Petites choses pour les vacances

Le ‘bistro ferme quelques temps pour aller prendre l’air loin du zinc.

Je vous laisse avec autant de petites choses que je prends de jours de vacances :

  • Du côté d’ArchiPolis : « La banque d’enquête qualitatives en sciences sociale beQuali vient de mettre à disposition des chercheurs une nouvelle enquête, dirigée par la sociologue et Directrice de recherche CNRS Agnès van Zanten ». Lecture du document de support très fortement recommandée, car très instructive sur la structure d’un corpus qualitatif.

    Rajout, 29 décembre 2016 : la Revue d’anthropologie des connaissances vient de publier un article détaillant la manière dont la banque d’enquêtes beQuali a été élaborée, et les tensions auxquelles elle a dû faire face.

  • Du côté de Freakonometrics, « Données et santé : valeurs, acteurs et enjeux« , un billet d’Arthur Charpentier et Raphaël Suire sur un thème qui m’est cher, même si je n’ai pas pris le temps de plonger en profondeur dans la base Transparence-Santé, par exemple.

  • Sur un thème tangent, « How to Count Our Dead« , une enquête sur la façon dont les acteurs de terrain cherchent à compter les morts violentes (qui signifie ici : de causes criminelles) au Venezuela. On y retrouve absolument tous les enjeux de la sociologie de la quantification, et en particulier la compétition pour « l’autorité numéraire » qui existe entre les acteurs situés à différents niveaux de gouvernement.

  • Toujours sur un thème tangent, cet article de Moritz Hunsmann : « Le ‘plaidoyer fondé sur des preuves’ dans l’action sanitaire internationale« , texte glissé dans un numéro spécial de la Revue d’anthropologie des connaissances, « Mesurer et standardiser : les technologies politiques du gouvernement de l’Afrique ».

  • À lire sur La vie des idées, cet entretien sur « la possibilité des révolutions », qui passe en revue les questions que se posent la sociologie politique autour des révolutions sociales et politiques récentes, dans le monde arabophone mais pas seulement, et où il est à nouveau question d’Ivan Ermakoff, que j’évoquais ici il y a peu.

  • Chez Daniel Little, qui reste le meilleur blogueur de sciences sociales dans mon panthéon personnel, ce texte instructif sur un auteur que je n’aurai jamais le temps de lire autant que je le souhaiterais : « Karl Polanyi as a critical realist?« .

  • Bon, vous avez certainement déjà avalé votre dose de Brexit au cours des dernières semaines, y compris sur ce blog, mais il est toujours intéressant de se pencher sur ce qu’en pense Simon Hix, qui voit les choses de manière –à mon sens– très réaliste sur ce à quoi pourrait ressembler la relation « EU-UK » à moyen terme. Rien ne sera plus comme avant, mais tout peut s’arranger, mais cela demandera beaucoup, beaucoup d’efforts au Royaume-Uni—ou ce qu’il en restera.

  • Et d’ailleurs, avant que l’on oublie rapidement le vote du Brexit lui-même, s’il ne fallait lire qu’un seul post-mortem sur les modèles qui cherchaient à prédire le vote, je propose de lire celui-ci, de Ron Johnston, Kelvyn Jones et David Manley, qui ont pris le temps de regarder la géographie des résidus du modèle et de chercher à les interpréter (soit 50% de ce que je conçois comme un bon travail de modélisation).

  • Tiens, et si à la manière d’Yves Surel, je glissais discrètement un clip vidéo dans ces petites choses ? J’ai plusieurs candidats en tête : celui de « Yung Rapunxel« , d’Azealia Banks, mais il est un peu foutraque ; celui de Mayhem pour « Watchers« , mais il ne plaira qu’aux fans de black metal ; celui de Romain Gavras pour « Gosh », de Jamie xx… mais non, il faut que ce soit The Egyptian Lover, « I Cry (Night After Night)« , car c’est les vacances :

  • Tiens, tant qu’on est au rayon musical, s’il fallait recommander quelques albums de cette première moitié d’année, je dirais : le dernier Death in Vegas, Transmission, qui ressemble comme deux gouttes d’eau à du Throbbing Gristle ; quelques morceaux d’Under the Sun, de Mark Pritchard ; Ignition Of The Sun, de Synthi A (un avatar de The Future Sound of London) ; mais surtout Tilt, de Joce Mienniel, que l’on peut écouter en live sur Fip Radio grâce sa nomination aux Victoires du Jazz. Le dernier Avishai Cohen, Into the Silence, est aussi très bien.

  • Vous reprendrez bien encore un peu de Brexit ? “Voting on the British Psyche” n’est probablement pas l’intervention la plus pertinente de Mark Blyth, mais cela me permet de recommander le podcast « On The Media« , de WNYC Studios, qui sort tous les vendredis.

  • Pour les nerds qui aiment la programmation statistique et le Web, il y a le XML, et pour le XML avec R, il y a xml2, désormais en version 1.0.0.

  • Anecdote triste : alors que je dirige une séance de stage-recherche avec quatre étudiants de Licence 3, je glisse discrètement la musique du générique de Magnum P.I. dans la playlist que nous écoutions en travaillant. Aucun étudiant ne reconnaît la musique.

  • On continue dans les digressions personnelles sans intérêt—ça sent vraiment les vacances… À la façon d’un ami sur Facebook, cinq choses auxquelles je n’ai toujours pas pris le temps de m’intéresser depuis bientôt 33 ans : (1) Nietzsche, (2) BitCoin, (3) la cuisine, (4) les ordres de grandeur exprimés en kilowatts (5) mon sac de voyage pour dans 48 heures.

  • Toujours pour les nerds : l’IDE Beaker qui permet d’appliquer la logique des notebooks de Python à tout plein de langages, dont R et JavaScript. Recommandé par le très vénérable Moses Boudourides lors d’une pause-café à l’EUSN 2016 (allez apprendre un peu de Python sur son compte GitHub si vous avez le temps, c’est toujours ça de pris).

  • « Who Rules? » Un entretien avec David Estlund, que je n’avais plus lu depuis plusieurs années, mais qui reste un des philosophes politiques qui m’intéresse le plus (voir, par exemple, « On Following Orders in an Unjust War« ).

  • Et un dernier lien vers un blog de la plateforme Hypothèses : « Contribuer à l’histoire de l’Algérie indépendante depuis les États-Unis ? Le mythe de l’archive« , un récit qui va très vite se retrouver dans mes conseils de lectures pour les travaux dirigés d’épistémologie et de méthodologie des sciences sociales.

  • À bientôt Paris, Lille, et le ‘Bistro—bonnes vacances tout le monde !

Théorie politique, rattrapage de fin de semestre

Je ne lis pas beaucoup de théorie politique, mais je suppose que n’importe quel chercheur en science politique se tient au courant sur au moins trois questions :

  1. Quelles sont les institutions à même de mieux capturer l’esprit des principes du gouvernement représentatif ?1
  2. Faut-il que la connaissance et/ou l’intellect joue un rôle dans la question 1 ?
  3. Quelles théories de la justice peut-on défendre au-delà du bon gouvernement ?

Pour simplifier, je propose de décomposer la littérature en deux questions et trois sous-questions, et j’évacue les classiques (Downs, Simon, Rawls, etc.).

Q1 nécessite de combiner deux pans de la littérature : celle sur le design institutionnel (Q1.1), et celle sur la rationalité de l’électeur (Q1.2). À quoi bon donner des institutions intelligentes à des électeurs idiots ? Ou faut-il justement écrire les institutions en prévision de la stupidité de l’électeur, avec l’objectif de la rectifier ? Une fois que l’on s’est mis d’accord sur la rationalité de l’électeur, qu’en déduit-on sur le rôle donné à l’expertise dans la pratique du bon gouvernement (Q1.3, qui reprend Q2) ?

J’ai d’immenses manques sur Q1.1 mais je suppose qu’on peut trouver de bons textes sur la question chez Adam Przeworski, bien que ce ne soit pas l’entrée la plus évidente dans cette littérature. Dans les propositions les plus récentes, il y a le livre, que je n’ai pas lu, de John Gerring et Strom Thacker, qui plaide pour des institutions centripètes : État centralisé doté d’un régime parlementaire à représentation proportionnelle. Je laisse ça aux spécialistes des régimes et des élections, et je ne doute pas que l’on puisse encore écrire des choses intéressantes sur le sujet.

Q1.2 m’intéresse un plus parce que j’ai l’impression, contrairement à Q1.1, que les arguments contemporains sont en régression par rapport aux classiques—autrement dit, que les arguments de Bryan Caplan sont plus idiots que trois lignes chez Montesquieu ou John Stuart Mill. Je ne suis pas le seul à le penser, et un échange récent sur les libertarians ne donne pas envie de changer de camp, surtout qu’il y a d’excellents travaux récents sur la rationalité du vote2. Les théories post-Nozick semblent plus bêtes que l’originale, ce qui est d’autant plus flagrant au vu de l’excellente entreprise de démolition du rational choice par Gintis, Bowles et par tous ceux qui veulent faire de la modélisation microéconomique assise sur des bases empiriques solides3.

Q1.3 est très importante pour l’analyse des politiques publiques, parce qu’elle touche à la place de l’expertise dans les processus de décision. David Estlund a été lu et commenté, et je conseille volontiers à quiconque de passer une heure à lire ce que son epistocracy signifie en pratique. Il faudrait aussi se pencher sur les principes régissant la démocratie directe ou délibérative, mais je n’ai rien vu de récent chez James Bohman.

La seconde question, Q2, sur les principes de justice sociale, est très frustrante, parce que j’aimerais la voir inscrite dans la littérature française, mais trouve les approches de Jean-Fabien Spitz ou Alain Supiot trop restrictives. Écrire une théorie de la justice sociale dans le travail, pour le second, ou citer principalement Philip Pettit sur l’égalité, pour le premier, me paraît étrange. Où sont les discussions du dernier livre d’Amartya Sen ? S’il est peut-être trop récent pour avoir été digéré dans l’Hexagone, qu’en est-il de celui de Gerry Cohen ? (À sa décharge, Spitz parle de Cohen mais seulement en l’intégrant dans le courant plus large du luck egalitarianism—choix étrange : je ne critiquerais pas Roemer et Cohen ensemble, pour plusieurs raisons. Mais son objectif semble d’être la politisation des théories de l’égalité, en utilisant un clivage gauche-droite moyennement convaincant sur des auteurs anglo-américains.)

De cette courte revue de la littérature, je retiens surtout le dernier livre d’Amartya Sen, et son analyse en cours. J’ai la chance d’étudier un domaine où Q2 est tout à fait d’actualité, mais je suis un peu gêné de ne pas trouver une excuse pour lire Estlund ou Bohman. Voici en tout cas un échantillon des noms qui me trottent dans la tête quand je pense à ce qui appartient à la philosophie politique et morale (ou à l’éthique), et qui traînent aussi dans mes lectures.

  1. Le terme « capturer » est un anglicisme qui me semble suffisamment à propos dans le cas présent. []
  2. Ce qui n’est pas la même chose que de rendre l’électeur rationnel. []
  3. Insérer aussi ici un argument trop bref sur les travaux liés aux origines génétiques des comportements []

Les principes de justice sociale dans un film d’horreur

Tous les films de la série Saw mettent en scène des jeux particulièrement cruels, où un candidat involontaire doit effectuer des choix impliquant des sacrifices assez atroces (souffrance auto-infligée, mort douloureuse pour une des deux parties du jeu, et ainsi de suite). Les jeux sont systématiquement paramétrés de manière à ce que le spectateur effectue lui aussi des choix, conscients ou pas, sur des critères rationnels ou pas. Il ne s’agit jamais de choix de Sophie, où le candidat serait contraint de faire un choix alors qu’aucun calcul ne peut produire de choix acceptable1.

Les éléments du dernier film en salle, Saw VI, recoupe le contexte politique actuel aux États-Unis : l’un des personnages principaux travaille pour une compagnie d’assurance-maladie. Une scène le montre en train de refuser un traitement de pointe à un patient sous prétexte qu’il ne remplit pas les critères permettant à l’assurance de se préserver une forte marge de profit. La plupart des systèmes de soins font réaliser ces calculs à des agences indépendantes, dont les calculs utilisent des données basées sur des budgets publics et des résultats médicaux, mais dans le cas des États-Unis, ce calcul est laissé aux acteurs privés, dont les choix reflètent des préférences plus proches de celles d’un marché ; en conséquence, les mécanismes assurantiels s’y appliquent radicalement2. Le film montre un de ces mécanismes, sa réception par le patient (qui ressent une injustice), et toute une suite de développements assez malsains de sa part3.

Le film a retenu mon attention parce qu’un des candidats dans ces jeux macabres est un fumeur, et que les principes de justice sociale peuvent s’appliquer à ce cas précis : faut-il responsabiliser les fumeurs en leur retirant la possibilité d’accéder à des soins qu’ils auraient pu éviter en cessant de fumer ? Plus concrètement, faut-il accepter de financer les dépenses de santé des fumeurs, ou faut-il les “responsabiliser” en refusant de financer les traitements pour des cancers du poumon ? Il y a plusieurs manières de poser cette question4. John E. Roemer a étudié cette question d’un point de vue égalitariste, notamment ici, et là, page 182-sq..

Il s’agit de questions sur lesquelles je ne dispose pas d’une expertise suffisante pour m’exprimer plus avant (les mécanismes économiques de l’assurance, le tabagisme et le carcinome du poumon, et les principes de justice sociale), mais si les films Saw (et en particulier le dernier) vous ont mis la puce à l’oreille, voilà trois directions possibles pour un peu de lecture thématique. Les économistes du coin auront peut-être quelques notes là-dessus (mots-clé : aléa moral, assurance, tabagisme, allocation, justice distributive).

  1. Le choix de Sophie vient d’un roman de William Styron, où une autorité insurmontable (un médecin officier nazi dans un camp de concentration) demande à une mère de choisir de sauver un seul de ses deux enfants, sans possibilité de sacrifice personnel. []
  2. Je ne rentre pas dans le détail, il faudrait laisser ça à un économiste ; fort heureusement, le petit bouquin de Pierre-Yves Geoffard explique tout cela très bien. []
  3. Concrètement, le film est fondé sur un modèle de justice “rétaliative”, pour faire un anglicisme : l’anti-héros principal place des individus opérant des choix qu’il perçoit comme injuste (ici, un choix capitaliste) dans une situation de choix plus juste selon ses propres critères, pour leur révéler leur propre erreur. Tout ceci est assez tordu, mais l’on peut quand même s’en servir pour réfléchir aux principes de justice. []
  4. Et la plupart évacuent des dizaines de paramètres : l’information des fumeurs sur leur pratique et ses risques pour la santé ; le lien précis entre un “style de vie”, le tabagisme, et une pathologie, le carcinome du poumon ; etc. []

Voile d’ignorance

(Contrairement à ce qu’indique le titre, cette note ne porte pas sur les élections européennes. En revanche, en conformité avec le modèle canonique d’alimentation d’un blog, cette note est presque égocentrique à un degré quasi-géométrique.

Si ça ne vous intéresse pas, je vous conseille en remplacement la superbe petite collection de petits livres “Concepts…” par McGraw-Hill/Open University Press, et notamment : Social Structure, par Jose Lopez et John Scott, Power par Keith Dowding, Interest par Richard Swedberg et Bureaucracy par David Beetham.)

Je n’ai presque aucune curiosité pour la théorie politique. Toutes mes références sont regroupées dans une base BibDesk, ce qui me permet de vérifier cela très rapidement : mon mot-clé pour la théorie politique est s/political philosophy (s/ indiquant que le mot-clé est un sous-domaine d’étude de la science politique), et une recherche ne me renvoie que quelques références :

  • Des travaux d’Amartya Sen sur l’égalité, et d’autres textes utiles pour comprendre ce qui est fondamentalement injuste au sujet des inégalités de santé ;
  • Quelques manuels standard destinés à me sauver en cas de question-piège, comme celui de Pierre Manent (Cours familier de philosophie politique, Gallimard, 2001) ;
  • Et une série de textes sur la justice distributive, que je cultive à l’état de vieille lubie parfois utile (voir le premier point sur les inégalités de santé).

En fouillant bien, j’ai aussi pas mal de textes sur la théorie de la propriété intellectuelle, plus quelques classiques.

Mais aujourd’hui, je suis tombé sur quelques références de théorie politique que je vais essayer de feuilleter :

  • John Roemer (qui n’a pas publié sur le marxisme analytique depuis 17 ans, ce qui me fait dire qu’il s’est arrêté à peu près lorsque le mur de Berlin est tombé) a écrit un texte où il avance que le voile d’ignorance contredit certains principes égalitaristes1.
  • Le Journal of Power a quelques textes très intéressants : Steven Lukes, Keith Dowding, Norbert Elias, Mark Haugaard… Hélas, je ne trouve aucun accès en ligne, la revue est récente et les bibliothèques n’ont pas encore d’abonnement (le 1.1 est gratuit, ceci dit).
  1. Je suis tombé dessus en cherchant ceci, du même : « Equality of opportunity for health: The case of smoking and lung cancer » in Freedom in Economics (Laslier, Fleurbaey, Gravel et Trannoy). []

La revue “Pouvoirs” en accès libre : une petite révolution et une excellente initiative

Ce blog sort exceptionnellement de sa torpeur pour souligner une petite révolution dans l’univers de la science politique française : la revue Pouvoirs est à présent accessible en ligne, en accès libre qui plus est.

Toutes nos félicitations à la direction de la revue et à son éditeur pour cette initiative, qui est à la fois révolutionnaire et excellente:

  • Révolutionnaire, car les éditeurs français ne sont pas à la pointe de la mise en ligne de leurs revues scientifiques ; la recherche française ne se distingue pas non plus en matière d’open-access. La revue Pouvoirs, éditée par le Seuil, était encore récemment à peine visible en ligne (il fallait passer par les services de documentation des Institut d’Études Politiques pour obtenir leurs tables des matières !). Certaines revues végètent toujours dans cet état ; Pouvoirs en est sortie avec brio et éclat.
  • Excellente, tout d’abord parce que Pouvoirs est une excellente revue, à la jonction entre recherches en science politique et études du régime politique. Excellente aussi pour le choix du full-text accessible gratuitement pour les anciens numéros. Ce choix est juste, au titre de la démocratisation des résultats de la recherche ; ce choix est intelligent, car la revue sera indexée dans les moteurs de recherche ; ce choix est judicieux, car les articles seront plus lus, plus cités, plus discutés. Bravo ! 

Je ne crains pas d’exhumer ce blog dans un accès de joie et sans excès d’enthousiasme. En juin, ma conclusion soulignait que la science politique française est une discipline “discrète” à plusieurs points de vue. L’initiative de la revue Pouvoirs contredit totalement cet état des lieux (sans invalider, à mon sens, mon observation, qui vaut toujours pour le reste de la discipline).

Félicitations encore, et bonne lecture ! À 3 euros l’article et 18 euros le numéro, je conseille les récents numéros “Serviteurs de l’État” et “Démocratie sous contrôle médiatique”, et le dernier, évidemment, sur la Ve République. Dans les numéros en accès libre, on trouvera d’excellents numéros sur le gouvernement de la France, l’État-providence, le pouvoir médical ou les groupes d’intérêt.

Dans le contexte actuel, je conseille tout particulièrement les chroniques de John Keeler sur la présidence Clinton, dont on souhaiterait tellement lire des équivalents dans des revues comme la Revue française de science politique ou des magazines en ligne comme nonfiction.fr.

Sur le régime politique chinois

Cette recension vient en soutien à Josep Colomer, dont l’excellent blog vient d’être censuré par les autorités chinoises. Le fichier qui suit est un copié-collé de trois de ses textes récents [1,2,3], réalisé avec son accord, et diffusé via ce blog afin de contourner l’interdiction chinoise. Les textes concernent la nature du régime politique chinois et ses changements concevables.

Télécharger : colomer.pdf [13 pages]

Cette recension est peu de choses – l’hébergeur de ce blog a déjà eu maille avec les autorités chinoises, et la diffusion du fichier en Chine restera limitée en toutes circonstances. Cette recension nous éloigne aussi de la science politique française. Mais je tenais à faire passer l’idée, en creux, qu’il manque une démarche revendicative et internationaliste au sein de la discipline.

Mise à jour : on m’apprend de source sûre que ce blog était déjà censuré en Chine. Il faudra donc compter sur les voyages présidentiels pour faire connaître la science politique française en Chine. 

Deux modèles collaboratifs pour la rédaction de normes en démocratie

Pour cette première recension en théorie politique, un papier du très bilingue Institut Jean Nicod, un laboratoire interdisciplinaire à l’interface entre sciences humaines, sciences sociales et sciences cognitives qui possède sa propre archive, très dynamique, de dépôt de publications en ligne.

R. Casati, G. Roncaglia, The anatomy of a collaborative writing tool for public participation in democracy :

Two approaches to online collaborative writing for the formulation of norms (laws, bills) are discussed: a Wikipedia-like approach and a structured approach. [ijn_00184564]