démocratie et (presque) rien d’autre.
  • Transnational Diffusion: Norms, Ideas, and Policies”, une synthèse magistrale de Fabrizio Gilardi sur un phénomène essentiel en science politique. Le texte est à présent daté de 2011 mais j’ai lu la version précédente de 2010. Le texte est une version de travail pour publication dans un handbook de relations internationales, mais l’on y apprend beaucoup de choses utiles au niveau méthodologique qui sont utiles en dehors de cette spécialisation. À suivre, surtout en rapport au contexte politique actuel en Afrique du Nord et au Moyen-Orient.
  • Rational Choice : je pense que j’ai enfin commencé à comprendre quelque chose à la théorie des jeux grâce à cet excellent ouvrage introductif d’Itzhak Gilboa. L’ouvrage ne m’empêchera toutefois pas de penser que l’immense majorité des articles dans les revues comme Games and Economic Behaviour (où l’on trouve ce genre de démonstration) représentent, au mieux, une perte de temps. Quitte à balayer le champ des rational choicers, je n’en dirais pas autant des recherches appliquées de Dennis C. Mueller en public choice (son manuel vient d’ailleurs d’être traduit en françaisshameless colleague plug!).

J’ai fait un peu exprès de prendre des textes hors de mes “intérêts de recherche” immédiats, parce que je pense apprendre autant en lisant de manière complètement sérendipiteuse qu’en lisant de manière focalisée. Dernier exemple en date, j’ai récemment appris beaucoup de choses en (re)lisant des extraits du chef d’oeuvre de Mary Douglas, How Institutions Think (clin d’oeil à David, à qui j’ai offert la traduction française) : Schelling, Williamson, tout y est. Quant aux clivages disciplinaires, qui m’évoquent de plus en plus la fractionalisation ethno-linguistique et religieuse, je refuse d’en tenir compte à ce stade.

Où vont, sinon, les sciences sociales à l’horizon 2020 ? La National Science Foundation a posé la question en 2010, et les réponses sont en ligne. Les thèmes de recherche d’une quinzaine des contributeurs m’étaient déjà connus, et la lecture de leurs papiers ouvre des perspectives de recherche passionnantes.