Plein de bonnes nouvelles sur le front de l’accès ouvert aux travaux scientifiques

Lu il y a quelques semaines dans l’excellente New York Data Science Community Newsletter, ma newsletter favorite du moment (et qui a désormais son équivalent sur la côte ouest des États-Unis) :

  • SocArXiv, le dépôt de publications que j’avais signalé en août dernier, est désormais officiellement lancé !

    SocArXiv, the open access, open source archive of social science, is officially launching in beta version today. Created in partnership with the Center for Open Science, SocArXiv provides a free, noncommercial service for rapid sharing of academic papers; it is built on the Open Science Framework, a platform for researchers to upload data and code as well as research results.

  • Et dans la foulée, la psychologie s’y met aussi, avec PsyArXiv :

    Today, PsyArXiv officially launches its open access digital archive, PsyArXiv.com, dedicated to psychological science. PsyArXiv joins a growing collection of online archives in fields including physics, biology, linguistics, and sociology, by providing a free, open access outlet for new findings in the psychological sciences.

  • Toutes ces initiatives s’inspirent d’arXiv, qui a, concrètement, réglé le problème de l’accès aux travaux scientifiques dans certaines disciplines (notamment l’informatique, la physique, les mathématiques et les statistiques). La philosophie, quant à elle, a PhilPapers, même si je n’ai pas l’impression que le portail soit aussi fréquemment utilisé qu’arXiv l’est dans les autres disciplines citées.

  • Rappelons aussi, pour la forme, qu’en France, on dispose des portails HAL, HAL-SHS, TEL et autres variantes, qui, à défaut d’être superbes et/ou ergonomiques, font néanmoins un excellent travail de dissémination des publications : j’en tiens pour témoins les étudiants dont j’encadre les travaux de recherche de fin de Licence, et qui s’en servent beaucoup.

    Aparté — une documentaliste de mon ancienne UMR CNRS m’avait dit que le dépôt des publications d’un laboratoire dans HAL était obligatoire pour que la publication soit prise en compte, notamment dans les rapports d’avancement que demandent les organismes comme le CNRS, mais je n’ai pas l’impression que la consigne soit vraiment suivie. Je suis abonné au flux RSS des publications SHS:SCIPO1, et je vois passer plein de choses2, mais pas tout, loin de là.

Bref, diffuser un preprint – en lui adjoignant un DOI, pour un suivi aussi fiable que possible sur le long terme – n’a jamais été aussi facile ; et pour le code, les données et autres matériaux de réplication, il y a d’autres portails, tels que Dataverse, Figshare ou Zenodo.

Notez que toutes les initiative listées ci-dessus devraient être plus fiables, sur le long terme, que les portails privés, tels que Academia ou ResearchGate3, sur lesquels je trouve utile d’avoir un compte pour des questions de visibilité à court terme, mais où je renâcle à déposer quoi que ce soit—le rachat de SSRN par Elsevier ayant achevé de me convaincre que ces « pages Facebook pour chercheurs » sont à utiliser avec précaution.

Avant-dernière chose, la même newsletter citée en tête de billet m’apprend l’existence de l’initiative suivante :

The Open Research Funders Group (ORFG) is a partnership of funding organizations committed to the open sharing of research outputs. This will benefit society by accelerating the pace of discovery, reducing information-sharing gaps, encouraging innovation, and promoting reproducibility. The ORFG will speak in an amplified voice, and engage a range of stakeholders to develop actionable principles and policies that enable sharing and collaboration across the global research enterprise.

The Open Research Funders Group (ORFG) has its genesis in an October, 2015, meeting convened by the Robert Wood Johnson Foundation (RWJF) and the Scholarly Publishing and Academic Resources Coalition (SPARC). This forum of open access stakeholders included representatives from more than 50 organizations. It offered a unique opportunity for participants to share experiences, concerns, strategies, and questions regarding open access and open data.

Et enfin, tout dernier rappel, pour citer les amis et alliés dans la lutte pour l’accès ouvert aux travaux scientifiques : ce blog est hébergé sur Hypothèses, une plateforme de blogs scientifiques inclue dans l’initiative OpenEdition, conçue par le Centre pour l’édition électronique ouverte (Cléo)4.

Ça vous fera assez d’ouverture pour la journée, ou j’en remets une « open » couche5 ?

Deux cadeaux pour terminer

  1. C’est Noël très en avance sur OpenEdition Books, qui a récemment mis en ligne les deux volumes de L’argument statistique, l’oeuvre finale du très regretté Alain Desrosières. À inclure dans vos plans de cours, et merci à l’éditeur !

  2. Et pour terminer, je découvre que j’ai complètement raté le lancement de Socius, une revue « libre accès + publication rapide » de l’American Sociological Association. Cet excellent billet d’Elizabeth Popp Berman vous en dira beaucoup plus.
  1. Eh oui, ça existe. Je suis un gros nerd, et un fanboy absolu du standard RSS, auquel avait amplement contribué le très regretté Aaron Swartz, un de mes héros personnels. Si j’avais une fille, je ne la laisserais pas se marier à quelqu’un qui n’a pas de lecteur RSS. []
  2. En ce moment, je découvre, par exemple, les passionnants travaux de l’historien Jacques Sémelin, et ce grâce à HAL-SHS. []
  3. De même, Google Scholar, qui est simplement un dérivé de l’indexation de Google et qui ne permet pas de déposer quoi que ce soit, ORCID, qui fournit une sorte d’identifiant unique pour les chercheurs, ou Publons, qui se concentre sur l’activité de peer review. []
  4. Je siège par ailleurs dans l’un des conseils scientifiques d’Hypothèses. []
  5. Pour passer la deuxième couche, il y a ces slides hyper-denses de Jérome Valluy. []

Women Also Know Stuff, édition personnelle 2017/02

La suite de ce billet. Édition précédente : 2017/01. Les règles de cette série de billets se précisent : tous les liens pointent vers des textes ou des morceaux de musique composés par des femmes (ou co-composés par au moins une femme, dans le cas des compositions multi-auteurs). Chaque billet de la série est publié à la fin du mois et contient 10 items, plus une « mention spéciale » (spéciale en quoi ? je ne sais toujours pas). Les domaines couverts sont variés, mais vu ce que je lis et j’écoute, attendez-vous à de la science politique (évidemment), de l’analyse de données1, et de la musique bizarre.

  1. Emily Barry, « Applying Data Science to the Supreme Court: Topic Modeling Over Time with NMF (and a D3.js bonus) » :

    barry-scotus-topics

  2. Jenny Andersson et Egle Rindzeviciute, « The Political Life of Prediction. The Future as a Space of Scientific World Governance in the Cold War Era » :

    This working paper explores the role of the future as a space of scientific exchange and dialogue in the Cold War period. We argue that in East and West the governance of the future were understood as both intellectual and technical problem that, importantly, challenged existing notions of the nature of liberal democratic and communist political regimes. Casting the future as a governable sphere led to the development of new forms of scientific governance which sought explicitly to depoliticize the future and turn it into a new transnational domain of technocratic politics. The paper focuses on the parallels and exchanges among American and Soviet futurologists. East-West collaboration was essential to the invention of the future as a governable technoscientific space, situated beyond political dispute.

  3. Daphne Oram2, Andrea Parker3 et Daz Quayle, « Are You There? » (Live from the Roundhouse), tiré de Private Dreams And Public Nightmares (2011) :

  4. Valerie J. Bunce et Mark R. Beissinger, « Taking Democracy for Granted » (sur l’excellent blog collectif Duck of Minerva, qui devrait plaire à tous les lecteurs de Crooked Timber et de The Monkey Cage) :

    … The costs of nationalist tropes for democracy are many. They give candidates a license to avoid talking about policy. They silence the opposition, since it cannot possibly come out against the nation. They sow divisions among the public. But perhaps their greatest danger is that they give rise to the demand for strong leadership—leaders who will do anything to defend the nation from its enemies.

    To those who view American politics as exceptional, Trump is an anomaly that is difficult to explain. To us, his politics are disconcertingly familiar.

  5. Katharina A. Zweig, Network Analysis Literacy. A Practical Approach to the Analysis of Networks (Springer, 2016) — un bouquin qui clarifie l’analyse de réseaux par le biais des modélisations complexes parues ces dernières années. Fort utile.

  6. Elisabeth S. Clemens : What is Political Sociology? (Wiley, 2016). Ayant lu quelques-uns des articles de l’auteur, je m’attends à une excellente synthèse couvrant un énorme spectre spatio-temporel, à la Sewell.

    Note : j’ai reçu, depuis la rédaction de ce billet, ma copie de l’ouvrage, et je ne suis pas déçu. Comme prévu, c’est une vaste mais brève synthèse de la sous-discipline.

  7. DJ Mutamassik (et Spit), « Complicity (M28 Mix)« , remix déjanté d’une chanson d’Arto Lindsay, sur l’excellent album d’illbient Hyper Civilizado (1996) :

    L’album de Mutamassik Symbols Follow (2015), où celle-ci joue tous les instruments, vaut aussi le détour si vous aimez l’ambient expérimental façon Nobukazu Takemura, qui reste le maître absolu, inégalé et inégalable du genre.

  8. Amelia Tait : « The Movie That Doesn’t Exist and the Redditors Who Think It Does » – sur un phénomène qui peut paraître invraisemblable, mais qui est bien connu des chercheurs faisant des entretiens sur des faits distants : le cerveau humain fabrique de très intéressants souvenirs de faits n’ayant jamais existé.

  9. Lucie Beraud-Sudreau et Hugo Meijer, « Enjeux stratégiques et économiques des politiques d’exportation d’armement. Une comparaison franco-américaine » (Revue internationale de politique comparée, 2016) :

    […] Cet article propose un schéma explicatif [montrant] que le poids relatif des considérations stratégiques et économiques dans l’élaboration des politiques d’exportation d’armes dépend, sur le plan international, du positionnement de l’État dans la hiérarchie mondiale des producteurs d’armement et, sur le plan national, du degré de dépendance à l’exportation de son industrie de défense. Cette typologie est ensuite testée à travers une comparaison des politiques américaine et française d’exportation d’armement, à partir d’entretiens réalisés à Washington D.C. et à Paris et de câbles diplomatiques fuités par Wikileaks. […]

  10. Anoushka Shankar, « Red Sun« , de l’album Rise (2005) :

Mention spéciale : Fernanda Martins, l’une des rares femmes dans le sous-genre hard techno/schranz, qui est quasi-exclusivement dominé par des hommes (Kvitta, Liebing, Natus, Ranieri, Rush). Le mix ci-dessous a été réalisé avec Sheefit, a.k.a Gabriela Mariano, la moitié féminine du duo de hard techno Motormorfoses.

  1. Généralement avec R, parfois avec Python. []
  2. Une pionnière du genre (synthétiseurs et musique concrète). Mon billet de 2016 en cite d’autres. []
  3. Oui, c’est la même que dans l’édition 2017/01. []

Women Also Know Stuff, édition personnelle 2017/01

La suite de ce billet. Je présenterai une première version des « règles de publication » de cette série de billets lors de la prochaine édition, prévue pour fin février.

  1. Sara Kendzior : « An Unaired Interview on Trump, Authoritarianism and Kleptocracy » :

    Trump is openly building a kleptocracy backed by billionaires and white supremacists, and several Trump fans, including a few in Missouri, have written to me in alarm, saying this is not what they signed on for. A lot of folks just wanted good jobs to come back, and to stop feeling let down by the government and other officials. It’s pretty clear looking at Trump’s policies that this is not what is going to happen.

    Et ce n’est que le début.

  2. Mariel Roberts : le morceau « Formations » de son album Nonextraneous Sounds (2012) n’est malheureusement pas disponible en vidéo ; en voici néanmoins un bref extrait, et il est écoutable sur Spotify.

    Ci-dessous, un lot de consolation, tiré de l’invraisemblable album No One to Know One (2011) du percussionniste Andy Akiho :

  3. Jane Mayer, dont l’ouvrage Dark Money: The Hidden History of the Billionaires Behind the Rise of the Radical Right documente un aspect essentiel de la vie politique américaine actuelle.

    Voir aussi son article « Covert Operations » pour le New Yorker en 2010, et cet article pour les représailles qui ont accompagné sa parution.

  4. Julia Belluz : « We visited one of America’s sickest counties. We’re afraid it’s about to get worse« . Sur un endroit paumé en Louisiane.

  5. Mimi Onuoha, « On Missing Data Sets » :

    « Missing data sets » are my term for the blank spots that exist in spaces that are otherwise data-saturated. My interest in them stems from the observation that within many spaces where large amounts of data are collected, there are often empty spaces where no data live. Unsurprisingly, this lack of data typically correlates with issues affecting those who are most vulnerable in that context.

  6. Jennifer (Jenny) Bryan, « Data Rectangling » (via).

  7. Andrea Parker, « After Dark » (1995) :

  8. Lorena A. Barba, « Barba-Group Reproducibility Syllabus » (via). Sur le même sujet, voir aussi les publications de Victoria Stodden.

  9. Mary Beard, SPQR: A History of Ancient Rome (on peut en lire beaucoup de bien un peu partout, et les quelques passages que j’ai lus étaient tous excellents).

  10. Alice Coltrane et Pharoah Sanders, « Journey In Satchidananda » (1971) :

Mention spéciale : Cathy O’Neil, dont je n’ai toujours pas lu le bouquin, Weapons of Math Destruction, mais dont tout le monde dit grand bien—voir, par exemple, la recension d’Arthur Charpentier.

La macroéconomie est un sport de combat

Mise à jour, 16 février 2017 : Olivier Godechot a publié une très bonne recension, calme et mesurée, de l’un des ouvrages cités dans ce billet.

Mise à jour, 23 novembre 2016 : Denis Colombi vient de publier un billet de blog sur le sujet abordé ci-dessous ; à déguster.

Paul Romer, Chief Economist à la Banque mondiale depuis peu et l’un des économistes régulièrement pressentis pour décrocher un jour le prix quasi-Nobel d’Économie pour sa théorie de la croissance endogène et pour ses travaux sur le changement technologique1, a récemment publié ce papier, qui est un délicieux jeu de massacres :

romer-1

romer-2

romer-3

Ce n’est pas la première fois que Romer prend la macro-économie à parti : son papier « “Mathiness in the Theory of Economic Growth” » était déjà une manière pour lui d’engueuler une bonne partie des macroéconomistes, en leur demandant de se mettre d’accord sur les fondamentaux, et de prendre les mesures nécessaires en cas de défaite dans l’affrontement qu’il appelle de ses voeux entre les différentes théories macroéconomiques qu’il juge incommensurables.

J’avoue que j’adore aller regarder les matches de boxe chez les économistes, parce qu’il y a vraiment du spectacle : les matches se jouent souvent sans les gants, et ça cogne fort, à coup de « ma science versus ta pseudo-science« . Les victoires se gagnent rarement par K.O., mais l’intention y est.

Un extrait supplémentaire du papier de Romer pour l’exemple :

romer-4

Et si vous n’avez pas le temps d’aller lire Romer, Noah Smith a résumé l’essentiel.

Un match de boxe économique française

cahuc-zylberberg Deux économistes français, Pierre Cahuc et André Zylberberg, ont récemment lancé leur propre match de boxe, en parlant de « négationnisme économique » (rien que ça) pour désigner l’économie qui échappe à leur définition de l’économie scientifique mais qui se vend néanmoins très bien dans différents segments des médias.

Je n’ai pas lu l’ouvrage, mais le compte-rendu de Stéphane Ménia chez Éconoclaste confirme que les auteurs n’y vont pas de main morte, et qu’on est bien dans un combat que les auteurs espèrent voir se finir au tapis.

Les économistes donnent souvent l’impression d’être très sûrs de gagner le match quand ils montent sur le ring, ce qui rend le match encore plus amusant quand ils se plantent : Cahuc et Zylberberg, par exemple, semblent manier l’épistémologie avec la subtilité d’un étudiant de première année de Licence, et ne semblent pas avoir pris le temps de répliquer les papiers qu’ils citent pour défendre leurs positions2.

Ce match a l’air moins intéressant que Romer v. Macroeconomics : Cahuc et Zylberberg se retrouvent déjà en difficulté au deuxième round, leur contre-attaque au troisième round m’a semblé bien faible, et effectivement, Alexandre Delaigue, l’autre Éconoclaste, n’a au aucun mal à taper fort là où ça fait mal.

Bref, le match est en train de tourner court pour ses instigateurs, et j’avoue que je n’ai même pas réussi à comprendre s’il s’agissait d’un match de « macro » ou de « micro ».

Depuis que j’ai rédigé la première version de ce billet, le match est devenu une sorte de grosse mêlée, avec réactions de toutes parts : André Orléan et l’AFEP (les premiers visés), mais aussi tout ce que la France comptent d’économistes avec une boîte email, s’y sont invités, et le tout ressemble désormais à un match de boxe de rue.

Passons, et revenons-en, comme l’a fait Béatrice Cherrier dans un billet bien mieux documenté et structuré que le mien, à Romer v. Macroeconomics.

Mon match de macroéconomie favori

Romer v. Macroeconomics s’annonce divertissant, mais si vous avez le temps d’aller assister à un match de boxe macroéconomique qui dure depuis plusieurs années et qui n’est pas prêt de se terminer, je recommande celui sur le DSGE et sa modélisation :

Et la nature modélisée du raisonnement économique garantit d’autres beaux matches à l’avenir, en fonction du degré d’abstraction (et donc d’évasion de la réalité) que la discipline est disposée à admettre.

Dernières petites choses

Le truc le plus intéressant cité dans ce billet reste le papier de Romer. Si vous êtes plus curieux de savoir ce qu’il prévoit de faire à la Banque mondiale, allez voir cette conférence.

Le papier de Romer est aussi intéressant pour ce qu’il a à dire du raisonnement bayésien appliqué aux problèmes d’identification dans les modèles économiques (Section 5.3, pages 13-14), et j’ai aussi beaucoup aimé son billet de blog sur « Abstraction vs. Radical Specificity« .

rodrik Outre Romer, les autres économistes américains que j’aime bien lire de temps à autre incluent ceux cités dans ma liste « DSGE » plus haut, ainsi que Dani Rodrik, qui vient justement de sortir un ouvrage de self-defense économique assez recommandable, car très lisible et en même temps très complet : on y retrouve les métaphores et les modèles essentiels de l’économie, dans une forme plus comestible que dans un manuel d’économie classique à la Mankiw.

  1. Voir les prédictions d’Alexandre Delaigue, du blog Éconoclaste, en 2005, 2006, 2008, et 2015. []
  2. Dixit un collègue qui a tenté de répliquer le papier sur l’effet des 35 heures : apparemment, ça ne réplique pas ; voir aussi ce billet de Thomas Coutrot, qui a eu presque la même idée de titre que moi. []

Début de reprise, suite

Quelques textes supplémentaires pour passer l’été, avec un salut appuyé aux collègues de Grenoble cités en tête de cortège.


La thèse de Simon Labouret, soutenue en 2014, est en ligne : “La rupture de 2007 : changement électoral et dynamiques de réalignement en France. À consulter sans modération pour comprendre quelque chose à l’ordre électoral français depuis 1984, et encore plus depuis la stratégie Sarkozy du virage à droite-toute.

Deux textes de Christophe Bouillaud sur le Mouvement Cinq Etoiles (M5S) de Beppe Grillo, pour faire le point sur son contexte historique de long terme : un texte en français, et un texte en anglais, tous deux présentés en 2016.

‘Two Logics of Collective Action: Theoretical Notes on Social Class and Organizational Form’: A Review”, un texte de Barry Eidlin relisant un article de Claus Offe et Helmut Wiesenthal publié en 1980. Révisez vos classiques de l’action collective (Olson, Michels) à peu de frais.

Coup nouvelle: Did we just witness a new type of coup in Venezuela?” – un texte stimulant de Javier Corrales et Franz von Bergen sur la décision du président Nicolás Maduro de placer un militaire à la tête de son gouvernement1.

Sur les faits stylisés et leur emploi dans le champ politique, ce texte de Daniel Hirschman, “Stylized Facts in the Social Sciences”, paru dans la encore-assez-récente revue Sociological Science.

Et pour terminer, “WikiLeaks Put Women in Turkey in Danger, for No Reason”, un article de Zeynep Tufekci qui explique très bien le problème basique posé par le dernier batch de documents révélés par WikiLeaks au sujet de la Turquie.

  1. Texte repéré grâce à l’excellent compte Pinboard de Xavier Marquez, qui rédige également le très bon blog Abandoned Footnotes. []

Extraire un corpus médiatique sans (trop) saigner des yeux

Vous vous êtes déjà demandé quelle avait la couverture médiatique d’un projet de loi comme le projet de loi DADVSI ? ou, plus connu, le projet de loi HADOPI, qui donna lieu à un feuilleton législatif de plusieurs années ?

J’avais très rapidement mentionné le sujet en évoquant un papier co-écrit avec Pierre Gueydier, présenté à l’AFSP en 2013 et que nous avons commencé à remettre à jour. Comme d’habitude, tout est en ligne.

Le papier portant sur la politisation, une étude préliminaire de la médiatisation des projets de loi peut être un bon moyen de jeter un premier coup d’oeil aux individus, aux institutions et aux organisations mobilisées autour de leur examen.

Quelques essais et 300 lignes de code plus loin, on dispose donc d’un corpus de 6350 articles issus de sept médias français différents1, qui ressemble à ça au fil du temps :

counts

Comment faire

  • Pour chaque média, il y a un moteur de recherche utilisant une pagination des résultats. La première étape consiste donc à parcourir chaque page de résultats, en récupérant les adresses des articles.
  • Ensuite, pour chaque article, on a accès soit à une page donnant accès au texte intégral, soit aux premières lignes du texte dans le cas des articles payants du Figaro et du Monde.
  • Enfin, il faut se donner une syntaxe permettant de sauvegarder le contenu d’un lien HTTP vers un fichier texte, ce qui demande quelques essais-erreurs avec les expressions régulières.

Les techniques servant à récupérer et à nettoyer les données ayant déjà été traitées dans plein d’autres billets (exemple), je ne développe pas sur ce point, mais suis intéressé par tout scraper équivalent pour d’autres sites de médias.

Qu’en tirer

Le raisonnement du texte étant qualitatif, l’exploration du corpus est avant tout une manière de trianguler des décisions de terrain, comme le choix de se focaliser sur certains acteurs plutôt que d’autres.

Histoire de repérer les acteurs, on extrait tous les termes contenant une majuscule initiale, que l’on nettoie ensuite des termes courants. Restent les termes comme « Vivendi Universal » ou « Frédéric Mitterrand ».

On parcourt ensuite les mille termes les plus fréquents, dont on tire une liste de presque 350 entités, allant de la classe politique à Twitter en passant par les DRM et la jurisprudence SABAM.

Voici à quoi ressemble la co-occurrence de ces entités dans les articles publiés entre 2012 et aujourd’hui, représentées sous la forme d’un réseau de termes fréquemment associés à la « mission Lescure-préparant-l’acte-II-de-l’exception culturelle » :

seq3

Le réseau est naturellement très dense (il y a énormément de co-occurrences), mais les liens sont plus ou moins ténus, grâce à une technique de pondération qui tient compte du nombre d’entités identifiées dans chaque article2.

En additionnant ces liens, on obtient un indice plus synthétique, le degré pondéré de centralité. Dans le graphique ci-dessus, la taille des entités est proportionnel à cet indice, qui n’est qu’une mesure possible parmi d’autres.

Voici donc, pour terminer, les quinze premiers scores de centralité sur la totalité des neuf années couvertes. D’autres tableaux et graphiques explorant des segments temporels spécifiques de la période couverte sont disponibles dans l’annexe du papier.

Screen Shot 2014-06-26 at 3.39.09 PM

Je n’ai pas le temps de m’acharner sur les données, mais cette preuve du concept montre qu’il n’est pas difficile de récolter un corpus médiatique, hélas moins riche qu’une base de données comme Factiva ou LexisNexis, mais d’ampleur raisonnable.

Si vous avez des suggestions sur comment modéliser tout ça proprement, à coups de topic models ou autre chose, laissez un commentaire, mais c’est en général à ce stade-là que l’on commence à saigner un peu des yeux.

  1. Libération apparaît dans le corpus Écrans.fr, et les articles des Échos ne sont pas disponibles avant décembre 2011. []
  2. Cette technique permet de mettre sur un même plan les articles en texte intégral et ceux pour lesquels on ne dispose que des deux premiers paragraphes. []

L’évolution de la carte électorale du FN : mon papier au congrès de l’AFSP

J’arrive après la bataille, mais je voulais mettre en ligne le papier que j’ai présenté lors du congrès de l’Association française de science politique, qui s’est tenu du 9 au 11 juillet dernier à Sciences Po. Je participais à la ST 27 intitulée « le ‘nouveau’ Front national en question ». Ayant envoyé mon papier en retard, il n’est pas encore en ligne sur le site de l’AFSP, mais il est désormais disponible sur HAL-SHS.
Dans ce papier, j’essaie de répondre à la question « le Front national de Marine Le Pen est-il un ‘nouveau’ Front national ? » du point de vue de sa carte électorale. Sur le plan méthodologique, je m’appuie sur un modèle de croissance multiniveau du vote FN de 1995 à 2012 (je crois bien que c’est la première fois que c’est fait en France), avec comme données les résultats du Front national par canton aux élections présidentielles sur cette période, ainsi qu’un certain nombre de variables « indépendantes » : composition socio-démographique de la population essentiellement, mais aussi part des élèves scolarisés dans l’enseignement privé (pour tester l’influence catholique, ou ce qu’il en reste), caractère plus ou moins urbain ou périurbain des cantons.
Sur le plan substantiel, je conclus qu’au-delà qu’une quasi-stabilité de niveau entre 1995 et 2012 (avec évidemment l’exception de 2007), le vote FN a connu une transformation de sa structure géographique au fil du temps, qui tient surtout au déclin du vote FN dans les centres urbains et à sa croissance dans les périphéries urbaines et, surtout, à la campagne. Dans le même temps, l’association avec la structure socio-professionnelle a plutôt tendance à diminuer, que ce soit du côté des indépendants ou du côté des ouvriers.
Toutes ces évolutions sont assez linéaires sur la période, et en aucun cas 2012 ne marque un changement radical par rapport aux élections précédentes. C’est d’ailleurs ce qu’a montré de manière générale la section thématique, dans divers domaines (idéologique, militant, etc.) : les années récentes, depuis l’arrivée à la tête du Front national de Marine Le Pen, n’ont fait que continuer des tendances dont les origines sont bien plus anciennes. Le changement dans la continuité, comme dirait l’autre…

#INISTGATE

Vous aurez peut-être déjà entendu parler de l’affaire Elsevier, cet éditeur scientifique qui est arrivé à faire se mettre en colère des mathématiciens (parmi d’autres). Aujourd’hui, c’est au tour de l’INIST d’être au centre d’une controverse qui, comme les autres, n’ira nulle part tant que les systèmes de publication (qui incluent les chercheurs eux-mêmes et les revues) ne sont pas réformés1.

Le problème avec l’INIST est très simple : lorsque je publie un texte à titre de militant associatif dans une revue en libre accès, je ne m’attends pas à ce que l’INIST le mette en vente2. C’est pourtant ce dont je me suis rendu compte récemment, ce qui m’a rappelé l’existence de leur service Refdoc, l’équivalent du Minitel pour la publication scientifique à l’heure d’Internet. L’INIST a confirmé par email mon droit d’opposition à une diffusion payante de mon texte — dont acte.

Voilà qui en dit long sur l’ambivalence des politiques nationales en matière d’accès scientifique, et sur les errances du modèle dominant en matière de publication scientifique. Je ne sais pas par où il faut commencer pour décrire les problèmes du modèle actuel, mais plusieurs sont assez bien documentés : on entend ponctuellement parler des difficultés du peer review ou des biais de publication, par exemple.

Ces problèmes montrent bien que, sans s’y résumer, le problème du profit dans l’édition scientifique est aussi lié à celui de la fraude, ce qui devrait être une condition suffisante pour s’en soucier. Mais si la plupart des problèmes scientifiques ont cette double dimension éthique et internationale, celle qui concerne l’INIST est un enjeu hexagonal qui peut se résumer à une violation massive du droit moral des auteurs ne souhaitant pas que leurs textes fassent l’objet d’une diffusion commerciale3.

Le CNRS a été réformé à tort et à travers, mais apparemment pas de manière à sérieusement interroger certains de ses programmes ; en tout cas, je n’y vois pas de place pour un service de revente de textes scientifiques sans accord avec la communauté qui les produit.

  1. À noter aussi qu’une partie des agents réformateurs de ces systèmes est extérieure ou périphérique au champ scientifique. []
  2. J’ai vérifié entre-temps que l’éditeur de la revue n’avait rien signé avec l’INIST. []
  3. L’opposition à la commodification est aux origines de plusieurs mouvements “free” (software) ou “open” (source, access, science, data, knowledge, etc.), sans que ceux-ci s’y résument. []

Best of 2010

L’année est bien entamée, et j’aime bien l’idée du best-of académique. En science politique, je sélectionnerais quatre textes, et j’attends vos suggestions :

  • Black Ravens, White Shoes, and Case Selection: Inference with Categorical Variables”, un texte inédit du statisticien David Freedman dans un recueil édité par David Collier (un collègue de Berkeley, bien connu en science politique) et al.. En quelques pages, tout y passe, le paradoxe des corbeaux chez Hempel, la sélection des cas d’étude, quelques références en passant à Taleb (que j’ai découvert grâce à Mark Blyth), l’inférence statistique à “faible n”, etc. Freedman est (était) un des plus grands statisticiens du 20e siècle, et l’un des plus ouverts à l’épistémologie qualitative. Un modèle.
  • Democracy and the Limits of Self-Rule : le dernier ouvrage d’Adam Przeworski. Enough said. La préface – autobiographique, comme son chapitre dans l’ouvrage de Munck et Snyder déjà mentionné – est absolument magistrale. Foncez dessus par tous les moyens possibles ! Des extraits sont disponibles. Je n’ai pas fini de dire tout le bien que je pense des recherches d’Adam Przeworski, que j’avais déjà mentionné en passant. Je n’ai hélas pas le temps de lire autant que je voudrais, mais si l’on me propose un cours libre l’an prochain, ce sera un cours sur la démocratie et (presque) rien d’autre.
  • Transnational Diffusion: Norms, Ideas, and Policies”, une synthèse magistrale de Fabrizio Gilardi sur un phénomène essentiel en science politique. Le texte est à présent daté de 2011 mais j’ai lu la version précédente de 2010. Le texte est une version de travail pour publication dans un handbook de relations internationales, mais l’on y apprend beaucoup de choses utiles au niveau méthodologique qui sont utiles en dehors de cette spécialisation. À suivre, surtout en rapport au contexte politique actuel en Afrique du Nord et au Moyen-Orient.
  • Rational Choice : je pense que j’ai enfin commencé à comprendre quelque chose à la théorie des jeux grâce à cet excellent ouvrage introductif d’Itzhak Gilboa. L’ouvrage ne m’empêchera toutefois pas de penser que l’immense majorité des articles dans les revues comme Games and Economic Behaviour (où l’on trouve ce genre de démonstration) représentent, au mieux, une perte de temps. Quitte à balayer le champ des rational choicers, je n’en dirais pas autant des recherches appliquées de Dennis C. Mueller en public choice (son manuel vient d’ailleurs d’être traduit en françaisshameless colleague plug!).

J’ai fait un peu exprès de prendre des textes hors de mes “intérêts de recherche” immédiats, parce que je pense apprendre autant en lisant de manière complètement sérendipiteuse qu’en lisant de manière focalisée. Dernier exemple en date, j’ai récemment appris beaucoup de choses en (re)lisant des extraits du chef d’oeuvre de Mary Douglas, How Institutions Think (clin d’oeil à David, à qui j’ai offert la traduction française) : Schelling, Williamson, tout y est. Quant aux clivages disciplinaires, qui m’évoquent de plus en plus la fractionalisation ethno-linguistique et religieuse, je refuse d’en tenir compte à ce stade.

Où vont, sinon, les sciences sociales à l’horizon 2020 ? La National Science Foundation a posé la question en 2010, et les réponses sont en ligne. Les thèmes de recherche d’une quinzaine des contributeurs m’étaient déjà connus, et la lecture de leurs papiers ouvre des perspectives de recherche passionnantes.