Stata était de passage à Paris

Je n’ai pas pu y assister, mais le premier French Stata Users Group Meeting s’est tenu hier à Sciences Po, à Paris.

Ce blog ne parle plus beaucoup de Stata, même si je continue, comme d’autres, à l’enseigner, et avec plaisir, car c’est un langage simple (au moins en surface ; sous le capot, en particulier lorsque l’on rentre dans Mata, c’est en réalité plus compliqué). L’installation est triviale, chaque ligne de code est une commande avec un résultat – généralement – visible à l’écran, et les étudiants arrivent à apprendre une cinquantaine de commandes assez rapidement, ce qui permet de couvrir beaucoup de sujets en un temps record. Cette facilité a un coût, et le langage est évidemment limité de plein de manières, la principale étant que Stata ne peut facilement manipuler qu’un seul objet.

Les présentations de Stata Paris 2017 montrent que le langage Stata est en pleine forme, avec de nombreux nouveaux packages publiés sur SSC, le serveur centralisé qui remplit la même fonction que CRAN et Bioconductor pour le langage R. À titre d’exemple, j’aperçois, dans les présentations, un package pour gérer le format SDMX –  équivalent R : package rsdmx ; voir aussi cette collection de connecteurs SDMX –, ainsi que de nouveaux estimateurs, qui renvoient à la base d’utilisateurs de Stata, composée principalement (à mon sens) d’économistes et d’économètres, puis d’épidémiologistes, de politistes et de sociologues, mais dans une moindre mesure.

Au passage : Stata 15 est pour bientôt sorti

Je remarque aussi, à l’occasion de ce billet, que StataCorp va bientôt sortir a sorti la version 15 de son langage/logiciel, dans laquelle on trouve vraiment plein de chouettes nouveautés, dont un nouveau préfixe bayes: qui fait exactement ce que vous pensez, et la possibilité de générer des documents HTML ou PDF avec Markdown + Stata.

Add. Merci à Alexis et Tristan pour la correction sur Stata 15, je laggue… !

AFSP 2017 à Montpellier

Dans un peu moins d’une semaine, du 10 au 12 juillet, l’Association Française de Science Politique (AFSP) tient son 14e Congrès à Montpellier.

J’y vais pour co-animer une section thématique, déjà mentionnée par deux fois, le mercredi matin : « Quantifier et qualifier l’activité parlementaire : données, méthodes, pratiques ». J’y vais aussi parce que j’aime bien l’idée d’un congrès réunissant toute une discipline (ou presque), ce qu’il est possible de réaliser à l’échelle d’une « petite » discipline comme la science politique française1.

Du coup, si vous lisez ce blog et que l’on ne se connaît pas, proposez-moi de prendre un café ou un Perrier à un moment du Congrès ! Mon numéro de téléphone portable est remarquablement bien caché sur la première page de mon CV scientifique.

Au passage, s’il se passe un truc incroyablement incroyable au Congrès de l’AFSP, j’en rendrai compte ci-dessous, mais bon, ne préparez pas le pop-corn.

Quelques réseaux de Congrès AFSP

Histoire de bien finir l’année universitaire, voici quelques réseaux de co-participation aux différents panels – conférences plénières, ateliers et modules en tous genres, et surtout sections thématiques – des Congrès AFSP, éditions 2009-2017, soit cinq éditions – une tous les deux ans.

Les données proviennent des indexes des participant(e)s à chaque Congrès AFSP sur la période observée. Il faut bien noter que les indexes listent les participant(e)s potentiel(le)s : en pratique, certain(e)s de ces participant(e)s ne seront pas venu(e)s au Congrès2.

Dans chacun des graphiques ci-dessous, les points gris désignent un panel du Congrès, les points bleus désignent les participant(e)s n’ayant participé qu’à un seul panel, et les points rouges désignent les participant(e)s « multi-positionnel(le)s » qui ont participé à plus d’un panel du Congrès. Enfin, l’intensité des liens renvoie à une pondération inverse qui accentue visuellement les participations à des panels avec peu de participant(e)s3.

Y a-t-il de plus en plus de congressistes multi-positionné(e)s – de degré 2+ dans ces graphes bipartis – au Congrès AFSP ? La réponse est non, malgré les opportunités offertes par l’augmentation du nombre de panels. De 2009 à 2017, le nombre de participant(e)s multi-positionné(e)s est stable aux alentours de 1 participant(e) sur 7 :

Congrès Panels Participant(e)s Ratio % degré 1 % degré 2+ C − 1
2009 60 725 12.0 83 17 3
2011 61 632 10.3 85 15 8
2013 78 862 11.0 85 15 8
2015 73 869 11.9 84 16 2
2017 80 780 9.75 85 15 7

Dans le tableau ci-dessus, la colonne « Ratio » donne le ratio participants / panels, qui est en baisse cette année : il devrait y avoir moins de participant(e)s à chaque panel, ce qui nous éloigne d’un Congrès jouant le rôle d’une « assemblée générale de la discipline en France », et nous rapproche d’une « General Conference » fortement panélisée (et donc fragmentée), façon ECPR.

Le nombre de composants isolés du graphe, noté « C − 1 » ci-dessus car l’on a seulement compté les composants non connectés au composant principal, correspond au nombre de panels dont aucun participant(e) n’a participé à aucun autre panel du Congrès. Ce chiffre est faible, mais il est sensible au type de panels : l’organisation de conférences plénières, par exemple, peut le faire varier selon la nature des invité(e)s.

Au final, quelle discipline sommes-nous ? Malgré l’impression que l’on peut avoir de « voir toujours les mêmes » dans ce type d’événement, il faut noter que sur presque 2 600 participant(e)s en 8 ans et 5 Congrès, seuls 734 apparaissent plus d’une fois : plus de 7 participant(e)s sur 10 n’ont participé qu’à un seul Congrès, tous panels confondus. Si la science politique est à l’image de ses Congrès, alors son entre-soi est très relatif4.

Le code et les données sont en ligne pour celles ou ceux qui se sentiraient d’en tirer quelque chose de plus substantiel. Quant à celles ou ceux qui voudront en apprendre plus sur la structure disciplinaire de la science politique en France, ils liront Pierre Favre, Marc Milet et Thibault Boncourt, ou le chapitre 2 du récent manuel d’Yves Surel.

Mise à jour, 28 juillet 2017 : j’ai beaucoup amélioré le code et les données du petit exercice décrit dans ce billet. Je garde les résultats ci-dessus en l’état, histoire d’archiver les résultats tels que publiés juste après le Congrès5

Les réseaux unipartites ci-dessous sont, quant à eux, basés sur les données révisées de la version 0.7. Les points bleus désignent les participant(e)s n’ayant participé qu’à une seule section thématique de l’édition du Congrès concernée ; les points rouges désignent quant à eux les participant(e)s « multi-positionné(e)s » sur plusieurs section thématiques. Les liens sont dirigés : ils vont des participant(e)s ayant organisé une section thématique vers les autres intervenant(e)s de cette section6.

  1. En attendant, la section que je co-anime est très internationalisée, avec un seul intervenant français sur cinq communications. C’est aussi la seule section avec le préfixe « quanti » dans son titre. []
  2. Pour cette raison, et parce que les données brutes ne suivent pas un format standard bien défini, les nombres de panels et de participant(e)s diffèrent très légèrement par rapport aux chiffres de l’AFSP. []
  3. Ce n’est pas le meilleur schéma de pondération possible : dans le graphe uniparti des participant(e)s, il faudrait utiliser autre chose, comme une pondération normalisée de type « Gross-Shalizi » (page 28). []
  4. Ces chiffres renvoient par ailleurs à l’image d’une discipline comptant moins de 1 000 personnes « à temps plein », mais avec une audience scientifique beaucoup plus large, comme en atteste le nombre d’inscrits à la liste de diffusion de l’ANCMSP. []
  5. Je m’aperçois au passage que les décomptes de participant(e)s affichés sur les réseaux bipartites ne sont pas bons, mais j’ai la flemme de tout refaire. []
  6. J’ai codé les organisateurs et les autres intervenants (discutants, « répondants », présidences de séance, etc.) de manière semi-programmatique, avec beaucoup de vérifications manuelles. []

Women Also Know Stuff, édition personnelle 2017/06

La suite de ce billet. Éditions précédentes : 2017/01, 2017/02, 2017/03, 2017/04, 2017/05. Cette série de billets fera sa première pause annuelle le mois prochain et redémarrera fin août.

  1. Laura Poitras, réalisatrice de The Oath et Citizenfour, sort son documentaire sur Julian Assange et WikiLeaks, Risk, cet été.

    Cette interview avec Vox donne plein de détails, et surtout m’apprend l’existence de son projet Field of Vision, qui contient toutes sortes de petites pépites cinématographiques, telles que The Moderators, sur les petites mains qui nettoient les réseaux sociaux, Relatively Free, sur Barrett Brown, ou Our New President, sur la tragicomique réception de Trump en Russie :

  2. Grace Hopper (1906-1992), « reine du code », a conçu le premier compilateur. Le langage qu’elle a largement contribué à développer, COBOL, reste le langage informatique le plus important pour l’industrie bancaire – ce qui commence d’ailleurs à poser problème.

  3. Lisa Mandel et Julie Pagis, qui suivent les élections avec des classes d’école primaire et de collège :

    La série précédente de dessins, réalisée avec Yasmine Bouagga, portait sur la « jungle » de Calais et sur les migrants réfugiés aux alentours ; elle se trouve à la même adresse, est tout aussi recommandable, et est récemment parue en album.

    Seul regret : aucun moyen – à ma connaissance — de facilement naviguer les archives de chaque série pour les lire dans l’ordre de parution.

  4. Elisabeth Moss et les autres actrices de la série The Handmaid’s Tale, basée sur le superbe roman dystopique de Margaret Atwood :

    Le compte-rendu qu’en a fait Emily Nussbaum dans le New Yorker est très bon, de même que le portrait d’Elisabeth Moss par Sarah Hughes dans The Observer.

  5. Samantha C. Tyner et Heike Hofmann, avec qui nous publions « Network Visualization with ggplot2«  dans The R Journal cette année, après un an ou presque de corrections au code.

    Comme je compte l’expliquer dans une note en anglais sur mon blog R lorsque l’article sera paru, Samantha C. Tyner a fait l’immense majorité du boulot, et l’intégralité du boulot sur les deux derniers rounds de révision : tous les honneurs lui reviennent donc.

  6. Dasha Rush, à nouveau, pour ce mix (parmi d’autres) :

  7. Gina Pollack, pour son documentaire sur les restrictions d’accès à l’avortement en Louisiane, diffusé dans l’excellente série Op-Docs du New York Times :

  8. Joni Lovenduski est la première femme à se voir décerner l’ECPR Lifetime Achievement Award, créé en 2005.

  9. J’ai complètement raté, à sa sortie, Mémoire vive, le livre de Sarah Gensburger sur le quartier du Bataclan après les attentats de 2015.

    Voir aussi cette émission de France Culture sur l’histoire des mémoires, où interviennent également Denis Peschanski et Christian Delage.

  10. Juste après l’élection d’Emmanuel Macron à la présidence de la République française, Pippa Norris cherchait à ramener tout le monde aux réalités du vote pour les partis populistes en Europe :

    So is the wave of populist nationalism finished? Hardly.

Mention spéciale pour la chanteuse iranienne Sahar Mohammadi, pour ce magnifique concert diffusé par France Musique, dans l’émission « Ocora Couleurs du monde » de Françoise Degeorges :

Annals of Youtube Science 1(11) : Sur la science des données

Numéro un peu spécial des Annals, car ce n’est pas une (ou plusieurs) conférences que je recommande ici, mais une série d’interviews, les « DataChats » de la plateforme de formation DataCamp (chaîne Youtube), qui propose des cours de Python et de R en ligne. Les entretiens sont réalisés avec certains des enseignants qui font le catalogue de cours de DataCamp, et qui est probablement l’un des meilleurs catalogues de cours en ligne pour se former en « science des données »1.

Voici le sixième épisode de la série, avec la statisticienne Jo Hardin, qui présente son cours sur le bootstrapping :

Je vous conseille vraiment toute la série d’entretiens (15-20 minutes chacun), dont voici les cinq premiers :

  1. Max Kuhn, le créateur du package R caret

  2. Garrett Grolemund, l’un des data scientists de RStudio, et le co-auteur, avec Hadley Wickham, de R for Data Science

  3. Charlotte Wickham, qui a un superbe CV d’enseignante en statistiques

  4. David Robinson, data scientist chez Stack Overflow, le site de programmation où quelqu’un a (presque) toujours une réponse à votre question (si elle est bien posée), et l’auteur d’un de mes packages R favoris, broom (brève présentation)

  5. Ron Pearson, qui donne un cours de visualisation de données avec R, et qui a tout un tas de concepts intéressants à partager (in-liers, disguised missing data), en plus d’une réflexion très intéressante sur le machine learning.

  1. Je n’ai évidemment aucune action chez DataCamp, mais j’aime beaucoup leur catalogue (sans rien avoir acheté chez eux), et j’apprécie d’autant plus qu’ils ont mis en ligne une version « light » de leur plateforme d’enseignement. []

Notes supplémentaires sur l’analyse de réseaux

J’ai récemment présenté mes recherches sur les réseaux de collaboration législative à Marseille, où j’ai aussi donné, grâce à Joël, une formation à l’analyse de réseaux.

Les slides de la première présentation, donnée au RUG Aix-Marseille, sont en ligne sur le site Internet de Datactivi.st, et sur Google Slides ; il s’agit d’une traduction de notes déjà présentées, et qui m’a permis de récolter plusieurs idées et commentaires très utiles pour améliorer mes recherches.

Quant aux slides de la formation en analyse de réseaux, qui m’a permis de rencontrer ou de revoir les amis du Centre pour l’édition électronique ouverte, sont ci-dessous, et aussi sur Google Slides.

La plupart des illustrations de ces slides proviennent de l’excellent manuel de Mark E. J. Newman sur les réseaux.

J’y mentionne aussi cette liste de ressources sur l’analyse de réseaux, dont j’ai fait la publicité ici et ailleurs, l’excellent tutoriel de visualisation de réseaux de Katherine Ognyanova (mentionné ici et ), un autre manuel de graph mining avec R, et évidemment, l’excellent guide à l’utilisation du package igraph, par Eric D. Kolaczyk et Gábor Csárdi.

Une nouvelle cartographie de la science politique française

Un très bref billet, car tout est dans le titre.

Ça se passe sur le site de Sciences Po, et c’est une réalisation d’équipe :

L’annuaire de centres de recherches en science politique affiche 61 résultats au total, c’est-à-dire exactement autant que l’annuaire constitué en 2010 par l’ANCMSP, qui avait aussi listé les écoles doctorales en science politique.

Les deux annuaires ont leurs défauts1, mais il faut bien comprendre une chose : ce type de cartographie est très difficile à réaliser et encore plus difficile à maintenir à jour, car les administrations centrales (ministères compétents et, pour les sciences sociales, le CNRS) tiennent des annuaires très approximatifs des unités de recherche. Ayant participé aux annuaires ANCMSP en 2010, j’espère que ça s’est amélioré depuis, mais j’en doute.

Addendum, 28 juin : Michaël Goudoux, de la bibliothèque de Sciences Po, m’amène à corriger l’un des éléments de mon billet. Extrait de son email :

Notre outil ne décompte pas « que » les titulaires. C’est cette donnée que nous avons retenue pour la visualisation sur la carte, mais dans les données de chaque centre, nous avons le personnel permanent, le personnel non-permanent, et le total. C’est justement pour faire apparaître le contraste entre permanents et non permanents que nous avons choisi cette unique variable sans distinction de statut (MCF, PR, CR, DR, etc…)

  1. L’annuaire ANCMSP n’est plus à jour, et celui de Sciences Po ne décompte que les titulaires… et (voir addendum) que les centres publics, ce qui fait que le mien n’y est pas. []

Les législatives britanniques 2017 en quelques mots

Quelques mots sur les législatives d’outre-Manche. Pour ce qui concerne les élections législatives françaises de 2017, qui commencent aujourd’hui, j’ai prévu de publier un billet le 13 juin et un autre le 21 juin.

L’élection générale britannique avait lieu jeudi dernier, et l’on pouvait suivre l’événement en direct depuis la London School of Economics (sauf mention contraire, les images de ce billet proviennent du stream) :

Le live valait son pesant de cacahuètes, avec beaucoup d’intervenants, et beaucoup d’humour, principalement au détriment de la campagne désastreuse de Theresa May (je vais y revenir). Les réactions de la salle étaient également amusantes. Extraits de mes notes au moment de l’annonce du premier exit poll :

[ BBC speaker: ] « …My giant touchscreen is being loaded with data… »
[ room bursts into laughter ]

[ BBC speaker: ] « Tories lead the vote… »
[ room softly saddens ]
[ BBC speaker: ] « …but are short of a majority. »
[ room literally explodes with joy ]

Un peu de contexte

La séquence électorale britannique de ces dernières années est impressionnante : referendum sur l’indépendance de l’Écosse en 2014, élection générale en 2015, referendum sur le « Brexit » en 2016, et élection générale cette année. Les marchés financiers, qui ont décroché depuis le « Brexit », risquent de ne pas bien accueillir non plus le résultat complexe (voir plus bas) de la semaine dernière, car ce résultat n’élimine pas la possibilité d’une autre élection générale avant 2022…

May avait promis de ne pas déclencher d’élection générale anticipée, puis finalement l’a fait, avec une avance de 20 points dans les sondages, qu’elle s’est appliquée à perdre au terme d’une période pré-électorale désastreuse pour son parti : May ne s’est pas présentée au débat télévisé, a remis le débat sur le fox hunting sur la table alors que la majorité des Britanniques n’en veut pas, et surtout, a dû défendre un programme qui ne prévoit aucune augmentation des salaires dans le secteur public et plusieurs régressions en matière de protection sociale, dont la désormais bien connue dementia tax.

Le Labour de Jeremy Corbyn a mené une campagne diamétralement inverse d’un point de vue stratégique : Corbyn s’est exposé au risque d’organiser des rassemblements de masse, a présenté un manifesto anti-austérité mais formulé dans des termes sociaux-démocrates raisonnables, et semble enfin avoir réussi à mettre une sourdine sur les accusations d’antisémitisme qui ont miné l’image de son parti l’an dernier.

La combinaison des deux campagnes semble pouvoir expliquer le revirement électoral spectaculaire mesuré par les sondages d’opinion entre l’annonce de l’élection et le vote – ce qui n’arrange pas nos affaires : il y a toute une littérature – à découvrir en partant de cet article – pour défendre l’idée que « les campagnes [électorales] ne comptent pas », ou peu, y compris au Royaume-Uni. À première vue, c’est exactement l’inverse qui s’est produit ici. Sincèrement, more research is needed!

Les résultats

Les résultats sont compliqués : les Conservateurs se retrouvent à nouveau en situation de devoir composer une coalition parlementaire – avec les unionistes irlandais ! – pour rester majoritaires à la Chambre des Communes1 ; le Scottish National Party perd sa dynamique électorale positive et régresse de 21 sièges ; et le Labour fait un très bon score de parti d’opposition, mais reste très loin d’être en mesure de revenir au gouvernement2.

Dans ce graphique de Martin Baxter, qui résume très bien à la fois la configuration électorale et les estimations des instituts de sondage, le score effectif de l’élection générale se situe dans la zone nord-ouest du cercle « low-pollsters« , à la frontière entre les zones « Con[servative] minority » et « Con[servative] majority » :

La diagonale située dans le cadran nord-est du graphique est importante, car elle trace la zone de « pure two-party vote« , où tous les partis hors « Tories » et Labour obtiennent 5% ou moins des suffrages. En 2010, mais surtout en 2015, Patrick Dunleavy (et d’autres) avaient annoncé la mort des lois de Duverger au Royaume-Uni ; les résultats de cette année confortent cette idée, vu que la coalition au pouvoir sera, à nouveau, et malgré le mode de scrutin, multi-partite3.

Ultime satisfaction

En traînant un peu sur Twitter pour y lire les excellentes notes de Martin Goodwin ou de Kiko Llaneras, je suis tombé sur la non moins excellente synthèse de Mathieu Gallard, et en particulier sur ce graphique, où l’on aperçoit, miracle, enfin, des intervalles de confiance (à ±4 points) dans une prévision électorale !

Il semble que les vives critiques adressées aux instituts de sondage britanniques suite à leur plantage complet de 2015 aient servi à quelque chose. C’est un stéréotype culturel que je tiens de mon séjour en Écosse : dans bien des domaines, les Britanniques sont meilleurs que « nous » lorsqu’il s’agit de publiquement reconnaître leurs failles pour tenter de les corriger.

Addendum #1 : pour le détail des résultats, je conseille cet autre fil Twitter de Mathieu Gallard, très en forme, et qui va certainement aussi faire du super boulot ce soir.

Addendum #2 : cette excellente analyse de Fabien Escalona se concentre sur le succès électoral du Labour de Corbyn. Fabien semble minorer certains des éléments internes au parti qui ont limité son audience électorale depuis 2015 : je pense tout particulièrement à la gestion par Corbyn des accusations d’antisémitisme. Mais hormis sur ce point, je souscris pleinement à son diagnostic, que j’aurais été bien incapable de formuler de manière aussi précise et aussi juste.

Addendum #3 : et un dernier lien vers ce billet de blog sur le two-party system, qui se porte plutôt bien en 2017 (au moins par rapport à 2015). Et cet autre billet vaut aussi le détour. Ah, et aussi ce billet, sur la prédiction réussie du modèle YouGov MRP.

Addendum #4 : et voici le briefing de la Chambre des Communes sur l’élection générale 2017 (via Mathieu Gallard), en espérant qu’un jour, la France pense à se doter d’un Parlement capable de produire des documents d’aussi bonne qualité…

  1. Comme le rappelle Henry Farrell dans le lien fourni au sujet du DUP, ce n’est pas la première fois que les conservateurs (anglais) font alliance avec les unionistes, et cela ne présage rien de bon pour l’application du « Brexit » en Irlande du Nord. []
  2. On peut spéculer sur la perspective de voir le maire de Londres, Sadiq Khan, dont l’image publique est excellente, se présenter pour le parti (néo-)travailliste dans les années qui viennent. []
  3. Certaines analyses parlent d’un retour au bipartisme en Angleterre – et d’un retour au quadripartisme en Écosse –, mais c’est un bipartisme perturbé : certes, les Liberal Democrats ne redeviennent pas un troisième « parti effectif » et les deux principaux partis passent au-dessus des 80% des suffrages, mais la répartition des sièges est suffisamment partagée entre eux pour n’en consacrer aucun sans l’aide de partis d’appui (même le Labour cherche des alliés dans l’opposition). []

Annals of Youtube Science 1(10) : Daech et terrorisme-suicide

Le tout premier volume des Annals of Youtube Science évoquait les recherches de Hertog et Gambetta, et aussi les recherches sur la mesure du terrorisme, et du terrorisme islamique en particulier.

À nouveau, voici un volume sur le terrorisme, vu d’une position un peu étrange : celle de Robert A. Pape, qu’il est difficile de présenter en peu de mots. Au risque de caricaturer, disons qu’il s’agit d’un spécialiste des relations internationales venant de l’école réaliste, et dont les recherches se concentrent, depuis un peu plus de quinze ans, sur les aspects stratégiques du terrorisme-suicide (et pas du terrorisme en général).

Si vous suivez ce blog depuis longtemps, vous avez déjà entendu parler de Robert A. Pape ici et . Je surveille périodiquement ses travaux parce qu’il y a toujours beaucoup, beaucoup de données derrière, ce qui permet de se rappeler des choses telles que cette chronologie des attentats-suicide en Irak, le tout premier datant que quelques mois avant l’invasion états-unienne de 2003 :

pape-1

Voici la conférence de Pape à l’Université d’Emory (chaîne Youtube), intitulée « The Strategic Logic of the Islamic State of Iraq and Syria« , dont provient la slide ci-dessus, et dans laquelle Pape évoque le terrorisme-suicide en général, avant de se concentrer sur le cas de « l’État islamique »1 :

Vu le sujet, la conférence date un peu (mars 2015), mais cette autre conférence, plus récente, à l’American Islamic College de Chicago (chaîne Youtube), montre que la conférence d’Emory contient l’essentiel de l’argument :

Que dit Robert Pape, après avoir passé des années à alimenter une très bonne base de données sur le terrorisme-suicide ?

  1. Que le terrorisme-suicide est un expédient qui crée, à faible coût, un ratio de victimes similaire à celui de l’emploi d’une section de soldats d’élites, avec tout un tas d’externalités positives pour les commanditaires, la première étant la persécution des populations associées à leur dogme religieux, cette persécution réduisant la probabilité que ces populations aident les autorités à contrecarrer les actions futures des commanditaires.
  2. Que les motivations du terrorisme-suicide, mais on le savait depuis longtemps (au moins au Sri Lanka), ne découlent pas du fondamentalisme religieux2. En revanche, dans une vaste majorité de cas qui couvre aussi les situations de terrorisme-suicide où les adversaires ne sont pas occidentaux et/ou islamistes, la présence militaire étrangère est une motivation essentielle.
  3. Que l’envoi de troupes occidentales en Syrie et en Irak serait une erreur stratégique majeure. Et n’allez pas penser que personne n’y songe : c’est faux. Pape recommande une autre stratégie, qui consiste, en gros, à donner aux populations du Levant de quoi relancer leur développement agricole, en espérant que cela génère un nouveau « soulèvement d’Anbar » à grande échelle.

Le dernier argument est résumé sur cette slide de la conférence d’Emory (que j’insère ici en format « basse résolution », mais la conférence est accessible en haute définition)  :

pape-2

Terminons par citer la chaîne Youtube du CPOST, le centre de recherches dirigé par Pape à l’Université de Chicago.

Également sur l’État islamique

On trouve désormais des dizaines de conférences sur le thème de l’État islamique, de ses origines, de sa structure interne, de ses dynamiques de recrutement, de son fonctionnement, et aussi, de plus en plus, de sa future disparition, et de l’avenir géostratégique de la région qu’il a littéralement dévastée, dans à peu près tous les sens du terme.

Je me souviens avoir lu avec intérêt, il y a deux ans, un papier de Cole Bunzel, From Paper State to Caliphate: The Ideology of the Islamic State. L’originalité du papier tient à ce qu’il repose sur un examen approfondi des sources écrites et orales de l’État islamique, qui sont pléthoriques, et dont les premières remontent à 2006.

Voici une table-ronde de la Brookings Institution (chaîne Youtube), organisée en 2015, et dans laquelle Cole Bunzel intervient brièvement (l’autre intervenant présentant pour sa part une recherche sur l’utilisation de Twitter par l’État islamique) :

Et en complément, voici une table-ronde au sujet plus vaste, intitulée « Iran, ISIS, and the Future of Gulf Security », et organisée en 2015 par la New York University School of Law (chaîne Youtube) :

  1. Je mets les guillemets pour indiquer que je suis (vaguement) au courant des controverses sur la dénomination du groupe. []
  2. Voir, à nouveau, l’allocution de Scott Atran citée dans plusieurs billets de ce blog. []

Élections législatives 2017, données de survie

Les élections législatives 2017 commencent ce dimanche : voici ma liste de liste de liens utiles, que je tenterai de compléter au cours des prochaines semaines.

Champ de bataille

Le site Contexte a publié une carte interactive super bien fichue qui réunit à peu près tout ce qu’il faut dans une même interface. Le résultat est très satisfaisant, et je ne dis pas ça seulement parce que je connais quelques-uns des concepteurs.

Investitures

La presse parle d’un record historique de candidats pour ces élections – ce qui n’a rien de surprenant (addendum : finalement, il y a moins de candidats qu’en 2002 ; voir aussi ce billet), et qui fournit un spectacle plus ou moins drôle à découvrir chaque semaine dans les premières pages du Canard enchaîné.

En attendant la programmation du match de boxe Mélenchon/Mennucci dans la 4e circonscription des Bouches-du-Rhône, voici quelques liens intéressants :

Projections

  • Le premier fichier dont vous aurez besoin ici est celui des résultats des élections législatives de 2012, qu’il faudrait corriger à la marge pour tenir compte des quelques élections partielles de la période 2012-2017.

  • Si vous envisagez de projeter les résultats du premier tour de la présidentielle sur les circonscriptions des législatives, ne vous embêtez pas, Le Monde l’a déjà fait. Je ne connais pas le degré de fiabilité (par exemple, le taux de prédiction des triangulaires) des projections similaires pour les élections précédentes.

  • Côté enquêtes/sondages, la projection « Ipsos/Cevipof/Le Monde » de fin mai a été bien commentée sur Twitter par Mathieu Gallard. Je n’en retiens que l’avance spectaculaire des candidat(e)s de la majorité présidentielle sur toutes les autres formations politiques :

  • Anthony Veyssiere a réalisé un calculateur de projections électorales assez complet, avec plusieurs scenarios électoraux possibles. Comme la projection précédente, celle-ci prévoit un grand nombre de triangulaires au second tour, un score magistral pour le président et un score crépusculaire pour le Parti socialiste, mais aussi, euh, pour tous les partis de la future opposition :1

  • Le superbe cartogramme législatif de Philippe Rivière et François Sermier vous attend sur le site Internet de Bastamag.

  • Cet article de Léopold Mebazaa montre comment certains partis – de droite ou d’extrême-droite – sanctionnent doublement les femmes au moment des élections législatives : (1) en en investissant moins comme candidates à l’élection, et (2) en les investissant dans des circonscriptions moins gagnables.

Analogie

Une idée, pour terminer, que je partage parce que je n’arrive pas à me la sortir de la tête : je pense qu’Emmanuel Macron va faire un score à la Berlusconi avec un mouvement politique à la Monti.

Le « score à la Berlusconi » est une référence aux élections législatives italiennes de 1994, et le « mouvement politique à la Monti » est une référence à Scelta Civica. Christophe Bouillaud a filé l’analogie un peu plus loin, et je pense qu’elle est très juste, même s’il faut bien noter la différence majeure de mode de scrutin2.

  1. De même que pour les deux projections précédentes, je n’ai aucune idée de la fiabilité du modèle au vu des résultats des élections passées. []
  2. Une autre différence notable tient évidemment aux enjeux internationaux : le grand chelem électoral de 2017 est important parce qu’il va sélectionner l’équipe de dirigeants qui pilotera le Brexit, la politique étrangère de Donald J. Trump, et l’élimination de Daech. C’est pas gagné. []

Journée d’étude « réseaux » à Lille, jeudi 8 juin 2017

Jeudi 8 juin à Lille, nous organisons, avec Sylvain Mignot et Fabien Éloire, une journée d’étude qui vise à fédérer les chercheurs en sciences humaines et sociales intéressés par l’analyse de réseaux.

Le programme (anglais, français) est en ligne, et les inscriptions se font avec ce formulaire, ou auprès de moi par email, comme indiqué dans l’affiche. Attention, les places sont limitées, donc inscrivez-vous vite si vous souhaitez venir !

La journée est co-financée par le Groupement de recherche Analyse de réseaux en sciences humaines et sociales (GDR AR-SHS), à qui nous enverrons un compte-rendu de la journée pour publication sur son blog.

L’un des objectifs à moyen terme de cette journée est de monter un collectif de recherche en analyse de réseaux sur Lille, puis de connecter ce collectif à des équipes de recherche idoines dans la région, à Paris ou en Belgique.

Si le projet vous intéresse, idem, écrivez-moi !

La même annonce est disponible sur le site Internet d’ESPOL, qui co-finance et co-organise l’événement avec quelques autres unités de recherche basées à Lille – l’Anthropo-Lab, la FGES et le CLERSÉ.