Garbage in, garbage out : portrait de Parcoursup en CRM

Prélude

Cela fait des mois que j’essaie d’extérioriser mon exaspération vis-à-vis de Parcoursup, des débats – hum, non, des tweets – sur Parcoursup, et surtout des prises de position sur (contre) Parcoursup, parfois portées par ces mêmes personnes démissionnaires dès qu’il s’agit d’accomplir la moindre tâche attenant à la logistique du cursus des étudiants1.

J’ai donc décidé de m’y coller sous la forme d’un long billet vaguement cinglant, où vous n’apprendrez rien de bien technique, ni de bien utile pour concevoir un meilleur système de répartition des étudiants au travers des filières universitaires : désolé, mais comme l’immense majorité du personnel de l’enseignement supérieur, je n’ai absolument pas l’expérience et l’expertise nécessaires à cette tâche2.

C’est parti.

De grandes découvertes

La réforme du système APB (« admission post-baccalauréat »), désormais connu sous le nom de « Parcoursup », a été l’occasion, cette année, de faire quelques grandes découvertes, qui resteront à jamais gravées dans l’histoire des prises de conscience collectives.

La première d’entre elles est que, dans la France du 21e siècle, dont les « grandes écoles » ne sont pas exactement une nouveauté, la moitié des élèves cherche à faire exactement ce que les schémas institutionnels (famille, école, emploi) conseillent de faire, c’est-à-dire intégrer une formation sélective3.

Étonnant, non ? « Tout se passe comme si » les parents d’élèves – qui avaient déjà dû étudier la « carte scolaire »4 – et les enseignants de Terminale avaient eu vent des inégalités d’investissement entre universités et grandes écoles.

C’est proprement renversant.

Autre grande découverte, il y a un nombre de places limitée dans lesdites filières sélectives, et même, ô surprise, dans les universités5, et ce alors même que (presque) tout a déjà été essayé pour réformer la capacité d’accueil dans l’enseignement supérieur suite à la massification de ses usagers :

  • Financer correctement l’Université et recruter suffisamment d’agents à hauteur de l’enjeu : proposition à l’étude depuis quelques décennies. Voir aussi : non-réformes fiscales successives.
  • Dégrader le service en explosant la capacité d’accueil : fait. Voir aussi : maisons d’arrêt6 et services d’urgences des hôpitaux publics, dont les personnels et les usagers débordent d’enthousiasme pour cette méthode de traitement du problème.
  • Faire fusionner n > 1 étudiants en une seule et même personne, ou bien faire enseigner chaque enseignant dans n > 1 salles : à l’étude7.
  • Occuper une partie du premier étage de Sciences Po en signe de soutien aux masses populaires estudiantines : fait8.
  • Faire théoriser la démocratisation des études supérieures par une ex-directrice de l’École Normale Supérieure : fait9.
  • Faire peser la responsabilité de l’échec du système sur les personnels : en cours (méthode dite « jurisprudence Sarkozy du 22 janvier 2009« ).

Un fiasco

Ne manquait au tableau qu’un fiasco, que l’on pourrait décrire par :

Par charité toute chrétienne, je vais laisser les Publications de la Vie Catholique (connues pour leur radicalité révolutionnaire) conclure sur le sujet : « Parcoursup : zéro sens de l’orientation ».

Bon, Télérama a parlé, c’est plié, rentrez chez vous : c’est foiré12. De Parcoursup 2018, il restera quelques bonnes blagues de geek, mais pas grand chose d’autre.

Un algorithme ? Non, un CRM

Enfin, dernière découverte : personne ne semble avoir compris, à l’issu du débat sur Parcoursup, ce qu’est un algorithme—mais cela n’a, en soi, aucune importance : Parcoursup n’est pas une « procédure de calcul aboutissant à un résultat inambigu (et souvent unique, dans le cas des algorithmes dits déterministes) »13.

Parcoursup est un CRM, c’est-à-dire une plateforme de gestion de la clientèle, moins la possibilité d’appeler un numéro surtaxé :

  • Allez donc voir dans un secrétariat à quoi ressemble l’interface de Parcoursup pour un(e) secrétaire de Licence, et dites-moi que cela ne ressemble pas comme deux gouttes d’eau aux logiciels d’un call center.
  • Côté « client », pas mieux, même tableau : l’UI est proche de celle d’une plateforme de compagnie d’assurance (« déclarer un sinistre ») ou de complémentaire santé (« téléverser mes justificatifs »).

Attention, je ne dis pas que le débat sur les algorithmes classants n’est pas légitime : il fallait mener ce débat sur APB14, il faut parler des Weapons of Math Destruction, et il faudra imposer la transparence15 sur les méthodes locales de classement : les craintes à leur sujet sont légitimes, ce qui justifie, à mes yeux, les revendications syndicales et les inquiétudes exprimées çà et sur le sujet16.

En revanche, je dis bien que le problème posé par Parcoursup est très largement déconnecté de celui de la « gouvernementalité algorithmique » et autres gimmicks concepts inutiles ici, non pas parce qu’ils seraient dénués de sens (ils en ont parfois), mais parce qu’il faudrait peut-être être capable de sortir un bilan de terrain avant d’aller donner l’impression d’avoir fumé la moquette et la moitié des cours de Dits et écrits avec17.

Examen de rattrapage

Toutes ces remarques étant faites, à quelles questions aimerais-je obtenir une réponse en 2019, lorsqu’il sera à nouveau de remplir les universités à 100–150% de leur capacité d’accueil, une fois épuisés les recours aux artifices comptables méthodes plus ou moins honnêtes pour faire varier celle-ci ?

Dans le désordre :

  1. Quand réfléchira-t-on sérieusement à une indexation des créations de postes (et a fortiori de la capacité d’accueil) dans les filières en tension et dans les autres, sur les candidatures des futurs étudiants et/ou sur les effectifs actuels dans les universités ?
  2. Quand réfléchira-t-on à une réforme du baccalauréat qui fasse enfin son sort à la croyance généralisée dans l’idée que le niveau baisse, et qui produise des filières pertinentes en termes d’orientation plutôt que socialement classantes ?
  3. Quand disposera-t-on des données fiables18 pour classer, trier, sélectionner les candidats aux études supérieures en local, ce que les universités faisaient, font et feront, d’une manière ou d’une autre19, quels que soient le cadre légal ou l’intention politique conjoncturelle ?

J’ai mis les termes-clé du sujet en gras, au cas où cela puisse aider, même si je n’ai aucun espoir dans l’avenir, sauf peut-être sur le second point. L’an prochain, je m’attends plutôt à un nouveau débat aussi stérile que le premier sur la réintroduction des voeux20, sur les vertus du (non-)tirage au sort, etc. Des heures de débat passionnant en perspective.

Rien ne changera tant que les réformes seront construites à rebrousse-poil des personnels, mais bon, si c’est ça ou augmenter les impôts, y compris locaux, le choix semble vite vu, et il semble qu’il ait été fait de manière quasi-identique sous toutes les couleurs politiques des décennies passées21.

C’est dommage, pour tout le monde, et surtout pour les générations à venir, enfin, surtout pour celles qui ne pourront pas se payer le luxe de fuir l’Université. Le seul progrès dont celles-ci auront bénéficié depuis le début des années 2000 aura été de ne plus avoir à s’inscrire à l’Université sur Minitel. Pour le reste, …

  1. Premier avertissement — Il est presque inutile de le préciser ici, mais je ne vais évidemment pas m’appuyer sur ma seule expérience locale de Parcoursup : une large partie de ce que je vais observer provient de conversations éparses avec des collègues enseignant dans cinq (j’ai compté) grandes villes françaises. []
  2. Deuxième avertissement — Je signale d’emblée que mon expérience locale de Parcoursup est atypique, puisqu’elle est celle d’une école de science politique bilingue anglais/français, et qui n’est ni un Institut d’Études Politiques, ni un établissement du secteur public, et dont l’une des deux Licences est sélective. []
  3. Lorsque François Vatin évoque cette évidence dans cette émission de radio, ses deux interlocuteurs – et l’animateur de l’émission – ont une réaction intéressante, car typique du débat sur la séparation entre grandes écoles et universités en France : ils ignorent complètement le propos et passent à autre chose. []
  4. Dont il faut noter que l’on peut forcer les gens à la respecter, mais que ce n’est pas aisé : cela demande un minimum de courage politique. []
  5. Filière de psychologie dans une université français, 2018 : environ 1 800 candidatures recevables ; capacité d’accueil à environ 1 200 ; admissions à environ 1 400 (on compte sur les étudiants qui ne viennent jamais). Je cite de mémoire. []
  6. En centrale, on me dit que ça va, tout baigne. []
  7. Je vous promets que la seconde proposition est sérieusement à l’étude. Voir aussi : cours sur DVD en PACES et autres techniques de pointe pour mettre en œuvre l’équivalent de la « Ferme des Mille Vaches » en première année de Licence. []
  8. Full disclosure : j’enseigne à Sciences Po (dans un bâtiment différent). []
  9. La même a publié une tribune que les étudiants pourront lire si leur bibliothèque universitaire est abonnée au Monde. Idem pour cette autre tribune de Pierre Mathiot, ancien directeur de l’IEP de Lille, et ex-candidat à la direction de Sciences Po. []
  10. Voir aussi : le Parcoursup des filles, et celui des lycées de banlieues, qui savaient, pour les seconds, que le truc allait se retourner contre eux, comme d’habitude. []
  11. Intervention de chercheurs qui pointe le problème principal : quand on retire l’algorithme d’une méthode de sélection, il faut être clair sur ce que l’on met à la place. Si c’est un système de matching à deadlines successives, alors on peut s’attendre à ce que les victimes usagers usent de stratégies pour ne pas toujours révéler immédiatement leurs préférences : c’est exactement ce qui s’est passé. GIGO. []
  12. Pour la version moins politically correct, mais qui, fondamentalement, dit la même chose (la comparaison ne va pas leur plaire…), voir ce tract de La Brique, un canard lillois qui fait le boulot quand il faut critiquer la sélection sociale à l’Université. J’héberge le tract ici jusqu’à ce qu’il soit en ligne sur le site Web officiel. []
  13. Une définition plus complète évoquerait aussi la finalité du procédé de calcul que décrit un algorithme, généralement une visée prédictive ou classificatoire. Parcoursup n’est rien de cela : c’est un jeu de chaises musicales étalé sur six mois, avec la dose d’aléatoire et d’entropie qui va avec. []
  14. Ce qui a été fait, au moins au moment de la publication de son code-source (voir aussi ici et ) : on a ainsi pu découvrir à quel point PL/SQL est un langage atroce. []
  15. L’initiative AlgoTransparency de Guillaume Chaslot va bien plus loin que le sujet de ce billet, et vaut vraiment le détour. Aucune compétence technique n’est requise pour comprendre le problème. []
  16. En revanche, soyons clairs, il ne faut pas écouter Frédéric Beigbeder sur ce sujet ou, jusqu’à preuve du contraire, sur n’importe quel autre. []
  17. L’impression, j’ai dit : ne me faites pas dire ce que je n’ai pas écrit. []
  18. C’est le scoop de ce billet, caché dans une note de bas-de-page car personne ne les lit : les données Parcoursup sont parcellaires au point d’être quasi-inutilisables dans certains cas, et sont même parfois arithmétiquement douteuses, avec des moyennes annuelles qui ne reflètent pas les moyennes trimestrielles. Ça pourrait s’attaquer au tribunal administratif, tout comme les classements ex æquo, pratiqués de facto malgré leur interdiction, mais bon… Personne ne lit les notes de bas-de-page, je vous dis. []
  19. « People-sorting is what educational systems do« . Dans le cas de Parcoursup (mais pas des ECN, par exemple), qui dit classement dit sélection, d’où les attaques principielles que vous aurez lues ici, , ou dans plein d’autres des références de ce billet. Reste que qui classe trie (cf. lettres de recommandation), et qui trie sélectionne (cf. obtention du diplôme) – bref, le fond de commerce, expression provocatrice employée ici à dessein, de tout dispositif éducatif après l’âge légal de fin de la scolarité obligatoire. []
  20. Il faudra aussi voir ce qu’il adviendra du débat, beaucoup plus intéressant de mon point de vue, sur la remise à niveau en première année de Licence. []
  21. L’autre solution serait de tout privatiser, pour finir avec un système ultra-classiste (et par voie de conséquent, raciste jusqu’à la moelle). En France, on trouvera toujours 2–3% de la population pour soutenir cette idée, mais heureusement jamais plus—pour le moment. []

20+ années d’ANCMSP (en force)

Un billet commémoratif, en mode « bravo, merci, continuez ». Le « en force » du titre est un private joke à destination d’IC, PM et FC et de tous (toutes) les autres, qui se reconnaîtront.

L’Association Nationale des Candidats aux Métiers de la Science Politique (ANCMSP), dont la moitié des politistes français (ou étrangers résidant en France) n’arrive toujours pas à prononcer l’acronyme correctement (« tu sais, l’AN… CP… S… la liste, quoi… »), a récemment fêté ses plus-de-vingt ans d’existence par une publication très fouillée dans la revue Socio-logos.

Grâce à Joël, mon co-blogueur fantôme1 qui a bien d’autres choses à faire, j’ai passé quelques années au bureau de l’association, en travaillant en parallèle dans plusieurs chantiers de la Confédération des Jeunes Chercheurs (CJC), que le bureau de l’ANCMSP avait activement – et stratégiquement – investie2. Je n’en regrette pas une seconde, et conseille à tout jeune chercheur de faire de même.

L’article de l’ANCMSP est à lire car il montre bien deux choses : d’une part, le « choix des armes » 3 dans les associations de jeunes chercheurs, et d’autre part, les succès accumulés par la mise en oeuvre de ces opérations stratégiques, qui consistent, inlassablement, au fil des années et des générations, à interroger, à monitorer et à (contre-)expertiser le secteur de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Ces succès sont un peu plus difficiles à décrypter que ceux qui se laissent appréhender par le biais du récit syndical standard, de type « on l’a demandé, on s’est battu, on l’a obtenu »4 : la trajectoire des mobilisations des jeunes chercheurs n’est pas une trajectoire syndicale classique, même si une partie du travail militant effectué dans les associations du mouvement se rapproche en de nombreux points du travail syndical.

Le premier et le plus important de ses succès tient à la large diffusion de l’information sur les conditions de travail en science politique, succès qu’aucun échange d’emails faussement – ou même sincèrement ! – naïfs et/ou mal informés sur une liste de diffusion professionnelle ne viendra effacer, bien au contraire.

Sur ses vingt ans d’existence, les informations – et les indignations, voire les mobilisations – que l’ANCMSP a obtenues et publicisées, surtout et avant tout en termes de conditions de recrutement (MCF, ATER, vacations), n’ont aucun équivalent en science politique, ni même ailleurs dans l’enseignement supérieur et la recherche.

Combien de fois me suis-je retrouvé à dire à des camarades associatifs d’autres disciplines (histoire, sociologie, droit, littérature, biologie, et bien d’autres) : « ça, en 04, on l’a obtenu à force de râler, faites pareil, c’est faisable » ? Personne d’autre, à ma connaissance, n’a réussi un tel travail de mise à disposition de l’information sur les conditions effectives d’embauche et d’emploi dans une discipline scientifique5.

Au-delà de la mise à disposition de l’information, il y a sa critique : celle des hiérarchies, des biais de recrutement (géographiques, disciplinaires voire sectaires, socio-économiques, genrés…), des textes juridiques et des contrats, des délais de paiement, des classements (de revues, de candidats, d’établissements) … Là aussi, un succès : en science politique, « on » interroge, « on » conteste, en continu, notre fonctionnement disciplinaire6.

Sur ce point aussi, le critère essentiel est le caractère public des débats : dans toutes les disciplines scientifiques, on trouvera d’excellents esprits critiques s’exerçant à la remise en cause de leur espace professionnel et disciplinaire… en leur for intérieur, ou au mieux auprès de quelques collègues, lors d’une pause-café, ce qui n’est pas tout à fait la même chose que de le faire devant 4 000 lecteurs et lectrices plus ou moins averties7.

Il y a une histoire à écrire de ces mobilisations et prises de position publiques : de ses « wikis auditions », de ses listes de diffusion, dont l’archivage reste un réel enjeu ; de ses outils (informatiques8, mais pas que) ; de ses stratégies (communication, relations publiques, voire lobbying parlementaire). Cette histoire reste à faire, mais surtout, la mobilisation demande à être entretenue : lisez l’article de l’ANCMSP, et soutenez l’association en y adhérant !

  1. Joël, as-tu même encore les identifiants de ce blog, qui, rappelons-le dans ce billet à forte inclination commémorative, a soufflé ses dix bougies l’an dernier ? — EDIT de Joël : apparemment, la réponse est oui ! []
  2. La CJC a également fêté ses 20 ans d’existence il y a quelques années. En me rendant à un des dîners de l’AG de célébration, j’ai eu le plaisir de reconnaître quelques têtes, mais surtout de voir que la relève était bien là. En revanche, j’avais appris à peu près au même moment qu’il y avait eu un « bug » dans la passation technique au niveau des serveurs de la Guilde des doctorants (GDD)… Tant pis pour les archives ! []
  3. On ne remerciera jamais assez Jean-Gabriel Contamin pour cet excellent article, qui reste l’un des rares textes étudiant les mobilisations des jeunes chercheurs en France. À ma sortie du militantisme associatif, j’avais tenté d’intéresser deux collectifs d’historiens à ces mobilisations, en vain : soit ils n’avaient pas le temps, soit ils souhaitaient se consacrer à des objets (les syndicats étudiants) déjà largement étudiés. []
  4. À cette aune, l’histoire de l’enseignement supérieur et de la recherche en France, au moins depuis les États généraux de la Recherche en 2004, n’est qu’une longue suite de défaites, de la loi Pécresse à Parcoursup en passant par toutes les réformes ou non-réformes intermédiaires. Les rares points positifs dans l’histoire législative du secteur sont, en partie, le fruit des efforts des associations dont je parle ici, mais aussi des syndicats et de quelques hauts fonctionnaires, les meilleurs éléments du mouvement ayant d’ailleurs eu plus d’une casquette parmi ces trois profils (ceux qui sont encore vivants se reconnaîtront). []
  5. La rançon de ce succès étant, bien sûr, la concurrence par l’imitation : l’AFSP, l’Association Française de Science Politique, a assez bien joué cette carte – ah, les premières années de l’OMASP… les joies du copier-coller à l’heure du « Web 1.0 » – dans les années récentes, et le résultat – plus d’information, diffusée et archivée en plus d’endroits, et lue par plus de paires d’yeux attentifs – est au final bénéfique. []
  6. Au point qu’une bonne partie des personnes diffusant des offres d’emploi en science politique prennent vraiment le temps (j’en ai de nombreuses preuves tangibles) de vérifier la clarté, la complétude et l’équité – relative – de ces offres : mission accomplie ! []
  7. Audience par ailleurs hors-norme quand on la compare à celle, intimiste voire nulle, de l’immense majorité des publications scientifiques. Mais qui de mieux placés que les scientifiques pour savoir cela, et a fortiori, qui de mieux placés que les politistes, spécialistes notamment de la démocratie représentative et des parlements, pour connaître la force du débat dans l’espace public ? Et qui de mieux « équipés » que nous, en « 04 », pour comprendre les effets – bénéfiques – de socialisation professionnelle qui en résultent ? []
  8. Topica, Apinc, Yahoo!, Ouvaton, auto-hébergement… En somme, l’histoire de l’action collective aux heures d’Internet, sur une période cruciale de transition vers le « Web 2.0 ». []

Mike Porter, teaching hero

Exceptionnellement, un billet en anglais.

A few months ago, I read that Mike Porter had passed away. I heard about his death only several years after it occurred, because I do not keep myself updated on what happens at the University of Edinburgh anymore, but I still, from time to time, take a look at the news bulletins sent by the University or by its alumni society.

Mike Porter is one of my teaching heroes. The best stuff I do today as a university teacher, I do thanks to crossing paths with people like him.

Ten years ago, early on in my teaching experience, I got to teach some of Mike’s Tutorials in Health and Society, an innovative teaching module that he had set up (with the help of a few others) within the University of Edinburgh College of Medicine and Veterinary Medicine. Our mission was to teach some social science to first-year medical students1.

Mike supervised the entire process. We had meetings over tea, and were distributed briefing packs. The entire module had been carefully designed and was explained to us via simple yet effective graphs on how the students would be making progress through its components. Mike was adorable, and the rest of the (highly diverse) tutors team was equally great.

The contents of the sessions were even more appealing: we got to organise short role-playing games on topics such as disability and society – how do you organise a household when one of the children has cerebral palsy? – or practical tobacco control – what kind of assistance can you provide to a man with chronic obstructive pulmonary disease?2

I still have a folder at my parents’ home with all teaching material from those tutorials. It’s one of those archives that I will keep through the years. It was one of my best teaching jobs ever, and it was all thanks to Mike Porter. He was truly exceptional at his job, and is truly missed.

  1. The students came from everywhere around the globe, with a large batch from Southeast Asia. []
  2. I cite those two sessions from memory. There were many others. []

La séquence électorale française du printemps 2017 (le retour)

En début d’année, nous avions organisé, avec Caterina Froio, une demi-journée d’étude sur la séquence électorale française du printemps 2017.

Début octobre, on remet le couvert, avec cette fois-ci 100% de femmes chez les intervenants, histoire d’équilibrer avec la première demi-journée :

Cliquez sur l’affiche pour la version PDF

Tout comme la précédente demi-journée, l’événement est primordialement destiné aux étudiants d’ESPOL, ce qui fait qu’il n’y a qu’un nombre de places limité pour les auditeurs extérieurs. Vous êtes néanmoins toutes et tous les bienvenus : inscrivez-vous !

Au programme :

  • Les électeurs du Front national (2012-2017)

    Intervenante : Nonna Mayer (CEE Sciences Po Paris)
    Discussion : Julien Talpin (CERAPS Lille)

  • Des voix aux sièges : les élections législatives françaises de 2017

    Intervenante : Annie Laurent (CERAPS Lille)
    Discussion : Giulia Sandri (ESPOL Lille)

  • L’analyse localisée et comparative du vote

    Intervenante : Clémentine Berjaud (CESSP Paris 1)
    Discussion : Caterina Froio (CEE Sciences Po Paris)

La voilure thématique de la demi-journée sera la même que la dernière fois : l’objectif est d’analyser, du point de vue de la sociologie électorale, les votes de 2017, ce qui nécessitera de remonter quelques années en arrière pour fournir une explication plus complète.

Ensuite, comme lors de la demi-journée de janvier, l’autre objectif sera de faire le point sur les données de la sociologie électorale — données qui se renouvellent grâce à des projets de recherche comme ALCOV, dont parlera Clémentine Berjaud.

Merci à celles et ceux qui ont diffusé le programme de cette demi-journée sur Facebook et sur Twitter. Dernière chose, ci-dessous : quelques lectures à effectuer avant ou après la conférence. À bientôt !

Lectures recommandées

Textes communiqués, avec d’autres, aux inscrits à la demi-journée, mais toujours pas partageables ici—désolé à nouveau.

Par ordre d’intervention dans le programme de la demi-journée :

Enfin, également recommandées, ces deux notes statistiques de l’Insee, par Guillemette Buisson et Sandrine Penant :

Mise à jour, 26 septembre : bon, c’est plein, mais écrivez-moi, je tiens une liste d’attente.

Vacarme et malaise autour d’Avital Ronell

Comme beaucoup de monde, j’ai lu cet été un article du New York Times au sujet d’un cas un peu particulier de Title IX, la procédure qui permet aux universités américaines d’enquêter sur les cas de harcèlement moral et sexuel. La procédure vise cette fois une professeur de littérature apparemment très réputée, Avital Ronell.

Je ne me tiens pas particulièrement informé sur ce qu’il se passe dans les départements universitaires américains, mais la lecture des blogs universitaires amène très régulièrement des actualités de ce style – David Lodge, moins l’humour : la réalité est toujours plus tragique que la fiction – dans ma direction : j’ai à l’esprit quelques noms associés à des affaires de ce style en philosophie, en psychologie et en biologie. Sur la procédure du « Title IX », je me souviens aussi de cette critique, qui avait fait beaucoup réagir.

Pour celles et ceux qui souhaiteraient passer des heures à s’informer sur l’affaire en cours, le blog The Leiter Reports, qui ne fait pas partie de mon weekly digest, a publié toutes sortes de documents plus ou moins pertinents, dont plusieurs qui concernent le courrier de soutien qu’a reçu Avital Ronell – une femme, accusée par un homme, et dans un contexte particulier : allez lire les détails – de la part de collègues plus ou moins proches.

L’auteur du blog, Brian Leiter, est volontiers provocateur, tout comme ce qui me semble bien résumer sa conclusion provisoire sur l’affaire1 :

The real tragedy here is that this disgraceful behavior by alleged adults and tenured professors should be exposed at this moment in America, when the threats to decency and enlightenment are far greater than those posed by a narcissist professor and her friends. Please remember, dear readers, that most of the university is a serious place, devoted to Wissenschaft, whether history of chemistry or linguistics or political science. Do not visit the sins of some feeble disciplines on the academy as a whole.

Je ne suis pas allé lire Leiter suite à l’article du Times : je suis allé y faire un tour après avoir découvert, dans mes flux RSS, que le magazine en ligne (francophone) Vacarme avait publié plusieurs textes sur l’affaire en cours2. En voici des extraits, qui ne résument pas les textes, mais qui ne trahissent pas non plus, à mon sens, la pente générale de leurs arguments respectifs3 :

Il faut soutenir Avital Ronell non pas parce qu’elle est brillante et irréprochable, mais parce qu’elle ose être Avital Ronell, une femme de lettres queer dans un monde qui a renoncé à la liberté de penser ensemble les structures et la liberté, la liberté de rêver et celle de dire non, qui a renoncé à faire savoir que l’assujettissement n’était pas une fatalité à régler sur le mode de l’incrimination judiciaire mais de la négociation entre gens d’esprit. Cela ne vient pas faire s’effondrer les structures oppressives mais rappelle au contraire que quand les structures sont dissymétriques, les superstructures ne peuvent être que de guingois. Guingois du droit et de la judiciarisation, guingois des savoirs et des transmissions, guingois des échanges épistolaires où la confiance a disparu. Non l’affaire Ronell/R. [le plaignant] n’est pas symétrique des affaires #MeToo. Et l’on peut s’étonner malgré tout de la célérité à sanctionner une femme quand tant d’hommes ne sont jamais inquiétés.

Le mal néandertalien est protéiforme et il se cristallise sur des positions qui engluent les êtres malgré eux. Apprendre à le débusquer, tel est l’enseignement auquel nous invite l’affaire Ronell.

Dans le cas présent, il faut mettre en balance une femme de cœur, unanimement reconnue pour sa force et sa générosité, et un étudiant qui n’a pas réussi à obtenir la place qu’il souhaitait – à tort ou à raison – dans le monde redoutablement concurrent des chercheurs américains. Du lieu où je parle, les récentes révélations infamantes dont Avital Ronell est victime ne sont rien d’autres qu’un dangereux recul et, sur fond misogyne, une tragique insulte à la liberté de penser et d’enseigner.

Chère Avital Ronell, […]

[…] Sans doute y avait-il [dans les échanges produits par le plaignant pour justifier son accusation] une imprudence, mais dans toute ta vie intellectuelle, tu as joué avec le feu – avec un brio, une intelligence et un humour dont je ne saurais trop te remercier parce qu’ils m’aident à m’orienter dans mes propres pratiques. [Le plaignant] ne pouvait l’ignorer, sauf à se mentir à lui-même ou à être joué par une passion haineuse. Que la NYU [l’université ayant engagé la procédure d’enquête vis-à-vis d’Avital Ronell] affecte désormais de l’ignorer la déshonore.

Les textes cités ci-dessus ont leurs qualités et leurs défauts. Personnellement, et même si plusieurs des arguments m’ont immédiatement semblé raisonnables, tous les textes m’ont néanmoins paru péremptoires, sans que le rythme de publication de Vacarme ne puisse servir à l’excuser — il me semble, au contraire, que le format du magazine devrait aider à éviter ces formes de pré-jugements à l’emporte-pièce.

Pire, la pente – générale, unilatérale – des textes m’a semblé étonnamment insensible, et dénuée, au fond, du sens critique nécessaire à l’évocation impartiale des faits. Et comme que le monde académique est ce qu’il est, les adversaires attitrés de la French Theory version 2018 ne manqueront pas d’y lire un trait général du courant intellectuel dans lequel se situe Avital Ronell — à lire pour s’en faire une idée : l’entretien que lui a accordé Vacarme, justement, il y a quelques années.

D’où mon malaise, passé au fil de la rédaction de ce billet, et mon souhait, pour terminer, de renvoyer celles et ceux qui se sont interrogés sur cette « affaire » aux textes suivants :

  • Une réflexion de Corey Robin, qui se base sur la lecture des documents versés au procès civil, et qui me semble beaucoup plus mesuré et juste dans ses appréciations4.

  • Une réaction d’Amy Elizabeth Robinson, qui remonte dans son propre passé, avant d’en venir au courrier de soutien à Avital Ronnel, évoqué plus haut :

    The letter […] is about celebrity. It is about the cult of genius. It is lifting an individual outside and above the structures of power and hierarchy that the signers have spent so many years claiming to dismantle. It blames (or at best pigeonholes) the victim, assuages the dominant, and calls into heartbreaking question the genuineness of the signers’ seemingly radical work.

    Pour ce que ça vaut, c’est exactement ce que j’avais lu entre les lignes du courrier, qui est cité in extenso dans les quelques textes que j’ai parcourus. Le reste de l’analyse du courrier est tout aussi excellente : à lire5.

Je n’aime pas réagir à chaud : par conséquent, ce billet sera publié longtemps après sa dernière modification, quand « l’affaire Ronell » aura disparu des médias. Je n’aime pas non plus me faire des ennemis à peu de frais et sans bénéfice évident, et l’utilisation d’un label comme « French Theory » est risquée en ce sens.

Toutefois, jaime encore moins découvrir, dans un magazine que je lis depuis longtemps, que la caricature post-moderne ressemble parfois à l’original, et que les loyautés claniques triomphent parfois aussi bien des spécialistes (attitrés) de l’émancipation et de la critique que du reste du monde.

À lire aussi, cette tribune, cinglante, d’un ancien collègue/étudiant6 de Ronell, et qui résume bien l’affaire. Par ailleurs, comme l’auteur, j’ai trouvé le texte de Masha Gessen – que j’apprécie beaucoup, soit dit en passant – assez faible.

  1. Comble de la provocation, Leiter utilise des doubles espaces en fin de phrase. []
  2. Les dates de ces articles trahissent la date de rédaction effective de ce billet, fin août 2018. []
  3. Je cite tout ou partie des derniers paragraphes des textes. []
  4. Réflexion signalée par Robin sur le toujours-excellent blog Crooked Timber et sur son propre blog. []
  5. Texte trouvé dans les « liens du samedi » du blog Scatterplot. []
  6. Le parfum de subordination de toute cette affaire me rend, à lui seul, malade. []

La torture pendant la guerre d’Algérie, France, 2018

Le sujet en titre de ce billet m’est cher, pour de nombreuses raisons, et je pense que c’est le cas pour beaucoup de monde autour de moi : un peu plus d’un million d’appelés du contingent dans ce qui reste le dernier processus de mobilisation militaire de masse dans l’aire occidentale1, ça laisse des traces un peu partout.

Manière de dire que pour celles et ceux qui connaissent le sujet, la décision récente d’Emmanuel Macron, qui prolonge plusieurs décisions beaucoup plus discrètes de François Hollande en matière d’ouverture graduelle des archives françaises, veut dire quelque chose — quelque chose d’éminemment juste, indépendamment de la stratégie de communication dans laquelle on peut évidemment l’insérer, à des fins qui ne m’intéressent pas ici2.

Benjamin Stora a dit exactement ce qu’il faut sur le sujet, et pour le fond, il y a l’ouvrage magistral de Raphaëlle Branche et les travaux de Sylvie Thénault.

Enfin, si vous ne l’avez pas déjà vu, il faut visionner Escadrons de la mort, l’école française, de Marie-Dominique Robin, car comme les maladies, les techniques de guerre ont leur pathocénose, et de la même manière que presque aucune des pathologies infectieuses d’hier n’a disparu aujourd’hui3, la plupart des atrocités guerrières du vingtième siècle sont encore d’actualité, sous une forme ou une autre.

  1. Si je me souviens bien des chiffres, et il faut comparer les mobilisations civiles — sinon le Viêtnam états-unien, conflit plus de deux fois plus long même si l’on enlève la période sans envoi massif de troupes, passe devant. Quelques autres chiffres sont en note de bas-de-page dans le chapitre 3, je crois, du livre d’Audoin-Rouzeau cité il y a sept jours ici. []
  2. Mais si ça vous intéresse, il y a Éric Zemmour, dont la seule évocation du nom a fait rigoler tout l’amphi il y a quelques jours. []
  3. Les seules exceptions sont la variole (variola/smallpox) et la peste bovine (rinderpest) ; la poliomyélite n’est pas encore éradiquée, mais l’on s’en rapproche. []

Sur papier relié, printemps-été (surtout été) 2018

La suite, en quelque sorte, de ce billet, en me concentrant sur les bouquins. Si vous aimez lire en prenant le soleil, je conseille la Slovénie et les cafés marocains.

Faute d’être parvenu, cette année comme les précédentes, à honorer tout ce que j’avais promis d’écrire (pardon aux collègues), de faire1 ou de ne plus faire (mais j’ai récupéré une boîte de Nicopatch), j’ai quand même retrouvé, cet été et sur la fin du semestre précédent, un semblant d’hygiène de lecture.

Bref, au cours des mois d’été, j’ai lu presque tous les livres que je n’avais pris le temps que d’acheter pendant l’année universaire :

  • Audoin-Rouzeau, Combattre. Une anthropologie historique de la guerre moderne (XIXe-XXIe siècle) (2008). Une suite d’interrogations sur la violence de guerre, où l’on retrouve des questions, des réponses et des références également présentes, par exemple, chez le toujours-excellent Pierre Bayard (Aurais-je été résistant ou bourreau ?, 2013), mais aussi chez Sémelin ou Hatzfeld sur le Rwanda2. Les chapitres qui m’ont le plus intéressé : le premier, qui construit l’objet d’une anthropologie historique de la violence (voir aussi Elias, plus loin), et la section du quatrième chapitre sur la photographie de guerre, où l’on retrouve certaines des intuitions de Sontag, ou même de ce que François Maspero écrivait sur Gerda Taro.

  • Cherbi, Algérie (2e éd., 2017), dans une collection que je compte réinvestir (Maroc, Afghanistan, Iran…). Un tour de force : l’ouvrage parvient à résumer le pays sous toutes ses coutures, sans être trop déprimant dans sa section sur l’histoire politique récente3

  • Elias, Humana Conditio (2016), un très beau texte de conférence, avec une belle introduction, dans un ouvrage bien fabriqué et pas trop cher. Le texte saisit très bien la méthode eliassienne, qui est une sociogenèse (voir par exemple sa proto-théorie des empires, section 4, p. 56-sq., qui contredit parfois des auteurs comme Khaldûn) mais aussi et parfois surtout une psychogenèse spéculative (ou si l’on est plus généreux, rétrospective) : Elias utilise des notions comme le « destin social des Allemands » (p. 86) et se réfère à de nombreuses notions idéelles, psychologiques ou symboliques qu’on trouvera moins souvent dans la sociologie historique contemporaine. La humana conditio du titre est évidemment « le va-et-vient des guerres » (p. 113). Compte-rendu plus complet.

  • Hirschman, Les passions et les intérêts (1977), l’un des rares ouvrages que j’ai pris le temps de lire plusieurs fois, parce qu’il est court et extrêmement bien écrit (et traduit : exceptionnellement, j’ai préféré lire la traduction). N’importe quel étudiant en sciences sociales connaît déjà la plupart des protagonistes du livre, mais je ne crois pas que l’on enseigne Millar ou la controverse Montesquieu/Steuart versus Smith. Hirschman, est à mes yeux, l’un des rares analystes « sur textes » qui parvient à ne jamais tomber dans le « Great Booksism »4. Voir aussi l’Introduction à Albert O. Hirschman de Ferraton et Frobert (2017), qui offre un très bon tour d’horizon en peu de pages.

  • Hoare et Sperber, Introduction à Antonio Gramsci (2013), sur le même format que le Ferraton et Frobert mentionné juste au-dessus. Un excellent ouvrage introductif, que j’ai lu et fiché sur quatre pages en une journée, à titre d’exercice, pour montrer à mes étudiants comment on fiche un ouvrage de type manuel.

  • Hugrée, Pénissat et Spire, Les classes sociales en Europe (2018), la meilleure synthèse – comparative, à jour, hyper-bien sourcée – sur le sujet. Les seuls défauts que j’y trouve : les qualités comparatives (par exemple, la conclusion géo-sociologique en haut de la p. 46, ou bien la comparaison des préoccupations socio-économiques des cadres, p. 180-181) sont inégalement réparties au fil du texte, l’immigration est traitée en plusieurs endroits mais néanmoins trop succinctement à mon sens, et le matériau d’analyse n’est fourni que par le biais d’une annexe qui liste les sources5, mais sans donner les recettes méthodologiques précises .

  • Kasparov, How Life Imitates Chess (2010). Acheté à sa sortie dans un aéroport, puis oublié, à mon grand regret, dans l’avion ; racheté d’occasion en édition hardback issue du fond d’une bibliothèque américaine. Très divertissant pour les « life tips / self-help » à l’américaine, mais surtout pour le récit de sa carrière aux échecs6). Le dernier chapitre sur son engagement politique, plein d’espoirs hélas largement décus aujourd’hui, est aussi intéressant.

  • Lyotard, La condition postmoderne (1979), parce que je ne l’avais jamais lu et qu’il trônait sur la table de nuit d’une amie en édition originale (a-t-il jamais été réédité ?). Bien moins pire que ce à quoi je m’attendais. Je doute que tous les auteurs se revendiquant du post-modernisme soient aussi lucides sur les tendances technologiques de leur époque — Lyotard aborde à plusieurs reprises le rapport Minc-Nora sur l’informatisation, et termine son texte sur… un plaidoyer pour l’ouverture des bases de données : plutôt bien vu.

  • Macherey, Marx 1845 (2008), un commentaire des « thèses sur Feuerbach ». Trouvé en librairie, ou alors dans une liste de livres de Macherey, qui a énormément écrit sur des thèmes qui m’intéressent souvent – et qui a un blog sur Hypothèses. Je n’avais jamais essayé Marx7 : c’est fait, et à moins de 10 euros, l’expérience était peu onéreuse8.

  • Martinez-Gros, Brève histoire des empires (2014), son application de la théorie d’Ibn Khaldûn à plus de cas d’étude (Grèce et Rome, Moyen-Orient, Inde et Chine, mais aussi Compagnie britannique des Indes) que Khaldûn lui-même ne l’avait considéré. L’ouvrage donne évidemment très envie de lire Khaldûn (j’ai acheté la Muqqadima mais ne l’ai pas encore ouverte). Certains passages sur l’utilisation des « barbares » rappellent ce que dit à leur sujet le dernier chapitre du dernier livre de James C. Scott, Against the Grain (2017).

  • Mesure et Savidan, Dictionnaire des sciences humaines (2006). Acheté à sa sortie, jamais ouvert pendant douze ans, bien que déménagé plusieurs fois, dans plusieurs villes sur deux pays, pendant ce temps-là. À force d’acharnement, j’en ai lu les trois quarts au mois d’août : quelques entrées remarquables (celles de Jean-Cassien Billier ou Bernard Guerrien, par exemple), d’autres beaucoup moins, et une moyenne satisfaisante.

  • Offerlé, Les partis politiques (9e éd., 2018). Un ouvrage qui m’a plu, mais que je ne conseillerais pas aux étudiants : au niveau de la forme, le texte présente trop de problèmes9.

  • Pinçon et Pinçon-Charlot, Paris. Quinze balades sociologiques (2009), un bon complément à leur Sociologie de Paris (2014), avec lequel il partage toutes les qualités : clair, concis, divertissant. Je n’ai lu que quelques chapitres (Chinatown, la Goute d’Or, le métro, les portes de Paris et la relation Paris-banlieues).

Immigration

  • Blanchard, Histoire de l’immigration algérienne en France (2018). À mettre entre toutes les mains, en commençant par celles de vos ami(e)s ayant eux-mêmes émigré d’Algérie, souvent pendant la « Décennie noire ». Les chapitres qui m’ont le plus intéressé sont ceux situés en début d’ouvrage, sur l’immigration pré-1914 et sur l’entre-deux-guerres. Un bon complément à l’ouvrage qui suit.

  • Héran, Avec l’immigration (2017), un dézingage en règle de la période Sarkozy, et beaucoup plus que ça : un témoignage sur comment fonctionnent les statistiques de l’immigration, sur la taille des flux en France10, sur la manière dont les législations nationales, européennes et internationales s’articulent, etc. À mettre entre toutes les mains, bis11 : c’est l’un des rares ouvrages que je souhaiterais voir dans un programme de SES du secondaire, par exemple, avec celui d’Askenazy sur les politiques de l’emploi.

J’ai aussi lu quelques ouvrages sur la « crise des migrants » dans l’Union européenne, ou sur des sujets liés à celui-ci, mais je garde ça en réserve pour plus tard.

Épistémologie

  • Michel, La fabrique des sciences sociales, d’Auguste Comte à Michel Foucault. Une histoire personnelle de la philosophie (2018). Utile pour les séances de cours sur l’École française de sociologie et/ou sur les approches herméneutiques en sciences sociales. Quelques grands noms de la philosophie des sciences sont absents du texte (Hempel, Feyerabend), mais ce n’est pas dommageable, ni tout à fait le sujet.

  • Laupies et al., Philosophie (2007). Classé ici pour le chapitre d’Anne Fagot-Largeault, mais celui de Pascal Engel sur la logique vaut aussi le détour, de même que le premier chapitre d’introduction aux grands auteurs, qui complète très bien le Kolakowski dont je parlais l’an dernier.

  • Gerring et Christenson, Applied Social Science Methodology. Un résumé efficace, aussi bien sur les développements méthodologiques de Gerring, qui concernent les études de cas et la causalité, que sur les statistiques appliquées aux sciences sociales (seconde partie du texte), en une centaine de pages qui peuvent faire office de manuel de statistiques introductives.

  • Hulak et Girard Philosophie des sciences humaines (tome 2, 2018), qui complète efficacement le premier tome. Chapitres favoris, par ordre décroissant : critique, population, quantitatif.

  • Chapoulie, Enquête sur la connaissance du monde social (2017). Lu en trois jours (en prenant les chapitres dans le désordre) grâce à une recommandation d’Émilien. J’ai de quoi en faire un compte-rendu complet en annotations et en pages cornées, mais en une phrase, lisez-le : c’est très bien fait, très éclectique (histoire, ethnométhodologie, enquêtes statistiques…) et très bien écrit, avec quelques passages facétieux lorsque l’auteur évoque les règles du jeu du sous-champ des sciences sociales.

  • Gracián Rodríguez, Von Neumann. La théorie des jeux et les mathématiques de la négociation (2018, dans une collection très mal référencée, vendue par Le Monde). Un texte parfait pour survoler le personnage : axiomatisation mathématiques, implication dans l’émergence de la science algorithmique et computationnelle, et apports à la théorie des jeux.

  • Boyer, Introduction à la lecture de Karl Popper (rééd. 2017), un ouvrage que les Presses de l’ENS rééditent en impression à la demande, et bien que le fond soit instructif voire lumineux par moments, la mise en page est ultra-moche (du Calibri sans aucun effort, avec même parfois des accents dans certains termes d’équations, p. 76).

Et en cours de lecture dans le domaine, et parce que (mais vous l’aurez deviné) j’enseigne quelques travaux dirigés d’épistémologie, des extraits du livre de Denis Vernant sur Bertrand Russell, que le site Web de Flammarion attribue faussement à « Marie Vernant ».

Bonne rentrée !

  1. Ayant vaguement tenté de décaler mes heures de sommeil, je peux dire que c’est au moins aussi difficile que d’arrêter de fumer (ou de manger du sucre) quand on est en haut de l’échelle d’addiction. Si vous avez une horloge circadienne en bon état, je suis preneur : la mienne est calée sur 0.45-8.15 et accumule environ 1h de dette par jour. C’est dans la moyenne nationale, mais quand même. []
  2. À lire, d’Audoin-Rouzeau, sur son « éveil », si l’on peut dire, au génocide du Rwanda : Une initiation. Rwanda (1994-2016) (2017), qui est moins glaçant que Hatzfeld, et à mon sens moins intéressant, mais qui se laisse lire en deux jours. []
  3. Comparer, par exemple, à Belkaïd, Un regard calme sur l’Algérie (2005), dont on sent, malgré le titre (et parce que l’auteur en parle dès le premier chapitre), qu’il a été écrit la rage au ventre — rage par ailleurs tout à fait justifiable : l’Algérie est un gâchis politique de premier ordre, explicable seulement en partie par le Dutch disease. []
  4. Pour un exemple de ce travers, voir cette brillante critique du dernier ouvrage de Fukuyama, d’où je tire l’expression. []
  5. Les auteurs précisant bien (p. 62), par ailleurs, que même sur l’aire économique la plus riche et la mieux étatisée du monde, les données statistiques exploitables restent lacunaires dans plusieurs pays, notamment mais pas seulement dans les anciennes républiques soviétiques. []
  6. Saviez-vous que les joueurs d’échec professionnels perdent plusieurs litres d’eau lors d’un match, dû à l’effort de concentration ? Au point d’avoir besoin d’un régime nutritionnel et sportif adapté. (Anecdote non tirée de l’ouvrage. []
  7. Un chercheur très connu en sociologie des sciences m’avait dit : « Marx sounds interesting but I do not have the time to look into it. » []
  8. Entre les commentaires pas cher et les textes gratuits de la Marxists Internet Archive, essayer Marx coûte moins cher qu’essayer une drogue hallucinogène, et la qualité du produit est garantie. Au passage, si vous cherchez un commentaire complet de Das Kapital, allez voir chez Cosma Shalizi. []
  9. L’ouvrage contient des passages lumineux (la synthèse des règles du jeu de la compétition électorale/politique, p. 88-89, par exemple), mais le style est souvent évasif (notes bibliographiques presque toujours abrégées et seulement partiellement listées en fin de texte : il faut les connaître avant la lecture), voire parfois cryptique, à coups de phrases-paragraphes blindées de guillemets et d’italiques, dans un vocabulaire (Gaxie-Bourdieu) trop érudit, à mon sens, pour la mission du texte. Sur ces points de forme, et j’en passe d’autres, la collection « Que sais-je ? » (PUF) fait moins bien le travail que « Repères » (La Découverte), collection dans laquelle le même auteur a aussi publié. []
  10. Voir aussi l’excellent quatre-pages du même auteur, « Cinq idées reçues sur l’immigration« , que je recommande aussi souvent que possible. []
  11. Et pour ceux qui ne le liront pas, ou pour ceux qui veulent compléter, l’auteur donne actuellement cours au Collège de France. []

Annals of Youtube Science 2(2): Les échantillons non probabilistes

Ce blog peine à sortir de sa torpeur éditoriale, et il s’est déjà écoulé six mois entre l’épisode 2(1), qui parlait lui aussi de sondages, et celui-ci. Plus d’activité à la rentrée, promis.

Le Pew Research Center (chaîne Youtube), déjà évoqué dans l’épisode 1(14) sur les échantillons aléatoires, vient de publier cette vidéo sur les échantillons non probabilistes, c’est-à-dire la vaste majorité des échantillons :

Les enquêtes dites « opt-in », menées sur des échantillons de volontaire via des plateformes Web, sont un exemple d’échantillon non probabiliste ; les enquêtes « par quotas » en sont un autre, très différent, mais dans les deux cas, les calculs des marges d’erreur, les « erreurs standard« , cessent d’être paramétriques – les erreurs standard cessent précisément d’être « standard »1.

Ce que montre la vidéo ci-dessus, c’est qu’il est tout à fait possible de s’engager dans un travail de collecte de données sur une base non probabiliste, puis de mettre en place la recherche méthodologique nécessaire pour chercher les erreurs non paramétriques à y apporter pour pouvoir en généraliser les résultats2.

C’est la seconde étape qui fait souvent défaut dans les sondages par quotas publiés par les instituts privés, ou dans leur utilisation pour assembler certaines enquêtes scientifiques comme l’European Values Survey (EVS). J’en ai déjà parlé à multiples reprises.

D’une certaine manière, la vogue actuelle pour les « big data » et la « data science » contourne quasi-complètement cet obstacle, en faisant reposer l’analyse sur des échantillons sciemment non représentatifs (les utilisateurs de Twitter, par exemple), et en travaillant sur « la totalité des données disponibles », bien qu’empiriquement, cette « totalité » reste dans la plupart des cas un… échantillon des données (Twitter, toujours).

  1. En économétrie ou en statistiques appliquées, on peut faire toute une carrière sur la correction de ce problème. Dans le reste des sciences sociales, on peut faire toute une carrière en ignorant – plus ou moins volontairement – ce problème. []
  2. L’inférence visera généralement la population générale, souvent adulte, et en science politique, encore plus souvent restreinte au corps électoral. On ne manquera toutefois pas de faire commencer le communiqué de presse par « Les Français ». []

Du Sidi Ferruch à l’Aquarius

(Un billet encore plus décousu que d’habitude.)

Il y a une semaine, une amie me racontait la « saga » de l’Aquarius. Ne lisant plus la presse française mis à part Le monde diplomatique1, je n’en avais pas entendu parler, sinon par un bref communiqué de la Ligue des Droits de l’Homme.

Comment en est-on arrivé à un tel degré d’absurdité et d’indignité ?

J’ai repensé à l’Aquarius en lisant ceci :

… en avril 1926, au moins une dizaine de « Nord-Africains » furent découverts morts étouffés dans les cales de deux bateaux. Il ne se serait pas agi d’un « drame » isolé, mais seuls des militants du secrétariat colonial de la CGTU dénoncèrent la répétition de ces événements : en décembre 1926, onze Algériens furent « sortis agonisants des soutes du Charley-le-Borgne à Port-Saint-Louis-du-Rhône ». […]

La citation est d’Emmanuel Blanchard, Histoire de l’immigration algérienne en France, 2018, p. 35-362, qui donne quelques autres exemples du même type.

J’ai repensé à la tragédie de l’Aquarius en lisant celle du Sidi Ferruch parce que, si le passé est censé fournir un manuel d’erreurs à éviter au présent, alors peut-être peut-on réduire une partie du problème de la réponse européenne à la crise migratoire à un problème de travail mémoriel insuffisant qui nous amènerait à répéter des décisions absurdes et indignes.

Cet argument me paraît toutefois bien faible : le Sidi Ferruch nous est collectivement inconnu, mais je doute que tout le monde, aussi bien chez les dirigeants que dans les populations européennes, ait oublié le sens d’expression « boat people », et si l’on en croit Patrick Kingsley3, les Grecs des îles se souviennent assez bien des migrations forcées de leurs parents en Asie mineure.

L’Europe est le sous-continent le mieux auto-documenté du monde : elle ne manque pas de connaissances sur son passé, de même qu’elle ne manque pas, dans ce passé, d’événements pertinents pour savoir comment (ne pas) se comporter aujourd’hui.

La même observation prévaut, à mon sens, si l’on considère l’offre en « boussoles morales » qui devraient servir à savoir comment (ne pas) se comporter : de ce point de vue, il y a tout ce qu’il faut dans les fameuses « racines chrétiennes » de l’Europe — par exemple, dans l’Évangile selon Saint-Matthieu, chap. 25, versets 35-40 en particulier.

Reste une autre option : considérer que ce que nous avons oublié est le prix à payer en cas de faute morale — ce qui reste très judéo-chrétien et qui ne fait, en conséquence, aucun tort aux « boussoles morales » précitées.

Réduisons l’existence de fautes morales à deux caractéristiques — celle de violer certaines valeurs, et celle d’être matériellement irréparable. Aucune réponse « logistique », rapide ou tardive, ne peut effacer une faute morale : Steiner en parle parfaitement dans In Bluebeard’s Castle, au sujet de l’Holocauste et de ses conséquences civilisationnelles4.

Les valeurs morales violées par Matteo Salvini ou Viktor Orbán sont évidentes, et l’on relève tout aussi facilement, moi le premier, les fautes morales de Donald Trump, jusqu’à la plus récente sur la séparation des familles à la frontière entre les États-Unis et le Mexique. Mais a-t-on vraiment déjà oublié qu’au moment de la photographie d’Alan Kurdi, on réalisait que nous, Européens, faisions difficilement mieux, voire pire, de notre côté, à « nos » frontières ? Et surtout, a-t-on fait mieux depuis ?

Je ne sais pas si l’Union européenne pourra jamais vraiment se remettre de la faute morale qu’elle commet depuis 2014 environ dans son attitude vis-à-vis de la crise migratoire : aucun des plans d’accueil offerts à l’Italie ne proposait d’absorber plus de 10% des arrivées, au nom d’un aléa moral qui a, dans les faits, détruit toute forme de solidarité réelle entre les États-membres.

Laisser dériver un bateau nous coûtera très cher. Je ne vois aucune manière d’effacer ce genre de faute morale en moins de trois-quatre générations, par un oubli aussi salutaire qu’hypocrite. Peut-être cela fait-il partie de l’ADN de l’Union européenne que de fonctionner de cette manière.

Mise à jour, 6 août — lu sur un blog de la London School of Economics :

As Trump was arriving in London, we were conducting fieldwork in the Aegean Islands’ Reception Centres (or hotspots) and reflecting on the emerging similarities. The double walled fences, composed of chain-linked fences and razor wire, are a clear signal of the militarisation of the space that is used to process and register new arrivals.[…]

Many hotspots lack adequate laundry provisions and the requisite hot water to wash clothing and linen leading to infestations. A lack of capacities (space and translators) means that new arrivals can sit, in wet clothing, for up to 24 hours waiting to be vetted and registered. We were also told stories of parents sleeping in shifts to keep rats out of tents so that they did not bite their children. […]

[…] Europe is not an innocent bystander, the defender of human rights. We, too, are complicit in the caging of migrants within our own borders, and we must build on the momentum of this current protest to challenge the policies that place adults and children alike behind razor wire.

  1. Au passage, le site Web du « Diplo » est un excellent complément à l’édition papier, avec notamment des lectures audio des articles. []
  2. L’ouvrage a quelques défauts (pas de cartes dans les premières pages ?), mais surtout beaucoup de qualités, dont une bibliographie étendue. []
  3. Je tenterai de reparler de l’ouvrage sous peu, ayant eu l’occasion de le dévorer lors d’un séjour scientifique de quelques jours à Vienne. []
  4. Steiner fait de l’Holocauste une sorte de point de non-retour civilisationnel qui va beaucoup plus loin que le malaise civilisationnel freudien ou que la « crise des savoirs » husserlienne. []

Trucs et astuces informatiques, version 2

À l’occasion de ma prochaine sortie de mon tunnel pédagogique semestriel, j’ai remis à jour les documents de « trucs et astuces informatiques » dont j’avais parlés en novembre dernier, et que je rédige en lien avec un module de « méthodes de travail numérique »1 dont l’intitulé, le contenu et le plan sont aussi en cours de révision.

La « version 2 » des documents, pour lesquels j’ai également rédigé un sommaire sur mon site Internet, se présente désormais en trois séries :

Et il me reste deux documents à rajouter à la dernière section :

  • 10 Tips for Handling Research Material
  • 10 Steps to Learn Statistical Computing

Les documents sont en anglais et sont rédigés dans un style un peu télégraphique, afin de rester succincts (le plus long fait cinq pages et demi). Celui sur la sécurité informatique s’appuie beaucoup sur les documents de Tech Solidarity, eux aussi succincts, et visant des audiences comparables.

À noter que si vous voulez en apprendre beaucoup, beaucoup plus sur la sécurité informatique, l’une des meilleures ressources que je connaisse est en langue française : le Guide d’autodéfense numérique (réactualisé en 2017) est un véritable bijou.

Quant au module pédagogique lui-même, qui va beaucoup changer par rapport à la toute première version de 2016, j’espère pouvoir recommencer à alimenter ce blog d’ici-peu, et en reparlerai certainement à ce moment.

L’un des changements les plus conséquents est qu’à force de lire Hacker News, notamment pour suivre les réactions à l’application du GDPR/RGPD et à l’acquisition de GitHub par Microsoft2, j’ai pu améliorer certains choix logiciels.

Ces choix restent contestables. Pour cela, vous avez un champ de commentaires ci-dessous, qui devrait désormais, me dit l’interface WordPress utilisée par Hypothèses, vous afficher une notice RGPD – bienvenue dans l’Union européenne !

  1. Rajout, 14 juillet : sur un autre blog Hypothèses, Caroline Muller discute le lien entre le numérique et la pratique et l’enseignement de l’histoire. []
  2. Acquisition prédite plusieurs semaines à l’avance par Christophe Lalanne à une terrasse de café proche de Saint-Michel. []