Reprise : Trump en Khomeini

Je ne sais pas par où commencer.

En un mois sous Trump, il s’est passé plus de choses aux États-Unis qu’en cinq ans en France sous Hollande. C’est en tout cas de cette manière que j’ai vécu l’écoulement du temps entre l’escalade nucléaire avec la Corée du Nord1 et le défilé néo-nazi meurtrier de Charlottesville, que je n’ai même pas besoin de chroniquer : les deux événements ont largement occupé les « unes » des médias, au moins jusqu’au jour des attentats en Espagne (ou du transfert de Neymar, je ne sais pas et ne veux pas savoir).

Il y aurait énormément à écrire sur Trump : sur sa campagne, sur son élection et sur la domination subséquente des institutions politiques américaines par le Parti républicain, sur les « cent premiers jours », sur le fonctionnement chaotique de la Maison Blanche, sur ses relations tendues avec le Congrès autour de l’abrogation (ratée, à plusieurs reprises) de la réforme Obama du système de santé, sur l’homologie entre Trump candidat et Trump président, sur la polarisation de l’électorat, sur la stratégie anti-analytique consistant à détruire toute forme d’intelligence bureaucratique autour de la présidence, sur…2

J’ai essayé d’écrire quelque chose dans l’immédiat après-élection, mais il a fallu plusieurs mois pour que certains aspects du vote soient convenablement documentés et explorés, et je me suis dégonflé. C’était d’autant plus facile qu’une fois élu, Trump s’est tout de suite lancé dans une série d’actions à peu près toutes aussi dangereuses (dans tous les sens du terme) les unes que les autres, à l’exception peut-être de sa politique de nominations massives dans les circuits judiciaires, qui constituera en toute probabilité son héritage politique le plus durable.

Il faudrait aussi que je retourne lire sur les modèles de leadership, et que je commence à classer mes sources : j’ai archivé plein de choses, mais de manière assez désordonnée, en utilisant des catégories sans intérêt. Bref, je ne trouve pas vraiment de manière de me consoler de mon incapacité à m’organiser (mais aussi, me calmer) suffisamment pour écrire sur Trump—ce que j’ai déjà beaucoup trop fait sur ce blog, de manière anarchique et généralement impulsive.

Le risque d’un mandat incomplet

Un ami me demandait hier quelle était la probabilité que Trump termine son premier – et espérons-le, unique – mandat présidentiel. Je lui ai répondu que c’était une erreur de raisonner dans cette direction, cette probabilité n’étant pas le complément de la somme des risques que court Trump de ne pas terminer son mandat actuel.

Il me semble que le risque de destitution par un grand jury, à l’issue de l’enquête supervisée par Robert Mueller, est très faible : vu les pressions qui s’exercent sur cette enquête, celle-ci aurait déjà aboutie à une procédure de destitution si cette opportunité s’était révélée possible. Je tend donc à penser que ces conditions n’existent pas, ce qui n’exclut toutefois pas qu’un autre « dossier » que la campagne de Trump ne le place à nouveau dans une situation susceptible de déclencher une telle procédure3.

Quant à la procédure du 25e Amendement, déjà discrètement évoquée en début d’année (note 5), c’est un mystère constitutionnel à mes yeux, et je ne sais pas quoi en penser.

Reste la possibilité, terrible mais très réelle au regard de l’histoire politique américaine, et de l’histoire politique tout court, d’un assassinat. C’est d’ailleurs, de mon point de vue, la seule raison authentique pour laquelle Trump courtise, encourage et ménage, selon le contexte, la frange radicale, nationaliste, raciste, antisémite – et armée – de son électorat4.

Renouvellement de prédiction

Dans la note de bas-de-page évoquée plus haut, je formulais également une prédiction, que je reprends ici verbatim :

Le désastre qui s’annonce est compliqué, mais permettez-moi juste une prédiction : dans les deux années qui arrivent, le président des États-Unis d’Amérique sera publiquement à l’origine de l’assassinat ciblé d’un citoyen américain à l’intérieur de ses frontières, via Twitter ou autre medium lui permettant de communiquer avec la frange psychopathe de la population des États-Unis.

L’attentat domestique perpétré à Charlottesville se situe en périphérie de cette prédiction, qui reste néanmoins, et heureusement, incorrecte. Trump a toutefois déjà indirectement appelé au meurtre, et tout dans son comportement m’autorise à anticiper d’autres appels similaires, avec la possibilité tragique qu’ils soient suivis d’effets réels, y compris « en sens inverse », sous la forme d’actions meurtrières contre les individus se revendiquant de l’actuel président américain5.

À ce stade du raisonnement, et pour bien signifier à quel point je suis consterné par les faits, Trump m’évoque plus l’ayatollah Khomeini qu’Abraham Lincoln. En condamnant Salman Rushdie à mort, Khomeini avait « weaponizé » l’instrument de la fatwa, dont ce n’est pas du tout l’objectif théologique doctrinal. Trump est un homme de son temps, et il a très bien compris, comme d’autres, l’usage stratégique des réseaux sociaux pour faire peser la menace de la violence physique sur des cibles plus ou moins bien identifiées.

De plusieurs manières, Khomeini est aussi un très bon symbole du retour à un conservatisme qu’on espérait définitivement abandonné. Dans le contexte américain, la contre-révolution raciale n’a jamais été aussi visible qu’à Charlottesville, mais comme au moment de la révolution iranienne, toutes les pièces du puzzle étaient déjà en place. C’est sur la base de cette idée – Trump est une régression d’environ soixante ans en arrière – que je pense que ma prédiction se réalisera sans doute par l’assassinat d’un Noir américain, au nom, et avec l’assentiment à peine voilé, du président des États-Unis.

(Rapide mise à jour : quelques liens en plus.)

Complément, 24 août : Chris Hanretty a déniché un très bon résumé des trois manières dont Trump pourrait quitter le pouvoir vivant. Au passage, vous vous souvenez quand je blaguais sur Trump réclamant les codes nucléaires ? Ce n’est plus très drôle.

  1. J’en ai profité pour apprendre comment le président américain peut déclencher une guerre thermonucléaire. Par ailleurs, la Doomsday Clock n’a pas bougé, mais elle avait déjà avancé en partie à cause de déclarations précédentes de Trump. []
  2. Trump ne résume évidemment pas la société américaine actuelle, qui traverse notamment l’une des pires épidémies qu’elle ait jamais connue. Ne serait-ce que pour le détournement d’attention qu’elle occasionne vis-à-vis de ce qui devrait être un thème (encore plus) saillant dans le débat public, la présidence Trump est déjà, en soi, un échec politique retentissant. []
  3. Je tend également à penser que l’objectif latent de cette procédure est avant tout la destruction de son népotisme familial plus que son removal from office, Trump ayant spectaculairement violé les règles tacites de l’homogamie politique jusqu’alors en place. []
  4. Autant être clair pour celles et ceux qui tomberaient sur ce billet sans connaître le ‘Bistro : vous vous trouvez en zone pacifiste, où personne n’incitera jamais qui que ce soit à user de la violence contre qui que ce soit—ce qui n’interdit pas de raisonner sur son emploi par d’autres. []
  5. Les probabilités des différents scénarios ne sont pas les mêmes, mais la normalisation de la violence verbale peut avoir toutes sortes d’effets, et les événements rares interdisent de se défausser des scénarios « moins probables » au seul titre qu’ils ne constituent pas le risque majeur d’une situation. []

De l’auto-destruction en Amérique

Début février, j’écrivais ceci :

Depuis la préparation de ce billet il y a quelques semaines, Trump est devenu président des États-Unis, a littéralement décimé certains ministères fédéraux, et a pris toute une suite de mesures qui confirment le fonctionnement autocratique et anti-légaliste de son administration rapprochée. Les plus optimistes s’attendent à une procédure réussie d’impeachment1, les plus pessimistes parlent de ballon d’essai pour un coup d’État.

J’ai encore du mal à croire qu’en quelques semaines à peine, on en soit arrivé au stade où les deux cas de figure évoqués ci-dessus soient devenus, à des degrés différents, crédibles, mais c’est bien le cas : les révélations des dix derniers jours ont fourni tout ce qu’il faut pour justifier d’une procédure d’impeachment contre Donald Trump, ou même, procédure tout à fait exceptionnelle qu’un ami au sens politique hors du commun avait prédit il y a plusieurs mois, d’une invocation du 25e Amendement, Section 4.

Dans ce contexte, il n’est pas étonnant que les membres des chambres parlementaires en viennent à réfléchir aux alternatives, et à la meilleure manière de les mettre en oeuvre : c’est à ce type de « destitution concertée » que l’histoire des régimes autoritaires destine les autocrates en situation d’effondrement de leurs soutiens.

Comment en est-on arrivé là ?

Le spectacle affligeant et obscène qu’a offert Trump dès son entrée en fonction – et avant ça, pendant la campagne électorale – a de nombreuses explications, mais voici trois éléments dont il me semble qu’ils ont très directement contribué à faire émerger la situation actuelle :

  • Dès le départ, Trump a choisi d’ériger la presse en parti d’opposition, et pas seulement en relais indirect des attaques issues d’un camp adverse plus ou moins dissimulé derrière elle : comme le montre l’épisode délirant des attaques terroristes « non couvertes » par les médias, la presse est l’ennemi numéro un de Trump, qui semble incapable de s’intéresser à tout autre espace que l’espace médiatique.

    Cette stratégie est idiote : l’adversaire désigné n’est pas un concurrent électoral, et la destruction physique de l’ennemi n’est pas une option ; en conséquence, je pense que le jeu répété qu’a créé Trump va nécessairement finir par se retourner contre lui, au fur et à mesure qu’augmenteront les coûts de la loyauté que lui porte encore un média comme Fox News.

  • Sa méthode du mensonge érigé en doctrine de gouvernement2, qui se rapproche incroyablement de celle de Slobodan Milosevic, n’est viable qu’entourée des institutions qui font tenir les régimes autocratiques.

    Dans un régime démocratique, je ne vois pas comment le voile ne pourrait pas finir par être levé sur le fait que Trump ne comprend absolument rien à rien à l’économie ou à la diplomatie, avec pour conséquence d’être incapable de satisfaire ses électeurs, en plus de faire peser une réelle menace géopolitique au niveau mondial.

  • Vient enfin la guerre interne que Trump semble avoir ouvert avec l’appareil exécutif fédéral, en cherchant à lui faire subir ce que Newt Gingrich a fait au Congrès, c’est-à-dire tenter de le rendre stupide (du grec stupos, frappé de stupeur). C’est en tout cas comme ça que je perçois sa guerre à bas bruit aux statistiques officielles3, ou son non-remplacement de conseillers en politique étrangère, en sciences et technologies, et plus généralement un peu partout dans l’appareil fédéral4.

    Or, à long terme, je ne comprendrais pas que la bureaucratie ne prenne sa revanche, à sa manière : en sabotant les projets du saboteur, en rendant les coups avec plusieurs mois (voire années) de décalage, et en savourant les effets de sa contre-offensive aux mid-terms de 2018, par exemple5.

Un changement de cap est-il probable ?

La déroute politique actuelle de Trump peut théoriquement s’arrêter du jour au lendemain, mais cela lui demanderait d’effectuer un « virage de personnalité » dont il est quasi-certainement incapable, en plus d’un changement quasi-intégral de garde rapprochée, ce qui lui demanderait notamment de renier publiquement plusieurs membres de sa famille.

Pour ces raisons, je ne pense pas que Trump « apprendra » de ses errements et modifiera son jeu politique en conséquence : il me semble beaucoup plus plausible qu’il suive le chemin inverse, qui consiste à s’enfoncer dans le déni et à continuer droit devant, au motif que l’on ne s’est pas laissé impressionner par l’opposition.

Il faut rappeler, enfin, que Trump n’est pas un homme politique, et ne semble pas particulièrement sensible à l’effritement de sa base électorale. Les médias les plus serviles de son camp semblent être sa seule source d’inspiration quotidienne, et l’on peut espérer que ceux-ci finiront par se retourner contre lui, d’une manière ou d’une autre.

Rendez-vous dans quelques mois pour un nouveau bilan à mi-parcours.

Addendum : un argument similaire à celui de ce billet est développé dans cette excellente tribune de Masha Gessen, déjà citée ici et sur ce blog.

  1. Les procédures de removal from office sont à la mode : au Brésil et en Corée du Sud, deux présidentes (deux femmes) ont été destituées à quelques mois d’intervalles. Le cas précédent était Viktor Yanukovych (Ukraine) en 2014, l’impeachment de Jacob Zuma (Afrique du Sud) en 2016 ayant échoué. []
  2. Sur cette méthode, le meilleur analyste de Donald Trump reste Scott Adams, qui a parfaitement compris – dans les moments où il arrive à oublier à quel point il déteste Hillary Clinton – le jeu du personnage. []
  3. Trump semble avoir promu suffisamment de personnes motivées par cet objectif pour que les premiers dégâts soient déjà visibles : les données sur la sécurité animale, l’open government data, et bien sûr les données climatiques, en sont les premières victimes. Data delenda est. []
  4. Note : la fin de cette phrase a été rajoutée quelques jours après la publication de ce billet. []
  5. À l’inverse, on imagine mal les bénéfices électoraux que Trump pourrait réclamer pour avoir supprimé quelques pages des sites Internet fédéraux. Sa « stratégie » me semble, ici encore, destinée se retourner contre lui, au moins sur les moyen et long termes. []

Bribes de la conférence XXL

Mi-mars, j’ai pu me rendre à un tout petit segment des journées d’étude « Science XXL », déjà rapidement évoquée dans un des quelques billets « big data » de ce blog.

La conférence se tenait salle Alfred Sauvy de l’Ined, et le peu que j’en ai vu était très réussi : bonne ambiance, présentations et arguments variés, café arôme « service public » à volonté. Et surtout, un peu à la manière du théorème de Cantor, chacune des interventions soulevait tellement de questions connexes que l’on aurait pu organiser une infinité de conférences supplémentaires en partant des positions exprimées.

L’enjeu de la conférence était de comprendre « ce que l’abondance et la diversité des données numériques font au sciences sociales », et si vous êtes intéressés par les réponses apportées à cette question, jetez un coup d’oeil aux comptes-rendus, très détaillés, d’Étienne Ollion et de Béatrice Cherrier.

Je profite de ce billet pour signaler le lancement officiel de « Démarre SHS !« , le programme “DonnÉes MAssives et Riches pour la REcherche en SHS” de l’Institut des données de Grenoble. Leur blog n’en dit pas beaucoup plus pour l’instant.

Hans Rosling ne fera plus de vidéos

Quand on aime les statistiques et la santé publique, on aime les vidéos d’Hans Rosling, qui vient de mourir d’un cancer du pancréas.

J’ai passé (des extraits de) cette vidéo dans de très nombreux cours. C’est d’ailleurs le seul « TED Talk » que j’ai regardé en entier.

Hans Rosling animait le site Gapminder, qu’il a créé avec son fils (si je me souviens bien), et dont j’ai réutilisé plein de cartes et de graphiques.

Toute la communauté de la « dataviz », dont il était devenu l’une de figures de proue pour son talent et son optimisme de vulgarisateur des statistiques du développement, est en deuil depuis hier. La communauté de « l’open data » est aussi en deuil, Rosling ayant beaucoup oeuvré pour la « libération » des données produites par les Nations Unies et par d’autres institutions.

Complément : cet article de la BBC, avec qui Hans Rosling avait travaillé sur le documentaire « The Joy of Stats« , contient quelques information supplémentaires.

Mon exemple favori d’erreur d’inférence écologique

Ce billet traînait depuis plus d’un an et demi dans les brouillons du blog : le texte date de mai 2015. Je le publie sans retouches, mais vous aurez bien noté que le « peu de temps » dont je parle au début renvoie à cette période, c’est-à-dire aux premiers mois ayant suivi l’attentat contre Charlie-Hebdo.

Il y a peu de temps, Nonna Mayer et Vincent Tiberj ont pris le temps de fournir quelques résultats sérieux sur la sociologie des participants à la « marche républicaine » qui a suivi les attentats de janvier. Leur tribune répond au dernier ouvrage d’Emmanuel Todd, qui s’est basé sur différentes corrélations géographiques pour affirmer que les participants de la « marche » étaient… autant le laisser s’expliquer :

À la suite des travaux de Durkheim sur le suicide, ou de ceux de Max Weber, mon but, c’est de faire comprendre aux gens les valeurs profondes qui les font agir et qui ne sont généralement pas celles qu’ils imaginent. Quand on observe la carte des manifestations, la première chose qui frappe, c’est ce que l’Insee appelle avec élégance la prédominance des « cadres et professions intellectuelles supérieures ». C’est elle qui permet de comprendre l’importance qu’elles ont prise à Paris, Toulouse, Grenoble, etc.

Cette « chose qui frappe » s’enseigne d’ailleurs depuis des décennies en première année de sciences sociales : la participation politique (conventionnelle, comme le vote, ou pas, comme la manifestation) est inégalement distribuée en fonction, notamment, du plus haut niveau de diplôme obtenu. Mais c’est la suite du raisonnement qui contient le ressort argumentaire principal de Todd. Accrochez-vous :

L’autre variable qui, pour moi, d’une certaine manière, est encore plus importante encore, c’est la surmobilisation des vieilles terres issues du catholicisme. Là, il faut que je rappelle ma théorie des deux France, un modèle avec lequel je fonctionne depuis longtemps déjà. D’un côté nous avons la vieille France laïque et républicaine – le Bassin parisien, la façade méditerranéenne, etc. –, la France qui a fait la Révolution en somme. De l’autre, il y a la France périphérique : l’Ouest, une partie du Massif central, la région Rhône-Alpes, la Lorraine, la Franche-Comté. Ce sont les régions qui ont résisté à la Révolution et dans lesquelles l’imprégnation catholique est restée très forte jusqu’au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. […]

Eh bien, ce qui a inspiré ma méfiance immédiate, c’est que le 11 janvier, la mobilisation a été du simple au double entre la France de tradition athée et révolutionnaire et cette France périphérique, historiquement antirépublicaine. Ce sont les régions les moins républicaines par le passé qui ont le plus manifesté pour la laïcité, avouez qu’il y a là quelque chose d’étrange. En somme, les bastions ex-catholiques sont les endroits où on a le plus milité pour le droit au blasphème. Si on compare Marseille et Lyon, on voit même que l’intensité des manifestations est du simple au double. Qu’on ne vienne pas me dire dans ces conditions qu’il s’agit de la même laïcité que celle d’hier !1

Nonna Mayer et Vincent Tiberj rappellent ce qui doit inspirer une « méfiance immédiate » dans ce type de raisonnement, en faisant référence à William S. Robinson et à l’inférence écologique, que j’adore illustrer (pour enseigner le paradoxe de Simpson) avec cette slide, qui est d’ailleurs précédée d’un rappel de l’exemple historique de Robinson, qui concernait l’illettrisme2 :

ei

La propension à la mobilisation au niveau régional

Bon, soyons charitable avec Todd. Supposons qu’il ait raison, et qu’une fois le niveau de diplôme pris en compte, la propension à se mobiliser « pour la laïcité » et « pour le droit au blasphème » le 11 janvier soit différente d’une région à l’autre, en rapport à l’héritage catholique régional. Après tout, la réponse que lui font Nonna Mayer et Vincent Tiberj ne dit rien de la géographie des participants.

En revanche, pour que cette différence soit autre chose qu’un artefact, il faut qu’à niveau de diplôme égal et en dehors du contexte du 11 janvier, les habitants des différentes régions françaises aient la même propension à la mobilisation, sinon le lien avec la laïcité se retrouve pris dans un ensemble d’explications possibles au différentiel de mobilisation qu’observe Todd, sans distinction possible sinon de manière subjective.

On va donc prendre les données de l’European Social Survey (ESS) et regarder ça de plus près pour les années 2010 et 2012 (les années précédentes n’utilisent pas les mêmes regroupements géographiques, ce qui rendrait l’analyse plus longue qu’une pause-café). L’une des questions posées dans l’ESS (variable pbldmn) devrait faire l’affaire :

Il existe différents moyens pour essayer d’améliorer les choses en France ou pour empêcher que les choses n’aillent mal. Au cours des 12 derniers mois, avez‐vous fait l’une des choses suivantes ? … Avez‐vous pris part à une manifestation autorisée ?

On va vérifier, en langage Todd où les régions parlent d’elles-mêmes, que les différentes régions françaises répondent « oui » dans la même proportion à cette question. Voici la carte des « réponses régionales », en pourcentage des enquêtés et en tenant compte du schéma de pondération qui fait toute la qualité de l’enquête :

ess_pbldmn_1000_500

Comme on pouvait s’y attendre, la propension à manifester varie dans l’espace et dans le temps, selon des régularités qui ne s’observent pas au niveau régional : les cartes ne montrent pas les erreurs standard, qui sont conséquentes (certaines régions ne sont « représentées » que par quelques dizaines d’enquêtés), et ne disent rien du profil socio-démographique des résidents, qui varie (aléatoirement) d’une vague de l’enquête à l’autre.

On pourrait s’amuser à aller plus loin, mais pour quoi faire ? Les données ESS ne révèlent qu’une seule chose de manière stable, qui correspond à ce qu’expliquent Nonna Mayer et Vincent Tiberj à partir de données différentes : la propension à la mobilisation est nettement plus faible à droite, et plus nettement forte chez les diplômés (je ne montre pas les coefficients, mais vous pouvez faire tourner le modèle chez vous).

Pour détecter un effet géographique du style de ce que décrit Todd, il n’y a que deux manières de s’y prendre. La première consiste à réunir des données aussi granulaires que possible, de les faire passer dans un modèle multi-niveaux, et d’en tirer des conclusions prudentes sur tel ou tel prédicteur. La seconde consiste à avoir une théorie et beaucoup, beaucoup d’assurance.

  1. La dernière phrase est sublime, n’est-ce pas ? C’est extrait d’un entretien au Nouvel Obs du 30 avril 2015. Le journaliste lui sert d’ailleurs complètement la soupe. Je n’ose pas citer le site Internet sur lequel j’ai récupéré l’extrait. []
  2. Les états américains où l’illettrisme était le plus fort était ceux où il y avait le moins d’immigrés, alors que le fait d’être né à l’étranger est un prédicteur individuel de l’illettrisme. Le paradoxe du vote des riches et des pauvres aux États-Unis est un autre exemple. []

Bonnes résolutions 2017, édition « science des données »

En toute probabilité, cette année, vous n’allez ni arrêter de fumer, ni commencer à manger et à dormir de manière équilibrée, ni vous astreindre à un planning hebdomadaire de passages à la piscine. Enfin, cette année, vous n’allez certainement pas réguler votre dose quotidienne de café1.

En revanche, cette année, vous pouvez prendre dix bonnes résolutions pas très compliquées, sur recommandation des nerds derrière le comptoir. Ces résolutions tournent autour de la « science des données », la fameuse data science, dont on ne sait pas encore exactement ce que c’est—mais ce n’est pas grave.

  1. Boycottez Elsevier

    Il faut continuer à signer la pétition The Cost of Knowledge, et encourager les réseaux de bibliothèques universitaires qui ont pris des initiatives de désabonnements massifs de certains « bouquets » de revues aux prix prohibitifs.

    Ce n’est pas compliqué, et c’est nécessaire si l’on veut mettre le minimum de pression nécessaire sur l’édition scientifique. Malheureusement pour la science politique, il y a d’excellentes revues chez Elsevier : Electoral Studies et Sociologie du travail2. Pour l’analyse de réseaux, c’est pire, la revue centrale est chez Elsevier.

    Mise à jour : un gentil commentateur m’apprend que Sociologie du travail s’apprête à quitter Elsevier pour rejoindre Revues.org. Double excellent choix ! L’éditorial de Didier Demazière sur le sujet est très intéressant à lire en entier.

  2. Désactivez Flash

    L’année 2016 n’a pas manqué de hacks (ou de révélations d’anciens hacks) spectaculaires, et si vous avez un compte LinkedIn ou Yahoo!, vous êtes concernés. Pour faire le point, voir l’excellent service Have I Been Pwned?

    Pour réduire les risques, cette année, vous pouvez notamment abandonner Flash, en le désactivant dans les préférences de votre navigateur Internet. C’est totalement indolore : l’industrie a abandonné ce format, et les sites Internet que vous consultez ont déjà fait leur transition vers autre chose.

  3. Apprenez R

    C’est le bon moment pour apprendre R. Comme tous les langages, il est périssable, mais en ce moment, il est à son apogée : les outils de base de la science des données (import/export, manipulation, visualisation) sont robustes, et les innovations quasi-quotidiennes3.

    L’offre de formation à R est aussi à son apogée : on trouve presque tout sur Internet, sur Stack Overflow notamment, et les formations hors-ligne s’organisent aussi—j’en dirai plus cette année, ici ou ailleurs. Surtout, c’est dans ce langage que se mènent, en ce moment, certaines des discussions les plus intéressantes sur comment analyser quelles données (Julia et Python comptent aussi, bien sûr).

    Si vous êtes data-journaliste ou aspirant à l’être, et/ou si vous vous levez le matin pour analyser des données, apprenez R, et le reste suivra.

  4. Utilisez Youtube

    En 2016, j’ai enfin réussi à faire comprendre à Youtube que je n’étais pas intéressé par les vidéos d’Alain Soral et Jean-Luc Mélenchon, ce qui m’a permis d’utiliser Youtube pour remplacer l’écoute de France Info à mes heures perdues.

    Pour cela, j’ai dû m’abonner à tout un tas de « canaux » Youtube, histoire de les faire peser dans l’algorithme de recommandation. Voici quelques exemples de canaux recommandables :

    Médias
    Arte, Arte+7, Arte – Tracks, Mediapart ; Mediapart, en particulier, publie de longs et excellents débats quasi-nocturnes : je recommande en particulier ceux de la série « Moyen-Orient Express« 
    Universitaire
    British Academy, Center for European Studies, Paris School of Economics, London School of Economics (and Political Science), Lee Kuan Yew School of Public Policy
    Autres
    Oxford Union Society, Alan Macfarlane, Bycome, Reactions, On The Top of Damavand for ever, DEFCONConference
  5. Apprenez HTML

    Bilan d’une conversation avec un ami : dans la vie, ce sont les langages qui vous amènent quelque part. Dans mon cas, ce fut l’anglais, le web design valide et accessible, et la programmation statistique, avec Stata puis avec R.

    J’ai appris HTML5 et CSS2/3 il y a quinze ans, à une autre époque, celle de Jeffrey Zeldman, Mark Pilgrim et Eric Meyer. À l’époque, il fallait y rajouter un peu de Javascript et PHP/MySQL ; aujourd’hui, il faut rajouter beaucoup de Javascript, librairies et frameworks inclus (Angular, Node, jQuery). Je conseille d’apprendre les bases avant tout.

  6. Défendez RSS

    La fermeture de Google Reader, qui fut, je pense, l’une des plus grosses erreurs jamais commises par Google/Alphabet, a condamné l’utilisation de masse des flux RSS ; mais les blogueurs, journalistes et autres geeks connaissent RSS, et veulent continuer à l’utiliser.

    Le standard est menacé de disparaître : il n’y a pas de flux RSS (ou Atom) sur Twitter (solution alternative), par exemple, et la nouvelle plateforme d’édition scientifique de Cambridge University Press, Cambridge Core, n’a plus de flux RSS pour ses revues4 Il faut protester quand l’occasion se présente.

  7. Envisagez Linux

    Voici la seule recommandation de cette liste que je n’ai pas encore prise.

    Il y a trois ans, si j’avais fait la liste des choses qui me manqueraient si je passais de Mac OS X à Linux, la liste était longue ; aujourd’hui, elle est de plus en plus courte. À l’inverse, la liste des choses agaçantes et/ou inutiles sur Mac OS X – maintenant macOS, mais vu que je n’ai pas l’utilité des nouvelles fonctionnalités du système, je suis encore sous Mac OS X 10.9 – s’est allongée.

    Il reste trop de choses génialement conçues sur Mac OS X pour que j’envisage un « switch » immédiat, mais j’hésite désormais autant à installer Xubuntu qu’à installer macOS. La dernière itération du MacBook, qui est un gros jouet plutôt qu’un ordinateur, me conforte dans cette tendance.

  8. Hebdomarisez Facebook

    Ce n’est évidemment pas l’usage que Facebook souhaite que ses utilisateurs aient du service, mais de mon point de vue, Facebook devrait une sorte d’hebdomadaire. En 2016, Facebook a d’ailleurs inauguré son équivalent des marronniers sur l’islam ou les Francs-Maçons, avec le phénomène des « fake news.

    Les outils pour transformer Facebook en « revue hebdomadaire » restent à inventer – consulter Facebook une fois par semaine ne suffira pas5 –, mais c’est l’une des choses que j’aimerais voir se développer cette année, après dix ans d’utilisation et quelques pauses de désintoxication.

  9. Documentez une API

    Cette résolution est peut-être la plus importante de ma liste. Elle est sous-rédigée, mais j’essaierai d’y revenir plus tard cette année.

    Il y a de plus en plus de sources de données, mais le nombre d’individus qui les documentent est à peu près stable. C’est un problème, car pour que la « science des données » décolle et produise un vrai saut qualitatif, il faudra de la main d’oeuvre, et elle doit être aussi diverse que possible6.

    À l’heure actuelle, les données disponibles sous la forme d’APIs sont documentées par les développeurs de ces APIs, ou par quelques-uns de leurs utilisateurs7. Cela ne suffira pas : comme sur Wikipedia, il faut différentes categories de contributeurs pour créer un écosystème. Ma conviction est que l’écosystème actuel des APIs est trop homogène, trop uniforme : il faut des journalistes, des chercheurs, des informaticiens, mais aussi des étudiants, des cartographes, des bureaucrates, bref un peu de tout, et ce mix est rarement présent aujourd’hui.

    Conclusion : si vous avez un intérêt dans la data science, qui sera probablement mon thème pour 2017 sur ce blog et ailleurs, participez à documenter une API.

  10. Bloguez sur Hypothèses

    On est bien sur Hypothèses, et le ‘Bistro a déjà un billet de prêt (ou en préparation) jusqu’à début mars, au rythme d’un billet tous les trois ou quatre jours. Le planning pourra évidemment changer si nécessaire, mais un rythme de deux billets par semaine me semble être un bon rythme de croisière.

    Venez sur Hypothèses, et meilleurs voeux à toute l’équipe !

  1. Ce ne sont que des exemples, hein. Ne dîtes rien à mes parents, s’il vous plaît. Par ailleurs, êtes-vous déjà allé en Norvège ? C’est fantastique, les gens boivent du café à toute heure du jour et de la nuit. Autre question : êtes-vous déjà rentré dans une boutique Nespresso ? C’est terrifiant, les employés se présentent comme des « collaborateurs ». []
  2. De mon point de vue, la meilleure revue francophone de sociologie des organisations. Moment nostalgie ce Noël, quand j’ai retrouvé L’acteur et le système et Le pouvoir et la règle dans mes étagères. []
  3. À suivre cette année, les progrès en manipulation de données spatiales. Les cartographes utilisant R sont très bien organisés, et les derniers exemples de réalisations dans le domaine sont très prometteurs. []
  4. J’ai déjà râlé à ce sujet auprès des développeurs, et espère que Cambridge Core introduira des flux RSS pour ses revues cette année, même si je n’en ai actuellement aucune garantie. []
  5. Idée : une extension pour navigateur Internet qui ouvrirait des combinaisons d’onglets différents selon le jour de la semaine. []
  6. Au niveau professionnel, mais aussi au niveau sociologique, évidemment. []
  7. Voici un exemple : quelques APIs suédoises, listées par un data-journaliste de SVT.se. []

Bonne année quand même

Attention conservation notice (à la façon de) : ce billet est rédigé dans le style de l’excellent blog de Philip Schrodt, moins les qualités. Du coup, le billet est trop long, avec des tonnes de notes bas-de-page. Pire, il est même grossier par endroits. Je prends la bonne résolution de ne pas vous refaire le même coup avant le prochain bilan annuel.

Mettons-nous d’accord sur une chose :

L’année 2016 fut quand même une belle année de merde.

Je dirais même que, sur une échelle de 0 à 10 où 0 correspond à Cyril Hanouna et 10 correspond à l’existence des licornes, cette année 2016 doit bien valoir un score d’environ -4, voire -5 avec les disparitions de Gotlib (bien qu’il ne dessinât plus) et David Bowie (qui chantait encore), l’annulation du concert parisien de Dasha Rush, et l’absence de nouvel album de Casey.

Ni les nouveaux albums de Brian Eno, Death in Vegas, Underworld, Sumac et Swans, ni même le premier album, pourtant exceptionnellement réussi, de Mark Pritchard, n’arriveront à faire passer la pilule :

champagne-putin

champagne-trump

farage

Et juste pour être sûr, le test ultime : les meilleurs voeux de Boris Johnson. Qu’un pareil guignol puisse avoir la responsabilité des relations diplomatiques de ce qui était, il y a moins d’un siècle, un empire couvrant à peu près un quart du globe, est en soi la marque de fabrique de l’année qui vient de s’achever.

Ci-dessous, un bref passage en revue de quelques-uns des clowns tristes de 2016.

À peine…

À peine les Turcs avaient-ils pris le temps de rigoler de leurs “voisins” grecs, qui ont perdu à peu près un tiers de leurs salaires et autres traitements sur décision de l’Eurozone1, que leur propre pays se prenait un coup d’État manqué en plein poire, et depuis lequel la lire turque a perdu environ 20% de sa valeur sur le marché des devises2. On en est à se demander ce qu’il reste du “miracle turc”, pays auquel on proposait encore il y a dix ans de rentrer un jour dans l’Union européenne3.

En Syrie et en Irak, ou ce qu’il en reste aujourd’hui, la communauté internationale l’OTAN s’était mise d’accord sur une chose : il faut donner sa chance à la guerre. Avec un peu de bol et quelques tonnes de bombes incendiaires (voire d’armes chimiques), il était en effet possible d’imaginer qu’un dictateur extermine autant d’islamistes que possible, avant d’être lui-même destitué par des minorités très pressées de reconstruire une chouette démocratie multi-ethno-confessionnelle. Pas de bol, ça ne s’est pas tout à fait passé comme ça.

Au Darfour, où le conflit fait chaque année depuis 2003 quelques dizaines de fois le nombre de victimes du 11 septembre 2001, quand on sort prendre un café et acheter du pain, on se retrouve parfois dans une manifestation pacifique demandant l’arrêt des violences. Trente morts et quelques menaces plus tard, on se retrouve parfois dans un canot à moteur au large des côtes italiennes. Et encore quelques milliers de kilomètres plus loin, on découvre les joies des lits en carton sous la ligne 2 du métro parisien4.

Interlude

Il ne se passe heureusement pas une seconde sans que l’on dépense des millions de mégawatts pour faire tourner des serveurs enregistrant scrupuleusement chacun de ces événements : la population civile se charge d’en parler sur les réseaux sociaux ; les gouvernements se chargent d’archiver tout ça à des fins de surveillance de masse ; et tout ça finit dans un data center au Texas, au cas où cela puisse servir, demain, à identifier la dernière recrue de l’État islamique.

Évidemment, le stratégie ci-dessus ne fonctionne pas, ou plus exactement, on se retrouve avec 99,99% de faux positifs – vous avez déjà essayé de cueillir des fraises avec une moissonneuse-batteuse ? – et une tonne de gens à surveiller sans les personnels nécessaires pour le faire : compter au moins 12 agents pour chaque suspect. C’est peut-être le prix à payer quand on finance mieux la recherche contre la chute des cheveux que celles sur le wahhabisme et le nettoyage ethnique.

Pour connaître la suite, allez écouter ou lire Wassim Nasr, Abou Djaffar, François Burgat, Pierre Conesa, Scott Atran, Henri Laurens, Gabriel Martinez-Gros, Pierre-Jean Luizard, David Thomson, Romain Caillet, Michel Goya, Yves Trotignon, et j’en oublie quelques-uns. Parmi ces spécialistes, qui n’ont pas les mêmes expertises et qui ne disent pas nécessairement les mêmes choses, pas un seul ne donne moins de dix ans d’existence à la conjoncture actuelle, et les plus réalistes parlent d’au moins une génération (25 ans) pour changer les choses ne serait-ce qu’à la marge.

Si je devais ne recommander qu’une seule intervention sur le sujet du djhadisme et des années à venir, ce serait celle-ci :

Pendant ce temps…

Pendant ce temps, aux États-Unis, de jeunes suprémacistes raciaux se font jeter des fleurs par d’influents tarés richissimes à côté desquels Néron passe pour un prix Nobel de la Paix. Les esprits les plus optimistes calent un peu pour expliquer que le pays s’en remettra, les plus lucides ayant compris que tout va y passer, et qu’il faut bien avouer que les États-Unis ont élu un autocrate5.

Hail Jesus Donald! Et si vous n’avez toujours pas lu l’histoire de Tony Schwartz, le ghostwriter de The Art of the Deal, écoutez-le, ça vaut le détour (de même que David Cay Johnston, The Making of Donald Trump) :

En 2017, on pourra donc entendre Donald J. Trump réfléchir à haute voix à qui pourrait bientôt siéger à la Cour Suprême des États-Unis, une institution qui devrait être l’antithèse de son style de pouvoir. Néanmoins, et je l’ai déjà écrit mais le répète, c’est au niveau des relations internationales que portent mes principales inquiétudes.

Sur ce point, plusieurs passages de cette interview de Noam Chomsky m’ont paru tout à fait pertinents :

Pendant ce temps, aux Philippines, le président applique sa propre théorie des jeux (pace Thomas Schelling, décédé récemment, et on lui doit beaucoup) en signalant une menace crédible à l’ensemble de sa population. C’est à croire que sa stratégie ultime est un scenario où il survivra à une tentative d’assassinat et deviendra un demi-dieu protégé par les astres, le peuple, et par sa volonté de noyer le trafic de drogue dans un fleuve de sang. Duterte est loin d’être le seul dans ce genre, mais comme les médias l’ont remarqué, c’est le plus spectaculaire.

Pendant ce temps, en France, un ministre de l’Intérieur spécialiste des non-failles des services de renseignement6 se voit confié la mission d’étendre son immense discernement opérationnel à l’ensemble de l’action gouvernementale.

Du coup, en 2017, on verra François Hollande quitter l’Élysée (à scooter peut-être), et un immense mouvement de liesse populaireimmense, le mouvement, au moins un votant de la primaire sur mille – célébrer, place de la République, son remplacement par Arnaud Montebourg (pitié), Manuel Valls (oh bonne mère), François Fillon (achevez-moi) ou Marine Le Pen (Belgium, here I come!)—ou Jean-Luc Mélenchon (pfff), ou Vincent Peillon (lolilol), ou… La liste elle-même est triste7.

Pendant ce temps, en Grande-Bretagne… Non, ce serait trop déprimant. Je vous fais confiance pour compléter le tableau par vous-même. Mes billets sur le Brexit sont , , , et , et je n’ai pas assez travaillé le sujet au niveau juridique pour mieux comprendre ce qui peut se passer désormais.

En 2017, on devrait donc aussi entendre Theresa May faire quelques annonces sur la remilitarisation de la frontière entre la République d’Irlande et l’Irlande du Nord, même si en réalité, dans mes bons jours, je fais plutôt confiance aux juristes britanniques pour trouver une solution au problème, qui reste ultra-épineux8.

Le Royaume-Uni n’avait vraiment rien d’autre à faire que de se placer dans ce merdier.

Que retiendra-t-on de tout ça ?

Sur le long terme, peut-être pas grand chose : si le prochain président de la République persiste à ne remplacer qu’un historien sur deux, on devrait même arriver un jour à se débarrasser complètement d’eux et des autres parasites fonctionnaires qui empêchent nos finances publiques de faire contrepoids à l’évasion fiscale des hauts revenus9.

Heureusement, Patrick Buisson, Lorànt Deutsch et l’algorithme de Facebook Actualités seront encore là.

Pour terminer désormais, cette carte-tract, aperçue sur un blog de cartographe, et qui synthétise presque à elle seule la somme des absurdités de cette année :

brexit-scare-map

Champagne (aux sulfates, et bientôt aux neutrons) !

Et bonne année quand même.

  1. Je cite les chiffres de mémoire. Je me souviens aussi avoir lu que 40% des jeunes grecs avaient travaillé au noir cette année. Une amie qui vient d’y passer quelques mois m’apprend que les salaires des musiciens ont été divisés par trois. []
  2. On me répliquera que la lire turque a toujours été une monnaie de singe. Je n’en sais rien. []
  3. Même pas besoin de revenir dix ans en arrière : écoutez cette émission de 2011. Quatre ans plus tard à peine, les choses avaient déjà pris une autre, triste tournure []
  4. La sollicitude des politiques municipaux nous expliquant, à l’été 2015, qu’il n’y avait « pas de places pour les loger », et ce dans une région où au moins 10% du patrimoine immobilier habitable détenu par les collectivités locales est inoccupé, a achevé de me retrancher du corps électoral « sympathisant » de la gauche de gouvernement. []
  5. Le désastre qui s’annonce est compliqué, mais permettez-moi juste une prédiction : dans les deux années qui arrivent, le président des États-Unis d’Amérique sera publiquement à l’origine de l’assassinat ciblé d’un citoyen américain à l’intérieur de ses frontières, via Twitter ou autre medium lui permettant de communiquer avec la frange psychopathe de la population des États-Unis. Et le pire, m’apprend un ami, est que cela ne suffirait même pas à déclencher l’Amendement 25. Au passage, mes billets sur Trump : 1, 2, 3, 4, 5 et 6. []
  6. Tout va bien, on vous dit. Les connaisseurs du système n’y trouvent rien à redire. Du tout. Et oui, il y a une différence entre « un système faillible » et « une suite de décisions déplorables doublées de déclarations tentant de redresser la barre par l’absurde ». Et je préfère ne pas m’étendre sur les talents stratégiques de toute une équipe gouvernementale qui n’a pas compris que la déchéance de nationalité leur coûterait le vote des enfants d’immigrés : c’est du même niveau que d’avoir envoyé un projet de loi imposant les individus plutôt que les foyers fiscaux au Conseil constitutionnel (même si je retiens l’hypothèse du sabotage pour expliquer le second cas, et la bêtise crasse dans le premier). Au passage, il n’y pas de failles non plus en Allemagne, le même pays qui a connu l’un des événements les plus étranges des dernières années. []
  7. Les candidats sont non équiprobables : je mets les chances de victoire du Front national dans une élection présidentielle à deux tours à 0.01. []
  8. En bref : l’indemnisation des victimes des Troubles (les années noires des bombes de l’IRA qui explosaient dans les pubs) passe, si j’ai bien compris, par un accord communautaire ; conséquemment, si le Royaume-Uni sort de l’Union européenne, il faudra trouver un arrangement bilatéral alternatif entre Anglais et Irlandais, ce qui peut facilement virer au fiasco. Deuxième problème, s’il faut remilitariser la frontière, il n’y a pas de régiment nord-irlandais dans l’armée britannique ; conséquence, il faudra déployer des Anglais (ou des Écossais) le long de la frontière, ce qui devrait beaucoup plaire aux ex-factions armées irlandaises dont on on sait pas vraiment si elles ont rendu toutes leurs armes (l’UDA en particulier). Solution possible : un « Brexit » qui ferait directement passer le pays de l’UE à l’EEA (c’est compliqué), avec pré-signature d’un « GFA » version 2.0. []
  9. Au fait, vous avez suivi le procès Cahuzac ? []

Women Also Know Stuff, édition personnelle 2016

how_it_works

En travaillant sur le programme définitif d’un panel de conférence (j’en reparlerai en temps voulu), j’ai réalisé que nous avions, avec mon co-équipier, éliminé toutes les communications incluant des femmes parmi les auteurs, sauf une. Tous les organisateurs et discutants de l’événement seront des hommes.

Autre contexte : en comité de rédaction, l’un des deux éditeurs d’une revue qui sort bientôt son n°1 (j’en reparlerai aussi) nous annonce que le pourcentage de femmes parmi les auteurs est hyper-bas. Je me souviens que nous avions déjà fait tout notre possible pour féminiser le comité de rédaction.

Autre contexte : une amie m’explique qu’elle postule à un financement dans une agence nationale. Elle m’explique qu’elle sait que ses chances de succès sont plus faibles : elle est jeune, et femme. Les chiffres sont là pour le prouver, et des biais similaires existent pour la publication en revue scientifique.

Ces inégalités sont difficiles à corriger. Si je scanne vite fait mes liens et lectures du jour, je dois en être à 80-90% d’hommes, aussi en sciences sociales qu’en trucs informatiques1. En science politique, sur certains sujets, et alors même qu’il y a de l’offre, on passe très facilement à 100% d’hommes2.

La liste ci-dessous ne changera rien, mais voici dix femmes dont j’ai découvert ou redécouvert les travaux/oeuvres cette année.

  1. Masha Gessen, pour « The Putin Paradigm » et « Autocracy: Rules for Survival » (sur Donald J. Trump)

  2. Dasha Rush, pour toute sa production musicale (le mix ci-dessous commence à proprement parler vers 2:30)

  3. Julia Silge (qui vient d’être embauchée par Stack Overflow), pour Tidy Text Mining with R (avec David Robinson)

  4. Jenny Bryan, pour Happy Git and GitHub for the useR

  5. Isis Lovecruft, du Tor Project, pour cette conférence sur les systèmes anonymes

  6. Jocelyn Pook, pour l’album Untold Things et la chanson « Yellow Fever Psalm » en particulier (ci-dessous ; à écouter aussi à l’envers)

    Je ne m’attarde pas sur le sujet, mais tous les amateurs de musique ambient savent qu’il y a plein de femmes parmi les pionniers du genre, à l’époque du bidouillage de synthétiseurs analogiques pesant super lourd ; allez donc écouter Else Marie Pade en 1962 ou Laurie Spiegel en 19793.

  7. Joan C. Williams, pour « What So Many People Don’t Get About the U.S. Working Class » – où l’on trouve un paragraphe qui mériterait à lui seul six heures de cours sur la stratification socio-éducative :

    One little-known element of that gap is that the white working class (WWC) resents professionals but admires the rich. Class migrants (white-collar professionals born to blue-collar families) report that “professional people were generally suspect” and that managers are college kids “who don’t know shit about how to do anything but are full of ideas about how I have to do my job,” said Alfred Lubrano in Limbo. Barbara Ehrenreich recalled in 1990 that her blue-collar dad “could not say the word doctor without the virtual prefix quack. Lawyers were shysters…and professors were without exception phonies.” Annette Lareau found tremendous resentment against teachers, who were perceived as condescending and unhelpful.

  8. Béatrice Cherrier, pour son blog The Undercover Historian [of Economics]

  9. Casey, pour l’ensemble de ses albums (extrait du dernier ci-dessous), et pour ses concerts à Gennevilliers et à Paris cette année

  10. Sonia Kronlund, pour Les Pieds sur terre (France Culture)

Mention spéciale à Katherine Ognyanova, pour « Network visualization with R » (tutoriel découvert au moment de sa première publication l’an dernier, mais mis à jour depuis).

  1. Le biais sexiste en informatique est moins fort que prévu, si j’en crois mes dernières lectures (langage R). []
  2. Les biais varient d’un pays et d’un sujet à l’autre. Comparer, par exemple, la France et les États-Unis, ou bien la couverture médiatique et scientifique de l’État islamique avec celles de la Russie. []
  3. Le biais masculin varie aussi selon les styles musicaux. Jetez un coup d’oeil, par exemple, à la jungle/drum and bass. []

Fidel Castro : restons concrets (ou contrefactuels)

castro

Je n’avais vraiment pas prévu d’écrire quoi que ce soit sur le décès de Fidel Castro, mais c’est dingue ce qu’on peut lire sur les réseaux sociaux entendre dans la bouche de Jean-Luc Mélenchon, quand même. Le guitariste au second plan est parfait dans son rôle :

En réaction à un commentaire sarcastique de ma part, un ami écrit :

Troll. Late trolls shall be punished by being ineffective. No angry debate shall follow.

Bon, d’accord, mais un billet de blog quand même.

On trouve assez facilement sur Internet des histoires politiques raccourcies de Cuba sous Castro, c’est-à-dire Cuba depuis la révolution de 1959. La plupart de ces histoires présentent toujours les choses de la même manière : (1) le régime cubain est né dans un bain de sang, (2) qui persiste depuis sous la forme d’une autocratie hyper-répressive, et (3) dont les résultats économiques sont mitigés.

Je vais laisser le point (1) de côté, parce que je répugne à débattre des régimes politiques nés dans un bain de sang, en particulier avec mes amis américains ou hispanophones. Mais passons.

Le « mitigé » ci-dessus tient au « miracle cubain » dans les domaines de l’éducation et de la santé. En gros, les enfants cubains sont correctement alphabétisés – ce qui n’est pas l’apanage du seul régime cubain : plusieurs autres autocraties y arrivent pas trop mal, même si les résultats agrégés ne sont pas terribles, et que les démocraties y arrivent mieux et plus vite –, et le système de santé est, à différents points de vue, excellent, pour deux raisons notables :

  1. Il est accessible à une très large fraction de la population cubaine, surtout en ce qui concerne la médecine générale et préventive—comme c’est souvent le cas dans un système de santé pas trop mal financé, mais cela ne diminue pas le mérite du système de santé cubain ; et
  2. Il s’appuie sur une main d’oeuvre de très bonne qualité, obtenue notamment grâce aux restrictions du régime sur les différentes voies possibles dans son système d’enseignement supérieur, et par l’aide limitée mais réelle que les États-Unis y apportent discrètement.

… Mais trève de politiques sanitaires et sociales !

Parlons produit intérieur brut en dollars constants, c’est tellement plus subtil.

Si l’on s’amuse, à l’aide d’une méthodologie très sérieuse par ailleurs, à modéliser le Venezuela sans Chavez ou Cuba sans Castro, les résultats sont édifiants : les révolutions socialistes coûtent chacune quelques décennies de développement économique. Mauvaise limonade.

À ceci près que :

  1. Comme dans le cas de l’Iran, par exemple, les effets des embargos et/ou des accès différenciés aux ressources pétrolières faussent gravement l’équation initiale. Si l’on admet, de plus, que les embargos ont un effet sur la proportion de la population qui fuit le pays ciblé, et donc que l’embargo a un effet exogène sur le capital humain disponible pour faire tourner l’économie, l’avalanche de contrefactuels qu’il faut résoudre pour arriver à une mesure synthétique crédible se rapproche dangereusement du seuil où il vaut mieux arrêter les frais et aller refaire du café.
  2. Rajoutons à cela que, pour faire tourner un modèle par contrôle synthétique (la méthode très sérieuse mentionnée plus haut), il faut d’abord arriver à construire un cas synthétique crédible. Or, pour en revenir à la modélisation pré-citée de Cuba sans Castro, un cas synthétique où le taux d’analphabétisme est quasiment le double du cas réel est très moyennement crédible, sans même parler des différences de taille des secteurs économiques, qui sont probablement une conséquence, d’ailleurs, d’un problème de modélisation de la main d’oeuvre qualifiée—et donc d’effets endogènes.

Bref, réduire Cuba à ses politiques économiques et/ou sanitaires et/ou sociales est peut-être un peu plus compliqué que prévu, et les ambiguïtés qui en découlent permettent de parler favorablement ou pas du régime castriste, ce qui nous ramène à Jean-Luc Mélenchon (ou à Justin Trudeau, mais c’est encore autre chose).

Mais alors, comment faire pour discuter de Cuba-sous-Castro au café ?

Pour répondre à cette question cruciale, le ‘bistro vous offre son étalon-or des bilans-de-régimes-politiques-en-dix-minutes. Cet étalon-or s’appelle le taux d’incarcération de la population civile.

Il y a environ 11 000 ans, l’être humain a compris comment cultiver des céréales à grande échelle. Et là, curieuse coïncidence, dans les millénaires qui ont suivi, on observe, toutes civilisations confondues – Andes et Mésoamérique, Égypte et Mésopotamie, steppe eurasienne et grands fleuves indiens et chinois, etc. –, l’émergence d’États et de cités-États esclavagistes, avec mention spéciale pour Athènes et Sparte, les berceaux-de-notre-civilisation-occidentale.

Aujourd’hui, l’humanité continue d’ingurgiter les mêmes céréales qu’il y a 11 000 ans, et une partie de cette même humanité continue de vivre dans des régimes esclavagistes. La part du riz, du maïs et du blé a certes un peu diminué dans notre alimentation, et la définition de l’esclavage a aussi pas mal changé, mais mettons-nous d’accord : sur le très long terme, la privation physique de toute forme de liberté reste une modalité essentielle du fonctionnement des sociétés humaines.

Partant de là, il me semble empiriquement et normativement beaucoup plus sain d’évaluer cinquante ans de castrisme à l’aune du nombre de personnes ayant passé une fraction significative de leur existence dans une geôle cubaine, sous les bons auspices des gardiens de prisons du régime, que d’essayer d’utiliser tout autre instrument de mesure maladroitement ajusté aux variations de la productivité depuis la Révolution industrielle.

Est-ce que je vais vous donner le taux d’incarcération à Cuba ?

Non, ce serait trop facile. Et puis d’ailleurs, on ne sait pas grand chose des prisons cubaines, vu que le pays refuse d’y laisser rentrer la Croix Rouge et les autres organisations qui pourraient en dire quelque chose d’à peu près fiable et objectif.

Du peu que l’on en sait, le taux d’emprisonnement à Cuba était, vers 2012, à peu près deux fois celui de l’Estonie, cinq fois celui de la France, et dix fois celui de la Finlande au même moment. Si Cuba libérait 3 500 personnes à chaque passage du pape, il faudrait une douzaine de passages du pape pour que le taux d’emprisonnement à Cuba revienne dans la moyenne européenne.

Enfin un boulot utile pour le pape.

Plus sérieusement, le taux d’incarcération me semble un excellent benchmark ici—notamment parce qu’il permet de rappeler à nos camarades états-uniens que le taux d’incarcération de leur pays est une autre de ces absurdités dont l’humanité pourrait se passer, au même titre que les milliers d’heures de torture que les occupants des prisons de Fidel Castro ne pourront jamais oublier1.

Un contrefactuel fondé sur le taux d’emprisonnement sous Batista n’aurait aucune utilité ici : mon critère est catégorique. Les régimes politiques ayant massivement recours à l’emprisonnement (et à la torture, et au travail forcé, et…) ont tout simplement trop en commun avec les cités-États esclavagistes pour que j’ai envie de me demander si Fidel Castro était un mec sympa.

Son pays a de nombreux mérites, et peut-être son lider maximo en avait-il aussi ; mais certaines « erreurs », comme dirait Mélenchon, interdisent toutes les eulogies.

Une proposition, et une lecture

À la mort de Raul Castro, je propose qu’on laisse l’intégralité de l’espace médiatique dévoué à son bilan à un comité représentatif d’individus emprisonnés, par exemple, sous Hassan II au Maroc, Mobutu Sese Seko au Congo, ou Bachar El Assad en Syrie, et bien sûr, sous Castro à Cuba. Ça changerait un peu de l’ordinaire, et nous offrirait même, peut-être, un dispositif intéressant pour nos propres médias et campagnes électorales.

À lire : les pages d’Amnesty International sur les conditions de détention dans le monde.

Mise à jour : le débat sur les statistiques du développement à Cuba continue avec ce billet et les billets qu’il cite.

Mise à jour, bis : et comme pour clore définitivement le débat, une ministre française, pour qui j’ai voté quand je votais encore, lance une nouvelle mesure du caractère démocratique des régimes politiques.

  1. Alors que Jean-Luc Mélenchon, si. Les évocations de la torture dans son discours concernent la torture à l’extérieur de l’île, à une exception près : Guantanamo. Peu après, Mélenchon rajoute : « Fidel a fait des erreurs ; tout le monde fait des erreurs, mais tout le monde n’est pas Fidel ». Encore un peu plus tard, il évoque Salvador Allende et Patrice Lumumba. Je me demande ce que Lumumba, qui connut l’emprisonnement sous Mobutu Sese Seko, a pu penser des prisons castristes. []

La science politique et… Trump

trump-last-hope Donald J. Trump est désormais presque certain de devenir le prochain, 45e président des États-Unis d’Amérique, à la suite d’une campagne qui en avait fait le monarque temporaire d’une clientèle électorale très dévouée et très extrême dans ces positions, qu’il s’agisse de son opinion vis-à-vis de l’opposition ou des promesses électorales du candidat.

Si vous revenez d’un voyage inter-stellaire, contentez-vous d’aller lire la page dont est extraite l’image ci-jointe pour voir de quoi je parle.

Bon, par où on commence ?

Pour commencer, un petit rappel du mois d’août de cette année :

… Et si Trump est élu ?

La probabilité de victoire de Trump est trop élevée pour que son élection puisse être rangée avec les autres scénarios très peu probables, comme un coup d’État militaire ou un assassinat réussi du candidat—et histoire d’être bien clair, je n’appelle personne à tenter d’assassiner Donald J. Trump !

Dans ce même billet, j’évoquais les mécanismes d’investiture et la clientèle électorale des États-Unis. Ces facteurs reviendront dans un billet plus complet, mais j’ai déjà discuté, en septembre, du ressentiment racial et de ses possibles conséquences électorales.

Souvenons-nous simplement que le pays qui vient d’élire Donald Trump est le même pays dans lequel plusieurs individus plus ou moins isolés ont récemment pris les armes pour aller assassiner des congrégations noires dans des églises, avec l’intention affichée de déclencher une « guerre raciale » (Donald Trump a reçu le parrainage du Ku Klux Klan).

Enfin, dans un billet plus récent, j’évoquais le fait que Trump avait émis un doute sur la validité du processus électoral, et sur sa reconnaissance du résultat en cas de défaite. Transition parfaite vers la suite.

Les inquiétudes de la science politique

Cette entorse à la légitimité procédurale de la démocratie est le premier critère sélectionné par plusieurs centaines de politistes américains dans un courrier qui résume leurs craintes, que je partage, à l’égard d’une « présidence Trump » :

trump-statement-of-concern

La liste des motifs d’inquiétude est reproduite ci-dessous, sans commentaire de ma part. Je précise juste que mes propres craintes portent toujours sur ce que je connais le moins bien (ou pense le moins bien connaître) : les relations internationales1.

1. He has cast doubt on the validity of the election process, without any supporting evidence.

2. He has stated that he may reject the outcome of a free election if he does not win.

3. He has encouraged supporters to engage in voter suppression and intimidation.

4. He has threatened to jail the leader of the opposition party.

5. He has questioned the independence of the judiciary and the impartiality of judges based on their race, ethnicity, religion, and parentage.

6. He has impugned the loyalty of citizens and other persons in the United States on the basis of race, ethnicity, religion, and country of birth.

7. He has endangered freedom of the press by intimidating individual journalists, banning major news organizations from his rallies, and promising to change libel laws.

8. He has called for the proliferation of nuclear weapons.

9. He has threatened to destroy the strategic basis of NATO, the most important security alliance of the last seventy years, by questioning the commitment of the United States to regard an attack on any member state as an attack on all.

For all these reasons and despite our own indifference on matters of politics and partisanship, we stand united in the conviction that a Trump presidency would pose a grave threat to American democracy and to other democratic governments around the world.

Notons, pour terminer, que ce courrier est parfaitement exceptionnel : la science politique n’est pas un média qui prend position sur un ou plusieurs candidats à chaque cycle électoral. Ici, c’est virtuellement toute la profession états-unienne qui s’est mobilisée pour exprimer une liste de craintes, fondées en grande partie dans l’observation des comportements anti-démocratiques qui s’observent habituellement en dehors des démocraties libérales plutôt qu’en leur sein.

Mais les temps changent… Et il faut chercher à comprendre comment et pourquoi.

Plus de commentaires dans les jours à venir

meny-surel-populisme Plus de commentaires sur l’élection elle-même dans quelques jours, une fois que j’aurai complètement absorbé l’idée que cette voix insupportable qui sort de mes enceintes pour appeler à la déportation en masse de populations civiles et à la prolifération d’armements atomiques est celle du commandant en chef de la plus importante force armée mondiale.

Peut-être devrais-je relire, entre-temps, ce livre qui m’avait été proposé au lycée… « Par le peuple, pour le peuple »… Espérons-le, mais ça a quand même l’air assez mal barré. Le personnage est affligeant, l’événement est traumatique, le processus est spectaculaire, et les causes sont inquiétantes.

Espérons que le futur soit aussi faiblement indexé sur le présent que possible.

  1. C’est pour cette raison que ce qui m’inquiète le plus au sujet du Brexit est l’avenir du Good Friday Agreement en Irlande du Nord, et que ce qui m’inquiète le plus au sujet de Trump est sa future politique étrangère et militaire, au sein de l’OTAN et en matière de (non-)prolifération nucléaire (points 8 et 9 du courrier). La marge de manoeuvre du président américain dans ces domaines est beaucoup plus importante qu’au niveau domestique. []