Annals of Youtube Science 1(12) : L’interminable crise de l’Euro(pe)

Ce billet est rétro-publié : je l’ai rédigé en janvier 2018, après avoir réalisé que je ne l’avais jamais posté au coeur de l’été 2017 comme initialement prévu. J’en profite, du coup, pour rajouter un lien sur le même sujet, actuellement en « une » du site Internet de l’École d’Économie de Paris – Agnès Bénassy-Quéré: « We can and we must break through the current deadlocks in the euro area ».

La lecture de cet article de Simona Piattoni sur l’Union Économique et Monétaire m’a incité à faire un petit bilan des conférences que j’avais visionnées sur le même sujet.

Côté « définition du problème », je recommande cette conférence de 2013 de Barry Eichengreen à l’Australian National University (ANU ; canal Youtube), titrée « The Euro Crisis: The Long View » :

Côté propositions, voici Thomas Piketty, Antoine Vauchez et les autres co-auteurs de l’ouvrage Pour un traité de démocratisation de l’Europe (que je n’ai pas encore lu, mais ça ne saurait tarder) :

La conférence était organisée à la Paris School of Economics (PSE ; canal Youtube).

Women Also Know Stuff, édition personnelle 2017/05

La suite de ce billet. Éditions précédentes : 2017/01, 2017/02, 2017/03, 2017/04.
Liste rédigée un peu à la va-vite par manque de temps, mais bonne lecture quand même, et spécial dédicace aux étudiantes de Licence 3 qui m’ont parlé de cette série de billets.

  1. Mary Beard, pour son texte « Death of a dictator. How Caesar’s murder set the template for political assassination ». Voir aussi ce billet de Daniel Little sur le récent ouvrage de Beard, SPQR: A History of Ancient Rome.

  2. Laura Kipnis, pour son texte « Eyewitness to a Title IX Witch Trial ». Son point de vue, provocateur, minoritaire, et superbement écrit, est également évoqué dans cet article de Salon qui évoque aussi Camille Paglia.

    Sur le fond, je n’ai aucune opinion ferme à partager au sujet des questions « trans-genre/ethnicité » évoquées dans l’article qui a suscité la controverse qu’a suivi Kipnis. En revanche, je trouve que le comité éditorial de la revue qui a publié l’article a été d’une lâcheté sans nom. Lisez et décidez par vous-même.

  3. Béatrice Cherrier, déjà mentionnée le mois dernier, au tout début de la série et dans d’autres billets, pour ses epic tweetstorms d’histoire de la pensée économique. S’il fallait n’en lire qu’un, je conseille celui sur William Baumol, auteur très utilisé en économie de la santé.

  4. Substencia, pour ce mix génial, qui commence gentiment mais qui contient aussi quelques passages bien martelés façon Bauhaus/industriel :

  5. Hanna Brooks Olsen, pour ce texte qui explore une perspective que j’utilise très souvent dans mes séances sur les « politiques morales » :

    Abortion is an Economic Issue.

  6. Grete Hermann donne son nom à un package R très intéressant :

    Grete Hermann wasn’t a probabilist, but she wrote the first algorithms for computer algebra; in the 1920s, well before the first electronic computer was built.

    This work laid the foundations for computer algebra libraries (like TensorFlow) that enable modern probabilistic modelling.

  7. Frida Boräng et ses collègues, pour leur article « Cooking the books: Bureaucratic Politicization and Policy Knowledge », qui rejoint tout de suite mon plan de cours sur la sociologie de la quantification et des statistiques officielles1 :

  8. Dawn Johnsen, pour son article « The Lawyers’ War. Counterterrorism From Bush to Obama to Trump ».

  9. Alice Coltrane (1937-2007), très bien chroniquée dans The Quietus. Ci-dessous, le morceau de référence, déjà mentionné il y a trois mois, mais on s’en fiche :

  10. « Older Woman » (qui est assez facile à identifier si vous y tenez), pour son texte « Asking the Wrong Questions about Protest ».

Mention spéciale à Carole Cadwalladr, pour cet article absolument sidérant : « The Great British Brexit Robbery: How our Democracy was Hijacked ». L’article explore le réseau d’élites, militaires et civiles, et de firmes (Cambridge Analytica, Palantir) ayant contribué à façonner, quasiment au sens propre du terme, une large partie de l’opinion publique britannique (mais aussi américaine) lors des votes « Brexit » et « Trump » de l’an dernier.

Le récit est parfaitement édifiant, et si les faits devaient (1) être confirmés et (2) être amenés à se reproduire, ils vont devenir incontournables dans l’étude des élections. Et si l’on rajoute à ça les diverses transgressions russes des dernières années et la géopolitique actuelle autour de la Corée du Nord, alors la Guerre Froide est au moins aussi morte que le punk, c’est-à-dire pas du tout.

  1. Je reparlerai, j’espère, de ce plan de cours dans pas trop longtemps ; si vous êtes curieux, écrivez-moi ou signalez-vous sur Twitter. Et en attendant que je réponde, allez donc lire l’excellent article de Dorothy Kronick, « How to Count Our Dead », sur la mortalité criminelle au Venezuela. []

Annals of Youtube Science 1(7) : Inégalités et post-démocratie

L’économiste Tony Atkinson, qui a immensément contribué à l’étude des inégalités économiques, est mort au tout début de cette année. Si vous avez déjà lu du Piketty, vous avez déjà lu du Atkinson. Pour un « obit » très bien ficelé, voir le blog de Béatrice Cherrier : « Remembering Tony Atkinson as the Architect of Modern Public Economics » – et pour des compléments, voir les notes d’Ingrid Robeyns et de Thomas Piketty.

En 2015, Tony Atkinson avait présenté son livre Inequality. What Can Be Done? dans tout un tas d’endroits, notamment à la London School of Economics (chaîne Youtube) :

La même année, il était intervenu dans une série de conférences en Allemagne, où intervenait également Colin Crouch, l’auteur de Post-Democracy :

Enfin, toujours sur le thème des inégalités, voici une conférence de Branko Milanovic à l’Oxford Martin School en 2016 (chaîne Youtube), sur la mesure des inégalités mondiales :

Je trouve intéressant d’écouter et de regarder comment des économistes comme Milanovic communiquent, parce que leur sujet d’étude est intimement lié à la visualisation des inégalités, à l’aide de graphiques comme celui-ci, qui utilise des centiles sur les deux axes :

conf-milanovic-1

À mon sens, Piketty et Milanovic ont très bien compris la capacité de séduction de ces graphiques de concentration, qu’il faut évidemment déconstruire. Le graphique de « l’éléphant » de Milanovic, par exemple, reproduit ci-dessous, a fait l’objet de critiques très précises :

conf-milanovic-2

Petit bilan éditorial

Je profite de ce septième billet « Annals of Youtube Science » pour faire un mini-bilan.

Cette série de billets est très facile à rédiger : je n’ai pas la télévision, je n’écoute la radio qu’en podcasts, et j’aime bien écouter les auteurs des bouquins que je n’ai pas le temps de lire. Enfin, et même si je n’ai pas encore commencé à l’utiliser, j’ai tout un stock de conférences que j’ai accumulées au fil du temps, principalement pour les recommander aux étudiants en travaux dirigés.

Par manque de temps, je ne publie quasiment aucun commentaire d’accompagnement avec les vidéos que je poste dans Annals of Youtube Science, mais si vous fouillez les archives de ce blog, vous trouverez souvent des billets sur les mêmes thématiques que les conférences que j’y mets en avant. Thomas Piketty, par exemple, doit faire partie des auteurs les plus cités sur le ‘Bistro.

Je prévois de continuer cette série de billets au rythme d’un billet tous les quinze jours environ. Si vous avez des suggestions, en français ou en anglais1, elles sont évidemment les bienvenues.

  1. J’ai tenté de suivre une conférence en allemand, pour voir ce qu’il me reste d’allemand après plus de quinze ans de désintérêt. Échec patent. []

Annals of Youtube Science 1(6) : Une fin au capitalisme ?

Wolfgang Streeck, déjà recommandé il y a quelques mois, est toujours aussi intéressant à écouter (ou à lire) de temps à autre. L’une de ses dernières conférences, donnée début novembre 2016 au King’s College London, est disponible sur la chaîne Youtube du département de droit :

Le thème de la conférence – « How Will Capitalism End? » – ne surprendra pas celles et ceux qui ont déjà prêté l’oreille à Wolfgang Streeck au cours des dernières années. C’était déjà le thème, par exemple, de sa conférence à la British Academy (chaîne Youtube) en janvier 2014 :

Et voici encore une autre conférence de Streeck la même année, donnée à Princeton :

Dans ses conférences récentes, Streeck mélange – à bon escient – plusieurs choses : des observations sur la crise économique et politique qui traverse l’Union européenne et la zone euro en particulier ; des critiques plus générales à l’encontre du capitalisme et de la globalisation ; et des remarques sur les élections récentes et sur les dirigeants politiques des années à venir.

La période actuelle se prête très bien à ces « exposés syncrétiques » et, dans une certaine mesure, téléologiques. Toutes les tendances observées depuis des décennies semblent en effet désormais rentrer en collision les unes avec les autres : désaveu des politiques fiscales et macroéconomiques par leurs « perdants » ; aggravation des dysfonctionnements liés à la dérégulation financière ; et consolidation des trajectoires électorales ascendantes des partis politiques populistes et des candidats anti-système. Bref, la fin est proche.

Si vous avez étudié l’Union européenne dans les années 2000, vous avez très certainement lu Fritz Scharpf, Governing in Europe (trad. fr.). De la même manière, si vous étudiez l’UE dans les années 2010, il est plus que probable que l’on vous fera aussi lire Wolfgang Streeck, Buying Time (trad. fr.). Et si vous n’avez pas le temps, allez au moins lire ses articles dans la New Left Review.

Les thèses de Streeck sont parfois proches de celles de Claus Offe, bien connu pour ses critiques radicales de l’État-providence, et qui a aussi sorti un livre ultra-critique sur l’UE, Europe Entrapped.

Sur le même thème

Pour une vision différente de l’avenir du capitalisme, on peut écouter une autre conférence donnée à Princeton, celle de Tyler Cowen, en 2015 :

Women Also Know Stuff, édition personnelle 2017/02

La suite de ce billet. Édition précédente : 2017/01. Les règles de cette série de billets se précisent : tous les liens pointent vers des textes ou des morceaux de musique composés par des femmes (ou co-composés par au moins une femme, dans le cas des compositions multi-auteurs). Chaque billet de la série est publié à la fin du mois et contient 10 items, plus une « mention spéciale » (spéciale en quoi ? je ne sais toujours pas). Les domaines couverts sont variés, mais vu ce que je lis et j’écoute, attendez-vous à de la science politique (évidemment), de l’analyse de données1, et de la musique bizarre.

  1. Emily Barry, « Applying Data Science to the Supreme Court: Topic Modeling Over Time with NMF (and a D3.js bonus) » :

    barry-scotus-topics

  2. Jenny Andersson et Egle Rindzeviciute, « The Political Life of Prediction. The Future as a Space of Scientific World Governance in the Cold War Era » :

    This working paper explores the role of the future as a space of scientific exchange and dialogue in the Cold War period. We argue that in East and West the governance of the future were understood as both intellectual and technical problem that, importantly, challenged existing notions of the nature of liberal democratic and communist political regimes. Casting the future as a governable sphere led to the development of new forms of scientific governance which sought explicitly to depoliticize the future and turn it into a new transnational domain of technocratic politics. The paper focuses on the parallels and exchanges among American and Soviet futurologists. East-West collaboration was essential to the invention of the future as a governable technoscientific space, situated beyond political dispute.

  3. Daphne Oram2, Andrea Parker3 et Daz Quayle, « Are You There? » (Live from the Roundhouse), tiré de Private Dreams And Public Nightmares (2011) :

  4. Valerie J. Bunce et Mark R. Beissinger, « Taking Democracy for Granted » (sur l’excellent blog collectif Duck of Minerva, qui devrait plaire à tous les lecteurs de Crooked Timber et de The Monkey Cage) :

    … The costs of nationalist tropes for democracy are many. They give candidates a license to avoid talking about policy. They silence the opposition, since it cannot possibly come out against the nation. They sow divisions among the public. But perhaps their greatest danger is that they give rise to the demand for strong leadership—leaders who will do anything to defend the nation from its enemies.

    To those who view American politics as exceptional, Trump is an anomaly that is difficult to explain. To us, his politics are disconcertingly familiar.

  5. Katharina A. Zweig, Network Analysis Literacy. A Practical Approach to the Analysis of Networks (Springer, 2016) — un bouquin qui clarifie l’analyse de réseaux par le biais des modélisations complexes parues ces dernières années. Fort utile.

  6. Elisabeth S. Clemens : What is Political Sociology? (Wiley, 2016). Ayant lu quelques-uns des articles de l’auteur, je m’attends à une excellente synthèse couvrant un énorme spectre spatio-temporel, à la Sewell.

    Note : j’ai reçu, depuis la rédaction de ce billet, ma copie de l’ouvrage, et je ne suis pas déçu. Comme prévu, c’est une vaste mais brève synthèse de la sous-discipline.

  7. DJ Mutamassik (et Spit), « Complicity (M28 Mix)« , remix déjanté d’une chanson d’Arto Lindsay, sur l’excellent album d’illbient Hyper Civilizado (1996) :

    L’album de Mutamassik Symbols Follow (2015), où celle-ci joue tous les instruments, vaut aussi le détour si vous aimez l’ambient expérimental façon Nobukazu Takemura, qui reste le maître absolu, inégalé et inégalable du genre.

  8. Amelia Tait : « The Movie That Doesn’t Exist and the Redditors Who Think It Does » – sur un phénomène qui peut paraître invraisemblable, mais qui est bien connu des chercheurs faisant des entretiens sur des faits distants : le cerveau humain fabrique de très intéressants souvenirs de faits n’ayant jamais existé.

  9. Lucie Beraud-Sudreau et Hugo Meijer, « Enjeux stratégiques et économiques des politiques d’exportation d’armement. Une comparaison franco-américaine » (Revue internationale de politique comparée, 2016) :

    […] Cet article propose un schéma explicatif [montrant] que le poids relatif des considérations stratégiques et économiques dans l’élaboration des politiques d’exportation d’armes dépend, sur le plan international, du positionnement de l’État dans la hiérarchie mondiale des producteurs d’armement et, sur le plan national, du degré de dépendance à l’exportation de son industrie de défense. Cette typologie est ensuite testée à travers une comparaison des politiques américaine et française d’exportation d’armement, à partir d’entretiens réalisés à Washington D.C. et à Paris et de câbles diplomatiques fuités par Wikileaks. […]

  10. Anoushka Shankar, « Red Sun« , de l’album Rise (2005) :

Mention spéciale : Fernanda Martins, l’une des rares femmes dans le sous-genre hard techno/schranz, qui est quasi-exclusivement dominé par des hommes (Kvitta, Liebing, Natus, Ranieri, Rush). Le mix ci-dessous a été réalisé avec Sheefit, a.k.a Gabriela Mariano, la moitié féminine du duo de hard techno Motormorfoses.

  1. Généralement avec R, parfois avec Python. []
  2. Une pionnière du genre (synthétiseurs et musique concrète). Mon billet de 2016 en cite d’autres. []
  3. Oui, c’est la même que dans l’édition 2017/01. []

Quoi de neuf du côté de la mise sur agenda ?

Billet exhumé des brouillons de 2016 ; du coup, les références bibliographiques sont de l’an dernier. Je le publie ici sans l’avoir vraiment terminé ou mis à jour, mais je n’ai rien aperçu de notable dans les revues depuis les textes cités plus bas.


Les modèles de la mise sur l’agenda gouvernemental font partie de ces cadres analytiques souples dont on a besoin en « quali » comme en « quanti », et encore plus en « quali » ou « quanti » comparatifs.

Pour celles et ceux qui se demandent de quoi la mise sur l’agenda est faite d’un point de vue scientifique, allez voir cet article et ce chapitre d’ouvrage, tous deux de Patrick Hassenteufel, ou bien ce cas d’étude par Bastien Irondelle1. Notez au passage que la notion d’agenda se retrouve dans trois des dictionnaires des Presses de Sciences Po – , et –, et que la modélisation par « mise sur agenda » ne se limite pas au gouvernement : en voici un exemple.

Du côté quanti

En ce qui concerne les approches quantitatives de la mise sur l’agenda, on dispose régulièrement de travaux de synthèse, car les résultats sont très cumulatifs. En voici le dernier épisode, écrit par l’un des auteurs du bouquin qui fait office de traité fondateur pour ces approches :

agenda-setting-baumgartner

agenda-setting-gpw La table des matières du bouquin résumé par Frank Baumgartner montre par ailleurs très bien le côté cumulatif de ces recherches, qui tournent toutes sur une recette méthodologique suffisamment simple pour être utilisée à grande échelle—collecter et coder des données, les envoyer dans des modélisations de séries temporelles avec les ajustements nécessaires en fonction de leur distribution initiale, et comparer, de manière plus ou moins profonde, les résultats d’un pays à l’autre.

La recette a énormément de qualités, n’est évidemment pas exempte de défauts, qui sont loin de lui être propres—le nationalisme méthodologique, par exemple.

Du côté quali

Qu’en est-il, à présent, du côté « quali » ? On dispose de beaucoup de synthèses, mais qui me semblent beaucoup moins cumulatives, et c’est dommage, bien que prévisible : il est plus difficile de comparer la mise à l’agenda des réformes de l’armement parce que ces réformes sont plus difficilement comparables les unes aux autres, et problème lié, parce qu’il est plus difficile de savoir de quoi elles sont faites.

Voici, toutefois, un texte qui me semble faire exception, en « cumulant » au moyen d’une comparaison intersectorielle :

agenda-setting-boswell-rodrigues

Enfin, plaisante surprise, en cherchant les dernières publications de Nikoalos Zahariadis, qui a beaucoup, beaucoup publié sur la modélisation « quali » de l’agenda-setting dans la lignée du modèle par « flux multiples » de John Kingdon, je suis tombé sur ce handbook qui établit un joli état de l’art, à la fois « quali » et « quanti », de la question :

agenda-setting-nz

  1. Il y a des dizaines d’exemples d’excellentes études de cas utilisant les modèles de la mise sur agenda, mais j’ai tellement aimé ce que j’ai commencé à lire du bouquin de Bastien Irondelle (malheureusement décédé très jeune) que je profite de ce billet pour en faire la publicité. []

Annals of Youtube Science 1(2) : From Obama to Trump

De l’avalanche de conférences organisées autour de l’élection présidentielle américaine et du phénomène Trump, je retiens celle-ci, qui se concentre sur la phase de transition entre deux équipes présidentielles :

La conférence, disponible sur la chaîne Youtube du Watson Institute for International and Public Affairs, fait intervenir deux personnes qui ont connu les transitions présidentielles de l’intérieur (spécifiquement, celle de Bush Senior vers Clinton/Gore).

Ce qu’ils ont à dire de la transition « Omaba vers Trump » est, à dessein, édifiant, Trump ayant déjà violé un nombre hallucinant des règles mises en place pour assurer que les périodes de transition entre deux « administrations » fédérales ne créent pas de vulnérabilité dans l’appareil d’État américain.

Vu l’absence totale d’ethos du service public chez Trump, et vu le primat de la compétence bureaucratique qui s’exprime très clairement chez les deux conférenciers, leur bilan extrêmement négatif de Trump comme « président-élu » est peu étonnant. Le détail de leur bilan est intéressant.

Sur un sujet proche, voir « President Trump’s First Term« , un excellent texte publié en septembre 2016 par le New Yorker, dans lequel l’auteur faisait le point sur la marge de manoeuvre du pouvoir présidentiel aux États-Unis.

Depuis la préparation de ce billet il y a quelques semaines, Trump est devenu président des États-Unis, a littéralement décimé certains ministères fédéraux, et a pris toute une suite de mesures qui confirment le fonctionnement autocratique et anti-légaliste de son administration rapprochée. Les plus optimistes s’attendent à une procédure réussie d’impeachment, les plus pessimistes parlent de ballon d’essai pour un coup d’État.

La situation est navrante au plus haut point, et je ne pense pas que je vais réussir à chroniquer Trump ce semestre, mais d’autres s’en chargent très bien.

À écouter également

L’unes des choses que je trouve compliquée à comprendre au sujet de l’opinion publique américaine est sa réception des accords commerciaux internationaux. Trump en a fait un chapitre important de sa proto-politique économique, et si ses annonces sur le sujet (NAFTA, TPP) sont amenées à être suivies d’effets, on peut supposer que ce sera au début de son mandat qu’il devra expliquer de quoi il en retournera vraiment.

Sur les accords commerciaux internationaux, je recommande la conférence « Votes, Vetoes & International Trade Agreements« , donnée par Helen Milner à Princeton en 2013 :

La conférence reprend le contenu de son livre sur le sujet.

ArchiPolis : des entretiens plein les tiroirs

Plus tôt ce semestre, un email de la liste de diffusion du réseau MATE-SHS m’a informé des avancées du projet ArchiPolis, qui vise à rendre accessible les matériaux bruts des enquêtes qualitatives en science politique, et que j’avais rapidement évoqué cet été :

archipolis-dataverse

Le catalogue ArchiPolis est désormais consultable en ligne, et c’est un veritable trésor d’enquêtes qualitatives – des entretiens réalisés sur les cinquante dernières années ! – qui est désormais accessible sur demande :

archipolis-catalogue

Le catalogue utilise Dataverse. Le reste des détails est à lire sur le blog d’ArchiPolis, hébergé, comme tant de choses chouettes, sur Hypothèses (Where else?).

Bravo aux acteurs du projet, et aux nombreux laboratoires de science politique qui y participent !

Regrets moyennement éternels

François Hollande a décidé de priver la science politique d’un « data point » supplémentaire : sauf changement d’avis – imaginez le délire : « c’était une blagounette, en fait j’y vais ! » –, on ne connaîtra pas le score électoral du septième président sortant de la Cinquième République.

Au lieu de ça, un cas inédit et intéressant se présente : ce sera, en toute probabilité, un Premier ministre, ou un ancien ministre du gouvernement, qui représentera le parti du président à la prochaine élection présidentielle. J’ai hâte de lire le Canard enchaîné pour voir comment chacun-chacune voit les choses.

J’imagine que le Canard aura aussi un petit mot pour ce document envisageant les prémisses d’une campagne électorale « Hollande 2017 » – document que j’ai soupçonné d’être un faux (c’en est un), sans être toutefois capable de trancher…

Deux rapides réactions à chaud

1. Je ne sais pas qui a persuadé le Président d’annoncer son renoncement électoral au moment précis où se terminait le cycle médiatique de l’élection du principal parti d’opposition, mais je dois avouer que c’est très, très finement joué. Cette année, on fête Noël en avance chez François Fillon.

2. Ma faible curiosité électorale est désormais toute entière tournée vers Christiane Taubira, qui dispose, à mon sens, d’un boulevard électoral, bien que tronqué des candidatures déjà déclarées à gauche et coupé dès le premier kilomètre par un obstacle électoral de taille en la personne du Premier ministre actuel1.

Quelques regrets, version politiques publiques

Dès le moment qu’un président en exercice prend la seule décision qui lui garantit systématiquement de ne pas être réélu, on est en droit, me semble-t-il, de décrire la longue couronne mortuaire qu’a tressé son mandat autour de ses ambitions personnelles.

Autrement dit :

Qu’est-ce qui peut justifier, du point de vue d’un dirigeant, qu’il s’auto-exclue lui-même du processus légal lui permettant de se faire réélire ?

On peut répondre à cette question de plusieurs manières, par exemple en faisant jouer les indices de popularité et autres oracles électoraux. On peut aussi envisager une grosse fatigue à l’idée de devoir se rendre au prochain G8 en compagnie de Donald Trump, Theresa May, Wolfgang Schäuble Angela Merkel, et l’ombre flottante de Vladimir Poutine…

Mais plutôt que de prendre en compte les « coûts futurs » d’une campagne électorale et d’un hypothétique mandat, prenons plutôt en compte les apprentissages passés, sans poser trop d’hypothèses sur les intentions réelles du président.

Un premier épisode critique de la mandature Hollande m’a paru être l’absence de réforme fiscale dans la période de « lune de miel » post-électorale. Tout dispose à penser que c’est à ce moment-là qu’il aurait été le plus possible d’imposer les très hauts revenus, de fusionner la CSG et l’IRPP, et de lancer le prélèvement à la source.

Au lieu de cela, le choix a été fait d’introduire les différentes composantes de cette réforme les uns après les autres, sous plusieurs équipes ministérielles. Ce choix a multiplié les occasions de sabotage, ce terme me semblant être le seul approprié pour qualifier la décision d’envoyer une version inconstitutionnelle de la réforme à la censure.

Un autre épisode critique de la mandature me semble se situer dans la guerre aux chômeurs, qui n’a pas plus connu d’inflexion sous Hollande et ses différents (premiers) ministres que sous les présidents précédents. Mêmes politiques, mêmes erreurs, même équation insolvable du plein emploi depuis Raymond Barre.

La partie était jouée d’avance avant même l’erreur qu’a pu incarner la promesse de « l’inversion de la courbe » : à partir du moment où les économies du sud de l’Europe ont commencé à sortir des taux de chômage à deux dizaines et plus chez les jeunes, il aurait peut-être fallu se fixer un objectif viable de stabiliser le chômage à la moitié de ça.

Un dernier épisode critique s’est ouvert avec les attentats de janvier 2015. Ce n’était pas les premiers, ce ne furent pas les derniers, et il y en aura, en toute probabilité, d’autres, dont on peut simplement souhaiter qu’ils connaissent le sort de la dernière tentative en date.

Se retrouver chef de guerre au Sahel et dirigeant démocratique sous état d’urgence doit être fatigant, mais probablement pas autant que d’écouter son ministre déclarer, au fil des événements, que « les services n’ont pas failli » – phrase récipiendaire du prix mondial et éternel de l’anti-performativité.

Jeu de flipper, version institutions politiques

Peut-être les manuels d’éducation civique devraient-ils songer à représenter la présidence de François Hollande sous la forme d’un jeu de flipper avec,

  • en lance-billes, le président sortant précédent,
  • en flippers, Bercy et Matignon,
  • en bumpers, la Banque centrale européenne et la Commission européenne
  • en rampe, le Parlement et le Conseil constitutionnel

Plus sérieusement, jamais le paysage institutionnel quinto-républicain ne m’a paru autant jouer contre un président français que lors de ces dernières années. Même le Parlement est arrivé à tirer son épingle du jeu, avec une excellente réaction dans la rue au fil du jeu parlementaire (adoptions de lois, rejets de motions de censure)2.

Tiens, puisqu’on parle du Parlement, d’ailleurs : il est étrange qu’Hollande n’ait pas mieux planifié sa sortie à l’aide de celui-ci. Il aurait suffi de demander une censure à sa propre majorité, en ayant préalablement averti le Premier ministre que son gouvernement allait tomber, afin de le laisser se présenter aux primaires une fois parti de Matignon.

Au lieu de ça, la primaire s’annonce fratricide, les cartes ayant été mal et tardivement distribuées. La primaire (ouverte) semble être la grande institution du moment, au grand bénéfice des ami(e)s qui travaillent dessus depuis un petit ou grand bout de temps, et qui sont aussi aller voir comment le dispositif fonctionnait à l’étranger.

En attendant la suite

Pas d’oraison funèbre, ni débouchage du champagne. Mais Michel Rocard, Jacques Delors, Lionel Jospin et désormais François Hollande forment une drôle de série noire de la social-démocratie française, quand même. Le nom du – à mon sens très, très mauvais – premier secrétaire actuel du Parti socialiste mérite aussi certainement de figurer ici.

  1. Le troisième obstacle de taille est que Christiane Taubira est à un an de la retraite légale, et peut donc difficilement passer un tour pour jouer dans cinq ans. []
  2. Et ce malgré les réserves d’une partie des syndicats de salariés, voire leur mise hors-jeu sur certaines mobilisations (Manif pour tous, Nuit Debout). []

Les politiques de santé de l’Union européenne : une bibliographie détaillée à jour

Au début de ce semestre, j’ai complètement remanié mon cours sur les politiques de santé de l’Union européenne. Le résultat est en ligne :

syllabus-ehp-2016-v2-1

Descriptif rapide

Le cours porte sur les politiques de santé menées au niveau de l’Union européenne, soit directement, par les institutions européennes elles-mêmes, soit indirectement, par effet diffracté des politiques européennes – et en particulier de celles qui gouvernent l’organisation du marché intérieur – sur les systèmes de santé et sur les politiques nationales.

Ce n’est ni de l’européanisation « par le haut » ou « par le bas », pour reprendre une métaphore facile, mais principalement de l’européanisation « par la tangente », si l’on peut dire—ce qui requiert de traiter la CJUE et, pour la zone euro, la BCE comme des acteurs majeurs des politiques de santé, aux côtés de ceux que l’on croise habituellement au niveau national ou infra-national.

Version « 2.0 »

Le cours est versionné « 2.0 » car c’est une refonte majeure. J’ai composé le plan avant d’avoir eu le temps de lire toutes les références citées—le plan en contient une centaine, dont plusieurs sont encore en cours de publication. La version 3.0, prévue pour l’an prochain, devrait être « la bonne » qui me fera économiser du temps de préparation.

Certains aspects du cours sont très, très actuels : les effets de la crise économique en cours, par exemple, sont tellement récents qu’il faut admettre que l’on ne sait pas encore grand chose sur le sujet, et que le peu qu’on sait (l’augmentation des accidents de la route, le plus faible recours aux soins dentaires) est entouré de grandes marges d’erreur.

Il est toutefois certain, à la lecture de tout ce qui s’est publié sur le sujet, que la gouvernance fiscale de l’Union européenne, et celle de la zone euro en particulier, a eu des effets importants sur les dépenses de santé, sur la demande et l’offre de soins, et sur les réformes des systèmes de santé.

C’est ce dernier effet que je trouve le plus intéressant à étudier : si certains systèmes de santé n’ont pas vraiment dévié de leurs trajectoires institutionnelles sous l’effet des crises macroéconomiques, ce n’est peut-être pas le cas de tous. La question devient alors de savoir qui gouverne en période d’austérité permanente aggravée.

Remerciements et comments welcome

La bibliographie de ce cours s’appuie très fortement sur les travaux de Monika Steffen, Scott L. Greer et Elize Massard da Fonseca, pour qui j’ai une immense estime à la fois personnelle et intellectuelle. Et je ne connais pas personnellement Holly Jarman, mais vous la croiserez aussi à plusieurs endroits du « syllabus ».

Si vous avez des idées de références à rajouter (ou à enlever), faîtes signe dans les commentaires ! D’autant plus que je vais tenter de rédiger une synthèse des lectures de la dernière séance – thème : réformes des systèmes de santé et austérité fiscale.

Quelques slides sur le sujet

Sur ce sujet, voici le support d’un bref exposé intitulé Coping with Permanent, Aggravated Austerity in European Health Systems et présenté dans un séminaire récemment organisé par l’Université Catholique de Lille et Liverpool Hope University.

lhu-icl-briatte-2016-11-17-1

lhu-icl-briatte-2016-11-17-2

lhu-icl-briatte-2016-11-17-3

lhu-icl-briatte-2016-11-17-4

lhu-icl-briatte-2016-11-17-5

Comme vous pouvez le voir, en ce moment, je ne suis pas très optimiste sur le futur de l’Union européenne…