Elsevier, Springer, ou comment piller la recherche scientifique sans faire de bruit

Les universités, via leurs présidences et leurs conseils, prennent régulièrement des décisions que l’on pourrait qualifier de « géopolitiques », consistant à accueillir (ou pas) des étudiants – mais aussi des personnels, le plus souvent des enseignants – venant de pays présentant des profils particuliers : pays en guerre, ou récemment devenus (encore plus) autoritaires (et/ou théocratiques) suite à un coup d’État, etc.

Dans certains cas plus ou moins bien médiatisés, voire pas du tout, les personnels universitaires s’impliquent dans ces décisions, car ils ont bien conscience qu’une partie de leur ethos professionnel s’y joue, pour le meilleur ou pour le pire.

Il y a, en revanche, et dans mon expérience limitée de la chose, beaucoup moins de personnels mobilisés sur les questions de politique économique ; tout se passe comme si, dans mon milieu professionnel et sur ce point, l’on attendait à ce que des décisions raisonnables soient prises en permanence.

Cette prémisse est évidemment fausse dans un certain nombre de cas plus ou moins flagrants, ce que rien n’illustre mieux que les politiques d’acquisition de (et d’accès aux) revues scientifiques, qui devrait mobiliser l’intégralité des personnels universitaires et scientifiques (et mobiliser aussi leurs tutelles), mais qui ne mobilisent, en pratique, que très peu de monde1.

Exemple 1 : Elsevier

Pour aller vite mais sans déformer la réalité, le marché de l’édition scientifique repose encore largement sur un oligopole construit au fil des quatre derniers siècles2. La société Elsevier, dont j’ai déjà parlé à plusieurs reprises, en est un des plus importants représentants, à la fois par sa taille et par son comportement3.

Tous les problèmes de l’oligopole se manifestent dans l’édition scientifique, mais le plus visible d’entre eux est évidemment celui des prix artificiellement élevés des biens autour desquels s’organisent la collusion : le prix de l’accès aux revues Elsevier pour les entités scientifiques (au premier rang desquelles on trouve les bibliothèques universitaires) est parfaitement obscène.

Cette situation faisait partie des problèmes (car il y en a d’autres, très graves également : lisez la page Wikipedia pré-citée, qui résume assez bien l’état des choses) qui ont amené à la pétition The Cost of Knowledge – pétition qui, à ma connaissance, n’a que très peu mobilisé dans les sciences humaines et sociales4.

Exemple 2 : Springer

L’éditeur scientifique allemand Springer, qui publie toutes sortes de choses plus ou moins scientifiques et selon des principes de publication plus ou moins acceptables5, fait également partie de ces éditeurs scientifiques qui profitent de la situation d’oligopole décrite plus haut.

L’une des ripostes possibles face à un oligopole6 consiste à faire entendre la voix des consommateurs en unifiant leurs pouvoirs d’achat : c’est, en France, la stratégie du consortium Couperin, qui négocie les licences d’accès aux revues scientifiques à des « tarifs de gros », façon Rungis.

Néanmoins, cette stratégie peut, comme toutes les autres, échouer, et amener au résultat suivant, repéré sur Twitter grâce aux retweets de plusieurs amis et collègues :

Il faut noter que la bibliothèque universitaire ci-dessus est loin d’être la seule à avoir dû en venir à l’équivalent d’une décision de boycott : la même chose s’est produite en Allemagne, et même la bibliothèque de l’Université d’Harvard, au budget pourtant exceptionnel, a pratiqué ces ruptures de contrat pour tenter de tirer la sonnette d’alarme sur la situation résumée ici.

Un conflit à bas bruit

Le bras-de-fer qui oppose les éditeurs scientifiques (tels que les deux exemples cités ici, mais il y en a d’autres) aux bibliothèques universitaires mobilisent peu : universitaires et scientifiques apportent parfois un soutien discret à ces décisions, mais font très rarement pression en interne pour que leurs établissements participent concrètement à la lutte contre les pratiques oligopolistiques de l’édition scientifique.

C’est dommage, pour tout le monde ; et c’est également ma conclusion lorsque je vois qu’une plateforme comme HAL ne mobilise que très inégalement les collègues, alors qu’il s’agit, à l’instar de tous les open access repositories, d’un outil de lutte efficace contre les pratiques éditoriales qui desservent l’activité scientifique et sa diffusion.

Deux appels à l’aide

Je termine en (re)formulant deux points que vous aurez lu sans aucune difficulté entre les lignes de ce billet.

D’une part, à titre personnel, et c’est en partie lié à des recherches sur les politiques de propriété intellectuelle, je suis très favorable à toutes les tentatives de faire voler en éclat le modèle sur lequel est actuellement assis (une large partie de) l’édition scientifique. Ce modèle est immoral, inefficace, et sa mort mérite de survenir le plus vite possible.

Faites pareil : portez les propositions anti-oligopolistiques auprès de vos tutelles, de vos conseils scientifiques, de vos bibliothèques universitaires, et utilisez l’open access comme moyen de pression sur les éditeurs qui nous forcent à nous acheter nos propres textes à des prix démentiels, tout en empêchant une plus large diffusion de la connaissance scientifique.

D’autre part, ce billet ne contient que quelques renvois épars vers des sources permettant de se faire une idée de comment fonctionne l’édition scientifique : je n’ai tout simplement pas pris le temps de faire un exposé complet. Si vous en connaissez un exposé détaillé, en français ou en anglais, je suis preneur, afin d’améliorer le récit à très gros traits offert ici.

Voir aussi, du même compte Twitter que cité plus haut, ici et .

  1. On notera toutefois que ce blog est publié sur une plateforme open access financée par l’État : il y a bien des solutions (des alternatives) aux problèmes évoqués dans ce billet. Full disclosure : je participe à la vie de cette plateforme via l’un de ses conseils scientifiques. []
  2. Une large partie de l’édition scientifique continue de se faire selon des principes économiques et éditoriaux qui ne sont plus valides depuis l’avènement des communications numériques, mais qui continuent de prévaloir par dépendance au sentier. []
  3. Signalons au passage qu’Elsevier appartient au groupe RELX, ex-Reed-Elsevier, qui détient aussi les services LexisNexis et SSRN (et le logiciel Mendeley), et qui vendait aussi des armes sur ses salons d’exposition. []
  4. Celles-ci se sont toutefois rattrapées en participant aux initiatives de migration des revues hors du giron d’Elsevier : voir, par exemple, la revue Sociologie du travail. []
  5. Concrètement, une partie des titres Springer sont publiés à compte d’auteur, sans peer review. Ce n’est pas une situation unique dans l’édition scientifique : en France, L’Harmattan est également un éditeur qui publie dans des conditions se rapprochant du compte d’auteur, et souvent sans aucun peer review (bien que cela varie du tout au tout selon la collection). []
  6. L’autre riposte étant évidemment l’exit : voir la note de bas-de-page précédente où je mentionne l’édition open access financée sur fonds publics. []

Garbage in, garbage out : portrait de Parcoursup en CRM

Prélude

Cela fait des mois que j’essaie d’extérioriser mon exaspération vis-à-vis de Parcoursup, des débats – hum, non, des tweets – sur Parcoursup, et surtout des prises de position sur (contre) Parcoursup, parfois portées par ces mêmes personnes démissionnaires dès qu’il s’agit d’accomplir la moindre tâche attenant à la logistique du cursus des étudiants1.

J’ai donc décidé de m’y coller sous la forme d’un long billet vaguement cinglant, où vous n’apprendrez rien de bien technique, ni de bien utile pour concevoir un meilleur système de répartition des étudiants au travers des filières universitaires : désolé, mais comme l’immense majorité du personnel de l’enseignement supérieur, je n’ai absolument pas l’expérience et l’expertise nécessaires à cette tâche2.

C’est parti.

De grandes découvertes

La réforme du système APB (« admission post-baccalauréat »), désormais connu sous le nom de « Parcoursup », a été l’occasion, cette année, de faire quelques grandes découvertes, qui resteront à jamais gravées dans l’histoire des prises de conscience collectives.

La première d’entre elles est que, dans la France du 21e siècle, dont les « grandes écoles » ne sont pas exactement une nouveauté, la moitié des élèves cherche à faire exactement ce que les schémas institutionnels (famille, école, emploi) conseillent de faire, c’est-à-dire intégrer une formation sélective3.

Étonnant, non ? « Tout se passe comme si » les parents d’élèves – qui avaient déjà dû étudier la « carte scolaire »4 – et les enseignants de Terminale avaient eu vent des inégalités d’investissement entre universités et grandes écoles.

C’est proprement renversant.

Autre grande découverte, il y a un nombre de places limitée dans lesdites filières sélectives, et même, ô surprise, dans les universités5, et ce alors même que (presque) tout a déjà été essayé pour réformer la capacité d’accueil dans l’enseignement supérieur suite à la massification de ses usagers :

  • Financer correctement l’Université et recruter suffisamment d’agents à hauteur de l’enjeu : proposition à l’étude depuis quelques décennies. Voir aussi : non-réformes fiscales successives.
  • Dégrader le service en explosant la capacité d’accueil : fait. Voir aussi : maisons d’arrêt6 et services d’urgences des hôpitaux publics, dont les personnels et les usagers débordent d’enthousiasme pour cette méthode de traitement du problème.
  • Faire fusionner n > 1 étudiants en une seule et même personne, ou bien faire enseigner chaque enseignant dans n > 1 salles : à l’étude7.
  • Occuper une partie du premier étage de Sciences Po en signe de soutien aux masses populaires estudiantines : fait8.
  • Faire théoriser la démocratisation des études supérieures par une ex-directrice de l’École Normale Supérieure : fait9.
  • Faire peser la responsabilité de l’échec du système sur les personnels : en cours (méthode dite « jurisprudence Sarkozy du 22 janvier 2009« ).

Un fiasco

Ne manquait au tableau qu’un fiasco, que l’on pourrait décrire par :

Par charité toute chrétienne, je vais laisser les Publications de la Vie Catholique (connues pour leur radicalité révolutionnaire) conclure sur le sujet : « Parcoursup : zéro sens de l’orientation ».

Bon, Télérama a parlé, c’est plié, rentrez chez vous : c’est foiré12. De Parcoursup 2018, il restera quelques bonnes blagues de geek, mais pas grand chose d’autre.

Un algorithme ? Non, un CRM

Enfin, dernière découverte : personne ne semble avoir compris, à l’issu du débat sur Parcoursup, ce qu’est un algorithme—mais cela n’a, en soi, aucune importance : Parcoursup n’est pas une « procédure de calcul aboutissant à un résultat inambigu (et souvent unique, dans le cas des algorithmes dits déterministes) »13.

Parcoursup est un CRM, c’est-à-dire une plateforme de gestion de la clientèle, moins la possibilité d’appeler un numéro surtaxé :

  • Allez donc voir dans un secrétariat à quoi ressemble l’interface de Parcoursup pour un(e) secrétaire de Licence, et dites-moi que cela ne ressemble pas comme deux gouttes d’eau aux logiciels d’un call center.
  • Côté « client », pas mieux, même tableau : l’UI est proche de celle d’une plateforme de compagnie d’assurance (« déclarer un sinistre ») ou de complémentaire santé (« téléverser mes justificatifs »).

Attention, je ne dis pas que le débat sur les algorithmes classants n’est pas légitime : il fallait mener ce débat sur APB14, il faut parler des Weapons of Math Destruction, et il faudra imposer la transparence15 sur les méthodes locales de classement : les craintes à leur sujet sont légitimes, ce qui justifie, à mes yeux, les revendications syndicales et les inquiétudes exprimées çà et sur le sujet16.

En revanche, je dis bien que le problème posé par Parcoursup est très largement déconnecté de celui de la « gouvernementalité algorithmique » et autres gimmicks concepts inutiles ici, non pas parce qu’ils seraient dénués de sens (ils en ont parfois), mais parce qu’il faudrait peut-être être capable de sortir un bilan de terrain avant d’aller donner l’impression d’avoir fumé la moquette et la moitié des cours de Dits et écrits avec17.

Examen de rattrapage

Toutes ces remarques étant faites, à quelles questions aimerais-je obtenir une réponse en 2019, lorsqu’il sera à nouveau de remplir les universités à 100–150% de leur capacité d’accueil, une fois épuisés les recours aux artifices comptables méthodes plus ou moins honnêtes pour faire varier celle-ci ?

Dans le désordre :

  1. Quand réfléchira-t-on sérieusement à une indexation des créations de postes (et a fortiori de la capacité d’accueil) dans les filières en tension et dans les autres, sur les candidatures des futurs étudiants et/ou sur les effectifs actuels dans les universités ?
  2. Quand réfléchira-t-on à une réforme du baccalauréat qui fasse enfin son sort à la croyance généralisée dans l’idée que le niveau baisse, et qui produise des filières pertinentes en termes d’orientation plutôt que socialement classantes ?
  3. Quand disposera-t-on des données fiables18 pour classer, trier, sélectionner les candidats aux études supérieures en local, ce que les universités faisaient, font et feront, d’une manière ou d’une autre19, quels que soient le cadre légal ou l’intention politique conjoncturelle ?

J’ai mis les termes-clé du sujet en gras, au cas où cela puisse aider, même si je n’ai aucun espoir dans l’avenir, sauf peut-être sur le second point. L’an prochain, je m’attends plutôt à un nouveau débat aussi stérile que le premier sur la réintroduction des voeux20, sur les vertus du (non-)tirage au sort, etc. Des heures de débat passionnant en perspective.

Rien ne changera tant que les réformes seront construites à rebrousse-poil des personnels, mais bon, si c’est ça ou augmenter les impôts, y compris locaux, le choix semble vite vu, et il semble qu’il ait été fait de manière quasi-identique sous toutes les couleurs politiques des décennies passées21.

C’est dommage, pour tout le monde, et surtout pour les générations à venir, enfin, surtout pour celles qui ne pourront pas se payer le luxe de fuir l’Université. Le seul progrès dont celles-ci auront bénéficié depuis le début des années 2000 aura été de ne plus avoir à s’inscrire à l’Université sur Minitel. Pour le reste, …

  1. Premier avertissement — Il est presque inutile de le préciser ici, mais je ne vais évidemment pas m’appuyer sur ma seule expérience locale de Parcoursup : une large partie de ce que je vais observer provient de conversations éparses avec des collègues enseignant dans cinq (j’ai compté) grandes villes françaises. []
  2. Deuxième avertissement — Je signale d’emblée que mon expérience locale de Parcoursup est atypique, puisqu’elle est celle d’une école de science politique bilingue anglais/français, et qui n’est ni un Institut d’Études Politiques, ni un établissement du secteur public, et dont l’une des deux Licences est sélective. []
  3. Lorsque François Vatin évoque cette évidence dans cette émission de radio, ses deux interlocuteurs – et l’animateur de l’émission – ont une réaction intéressante, car typique du débat sur la séparation entre grandes écoles et universités en France : ils ignorent complètement le propos et passent à autre chose. []
  4. Dont il faut noter que l’on peut forcer les gens à la respecter, mais que ce n’est pas aisé : cela demande un minimum de courage politique. []
  5. Filière de psychologie dans une université français, 2018 : environ 1 800 candidatures recevables ; capacité d’accueil à environ 1 200 ; admissions à environ 1 400 (on compte sur les étudiants qui ne viennent jamais). Je cite de mémoire. []
  6. En centrale, on me dit que ça va, tout baigne. []
  7. Je vous promets que la seconde proposition est sérieusement à l’étude. Voir aussi : cours sur DVD en PACES et autres techniques de pointe pour mettre en œuvre l’équivalent de la « Ferme des Mille Vaches » en première année de Licence. []
  8. Full disclosure : j’enseigne à Sciences Po (dans un bâtiment différent). []
  9. La même a publié une tribune que les étudiants pourront lire si leur bibliothèque universitaire est abonnée au Monde. Idem pour cette autre tribune de Pierre Mathiot, ancien directeur de l’IEP de Lille, et ex-candidat à la direction de Sciences Po. []
  10. Voir aussi : le Parcoursup des filles, et celui des lycées de banlieues, qui savaient, pour les seconds, que le truc allait se retourner contre eux, comme d’habitude. []
  11. Intervention de chercheurs qui pointe le problème principal : quand on retire l’algorithme d’une méthode de sélection, il faut être clair sur ce que l’on met à la place. Si c’est un système de matching à deadlines successives, alors on peut s’attendre à ce que les victimes usagers usent de stratégies pour ne pas toujours révéler immédiatement leurs préférences : c’est exactement ce qui s’est passé. GIGO. []
  12. Pour la version moins politically correct, mais qui, fondamentalement, dit la même chose (la comparaison ne va pas leur plaire…), voir ce tract de La Brique, un canard lillois qui fait le boulot quand il faut critiquer la sélection sociale à l’Université. J’héberge le tract ici jusqu’à ce qu’il soit en ligne sur le site Web officiel. []
  13. Une définition plus complète évoquerait aussi la finalité du procédé de calcul que décrit un algorithme, généralement une visée prédictive ou classificatoire. Parcoursup n’est rien de cela : c’est un jeu de chaises musicales étalé sur six mois, avec la dose d’aléatoire et d’entropie qui va avec. []
  14. Ce qui a été fait, au moins au moment de la publication de son code-source (voir aussi ici et ) : on a ainsi pu découvrir à quel point PL/SQL est un langage atroce. []
  15. L’initiative AlgoTransparency de Guillaume Chaslot va bien plus loin que le sujet de ce billet, et vaut vraiment le détour. Aucune compétence technique n’est requise pour comprendre le problème. []
  16. En revanche, soyons clairs, il ne faut pas écouter Frédéric Beigbeder sur ce sujet ou, jusqu’à preuve du contraire, sur n’importe quel autre. []
  17. L’impression, j’ai dit : ne me faites pas dire ce que je n’ai pas écrit. []
  18. C’est le scoop de ce billet, caché dans une note de bas-de-page car personne ne les lit : les données Parcoursup sont parcellaires au point d’être quasi-inutilisables dans certains cas, et sont même parfois arithmétiquement douteuses, avec des moyennes annuelles qui ne reflètent pas les moyennes trimestrielles. Ça pourrait s’attaquer au tribunal administratif, tout comme les classements ex æquo, pratiqués de facto malgré leur interdiction, mais bon… Personne ne lit les notes de bas-de-page, je vous dis. []
  19. « People-sorting is what educational systems do« . Dans le cas de Parcoursup (mais pas des ECN, par exemple), qui dit classement dit sélection, d’où les attaques principielles que vous aurez lues ici, , ou dans plein d’autres des références de ce billet. Reste que qui classe trie (cf. lettres de recommandation), et qui trie sélectionne (cf. obtention du diplôme) – bref, le fond de commerce, expression provocatrice employée ici à dessein, de tout dispositif éducatif après l’âge légal de fin de la scolarité obligatoire. []
  20. Il faudra aussi voir ce qu’il adviendra du débat, beaucoup plus intéressant de mon point de vue, sur la remise à niveau en première année de Licence. []
  21. L’autre solution serait de tout privatiser, pour finir avec un système ultra-classiste (et par voie de conséquent, raciste jusqu’à la moelle). En France, on trouvera toujours 2–3% de la population pour soutenir cette idée, mais heureusement jamais plus—pour le moment. []

Vacarme et malaise autour d’Avital Ronell

Comme beaucoup de monde, j’ai lu cet été un article du New York Times au sujet d’un cas un peu particulier de Title IX, la procédure qui permet aux universités américaines d’enquêter sur les cas de harcèlement moral et sexuel. La procédure vise cette fois une professeur de littérature apparemment très réputée, Avital Ronell.

Je ne me tiens pas particulièrement informé sur ce qu’il se passe dans les départements universitaires américains, mais la lecture des blogs universitaires amène très régulièrement des actualités de ce style – David Lodge, moins l’humour : la réalité est toujours plus tragique que la fiction – dans ma direction : j’ai à l’esprit quelques noms associés à des affaires de ce style en philosophie, en psychologie et en biologie. Sur la procédure du « Title IX », je me souviens aussi de cette critique, qui avait fait beaucoup réagir.

Pour celles et ceux qui souhaiteraient passer des heures à s’informer sur l’affaire en cours, le blog The Leiter Reports, qui ne fait pas partie de mon weekly digest, a publié toutes sortes de documents plus ou moins pertinents, dont plusieurs qui concernent le courrier de soutien qu’a reçu Avital Ronell – une femme, accusée par un homme, et dans un contexte particulier : allez lire les détails – de la part de collègues plus ou moins proches.

L’auteur du blog, Brian Leiter, est volontiers provocateur, tout comme ce qui me semble bien résumer sa conclusion provisoire sur l’affaire1 :

The real tragedy here is that this disgraceful behavior by alleged adults and tenured professors should be exposed at this moment in America, when the threats to decency and enlightenment are far greater than those posed by a narcissist professor and her friends. Please remember, dear readers, that most of the university is a serious place, devoted to Wissenschaft, whether history of chemistry or linguistics or political science. Do not visit the sins of some feeble disciplines on the academy as a whole.

Je ne suis pas allé lire Leiter suite à l’article du Times : je suis allé y faire un tour après avoir découvert, dans mes flux RSS, que le magazine en ligne (francophone) Vacarme avait publié plusieurs textes sur l’affaire en cours2. En voici des extraits, qui ne résument pas les textes, mais qui ne trahissent pas non plus, à mon sens, la pente générale de leurs arguments respectifs3 :

Il faut soutenir Avital Ronell non pas parce qu’elle est brillante et irréprochable, mais parce qu’elle ose être Avital Ronell, une femme de lettres queer dans un monde qui a renoncé à la liberté de penser ensemble les structures et la liberté, la liberté de rêver et celle de dire non, qui a renoncé à faire savoir que l’assujettissement n’était pas une fatalité à régler sur le mode de l’incrimination judiciaire mais de la négociation entre gens d’esprit. Cela ne vient pas faire s’effondrer les structures oppressives mais rappelle au contraire que quand les structures sont dissymétriques, les superstructures ne peuvent être que de guingois. Guingois du droit et de la judiciarisation, guingois des savoirs et des transmissions, guingois des échanges épistolaires où la confiance a disparu. Non l’affaire Ronell/R. [le plaignant] n’est pas symétrique des affaires #MeToo. Et l’on peut s’étonner malgré tout de la célérité à sanctionner une femme quand tant d’hommes ne sont jamais inquiétés.

Le mal néandertalien est protéiforme et il se cristallise sur des positions qui engluent les êtres malgré eux. Apprendre à le débusquer, tel est l’enseignement auquel nous invite l’affaire Ronell.

Dans le cas présent, il faut mettre en balance une femme de cœur, unanimement reconnue pour sa force et sa générosité, et un étudiant qui n’a pas réussi à obtenir la place qu’il souhaitait – à tort ou à raison – dans le monde redoutablement concurrent des chercheurs américains. Du lieu où je parle, les récentes révélations infamantes dont Avital Ronell est victime ne sont rien d’autres qu’un dangereux recul et, sur fond misogyne, une tragique insulte à la liberté de penser et d’enseigner.

Chère Avital Ronell, […]

[…] Sans doute y avait-il [dans les échanges produits par le plaignant pour justifier son accusation] une imprudence, mais dans toute ta vie intellectuelle, tu as joué avec le feu – avec un brio, une intelligence et un humour dont je ne saurais trop te remercier parce qu’ils m’aident à m’orienter dans mes propres pratiques. [Le plaignant] ne pouvait l’ignorer, sauf à se mentir à lui-même ou à être joué par une passion haineuse. Que la NYU [l’université ayant engagé la procédure d’enquête vis-à-vis d’Avital Ronell] affecte désormais de l’ignorer la déshonore.

Les textes cités ci-dessus ont leurs qualités et leurs défauts. Personnellement, et même si plusieurs des arguments m’ont immédiatement semblé raisonnables, tous les textes m’ont néanmoins paru péremptoires, sans que le rythme de publication de Vacarme ne puisse servir à l’excuser — il me semble, au contraire, que le format du magazine devrait aider à éviter ces formes de pré-jugements à l’emporte-pièce.

Pire, la pente – générale, unilatérale – des textes m’a semblé étonnamment insensible, et dénuée, au fond, du sens critique nécessaire à l’évocation impartiale des faits. Et comme que le monde académique est ce qu’il est, les adversaires attitrés de la French Theory version 2018 ne manqueront pas d’y lire un trait général du courant intellectuel dans lequel se situe Avital Ronell — à lire pour s’en faire une idée : l’entretien que lui a accordé Vacarme, justement, il y a quelques années.

D’où mon malaise, passé au fil de la rédaction de ce billet, et mon souhait, pour terminer, de renvoyer celles et ceux qui se sont interrogés sur cette « affaire » aux textes suivants :

  • Une réflexion de Corey Robin, qui se base sur la lecture des documents versés au procès civil, et qui me semble beaucoup plus mesuré et juste dans ses appréciations4.

  • Une réaction d’Amy Elizabeth Robinson, qui remonte dans son propre passé, avant d’en venir au courrier de soutien à Avital Ronnel, évoqué plus haut :

    The letter […] is about celebrity. It is about the cult of genius. It is lifting an individual outside and above the structures of power and hierarchy that the signers have spent so many years claiming to dismantle. It blames (or at best pigeonholes) the victim, assuages the dominant, and calls into heartbreaking question the genuineness of the signers’ seemingly radical work.

    Pour ce que ça vaut, c’est exactement ce que j’avais lu entre les lignes du courrier, qui est cité in extenso dans les quelques textes que j’ai parcourus. Le reste de l’analyse du courrier est tout aussi excellente : à lire5.

Je n’aime pas réagir à chaud : par conséquent, ce billet sera publié longtemps après sa dernière modification, quand « l’affaire Ronell » aura disparu des médias. Je n’aime pas non plus me faire des ennemis à peu de frais et sans bénéfice évident, et l’utilisation d’un label comme « French Theory » est risquée en ce sens.

Toutefois, jaime encore moins découvrir, dans un magazine que je lis depuis longtemps, que la caricature post-moderne ressemble parfois à l’original, et que les loyautés claniques triomphent parfois aussi bien des spécialistes (attitrés) de l’émancipation et de la critique que du reste du monde.

À lire aussi, cette tribune, cinglante, d’un ancien collègue/étudiant6 de Ronell, et qui résume bien l’affaire. Par ailleurs, comme l’auteur, j’ai trouvé le texte de Masha Gessen – que j’apprécie beaucoup, soit dit en passant – assez faible.

  1. Comble de la provocation, Leiter utilise des doubles espaces en fin de phrase. []
  2. Les dates de ces articles trahissent la date de rédaction effective de ce billet, fin août 2018. []
  3. Je cite tout ou partie des derniers paragraphes des textes. []
  4. Réflexion signalée par Robin sur le toujours-excellent blog Crooked Timber et sur son propre blog. []
  5. Texte trouvé dans les « liens du samedi » du blog Scatterplot. []
  6. Le parfum de subordination de toute cette affaire me rend, à lui seul, malade. []

Du Sidi Ferruch à l’Aquarius

(Un billet encore plus décousu que d’habitude.)

Il y a une semaine, une amie me racontait la « saga » de l’Aquarius. Ne lisant plus la presse française mis à part Le monde diplomatique1, je n’en avais pas entendu parler, sinon par un bref communiqué de la Ligue des Droits de l’Homme.

Comment en est-on arrivé à un tel degré d’absurdité et d’indignité ?

J’ai repensé à l’Aquarius en lisant ceci :

… en avril 1926, au moins une dizaine de « Nord-Africains » furent découverts morts étouffés dans les cales de deux bateaux. Il ne se serait pas agi d’un « drame » isolé, mais seuls des militants du secrétariat colonial de la CGTU dénoncèrent la répétition de ces événements : en décembre 1926, onze Algériens furent « sortis agonisants des soutes du Charley-le-Borgne à Port-Saint-Louis-du-Rhône ». […]

La citation est d’Emmanuel Blanchard, Histoire de l’immigration algérienne en France, 2018, p. 35-362, qui donne quelques autres exemples du même type.

J’ai repensé à la tragédie de l’Aquarius en lisant celle du Sidi Ferruch parce que, si le passé est censé fournir un manuel d’erreurs à éviter au présent, alors peut-être peut-on réduire une partie du problème de la réponse européenne à la crise migratoire à un problème de travail mémoriel insuffisant qui nous amènerait à répéter des décisions absurdes et indignes.

Cet argument me paraît toutefois bien faible : le Sidi Ferruch nous est collectivement inconnu, mais je doute que tout le monde, aussi bien chez les dirigeants que dans les populations européennes, ait oublié le sens d’expression « boat people », et si l’on en croit Patrick Kingsley3, les Grecs des îles se souviennent assez bien des migrations forcées de leurs parents en Asie mineure.

L’Europe est le sous-continent le mieux auto-documenté du monde : elle ne manque pas de connaissances sur son passé, de même qu’elle ne manque pas, dans ce passé, d’événements pertinents pour savoir comment (ne pas) se comporter aujourd’hui.

La même observation prévaut, à mon sens, si l’on considère l’offre en « boussoles morales » qui devraient servir à savoir comment (ne pas) se comporter : de ce point de vue, il y a tout ce qu’il faut dans les fameuses « racines chrétiennes » de l’Europe — par exemple, dans l’Évangile selon Saint-Matthieu, chap. 25, versets 35-40 en particulier.

Reste une autre option : considérer que ce que nous avons oublié est le prix à payer en cas de faute morale — ce qui reste très judéo-chrétien et qui ne fait, en conséquence, aucun tort aux « boussoles morales » précitées.

Réduisons l’existence de fautes morales à deux caractéristiques — celle de violer certaines valeurs, et celle d’être matériellement irréparable. Aucune réponse « logistique », rapide ou tardive, ne peut effacer une faute morale : Steiner en parle parfaitement dans In Bluebeard’s Castle, au sujet de l’Holocauste et de ses conséquences civilisationnelles4.

Les valeurs morales violées par Matteo Salvini ou Viktor Orbán sont évidentes, et l’on relève tout aussi facilement, moi le premier, les fautes morales de Donald Trump, jusqu’à la plus récente sur la séparation des familles à la frontière entre les États-Unis et le Mexique. Mais a-t-on vraiment déjà oublié qu’au moment de la photographie d’Alan Kurdi, on réalisait que nous, Européens, faisions difficilement mieux, voire pire, de notre côté, à « nos » frontières ? Et surtout, a-t-on fait mieux depuis ?

Je ne sais pas si l’Union européenne pourra jamais vraiment se remettre de la faute morale qu’elle commet depuis 2014 environ dans son attitude vis-à-vis de la crise migratoire : aucun des plans d’accueil offerts à l’Italie ne proposait d’absorber plus de 10% des arrivées, au nom d’un aléa moral qui a, dans les faits, détruit toute forme de solidarité réelle entre les États-membres.

Laisser dériver un bateau nous coûtera très cher. Je ne vois aucune manière d’effacer ce genre de faute morale en moins de trois-quatre générations, par un oubli aussi salutaire qu’hypocrite. Peut-être cela fait-il partie de l’ADN de l’Union européenne que de fonctionner de cette manière.

Mise à jour, 6 août — lu sur un blog de la London School of Economics :

As Trump was arriving in London, we were conducting fieldwork in the Aegean Islands’ Reception Centres (or hotspots) and reflecting on the emerging similarities. The double walled fences, composed of chain-linked fences and razor wire, are a clear signal of the militarisation of the space that is used to process and register new arrivals.[…]

Many hotspots lack adequate laundry provisions and the requisite hot water to wash clothing and linen leading to infestations. A lack of capacities (space and translators) means that new arrivals can sit, in wet clothing, for up to 24 hours waiting to be vetted and registered. We were also told stories of parents sleeping in shifts to keep rats out of tents so that they did not bite their children. […]

[…] Europe is not an innocent bystander, the defender of human rights. We, too, are complicit in the caging of migrants within our own borders, and we must build on the momentum of this current protest to challenge the policies that place adults and children alike behind razor wire.

  1. Au passage, le site Web du « Diplo » est un excellent complément à l’édition papier, avec notamment des lectures audio des articles. []
  2. L’ouvrage a quelques défauts (pas de cartes dans les premières pages ?), mais surtout beaucoup de qualités, dont une bibliographie étendue. []
  3. Je tenterai de reparler de l’ouvrage sous peu, ayant eu l’occasion de le dévorer lors d’un séjour scientifique de quelques jours à Vienne. []
  4. Steiner fait de l’Holocauste une sorte de point de non-retour civilisationnel qui va beaucoup plus loin que le malaise civilisationnel freudien ou que la « crise des savoirs » husserlienne. []

Aiding and abetting

18 U.S. Code § 2 – Principals

(a) Whoever commits an offense against the United States or aids, abets, counsels, commands, induces or procures its commission, is punishable as a principal.

(b) Whoever willfully causes an act to be done which if directly performed by him or another would be an offense against the United States, is punishable as a principal.

Dans l’un de mes trop nombreux billets sur Donald Trump, j’avais formulé la prédiction suivante, lâchement planquée dans une note de bas-de-page :

dans les deux années qui arrivent, le président des États-Unis d’Amérique sera publiquement à l’origine de l’assassinat ciblé d’un citoyen américain à l’intérieur de ses frontières, via Twitter ou autre medium lui permettant de communiquer avec la frange psychopathe de la population des États-Unis.

La prédiction ne s’est heureusement pas encore vérifiée, mais le nombre d’incidents se rapprochant du scenario évoqué est tragiquement remarquable.

Trump a publiquement appelé à l’exécution des individus reconnus coupables de terrorisme, à au moins deux reprises. Notons au passage que son premier appel, qui faisait suite à l’attentat de Barcelone, se fondait, comme si souvent avec Trump (et en politique en général1), sur un mythe aussi persistant qu’infondé.

Vint ensuite la marche de Charlottesville, que Trump refusa d’abord de condamner, avant de le faire du bout des lèvres : « both sides »2 ! Rappelons que la marche en question, un défilé de néonazis et paramilitaires aux sympathies pro-Trump univoques, a fait une victime à la voiture-bélier chez les contre-manifestants.

Vint ensuite ce tweet, qui se rapproche de très près du scenario que j’envisageais en début d’année : un appel au meurtre à peine voilé3. L’appel fut heureusement non suivi d’effet et non renouvelé, Trump et ses proches semblant désormais se contenter d’insulter CNN à la moindre occasion.

Hier, un « militant 2.0 » de Trump a apparemment tué son propre père, à l’issue d’une dispute au cours de laquelle il aurait traité ses parents de « pédophiles gauchistes ».

La rhétorique provocatrice de Trump annonce, hélas, d’autres incidents de ce style, à tel point que même le régime nord-coréen me paraît rationnel dans certaines de ses interrogations sur le maintien au pouvoir de l’actuel président des États Unis d’Amérique.

En moins d’un an, Trump n’a fourni aucune des garanties qui auraient rendu absurde la perspective d’une révocation en cours de mandat. Il ne s’est pas non plus extirpé de « l’enquête russe », et n’a créé aucun bénéfice politique qui puisse lui assurer une clientèle électorale susceptible de le reconduire au pouvoir. On top of that, il compte toujours au moins autant d’ennemis que de soutiens dans l’appareil d’État.

L’ancien directeur du renseignement intérieur américain James Clapper a certainement raison de penser que la perspective d’une révocation reste peu probable : la procédure est compliquée et très coûteuse, pour des bénéfices très incertains. Je ne parviens pas à imaginer quel événement hors du commun pourrait modifier cet équilibre, en rendant le statu quo moins préférable à un scenario de vacance au pouvoir.

À y réfléchir, je préfère ne pas l’imaginer.

  1. Vous avez remarqué que ça fait au moins deux semaines que personne n’a parlé de « l’arrivée démocratique au pouvoir d’Adolf Hitler » ? Ça ne saurait tarder. []
  2. En 2016, Trump avait également refusé de se distancier du Ku Klux Klan. Dans le cadre de ce billet, ce sont l’absence de condamnation morale et l’appel à la violence qui m’intéressent, mais il faut remettre la déclaration de 2016 en perspective : Trump n’était pas élu, et jouait alors chacune de ses phrases sur le marché de l’attention médiatique. Son « jeu présidentiel » (et, je suppose, le reste de son existence) montre que c’est le seul jeu qu’il connaît par ailleurs. []
  3. Les militants pro-Trump affirment avoir trouvé, dans la correspondance email d’Hillary Clinton, un appel au meurtre de Julian Assange (« can’t we just drone this guy? »), sans toutefois en apporter la preuve. []

Reprise : Trump en Khomeini

Je ne sais pas par où commencer.

En un mois sous Trump, il s’est passé plus de choses aux États-Unis qu’en cinq ans en France sous Hollande. C’est en tout cas de cette manière que j’ai vécu l’écoulement du temps entre l’escalade nucléaire avec la Corée du Nord1 et le défilé néo-nazi meurtrier de Charlottesville, que je n’ai même pas besoin de chroniquer : les deux événements ont largement occupé les « unes » des médias, au moins jusqu’au jour des attentats en Espagne (ou du transfert de Neymar, je ne sais pas et ne veux pas savoir).

Il y aurait énormément à écrire sur Trump : sur sa campagne, sur son élection et sur la domination subséquente des institutions politiques américaines par le Parti républicain, sur les « cent premiers jours », sur le fonctionnement chaotique de la Maison Blanche, sur ses relations tendues avec le Congrès autour de l’abrogation (ratée, à plusieurs reprises) de la réforme Obama du système de santé, sur l’homologie entre Trump candidat et Trump président, sur la polarisation de l’électorat, sur la stratégie anti-analytique consistant à détruire toute forme d’intelligence bureaucratique autour de la présidence, sur…2

J’ai essayé d’écrire quelque chose dans l’immédiat après-élection, mais il a fallu plusieurs mois pour que certains aspects du vote soient convenablement documentés et explorés, et je me suis dégonflé. C’était d’autant plus facile qu’une fois élu, Trump s’est tout de suite lancé dans une série d’actions à peu près toutes aussi dangereuses (dans tous les sens du terme) les unes que les autres, à l’exception peut-être de sa politique de nominations massives dans les circuits judiciaires, qui constituera en toute probabilité son héritage politique le plus durable.

Il faudrait aussi que je retourne lire sur les modèles de leadership, et que je commence à classer mes sources : j’ai archivé plein de choses, mais de manière assez désordonnée, en utilisant des catégories sans intérêt. Bref, je ne trouve pas vraiment de manière de me consoler de mon incapacité à m’organiser (mais aussi, me calmer) suffisamment pour écrire sur Trump—ce que j’ai déjà beaucoup trop fait sur ce blog, de manière anarchique et généralement impulsive.

Le risque d’un mandat incomplet

Un ami me demandait hier quelle était la probabilité que Trump termine son premier – et espérons-le, unique – mandat présidentiel. Je lui ai répondu que c’était une erreur de raisonner dans cette direction, cette probabilité n’étant pas le complément de la somme des risques que court Trump de ne pas terminer son mandat actuel.

Il me semble que le risque de destitution par un grand jury, à l’issue de l’enquête supervisée par Robert Mueller, est très faible : vu les pressions qui s’exercent sur cette enquête, celle-ci aurait déjà aboutie à une procédure de destitution si cette opportunité s’était révélée possible. Je tend donc à penser que ces conditions n’existent pas, ce qui n’exclut toutefois pas qu’un autre « dossier » que la campagne de Trump ne le place à nouveau dans une situation susceptible de déclencher une telle procédure3.

Quant à la procédure du 25e Amendement, déjà discrètement évoquée en début d’année (note 5), c’est un mystère constitutionnel à mes yeux, et je ne sais pas quoi en penser.

Reste la possibilité, terrible mais très réelle au regard de l’histoire politique américaine, et de l’histoire politique tout court, d’un assassinat. C’est d’ailleurs, de mon point de vue, la seule raison authentique pour laquelle Trump courtise, encourage et ménage, selon le contexte, la frange radicale, nationaliste, raciste, antisémite – et armée – de son électorat4.

Renouvellement de prédiction

Dans la note de bas-de-page évoquée plus haut, je formulais également une prédiction, que je reprends ici verbatim :

Le désastre qui s’annonce est compliqué, mais permettez-moi juste une prédiction : dans les deux années qui arrivent, le président des États-Unis d’Amérique sera publiquement à l’origine de l’assassinat ciblé d’un citoyen américain à l’intérieur de ses frontières, via Twitter ou autre medium lui permettant de communiquer avec la frange psychopathe de la population des États-Unis.

L’attentat domestique perpétré à Charlottesville se situe en périphérie de cette prédiction, qui reste néanmoins, et heureusement, incorrecte. Trump a toutefois déjà indirectement appelé au meurtre, et tout dans son comportement m’autorise à anticiper d’autres appels similaires, avec la possibilité tragique qu’ils soient suivis d’effets réels, y compris « en sens inverse », sous la forme d’actions meurtrières contre les individus se revendiquant de l’actuel président américain5.

À ce stade du raisonnement, et pour bien signifier à quel point je suis consterné par les faits, Trump m’évoque plus l’ayatollah Khomeini qu’Abraham Lincoln. En condamnant Salman Rushdie à mort, Khomeini avait « weaponizé » l’instrument de la fatwa, dont ce n’est pas du tout l’objectif théologique doctrinal. Trump est un homme de son temps, et il a très bien compris, comme d’autres, l’usage stratégique des réseaux sociaux pour faire peser la menace de la violence physique sur des cibles plus ou moins bien identifiées.

De plusieurs manières, Khomeini est aussi un très bon symbole du retour à un conservatisme qu’on espérait définitivement abandonné. Dans le contexte américain, la contre-révolution raciale n’a jamais été aussi visible qu’à Charlottesville, mais comme au moment de la révolution iranienne, toutes les pièces du puzzle étaient déjà en place. C’est sur la base de cette idée – Trump est une régression d’environ soixante ans en arrière – que je pense que ma prédiction se réalisera sans doute par l’assassinat d’un Noir américain, au nom, et avec l’assentiment à peine voilé, du président des États-Unis.

(Rapide mise à jour : quelques liens en plus.)

Complément, 24 août : Chris Hanretty a déniché un très bon résumé des trois manières dont Trump pourrait quitter le pouvoir vivant. Au passage, vous vous souvenez quand je blaguais sur Trump réclamant les codes nucléaires ? Ce n’est plus très drôle.

  1. J’en ai profité pour apprendre comment le président américain peut déclencher une guerre thermonucléaire. Par ailleurs, la Doomsday Clock n’a pas bougé, mais elle avait déjà avancé en partie à cause de déclarations précédentes de Trump. []
  2. Trump ne résume évidemment pas la société américaine actuelle, qui traverse notamment l’une des pires épidémies qu’elle ait jamais connue. Ne serait-ce que pour le détournement d’attention qu’elle occasionne vis-à-vis de ce qui devrait être un thème (encore plus) saillant dans le débat public, la présidence Trump est déjà, en soi, un échec politique retentissant. []
  3. Je tend également à penser que l’objectif latent de cette procédure est avant tout la destruction de son népotisme familial plus que son removal from office, Trump ayant spectaculairement violé les règles tacites de l’homogamie politique jusqu’alors en place. []
  4. Autant être clair pour celles et ceux qui tomberaient sur ce billet sans connaître le ‘Bistro : vous vous trouvez en zone pacifiste, où personne n’incitera jamais qui que ce soit à user de la violence contre qui que ce soit—ce qui n’interdit pas de raisonner sur son emploi par d’autres. []
  5. Les probabilités des différents scénarios ne sont pas les mêmes, mais la normalisation de la violence verbale peut avoir toutes sortes d’effets, et les événements rares interdisent de se défausser des scénarios « moins probables » au seul titre qu’ils ne constituent pas le risque majeur d’une situation. []

De l’auto-destruction en Amérique

Début février, j’écrivais ceci :

Depuis la préparation de ce billet il y a quelques semaines, Trump est devenu président des États-Unis, a littéralement décimé certains ministères fédéraux, et a pris toute une suite de mesures qui confirment le fonctionnement autocratique et anti-légaliste de son administration rapprochée. Les plus optimistes s’attendent à une procédure réussie d’impeachment1, les plus pessimistes parlent de ballon d’essai pour un coup d’État.

J’ai encore du mal à croire qu’en quelques semaines à peine, on en soit arrivé au stade où les deux cas de figure évoqués ci-dessus soient devenus, à des degrés différents, crédibles, mais c’est bien le cas : les révélations des dix derniers jours ont fourni tout ce qu’il faut pour justifier d’une procédure d’impeachment contre Donald Trump, ou même, procédure tout à fait exceptionnelle qu’un ami au sens politique hors du commun avait prédit il y a plusieurs mois, d’une invocation du 25e Amendement, Section 4.

Dans ce contexte, il n’est pas étonnant que les membres des chambres parlementaires en viennent à réfléchir aux alternatives, et à la meilleure manière de les mettre en oeuvre : c’est à ce type de « destitution concertée » que l’histoire des régimes autoritaires destine les autocrates en situation d’effondrement de leurs soutiens.

Comment en est-on arrivé là ?

Le spectacle affligeant et obscène qu’a offert Trump dès son entrée en fonction – et avant ça, pendant la campagne électorale – a de nombreuses explications, mais voici trois éléments dont il me semble qu’ils ont très directement contribué à faire émerger la situation actuelle :

  • Dès le départ, Trump a choisi d’ériger la presse en parti d’opposition, et pas seulement en relais indirect des attaques issues d’un camp adverse plus ou moins dissimulé derrière elle : comme le montre l’épisode délirant des attaques terroristes « non couvertes » par les médias, la presse est l’ennemi numéro un de Trump, qui semble incapable de s’intéresser à tout autre espace que l’espace médiatique.

    Cette stratégie est idiote : l’adversaire désigné n’est pas un concurrent électoral, et la destruction physique de l’ennemi n’est pas une option ; en conséquence, je pense que le jeu répété qu’a créé Trump va nécessairement finir par se retourner contre lui, au fur et à mesure qu’augmenteront les coûts de la loyauté que lui porte encore un média comme Fox News.

  • Sa méthode du mensonge érigé en doctrine de gouvernement2, qui se rapproche incroyablement de celle de Slobodan Milosevic, n’est viable qu’entourée des institutions qui font tenir les régimes autocratiques.

    Dans un régime démocratique, je ne vois pas comment le voile ne pourrait pas finir par être levé sur le fait que Trump ne comprend absolument rien à rien à l’économie ou à la diplomatie, avec pour conséquence d’être incapable de satisfaire ses électeurs, en plus de faire peser une réelle menace géopolitique au niveau mondial.

  • Vient enfin la guerre interne que Trump semble avoir ouvert avec l’appareil exécutif fédéral, en cherchant à lui faire subir ce que Newt Gingrich a fait au Congrès, c’est-à-dire tenter de le rendre stupide (du grec stupos, frappé de stupeur). C’est en tout cas comme ça que je perçois sa guerre à bas bruit aux statistiques officielles3, ou son non-remplacement de conseillers en politique étrangère, en sciences et technologies, et plus généralement un peu partout dans l’appareil fédéral4.

    Or, à long terme, je ne comprendrais pas que la bureaucratie ne prenne sa revanche, à sa manière : en sabotant les projets du saboteur, en rendant les coups avec plusieurs mois (voire années) de décalage, et en savourant les effets de sa contre-offensive aux mid-terms de 2018, par exemple5.

Un changement de cap est-il probable ?

La déroute politique actuelle de Trump peut théoriquement s’arrêter du jour au lendemain, mais cela lui demanderait d’effectuer un « virage de personnalité » dont il est quasi-certainement incapable, en plus d’un changement quasi-intégral de garde rapprochée, ce qui lui demanderait notamment de renier publiquement plusieurs membres de sa famille.

Pour ces raisons, je ne pense pas que Trump « apprendra » de ses errements et modifiera son jeu politique en conséquence : il me semble beaucoup plus plausible qu’il suive le chemin inverse, qui consiste à s’enfoncer dans le déni et à continuer droit devant, au motif que l’on ne s’est pas laissé impressionner par l’opposition.

Il faut rappeler, enfin, que Trump n’est pas un homme politique, et ne semble pas particulièrement sensible à l’effritement de sa base électorale. Les médias les plus serviles de son camp semblent être sa seule source d’inspiration quotidienne, et l’on peut espérer que ceux-ci finiront par se retourner contre lui, d’une manière ou d’une autre.

Rendez-vous dans quelques mois pour un nouveau bilan à mi-parcours.

Addendum : un argument similaire à celui de ce billet est développé dans cette excellente tribune de Masha Gessen, déjà citée ici et sur ce blog.

  1. Les procédures de removal from office sont à la mode : au Brésil et en Corée du Sud, deux présidentes (deux femmes) ont été destituées à quelques mois d’intervalles. Le cas précédent était Viktor Yanukovych (Ukraine) en 2014, l’impeachment de Jacob Zuma (Afrique du Sud) en 2016 ayant échoué. []
  2. Sur cette méthode, le meilleur analyste de Donald Trump reste Scott Adams, qui a parfaitement compris – dans les moments où il arrive à oublier à quel point il déteste Hillary Clinton – le jeu du personnage. []
  3. Trump semble avoir promu suffisamment de personnes motivées par cet objectif pour que les premiers dégâts soient déjà visibles : les données sur la sécurité animale, l’open government data, et bien sûr les données climatiques, en sont les premières victimes. Data delenda est. []
  4. Note : la fin de cette phrase a été rajoutée quelques jours après la publication de ce billet. []
  5. À l’inverse, on imagine mal les bénéfices électoraux que Trump pourrait réclamer pour avoir supprimé quelques pages des sites Internet fédéraux. Sa « stratégie » me semble, ici encore, destinée se retourner contre lui, au moins sur les moyen et long termes. []

Bribes de la conférence XXL

Mi-mars, j’ai pu me rendre à un tout petit segment des journées d’étude « Science XXL », déjà rapidement évoquée dans un des quelques billets « big data » de ce blog.

La conférence se tenait salle Alfred Sauvy de l’Ined, et le peu que j’en ai vu était très réussi : bonne ambiance, présentations et arguments variés, café arôme « service public » à volonté. Et surtout, un peu à la manière du théorème de Cantor, chacune des interventions soulevait tellement de questions connexes que l’on aurait pu organiser une infinité de conférences supplémentaires en partant des positions exprimées.

L’enjeu de la conférence était de comprendre « ce que l’abondance et la diversité des données numériques font au sciences sociales », et si vous êtes intéressés par les réponses apportées à cette question, jetez un coup d’oeil aux comptes-rendus, très détaillés, d’Étienne Ollion et de Béatrice Cherrier.

Je profite de ce billet pour signaler le lancement officiel de « Démarre SHS !« , le programme “DonnÉes MAssives et Riches pour la REcherche en SHS” de l’Institut des données de Grenoble. Leur blog n’en dit pas beaucoup plus pour l’instant.

Hans Rosling ne fera plus de vidéos

Quand on aime les statistiques et la santé publique, on aime les vidéos d’Hans Rosling, qui vient de mourir d’un cancer du pancréas.

J’ai passé (des extraits de) cette vidéo dans de très nombreux cours. C’est d’ailleurs le seul « TED Talk » que j’ai regardé en entier.

Hans Rosling animait le site Gapminder, qu’il a créé avec son fils (si je me souviens bien), et dont j’ai réutilisé plein de cartes et de graphiques.

Toute la communauté de la « dataviz », dont il était devenu l’une de figures de proue pour son talent et son optimisme de vulgarisateur des statistiques du développement, est en deuil depuis hier. La communauté de « l’open data » est aussi en deuil, Rosling ayant beaucoup oeuvré pour la « libération » des données produites par les Nations Unies et par d’autres institutions.

Complément : cet article de la BBC, avec qui Hans Rosling avait travaillé sur le documentaire « The Joy of Stats« , contient quelques information supplémentaires.

Mon exemple favori d’erreur d’inférence écologique

Ce billet traînait depuis plus d’un an et demi dans les brouillons du blog : le texte date de mai 2015. Je le publie sans retouches, mais vous aurez bien noté que le « peu de temps » dont je parle au début renvoie à cette période, c’est-à-dire aux premiers mois ayant suivi l’attentat contre Charlie-Hebdo.

Il y a peu de temps, Nonna Mayer et Vincent Tiberj ont pris le temps de fournir quelques résultats sérieux sur la sociologie des participants à la « marche républicaine » qui a suivi les attentats de janvier. Leur tribune répond au dernier ouvrage d’Emmanuel Todd, qui s’est basé sur différentes corrélations géographiques pour affirmer que les participants de la « marche » étaient… autant le laisser s’expliquer :

À la suite des travaux de Durkheim sur le suicide, ou de ceux de Max Weber, mon but, c’est de faire comprendre aux gens les valeurs profondes qui les font agir et qui ne sont généralement pas celles qu’ils imaginent. Quand on observe la carte des manifestations, la première chose qui frappe, c’est ce que l’Insee appelle avec élégance la prédominance des « cadres et professions intellectuelles supérieures ». C’est elle qui permet de comprendre l’importance qu’elles ont prise à Paris, Toulouse, Grenoble, etc.

Cette « chose qui frappe » s’enseigne d’ailleurs depuis des décennies en première année de sciences sociales : la participation politique (conventionnelle, comme le vote, ou pas, comme la manifestation) est inégalement distribuée en fonction, notamment, du plus haut niveau de diplôme obtenu. Mais c’est la suite du raisonnement qui contient le ressort argumentaire principal de Todd. Accrochez-vous :

L’autre variable qui, pour moi, d’une certaine manière, est encore plus importante encore, c’est la surmobilisation des vieilles terres issues du catholicisme. Là, il faut que je rappelle ma théorie des deux France, un modèle avec lequel je fonctionne depuis longtemps déjà. D’un côté nous avons la vieille France laïque et républicaine – le Bassin parisien, la façade méditerranéenne, etc. –, la France qui a fait la Révolution en somme. De l’autre, il y a la France périphérique : l’Ouest, une partie du Massif central, la région Rhône-Alpes, la Lorraine, la Franche-Comté. Ce sont les régions qui ont résisté à la Révolution et dans lesquelles l’imprégnation catholique est restée très forte jusqu’au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. […]

Eh bien, ce qui a inspiré ma méfiance immédiate, c’est que le 11 janvier, la mobilisation a été du simple au double entre la France de tradition athée et révolutionnaire et cette France périphérique, historiquement antirépublicaine. Ce sont les régions les moins républicaines par le passé qui ont le plus manifesté pour la laïcité, avouez qu’il y a là quelque chose d’étrange. En somme, les bastions ex-catholiques sont les endroits où on a le plus milité pour le droit au blasphème. Si on compare Marseille et Lyon, on voit même que l’intensité des manifestations est du simple au double. Qu’on ne vienne pas me dire dans ces conditions qu’il s’agit de la même laïcité que celle d’hier !1

Nonna Mayer et Vincent Tiberj rappellent ce qui doit inspirer une « méfiance immédiate » dans ce type de raisonnement, en faisant référence à William S. Robinson et à l’inférence écologique, que j’adore illustrer (pour enseigner le paradoxe de Simpson) avec cette slide, qui est d’ailleurs précédée d’un rappel de l’exemple historique de Robinson, qui concernait l’illettrisme2 :

ei

La propension à la mobilisation au niveau régional

Bon, soyons charitable avec Todd. Supposons qu’il ait raison, et qu’une fois le niveau de diplôme pris en compte, la propension à se mobiliser « pour la laïcité » et « pour le droit au blasphème » le 11 janvier soit différente d’une région à l’autre, en rapport à l’héritage catholique régional. Après tout, la réponse que lui font Nonna Mayer et Vincent Tiberj ne dit rien de la géographie des participants.

En revanche, pour que cette différence soit autre chose qu’un artefact, il faut qu’à niveau de diplôme égal et en dehors du contexte du 11 janvier, les habitants des différentes régions françaises aient la même propension à la mobilisation, sinon le lien avec la laïcité se retrouve pris dans un ensemble d’explications possibles au différentiel de mobilisation qu’observe Todd, sans distinction possible sinon de manière subjective.

On va donc prendre les données de l’European Social Survey (ESS) et regarder ça de plus près pour les années 2010 et 2012 (les années précédentes n’utilisent pas les mêmes regroupements géographiques, ce qui rendrait l’analyse plus longue qu’une pause-café). L’une des questions posées dans l’ESS (variable pbldmn) devrait faire l’affaire :

Il existe différents moyens pour essayer d’améliorer les choses en France ou pour empêcher que les choses n’aillent mal. Au cours des 12 derniers mois, avez‐vous fait l’une des choses suivantes ? … Avez‐vous pris part à une manifestation autorisée ?

On va vérifier, en langage Todd où les régions parlent d’elles-mêmes, que les différentes régions françaises répondent « oui » dans la même proportion à cette question. Voici la carte des « réponses régionales », en pourcentage des enquêtés et en tenant compte du schéma de pondération qui fait toute la qualité de l’enquête :

ess_pbldmn_1000_500

Comme on pouvait s’y attendre, la propension à manifester varie dans l’espace et dans le temps, selon des régularités qui ne s’observent pas au niveau régional : les cartes ne montrent pas les erreurs standard, qui sont conséquentes (certaines régions ne sont « représentées » que par quelques dizaines d’enquêtés), et ne disent rien du profil socio-démographique des résidents, qui varie (aléatoirement) d’une vague de l’enquête à l’autre.

On pourrait s’amuser à aller plus loin, mais pour quoi faire ? Les données ESS ne révèlent qu’une seule chose de manière stable, qui correspond à ce qu’expliquent Nonna Mayer et Vincent Tiberj à partir de données différentes : la propension à la mobilisation est nettement plus faible à droite, et plus nettement forte chez les diplômés (je ne montre pas les coefficients, mais vous pouvez faire tourner le modèle chez vous).

Pour détecter un effet géographique du style de ce que décrit Todd, il n’y a que deux manières de s’y prendre. La première consiste à réunir des données aussi granulaires que possible, de les faire passer dans un modèle multi-niveaux, et d’en tirer des conclusions prudentes sur tel ou tel prédicteur. La seconde consiste à avoir une théorie et beaucoup, beaucoup d’assurance.

  1. La dernière phrase est sublime, n’est-ce pas ? C’est extrait d’un entretien au Nouvel Obs du 30 avril 2015. Le journaliste lui sert d’ailleurs complètement la soupe. Je n’ose pas citer le site Internet sur lequel j’ai récupéré l’extrait. []
  2. Les états américains où l’illettrisme était le plus fort était ceux où il y avait le moins d’immigrés, alors que le fait d’être né à l’étranger est un prédicteur individuel de l’illettrisme. Le paradoxe du vote des riches et des pauvres aux États-Unis est un autre exemple. []