Annals of Youtube Science 1(5) : Brexit means… ?

Bon, maintenant que le gouvernement a les mains libres pour déclencher le fameux « Article 50 TEU » et a annonce son intention de le faire très prochainement, il est grand temps de faire un petit topo « Brexit ».

Ce billet a été rédigé longtemps à l’avance ; si vous voulez lire des prévisions plus récentes sur le « Brexit », voici un scenario pessimiste, et un scenario optimiste.

Je ne sais pas vraiment qui croire, mais tends clairement vers l’option pessimiste : à mon sens, la Grande-Bretagne vient de signer pour au moins deux décennies de stagflation, avec de graves conséquences sur la mobilité sociale et à terme, quand les flux migratoires s’ajusteront à la nouvelle donne, sur la démographie.

En attendant, voici, à nouveau, une conférence de la chaîne Youtube du Robert Schuman Centre for Advanced Studies, qui a organisé, début novembre 2016, un « atelier Brexit ».

Ci-dessous la première partie de l’atelier :

La toute première intervention, de John Curtice, contient un florilège de graphiques résumant ce que l’on sait des attitudes des Britanniques vis-à-vis de l’Union européenne. Sur le quatrième graphique ci-dessous, par exemple, on voit clairement ce que John Curtice présente comme la réaction du public britannique aux sanctions européennes prises lors de la « crise de la vache folle » :

conf-curtice-1

conf-curtice-2

conf-curtice-3

conf-curtice-4

conf-curtice-5

La suite des vidéos de l’atelier/conférence :

Et sur le même sujet, le même centre de recherches a aussi organisé cette conférence, déjà mentionnée dans l’un de mes nombreux billets sur le Brexit.

Lectures recommandées

Une lecture supplémentaire de plus sur le Brexit : « Disunited Kingdom« , par le toujours excellent Henry Farrell, citant le toujours excellent Peter Mair. Pour une thèse similaire, voir, du même auteur (Farrell) : « This book explains why Jeremy Corbyn now leads Labour. Its author died in 2011« .

Quelques mots, désormais, pour attester du lien entre le « Brexit » et la situation actuelle du Labour sous la direction de Jeremy Corbyn. En fouillant les archives du blog, je réalise que je n’ai pas écrit de billet sur Corbyn—probablement parce que le personnage m’est sympathique, mais que je considère son élection comme une catastrophe politique, puisqu’elle signifie, à mes yeux, que les conservateurs gouvernent désormais la Grande-Bretagne sans opposition effective.

Quand Corbyn a été élu a la tête du parti travailliste, je me souviens avoir lu d’autres réactions très négatives à son élection—celle de Josep Colomer, par exemple, qui notait qu’un pourcentage infime d’électeurs travaillistes avait, de facto, voté pour lui à la primaire du parti. Henry Farrell explique par ailleurs très bien comment le parti en est arrivé là, en invoquant Mair, mais aussi, indirectement, Michels, et une foule d’autres spécialistes.

Le parti travailliste se trouve désormais dans la pire des configurations : sa base ne peut pas renverser son establishment sans éliminer complètement son assise électorale, et son establishment ne peut pas imposer à sa base un programme et/ou un leader qui lui permettrait de reconquérir l’exécutif. Le « Brexit » reflète en partie cette défaite : le vote « Leave » a donné un mandat à une partie du parti conservateur, tout en oblitérant complètement le parti travailliste, qui ne porte aucune alternative, de l’équation gouvernementale.

Le bilan est tragique : le seul parti qui prone une alternative à l’état courant des affaires est un parti indépendantiste qui ne pourra mettre en oeuvre la seule alternative post-Brexit – concrètement, un « Rejoin » ; Article 50, alinéa 5 – qu’au prix d’une dislocation du Royaume-Uni. Cela n’augure rien de positif pour personne : ni pour le Royaume-Uni, ni pour l’Écosse, ni pour « l’UE 27 » et ses dirigeants actuels et futurs.

Pour terminer, au rayon des lectures recommandables mais inaccessibles sans abonnements :

  1. Ces nouveaux clivages ne sont pas vraiment nouveaux, mais leur redéfinition en un point donné est toujours intéressante à observer. Idem du clivage rural/urbain. []

Notes de travail sur les réseaux de collaboration législative

J’ai eu la chance d’intervenir, il y a dix jours, dans le séminaire interne du CEVIPOL, le laboratoire de science politique de l’Université Libre de Bruxelles. J’étais invité par Émilien Paulis, que je remercie au passage pour l’invitation, pour la logistique et pour l’accueil sur place.

Mon intervention portait sur l’étude des réseaux de collaboration législative. Les slides que j’ai utilisées sont proches de celles que j’avais présentées en juin 2016 dans une conférence d’utilisateurs de R, et que j’ai présentées à nouveau cette même année dans une conférence « quanti » à Lille et dans le séminaire du Médialab de Sciences Po.

Quelques extraits ci-dessous, à cliquer pour obtenir les slides au complet :

Women Also Know Stuff, édition personnelle 2017/02

La suite de ce billet. Édition précédente : 2017/01. Les règles de cette série de billets se précisent : tous les liens pointent vers des textes ou des morceaux de musique composés par des femmes (ou co-composés par au moins une femme, dans le cas des compositions multi-auteurs). Chaque billet de la série est publié à la fin du mois et contient 10 items, plus une « mention spéciale » (spéciale en quoi ? je ne sais toujours pas). Les domaines couverts sont variés, mais vu ce que je lis et j’écoute, attendez-vous à de la science politique (évidemment), de l’analyse de données1, et de la musique bizarre.

  1. Emily Barry, « Applying Data Science to the Supreme Court: Topic Modeling Over Time with NMF (and a D3.js bonus) » :

    barry-scotus-topics

  2. Jenny Andersson et Egle Rindzeviciute, « The Political Life of Prediction. The Future as a Space of Scientific World Governance in the Cold War Era » :

    This working paper explores the role of the future as a space of scientific exchange and dialogue in the Cold War period. We argue that in East and West the governance of the future were understood as both intellectual and technical problem that, importantly, challenged existing notions of the nature of liberal democratic and communist political regimes. Casting the future as a governable sphere led to the development of new forms of scientific governance which sought explicitly to depoliticize the future and turn it into a new transnational domain of technocratic politics. The paper focuses on the parallels and exchanges among American and Soviet futurologists. East-West collaboration was essential to the invention of the future as a governable technoscientific space, situated beyond political dispute.

  3. Daphne Oram2, Andrea Parker3 et Daz Quayle, « Are You There? » (Live from the Roundhouse), tiré de Private Dreams And Public Nightmares (2011) :

  4. Valerie J. Bunce et Mark R. Beissinger, « Taking Democracy for Granted » (sur l’excellent blog collectif Duck of Minerva, qui devrait plaire à tous les lecteurs de Crooked Timber et de The Monkey Cage) :

    … The costs of nationalist tropes for democracy are many. They give candidates a license to avoid talking about policy. They silence the opposition, since it cannot possibly come out against the nation. They sow divisions among the public. But perhaps their greatest danger is that they give rise to the demand for strong leadership—leaders who will do anything to defend the nation from its enemies.

    To those who view American politics as exceptional, Trump is an anomaly that is difficult to explain. To us, his politics are disconcertingly familiar.

  5. Katharina A. Zweig, Network Analysis Literacy. A Practical Approach to the Analysis of Networks (Springer, 2016) — un bouquin qui clarifie l’analyse de réseaux par le biais des modélisations complexes parues ces dernières années. Fort utile.

  6. Elisabeth S. Clemens : What is Political Sociology? (Wiley, 2016). Ayant lu quelques-uns des articles de l’auteur, je m’attends à une excellente synthèse couvrant un énorme spectre spatio-temporel, à la Sewell.

    Note : j’ai reçu, depuis la rédaction de ce billet, ma copie de l’ouvrage, et je ne suis pas déçu. Comme prévu, c’est une vaste mais brève synthèse de la sous-discipline.

  7. DJ Mutamassik (et Spit), « Complicity (M28 Mix)« , remix déjanté d’une chanson d’Arto Lindsay, sur l’excellent album d’illbient Hyper Civilizado (1996) :

    L’album de Mutamassik Symbols Follow (2015), où celle-ci joue tous les instruments, vaut aussi le détour si vous aimez l’ambient expérimental façon Nobukazu Takemura, qui reste le maître absolu, inégalé et inégalable du genre.

  8. Amelia Tait : « The Movie That Doesn’t Exist and the Redditors Who Think It Does » – sur un phénomène qui peut paraître invraisemblable, mais qui est bien connu des chercheurs faisant des entretiens sur des faits distants : le cerveau humain fabrique de très intéressants souvenirs de faits n’ayant jamais existé.

  9. Lucie Beraud-Sudreau et Hugo Meijer, « Enjeux stratégiques et économiques des politiques d’exportation d’armement. Une comparaison franco-américaine » (Revue internationale de politique comparée, 2016) :

    […] Cet article propose un schéma explicatif [montrant] que le poids relatif des considérations stratégiques et économiques dans l’élaboration des politiques d’exportation d’armes dépend, sur le plan international, du positionnement de l’État dans la hiérarchie mondiale des producteurs d’armement et, sur le plan national, du degré de dépendance à l’exportation de son industrie de défense. Cette typologie est ensuite testée à travers une comparaison des politiques américaine et française d’exportation d’armement, à partir d’entretiens réalisés à Washington D.C. et à Paris et de câbles diplomatiques fuités par Wikileaks. […]

  10. Anoushka Shankar, « Red Sun« , de l’album Rise (2005) :

Mention spéciale : Fernanda Martins, l’une des rares femmes dans le sous-genre hard techno/schranz, qui est quasi-exclusivement dominé par des hommes (Kvitta, Liebing, Natus, Ranieri, Rush). Le mix ci-dessous a été réalisé avec Sheefit, a.k.a Gabriela Mariano, la moitié féminine du duo de hard techno Motormorfoses.

  1. Généralement avec R, parfois avec Python. []
  2. Une pionnière du genre (synthétiseurs et musique concrète). Mon billet de 2016 en cite d’autres. []
  3. Oui, c’est la même que dans l’édition 2017/01. []

Annals of Youtube Science 1(2) Suppl 1 : Il faut défendre la société civile américaine

La plupart des billets publiés sur ce blog le sont avec plusieurs semaines d’avance : le précédent, qui parle de la « transition Trump » aux États-Unis, ne fait pas exception, et évoque donc la période révolue de son arrivée au pouvoir.

De ce fait, je n’y ai pas évoqué les derniers événements, et en particulier deux des événements contestataires qui ont marqué l’actualité politique américaine dernières semaines — « marches pour les femmes » juste après l’inauguration de Trump, et manifestations dans les aéroports contre le refugee ban.

Dans les deux cas, ces événements donnent un très bon aperçu de ce que l’on enseigne, en sociologie politique, sous le nom de « participation politique non conventionnelle » : des acteurs sociaux, plus ou moins organisés en amont, se mobilisent en dehors des dispositifs politiques que sont les partis, les élections et le vote, pour faire connaître leur (absence de) soutien aux pouvoirs publics par d’autres moyens, autorisés ou non par ces mêmes pouvoirs.

Toutes les dimensions de ces événements sont intéressantes à analyser : le degré d’organisation préalable des groupes mobilisés (les mouvements féministes, les groupes de soutien aux réfugiés), la couverture médiatique des mouvements, la stratégie de moyen terme de l’exécutif…

La conférence ci-dessous s’inscrit dans ce contexte. Il s’agit d’une table ronde organisée par la NYU School of Law (chaîne Youtube), et qui montre comment la communauté universitaire est en train de s’organiser pour disséquer, mais aussi surtout pour lutter contre, les mesures de l’administration Trump :

Encore une fois, toutes les dimensions de l’événement sont intéressantes à prendre en compte : les personnes qui s’expriment ici – les juristes d’une université « libérale » de la côte Est – étaient préalablement organisées, dotées de capitaux très importants liés à leur activité professionnelle – très fort niveau de politisation, connaissances pointues en droit, salaires et budgets universitaires, très hauts niveaux de capital social, etc. –, auxquels se superposent la spontanéité et les forces supplémentaires de l’indignation, et leurs actions sont susceptibles d’avoir des conséquences de court, moyen et long termes.

Je n’ai pas le temps de rendre compte, dans le détail, de toutes les idées qui me viennent à l’esprit en suivant, par le biais des médias américains, les événements en cours—limogeage forcé de l’Acting Attorney General Sally Yates, résistance des tribunaux aux mesures de déportation, et ainsi de suite. Tout juste ai-je le temps d’attirer l’attention sur l’importance de l’arme du droit dans ce qui est en train de se jouer aux États-Unis.

À ce sujet, voici deux conférences données au Canada en 2014 par Liora Israël. La première, intitulée « Mobiliser le droit. Une approche sociologique« , est malheureusement un peu difficile à écouter, mais elle est très éclairante, de même que la seconde, intitulée « Résister par le droit: une approche sociologique« .

Dans une autre vie, je m’étais intéressé à la mobilisation des juristes américains contre les mesures de renforcement du droit d’auteur sur Internet, dont le représentant le plus connu est Lawrence Lessig. Je vois beaucoup de parallèles entre ce combat et ce qui se joue actuellement, mais n’ai malheureusement pas le temps de rentrer dans son détail.

Je laisse toutes ces pistes d’analyse en plan ici, en complément, donc, de mon billet précédent, en espérant que tous ces événements se retrouveront chroniqués sous la forme d’analyses plus complètes sur des blogs comme Lawfare, qui est très réactif, ou Mobilizing Ideas, qui est plus « slow science« .

Annals of Youtube Science 1(2) : From Obama to Trump

De l’avalanche de conférences organisées autour de l’élection présidentielle américaine et du phénomène Trump, je retiens celle-ci, qui se concentre sur la phase de transition entre deux équipes présidentielles :

La conférence, disponible sur la chaîne Youtube du Watson Institute for International and Public Affairs, fait intervenir deux personnes qui ont connu les transitions présidentielles de l’intérieur (spécifiquement, celle de Bush Senior vers Clinton/Gore).

Ce qu’ils ont à dire de la transition « Omaba vers Trump » est, à dessein, édifiant, Trump ayant déjà violé un nombre hallucinant des règles mises en place pour assurer que les périodes de transition entre deux « administrations » fédérales ne créent pas de vulnérabilité dans l’appareil d’État américain.

Vu l’absence totale d’ethos du service public chez Trump, et vu le primat de la compétence bureaucratique qui s’exprime très clairement chez les deux conférenciers, leur bilan extrêmement négatif de Trump comme « président-élu » est peu étonnant. Le détail de leur bilan est intéressant.

Sur un sujet proche, voir « President Trump’s First Term« , un excellent texte publié en septembre 2016 par le New Yorker, dans lequel l’auteur faisait le point sur la marge de manoeuvre du pouvoir présidentiel aux États-Unis.

Depuis la préparation de ce billet il y a quelques semaines, Trump est devenu président des États-Unis, a littéralement décimé certains ministères fédéraux, et a pris toute une suite de mesures qui confirment le fonctionnement autocratique et anti-légaliste de son administration rapprochée. Les plus optimistes s’attendent à une procédure réussie d’impeachment, les plus pessimistes parlent de ballon d’essai pour un coup d’État.

La situation est navrante au plus haut point, et je ne pense pas que je vais réussir à chroniquer Trump ce semestre, mais d’autres s’en chargent très bien.

À écouter également

L’unes des choses que je trouve compliquée à comprendre au sujet de l’opinion publique américaine est sa réception des accords commerciaux internationaux. Trump en a fait un chapitre important de sa proto-politique économique, et si ses annonces sur le sujet (NAFTA, TPP) sont amenées à être suivies d’effets, on peut supposer que ce sera au début de son mandat qu’il devra expliquer de quoi il en retournera vraiment.

Sur les accords commerciaux internationaux, je recommande la conférence « Votes, Vetoes & International Trade Agreements« , donnée par Helen Milner à Princeton en 2013 :

La conférence reprend le contenu de son livre sur le sujet.

Annals of Youtube Science 1(1) : Engineers of Jihad

Il y a sept ans, j’avais évoqué un papier de Diego Gambetta (assez souvent cité ici) et Steffen Hertog, sur les ingénieurs convertis au djihadisme.

Après une longue période de fermentation, le papier est devenu un article en 2009, puis l’an dernier, un bouquin, à rajouter aux « études quantitatives du djihad » (celles de Thomas Hegghammer, par exemple).

Présentation de l’ouvrage par Steffen Hertog sur la chaîne Youtube du LSE Middle East Centre :

Et conférence complète de Diego Gambetta, sur la chaîne Youtube du Robert Schuman Centre for Advanced Studies de l’Institut Universitaire Européen de Florence :

L’un des aspects notables de l’ouvrage est que les données (ou plutôt, des tableaux récapitulatifs au format Excel, pas les données brutes…) sont en ligne :

conf-gambetta

Note technique : ce billet inaugure une série de billets qui renverront tous vers Youtube. Si vous préférez télécharger les vidéos, pour les regarder hors-ligne avec un lecteur comme VLC ou bien pour les archiver plus tard, je ne saurais trop recommander le site KeepVid, qui fait très bien l’affaire.

ArchiPolis : des entretiens plein les tiroirs

Plus tôt ce semestre, un email de la liste de diffusion du réseau MATE-SHS m’a informé des avancées du projet ArchiPolis, qui vise à rendre accessible les matériaux bruts des enquêtes qualitatives en science politique, et que j’avais rapidement évoqué cet été :

archipolis-dataverse

Le catalogue ArchiPolis est désormais consultable en ligne, et c’est un veritable trésor d’enquêtes qualitatives – des entretiens réalisés sur les cinquante dernières années ! – qui est désormais accessible sur demande :

archipolis-catalogue

Le catalogue utilise Dataverse. Le reste des détails est à lire sur le blog d’ArchiPolis, hébergé, comme tant de choses chouettes, sur Hypothèses (Where else?).

Bravo aux acteurs du projet, et aux nombreux laboratoires de science politique qui y participent !

À (ré)écouter : « FN : une force politique mouvante »

Joël est allé parler de son bouquin à la radio, et chose incroyable au 21e siècle, il a pu parler sans être interrompu toutes les 30 secondes !

joel-grande-table

C’est évidemment sur France Culture que ça se passait, dans l’émission « La Grande Table » ; à réécouter ci-dessous :

Au fil de son intervention, Joël pose plusieurs questions à la fois scientifiques et électorales :

  1. La question scientifique à 10 000 francs : pourquoi le vote FN persiste-t-il sur les mêmes territoires, alors que la structure de son électorat a changé ?
  2. Le clivage interne au Front national : comment faire pour gagner l’élection présidentielle ? Gagner seul en mode « ni-droite-ni-gauche » – ou jouer la carte du « rassemblement des droites » ?
  3. La grande difficulté de 2017 sera justement de trancher entre ces deux stratégies, en fonction du score à la présidentielle, et surtout des scores et sièges aux élections législatives.

Pour le détail, voir les 30 minutes d’antenne.

Tragi-comédie britannique : revoir « Yes Minister » après le Brexit (et un peu de « The Wire » en bonus)

Jim Hacker — I’m not like you, Humphrey. I’m pro-Europe, I’m just anti-Brussels. I sometimes think you’re anti-Europe and pro-Brussels.

Yes Minister, saison 2, épisode 5 (« The Devil You Know« )

Je ne suis pas sûr, cette année, de pouvoir présenter mes slides sur les séries télévisées britanniques et leur apport à la compréhension du fonctionnement de l’État britannique.

La série « Yes Minister », abondamment citée dans ma présentation, est toutefois tellement drôle que je ne peux m’empêcher d’en partager deux extraits ci-dessous—extraits devenus encore plus tragicomiques depuis le vote du « Brexit », sujet déjà évoqué sur ce blog ici, , et là aussi.

Extraits trouvés grâce à une conférence sur le « Brexit » à l’Institut Universitaire de Florence, conférence que je recommande également à tous ceux intéressés par le sujet :

Aparté n°1 : Yes Minister et le public choice

En visionnant le documentaire The Trap, qui dresse un excellent portrait de la pensée néolibérale, j’ai appris que la série Yes Minister n’était pas simplement un support de cours très pertinent pour enseigner les théories du choix rationnel – en fait, elle a été très directement inspirée par ces théories dès ses origines, comme l’explique rapidement l’ouvrage (hagiographique) d’un biographe de Margaret Thatcher :

blundell-thatcher-bio-p97

Je me disais bien, aussi, que certaines scènes étaient tellement faciles à « styliser » que c’en était louche…

yes-minister-principal-agent

Aparté n°2 : The West Wing et The Wire

Dans mon billet initial, je citais d’autres séries télévisées susceptibles d’être « enseignées » – et notamment The West Wing et The Wire. Je n’ose imaginer une future suite à The West Wing, qui porte sur l’exécutif présidentiel américain, lorsqu’il sera temps de porter Trump à l’écran…

Quant à The Wire, je tenais à finir ce billet en signalant un article récent de Béatrice Cherrier, qui utilise cette série pour enseigner l’économie. Là encore, la réalité ne fait que rejoindre la fiction, l’un des personnages de la série prenant à un moment donné l’initiative de suivre des cours d’économie pour maximiser les profits de son réseau entreprise de trafic de drogue.

cherrier-wire

cherrier-wire-2

cherrier-wire-3

Sur The Wire toujours, je profite de ce billet pour signaler également cet ouvrage en français, qui lui est tout entier consacré, et dont on trouvera l’un des chapitres ici.

Marx et la sociologie

Le titre de ce billet est le sujet d’un entretien passionnant avec Frédéric Lebaron, récemment publié dans la revue Actuel Marx.

lebaron-actuel-marx

Je me souviens d’un professeur anglais (de sociologie, mais initialement formé en philosophie) qui m’avait dit qu’il y avait des pans entiers des sciences sociales qui éveillaient sa curiosité, mais qu’il n’avait tout simplement pas eu le temps d’investir.

Marx, ça a l’air intéressant ; mais je n’ai pas le temps – ou en tout cas, je ne l’ai pas pris. En tout et pour tout, j’ai peut-être lu quinze pages de Marx sur les quinze dernières années, et même si je me suis fadé pas mal de numéros du Monde diplomatique ou de science politique d’inspiration marxiste et/ou gramscienne, ça ne compte pas ; d’ailleurs, je n’ai pas non plus lu Gramsci (ou Engels, ou Poulantzas, ou…).

L’entretien accordé par Frédéric Lebaron est très éclairant, et les références qu’il cite permettent de « faire le pont » entre Marx et ce que l’on aura peut-être plus souvent lu dans un parcours de sociologie ou de science politique (Weber et les commentaires de Colliot-Thélène et de Kalinowski, par exemple). Vivement recommandé.