Notes supplémentaires sur l’analyse de réseaux

J’ai récemment présenté mes recherches sur les réseaux de collaboration législative à Marseille, où j’ai aussi donné, grâce à Joël, une formation à l’analyse de réseaux.

Les slides de la première présentation, donnée au RUG Aix-Marseille, sont en ligne sur le site Internet de Datactivi.st, et sur Google Slides ; il s’agit d’une traduction de notes déjà présentées, et qui m’a permis de récolter plusieurs idées et commentaires très utiles pour améliorer mes recherches.

Quant aux slides de la formation en analyse de réseaux, qui m’a permis de rencontrer ou de revoir les amis du Centre pour l’édition électronique ouverte, sont ci-dessous, et aussi sur Google Slides.

La plupart des illustrations de ces slides proviennent de l’excellent manuel de Mark E. J. Newman sur les réseaux.

J’y mentionne aussi cette liste de ressources sur l’analyse de réseaux, dont j’ai fait la publicité ici et ailleurs, l’excellent tutoriel de visualisation de réseaux de Katherine Ognyanova (mentionné ici et ), un autre manuel de graph mining avec R, et évidemment, l’excellent guide à l’utilisation du package igraph, par Eric D. Kolaczyk et Gábor Csárdi.

Annals of Youtube Science 1(10) : Daech et terrorisme-suicide

Le tout premier volume des Annals of Youtube Science évoquait les recherches de Hertog et Gambetta, et aussi les recherches sur la mesure du terrorisme, et du terrorisme islamique en particulier.

À nouveau, voici un volume sur le terrorisme, vu d’une position un peu étrange : celle de Robert A. Pape, qu’il est difficile de présenter en peu de mots. Au risque de caricaturer, disons qu’il s’agit d’un spécialiste des relations internationales venant de l’école réaliste, et dont les recherches se concentrent, depuis un peu plus de quinze ans, sur les aspects stratégiques du terrorisme-suicide (et pas du terrorisme en général).

Si vous suivez ce blog depuis longtemps, vous avez déjà entendu parler de Robert A. Pape ici et . Je surveille périodiquement ses travaux parce qu’il y a toujours beaucoup, beaucoup de données derrière, ce qui permet de se rappeler des choses telles que cette chronologie des attentats-suicide en Irak, le tout premier datant que quelques mois avant l’invasion états-unienne de 2003 :

pape-1

Voici la conférence de Pape à l’Université d’Emory (chaîne Youtube), intitulée « The Strategic Logic of the Islamic State of Iraq and Syria« , dont provient la slide ci-dessus, et dans laquelle Pape évoque le terrorisme-suicide en général, avant de se concentrer sur le cas de « l’État islamique »1 :

Vu le sujet, la conférence date un peu (mars 2015), mais cette autre conférence, plus récente, à l’American Islamic College de Chicago (chaîne Youtube), montre que la conférence d’Emory contient l’essentiel de l’argument :

Que dit Robert Pape, après avoir passé des années à alimenter une très bonne base de données sur le terrorisme-suicide ?

  1. Que le terrorisme-suicide est un expédient qui crée, à faible coût, un ratio de victimes similaire à celui de l’emploi d’une section de soldats d’élites, avec tout un tas d’externalités positives pour les commanditaires, la première étant la persécution des populations associées à leur dogme religieux, cette persécution réduisant la probabilité que ces populations aident les autorités à contrecarrer les actions futures des commanditaires.
  2. Que les motivations du terrorisme-suicide, mais on le savait depuis longtemps (au moins au Sri Lanka), ne découlent pas du fondamentalisme religieux2. En revanche, dans une vaste majorité de cas qui couvre aussi les situations de terrorisme-suicide où les adversaires ne sont pas occidentaux et/ou islamistes, la présence militaire étrangère est une motivation essentielle.
  3. Que l’envoi de troupes occidentales en Syrie et en Irak serait une erreur stratégique majeure. Et n’allez pas penser que personne n’y songe : c’est faux. Pape recommande une autre stratégie, qui consiste, en gros, à donner aux populations du Levant de quoi relancer leur développement agricole, en espérant que cela génère un nouveau « soulèvement d’Anbar » à grande échelle.

Le dernier argument est résumé sur cette slide de la conférence d’Emory (que j’insère ici en format « basse résolution », mais la conférence est accessible en haute définition)  :

pape-2

Terminons par citer la chaîne Youtube du CPOST, le centre de recherches dirigé par Pape à l’Université de Chicago.

Également sur l’État islamique

On trouve désormais des dizaines de conférences sur le thème de l’État islamique, de ses origines, de sa structure interne, de ses dynamiques de recrutement, de son fonctionnement, et aussi, de plus en plus, de sa future disparition, et de l’avenir géostratégique de la région qu’il a littéralement dévastée, dans à peu près tous les sens du terme.

Je me souviens avoir lu avec intérêt, il y a deux ans, un papier de Cole Bunzel, From Paper State to Caliphate: The Ideology of the Islamic State. L’originalité du papier tient à ce qu’il repose sur un examen approfondi des sources écrites et orales de l’État islamique, qui sont pléthoriques, et dont les premières remontent à 2006.

Voici une table-ronde de la Brookings Institution (chaîne Youtube), organisée en 2015, et dans laquelle Cole Bunzel intervient brièvement (l’autre intervenant présentant pour sa part une recherche sur l’utilisation de Twitter par l’État islamique) :

Et en complément, voici une table-ronde au sujet plus vaste, intitulée « Iran, ISIS, and the Future of Gulf Security », et organisée en 2015 par la New York University School of Law (chaîne Youtube) :

  1. Je mets les guillemets pour indiquer que je suis (vaguement) au courant des controverses sur la dénomination du groupe. []
  2. Voir, à nouveau, l’allocution de Scott Atran citée dans plusieurs billets de ce blog. []

Women Also Know Stuff, édition personnelle 2017/05

La suite de ce billet. Éditions précédentes : 2017/01, 2017/02, 2017/03, 2017/04.
Liste rédigée un peu à la va-vite par manque de temps, mais bonne lecture quand même, et spécial dédicace aux étudiantes de Licence 3 qui m’ont parlé de cette série de billets.

  1. Mary Beard, pour son texte « Death of a dictator. How Caesar’s murder set the template for political assassination ». Voir aussi ce billet de Daniel Little sur le récent ouvrage de Beard, SPQR: A History of Ancient Rome.

  2. Laura Kipnis, pour son texte « Eyewitness to a Title IX Witch Trial ». Son point de vue, provocateur, minoritaire, et superbement écrit, est également évoqué dans cet article de Salon qui évoque aussi Camille Paglia.

    Sur le fond, je n’ai aucune opinion ferme à partager au sujet des questions « trans-genre/ethnicité » évoquées dans l’article qui a suscité la controverse qu’a suivi Kipnis. En revanche, je trouve que le comité éditorial de la revue qui a publié l’article a été d’une lâcheté sans nom. Lisez et décidez par vous-même.

  3. Béatrice Cherrier, déjà mentionnée le mois dernier, au tout début de la série et dans d’autres billets, pour ses epic tweetstorms d’histoire de la pensée économique. S’il fallait n’en lire qu’un, je conseille celui sur William Baumol, auteur très utilisé en économie de la santé.

  4. Substencia, pour ce mix génial, qui commence gentiment mais qui contient aussi quelques passages bien martelés façon Bauhaus/industriel :

  5. Hanna Brooks Olsen, pour ce texte qui explore une perspective que j’utilise très souvent dans mes séances sur les « politiques morales » :

    Abortion is an Economic Issue.

  6. Grete Hermann donne son nom à un package R très intéressant :

    Grete Hermann wasn’t a probabilist, but she wrote the first algorithms for computer algebra; in the 1920s, well before the first electronic computer was built.

    This work laid the foundations for computer algebra libraries (like TensorFlow) that enable modern probabilistic modelling.

  7. Frida Boräng et ses collègues, pour leur article « Cooking the books: Bureaucratic Politicization and Policy Knowledge », qui rejoint tout de suite mon plan de cours sur la sociologie de la quantification et des statistiques officielles1 :

  8. Dawn Johnsen, pour son article « The Lawyers’ War. Counterterrorism From Bush to Obama to Trump ».

  9. Alice Coltrane (1937-2007), très bien chroniquée dans The Quietus. Ci-dessous, le morceau de référence, déjà mentionné il y a trois mois, mais on s’en fiche :

  10. « Older Woman » (qui est assez facile à identifier si vous y tenez), pour son texte « Asking the Wrong Questions about Protest ».

Mention spéciale à Carole Cadwalladr, pour cet article absolument sidérant : « The Great British Brexit Robbery: How our Democracy was Hijacked ». L’article explore le réseau d’élites, militaires et civiles, et de firmes (Cambridge Analytica, Palantir) ayant contribué à façonner, quasiment au sens propre du terme, une large partie de l’opinion publique britannique (mais aussi américaine) lors des votes « Brexit » et « Trump » de l’an dernier.

Le récit est parfaitement édifiant, et si les faits devaient (1) être confirmés et (2) être amenés à se reproduire, ils vont devenir incontournables dans l’étude des élections. Et si l’on rajoute à ça les diverses transgressions russes des dernières années et la géopolitique actuelle autour de la Corée du Nord, alors la Guerre Froide est au moins aussi morte que le punk, c’est-à-dire pas du tout.

  1. Je reparlerai, j’espère, de ce plan de cours dans pas trop longtemps ; si vous êtes curieux, écrivez-moi ou signalez-vous sur Twitter. Et en attendant que je réponde, allez donc lire l’excellent article de Dorothy Kronick, « How to Count Our Dead », sur la mortalité criminelle au Venezuela. []

De l’auto-destruction en Amérique

Début février, j’écrivais ceci :

Depuis la préparation de ce billet il y a quelques semaines, Trump est devenu président des États-Unis, a littéralement décimé certains ministères fédéraux, et a pris toute une suite de mesures qui confirment le fonctionnement autocratique et anti-légaliste de son administration rapprochée. Les plus optimistes s’attendent à une procédure réussie d’impeachment1, les plus pessimistes parlent de ballon d’essai pour un coup d’État.

J’ai encore du mal à croire qu’en quelques semaines à peine, on en soit arrivé au stade où les deux cas de figure évoqués ci-dessus soient devenus, à des degrés différents, crédibles, mais c’est bien le cas : les révélations des dix derniers jours ont fourni tout ce qu’il faut pour justifier d’une procédure d’impeachment contre Donald Trump, ou même, procédure tout à fait exceptionnelle qu’un ami au sens politique hors du commun avait prédit il y a plusieurs mois, d’une invocation du 25e Amendement, Section 4.

Dans ce contexte, il n’est pas étonnant que les membres des chambres parlementaires en viennent à réfléchir aux alternatives, et à la meilleure manière de les mettre en oeuvre : c’est à ce type de « destitution concertée » que l’histoire des régimes autoritaires destine les autocrates en situation d’effondrement de leurs soutiens.

Comment en est-on arrivé là ?

Le spectacle affligeant et obscène qu’a offert Trump dès son entrée en fonction – et avant ça, pendant la campagne électorale – a de nombreuses explications, mais voici trois éléments dont il me semble qu’ils ont très directement contribué à faire émerger la situation actuelle :

  • Dès le départ, Trump a choisi d’ériger la presse en parti d’opposition, et pas seulement en relais indirect des attaques issues d’un camp adverse plus ou moins dissimulé derrière elle : comme le montre l’épisode délirant des attaques terroristes « non couvertes » par les médias, la presse est l’ennemi numéro un de Trump, qui semble incapable de s’intéresser à tout autre espace que l’espace médiatique.

    Cette stratégie est idiote : l’adversaire désigné n’est pas un concurrent électoral, et la destruction physique de l’ennemi n’est pas une option ; en conséquence, je pense que le jeu répété qu’a créé Trump va nécessairement finir par se retourner contre lui, au fur et à mesure qu’augmenteront les coûts de la loyauté que lui porte encore un média comme Fox News.

  • Sa méthode du mensonge érigé en doctrine de gouvernement2, qui se rapproche incroyablement de celle de Slobodan Milosevic, n’est viable qu’entourée des institutions qui font tenir les régimes autocratiques.

    Dans un régime démocratique, je ne vois pas comment le voile ne pourrait pas finir par être levé sur le fait que Trump ne comprend absolument rien à rien à l’économie ou à la diplomatie, avec pour conséquence d’être incapable de satisfaire ses électeurs, en plus de faire peser une réelle menace géopolitique au niveau mondial.

  • Vient enfin la guerre interne que Trump semble avoir ouvert avec l’appareil exécutif fédéral, en cherchant à lui faire subir ce que Newt Gingrich a fait au Congrès, c’est-à-dire tenter de le rendre stupide (du grec stupos, frappé de stupeur). C’est en tout cas comme ça que je perçois sa guerre à bas bruit aux statistiques officielles3, ou son non-remplacement de conseillers en politique étrangère, en sciences et technologies, et plus généralement un peu partout dans l’appareil fédéral4.

    Or, à long terme, je ne comprendrais pas que la bureaucratie ne prenne sa revanche, à sa manière : en sabotant les projets du saboteur, en rendant les coups avec plusieurs mois (voire années) de décalage, et en savourant les effets de sa contre-offensive aux mid-terms de 2018, par exemple5.

Un changement de cap est-il probable ?

La déroute politique actuelle de Trump peut théoriquement s’arrêter du jour au lendemain, mais cela lui demanderait d’effectuer un « virage de personnalité » dont il est quasi-certainement incapable, en plus d’un changement quasi-intégral de garde rapprochée, ce qui lui demanderait notamment de renier publiquement plusieurs membres de sa famille.

Pour ces raisons, je ne pense pas que Trump « apprendra » de ses errements et modifiera son jeu politique en conséquence : il me semble beaucoup plus plausible qu’il suive le chemin inverse, qui consiste à s’enfoncer dans le déni et à continuer droit devant, au motif que l’on ne s’est pas laissé impressionner par l’opposition.

Il faut rappeler, enfin, que Trump n’est pas un homme politique, et ne semble pas particulièrement sensible à l’effritement de sa base électorale. Les médias les plus serviles de son camp semblent être sa seule source d’inspiration quotidienne, et l’on peut espérer que ceux-ci finiront par se retourner contre lui, d’une manière ou d’une autre.

Rendez-vous dans quelques mois pour un nouveau bilan à mi-parcours.

Addendum : un argument similaire à celui de ce billet est développé dans cette excellente tribune de Masha Gessen, déjà citée ici et sur ce blog.

  1. Les procédures de removal from office sont à la mode : au Brésil et en Corée du Sud, deux présidentes (deux femmes) ont été destituées à quelques mois d’intervalles. Le cas précédent était Viktor Yanukovych (Ukraine) en 2014, l’impeachment de Jacob Zuma (Afrique du Sud) en 2016 ayant échoué. []
  2. Sur cette méthode, le meilleur analyste de Donald Trump reste Scott Adams, qui a parfaitement compris – dans les moments où il arrive à oublier à quel point il déteste Hillary Clinton – le jeu du personnage. []
  3. Trump semble avoir promu suffisamment de personnes motivées par cet objectif pour que les premiers dégâts soient déjà visibles : les données sur la sécurité animale, l’open government data, et bien sûr les données climatiques, en sont les premières victimes. Data delenda est. []
  4. Note : la fin de cette phrase a été rajoutée quelques jours après la publication de ce billet. []
  5. À l’inverse, on imagine mal les bénéfices électoraux que Trump pourrait réclamer pour avoir supprimé quelques pages des sites Internet fédéraux. Sa « stratégie » me semble, ici encore, destinée se retourner contre lui, au moins sur les moyen et long termes. []

Annals of Youtube Science 1(9) : Tragédie des temps présents

Dans ce numéro un peu spécial des Annals of Youtube Science, un document historique.

Au début de cette année, j’ai été un peu pessimiste ; mais je n’ai pas été le seul :

Depuis la fondation de cette République [états-unienne], le discours nativiste d’une partie des Conservateurs (par exemple Huntington) craignait que les Sud-Américains hispanophones ne finissent par affaiblir les normes démocratiques (« anglo-saxonnes ») à cause d’une culture historique de pronunciamentos et coup d’Etats de Généraux et caudillos. Et c’est au nom de la discrimination contre les Latinos que la démocratie américaine fait arriver au pouvoir suprême ce qui ressemble le plus à un Catilina qui ne cache même pas son admiration pour les « Hommes Forts » autoritaires et son mépris pour les valeurs démocratiques. L’histoire n’a peut-être pas de « dialectique » mais elle recèle de l’ironie.

C’est bien vu, mais n’oublions pas trop vite la cohorte de petites mains dévouées qui a oeuvré à l’ascension de ce spectaculaire et crépusculaire abruti qui préside, pour quelques temps, au destin manifeste de nos amis d’outre-Atlantique.

Voici la video du débat entre l’ancien directeur de campagne de Donald J. Trump, Corey Lewandowski, et les étudiants de l’Université d’Oxford (celle qui, à seulement deux exceptions, a fourni tous les Premiers ministres britanniques depuis la Seconde guerre mondiale) réunis par l’Oxford Union (chaîne Youtube) :

Les cris étouffés que l’on peut entendre à certains points de l’enregistrement sont ceux des étudiants qui manifestaient à l’extérieur de la salle, comme cela avait été le cas lorsque Marine Le Pen et Tommy Robinson, par exemple, avaient été invités à s’exprimer1.

En écoutant le discours, et encore plus en écoutant le match de boxe qui a suivi – un spectacle « élites versus populistes » qui n’a pas échappé aux médias partisans de tous bords –, je n’ai pu m’empêcher d’entendre, dans les arguments de Lewandowski, une sorte de version au rabais des ficelles de persuasion utilisées par Trump lui-même, le Master Persuader dont parle Scott Adams.

Le comportement des étudiants d’Oxford, qui ouvrent la discussion par une salve de critiques acerbes puis finissent par implorer, presque de grâce, la raison de leur interlocuteur (au sujet du changement climatique), donne toute la mesure de leur légitime et impuissant désarroi.

Le comportement de Lewandowski est tout aussi caractéristique : au fil des échanges avec la salle, et après une passe d’armes très tendue avec le président de séance, on le sent se retrancher dans des réponses de plus en plus instinctives, après qu’il a usé de tous les trucs et astuces du démagogue : élever la voix, en appeler aux émotions, monter des exemples en généralité, et surtout, ne jamais, jamais reconnaître la moindre erreur, faille ou incomplétude de raisonnement.

L’Histoire n’a peut-être pas de dialectique, mais à l’écoute de ce débat, j’ai eu l’impression d’entendre s’affronter les produits conventionnels de la démocratie représentative – l’une des plus anciennes, dans les murs d’une de ses plus anciennes institutions – avec leur « mouton noir », leur nemesis, en quelque sorte. Je ne sais pas s’il sortira quoi que ce soit de positif de tout ça, mais dans l’immédiat, je ne vois rien de tel à l’horizon.

  1. Tommy Robinson est le fondateur de l’English Defence League (EDL). Notez bien qu’il s’agissait d’invitations séparées, pas d’une conférence des deux (Le Pen et Robinson) ensemble. Vous trouverez les détails dans The Oxford Student, et les conférences sur Youtube. Est-ce que je conseille de regarder ces conférences ? Marine Le Pen, j’en doute, car on connaît la musique, mais pour ceux qui ne connaissent pas l’EDL, je pense que la conférence de Robinson (et les questions-réponses qui suivent) est instructive pour comprendre comment fonctionne l’extrême-droite britannique. []

Women Also Know Stuff, édition personnelle 2017/04

La suite de ce billet. Éditions précédentes : 2017/01, 2017/02, 2017/03. Cette édition s’éloigne peut-être encore un peu plus du sujet principal de ce blog que les éditions précédentes.

  1. Masha Gessen, déjà mentionnée en 2016 : « The Styrofoam Presidency », une description, hélas, parfaite de la présidence de Donald Trump.

  2. Margarethe von Trotta, pour son film Hannah Arendt, que j’ai enfin fini par regarder, et apprécié (notez que je suis assez facile à satisfaire en cinéma). Hannah Arendt y est interprétée par Barbara Sukowa, aux côtés d’excellents second rôles tels que Ulrich Noethen en Hans Jonas.

  3. Béatrice Cherrier, déjà mentionnée l’an dernier : « The Making of Economic Facts: A Reading List ». Sur un sujet proche, ne ratez pas sa série de tweets au sujet de la panique suscitée par l’administration Trump en matière de données économiques :

    Many layers in econs’ “data distress” right now. But huge current threat shouldn’t conceal deeper long-term issues.

    …Série devenue un billet hyper-détaillé : « Les économistes face à la défiance de la société civile: faut-il déclarer la guerre des nombres ? ». Chapeau !

    Notons au passage que Trump est en train de donner une couleur un peu différente à la littérature scientifique sur la quantification. Jusqu’ici, cette littérature, qui a ses origines dans des travaux de sociologie historique, s’est présentée sous la forme d’une sociologie de la production de données, et le plus souvent, de la production de données par l’État, et des résistances qu’elle suscite. Avec Trump, on passe une étape vers une sociologie politique de la quantification, où des acteurs de la société civile luttent désormais pour éviter la perte, plutôt que la production, de données.

  4. Laura Norén co-publie, avec Brad Stenger, la meilleure newsletter de data science, la Data Science Community Newsletter de la NYU, déjà mentionnée dans ce billet sur l’open access scientifique.

  5. Sharece Thrower, pour son superbe sens du timing :

    thrower-ajps-31-jan-2017

    Voir également son tout aussi pertinent article « Legislative Capacity and Executive Unilateralism », co-écrit avec Alexander D. Bolton.

  6. Amy Adams, pour son rôle de linguiste perturbée dans Arrival (de Denis Villeneuve), que j’ai beaucoup aimé, mais aussi pour son rôle dans Nocturnal Animals, également sorti l’an dernier.

    amy-adams-arrival

    Notons au passage que les deux films ont chacun une très, très belle bande originale. Celle de Jóhann Jóhannsson pour Arrival est remarquable, mais celle d’Abel Korzeniowski pour Nocturnal Animals m’a encore plus bluffé.

  7. Carla Bley, « A.I.R. » (All India Radio), découvert grâce à la reprise du morceau sur un bootleg de Jan Garbarek à Kirchheim en 1973 :

    Extrait de l’album Escalator over the Hill, découvert grâce à la fine équipe du Club Jazzafip, qui s’arrange pour toujours programmer au moins un morceau exceptionnel par émission. Merci aux deux animatrices du Club, Jane Villenet et Charlotte Bibring.

  8. J’ai récemment découvert qu’il y a deux doctorantes de Sciences Po qui travaillent sur les usages politiques de Twitter par les élus, parlementaires, candidats en campagne, et leurs militants : Florence Nocca, au CEE, et Joyce Bessis, au CERI. À suivre.

  9. Christiane Taubira s’exprime dans les colonnes du Monde, ce qui donne l’occasion, de plus en plus rare, d’entendre un discours d’homme (de femme) d’État. Je ne suis pas certain de comprendre sa « sociologie », mais je la trouve déjà moins stupide, ce qui n’est certes pas très difficile, que celle de Manuel Valls :

    Il y a un principe fondamental en sociologie, c’est se nommer soi-même.

    Intéressant cas sociologique, d’ailleurs, que celui de Mehdi Meklat, cas scandaleux auquel Christiane Taubira a été associée pour avoir dialogué avec le bonhomme. Il faudrait une énorme couche de Goffman et de Douglas pour parler de Meklat, mais je n’ai pas le temps.

  10. Bérengère Viennot, pour son entretien dans la Los Angeles Review of Books, qui fait suite à son article dans Slate, « Pour les traducteurs, Trump est un casse-tête inédit et désolant ». L’URL permanente de l’article, qui laisse deviner ce qui était peut-être le titre original du texte, est toutefois beaucoup mieux tourné : « traduire Trump, mourir un peu ».

Mention spéciale : Mutamassik = متمسك, déjà citée en février, pour son album Symbols Follow (2015), qui est aussi bizarre que bien fichu. Maintenant que j’ai écouté l’album une bonne dizaine de fois, je souhaite le recommander à nouveau. Le preview intégral ci-dessous ne fait malheureusement pas honneur à la qualité de la production de l’enregistrement.

Annals of Youtube Science 1(5) : Brexit means… ?

Bon, maintenant que le gouvernement a les mains libres pour déclencher le fameux « Article 50 TEU » et a annonce son intention de le faire très prochainement, il est grand temps de faire un petit topo « Brexit ».

Ce billet a été rédigé longtemps à l’avance ; si vous voulez lire des prévisions plus récentes sur le « Brexit », voici un scenario pessimiste, et un scenario optimiste.

Je ne sais pas vraiment qui croire, mais tends clairement vers l’option pessimiste : à mon sens, la Grande-Bretagne vient de signer pour au moins deux décennies de stagflation, avec de graves conséquences sur la mobilité sociale et à terme, quand les flux migratoires s’ajusteront à la nouvelle donne, sur la démographie.

En attendant, voici, à nouveau, une conférence de la chaîne Youtube du Robert Schuman Centre for Advanced Studies, qui a organisé, début novembre 2016, un « atelier Brexit ».

Ci-dessous la première partie de l’atelier :

La toute première intervention, de John Curtice, contient un florilège de graphiques résumant ce que l’on sait des attitudes des Britanniques vis-à-vis de l’Union européenne. Sur le quatrième graphique ci-dessous, par exemple, on voit clairement ce que John Curtice présente comme la réaction du public britannique aux sanctions européennes prises lors de la « crise de la vache folle » :

conf-curtice-1

conf-curtice-2

conf-curtice-3

conf-curtice-4

conf-curtice-5

La suite des vidéos de l’atelier/conférence :

Et sur le même sujet, le même centre de recherches a aussi organisé cette conférence, déjà mentionnée dans l’un de mes nombreux billets sur le Brexit.

Lectures recommandées

Une lecture supplémentaire de plus sur le Brexit : « Disunited Kingdom« , par le toujours excellent Henry Farrell, citant le toujours excellent Peter Mair. Pour une thèse similaire, voir, du même auteur (Farrell) : « This book explains why Jeremy Corbyn now leads Labour. Its author died in 2011« .

Quelques mots, désormais, pour attester du lien entre le « Brexit » et la situation actuelle du Labour sous la direction de Jeremy Corbyn. En fouillant les archives du blog, je réalise que je n’ai pas écrit de billet sur Corbyn—probablement parce que le personnage m’est sympathique, mais que je considère son élection comme une catastrophe politique, puisqu’elle signifie, à mes yeux, que les conservateurs gouvernent désormais la Grande-Bretagne sans opposition effective.

Quand Corbyn a été élu a la tête du parti travailliste, je me souviens avoir lu d’autres réactions très négatives à son élection—celle de Josep Colomer, par exemple, qui notait qu’un pourcentage infime d’électeurs travaillistes avait, de facto, voté pour lui à la primaire du parti. Henry Farrell explique par ailleurs très bien comment le parti en est arrivé là, en invoquant Mair, mais aussi, indirectement, Michels, et une foule d’autres spécialistes.

Le parti travailliste se trouve désormais dans la pire des configurations : sa base ne peut pas renverser son establishment sans éliminer complètement son assise électorale, et son establishment ne peut pas imposer à sa base un programme et/ou un leader qui lui permettrait de reconquérir l’exécutif. Le « Brexit » reflète en partie cette défaite : le vote « Leave » a donné un mandat à une partie du parti conservateur, tout en oblitérant complètement le parti travailliste, qui ne porte aucune alternative, de l’équation gouvernementale.

Le bilan est tragique : le seul parti qui prone une alternative à l’état courant des affaires est un parti indépendantiste qui ne pourra mettre en oeuvre la seule alternative post-Brexit – concrètement, un « Rejoin » ; Article 50, alinéa 5 – qu’au prix d’une dislocation du Royaume-Uni. Cela n’augure rien de positif pour personne : ni pour le Royaume-Uni, ni pour l’Écosse, ni pour « l’UE 27 » et ses dirigeants actuels et futurs.

Pour terminer, au rayon des lectures recommandables mais inaccessibles sans abonnements :

  1. Ces nouveaux clivages ne sont pas vraiment nouveaux, mais leur redéfinition en un point donné est toujours intéressante à observer. Idem du clivage rural/urbain. []

Notes de travail sur les réseaux de collaboration législative

J’ai eu la chance d’intervenir, il y a dix jours, dans le séminaire interne du CEVIPOL, le laboratoire de science politique de l’Université Libre de Bruxelles. J’étais invité par Émilien Paulis, que je remercie au passage pour l’invitation, pour la logistique et pour l’accueil sur place.

Mon intervention portait sur l’étude des réseaux de collaboration législative. Les slides que j’ai utilisées sont proches de celles que j’avais présentées en juin 2016 dans une conférence d’utilisateurs de R, et que j’ai présentées à nouveau cette même année dans une conférence « quanti » à Lille et dans le séminaire du Médialab de Sciences Po.

Quelques extraits ci-dessous, à cliquer pour obtenir les slides au complet :

Women Also Know Stuff, édition personnelle 2017/02

La suite de ce billet. Édition précédente : 2017/01. Les règles de cette série de billets se précisent : tous les liens pointent vers des textes ou des morceaux de musique composés par des femmes (ou co-composés par au moins une femme, dans le cas des compositions multi-auteurs). Chaque billet de la série est publié à la fin du mois et contient 10 items, plus une « mention spéciale » (spéciale en quoi ? je ne sais toujours pas). Les domaines couverts sont variés, mais vu ce que je lis et j’écoute, attendez-vous à de la science politique (évidemment), de l’analyse de données1, et de la musique bizarre.

  1. Emily Barry, « Applying Data Science to the Supreme Court: Topic Modeling Over Time with NMF (and a D3.js bonus) » :

    barry-scotus-topics

  2. Jenny Andersson et Egle Rindzeviciute, « The Political Life of Prediction. The Future as a Space of Scientific World Governance in the Cold War Era » :

    This working paper explores the role of the future as a space of scientific exchange and dialogue in the Cold War period. We argue that in East and West the governance of the future were understood as both intellectual and technical problem that, importantly, challenged existing notions of the nature of liberal democratic and communist political regimes. Casting the future as a governable sphere led to the development of new forms of scientific governance which sought explicitly to depoliticize the future and turn it into a new transnational domain of technocratic politics. The paper focuses on the parallels and exchanges among American and Soviet futurologists. East-West collaboration was essential to the invention of the future as a governable technoscientific space, situated beyond political dispute.

  3. Daphne Oram2, Andrea Parker3 et Daz Quayle, « Are You There? » (Live from the Roundhouse), tiré de Private Dreams And Public Nightmares (2011) :

  4. Valerie J. Bunce et Mark R. Beissinger, « Taking Democracy for Granted » (sur l’excellent blog collectif Duck of Minerva, qui devrait plaire à tous les lecteurs de Crooked Timber et de The Monkey Cage) :

    … The costs of nationalist tropes for democracy are many. They give candidates a license to avoid talking about policy. They silence the opposition, since it cannot possibly come out against the nation. They sow divisions among the public. But perhaps their greatest danger is that they give rise to the demand for strong leadership—leaders who will do anything to defend the nation from its enemies.

    To those who view American politics as exceptional, Trump is an anomaly that is difficult to explain. To us, his politics are disconcertingly familiar.

  5. Katharina A. Zweig, Network Analysis Literacy. A Practical Approach to the Analysis of Networks (Springer, 2016) — un bouquin qui clarifie l’analyse de réseaux par le biais des modélisations complexes parues ces dernières années. Fort utile.

  6. Elisabeth S. Clemens : What is Political Sociology? (Wiley, 2016). Ayant lu quelques-uns des articles de l’auteur, je m’attends à une excellente synthèse couvrant un énorme spectre spatio-temporel, à la Sewell.

    Note : j’ai reçu, depuis la rédaction de ce billet, ma copie de l’ouvrage, et je ne suis pas déçu. Comme prévu, c’est une vaste mais brève synthèse de la sous-discipline.

  7. DJ Mutamassik (et Spit), « Complicity (M28 Mix)« , remix déjanté d’une chanson d’Arto Lindsay, sur l’excellent album d’illbient Hyper Civilizado (1996) :

    L’album de Mutamassik Symbols Follow (2015), où celle-ci joue tous les instruments, vaut aussi le détour si vous aimez l’ambient expérimental façon Nobukazu Takemura, qui reste le maître absolu, inégalé et inégalable du genre.

  8. Amelia Tait : « The Movie That Doesn’t Exist and the Redditors Who Think It Does » – sur un phénomène qui peut paraître invraisemblable, mais qui est bien connu des chercheurs faisant des entretiens sur des faits distants : le cerveau humain fabrique de très intéressants souvenirs de faits n’ayant jamais existé.

  9. Lucie Beraud-Sudreau et Hugo Meijer, « Enjeux stratégiques et économiques des politiques d’exportation d’armement. Une comparaison franco-américaine » (Revue internationale de politique comparée, 2016) :

    […] Cet article propose un schéma explicatif [montrant] que le poids relatif des considérations stratégiques et économiques dans l’élaboration des politiques d’exportation d’armes dépend, sur le plan international, du positionnement de l’État dans la hiérarchie mondiale des producteurs d’armement et, sur le plan national, du degré de dépendance à l’exportation de son industrie de défense. Cette typologie est ensuite testée à travers une comparaison des politiques américaine et française d’exportation d’armement, à partir d’entretiens réalisés à Washington D.C. et à Paris et de câbles diplomatiques fuités par Wikileaks. […]

  10. Anoushka Shankar, « Red Sun« , de l’album Rise (2005) :

Mention spéciale : Fernanda Martins, l’une des rares femmes dans le sous-genre hard techno/schranz, qui est quasi-exclusivement dominé par des hommes (Kvitta, Liebing, Natus, Ranieri, Rush). Le mix ci-dessous a été réalisé avec Sheefit, a.k.a Gabriela Mariano, la moitié féminine du duo de hard techno Motormorfoses.

  1. Généralement avec R, parfois avec Python. []
  2. Une pionnière du genre (synthétiseurs et musique concrète). Mon billet de 2016 en cite d’autres. []
  3. Oui, c’est la même que dans l’édition 2017/01. []

Annals of Youtube Science 1(2) Suppl 1 : Il faut défendre la société civile américaine

La plupart des billets publiés sur ce blog le sont avec plusieurs semaines d’avance : le précédent, qui parle de la « transition Trump » aux États-Unis, ne fait pas exception, et évoque donc la période révolue de son arrivée au pouvoir.

De ce fait, je n’y ai pas évoqué les derniers événements, et en particulier deux des événements contestataires qui ont marqué l’actualité politique américaine dernières semaines — « marches pour les femmes » juste après l’inauguration de Trump, et manifestations dans les aéroports contre le refugee ban.

Dans les deux cas, ces événements donnent un très bon aperçu de ce que l’on enseigne, en sociologie politique, sous le nom de « participation politique non conventionnelle » : des acteurs sociaux, plus ou moins organisés en amont, se mobilisent en dehors des dispositifs politiques que sont les partis, les élections et le vote, pour faire connaître leur (absence de) soutien aux pouvoirs publics par d’autres moyens, autorisés ou non par ces mêmes pouvoirs.

Toutes les dimensions de ces événements sont intéressantes à analyser : le degré d’organisation préalable des groupes mobilisés (les mouvements féministes, les groupes de soutien aux réfugiés), la couverture médiatique des mouvements, la stratégie de moyen terme de l’exécutif…

La conférence ci-dessous s’inscrit dans ce contexte. Il s’agit d’une table ronde organisée par la NYU School of Law (chaîne Youtube), et qui montre comment la communauté universitaire est en train de s’organiser pour disséquer, mais aussi surtout pour lutter contre, les mesures de l’administration Trump :

Encore une fois, toutes les dimensions de l’événement sont intéressantes à prendre en compte : les personnes qui s’expriment ici – les juristes d’une université « libérale » de la côte Est – étaient préalablement organisées, dotées de capitaux très importants liés à leur activité professionnelle – très fort niveau de politisation, connaissances pointues en droit, salaires et budgets universitaires, très hauts niveaux de capital social, etc. –, auxquels se superposent la spontanéité et les forces supplémentaires de l’indignation, et leurs actions sont susceptibles d’avoir des conséquences de court, moyen et long termes.

Je n’ai pas le temps de rendre compte, dans le détail, de toutes les idées qui me viennent à l’esprit en suivant, par le biais des médias américains, les événements en cours—limogeage forcé de l’Acting Attorney General Sally Yates, résistance des tribunaux aux mesures de déportation, et ainsi de suite. Tout juste ai-je le temps d’attirer l’attention sur l’importance de l’arme du droit dans ce qui est en train de se jouer aux États-Unis.

À ce sujet, voici deux conférences données au Canada en 2014 par Liora Israël. La première, intitulée « Mobiliser le droit. Une approche sociologique« , est malheureusement un peu difficile à écouter, mais elle est très éclairante, de même que la seconde, intitulée « Résister par le droit: une approche sociologique« .

Dans une autre vie, je m’étais intéressé à la mobilisation des juristes américains contre les mesures de renforcement du droit d’auteur sur Internet, dont le représentant le plus connu est Lawrence Lessig. Je vois beaucoup de parallèles entre ce combat et ce qui se joue actuellement, mais n’ai malheureusement pas le temps de rentrer dans son détail.

Je laisse toutes ces pistes d’analyse en plan ici, en complément, donc, de mon billet précédent, en espérant que tous ces événements se retrouveront chroniqués sous la forme d’analyses plus complètes sur des blogs comme Lawfare, qui est très réactif, ou Mobilizing Ideas, qui est plus « slow science« .