La Central European University en partance pour Vienne

J’avais évoqué, il y a un an et demi, la campagne de persécution menée par Viktor Orbán contre la Central European University (CEU) — campagne qui a pris plusieurs virages, dont celui consistant à ne plus financer les programmes de Gender Studies (à la CEU et à l’ELTE), mais qui a surtout consisté, dans le cas précis de la CEU, à menacer de lui retirer l’accréditation qui lui permet de diplômer ses étudiants.

Aujourd’hui, alors qu’approche la date-limite des négociations sur l’accréditation (date qui semble fixée au 1er décembre), on en est là :

La situation actuelle est un coup direct porté à la liberté universitaire, car c’est bien à ce genre de manœuvres que l’on établit une autocratie, sur fond d’antisémitisme totalement assumé, et avec le soutien de ces conservateurs, américains ou européens, qui apprécient les « hommes forts » d’Europe de l’Est, en plus de partager leurs pires travers conspirationnistes.

Et évidemment, comme précédemment, les eurodéputés français du groupe PPE ont refusé de sanctionner collectivement le gouvernement Orbán — le même qui menace d’emprisonnement les ONG venant en aide aux migrants, au point que l’ONU décommande d’y appliquer les règles de répartition des migrants fixées au niveau européen.

On notera, pour terminer ce non-billet car je ne trouve pas de mots, que Vienne ne s’est pas non plus vraiment distinguée dans le domaine de l’accueil des migrants. La Vienne qu’avaient fui les philosophes du Cercle de Vienne ne semble finalement pas si loin, et je suis trop déprimé pour examiner la situation analogue en Roumanie.

À ce stade, ce n’est plus du democratic backsliding, c’est du bobsleigh autoritaire, et la piste ne présente presque aucun obstacle sérieux.

Elsevier, Springer, ou comment piller la recherche scientifique sans faire de bruit

Les universités, via leurs présidences et leurs conseils, prennent régulièrement des décisions que l’on pourrait qualifier de « géopolitiques », consistant à accueillir (ou pas) des étudiants – mais aussi des personnels, le plus souvent des enseignants – venant de pays présentant des profils particuliers : pays en guerre, ou récemment devenus (encore plus) autoritaires (et/ou théocratiques) suite à un coup d’État, etc.

Dans certains cas plus ou moins bien médiatisés, voire pas du tout, les personnels universitaires s’impliquent dans ces décisions, car ils ont bien conscience qu’une partie de leur ethos professionnel s’y joue, pour le meilleur ou pour le pire.

Il y a, en revanche, et dans mon expérience limitée de la chose, beaucoup moins de personnels mobilisés sur les questions de politique économique ; tout se passe comme si, dans mon milieu professionnel et sur ce point, l’on attendait à ce que des décisions raisonnables soient prises en permanence.

Cette prémisse est évidemment fausse dans un certain nombre de cas plus ou moins flagrants, ce que rien n’illustre mieux que les politiques d’acquisition de (et d’accès aux) revues scientifiques, qui devrait mobiliser l’intégralité des personnels universitaires et scientifiques (et mobiliser aussi leurs tutelles), mais qui ne mobilisent, en pratique, que très peu de monde1.

Exemple 1 : Elsevier

Pour aller vite mais sans déformer la réalité, le marché de l’édition scientifique repose encore largement sur un oligopole construit au fil des quatre derniers siècles2. La société Elsevier, dont j’ai déjà parlé à plusieurs reprises, en est un des plus importants représentants, à la fois par sa taille et par son comportement3.

Tous les problèmes de l’oligopole se manifestent dans l’édition scientifique, mais le plus visible d’entre eux est évidemment celui des prix artificiellement élevés des biens autour desquels s’organisent la collusion : le prix de l’accès aux revues Elsevier pour les entités scientifiques (au premier rang desquelles on trouve les bibliothèques universitaires) est parfaitement obscène.

Cette situation faisait partie des problèmes (car il y en a d’autres, très graves également : lisez la page Wikipedia pré-citée, qui résume assez bien l’état des choses) qui ont amené à la pétition The Cost of Knowledge – pétition qui, à ma connaissance, n’a que très peu mobilisé dans les sciences humaines et sociales4.

Exemple 2 : Springer

L’éditeur scientifique allemand Springer, qui publie toutes sortes de choses plus ou moins scientifiques et selon des principes de publication plus ou moins acceptables5, fait également partie de ces éditeurs scientifiques qui profitent de la situation d’oligopole décrite plus haut.

L’une des ripostes possibles face à un oligopole6 consiste à faire entendre la voix des consommateurs en unifiant leurs pouvoirs d’achat : c’est, en France, la stratégie du consortium Couperin, qui négocie les licences d’accès aux revues scientifiques à des « tarifs de gros », façon Rungis.

Néanmoins, cette stratégie peut, comme toutes les autres, échouer, et amener au résultat suivant, repéré sur Twitter grâce aux retweets de plusieurs amis et collègues :

Il faut noter que la bibliothèque universitaire ci-dessus est loin d’être la seule à avoir dû en venir à l’équivalent d’une décision de boycott : la même chose s’est produite en Allemagne, et même la bibliothèque de l’Université d’Harvard, au budget pourtant exceptionnel, a pratiqué ces ruptures de contrat pour tenter de tirer la sonnette d’alarme sur la situation résumée ici.

Un conflit à bas bruit

Le bras-de-fer qui oppose les éditeurs scientifiques (tels que les deux exemples cités ici, mais il y en a d’autres) aux bibliothèques universitaires mobilisent peu : universitaires et scientifiques apportent parfois un soutien discret à ces décisions, mais font très rarement pression en interne pour que leurs établissements participent concrètement à la lutte contre les pratiques oligopolistiques de l’édition scientifique.

C’est dommage, pour tout le monde ; et c’est également ma conclusion lorsque je vois qu’une plateforme comme HAL ne mobilise que très inégalement les collègues, alors qu’il s’agit, à l’instar de tous les open access repositories, d’un outil de lutte efficace contre les pratiques éditoriales qui desservent l’activité scientifique et sa diffusion.

Deux appels à l’aide

Je termine en (re)formulant deux points que vous aurez lu sans aucune difficulté entre les lignes de ce billet.

D’une part, à titre personnel, et c’est en partie lié à des recherches sur les politiques de propriété intellectuelle, je suis très favorable à toutes les tentatives de faire voler en éclat le modèle sur lequel est actuellement assis (une large partie de) l’édition scientifique. Ce modèle est immoral, inefficace, et sa mort mérite de survenir le plus vite possible.

Faites pareil : portez les propositions anti-oligopolistiques auprès de vos tutelles, de vos conseils scientifiques, de vos bibliothèques universitaires, et utilisez l’open access comme moyen de pression sur les éditeurs qui nous forcent à nous acheter nos propres textes à des prix démentiels, tout en empêchant une plus large diffusion de la connaissance scientifique.

D’autre part, ce billet ne contient que quelques renvois épars vers des sources permettant de se faire une idée de comment fonctionne l’édition scientifique : je n’ai tout simplement pas pris le temps de faire un exposé complet. Si vous en connaissez un exposé détaillé, en français ou en anglais, je suis preneur, afin d’améliorer le récit à très gros traits offert ici.

Voir aussi, du même compte Twitter que cité plus haut, ici et .

Mise à jour, 25 octobre : l’Université de Bonn vient de mettre fin à son contrat avec Elsevier, et j’apprends, toujours grâce à Twitter, qu’il y a une listes des dizaines d’institutions allemandes qui ont rompu leurs contrats avec Elsevier en 2016 et en 2017.

  1. On notera toutefois que ce blog est publié sur une plateforme open access financée par l’État : il y a bien des solutions (des alternatives) aux problèmes évoqués dans ce billet. Full disclosure : je participe à la vie de cette plateforme via l’un de ses conseils scientifiques. []
  2. Une large partie de l’édition scientifique continue de se faire selon des principes économiques et éditoriaux qui ne sont plus valides depuis l’avènement des communications numériques, mais qui continuent de prévaloir par dépendance au sentier. []
  3. Signalons au passage qu’Elsevier appartient au groupe RELX, ex-Reed-Elsevier, qui détient aussi les services LexisNexis et SSRN (et le logiciel Mendeley), et qui vendait aussi des armes sur ses salons d’exposition. []
  4. Celles-ci se sont toutefois rattrapées en participant aux initiatives de migration des revues hors du giron d’Elsevier : voir, par exemple, la revue Sociologie du travail. []
  5. Concrètement, une partie des titres Springer sont publiés à compte d’auteur, sans peer review. Ce n’est pas une situation unique dans l’édition scientifique : en France, L’Harmattan est également un éditeur qui publie dans des conditions se rapprochant du compte d’auteur, et souvent sans aucun peer review (bien que cela varie du tout au tout selon la collection). []
  6. L’autre riposte étant évidemment l’exit : voir la note de bas-de-page précédente où je mentionne l’édition open access financée sur fonds publics. []

Garbage in, garbage out : portrait de Parcoursup en CRM

Prélude

Cela fait des mois que j’essaie d’extérioriser mon exaspération vis-à-vis de Parcoursup, des débats – hum, non, des tweets – sur Parcoursup, et surtout des prises de position sur (contre) Parcoursup, parfois portées par ces mêmes personnes démissionnaires dès qu’il s’agit d’accomplir la moindre tâche attenant à la logistique du cursus des étudiants1.

J’ai donc décidé de m’y coller sous la forme d’un long billet vaguement cinglant, où vous n’apprendrez rien de bien technique, ni de bien utile pour concevoir un meilleur système de répartition des étudiants au travers des filières universitaires : désolé, mais comme l’immense majorité du personnel de l’enseignement supérieur, je n’ai absolument pas l’expérience et l’expertise nécessaires à cette tâche2.

C’est parti.

De grandes découvertes

La réforme du système APB (« admission post-baccalauréat »), désormais connu sous le nom de « Parcoursup », a été l’occasion, cette année, de faire quelques grandes découvertes, qui resteront à jamais gravées dans l’histoire des prises de conscience collectives.

La première d’entre elles est que, dans la France du 21e siècle, dont les « grandes écoles » ne sont pas exactement une nouveauté, la moitié des élèves cherche à faire exactement ce que les schémas institutionnels (famille, école, emploi) conseillent de faire, c’est-à-dire intégrer une formation sélective3.

Étonnant, non ? « Tout se passe comme si » les parents d’élèves – qui avaient déjà dû étudier la « carte scolaire »4 – et les enseignants de Terminale avaient eu vent des inégalités d’investissement entre universités et grandes écoles.

C’est proprement renversant.

Autre grande découverte, il y a un nombre de places limitée dans lesdites filières sélectives, et même, ô surprise, dans les universités5, et ce alors même que (presque) tout a déjà été essayé pour réformer la capacité d’accueil dans l’enseignement supérieur suite à la massification de ses usagers :

  • Financer correctement l’Université et recruter suffisamment d’agents à hauteur de l’enjeu : proposition à l’étude depuis quelques décennies. Voir aussi : non-réformes fiscales successives.
  • Dégrader le service en explosant la capacité d’accueil : fait. Voir aussi : maisons d’arrêt6 et services d’urgences des hôpitaux publics, dont les personnels et les usagers débordent d’enthousiasme pour cette méthode de traitement du problème.
  • Faire fusionner n > 1 étudiants en une seule et même personne, ou bien faire enseigner chaque enseignant dans n > 1 salles : à l’étude7.
  • Occuper une partie du premier étage de Sciences Po en signe de soutien aux masses populaires estudiantines : fait8.
  • Faire théoriser la démocratisation des études supérieures par une ex-directrice de l’École Normale Supérieure : fait9.
  • Faire peser la responsabilité de l’échec du système sur les personnels : en cours (méthode dite « jurisprudence Sarkozy du 22 janvier 2009« ).

Un fiasco

Ne manquait au tableau qu’un fiasco, que l’on pourrait décrire par :

Par charité toute chrétienne, je vais laisser les Publications de la Vie Catholique (connues pour leur radicalité révolutionnaire) conclure sur le sujet : « Parcoursup : zéro sens de l’orientation ».

Bon, Télérama a parlé, c’est plié, rentrez chez vous : c’est foiré12. De Parcoursup 2018, il restera quelques bonnes blagues de geek, mais pas grand chose d’autre.

Un algorithme ? Non, un CRM

Enfin, dernière découverte : personne ne semble avoir compris, à l’issu du débat sur Parcoursup, ce qu’est un algorithme—mais cela n’a, en soi, aucune importance : Parcoursup n’est pas une « procédure de calcul aboutissant à un résultat inambigu (et souvent unique, dans le cas des algorithmes dits déterministes) »13.

Parcoursup est un CRM, c’est-à-dire une plateforme de gestion de la clientèle, moins la possibilité d’appeler un numéro surtaxé :

  • Allez donc voir dans un secrétariat à quoi ressemble l’interface de Parcoursup pour un(e) secrétaire de Licence, et dites-moi que cela ne ressemble pas comme deux gouttes d’eau aux logiciels d’un call center.
  • Côté « client », pas mieux, même tableau : l’UI est proche de celle d’une plateforme de compagnie d’assurance (« déclarer un sinistre ») ou de complémentaire santé (« téléverser mes justificatifs »).

Attention, je ne dis pas que le débat sur les algorithmes classants n’est pas légitime : il fallait mener ce débat sur APB14, il faut parler des Weapons of Math Destruction, et il faudra imposer la transparence15 sur les méthodes locales de classement : les craintes à leur sujet sont légitimes, ce qui justifie, à mes yeux, les revendications syndicales et les inquiétudes exprimées çà et sur le sujet16.

En revanche, je dis bien que le problème posé par Parcoursup est très largement déconnecté de celui de la « gouvernementalité algorithmique » et autres gimmicks concepts inutiles ici, non pas parce qu’ils seraient dénués de sens (ils en ont parfois), mais parce qu’il faudrait peut-être être capable de sortir un bilan de terrain avant d’aller donner l’impression d’avoir fumé la moquette et la moitié des cours de Dits et écrits avec17.

Examen de rattrapage

Toutes ces remarques étant faites, à quelles questions aimerais-je obtenir une réponse en 2019, lorsqu’il sera à nouveau de remplir les universités à 100–150% de leur capacité d’accueil, une fois épuisés les recours aux artifices comptables méthodes plus ou moins honnêtes pour faire varier celle-ci ?

Dans le désordre :

  1. Quand réfléchira-t-on sérieusement à une indexation des créations de postes (et a fortiori de la capacité d’accueil) dans les filières en tension et dans les autres, sur les candidatures des futurs étudiants et/ou sur les effectifs actuels dans les universités ?
  2. Quand réfléchira-t-on à une réforme du baccalauréat qui fasse enfin son sort à la croyance généralisée dans l’idée que le niveau baisse, et qui produise des filières pertinentes en termes d’orientation plutôt que socialement classantes ?
  3. Quand disposera-t-on des données fiables18 pour classer, trier, sélectionner les candidats aux études supérieures en local, ce que les universités faisaient, font et feront, d’une manière ou d’une autre19, quels que soient le cadre légal ou l’intention politique conjoncturelle ?

J’ai mis les termes-clé du sujet en gras, au cas où cela puisse aider, même si je n’ai aucun espoir dans l’avenir, sauf peut-être sur le second point. L’an prochain, je m’attends plutôt à un nouveau débat aussi stérile que le premier sur la réintroduction des voeux20, sur les vertus du (non-)tirage au sort, etc. Des heures de débat passionnant en perspective.

Rien ne changera tant que les réformes seront construites à rebrousse-poil des personnels, mais bon, si c’est ça ou augmenter les impôts, y compris locaux, le choix semble vite vu, et il semble qu’il ait été fait de manière quasi-identique sous toutes les couleurs politiques des décennies passées21.

C’est dommage, pour tout le monde, et surtout pour les générations à venir, enfin, surtout pour celles qui ne pourront pas se payer le luxe de fuir l’Université. Le seul progrès dont celles-ci auront bénéficié depuis le début des années 2000 aura été de ne plus avoir à s’inscrire à l’Université sur Minitel. Pour le reste, …

  1. Premier avertissement — Il est presque inutile de le préciser ici, mais je ne vais évidemment pas m’appuyer sur ma seule expérience locale de Parcoursup : une large partie de ce que je vais observer provient de conversations éparses avec des collègues enseignant dans cinq (j’ai compté) grandes villes françaises. []
  2. Deuxième avertissement — Je signale d’emblée que mon expérience locale de Parcoursup est atypique, puisqu’elle est celle d’une école de science politique bilingue anglais/français, et qui n’est ni un Institut d’Études Politiques, ni un établissement du secteur public, et dont l’une des deux Licences est sélective. []
  3. Lorsque François Vatin évoque cette évidence dans cette émission de radio, ses deux interlocuteurs – et l’animateur de l’émission – ont une réaction intéressante, car typique du débat sur la séparation entre grandes écoles et universités en France : ils ignorent complètement le propos et passent à autre chose. []
  4. Dont il faut noter que l’on peut forcer les gens à la respecter, mais que ce n’est pas aisé : cela demande un minimum de courage politique. []
  5. Filière de psychologie dans une université français, 2018 : environ 1 800 candidatures recevables ; capacité d’accueil à environ 1 200 ; admissions à environ 1 400 (on compte sur les étudiants qui ne viennent jamais). Je cite de mémoire. []
  6. En centrale, on me dit que ça va, tout baigne. []
  7. Je vous promets que la seconde proposition est sérieusement à l’étude. Voir aussi : cours sur DVD en PACES et autres techniques de pointe pour mettre en œuvre l’équivalent de la « Ferme des Mille Vaches » en première année de Licence. []
  8. Full disclosure : j’enseigne à Sciences Po (dans un bâtiment différent). []
  9. La même a publié une tribune que les étudiants pourront lire si leur bibliothèque universitaire est abonnée au Monde. Idem pour cette autre tribune de Pierre Mathiot, ancien directeur de l’IEP de Lille, et ex-candidat à la direction de Sciences Po. []
  10. Voir aussi : le Parcoursup des filles, et celui des lycées de banlieues, qui savaient, pour les seconds, que le truc allait se retourner contre eux, comme d’habitude. []
  11. Intervention de chercheurs qui pointe le problème principal : quand on retire l’algorithme d’une méthode de sélection, il faut être clair sur ce que l’on met à la place. Si c’est un système de matching à deadlines successives, alors on peut s’attendre à ce que les victimes usagers usent de stratégies pour ne pas toujours révéler immédiatement leurs préférences : c’est exactement ce qui s’est passé. GIGO. []
  12. Pour la version moins politically correct, mais qui, fondamentalement, dit la même chose (la comparaison ne va pas leur plaire…), voir ce tract de La Brique, un canard lillois qui fait le boulot quand il faut critiquer la sélection sociale à l’Université. J’héberge le tract ici jusqu’à ce qu’il soit en ligne sur le site Web officiel. []
  13. Une définition plus complète évoquerait aussi la finalité du procédé de calcul que décrit un algorithme, généralement une visée prédictive ou classificatoire. Parcoursup n’est rien de cela : c’est un jeu de chaises musicales étalé sur six mois, avec la dose d’aléatoire et d’entropie qui va avec. []
  14. Ce qui a été fait, au moins au moment de la publication de son code-source (voir aussi ici et ) : on a ainsi pu découvrir à quel point PL/SQL est un langage atroce. []
  15. L’initiative AlgoTransparency de Guillaume Chaslot va bien plus loin que le sujet de ce billet, et vaut vraiment le détour. Aucune compétence technique n’est requise pour comprendre le problème. []
  16. En revanche, soyons clairs, il ne faut pas écouter Frédéric Beigbeder sur ce sujet ou, jusqu’à preuve du contraire, sur n’importe quel autre. []
  17. L’impression, j’ai dit : ne me faites pas dire ce que je n’ai pas écrit. []
  18. C’est le scoop de ce billet, caché dans une note de bas-de-page car personne ne les lit : les données Parcoursup sont parcellaires au point d’être quasi-inutilisables dans certains cas, et sont même parfois arithmétiquement douteuses, avec des moyennes annuelles qui ne reflètent pas les moyennes trimestrielles. Ça pourrait s’attaquer au tribunal administratif, tout comme les classements ex æquo, pratiqués de facto malgré leur interdiction, mais bon… Personne ne lit les notes de bas-de-page, je vous dis. []
  19. « People-sorting is what educational systems do« . Dans le cas de Parcoursup (mais pas des ECN, par exemple), qui dit classement dit sélection, d’où les attaques principielles que vous aurez lues ici, , ou dans plein d’autres des références de ce billet. Reste que qui classe trie (cf. lettres de recommandation), et qui trie sélectionne (cf. obtention du diplôme) – bref, le fond de commerce, expression provocatrice employée ici à dessein, de tout dispositif éducatif après l’âge légal de fin de la scolarité obligatoire. []
  20. Il faudra aussi voir ce qu’il adviendra du débat, beaucoup plus intéressant de mon point de vue, sur la remise à niveau en première année de Licence. []
  21. L’autre solution serait de tout privatiser, pour finir avec un système ultra-classiste (et par voie de conséquent, raciste jusqu’à la moelle). En France, on trouvera toujours 2–3% de la population pour soutenir cette idée, mais heureusement jamais plus—pour le moment. []

20+ années d’ANCMSP (en force)

Un billet commémoratif, en mode « bravo, merci, continuez ». Le « en force » du titre est un private joke à destination d’IC, PM et FC et de tous (toutes) les autres, qui se reconnaîtront.

L’Association Nationale des Candidats aux Métiers de la Science Politique (ANCMSP), dont la moitié des politistes français (ou étrangers résidant en France) n’arrive toujours pas à prononcer l’acronyme correctement (« tu sais, l’AN… CP… S… la liste, quoi… »), a récemment fêté ses plus-de-vingt ans d’existence par une publication très fouillée dans la revue Socio-logos.

Grâce à Joël, mon co-blogueur fantôme1 qui a bien d’autres choses à faire, j’ai passé quelques années au bureau de l’association, en travaillant en parallèle dans plusieurs chantiers de la Confédération des Jeunes Chercheurs (CJC), que le bureau de l’ANCMSP avait activement – et stratégiquement – investie2. Je n’en regrette pas une seconde, et conseille à tout jeune chercheur de faire de même.

L’article de l’ANCMSP est à lire car il montre bien deux choses : d’une part, le « choix des armes » 3 dans les associations de jeunes chercheurs, et d’autre part, les succès accumulés par la mise en oeuvre de ces opérations stratégiques, qui consistent, inlassablement, au fil des années et des générations, à interroger, à monitorer et à (contre-)expertiser le secteur de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Ces succès sont un peu plus difficiles à décrypter que ceux qui se laissent appréhender par le biais du récit syndical standard, de type « on l’a demandé, on s’est battu, on l’a obtenu »4 : la trajectoire des mobilisations des jeunes chercheurs n’est pas une trajectoire syndicale classique, même si une partie du travail militant effectué dans les associations du mouvement se rapproche en de nombreux points du travail syndical.

Le premier et le plus important de ses succès tient à la large diffusion de l’information sur les conditions de travail en science politique, succès qu’aucun échange d’emails faussement – ou même sincèrement ! – naïfs et/ou mal informés sur une liste de diffusion professionnelle ne viendra effacer, bien au contraire.

Sur ses vingt ans d’existence, les informations – et les indignations, voire les mobilisations – que l’ANCMSP a obtenues et publicisées, surtout et avant tout en termes de conditions de recrutement (MCF, ATER, vacations), n’ont aucun équivalent en science politique, ni même ailleurs dans l’enseignement supérieur et la recherche.

Combien de fois me suis-je retrouvé à dire à des camarades associatifs d’autres disciplines (histoire, sociologie, droit, littérature, biologie, et bien d’autres) : « ça, en 04, on l’a obtenu à force de râler, faites pareil, c’est faisable » ? Personne d’autre, à ma connaissance, n’a réussi un tel travail de mise à disposition de l’information sur les conditions effectives d’embauche et d’emploi dans une discipline scientifique5.

Au-delà de la mise à disposition de l’information, il y a sa critique : celle des hiérarchies, des biais de recrutement (géographiques, disciplinaires voire sectaires, socio-économiques, genrés…), des textes juridiques et des contrats, des délais de paiement, des classements (de revues, de candidats, d’établissements) … Là aussi, un succès : en science politique, « on » interroge, « on » conteste, en continu, notre fonctionnement disciplinaire6.

Sur ce point aussi, le critère essentiel est le caractère public des débats : dans toutes les disciplines scientifiques, on trouvera d’excellents esprits critiques s’exerçant à la remise en cause de leur espace professionnel et disciplinaire… en leur for intérieur, ou au mieux auprès de quelques collègues, lors d’une pause-café, ce qui n’est pas tout à fait la même chose que de le faire devant 4 000 lecteurs et lectrices plus ou moins averties7.

Il y a une histoire à écrire de ces mobilisations et prises de position publiques : de ses « wikis auditions », de ses listes de diffusion, dont l’archivage reste un réel enjeu ; de ses outils (informatiques8, mais pas que) ; de ses stratégies (communication, relations publiques, voire lobbying parlementaire). Cette histoire reste à faire, mais surtout, la mobilisation demande à être entretenue : lisez l’article de l’ANCMSP, et soutenez l’association en y adhérant !

  1. Joël, as-tu même encore les identifiants de ce blog, qui, rappelons-le dans ce billet à forte inclination commémorative, a soufflé ses dix bougies l’an dernier ? — EDIT de Joël : apparemment, la réponse est oui ! []
  2. La CJC a également fêté ses 20 ans d’existence il y a quelques années. En me rendant à un des dîners de l’AG de célébration, j’ai eu le plaisir de reconnaître quelques têtes, mais surtout de voir que la relève était bien là. En revanche, j’avais appris à peu près au même moment qu’il y avait eu un « bug » dans la passation technique au niveau des serveurs de la Guilde des doctorants (GDD)… Tant pis pour les archives ! []
  3. On ne remerciera jamais assez Jean-Gabriel Contamin pour cet excellent article, qui reste l’un des rares textes étudiant les mobilisations des jeunes chercheurs en France. À ma sortie du militantisme associatif, j’avais tenté d’intéresser deux collectifs d’historiens à ces mobilisations, en vain : soit ils n’avaient pas le temps, soit ils souhaitaient se consacrer à des objets (les syndicats étudiants) déjà largement étudiés. []
  4. À cette aune, l’histoire de l’enseignement supérieur et de la recherche en France, au moins depuis les États généraux de la Recherche en 2004, n’est qu’une longue suite de défaites, de la loi Pécresse à Parcoursup en passant par toutes les réformes ou non-réformes intermédiaires. Les rares points positifs dans l’histoire législative du secteur sont, en partie, le fruit des efforts des associations dont je parle ici, mais aussi des syndicats et de quelques hauts fonctionnaires, les meilleurs éléments du mouvement ayant d’ailleurs eu plus d’une casquette parmi ces trois profils (ceux qui sont encore vivants se reconnaîtront). []
  5. La rançon de ce succès étant, bien sûr, la concurrence par l’imitation : l’AFSP, l’Association Française de Science Politique, a assez bien joué cette carte – ah, les premières années de l’OMASP… les joies du copier-coller à l’heure du « Web 1.0 » – dans les années récentes, et le résultat – plus d’information, diffusée et archivée en plus d’endroits, et lue par plus de paires d’yeux attentifs – est au final bénéfique. []
  6. Au point qu’une bonne partie des personnes diffusant des offres d’emploi en science politique prennent vraiment le temps (j’en ai de nombreuses preuves tangibles) de vérifier la clarté, la complétude et l’équité – relative – de ces offres : mission accomplie ! []
  7. Audience par ailleurs hors-norme quand on la compare à celle, intimiste voire nulle, de l’immense majorité des publications scientifiques. Mais qui de mieux placés que les scientifiques pour savoir cela, et a fortiori, qui de mieux placés que les politistes, spécialistes notamment de la démocratie représentative et des parlements, pour connaître la force du débat dans l’espace public ? Et qui de mieux « équipés » que nous, en « 04 », pour comprendre les effets – bénéfiques – de socialisation professionnelle qui en résultent ? []
  8. Topica, Apinc, Yahoo!, Ouvaton, auto-hébergement… En somme, l’histoire de l’action collective aux heures d’Internet, sur une période cruciale de transition vers le « Web 2.0 ». []

L’AFSP, un congrès international(isé) ?

Commençons par une anecdote.

Lors du dernier Congrès de l’Association Française de Science Politique (AFSP) s’est tenue une sorte de table ronde sur les « frontières » de la science politique, à la fois en tant que discipline scientifique et en tant que matière d’enseignement. Le programme du Congrès annonçait l’événement sous la forme d’un « atelier », mais en pratique, l’atelier « AD 1 » a pris la forme d’une suite exposés plus ou moins longs, donnés par un panel de participants du Congrès.

À la fin du tout premier exposé, qui résumait à grands traits la féminisation et la « nationalisation » (l’expansion hors-Paris) de la discipline depuis la Seconde guerre mondiale, une personne dans la salle a demandé la parole. Après s’être présentée comme criminologue et belge, et à ce titre un « double étranger » à la science politique française, la personne a noté que l’exposé n’avait pas fait mention de l’internationalisation de la discipline, alors que l’on était peut-être en droit d’attendre à ce que cet aspect des choses soit discuté dans un atelier portant sur les « frontières » de la discipline.

La question était parfaitement à sa place dans l’échange d’idées, mais qu’appelle-t-on « l’internationalisation » d’une discipline scientifique ? S’il s’agit de déplacer (une partie de) ses publications vers des supports internationaux, alors le sujet a déjà été traité : internationalisation faible et liée aux objets et aux méthodes plutôt qu’à l’âge. Mais qu’en est-il lorsqu’il s’agit d’envoyer périodiquement ses chercheurs dans des conférences et dans des institutions étrangères, ou de recevoir, tout aussi périodiquement, des chercheurs étrangers dans ses propres conférences et institutions ?

Les données

Pour ce que ça vaut, j’ai pris le temps de rajouter quelques lignes au code dont je me suis servi pour dessiner les réseaux de co-participation aux panels du Congrès de l’AFSP. Le code collecte désormais plus d’informations, et en particulier, les affiliations des participant(e)s aux sections thématiques des différentes éditions du Congrès pour lesquelles les archives sont accessibles1. Pour rappel, il y en a cinq, à raison d’une tous les deux ans : 2009, 2011, 2013, 2015, 2017.

Si vous prenez le temps de jeter un coup d’oeil aux données, vous verrez que les affiliations sont loin d’être parfaitement standardisées : j’ai néanmoins fait de mon mieux, et surtout, je pense que les données manquantes le sont de manière aléatoire – autrement dit, les affiliations manquantes, qui varient de 4% du total pour l’année 2009 à 10% pour l’année 2013, ne devraient pas menacer les statistiques descriptives qui suivent2.

Mon système de codage pour les affiliations me permet de facilement repérer celles qui correspondent à des institutions situées à l’étranger – et qui incluent, par ailleurs, de nombreuses institutions françaises, et notamment le Centre Marc Bloch, qui accueille beaucoup de politistes français. De fait, beaucoup de politistes présents au Congrès de l’AFSP et basés (ou affiliés) à l’étranger sont tout ce qu’il y a de plus français – et inversement, une large fraction des politistes basés en France est étrangère3.

Je ne vais pas discriminer entre institutions, ou entre les politistes qui s’y trouvent : pour ce billet, je vais juste repérer les pays avec lesquels la science politique entretient des liens par le biais des participations aux sections thématiques de son Congrès. Ma seule précaution consistera à ne pas inclure la section thématique organisée en 2015 par le RC 20 de l’IPSA, qui fait exception dans sa composition très internationalisée (add. : il faut aussi enlever la ST 41 du Congrès 2013, pour la même raison).

Les résultats

Commençons par repérer les pays fournissant le plus d’affiliations étrangères parmi les participant(e)s des cinq Congrès AFSP que l’on examine :

Aucune surprise ici : les pays avec lesquels la science politique française « partage » son Congrès sont d’abord ceux de l’espace francophone, mélangés aux pays européens mitoyens et à quelques pays francophiles, où la maîtrise du français se perpétue parfois comme un marqueur d’appartenance aux classes supérieures. La liste des pays est évidemment aussi contrainte par le développement des professions universitaires et scientifiques, qui reste très largement conditionné aux budgets nationaux et à la dépense publique.

Passons désormais à la part que représente ces participant(e)s avec au moins une affiliation étrangère4, notée « E », parmi l’ensemble des participant(e)s, noté « P », à chaque édition du Congrès de l’AFSP depuis 2009. C’est le résultat principal de mon petit exercice, représenté ci-dessous sous la forme d’un pourcentage par édition du Congrès sur les huit dernières années :

Ce résultat est plus difficile à interpréter qu’il ne peut y paraître de prime abord. Il y a au moins trois possibilités : (1) un problème de mesure qui fausse l’ensemble des données, ce qui est peu probable à mon sens ; (2) une présence exceptionnellement forte de participant(e)s à affiliation(s) étrangère(s) en 2009, année à laquelle le Congrès avait lieu à Grenoble (ce qui est la bonne explication ; voir en fin de billet)5 ; ou (3) une diminution de la part de ces participant(e)s au cours des éditions 2011-2017 du Congrès, qui avaient lieu dans des villes très touristiques6.

Pour être sûr de mon coup, j’ai testé différents dénominateurs : le graphique ci-dessus exclut complètement les participant(e)s pour lesquels l’affiliation universitaire est manquante, et ne compte qu’une seule fois les participant(e)s « multi-positionnel(le)s » que j’évoquais dans mon billet précédent7. La modification de l’un et/ou l’autre ces deux paramètres ne modifie que très marginalement les résultats, sans que cela ne menace à aucun moment le différentiel 2009/post-2009 observé plus haut.

Discussion rapide

Il n’y a pas, ci-dessus, de quoi se lancer dans une grande tirade sur « l’attractivité internationale » de la science politique française, sur la fuite des cerveaux et sur les « cerveaux en voyage », ou bien encore sur l’internationalisation de la science politique française. Je m’en suis tenu à une mesure (approximative) de la part de politistes basés à l’étranger parmi les participant(e)s au Congrès de l’AFSP, et de sa variation au fil d’une période de huit ans.

Les résultats me paraissent robustes et ont l’intérêt, de mon point de vue, de porter sur une population de politistes différente (et beaucoup plus étendue) de celle des travaux précédents : l’étude précitée d’Emiliano Grossman, sur les publications des politistes français, se base sur une enquête auprès d’un peu plus de 200 politistes ; et la troisième partie de la thèse de Thibault Boncourt, qui porte spécifiquement sur l’internationalisation de la discipline, elle utilise 21 entretiens pour l’échantillon français (voir tableau 4a, p. 49).

Ici, je montre que la part de politistes « affiliés à l’étranger » dans les éditions récentes du Congrès AFSP ne dépasse pas un participant(e) sur quatre – et si l’on retranche à cette fraction les politistes français basés à l’étranger de manière temporaire, le chiffre descend certainement de plusieurs points de pourcentages.

De ce point de vue, les Congrès AFSP, tout comme les revues où se publie la majeure fraction de la production scientifique de la discipline, ne sont donc pas le lieu d’une forte mixité entre l’espace scientifique national et d’autres espaces — ce qui tend probablement à y encourager la discussion des problématiques nationales – je pense évidemment aux postes – au détriment des aspects plus internationalisés du travail disciplinaire – je pense évidemment à l’agenda scientifique.

Je ne sais pas si ce constat – hypothétique ! – est à déplorer, ne sachant pas si « l’internationalisation » des participant(e)s fait partie des objectifs des organisateurs successifs des Congrès AFSP et de leurs sections thématiques. Une seule chose est sûr de mon point de vue : internationaliser une section thématique AFSP est tout à fait possible. Nous l’avons fait dans le cadre de la « ST 38 », qui s’est tenue en large partie en langue anglaise, et qui s’est bien déroulée. Il n’y a donc aucune fatalité à lire dans l’état actuel des choses, mais peut-être simplement une réflexion à avoir à l’avenir.

Post scriptum : comme indiqué plus haut, le code et les données sont en ligne. Le code des graphiques est publié à part.

Addendum : le commentaire d’Yves Déloye, ci-dessous, me rappelle que le Congrès AFSP 2009 n’était pas un congrès comme les autres, puisqu’il accueillait aussi le troisième Congrès international des associations francophones de la discipline (CoSPoF). J’aurais dû m’en souvenir, j’y étais !

J’en profite pour rajouter deux choses : (1) les résultats sont aussi provisoires que les données, car il reste du nettoyage à faire (voir les mises à jour sur GitHub) ; et (2) toute aide est naturellement bienvenue.

  1. Je n’ai pas traité les conférences plénières et autres « modules disciplinaires », très inférieures en nombre, et qui me semblent moins représentatifs du phénomène que l’on cherche à examiner. []
  2. Ces valeurs manquantes sont pour partie liées aux participant(e)s qui ont « décommandé » leur participation au Congrès, et qui apparaissent dans les indexes des participant(e)s, mais pas dans les programmes des section thématiques, d’où viennent les affiliations. []
  3. Comme l’a rappelé le membre (allemand, et parfaitement francophone) du bureau de l’ANCMSP qui s’exprimait lors de « l’AD 1 », la CJC estime à près de 40% le pourcentage de jeunes chercheurs étrangers parmi les jeunes chercheurs travaillant en France. []
  4. Les participant(e)s aux Congrès AFSP peuvent naturellement avoir déclaré plusieurs affiliations universitaires : le phénomène, qui s’explique notamment par les affiliations au titre de « chercheur associé », concerne au moins 10% de la population étudiée. []
  5. Vu que le Congrès a lieu au début de l’été, on peut rejeter tout de suite l’hypothèse d’un effet « ski alpin » sur l’affluence au Congrès AFSP 2009 de Grenoble – bien que l’effet « ski belt existe bel et bien dans cette ville pendant l’hiver. []
  6. Là encore, je pense que l’on peut écarter l’hypothèse d’un effet « tourisme » non trivial, à moins de considérer que les politistes préfèrent Grenoble en été (très chaude, très polluée) à Aix-en-Provence, Montpellier ou Paris… ! []
  7. Cette étape est difficile à réaliser, d’où le nombre de participant(e)s « P » plus élevé qu’il ne l’est réellement à chaque Congrès. Par exemple, cette année, le Congrès 2017 a réuni, selon l’un des participants de « l’AD 1 », 685 participant(e)s. []

AFSP 2017 à Montpellier

Dans un peu moins d’une semaine, du 10 au 12 juillet, l’Association Française de Science Politique (AFSP) tient son 14e Congrès à Montpellier.

J’y vais pour co-animer une section thématique, déjà mentionnée par deux fois, le mercredi matin : « Quantifier et qualifier l’activité parlementaire : données, méthodes, pratiques ». J’y vais aussi parce que j’aime bien l’idée d’un congrès réunissant toute une discipline (ou presque), ce qu’il est possible de réaliser à l’échelle d’une « petite » discipline comme la science politique française1.

Du coup, si vous lisez ce blog et que l’on ne se connaît pas, proposez-moi de prendre un café ou un Perrier à un moment du Congrès ! Mon numéro de téléphone portable est remarquablement bien caché sur la première page de mon CV scientifique.

Au passage, s’il se passe un truc incroyablement incroyable au Congrès de l’AFSP, j’en rendrai compte ci-dessous, mais bon, ne préparez pas le pop-corn.

Quelques réseaux de Congrès AFSP

Histoire de bien finir l’année universitaire, voici quelques réseaux de co-participation aux différents panels – conférences plénières, ateliers et modules en tous genres, et surtout sections thématiques – des Congrès AFSP, éditions 2009-2017, soit cinq éditions – une tous les deux ans.

Les données proviennent des indexes des participant(e)s à chaque Congrès AFSP sur la période observée. Il faut bien noter que les indexes listent les participant(e)s potentiel(le)s : en pratique, certain(e)s de ces participant(e)s ne seront pas venu(e)s au Congrès2.

Dans chacun des graphiques ci-dessous, les points gris désignent un panel du Congrès, les points bleus désignent les participant(e)s n’ayant participé qu’à un seul panel, et les points rouges désignent les participant(e)s « multi-positionnel(le)s » qui ont participé à plus d’un panel du Congrès. Enfin, l’intensité des liens renvoie à une pondération inverse qui accentue visuellement les participations à des panels avec peu de participant(e)s3.

Y a-t-il de plus en plus de congressistes multi-positionné(e)s – de degré 2+ dans ces graphes bipartis – au Congrès AFSP ? La réponse est non, malgré les opportunités offertes par l’augmentation du nombre de panels. De 2009 à 2017, le nombre de participant(e)s multi-positionné(e)s est stable aux alentours de 1 participant(e) sur 7 :

Congrès Panels Participant(e)s Ratio % degré 1 % degré 2+ C − 1
2009 60 725 12.0 83 17 3
2011 61 632 10.3 85 15 8
2013 78 862 11.0 85 15 8
2015 73 869 11.9 84 16 2
2017 80 780 9.75 85 15 7

Dans le tableau ci-dessus, la colonne « Ratio » donne le ratio participants / panels, qui est en baisse cette année : il devrait y avoir moins de participant(e)s à chaque panel, ce qui nous éloigne d’un Congrès jouant le rôle d’une « assemblée générale de la discipline en France », et nous rapproche d’une « General Conference » fortement panélisée (et donc fragmentée), façon ECPR.

Le nombre de composants isolés du graphe, noté « C − 1 » ci-dessus car l’on a seulement compté les composants non connectés au composant principal, correspond au nombre de panels dont aucun participant(e) n’a participé à aucun autre panel du Congrès. Ce chiffre est faible, mais il est sensible au type de panels : l’organisation de conférences plénières, par exemple, peut le faire varier selon la nature des invité(e)s.

Au final, quelle discipline sommes-nous ? Malgré l’impression que l’on peut avoir de « voir toujours les mêmes » dans ce type d’événement, il faut noter que sur presque 2 600 participant(e)s en 8 ans et 5 Congrès, seuls 734 apparaissent plus d’une fois : plus de 7 participant(e)s sur 10 n’ont participé qu’à un seul Congrès, tous panels confondus. Si la science politique est à l’image de ses Congrès, alors son entre-soi est très relatif4.

Le code et les données sont en ligne pour celles ou ceux qui se sentiraient d’en tirer quelque chose de plus substantiel. Quant à celles ou ceux qui voudront en apprendre plus sur la structure disciplinaire de la science politique en France, ils liront Pierre Favre, Marc Milet et Thibault Boncourt, ou le chapitre 2 du récent manuel d’Yves Surel.

Mise à jour, 28 juillet 2017 : j’ai beaucoup amélioré le code et les données du petit exercice décrit dans ce billet. Je garde les résultats ci-dessus en l’état, histoire d’archiver les résultats tels que publiés juste après le Congrès5

Les réseaux unipartites ci-dessous sont, quant à eux, basés sur les données révisées de la version 0.7. Les points bleus désignent les participant(e)s n’ayant participé qu’à une seule section thématique de l’édition du Congrès concernée ; les points rouges désignent quant à eux les participant(e)s « multi-positionné(e)s » sur plusieurs section thématiques. Les liens sont dirigés : ils vont des participant(e)s ayant organisé une section thématique vers les autres intervenant(e)s de cette section6.

  1. En attendant, la section que je co-anime est très internationalisée, avec un seul intervenant français sur cinq communications. C’est aussi la seule section avec le préfixe « quanti » dans son titre. []
  2. Pour cette raison, et parce que les données brutes ne suivent pas un format standard bien défini, les nombres de panels et de participant(e)s diffèrent très légèrement par rapport aux chiffres de l’AFSP. []
  3. Ce n’est pas le meilleur schéma de pondération possible : dans le graphe uniparti des participant(e)s, il faudrait utiliser autre chose, comme une pondération normalisée de type « Gross-Shalizi » (page 28). []
  4. Ces chiffres renvoient par ailleurs à l’image d’une discipline comptant moins de 1 000 personnes « à temps plein », mais avec une audience scientifique beaucoup plus large, comme en atteste le nombre d’inscrits à la liste de diffusion de l’ANCMSP. []
  5. Je m’aperçois au passage que les décomptes de participant(e)s affichés sur les réseaux bipartites ne sont pas bons, mais j’ai la flemme de tout refaire. []
  6. J’ai codé les organisateurs et les autres intervenants (discutants, « répondants », présidences de séance, etc.) de manière semi-programmatique, avec beaucoup de vérifications manuelles. []

Une nouvelle cartographie de la science politique française

Un très bref billet, car tout est dans le titre.

Ça se passe sur le site de Sciences Po, et c’est une réalisation d’équipe :

L’annuaire de centres de recherches en science politique affiche 61 résultats au total, c’est-à-dire exactement autant que l’annuaire constitué en 2010 par l’ANCMSP, qui avait aussi listé les écoles doctorales en science politique.

Les deux annuaires ont leurs défauts1, mais il faut bien comprendre une chose : ce type de cartographie est très difficile à réaliser et encore plus difficile à maintenir à jour, car les administrations centrales (ministères compétents et, pour les sciences sociales, le CNRS) tiennent des annuaires très approximatifs des unités de recherche. Ayant participé aux annuaires ANCMSP en 2010, j’espère que ça s’est amélioré depuis, mais j’en doute.

Addendum, 28 juin : Michaël Goudoux, de la bibliothèque de Sciences Po, m’amène à corriger l’un des éléments de mon billet. Extrait de son email :

Notre outil ne décompte pas « que » les titulaires. C’est cette donnée que nous avons retenue pour la visualisation sur la carte, mais dans les données de chaque centre, nous avons le personnel permanent, le personnel non-permanent, et le total. C’est justement pour faire apparaître le contraste entre permanents et non permanents que nous avons choisi cette unique variable sans distinction de statut (MCF, PR, CR, DR, etc…)

  1. L’annuaire ANCMSP n’est plus à jour, et celui de Sciences Po ne décompte que les titulaires… et (voir addendum) que les centres publics, ce qui fait que le mien n’y est pas. []

Women Also Know Stuff, édition personnelle 2017/05

La suite de ce billet. Éditions précédentes : 2017/01, 2017/02, 2017/03, 2017/04.
Liste rédigée un peu à la va-vite par manque de temps, mais bonne lecture quand même, et spécial dédicace aux étudiantes de Licence 3 qui m’ont parlé de cette série de billets.

  1. Mary Beard, pour son texte « Death of a dictator. How Caesar’s murder set the template for political assassination ». Voir aussi ce billet de Daniel Little sur le récent ouvrage de Beard, SPQR: A History of Ancient Rome.

  2. Laura Kipnis, pour son texte « Eyewitness to a Title IX Witch Trial ». Son point de vue, provocateur, minoritaire, et superbement écrit, est également évoqué dans cet article de Salon qui évoque aussi Camille Paglia.

    Sur le fond, je n’ai aucune opinion ferme à partager au sujet des questions « trans-genre/ethnicité » évoquées dans l’article qui a suscité la controverse qu’a suivi Kipnis. En revanche, je trouve que le comité éditorial de la revue qui a publié l’article a été d’une lâcheté sans nom. Lisez et décidez par vous-même.

  3. Béatrice Cherrier, déjà mentionnée le mois dernier, au tout début de la série et dans d’autres billets, pour ses epic tweetstorms d’histoire de la pensée économique. S’il fallait n’en lire qu’un, je conseille celui sur William Baumol, auteur très utilisé en économie de la santé.

  4. Substencia, pour ce mix génial, qui commence gentiment mais qui contient aussi quelques passages bien martelés façon Bauhaus/industriel :

  5. Hanna Brooks Olsen, pour ce texte qui explore une perspective que j’utilise très souvent dans mes séances sur les « politiques morales » :

    Abortion is an Economic Issue.

  6. Grete Hermann donne son nom à un package R très intéressant :

    Grete Hermann wasn’t a probabilist, but she wrote the first algorithms for computer algebra; in the 1920s, well before the first electronic computer was built.

    This work laid the foundations for computer algebra libraries (like TensorFlow) that enable modern probabilistic modelling.

  7. Frida Boräng et ses collègues, pour leur article « Cooking the books: Bureaucratic Politicization and Policy Knowledge », qui rejoint tout de suite mon plan de cours sur la sociologie de la quantification et des statistiques officielles1 :

  8. Dawn Johnsen, pour son article « The Lawyers’ War. Counterterrorism From Bush to Obama to Trump ».

  9. Alice Coltrane (1937-2007), très bien chroniquée dans The Quietus. Ci-dessous, le morceau de référence, déjà mentionné il y a trois mois, mais on s’en fiche :

  10. « Older Woman » (qui est assez facile à identifier si vous y tenez), pour son texte « Asking the Wrong Questions about Protest ».

Mention spéciale à Carole Cadwalladr, pour cet article absolument sidérant : « The Great British Brexit Robbery: How our Democracy was Hijacked ». L’article explore le réseau d’élites, militaires et civiles, et de firmes (Cambridge Analytica, Palantir) ayant contribué à façonner, quasiment au sens propre du terme, une large partie de l’opinion publique britannique (mais aussi américaine) lors des votes « Brexit » et « Trump » de l’an dernier.

Le récit est parfaitement édifiant, et si les faits devaient (1) être confirmés et (2) être amenés à se reproduire, ils vont devenir incontournables dans l’étude des élections. Et si l’on rajoute à ça les diverses transgressions russes des dernières années et la géopolitique actuelle autour de la Corée du Nord, alors la Guerre Froide est au moins aussi morte que le punk, c’est-à-dire pas du tout.

  1. Je reparlerai, j’espère, de ce plan de cours dans pas trop longtemps ; si vous êtes curieux, écrivez-moi ou signalez-vous sur Twitter. Et en attendant que je réponde, allez donc lire l’excellent article de Dorothy Kronick, « How to Count Our Dead », sur la mortalité criminelle au Venezuela. []

La lente désintégration démocratique de la Hongrie est une tragédie européenne

La plupart des universitaires européens et nord-américains sont au courant, et la presse s’en est fait le relais : le gouvernement illibéral hongrois de Viktor Orbán a pris des mesures de rétorsion contre la Central European University de Budapest, au motif stratégique inavouable de réduire à néant un contrepouvoir supplémentaire et de donner ainsi des gages aux électeurs qui menacent de dépasser son parti d’extrême-droite sur sa droite extrême-extrême.

Je ne peux m’empêcher, à chaque fois que je lis un article de plus sur la lente désintégration du régime démocratique hongrois (et de ses protections constitutionnelles) sous la pression d’Orbán, de penser aux sanctions (diplomatiques) que l’Union européenne avait appliquées au gouvernement autrichien de Jörg Haider en 1999. Ce n’était pas grand chose, mais c’était symbolique et c’est resté dans les manuels.

À l’heure où j’écris ce billet, les 9 et 11 avril, l’Union européenne n’a encore rien fait de tel, de même qu’elle n’avait rien fait lors de la crise des migrants, ou lorsque le gouvernement hongrois a toléré l’organisation de marches antisémites ou démantelé une partie de la presse d’opposition.1

La géométrie variable des politiques européennes en matière de respect des critères de Copenhague est une tragédie pour quiconque nourrit même le plus modeste espoir de supranationalisme européen. Pire, l’exécutif français me semble totalement atone en la matière, alors que je me tiens quand même pas trop mal informé sur ses faits et gestes.2 Enfin, notons que la seule puissance est-européenne qui pourrait peser dans la balance a elle aussi glissé dans l’illibéralisme (complotiste) le plus sordide ces dernières années.

Le niveau de pression sur le gouvernement Orbán semble heureusement s’être élevé au cours des derniers jours, et le Parlement européen semble envisager de sortir la grosse artillerie si besoin.

En attendant, voici le formulaire à remplir pour exprimer votre soutien à la CEU et à ses personnels et voici la page listant les différentes manières de protester contre les mesures en cours d’application :

Addendum, 16 avril : voici un article récent de R. Daniel Kelemen dont la lecture m’a l’air toute recommandée dans le contexte actuel. L’article mentionne aussi des « épisodes de democratic backsliding » en Roumanie, en Bulgarie et en Slovénie :

Critics have long argued that the EU suffers from a democratic deficit and that growing EU power undermines national democracy. But recent backsliding on democracy and the rule of law in Hungary and Poland reminds us that grave democratic deficits can also exist at the national level in member states and that the EU may have a role in addressing them. This article will place the EU’s struggles with democratic deficits in its member states in comparative perspective, drawing on the experience of other democracies that have struggled with pockets of subnational authoritarianism.

Addendum, 27 avril : l’excellent numéro spécial « Democracy without Solidarity: Political Dysfunction in Hard Times », de la tout aussi excellente revue Government and Opposition, intéressera certainement les lecteurs de ces lignes, et tout particulièrement, peut-être, l’article de Daniel Kelemen (article cité dans l’addendum précédent), mais aussi celui de Wade Jacoby. Voir aussi, dans un numéro récent de la revue Politique étrangère, l’article « Orban et le souverainisme obsidional » de Paul Gradvohl.

Addendum, 3 mai : et un article de plus à lire sur le sujet.

Addendum, 17 mai : il y a une semaine, le Parlement européen a adopté une résolution s’inquiétant de la situation sociale et politique en Hongrie. Le vote montre que ce sont les conservateurs des groupes parlementaires EPP et ECR qui ont voté contre, en plus des groupes parlementaires d’extrême-droite.

Dans les rangs français, les eurodéputés Brice Hortefeux, Elisabeth Morin-Chartier, Michel Dantin et Rachida Dati, du groupe EPP, ont voté contre : honte sur eux. Quant aux eurodéputés du Front national, qui siègent avec les non-inscrits ou avec le groupe ENF et qui ont également voté contre, on ne va pas s’en étonner, mais honte sur eux aussi.

Complément : ce texte de Dorit Geva contient l’essentiel de ce qu’il faut savoir de la situation.

Complément, octobre 2018 : la situation a empiré.

  1. Je ne fournis pas de liens car je tiens ces éléments d’une amie journaliste (et juive) résidant à Budapest, mais je ne doute pas qu’on en trouve confirmation dans la presse hongroise indépendante. []
  2. La campagne présidentielle me laisse même clairement l’impression que l’exécutif français actuel a fait une croix sur son électorat, et n’envisage même plus de lui offrir la moindre action symbolique qui puisse revaloriser son image, mais c’est un autre débat. []

Vérité pour Giulio Regeni

J’ai évoqué, l’an dernier, l’assassinat de Giulio Regeni, un doctorant en science politique assassiné au Caire par des agresseurs désormais suspectés d’être membres des services secrets égyptiens. Regeni travaillait sur les syndicats égyptiens, qui font partie des rares contre-pouvoirs que la dictature égyptienne ait jamais eu à affronter.

Les circonstances exactes de l’assassinat de Regeni ne sont toujours pas connues.

Voici un appel à signer pour continuer de faire pression sur l’État égyptien :

Vérité pour Giulio Regeni

Le 3 février 2016, dans un fossé de la banlieue du Caire aux alentours d’une base des services militaires égyptiens, a été découvert le corps du doctorant italien Giulio Regeni, disparu le 25 janvier 2016 au Caire. Giulio, 28 ans, se trouvait en Égypte pour mener son terrain de recherche sur le syndicalisme indépendant dans le cadre de sa recherche doctorale à l’Université de Cambridge.

Lors de l’identification et des autopsies réalisées sur le corps de Giulio, nombreux signes de torture ont été relevés. L’ONG Amnesty International a déclaré avoir reconnu dans le cas de Giulio Regeni les mêmes modalités de disparition forcée et torture dont sont victimes un grand nombre des citoyens égyptiens. Par des examens successifs effectués par les autorités italiennes, on apprend que Giulio a été torturé pendant au moins 7 jours.

Pourtant, à une année de distance, les circonstances de sa disparition et de sa mort restent occultées.

Lire la suite, et signer en bas

To Giulio Regeni’s family: please accept my deepest condolences for your loss. If you are uncomfortable with my use of Giulio’s picture in the slides that I have posted on this blog, please let me know by email and I will remove them as soon as I get your message. Siamo con voi.