Women Also Know Stuff, édition personnelle 2017/02

La suite de ce billet. Édition précédente : 2017/01. Les règles de cette série de billets se précisent : tous les liens pointent vers des textes ou des morceaux de musique composés par des femmes (ou co-composés par au moins une femme, dans le cas des compositions multi-auteurs). Chaque billet de la série est publié à la fin du mois et contient 10 items, plus une « mention spéciale » (spéciale en quoi ? je ne sais toujours pas). Les domaines couverts sont variés, mais vu ce que je lis et j’écoute, attendez-vous à de la science politique (évidemment), de l’analyse de données1, et de la musique bizarre.

  1. Emily Barry, « Applying Data Science to the Supreme Court: Topic Modeling Over Time with NMF (and a D3.js bonus) » :

    barry-scotus-topics

  2. Jenny Andersson et Egle Rindzeviciute, « The Political Life of Prediction. The Future as a Space of Scientific World Governance in the Cold War Era » :

    This working paper explores the role of the future as a space of scientific exchange and dialogue in the Cold War period. We argue that in East and West the governance of the future were understood as both intellectual and technical problem that, importantly, challenged existing notions of the nature of liberal democratic and communist political regimes. Casting the future as a governable sphere led to the development of new forms of scientific governance which sought explicitly to depoliticize the future and turn it into a new transnational domain of technocratic politics. The paper focuses on the parallels and exchanges among American and Soviet futurologists. East-West collaboration was essential to the invention of the future as a governable technoscientific space, situated beyond political dispute.

  3. Daphne Oram2, Andrea Parker3 et Daz Quayle, « Are You There? » (Live from the Roundhouse), tiré de Private Dreams And Public Nightmares (2011) :

  4. Valerie J. Bunce et Mark R. Beissinger, « Taking Democracy for Granted » (sur l’excellent blog collectif Duck of Minerva, qui devrait plaire à tous les lecteurs de Crooked Timber et de The Monkey Cage) :

    … The costs of nationalist tropes for democracy are many. They give candidates a license to avoid talking about policy. They silence the opposition, since it cannot possibly come out against the nation. They sow divisions among the public. But perhaps their greatest danger is that they give rise to the demand for strong leadership—leaders who will do anything to defend the nation from its enemies.

    To those who view American politics as exceptional, Trump is an anomaly that is difficult to explain. To us, his politics are disconcertingly familiar.

  5. Katharina A. Zweig, Network Analysis Literacy. A Practical Approach to the Analysis of Networks (Springer, 2016) — un bouquin qui clarifie l’analyse de réseaux par le biais des modélisations complexes parues ces dernières années. Fort utile.

  6. Elisabeth S. Clemens : What is Political Sociology? (Wiley, 2016). Ayant lu quelques-uns des articles de l’auteur, je m’attends à une excellente synthèse couvrant un énorme spectre spatio-temporel, à la Sewell.

    Note : j’ai reçu, depuis la rédaction de ce billet, ma copie de l’ouvrage, et je ne suis pas déçu. Comme prévu, c’est une vaste mais brève synthèse de la sous-discipline.

  7. DJ Mutamassik (et Spit), « Complicity (M28 Mix)« , remix déjanté d’une chanson d’Arto Lindsay, sur l’excellent album d’illbient Hyper Civilizado (1996) :

    L’album de Mutamassik Symbols Follow (2015), où celle-ci joue tous les instruments, vaut aussi le détour si vous aimez l’ambient expérimental façon Nobukazu Takemura, qui reste le maître absolu, inégalé et inégalable du genre.

  8. Amelia Tait : « The Movie That Doesn’t Exist and the Redditors Who Think It Does » – sur un phénomène qui peut paraître invraisemblable, mais qui est bien connu des chercheurs faisant des entretiens sur des faits distants : le cerveau humain fabrique de très intéressants souvenirs de faits n’ayant jamais existé.

  9. Lucie Beraud-Sudreau et Hugo Meijer, « Enjeux stratégiques et économiques des politiques d’exportation d’armement. Une comparaison franco-américaine » (Revue internationale de politique comparée, 2016) :

    […] Cet article propose un schéma explicatif [montrant] que le poids relatif des considérations stratégiques et économiques dans l’élaboration des politiques d’exportation d’armes dépend, sur le plan international, du positionnement de l’État dans la hiérarchie mondiale des producteurs d’armement et, sur le plan national, du degré de dépendance à l’exportation de son industrie de défense. Cette typologie est ensuite testée à travers une comparaison des politiques américaine et française d’exportation d’armement, à partir d’entretiens réalisés à Washington D.C. et à Paris et de câbles diplomatiques fuités par Wikileaks. […]

  10. Anoushka Shankar, « Red Sun« , de l’album Rise (2005) :

Mention spéciale : Fernanda Martins, l’une des rares femmes dans le sous-genre hard techno/schranz, qui est quasi-exclusivement dominé par des hommes (Kvitta, Liebing, Natus, Ranieri, Rush). Le mix ci-dessous a été réalisé avec Sheefit, a.k.a Gabriela Mariano, la moitié féminine du duo de hard techno Motormorfoses.

  1. Généralement avec R, parfois avec Python. []
  2. Une pionnière du genre (synthétiseurs et musique concrète). Mon billet de 2016 en cite d’autres. []
  3. Oui, c’est la même que dans l’édition 2017/01. []

Quoi de neuf du côté de la mise sur agenda ?

Billet exhumé des brouillons de 2016 ; du coup, les références bibliographiques sont de l’an dernier. Je le publie ici sans l’avoir vraiment terminé ou mis à jour, mais je n’ai rien aperçu de notable dans les revues depuis les textes cités plus bas.


Les modèles de la mise sur l’agenda gouvernemental font partie de ces cadres analytiques souples dont on a besoin en « quali » comme en « quanti », et encore plus en « quali » ou « quanti » comparatifs.

Pour celles et ceux qui se demandent de quoi la mise sur l’agenda est faite d’un point de vue scientifique, allez voir cet article et ce chapitre d’ouvrage, tous deux de Patrick Hassenteufel, ou bien ce cas d’étude par Bastien Irondelle1. Notez au passage que la notion d’agenda se retrouve dans trois des dictionnaires des Presses de Sciences Po – , et –, et que la modélisation par « mise sur agenda » ne se limite pas au gouvernement : en voici un exemple.

Du côté quanti

En ce qui concerne les approches quantitatives de la mise sur l’agenda, on dispose régulièrement de travaux de synthèse, car les résultats sont très cumulatifs. En voici le dernier épisode, écrit par l’un des auteurs du bouquin qui fait office de traité fondateur pour ces approches :

agenda-setting-baumgartner

agenda-setting-gpw La table des matières du bouquin résumé par Frank Baumgartner montre par ailleurs très bien le côté cumulatif de ces recherches, qui tournent toutes sur une recette méthodologique suffisamment simple pour être utilisée à grande échelle—collecter et coder des données, les envoyer dans des modélisations de séries temporelles avec les ajustements nécessaires en fonction de leur distribution initiale, et comparer, de manière plus ou moins profonde, les résultats d’un pays à l’autre.

La recette a énormément de qualités, n’est évidemment pas exempte de défauts, qui sont loin de lui être propres—le nationalisme méthodologique, par exemple.

Du côté quali

Qu’en est-il, à présent, du côté « quali » ? On dispose de beaucoup de synthèses, mais qui me semblent beaucoup moins cumulatives, et c’est dommage, bien que prévisible : il est plus difficile de comparer la mise à l’agenda des réformes de l’armement parce que ces réformes sont plus difficilement comparables les unes aux autres, et problème lié, parce qu’il est plus difficile de savoir de quoi elles sont faites.

Voici, toutefois, un texte qui me semble faire exception, en « cumulant » au moyen d’une comparaison intersectorielle :

agenda-setting-boswell-rodrigues

Enfin, plaisante surprise, en cherchant les dernières publications de Nikoalos Zahariadis, qui a beaucoup, beaucoup publié sur la modélisation « quali » de l’agenda-setting dans la lignée du modèle par « flux multiples » de John Kingdon, je suis tombé sur ce handbook qui établit un joli état de l’art, à la fois « quali » et « quanti », de la question :

agenda-setting-nz

  1. Il y a des dizaines d’exemples d’excellentes études de cas utilisant les modèles de la mise sur agenda, mais j’ai tellement aimé ce que j’ai commencé à lire du bouquin de Bastien Irondelle (malheureusement décédé très jeune) que je profite de ce billet pour en faire la publicité. []

Annals of Youtube Science 1(2) : From Obama to Trump

De l’avalanche de conférences organisées autour de l’élection présidentielle américaine et du phénomène Trump, je retiens celle-ci, qui se concentre sur la phase de transition entre deux équipes présidentielles :

La conférence, disponible sur la chaîne Youtube du Watson Institute for International and Public Affairs, fait intervenir deux personnes qui ont connu les transitions présidentielles de l’intérieur (spécifiquement, celle de Bush Senior vers Clinton/Gore).

Ce qu’ils ont à dire de la transition « Omaba vers Trump » est, à dessein, édifiant, Trump ayant déjà violé un nombre hallucinant des règles mises en place pour assurer que les périodes de transition entre deux « administrations » fédérales ne créent pas de vulnérabilité dans l’appareil d’État américain.

Vu l’absence totale d’ethos du service public chez Trump, et vu le primat de la compétence bureaucratique qui s’exprime très clairement chez les deux conférenciers, leur bilan extrêmement négatif de Trump comme « président-élu » est peu étonnant. Le détail de leur bilan est intéressant.

Sur un sujet proche, voir « President Trump’s First Term« , un excellent texte publié en septembre 2016 par le New Yorker, dans lequel l’auteur faisait le point sur la marge de manoeuvre du pouvoir présidentiel aux États-Unis.

Depuis la préparation de ce billet il y a quelques semaines, Trump est devenu président des États-Unis, a littéralement décimé certains ministères fédéraux, et a pris toute une suite de mesures qui confirment le fonctionnement autocratique et anti-légaliste de son administration rapprochée. Les plus optimistes s’attendent à une procédure réussie d’impeachment, les plus pessimistes parlent de ballon d’essai pour un coup d’État.

La situation est navrante au plus haut point, et je ne pense pas que je vais réussir à chroniquer Trump ce semestre, mais d’autres s’en chargent très bien.

À écouter également

L’unes des choses que je trouve compliquée à comprendre au sujet de l’opinion publique américaine est sa réception des accords commerciaux internationaux. Trump en a fait un chapitre important de sa proto-politique économique, et si ses annonces sur le sujet (NAFTA, TPP) sont amenées à être suivies d’effets, on peut supposer que ce sera au début de son mandat qu’il devra expliquer de quoi il en retournera vraiment.

Sur les accords commerciaux internationaux, je recommande la conférence « Votes, Vetoes & International Trade Agreements« , donnée par Helen Milner à Princeton en 2013 :

La conférence reprend le contenu de son livre sur le sujet.

ArchiPolis : des entretiens plein les tiroirs

Plus tôt ce semestre, un email de la liste de diffusion du réseau MATE-SHS m’a informé des avancées du projet ArchiPolis, qui vise à rendre accessible les matériaux bruts des enquêtes qualitatives en science politique, et que j’avais rapidement évoqué cet été :

archipolis-dataverse

Le catalogue ArchiPolis est désormais consultable en ligne, et c’est un veritable trésor d’enquêtes qualitatives – des entretiens réalisés sur les cinquante dernières années ! – qui est désormais accessible sur demande :

archipolis-catalogue

Le catalogue utilise Dataverse. Le reste des détails est à lire sur le blog d’ArchiPolis, hébergé, comme tant de choses chouettes, sur Hypothèses (Where else?).

Bravo aux acteurs du projet, et aux nombreux laboratoires de science politique qui y participent !

Regrets moyennement éternels

François Hollande a décidé de priver la science politique d’un « data point » supplémentaire : sauf changement d’avis – imaginez le délire : « c’était une blagounette, en fait j’y vais ! » –, on ne connaîtra pas le score électoral du septième président sortant de la Cinquième République.

Au lieu de ça, un cas inédit et intéressant se présente : ce sera, en toute probabilité, un Premier ministre, ou un ancien ministre du gouvernement, qui représentera le parti du président à la prochaine élection présidentielle. J’ai hâte de lire le Canard enchaîné pour voir comment chacun-chacune voit les choses.

J’imagine que le Canard aura aussi un petit mot pour ce document envisageant les prémisses d’une campagne électorale « Hollande 2017 » – document que j’ai soupçonné d’être un faux (c’en est un), sans être toutefois capable de trancher…

Deux rapides réactions à chaud

1. Je ne sais pas qui a persuadé le Président d’annoncer son renoncement électoral au moment précis où se terminait le cycle médiatique de l’élection du principal parti d’opposition, mais je dois avouer que c’est très, très finement joué. Cette année, on fête Noël en avance chez François Fillon.

2. Ma faible curiosité électorale est désormais toute entière tournée vers Christiane Taubira, qui dispose, à mon sens, d’un boulevard électoral, bien que tronqué des candidatures déjà déclarées à gauche et coupé dès le premier kilomètre par un obstacle électoral de taille en la personne du Premier ministre actuel1.

Quelques regrets, version politiques publiques

Dès le moment qu’un président en exercice prend la seule décision qui lui garantit systématiquement de ne pas être réélu, on est en droit, me semble-t-il, de décrire la longue couronne mortuaire qu’a tressé son mandat autour de ses ambitions personnelles.

Autrement dit :

Qu’est-ce qui peut justifier, du point de vue d’un dirigeant, qu’il s’auto-exclue lui-même du processus légal lui permettant de se faire réélire ?

On peut répondre à cette question de plusieurs manières, par exemple en faisant jouer les indices de popularité et autres oracles électoraux. On peut aussi envisager une grosse fatigue à l’idée de devoir se rendre au prochain G8 en compagnie de Donald Trump, Theresa May, Wolfgang Schäuble Angela Merkel, et l’ombre flottante de Vladimir Poutine…

Mais plutôt que de prendre en compte les « coûts futurs » d’une campagne électorale et d’un hypothétique mandat, prenons plutôt en compte les apprentissages passés, sans poser trop d’hypothèses sur les intentions réelles du président.

Un premier épisode critique de la mandature Hollande m’a paru être l’absence de réforme fiscale dans la période de « lune de miel » post-électorale. Tout dispose à penser que c’est à ce moment-là qu’il aurait été le plus possible d’imposer les très hauts revenus, de fusionner la CSG et l’IRPP, et de lancer le prélèvement à la source.

Au lieu de cela, le choix a été fait d’introduire les différentes composantes de cette réforme les uns après les autres, sous plusieurs équipes ministérielles. Ce choix a multiplié les occasions de sabotage, ce terme me semblant être le seul approprié pour qualifier la décision d’envoyer une version inconstitutionnelle de la réforme à la censure.

Un autre épisode critique de la mandature me semble se situer dans la guerre aux chômeurs, qui n’a pas plus connu d’inflexion sous Hollande et ses différents (premiers) ministres que sous les présidents précédents. Mêmes politiques, mêmes erreurs, même équation insolvable du plein emploi depuis Raymond Barre.

La partie était jouée d’avance avant même l’erreur qu’a pu incarner la promesse de « l’inversion de la courbe » : à partir du moment où les économies du sud de l’Europe ont commencé à sortir des taux de chômage à deux dizaines et plus chez les jeunes, il aurait peut-être fallu se fixer un objectif viable de stabiliser le chômage à la moitié de ça.

Un dernier épisode critique s’est ouvert avec les attentats de janvier 2015. Ce n’était pas les premiers, ce ne furent pas les derniers, et il y en aura, en toute probabilité, d’autres, dont on peut simplement souhaiter qu’ils connaissent le sort de la dernière tentative en date.

Se retrouver chef de guerre au Sahel et dirigeant démocratique sous état d’urgence doit être fatigant, mais probablement pas autant que d’écouter son ministre déclarer, au fil des événements, que « les services n’ont pas failli » – phrase récipiendaire du prix mondial et éternel de l’anti-performativité.

Jeu de flipper, version institutions politiques

Peut-être les manuels d’éducation civique devraient-ils songer à représenter la présidence de François Hollande sous la forme d’un jeu de flipper avec,

  • en lance-billes, le président sortant précédent,
  • en flippers, Bercy et Matignon,
  • en bumpers, la Banque centrale européenne et la Commission européenne
  • en rampe, le Parlement et le Conseil constitutionnel

Plus sérieusement, jamais le paysage institutionnel quinto-républicain ne m’a paru autant jouer contre un président français que lors de ces dernières années. Même le Parlement est arrivé à tirer son épingle du jeu, avec une excellente réaction dans la rue au fil du jeu parlementaire (adoptions de lois, rejets de motions de censure)2.

Tiens, puisqu’on parle du Parlement, d’ailleurs : il est étrange qu’Hollande n’ait pas mieux planifié sa sortie à l’aide de celui-ci. Il aurait suffi de demander une censure à sa propre majorité, en ayant préalablement averti le Premier ministre que son gouvernement allait tomber, afin de le laisser se présenter aux primaires une fois parti de Matignon.

Au lieu de ça, la primaire s’annonce fratricide, les cartes ayant été mal et tardivement distribuées. La primaire (ouverte) semble être la grande institution du moment, au grand bénéfice des ami(e)s qui travaillent dessus depuis un petit ou grand bout de temps, et qui sont aussi aller voir comment le dispositif fonctionnait à l’étranger.

En attendant la suite

Pas d’oraison funèbre, ni débouchage du champagne. Mais Michel Rocard, Jacques Delors, Lionel Jospin et désormais François Hollande forment une drôle de série noire de la social-démocratie française, quand même. Le nom du – à mon sens très, très mauvais – premier secrétaire actuel du Parti socialiste mérite aussi certainement de figurer ici.

  1. Le troisième obstacle de taille est que Christiane Taubira est à un an de la retraite légale, et peut donc difficilement passer un tour pour jouer dans cinq ans. []
  2. Et ce malgré les réserves d’une partie des syndicats de salariés, voire leur mise hors-jeu sur certaines mobilisations (Manif pour tous, Nuit Debout). []

Les politiques de santé de l’Union européenne : une bibliographie détaillée à jour

Au début de ce semestre, j’ai complètement remanié mon cours sur les politiques de santé de l’Union européenne. Le résultat est en ligne :

syllabus-ehp-2016-v2-1

Descriptif rapide

Le cours porte sur les politiques de santé menées au niveau de l’Union européenne, soit directement, par les institutions européennes elles-mêmes, soit indirectement, par effet diffracté des politiques européennes – et en particulier de celles qui gouvernent l’organisation du marché intérieur – sur les systèmes de santé et sur les politiques nationales.

Ce n’est ni de l’européanisation « par le haut » ou « par le bas », pour reprendre une métaphore facile, mais principalement de l’européanisation « par la tangente », si l’on peut dire—ce qui requiert de traiter la CJUE et, pour la zone euro, la BCE comme des acteurs majeurs des politiques de santé, aux côtés de ceux que l’on croise habituellement au niveau national ou infra-national.

Version « 2.0 »

Le cours est versionné « 2.0 » car c’est une refonte majeure. J’ai composé le plan avant d’avoir eu le temps de lire toutes les références citées—le plan en contient une centaine, dont plusieurs sont encore en cours de publication. La version 3.0, prévue pour l’an prochain, devrait être « la bonne » qui me fera économiser du temps de préparation.

Certains aspects du cours sont très, très actuels : les effets de la crise économique en cours, par exemple, sont tellement récents qu’il faut admettre que l’on ne sait pas encore grand chose sur le sujet, et que le peu qu’on sait (l’augmentation des accidents de la route, le plus faible recours aux soins dentaires) est entouré de grandes marges d’erreur.

Il est toutefois certain, à la lecture de tout ce qui s’est publié sur le sujet, que la gouvernance fiscale de l’Union européenne, et celle de la zone euro en particulier, a eu des effets importants sur les dépenses de santé, sur la demande et l’offre de soins, et sur les réformes des systèmes de santé.

C’est ce dernier effet que je trouve le plus intéressant à étudier : si certains systèmes de santé n’ont pas vraiment dévié de leurs trajectoires institutionnelles sous l’effet des crises macroéconomiques, ce n’est peut-être pas le cas de tous. La question devient alors de savoir qui gouverne en période d’austérité permanente aggravée.

Remerciements et comments welcome

La bibliographie de ce cours s’appuie très fortement sur les travaux de Monika Steffen, Scott L. Greer et Elize Massard da Fonseca, pour qui j’ai une immense estime à la fois personnelle et intellectuelle. Et je ne connais pas personnellement Holly Jarman, mais vous la croiserez aussi à plusieurs endroits du « syllabus ».

Si vous avez des idées de références à rajouter (ou à enlever), faîtes signe dans les commentaires ! D’autant plus que je vais tenter de rédiger une synthèse des lectures de la dernière séance – thème : réformes des systèmes de santé et austérité fiscale.

Quelques slides sur le sujet

Sur ce sujet, voici le support d’un bref exposé intitulé Coping with Permanent, Aggravated Austerity in European Health Systems et présenté dans un séminaire récemment organisé par l’Université Catholique de Lille et Liverpool Hope University.

lhu-icl-briatte-2016-11-17-1

lhu-icl-briatte-2016-11-17-2

lhu-icl-briatte-2016-11-17-3

lhu-icl-briatte-2016-11-17-4

lhu-icl-briatte-2016-11-17-5

Comme vous pouvez le voir, en ce moment, je ne suis pas très optimiste sur le futur de l’Union européenne…

Trump, postface

Allez, un dernier billet et j’arrête, bien que les textes de très bonne qualité (celui-ci par exemple) continuent à affluer. Et si vous ne l’avez jamais vu, voici le dernier clip de campagne de Trump.

Il y a quelques semaines, je finissais d’enseigner un cours intitulé « Atelier de culture numérique » (j’en ai brièvement parlé) et en profitais pour demander aux étudiants ce qu’ils en avaient pensé.

Une étudiante prend alors la parole et me dit qu’elle a eu « un peu peur » pendant mon cours, en faisant référence aux passages où je parlais d’Edward Snowden et de surveillance de masse, de Stuxnet et de la centrale nucléaire iranienne de Natanz, de la guerre contre le general-purpose computing menée par l’industrie informatique, du piratage via un réseau WiFi… bref, un tableau assez sombre.

Contre toute attente, il se trouve qu’on m’a fait un peu le même style de remarques au sujet de mon post-mortem sur l’élection de Donald Trump, en me trouvant un peu trop pessimiste sur mes prédictions pour la suite.

Voici les deux objections que j’ai notées :

  1. Est-ce qu’on ne peut pas faire confiance à Trump pour signer quelques traités commerciaux avantageux pour sa population ? Après tout, c’est son boulot, et il a l’air de savoir s’y prendre en matière de deals.
  2. Sur mon insistance sur l’OTAN et Israël-Palestine : est-ce que le système des relations internationales est vraiment sensible à ce point aux (non-)décisions d’un seul homme dans un bureau ?

Je réponds à ces deux objections ci-dessous, et rajoute une dernière couche de compléments pour finir.

La compétence commerciale de Donald Trump, et autres salades

C’est effrayant mais vrai : plusieurs de mes amis semblent avoir totalement gobé le récit du self-made man peignant Trump en super-businessman, et en déduisent que les USA de Trump vont se remplir les poches sur le marché mondial, en faisant plier la Chine, en réclamant des chèques à l’Allemagne et à l’Europe, et je ne sais quoi d’autre.

Le problème, c’est que ce récit est complètement faux, comme l’explique très bien un petit bouquin sur le bonhomme, par David Cay Johnston :

Et s’il vous faut plus de biographes, Christophe Bouillaud fournit un lien vers cette table ronde, très éclairante sur la famille Trump.

Trump a bâti sa fortune sur des mécanismes de sauvetage et d’entourloupe, en utilisant les déclarations de faillite et les lenteurs des tribunaux commerciaux pour esquiver les amendes et se glisser entre les marteaux des régulateurs. Ça peut fonctionner quand votre adversaire est une chambre de commerce de l’État de New York, mais le marché international ne fonctionne pas du tout comme ça…

On peut ensuite noter que virtuellement toutes les politiques « domestiques » de Trump (à commencer par les déportations et les incarcérations de masse) vont avoir des coûts démesurés, et des bénéfices quasi-nuls. À la rigueur, je veux bien accorder à Trump un isolationnisme suffisamment solide pour ne pas aller claquer deux trillions en essayant d’envahir l’Iran, mais pour le reste…

Bref, je pense, comme Bernie Sanders, que si Trump remporte le moindre kopek à sa base désargentée, ce sera très bien, mais je n’y crois pas une minute. L’élection de Trump n’a pas fait disparaître les « fondamentaux » – et notamment le lobby anti-impôts qui a ses entrées dans les deux partis de gouvernement américains.

La compétence diplomatique de Donald Trump, et autres inconnues

Quid de Trump à l’international ? Ne peut-on rien attendre de positif de ses accolades à Vladimir Poutine ? (Si si, je vous jure, on me l’a vraiment demandé.) Ne dis-je pas moi-même que la diplomatie est un secteur d’action où il existe des dizaines de veto players devant empêcher les catastrophes ? Qu’on n’est plus en 1914, où une trentaine de décideurs suffit à déclencher une guerre mondiale ?

Sur tous ces points, Christophe Bouillaud a parfaitement résumé mon sentiment : There will be much blood. Et je ne parle même pas des victimes de crimes raciaux à l’intérieur des USA : je pense à toutes les population civiles sur la planète qui dépendent, plus ou moins directement et de manière plus ou moins critique, de la Pax Americana.

Dans un séminaire de haute volée La dernière fois au comptoir, en discutant avec un Irlandais qui se reconnaîtra, je glisse ça :

Imagine Trump in the same room as the king of Jordan. What might happen? No one has a clue.

Pendant ce temps-là, dans le New York Times, on apprend que Trump a eu au moins la moitié du Conseil de Sécurité de l’ONU au téléphone, sans la moindre note de préparation sur ce qu’il fallait mettre à l’agenda :

trump-unbriefed

Prenez tous les traités internationaux importants sur la prolifération nucléaire ou sur les armes non conventionnelles : tous dépendent des efforts des Etats-Unis. Le bilan de Barack Obama sur ce volet de sa politique étrangère est, pour faire court, médiocre, car, toujours en simplifiant à l’extrême, les décisions sur ces traités nécessitent de se fâcher et de s’imposer à beaucoup d’acteurs puissants, sans rien pouvoir espérer en retour.

Trump ne mesure pas non plus certaines de ses demandes : l’idée d’équilibrer la contribution militaire des pays occidentaux à l’OTAN, par exemple, peut avoir de très importantes conséquences politiques en Allemagne, en défaveur des partis de gouvernement et en faveur des isolationnistes de la droite dure, radicale, extrême, comme vous voulez. Trump n’a, en toute probabilité, aucune conscience des effets inattendus que pourront avoir ses déclarations1.

Pour vous en convaincre, allez écouter le bonhomme. Son « raisonnement » – le terme est exagéré – ne prend à aucun moment la mesure de ce que l’argent américain achète, à l’heure actuelle, en termes de stabilité géopolitique, en Asie ou ailleurs :

Penser que ce personnage fera mieux en termes de peacekeeping parce qu’il va se révéler génial (à sa manière) et parce qu’il va bien s’entourer (à sa manière) est un pari risqué. Non pas que nos dirigeants expérimentés aient placé la barre très haut…

Quant à l’idée que Poutine et Trump vont pouvoir accomplir le moindre geste positif en matière géostratégique, je la trouve tellement absurde que je préfère ne pas la commenter, et revenir vous dire ici que j’ai eu complètement tort quand on aura vu la suite.

Je n’évoque même pas ce qu’une équipe présidentielle compétente (démocrate ou républicaine) aurait pu accomplir en matière de non-prolifération nucléaire, de changement climatique ou au Moyen-Orient, car ce serait trop déprimant.

Derniers compléments

J’ai redécouvert, quelques heures après la publication de mon post-mortem et au cours des derniers jours, quelques documents supplémentaires que je vais citer ci-dessous avec le strict minimum syndical de commentaires.

Vous vous souvenez de ce simulateur électoral du site Five Thirty Eight ? Je l’ai redécouvert à l’occasion d’une présentation à la conférence useR! 20162. Retournez jouer avec, vous allez voir, il faut des taux de participation absurdes chez les Blancs non diplômés pour faire élire Trump :

538-elec-simulator

On commence, par ailleurs, à avoir les données réelles sur l’électorat, et ce qu’il en ressort est, comme on pouvait raisonnablement s’en douter, un écart historique (de par sa taille) entre Blancs et non-Blancs, doublé d’un écart également frappant entre Blancs diplômés et Blancs non diplômés :

pew-race-edu

Notez bien que, dans son premier billet d’une série à paraître, Michael Tesler, à qui je reprends le graphique ci-dessus, note que l’effet-diplôme chez les Blancs disparaît une fois que l’on contrôle cet effet par le « ressentiment racial ». C’est la combinaison des deux facteurs qui explique le différentiel de vote pro-Trump dans un électorat qui, sinon, s’est largement comporté à peu près comme dans les élections précédentes3.

Autre document intéressant, cette interview de Stephen Colbert, qui date de décembre 2015, mais où l’on peut déjà entendre plein de choses très, très justes au sujet de la relation entre Trump et sa base électorale :

Je sais que je me répète, mais Colbert dit, en substance, la même chose que mon axiome favori : la réalité dépasse toujours la fiction.

Toujours pas convaincu ? Allez lire le blog du créateur de Dilbert, Scott Adams. C’est tout simplement terrifiant, à plus d’un niveau de lecture.

Tout aussi terrifiant, le visionnage de ce documentaire sur Lawrence Lessig, qui a mené une campagne-éclair pour exiger une réforme du système de financement des partis au début de la campagne électorale. Les convergences entre son discours et celui de Trump (sur ce point et ce point uniquement) sont, rétrospectivement, tout à fait surprenantes, et bien que les deux individus aient eu une audience très différente, cela permet de comprendre d’où viennent les opinions qui se sont exprimées au cours de la campagne sur la nature « truquée » et « pré-déterminée » (rigged) du système électoral.

Encore un document—le cartogramme de l’élection (cliquez dessus pour l’explication complète, mais en gros, c’est une carte coloriée en fonction du rapport Démocrate/Républicain dans les suffrages exprimés, et dimensionnée de manière à ce que les territoires soient à l’échelle de leur population du dernier recensement)4 :

countycartpurple512

Cette carte montre, en substance, ce que le New York Times a illustré de manière encore plus marquante, en opposant la périphérie côtière, fortement urbanisée et relativement bien diplômée, au centre, qui ne partage qu’en partie ces caractéristiques à travers ses grandes villes.

Enfin, pour terminer, voici la prédiction du modèle « Bread and Peace » de Douglas Hibbs sur l’élection (le modèle indexe le score du parti sortant aux changements de revenu net disponible et au nombre de morts dans des opérations militaires extérieures) :

bp2-combined-v2c

Le résultat de Hibbs n’est pas aussi spectaculaire que ne le laisse penser son graphique, vu que tous les modèles basés sur les « fondamentaux » (voir le billet précédent) ont fourni des prédictions très honorables sur cette élection. Mais le résultat de Hibbs sur la Chambre des Représentants est également probant, ce qui est amplement suffisant pour vérifier l’hypothèse de vote économique sur laquelle il s’appuie.

Revenu + Éducation + Ethnicité + Investiture = Victoire indexée sur les territoires qui avaient déjà voté Romney (républicain) à la dernière élection, moins l’Utah (Religion). Bref, pas besoin d’aller imaginer des facteurs auxquels on n’avait jamais pensé auparavant, comme un « réalignement partisan », phénomène aussi pertinent dans certains cas qu’il n’est rare, et donc absent, dans la majorité des situations, ou bien un problème de serveur email illégitime5.

  1. Et je n’ai aucune raison de faire confiance aux personnes dont il est en train de s’entourer pour corriger ce biais. []
  2. Ça n’a rien à voir, mais si vous programmez en R, foncez sur les archives, il y a plein de trucs intéressants ! []
  3. Le vote des Noirs et des Blancs ressemble, comme je l’écrivais, à Bush’00 ; il est même un peu moins conservateur chez les Blancs. Celui des Hispaniques, en revanche, ressemble plus à Obama’08. []
  4. Détail : vous noterez que le cartogramme est de Mark Newman, qui se trouve aussi être l’un des auteurs les plus cités en analyse de réseaux. []
  5. Dans le mémo où l’équipe de Clinton élabore son propre post-mortem (son épitaphe…), il est fait mention des événements des dix derniers jours de la campagne, pendant lesquels l’équipe pense que l’élection s’est jouée. On dirait un film hollywoodien. Storytelling, quand nous tiens… []

Quantifications et indicateurs de gouvernement

J’ai assez souvent parlé de quantification sur ce blog : le sujet me tient à coeur car j’ai passé pas mal de temps à manipuler des données de santé et des données parlementaires, et me suis progressivement intéressé aux conditions de production et d’utilisation de ces données.

Pour celles et ceux qui s’intéressent à la même thématique, voici ma dernière trouvaille sur le sujet, dans une revue, me semble-t-il, malheureusement assez peu lue :

jcpa

Teaser – J’aurai bientôt une bibliographie à partager sur un thème proche.

Bonne lecture !

Mise à jour, fin novembre 2016 : et un dossier en plus sur le même thème, dans Sociologie du Travail, excellente revue (malheureusement hébergée chez Elsevier) :

soc-travail-indicateurs

Open data et politique de santé

L’apéro Science & Web #33 de jeudi prochain à La Penderie sera consacré à l’open data en santé, qui pose toutes sortes de questions similaires à celles que l’on peut trouver dans l’histoire des politiques de surveillance épidémiologique.

Si le sujet vous intéresse, j’y ferai un petit topo au croisement de cette recherche, dont j’ai déjà résumé le contenu, et du contexte français actuel, qui ne ressemble pas à ce qui se fait dans d’autres systèmes de santé. Pour changer, il n’y aura pas de code R.

Ça commence à 19h30, pendant les happy hours.

Mise à jour #1 : on a raisonnablement profité des happy hours. La suite à l’Open Data Day de l’Open Knowledge Foundation, ce samedi !

Mise à jour #2 : une partie de cette intervention a été publiée dans un article co-écrit avec Samuel Goëta, et publié par la revue Statistique et société, déjà évoquée ici.

Le numéro spécial porte sur les données de santé et contient des contributions de spécialistes du SNIIRAM, de la cohorte Constances et de plein d’autres choses. Servez-vous, c’est gratuit et en ligne.

Screen Shot 2014-06-10 at 7.37.52 PM

Données de santé publique (et bonne année en avance)

Les gouvernements européens échangent énormément d’information sur l’état de santé de leurs populations, mais aussi sur l’efficacité relative de leurs systèmes de santé. Conjuguées, ces mesures encouragent les décideurs politiques à réformer dans un contexte normalisé, où chaque pays peut être situé par rapport à une moyenne européenne, en tête ou en fin de classement. La neutralité apparente de ces opérations de mesure et de classement s’efface définitivement lorsque le benchmarking devient une cause instrumentale de réforme.

J’ai récemment eu la chance de participer à un ouvrage collectif sur l’Union européenne et la santé publique. Ma contribution, éphémèrement disponible ici avant le dépôt HAL-SHS, porte sur l’utilisation des données de santé publique au sein de l’Union européenne et sur ses conséquences politiques pour les États-membres. Le texte contient un patchwork de références que j’essaie de réunir autour des conditions de production des politiques de santé publique, ainsi qu’un exemple britannique de réforme guidée par la mesure de la performance.

Je cite cette publication parce qu’une autre publication fait aujourd’hui écho à ces histoires de quantification de la performance : le Global Burden of Disease (GBD) 2010, que vient de publier la revue médicale The Lancet, inclut deux contributions de l’Organisation Mondiale de la Santé et de la Banque Mondiale qui font très directement référence à l’enjeu des données de santé publique et de leur diffusion par les organisations internationales. Les deux contributions sont d’ailleurs les seules à inclure le terme data dès le titre.

Le blog EpiAnalysis a publié un très bon résumé de l’étude GBD 2010, pour celles et ceux qui voudraient rapidement voir à quoi tout cela ressemble. Certaines conclusions font penser aux présentations de Hans Rosling sur le même sujet, car elles invitent à repenser les exceptionnalismes régionaux en matière d’épidémiologie. Ces statistiques pourraient servir à l’allocation des ressources budgétaires par pathologie, ce qui laisse entrevoir l’importance de ce travail d’estimation entrepris au niveau mondial.

La volonté de situer le financement de la santé dans des tableaux de données n’est jamais parfaitement neutre, et cette observation s’applique jusque dans l’enseignement : j’utilise souvent les données IHME (Institute for Health Metrics and Evaluation, l’organisme producteur du GBD 2010) dans mes propres cours, grâce au travail d’une équipe suédoise qui publie l’excellent jeu de données agrégé Quality of Government (le titre est évocateur). Des études à la croisée des disciplines, comme l’excellent récent ouvrage Sick Societies, y ont également recours.

Pour terminer, j’ai réussi à prendre quelques minutes dans mon (absence de) planning pour recenser cette publication, mais je crains de ne pouvoir remettre les pieds au ‘bistro avant l’année prochaine. J’en profite pour rappeler que 2013 sera l’année des statistiques, que l’on espère moins meurtrières et moins injustes que celles de 2012. Espérons aussi que rien de grave n’arrivera à l’architecture d’Internet, qui subit menace après menace de toutes parts, heureusement sans conséquence jusqu’ici grâce à l’échec d’ACTA et, tout récemment, du WCIT-12.

P.S. Merci à Marie-Anne du blog voisin La pensée du discours pour le signalement d’une typo rigolote dans le titre !

Mise à jour : j’avais raté cet article de Science qui évoque le conflit entre l’IMHE et l’OMS sur les données de santé publique mondiale ; lisible en entier ici.