Rassembler la “société civile européenne”

J. Weisbein :

Dans cette communication, la « société civile européenne » est appréhendée, dans une optique sociologique, comme un agrégat particulièrement hétérogène et instable, un construit social porté à la fin des années 1990 par quelques réseaux associatifs établis à Bruxelles qui tentent de la définir, concurrentiellement à d’autres délimitations, et dont la réussite réside dans la reprise de cette labelisation par certains acteurs institutionnels (comme la Commission, le Comité économique et social ou le Parlement européen). Plus précisément, la contribution des mouvements fédéralistes est analysée à travers l’expérience du “Forum Permanent de la Société civile”. [halshs-00186441]

Une communication à mettre en regard avec les recensions précédentes sur la politique européenne. Pour cela, deux moyens : utiliser la catégorie “Politique européenne” ou bien se servir des mots-clé associés aux recensions, “Europe” dans le cas présent.

Les politiques des biotechnologies médicales

A.-S. Paquez, “Les politiques publiques des biotechnologies médicales (diagnostic préimplantatoire, thérapie génique, clonage) en Allemagne, en France et au Royaume-Uni” :

(FR) Les années 1990 ont vu se succéder des « premières » dans le domaine des biotechnologies médicales (diagnostic préimplantatoire, thérapie génique, clonage), faisant passer des thèmes de la science-fiction à des enjeux politiques majeurs et soulevant alors de vifs débats sur la légitimité, les modalités et, au-delà, le sens d’une action publique. Ces pratiques, qui bouleversent la conception civilisationnelle traditionnelle, ont radicalisé la perception d’une crise du progrès et d’un risque moral.

L’objectif de la thèse est de mettre en évidence si ces « nouvelles » questions ont suscité des modes d’action publique originaux.

La comparaison entre l’Allemagne, la France et le Royaume-Uni, trois Etats européens qui ont fondé leur développement sur la science, permet d’identifier ce qui, dans la formulation des politiques publiques, relève de la nature de l’objet ou du contexte.

L’analyse du droit, du cadre institutionnel et des mesures de soutien à la recherche et à l’industrie montre, entre les trois Etats, des différences majeures qui tendent néanmoins, depuis 1990, à s’estomper. Cette relative convergence, aux niveaux du gouvernement (au sens large de ce terme) et du style politique, amène à s’interroger sur les facteurs du changement et, en regard, sur le phénomène de « résistance » à de nouvelles technologies.

(EN) The nineties saw the successful making of « premieres » in the field of medical biotechnology (preimplantation genetic diagnosis, gene therapy, cloning), turning science fiction stories into real and major political issues and raising debates over legitimacy, ways and, beyond, the sense of a public action. These practices, which have disrupted the traditional conception of civilization, have made the perception of a crisis in progress and of a moral risk worsen.

The purpose of this research is to investigate whether these « new » questions have made new features in policy-making emerge.

The comparison between Germany, France and the United Kingdom, three European countries which based their development on science, helps identifying what, in the framing of public policies, belongs to the nature of the topic from the context.

Law, the institutional setting, research and industrial policies have started to converge, especially in the government (in the broad meaning of this word) and in the style. However, some political decisions remain the same, which raises further interrogations on the conditions for policy change and, by contrast, on the phenomenon of « resistance » towards new technology.

Thèse en ligne : présentation, fichier (765 pages).

L’Europe par le marché

Pour faire suite à la recension d’hier sur le futur de l’Europe, du même auteur.

N. Jabko, “Une Europe politique par le marché et par la monnaie”, dans Critique internationale :

Si la construction de l’Europe est redevenue un impératif aussi important à partir des années quatre-vingt, c’est avant tout parce que ses promoteurs ont su saisir l’opportunité politique que représentait la résurgence soudaine de la rationalité de marché dans un contexte historique particulier. Ce n’est pas tant l’objet « économique » des réformes qui permet de comprendre en profondeur ce processus, que l’importante mobilisation politique à laquelle il a donné lieu, avec des résultats d’ailleurs très divers qui, à leur tour, ne peuvent être compris simplement comme les effets de dynamiques d’intérêts économiques. [21 pages]

La France et le futur de l’Europe

N. Jabko, “The Importance of Being Nice : An Institutionalist Analysis of French Preferences on the Future of Europe” :

This article offers an institutionalist explanation of French preferences on the future of Europe from the Maastricht Treaty of 1992 through the Constitutional Treaty of 2004.  It argues that the autonomous institutional logic of the constitution-drafting exercise increasingly shaped the evolution of French preferences.  More specifically, the French government’s preferences reflected its acceptance of the European Union’s new method of debate at the Convention, the contingency of a revived alliance with Germany in that debate, and the legacy of a half century of European integration.  Beneath the surface, this autonomous institutionalist logic offset French leaders’ aspirations to maximize national power interests, to improve decision-making efficiency, and to achieve their ideal visions of Europe.  Domestic politics also played a relatively unimportant role because the French constitution enabled the president to discount domestic coalition-building considerations.  Altogether, this argument suggests that state preferences cannot be understood in isolation from the international and domestic institutional environment in which they are formed. [23 pages]

Ceux qui ne seront pas familiers avec la méthodologie institutionnaliste peuvent consulter les archives récentes de ce  blog, qui contiennent deux recensions portant précisément là-dessus.

La question des institutions dans la science politique contemporaine

En complément à ce papier, une recension suisse (nouvelle entorse à mes propres critères de publication). N. Freymond, “La question des institutions dans la science politique contemporaine: l’exemple du néo-institutionnalisme” :

Version légèrement révisée d’un mémoire de licence, ce papier traite principalement de deux questions : qu’est-ce que le néo-institutionnalisme ? Et en quoi les théories portant ce label permettent une meilleure compréhension des institutions politiques ? La réponse à la première question s’articule en trois parties abordant successivement les conditions d’émergence de ce renouveau de l’analyse institutionnelle, les trois types de théories qui l’incarnent et les enjeux théoriques et épistémologiques qui structurent ce domaine d’étude. On soutient la thèse que l’hétérogénéité théorique que recouvre l’expression « néo-institutionnalisme » est la traduction des clivages « classiques » qui structurent l’ensemble des sciences sociales, à savoir : les oppositions subjectivisme/objectivisme, individu/structure, changement/reproduction. Dans un second temps, l’auteur discute les diverses théories et plaide pour une approche constructiviste s’attachant à penser les institutions dans une perspective relationnelle. Plus précisément, il propose d’appréhender les institutions comme des pratiques et des représentations objectivées au cours d’un processus d’institutionnalisation dont la dynamique est tributaire de la configuration des rapports de forces politiques, voire sociaux. En ce sens, il souligne la complémentarité de théories habituellement classées dans des catégories distinctes, notamment la sociologie politique française (Lagroye et al.), la sociologie des organisations (DiMaggio, Powell et al.), la sociologie historique (Skocpol et al.) et l’institutionnalisme historique (Thelen, en particulier). [79 pages]

Peut-on parler d’un modèle Anglo-Saxon ?

J. Jennings, “Peut-on parler d’un modèle Anglo-Saxon ? (Contribution à une histoire de nos préjugés)” :

Peut-on parler d’un modèle anglo-saxon ? Ma première réponse à cette question est la suivante : il est évident que l’on peut parler d’un modèle anglo-saxon et d’ailleurs, que l’on parle du modèle anglo-saxon. Cependant, si la question est posée autrement – par exemple : « est-ce que l’on a raison de parler du modèle anglo-saxon ? » – la réponse est moins évidente. [13 pages]

Note de service : je vais devoir ralentir le rythme de publication de ce blog. Les sources qui rentrent dans mes critères de sélection ne se renouvellent pas suffisamment rapidement pour permettre deux recensions par jour. À vrai dire, trois nouveaux textes par semaine (lundi, mercredi, vendredi) serait déjà un objectif ambitieux. Je crois que cela est dû principalement à la faible culture de diffusion en ligne et de circulation des travaux en cours (drafts, working papers etc.).

Rester scotché au site

En visitant le site de Gérard Rimbert, jeune docteur en sociologie, j’ai trouvé cette excellente description de la technologie RSS : “Rester Scotché au Site”.

C’est exactement l’idée : RSS est une manière pratique de s’abonner au contenu de plusieurs sites, de centraliser ces abonnements dans un lecteur, puis de les bouquiner tranquillement sans avoir à se rendre sur l’ensemble des sites.

La technologie RSS permet également de s’abonner uniquement à certaines catégories de contenu sur un site (par exemple la catégorie “Experimental” de BBC Music ou les rubriques du Monde) et de lire dans le support de votre choix.

Pour vous abonner à “Science politique en ligne”, l’adresse à utiliser est http://sciencepolitique.wordpress.com/feed/. Pour de meilleures explications, rendez-vous sur la page RSS du Monde, pré-citée.

La retranscription d’un entretien par Pierre Bourdieu

D. Guéranger, A propos de trois problèmes pratiques de l’écriture sociologique. La retranscription d’un entretien par Pierre Bourdieu, communication pour la conférence Enjeux (et) pratiques de l’écriture en sciences sociales :

Pour l’inscrire dans la problématique générale du colloque, je précise que mon intervention a pour objectif de réfléchir aux enjeux liés à l’activité particulière qu’est l’écriture sociologique, en partant de l’analyse d’une pratique spécifique d’écriture, à savoir la retranscription d’un entretien. En d’autres termes, quels sont les problèmes pratiques posés par la retranscription des entretiens ? Et à quels enjeux et débats plus généraux renvoient-ils ?

Ma réflexion se base sur l’extrait d’un entretien réalisé par Pierre Bourdieu et publié dans La Misère du monde (1993). Le hasard a voulu que, au détour d’une conversation avec un collègue, je puisse récupérer la publication du verbatim de cet entretien, dans sa version originale, suivi d’une courte note de travail rédigée par le sociologue sur les problèmes de transcription (1996). L’analyse que je propose ici s’appuie donc sur deux types de matériaux : les retranscriptions proprement dites et les commentaires écrits de celui qui retranscrit. Ma démarche consiste à comparer les deux versions de la retranscription, et à considérer que les transformations observées constituent la réponse de l’auteur aux problèmes pratiques qu’il soulève dans ses notes de travail. [15 pages]

Nonna Mayer sur les sciences politiques française et américaine

À l’occasion du congrès AFSP 2007 dont je recensais le bilan en ouverture de ce blog, Nonna Mayer (présidente de l’association) était au micro de l’émission de France Culture “La suite dans les idées” le 16 septembre. Voici son intervention, en format MP3 écoutable en ligne (fichier supprimé par la plateforme, désolé !).

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search