La saison de la chasse n’était pas ouverte. Au sujet de Russeurope

Récemment, des scientifiques respectables – au-delà du fait que certains d’entre eux peuvent légitimement aspirer au statut de chercheurs éminents – ont protesté contre la fermeture, par la plateforme qui héberge également le blog que vous êtes en train de lire, du blog Russeurope, rédigé par l’économiste Jacques Sapir.

La « fermeture » du blog n’a pas supprimé ses archives, qui restent disponibles à la même adresse, et partout ailleurs sur Internet où Jacques Sapir aura souhaité reproduire ses billets—ce qu’il a longtemps fait sur un blog hébergé par l’hebdomadaire Marianne. Cette reproduction de billets à l’identique sur deux plateformes aux objectifs très différents vous donne un indice sur ce qui suit, et l’exemple ci-dessous illustre la reproduction à l’identique, fautes d’orthographe incluses :

Ce n’est pas la première fois que je parle du blog de Jacques Sapir : ce billet de mars dernier en parlait déjà. La date de publication du billet vous laisse deviner qu’à l’époque, le Conseil scientifique francophone d’Hypothèses – auquel j’appartiens depuis des plombes – discutait déjà du « cas Sapir ». Cela vous donne une idée de la longueur des débats ayant eu lieu en amont de la décision de fermeture mise en place fin septembre1.

Quelques éléments de discussion

Le billet que je viens de citer contient tout ce que j’avais à dire, à l’époque, sur la distinction savant/politique. Je ne vois rien à y rajouter dans le cadre de l’actuel « débat » – ou plutôt, de l’effusion de réactions sur les réseaux sociaux, et l’on m’accordera, j’espère, que ces deux choses sont différentes, dans la mesure où les coups de sang sur Facebook ou Twitter sont rarement accompagnées d’une preuve que leurs auteurs se sont convenablement renseignés sur l’historique de la décision2.

Deux blogueurs ont réagi, plus en longueur que par des messages laconiques, à la fermeture du blog de Jacques Sapir : Olivier Ertzscheid, hébergé en dehors de la plateforme Hypothèses (et il explique pourquoi), et Éric Verdeil, sur son blog Rumor (merci à Loïc Le Pape pour le signalement des deux blogs).

Ces deux blog ont – chose rare sur les blogs scientifiques – suscité de véritables discussions dans les commentaires de leurs billets : le billet d’Olivier Ertzscheid contient plusieurs commentaires de Sylvain Piron, qui publie régulièrement sur plusieurs blogs d’Hypothèses, et le billet d’Éric Verdeil contient lui aussi différents commentaires, dont un commentaire de Pierre Mounier, ami de longue date et lui aussi membre du Conseil scientifique d’Hypothèses.

Je renvoie à tous ces éléments pour ne pas perdre mon temps à répéter ce qui a déjà été dit et écrit, le plus souvent mieux que je ne serai jamais capable de le faire.

En revanche, je passe sous silence ici celles des défenseurs de Jacques Sapir, dûment rameutés par le blog qui héberge désormais ses billets ; vous aurez tout le loisir de les découvrir par vous-mêmes, dans plusieurs dizaines de versions différentes, voire plusieurs centaines si, comme Marin Dacos (directeur de la plateforme OpenEdition, également un ami) ou son « supérieur hiérarchique » (sic !), vous avez eu l’occasion de les voir se rabattre sur vos coordonnées professionnelles.

Un résumé personnel de la décision

Pour compléter ces éléments, je copie ci-dessous, avec ajustements mineurs, un commentaire que j’ai posté sur mon mur Facebook en réponse au commentaire d’un ami. Je n’ai pas demandé l’autorisation de publier ce commentaire à qui que ce soit, mais ne vois aucune raison valable de ne pas le reproduire en public. Le texte répond à la question : pourquoi suspendre la publication du blog de Jacques Sapir ?

De mémoire, l’hébergement [du blog] n’a posé aucun problème pendant plusieurs années, les contenus n’étant de toute façon surveillés ni avant, ni après publication (le Conseil scientifique n’intervient qu’à la demande d’ouverture des blogs). En revanche, des signalements [de billets inappropriés] sont parvenus [au Conseil scientifique] au moment où Jacques Sapir s’est rapproché du Front national et a commencé à politiser ses billets, avec des « pics » observables aux périodes électorales.

S’il faut un repère plus précis, j’ai personnellement gardé en tête le passage sordide de son blog où Jacques Sapir s’en est pris très directement à un journaliste du Monde, en faisant tout le nécessaire pour rameuter la meute de l’extrême-droite française vers ce journaliste, photo de visage et coordonnées – personnelles ? professionnelles ? je ne sais plus – à l’appui. Ce n’est qu’un exemple, récent, mais je me souviens avoir signalé et examiné d’autres comportements inadmissibles de Jacques Sapir sur son blog [voir le commentaire pré-cité de Pierre Mounier]. Aucun contenu n’ayant été censuré, sinon par Jacques Sapir lui-même, [le lecteur pourra] retrouver tout ça sur son blog.

Je pense pouvoir dire, sans trahir la confiance du Conseil scientifique, que le délibéré dudit Conseil a pris suffisamment de temps pour que les problèmes évoqués ci-dessus ne soient pas traités de manière légère ou épidermique, mais ont bien donné lieu à un débat contradictoire (dont je ne me souviens plus du détail, sinon que [plusieurs amis ou connaissances siégeant au Conseil scientifique d’Hypothèses] y avons pris part, avec des avis différents), et à un délibéré indépendant de la direction de la plateforme, en la personne de Marin [Dacos], qui confirmera ou infirmera mon souvenir de la chose, et qui corrigera aussi peut-être un élément de la discussion : le Conseil scientifique (où je siège) n’est pas responsable de la suspension du blog—c’est l’équipe d’OpenEdition qui a pris cette décision, sur avis, et après consultation et délibération, dudit conseil.

Ce que j’appelle « billets inappropriés » dans mon annotation ci-dessus a, je le rappelle, déjà fait l’objet d’un billet précédent.

En revanche, ce que j’appelle « billets inadmissibles » est d’un autre ordre. Plus haut, je fais allusion à une opération de « rameutage », cette opération de guidage d’une meute vers un gibier généralement inférieur en nombre. Dans le cas de Marin et de son « supérieur hiérarchique » (je rigole encore de l’expression), il s’agit d’un rameutage sur des coordonnées et des « hiérarchies » professionnelles, et l’on devra admettre qu’il puisse s’agir d’une opération menée « de bonne guerre », comme cela peut se dire.

Néanmoins, lorsque le rameutage se fait menaçant et se fonde sur des éléments de la vie privée des individus-devenus-gibiers, comme ce fut le cas lorsque Jacques Sapit prit l’initiative de publier, à plusieurs reprises, le portrait du journaliste du Monde cité plus haut, on rentre dans la catégorie du doxing, du téléguidage malsain, et des incitations, à mon sens, inadmissibles.

En réponse aux futures objections

Pour terminer, un message aux lecteurs de ce billet qui souhaiteront peut-être m’objecter :

  1. que je n’ai pas d’humour (noir)
  2. que je prends les choses trop à coeur
  3. que le visage d’un journaliste fait partie de ses coordonnées professionnelles
  4. que tout ce qui est public au sujet d’un individu doit pouvoir être librement réutilisé
  5. et que n’importe laquelle des objections ci-dessus est suffisante

Je répondrais :

  1. lolwat
  2. C’est vrai dans certains cas.
  3. lolwat
  4. lolwat
  5. C’est vrai, mais lolwat.

Pour conclure, désormais.

Ce billet fournit les éléments qui m’ont personnellement amené à estimer légitime l’arrêt de la publication des billets de Jacques Sapir sur la plateforme Hypothèses. Peut-être s’agit-il, comme objecté au point 2 ci-dessus, d’une position déséquilibrée ; néanmoins, ayant largement eu le temps de la formuler au sein du débat contradictoire évoqué plus haut, je pense pouvoir éliminer cette objection dans le cas présent.

Le reste des membres du Conseil scientifique francophone de la plateforme, de même que la direction de la plateforme, ont produit d’autres motifs. Néanmoins, de mon point de vue, Jacques Sapir a, au moins une fois, versé dans le « rameutage » tel que défini plus haut, et personnellement, ce seul élément me suffit.

Car sur une plateforme de blogs scientifiques, la saison de la chasse n’est jamais ouverte.

Il ne me reste qu’à souhaiter à Jacques Sapir d’aller pratiquer ses méthodes d’établissement du débat d’idées où bon lui semble, et de préférence, ailleurs que là où l’on me demandera mon avis sur ces méthodes.

  1. Quant au billet que vous êtes en train de lire, il a été rédigé en fin de semaine dernière, dimanche 8 octobre ; comme souvent, je rédige mes billets quelques jours avant leur publication, afin de jeter un dernier coup d’oeil avant publication effective. []
  2. J’emploie le terme « historique » à dessein, ne serait-ce que pour me détacher de l’ironie qui veut que les réactions les plus outrées que j’ai lues çà et là émanent d’historien(ne)s reconnu(e)s, et à très juste titre pour le peu que j’en sais, pour leurs contributions à cette discipline. []

sleep 5 && reboot – Reprise retardée

Je viens de publier, avec un peu de retard, le billet du jour, « Women Also Know Stuff, édition personnelle 2017/08 » – qui est antidaté au 29 août, date à laquelle j’ai malencontreusement publié la version brouillon. Tout ça pour vous dire que j’ai déjà deux semaines de retard sur à peu près tout, mais que ce blog va néanmoins reprendre une fois les complications habituelles de la rentrée universitaire passées.

Reprise le 21 août

Ce blog s’interrompt officiellement pour trois semaines, le temps d’écrire au calme le jour et de coder la nuit.

Si la science politique vous manque d’ici-là, voici plus de 300 podcasts avec tout plein de politistes (surtout américains), et un nouveau portail – francophone, parisien, et primordialement politiste – de sciences sociales, et qui n’a malheureusement pas activé son flux RSS, ce qui fait que vous n’en entendrez probablement pas reparler ici.

Teaser programmatique

Cela fait un an que ce blog tourne à plein régime, avec entre 5 et 11 billets mensuels, soit entre 1.25 et 2.75 billet(s) par semaine. Il faut remonter à 2010 pour trouver une fréquence qui se rapproche de l’actuelle, et encore. Je pense que l’augmentation du volume de publication est à imputer à l’habitude de programmer les billets à l’avance, d’où l’heure de publication, factice, de 6 heures du matin, pour la plupart d’entre eux. Quand on publie sous cette forme, l’écriture devient largement asynchrone, et plus systématique.

Reprise des festivités le 21 août avec les deux feuilletons de l’année – Annals of Youtube Science et Women Also Know Stuff – et tous pleins de trucs que j’espère vaguement avoir le temps de finaliser dans les semaines qui arrivent, dont notamment un billet très en retard sur les élections legislatives de cette année.

Programme musical

J’ai le choix entre poster la liste des bouquins que j’aurais voulu lire cette année universitaire, ou poster une sélection de morceaux de musique. La seconde option convient mieux à une pause estivale.

Attention, la sélection ci-dessous demande de bonnes enceintes avec des vraies basses, pas des écouteurs standard ou des enceintes intégrées. Si vous cherchez un bon casque, je recommande la série MDR-XB de Sony (celui-ci est excellent) ; et pour les enceintes de bureau, les JBL Pebbles sont correctes, mais rien ne bat les Companion 2 de Bose.

  1. L’an dernier, j’ai eu la chance d’aller voir Terry Riley en concert pour la deuxième fois. La première fois, c’était à Grenoble en 1998, et il jouait avec Fred Frith ; la deuxième fois, c’était à Lille, et il jouait avec son fils.

    Si vous ne connaissez pas Terry Riley, c’est que vous avez oublié de prendre du LSD dans les années 1970. Séance de rattrapage :

  2. Pour la deuxième fois en quinze ans, je m’enracine : cela fait plus de trois ans et demi (ma durée-repère) que je paie un loyer au même endroit à Paris, et que je bosse au même endroit à Lille.

    Histoire de fêter ça, un peu de musique lilloise :

    Contexte : Sarin Assault est un des génies de la scène hardcore franco-britannique, que j’ai découvert grâce au morceau « The Thing » dans un mix de The DJ Producer, après avoir vu ce dernier live à Astropolis 2016.

  3. En février dernier, je suis allé voir Magma pour la quatrième fois—avec mon père, qui les a vus une douzaine de fois. Si vous ne connaissez pas Magma, vous avez quatre décennies de retard sur la musique contemporaine française, mais il n’est pas trop tard pour vous y mettre.

    Les techniciens de l’Olympia ont été sympa et astucieux ; voilà ce que l’on pouvait entendre comme « musique d’attente » avant le concert :

    Le morceau « Alice » de Sunn O))) est ainsi nommé en référence à Alice Coltrane, la moitié féminine du seul couple de divinités dont on ait une preuve du passage sur Terre, Alice et John Coltrane—ce dernier étant l’inspiration principale de Christian Vander, le batteur, créateur et leader de Magma. Je vous ai déjà parlé d’Alice Coltrane plusieurs fois cette année.

    Si vous ne connaissez pas Sunn O))), essayez le dernier album, qui est une tuerie absolue. Le groupe a commencé comme une sorte d’hommage à Earth, avant de vite devenir la référence du drone metal. Je rêve de les voir sur scène, dans le décor adéquat, mais les billets partent très vite.

  4. Agréable à toutes températures, Evigt Mörker, découvert grâce à Soundcloud :

    Sur la même plateforme d’écoute, je peux aussi conseiller son très chouette mix pour Metamorph, qui est généralement une très bonne source.

  5. Un peu plus agressif, désormais, mais de loin ma meilleure découverte cette année, Fen :

    La version live à Kiev est tout aussi bien, mais je doute d’arriver à convertir beaucoup de lecteurs de ce blog au black metal atmosphérique, alors que c’est, de très loin, l’un des sous-genres musicaux où « il se passe des choses » depuis quelques années.

  6. Programme pour quelques jours de vacances à Amsterdam :

    Eh oui : c’est Steve Reich qui fait l’ouverture du Festival Dekmantel cette année ! Faites-moi signe si vous y serez aussi. (Et au passage, pour les afficionados, le meilleur remix de « Drumming » jamais signé : celui de Mantronik, sur la génialissime compilation Reich Remixed.)

  7. Pour terminer, pensiez-vous sérieusement que j’allais vous parler de Magma sans vous laisser un extrait de concert ?

    L’extrait ci-dessus vient d’un morceau composé sur une trentaine d’années : voyez, pour comparaison, la version de 1978.

Puisqu’on parle musique, deux regrets récents : toujours pas de nouvel album de Casey (citée dans le Women Also Know Stuff de 2016), et le concert de Dasha Rush qui devait avoir lieu au Glazart n’a toujours pas été reprogrammé (je vous en parlais déjà en début d’année). Je me suis consolé en allant écouter Casey à Gennevilliers l’an dernier, et Dasha Rush au Rex cette année.

Également écoutés, vus et entendus cette année universitaire : Mayhem (black metal), Ecstatic Vision (rock psychédélique), Monarch (doom metal), Herbie Hancock (jazz), Scred Connexion (hip hop), l’Orchestre National de Barbès (rock gnanoua). Bêtement ratés, à charge de revanche : Ash Borer (black metal), Einstürzende Neubaten (rock industriel), Speed Caravan (oud-rock).

Et pour fêter la nouvelle année universitaire, on commencera par Zakir Hussain, Pharoah Sanders et Joachim Kühn, avec Émile Parisien et Jeff Mills en première partie. C’est le vrai line-up : ruez-vous sur les dernières places !

Passez de bonnes vacances si vous en prenez, et à bientôt.

Brèves mises à jour

  • En juin 2015, je m’étais gentiment moqué d’un “lecteur” du dernier ouvrage de Thomas Piketty, Le capital au 21e siècle.

    Pour une critique beaucoup plus sérieuse de Piketty et de “ses” “data”, comme disait l’autre, je vous renvoie à ce billet de blog, qui cite un papier tout aussi critique mais autrement mieux informé que le “lecteur” mentionné dans mon propre billet.

  • En avril 2015, j’avais évoqué une base de données portant sur les cosignatures de propositions de loi dans 15 pays européens, dont on peut tirer de jolis réseaux.

    Vous serez sans nul doute ravis, tous autant que vous êtes, d’apprendre que la base a été mise à jour et couvre désormais 20 pays (enfin, 19 plutôt, parce que je me suis récemment aperçu que les données pour l’Autriche sont tronquées). Allez voir les visualisations interactives, il y en a plein de nouvelles.

  • J’ai déjà parlé plusieurs fois du “scraping” (la récupération automatisée de données Web) sur ce blog.

    Récemment, j’ai aussi écrit une note à ce sujet sur R / Notes, un blog où je publie des notes (en anglais, et sans commentaires) sur l’utilisation de R. La note explique comment récupérer les décrets nominatifs du Journal officiel de la République française en quelques lignes de code R.

Je profite de ces mises à jour pour signaler aux habitués du ‘bistro que je serai présent, ce weekend, aux célébrations organisées pour les 20 ans de la Confédération des Jeunes Chercheurs (CJC), dont j’ai été membre actif pendant plusieurs années dans une vie qui me paraît déjà presque antérieure. Au plaisir de vous y croiser également !

Polit’bistro sur Twitter

Les sondages et les questions pédagogiques semblent avoir ranimé Polit’bistro, au moins le temps d’un weekend. Joël et moi étant également actifs sur Twitter, voici notre tentative de micro-blogging à quatre mains :

Il nous manque la page Facebook pour pouvoir nous livrer à des décomptes un peu nerdy, mais ça devrait finir par se faire si le bistro nécessite une succursale. On en est très loin pour le moment.

À bientôt sur une plateforme ou sur une autre !

P.S. Le graphique qui nous sert de logo vient d’une note d’Andrew Gelman sur le vote aux États-Unis.

Congrès

De retour du Congrès AFSP 2011, avec toujours une légère impression de surréalisme académique, à l’image des réunions de David Lodge. Les blogs américains rendent aussi un peu de cette atmosphère étrange, saturée de codes professionnels, jusque dans l’intonation et la gestuelle1. Pour ma part, le temps semble s’y être partagé entre deux sections thématiques très productives, des interventions plus ou moins réveillées pour l’ANCMSP2, et une navigation constante, entre 7h et 5h du matin, entre tous les groupes d’amis et de connaissances que l’on peut se constituer en quelques années de doctorat.

À l’occasion d’un café, un autre blogueur en science politique m’a demandé ce que devenait le Polit’bistro. À vrai dire, je n’avais pas prévu de laisser ce blog en standby, mais je n’ai pas trouvé le temps de reprendre après un problème de gestion des commentaires. La fin de ma période d’enseignement à Lille a aussi marqué un tournant. Sans contrainte éditoriale, j’ai laissé le zinc refroidir et perdre quelques degrés de centralité dans l’Hypothèsosphère. Si j’arrive à relancer la machine à café, ce sera d’abord vers mon travail de fin de thèse.

L’envie de rendre compte des richesses que l’ont extraire de l’espace des blogs universitaires me semble être une raison suffisante pour y rester actif. Un blog offre la possibilité de partager des méthodes de travail, des données et des résultats « de moyenne portée » (analyses exploratoires, observations préliminaires…). Ma communication à l’AFSP reprend par exemple une approche utilisée pour mesurer le changement climatique, et je vois comment les billets de Baptiste Coulmont sur le travail des députés pourrait s’adapter à d’autres supports empiriques.

P.S. Les commentaires sont rouverts.

Mise à jour : Christophe Bouillaud évoque aussi le Congrès AFSP 2011. Effectivement, le Congrès était très bien organisé, même si le programme pesait beaucoup trop lourd. Si vous creusez un peu Twitter, vous trouverez aussi quelques traces de live-blogging dans les amphis d’une section… Sur le fond, Christophe Bouillaud fournit une analyse d’ensemble des papiers qui me semble correcte.

  1. L’organisation de l’ASA 2011 à Las Vegas semble avoir été encore plus étrange encore. []
  2. Merci à toutes celles et ceux qui m’ont rappelé que je devrais essayer de dormir. []

Tentative de réouverture

Il y a presque un mois, le bistrot a dû fermer ses portes pour faire face aux clients malveillants : des moteurs de spam ont attaqué toute la plateforme Hypothèses. Les commentaires sont rouverts à partir d’aujourd’hui, mais pas sur les anciens billets, pour voir si l’on peut rendre le zinc à ses honnêtes consommateurs réguliers, ou si la plateforme est toujours sous le coup des robots.

Ralenti

Toutes mes excuses si le blog tourne un peu au ralenti depuis une semaine : j’ai commencé à trier environ 700 emails en retard (newsletters diverses et variées, numéros de revues scientifiques, presse et documents officiels…).

Je vais tenter d’en émerger avant la fin du semestre, qui signera par ailleurs mon dernier semestre d’ATER temps plein, après un an et demi d’enseignement au cours duquel j’ai appris énormément, énormément, énormément de choses. Quelques billets dans la rubrique « Enseignement » doivent en témoigner, et je mettrai bientôt cette liste à jour.

Sinon, j’en profite pour signaler que j’ai passé un bon moment avec mon co-blogueur fantôme, Joël, et qu’il se porte très bien. Si vous lisez Le Monde Magazine, vous le verrez cité dans l’article sur « Le FN en terrain conquis« .

Blogging scientifique : les commentaires

À mon avis, une analogie simple avec une discussion en classe s’applique à la gestion des commentaires sur un blog scientifique (ou même non scientifique).

  • Lorsqu’il y a peu de réactions, une réponse quasi-systématique est à la fois possible et nécessaire, par politesse mais aussi pour fidéliser un lecteur dont on souhaite reconnaître la contribution et augmenter la probabilité qu’il laisse à nouveau un commentaire.
  • Lorsque les commentaires se multiplient, au-delà peut-être d’un certain seuil où la participation de l’auteur/enseignant ne représente plus qu’une fraction de la conversation, qui suit sa propre écologie, alors il devient possible de sélectionner les réactions qui appellent une réponse.

Une pratique intelligente, me semble-t-il, consiste à construire des notes à partir d’un commentaire préalablement laissé sur le blog, pour signifier l’existence d’un lien entre le contenu du blog et ses commentaires. Ce sont les commentaires d’un lecteur, par exemple, qui m’avaient amené à pousser un peu plus l’expérience cartographique il y a quelques mois.

Blogging scientifique : la critique argumentée

Fin octobre, le politiste Henry Farrell (Crooked Timber) a publié sa plus longue critique de l’éditorialiste Megan McArdle (The Atlantic). Il y reprend l’historique complet de leurs échanges, faits de désaccords quasi-systématiques sur tout un tas de sujets liés à l’actualité politique américaine.

Dans le débat Farrell/McArdle, le désaccord s’exprime sous la forme de longues notes se répondant à peu près les unes les autres. Les protagonistes n’ont pas le même statut : political economist d’un côté, business editor de l’autre. Mais en ligne, les deux détiennent la même possibilité d’expression, via leurs plateformes de publication respectives.

Quiconque a passé un peu de temps à lire des blogs dans les cinq dernières années sait que ce style d’échange est aussi commun que la critique des leaders et des institutions politiques. Dans le cadre du blogging scientifique, la tendance est plutôt aux notes informatives, parce que la première mission que se fixent les blogueurs scientifiques consiste généralement à faire connaître des objets de recherches éclipsés ou déformés par le reste de l’information en ligne.

La critique argumentée se réintroduit discrètement dans le blogging scientifique par ses marges : critiques d’ouvrages, critiques sur le fonctionnement de l’enseignement supérieur et la recherche, critiques sur la stupidité routinière dans le même secteur, et ainsi de suite.

Sur ce blog, il y a peu de critique argumentée, probablement parce que la plupart de mes impressions critiques ne sont pas argumentées et s’évacuent très bien sous la forme d’un bref message sur Facebook ou Twitter. Sur certains sujets, j’ai juste eu envie de laisser une trace un peu plus visible en ligne.

Il reste que pointer les insuffisances du journalisme (notamment en matière de sondages) ou de la classe politique (notamment en matière de décision économique) reste une manière, pour les blogueurs scientifiques, de signifier à leur lectorat que l’univers des discours publics est délimité : la sphère scientifique se préserve une marge d’autorité sur les autres en disqualifiant les raccourcis et/ou l’aveuglement d’autres professions.