Élections 2017 : bibliographie et données supplémentaires

À l’invitation d’une amie non francophone, j’ai récemment retranscrit le peu de choses que je connais au sujet des élections présidentielle et législatives de cette année, ce qui a donné trois billets en anglais : un premier billet sur le score possible de Marine Le Pen au premier tour, un autre billet sur la candidature d’Emmanuel Macron, et un dernier billet sur les données d’enquête et sondagières.

N’étant pas du tout spécialiste de la participation politique et/ou des élections, je n’ai rien écrit d’exceptionnellement original ou même fouillé dans ces billets. En revanche, si le sujet vous intéresse, je connais quelques noms de spécialistes à lire—ou à écouter, quand France Culture ou Mediapart leur donnent le temps nécessaire pour s’exprimer.

Quelques références à lire ou écouter

Quelques heures après sa publication, j’ai complété mon dernier billet par une note de bas-de-page à la toute fin du texte, afin d’y lister toutes les enquêtes dont on dispose en France pour étudier le comportement électoral. La liste se base sur l’annexe du dernier ouvrage deVincent Tiberj, Les citoyens qui viennent, que je viens tout juste de commencer, et qui est absolument magistral.1

On peut également écouter Vincent Tiberj sur France Culture, ou se tourner vers cet autre livre, sur le vote de Mitterrand à Hollande, qu’il a dirigé et publié il y a quelques années.

Les deux autres références que je conseillerais de lire dans la perspective des élections qui arrivent sont l’ouvrage de Céline Braconnier (ou alors ses articles récents) sur la participation électorale, et le livre collectif Les faux semblants du Front national.

Sur le Front national toujours, Mediapart – où l’on retrouve actuellement le politiste Fabien Escalona : salut Fabien ! – fait en ce moment un superbe travail de dissémination des résultats de la science politique au sujet du « vote Le Pen » et de la sociologie du FN : le dernier article en date donne la parole à trois des auteurs publiés dans Les faux semblants…, Nonna Mayer, Valérie Igounet, et mon discret co-blogueur Joël, dont j’ai recommandé l’ouvrage il y a peu.

Et si vous n’êtes pas abonné à Mediapart, rabattez-vous au moins sur leurs vidéos, qui ne coûtent rien et qui donnent vraiment à chacun des invités le temps de dérouler un discours construit et étayé.

Quelques données à consulter ou à travailler

Cette année, outre la liste des élus socialistes soutenant Emmanuel Macron (compilée par des militants de François Fillon, si j’en crois mes sources), on dispose aussi de la liste nominative des parrainages constitutionnellement requis pour être effectivement candidat à l’élection présidentielle :

Et vu que, grâce à l’activisme du mouvement open data en France, on dispose aussi depuis quelques années d’un portail de données où l’on trouve facilement – et dans des formats pas trop dégueulasses – les résultats des élections récentes, voici quelques graphiques sur les élus ayant parrainé un(e) candidat(e) ou l’autre :

Chacun des graphiques indique quel élu a parrainé quel candidat, en fonction du score moyen de François Hollande à l’élection présidentielle de 2012, au premier puis au second tour, dans le département de l’élu. Même si l’on pourrait se pencher sur des résultats plus précis2, les tendances observées ici sont déjà assez nettes :

  • Le parrainage est un acte extrêmement contraint en fonction du mandat : dans leur immense majorité, les parlementaires ne parrainent que les candidats issus de groupes eux-mêmes représentés dans les chambres parlementaires.
  • Malgré la dispersion, le candidat parrainé est, en moyenne (ou plutôt, en médiane), fonction des préférences agrégées des électeurs du bassin de population dont est issu l’élu(e).

Le cas d’Emmanuel Macron est intéressant (car oui, Macron est un cas) : à première vue, les élus le parrainant ressemblent, du point de vue de leur « terreau » électoral, plus à ceux de François Fillon (ou à ceux de… Jacques Cheminade) qu’à ceux de Benoît Hamon. Il faudrait néanmoins contrôler par tout plein de choses pour arriver à un résultat plus convaincant que ça.

Un autre vision du même résultat ci-dessous, mais à un niveau encore plus fortement agrégé, puisqu’on ne regarde que la moyenne. Attention, les moyennes incluent les élus d’outre-mer, ce qui a tendance à faire monter le vote Hollande 2012″ sur à peu près tous les candidats :

Je ne sais pas si l’on s’oriente vers une élection de rupture, avec réalignement partisan majeur de type « ouvert/fermé » – « Europe/frontières » – « GAL/TAN » – etc., mais en tout cas, le clivage gauche/droite a l’air encore vivace. La « politique des deux axes » est peut-être en train de se consolider.

Cliquez sur les graphiques pour les versions PDF. Pour le code et les données au format CSV, c’est par là. Et si vous avez le temps de faire passer une multinomiale à travers les données, je suis preneur des résultats : je voulais le faire, mais j’ai sagement préféré corriger des copies en retard à la place.

Dernière chose : aviez-vous remarqué que, parmi les candidats de l’élection présidentielle 2017, on ne trouve de diplômés des grandes écoles que chez les candidats « hors-système » (non soutenus par un groupe parlementaire) ?

Tableau ci-dessous, mis à jour le 23 mars :

La colonne « patrimoine » est évidemment très approximative, et non renseignée pour le candidat actuellement mis en examen au sujet de ses comptes personnels. Plus parlante, la dernière colonne donne une idée de qui sont les insiders du marché électoral.

L’ensemble du tableau n’est pas à prendre de manière trop littérale : ni le capital socio-culturel, ni le capital économique n’y sont mesurés de manière suffisamment précise, le capital social n’y figure pas, et il manque toutes les ressources des mouvements politiques, dont les comptes et le nombre d’élus, par exemple.

  1. Et pour parfaire les choses, le bouquin vient avec son blog, hébergé sur Hypothèses, et où l’on trouve toutes sortes de compléments utiles. []
  2. En utilisant des résultats plus désagrégés, comme me l’a suggéré Baptiste, ou en répétant l’exercice avec les données des élections intermédiaires — mais dans les deux cas, il faudrait procéder à des recodages plus complexes que ce que j’étais prêt à faire. []

Women Also Know Stuff, édition personnelle 2017/02

La suite de ce billet. Édition précédente : 2017/01. Les règles de cette série de billets se précisent : tous les liens pointent vers des textes ou des morceaux de musique composés par des femmes (ou co-composés par au moins une femme, dans le cas des compositions multi-auteurs). Chaque billet de la série est publié à la fin du mois et contient 10 items, plus une « mention spéciale » (spéciale en quoi ? je ne sais toujours pas). Les domaines couverts sont variés, mais vu ce que je lis et j’écoute, attendez-vous à de la science politique (évidemment), de l’analyse de données1, et de la musique bizarre.

  1. Emily Barry, « Applying Data Science to the Supreme Court: Topic Modeling Over Time with NMF (and a D3.js bonus) » :

    barry-scotus-topics

  2. Jenny Andersson et Egle Rindzeviciute, « The Political Life of Prediction. The Future as a Space of Scientific World Governance in the Cold War Era » :

    This working paper explores the role of the future as a space of scientific exchange and dialogue in the Cold War period. We argue that in East and West the governance of the future were understood as both intellectual and technical problem that, importantly, challenged existing notions of the nature of liberal democratic and communist political regimes. Casting the future as a governable sphere led to the development of new forms of scientific governance which sought explicitly to depoliticize the future and turn it into a new transnational domain of technocratic politics. The paper focuses on the parallels and exchanges among American and Soviet futurologists. East-West collaboration was essential to the invention of the future as a governable technoscientific space, situated beyond political dispute.

  3. Daphne Oram2, Andrea Parker3 et Daz Quayle, « Are You There? » (Live from the Roundhouse), tiré de Private Dreams And Public Nightmares (2011) :

  4. Valerie J. Bunce et Mark R. Beissinger, « Taking Democracy for Granted » (sur l’excellent blog collectif Duck of Minerva, qui devrait plaire à tous les lecteurs de Crooked Timber et de The Monkey Cage) :

    … The costs of nationalist tropes for democracy are many. They give candidates a license to avoid talking about policy. They silence the opposition, since it cannot possibly come out against the nation. They sow divisions among the public. But perhaps their greatest danger is that they give rise to the demand for strong leadership—leaders who will do anything to defend the nation from its enemies.

    To those who view American politics as exceptional, Trump is an anomaly that is difficult to explain. To us, his politics are disconcertingly familiar.

  5. Katharina A. Zweig, Network Analysis Literacy. A Practical Approach to the Analysis of Networks (Springer, 2016) — un bouquin qui clarifie l’analyse de réseaux par le biais des modélisations complexes parues ces dernières années. Fort utile.

  6. Elisabeth S. Clemens : What is Political Sociology? (Wiley, 2016). Ayant lu quelques-uns des articles de l’auteur, je m’attends à une excellente synthèse couvrant un énorme spectre spatio-temporel, à la Sewell.

    Note : j’ai reçu, depuis la rédaction de ce billet, ma copie de l’ouvrage, et je ne suis pas déçu. Comme prévu, c’est une vaste mais brève synthèse de la sous-discipline.

  7. DJ Mutamassik (et Spit), « Complicity (M28 Mix)« , remix déjanté d’une chanson d’Arto Lindsay, sur l’excellent album d’illbient Hyper Civilizado (1996) :

    L’album de Mutamassik Symbols Follow (2015), où celle-ci joue tous les instruments, vaut aussi le détour si vous aimez l’ambient expérimental façon Nobukazu Takemura, qui reste le maître absolu, inégalé et inégalable du genre.

  8. Amelia Tait : « The Movie That Doesn’t Exist and the Redditors Who Think It Does » – sur un phénomène qui peut paraître invraisemblable, mais qui est bien connu des chercheurs faisant des entretiens sur des faits distants : le cerveau humain fabrique de très intéressants souvenirs de faits n’ayant jamais existé.

  9. Lucie Beraud-Sudreau et Hugo Meijer, « Enjeux stratégiques et économiques des politiques d’exportation d’armement. Une comparaison franco-américaine » (Revue internationale de politique comparée, 2016) :

    […] Cet article propose un schéma explicatif [montrant] que le poids relatif des considérations stratégiques et économiques dans l’élaboration des politiques d’exportation d’armes dépend, sur le plan international, du positionnement de l’État dans la hiérarchie mondiale des producteurs d’armement et, sur le plan national, du degré de dépendance à l’exportation de son industrie de défense. Cette typologie est ensuite testée à travers une comparaison des politiques américaine et française d’exportation d’armement, à partir d’entretiens réalisés à Washington D.C. et à Paris et de câbles diplomatiques fuités par Wikileaks. […]

  10. Anoushka Shankar, « Red Sun« , de l’album Rise (2005) :

Mention spéciale : Fernanda Martins, l’une des rares femmes dans le sous-genre hard techno/schranz, qui est quasi-exclusivement dominé par des hommes (Kvitta, Liebing, Natus, Ranieri, Rush). Le mix ci-dessous a été réalisé avec Sheefit, a.k.a Gabriela Mariano, la moitié féminine du duo de hard techno Motormorfoses.

  1. Généralement avec R, parfois avec Python. []
  2. Une pionnière du genre (synthétiseurs et musique concrète). Mon billet de 2016 en cite d’autres. []
  3. Oui, c’est la même que dans l’édition 2017/01. []

Women Also Know Stuff, édition personnelle 2017/01

La suite de ce billet. Je présenterai une première version des « règles de publication » de cette série de billets lors de la prochaine édition, prévue pour fin février.

  1. Sara Kendzior : « An Unaired Interview on Trump, Authoritarianism and Kleptocracy » :

    Trump is openly building a kleptocracy backed by billionaires and white supremacists, and several Trump fans, including a few in Missouri, have written to me in alarm, saying this is not what they signed on for. A lot of folks just wanted good jobs to come back, and to stop feeling let down by the government and other officials. It’s pretty clear looking at Trump’s policies that this is not what is going to happen.

    Et ce n’est que le début.

  2. Mariel Roberts : le morceau « Formations » de son album Nonextraneous Sounds (2012) n’est malheureusement pas disponible en vidéo ; en voici néanmoins un bref extrait, et il est écoutable sur Spotify.

    Ci-dessous, un lot de consolation, tiré de l’invraisemblable album No One to Know One (2011) du percussionniste Andy Akiho :

  3. Jane Mayer, dont l’ouvrage Dark Money: The Hidden History of the Billionaires Behind the Rise of the Radical Right documente un aspect essentiel de la vie politique américaine actuelle.

    Voir aussi son article « Covert Operations » pour le New Yorker en 2010, et cet article pour les représailles qui ont accompagné sa parution.

  4. Julia Belluz : « We visited one of America’s sickest counties. We’re afraid it’s about to get worse« . Sur un endroit paumé en Louisiane.

  5. Mimi Onuoha, « On Missing Data Sets » :

    « Missing data sets » are my term for the blank spots that exist in spaces that are otherwise data-saturated. My interest in them stems from the observation that within many spaces where large amounts of data are collected, there are often empty spaces where no data live. Unsurprisingly, this lack of data typically correlates with issues affecting those who are most vulnerable in that context.

  6. Jennifer (Jenny) Bryan, « Data Rectangling » (via).

  7. Andrea Parker, « After Dark » (1995) :

  8. Lorena A. Barba, « Barba-Group Reproducibility Syllabus » (via). Sur le même sujet, voir aussi les publications de Victoria Stodden.

  9. Mary Beard, SPQR: A History of Ancient Rome (on peut en lire beaucoup de bien un peu partout, et les quelques passages que j’ai lus étaient tous excellents).

  10. Alice Coltrane et Pharoah Sanders, « Journey In Satchidananda » (1971) :

Mention spéciale : Cathy O’Neil, dont je n’ai toujours pas lu le bouquin, Weapons of Math Destruction, mais dont tout le monde dit grand bien—voir, par exemple, la recension d’Arthur Charpentier.

Women Also Know Stuff, édition personnelle 2016

how_it_works

En travaillant sur le programme définitif d’un panel de conférence (j’en reparlerai en temps voulu), j’ai réalisé que nous avions, avec mon co-équipier, éliminé toutes les communications incluant des femmes parmi les auteurs, sauf une. Tous les organisateurs et discutants de l’événement seront des hommes.

Autre contexte : en comité de rédaction, l’un des deux éditeurs d’une revue qui sort bientôt son n°1 (j’en reparlerai aussi) nous annonce que le pourcentage de femmes parmi les auteurs est hyper-bas. Je me souviens que nous avions déjà fait tout notre possible pour féminiser le comité de rédaction.

Autre contexte : une amie m’explique qu’elle postule à un financement dans une agence nationale. Elle m’explique qu’elle sait que ses chances de succès sont plus faibles : elle est jeune, et femme. Les chiffres sont là pour le prouver, et des biais similaires existent pour la publication en revue scientifique.

Ces inégalités sont difficiles à corriger. Si je scanne vite fait mes liens et lectures du jour, je dois en être à 80-90% d’hommes, aussi en sciences sociales qu’en trucs informatiques1. En science politique, sur certains sujets, et alors même qu’il y a de l’offre, on passe très facilement à 100% d’hommes2.

La liste ci-dessous ne changera rien, mais voici dix femmes dont j’ai découvert ou redécouvert les travaux/oeuvres cette année.

  1. Masha Gessen, pour « The Putin Paradigm » et « Autocracy: Rules for Survival » (sur Donald J. Trump)

  2. Dasha Rush, pour toute sa production musicale (le mix ci-dessous commence à proprement parler vers 2:30)

  3. Julia Silge (qui vient d’être embauchée par Stack Overflow), pour Tidy Text Mining with R (avec David Robinson)

  4. Jenny Bryan, pour Happy Git and GitHub for the useR

  5. Isis Lovecruft, du Tor Project, pour cette conférence sur les systèmes anonymes

  6. Jocelyn Pook, pour l’album Untold Things et la chanson « Yellow Fever Psalm » en particulier (ci-dessous ; à écouter aussi à l’envers)

    Je ne m’attarde pas sur le sujet, mais tous les amateurs de musique ambient savent qu’il y a plein de femmes parmi les pionniers du genre, à l’époque du bidouillage de synthétiseurs analogiques pesant super lourd ; allez donc écouter Else Marie Pade en 1962 ou Laurie Spiegel en 19793.

  7. Joan C. Williams, pour « What So Many People Don’t Get About the U.S. Working Class » – où l’on trouve un paragraphe qui mériterait à lui seul six heures de cours sur la stratification socio-éducative :

    One little-known element of that gap is that the white working class (WWC) resents professionals but admires the rich. Class migrants (white-collar professionals born to blue-collar families) report that “professional people were generally suspect” and that managers are college kids “who don’t know shit about how to do anything but are full of ideas about how I have to do my job,” said Alfred Lubrano in Limbo. Barbara Ehrenreich recalled in 1990 that her blue-collar dad “could not say the word doctor without the virtual prefix quack. Lawyers were shysters…and professors were without exception phonies.” Annette Lareau found tremendous resentment against teachers, who were perceived as condescending and unhelpful.

  8. Béatrice Cherrier, pour son blog The Undercover Historian [of Economics]

  9. Casey, pour l’ensemble de ses albums (extrait du dernier ci-dessous), et pour ses concerts à Gennevilliers et à Paris cette année

  10. Sonia Kronlund, pour Les Pieds sur terre (France Culture)

Mention spéciale à Katherine Ognyanova, pour « Network visualization with R » (tutoriel découvert au moment de sa première publication l’an dernier, mais mis à jour depuis).

  1. Le biais sexiste en informatique est moins fort que prévu, si j’en crois mes dernières lectures (langage R). []
  2. Les biais varient d’un pays et d’un sujet à l’autre. Comparer, par exemple, la France et les États-Unis, ou bien la couverture médiatique et scientifique de l’État islamique avec celles de la Russie. []
  3. Le biais masculin varie aussi selon les styles musicaux. Jetez un coup d’oeil, par exemple, à la jungle/drum and bass. []

C’est bientôt Noël. Mon conseil : offrez(-vous) les bouquins de Gabriel Martinez-Gros

Vous voulez offrir un bouquin pas trop bête à Noël ? repenser à Weber via ibn Khaldoun, que vous connaissez mal mais dont vous savez qu’il était crucial dans la pensée, par exemple, d’Ernst Gellner ?

J’ai acheté, un peu plus tôt ce semestre, les deux derniers livres de Gabriel Martinez-Gros, Brève histoire des empires (qui existe en poche) et Fascination du djihad. Je les recommande vivement, bien qu’ayant à peine entamé le premier.

En bonus, quelques-unes des interventions récentes de Gabriel Martinez-Gros ci-dessous.

… Et noyeux Joël !

À (ré)écouter : « FN : une force politique mouvante »

Joël est allé parler de son bouquin à la radio, et chose incroyable au 21e siècle, il a pu parler sans être interrompu toutes les 30 secondes !

joel-grande-table

C’est évidemment sur France Culture que ça se passait, dans l’émission « La Grande Table » ; à réécouter ci-dessous :

Au fil de son intervention, Joël pose plusieurs questions à la fois scientifiques et électorales :

  1. La question scientifique à 10 000 francs : pourquoi le vote FN persiste-t-il sur les mêmes territoires, alors que la structure de son électorat a changé ?
  2. Le clivage interne au Front national : comment faire pour gagner l’élection présidentielle ? Gagner seul en mode « ni-droite-ni-gauche » – ou jouer la carte du « rassemblement des droites » ?
  3. La grande difficulté de 2017 sera justement de trancher entre ces deux stratégies, en fonction du score à la présidentielle, et surtout des scores et sièges aux élections législatives.

Pour le détail, voir les 30 minutes d’antenne.

Ce jeudi à Lille 3, venez écouter tout le bien que j’ai pensé du livre de Fabrice Cahen

Les détails sont sur le blog du projet AGLOS (Approches GLObales des Statistiques) :

aglos_lille_01-12-2016

Le bouquin de Fabrice Cahen est une vraie merveille, sur le fond comme sur la forme (les éditions de l’Ined font du très bon boulot).

Dans la discussion, je tenterai d’utiliser l’ouvrage pour en tirer des conclusions plus générales sur la construction des problèmes sociaux (et plus précisément sur les croisades symboliques) et sur la biopolitique, qui est une vieille obsession personnelle. Ces deux dimensions d’analyse m’ont été suggérées par la préface de Paul-André Rosental, et je pense que le livre donne amplement matière à réflexion sur l’une comme sur l’autre.

Merci Émilien pour l’invitation.

Venez nombreux, mais sans vuvuzelas.

Joël sort son bouquin sur le Front National !

Et hop, bientôt dans les bacs :

joel-bouquin-couv

À l’heure où j’écris ce billet, le livre n’est pas encore catalogué sur le site des Éditions Eyrolles, mais cela ne saurait trop tarder est dans les bacs de sa maison d’édition !

Une soirée de lancement a lieu ce soir à la Fondation Jean-Jaurès, où Joël officie en tant que membre de l’Observatoire des radicalités politiques :

joel-fjj

Je suis naturellement tout content pour mon estimé co-blogueur, et ce sera l’occasion pour moi de lire (et si tout se passe bien, de chroniquer ici) un bouquin complet sur le Front national, ce que je n’ai pas fait depuis très, très longtemps.

Sur le même sujet, comme on dit, deux articles récents de la revue Projet dans un petit dossier « spécial FN » :

Mise à jour : et il y a même une vidéo très éclairante !

Quelques petits trucs pour patienter

Si vous avez parcouru ce blog avant-hier, ou si vous faites partie des fidèles abonnés du ‘bistro grâce à son flux RSS, alors vous avez dû y trouver un billet sur Charlie-Hebdo. Ce billet a été publié en avance par erreur—mais il reviendra, promis !

En attendant la suite, voici quelques petits trucs pour patienter.

Samuel Hayat a recommencé à bloguer, et a posté il y a peu de temps un très intéressant billet sur l’histoire conceptuelle. J’en ai profité pour rajouter le blog de Samuel Hayat et le blog collectif Slowpolitix dans la très courte liste de blogs de politistes français qui se trouve sur la page « Blogs » de ce blog.

Je n’avais pas vu que Philippe C. Schmitter avait posté un manuscrit d’ouvrage, Conceptual Analysis and Research Design for Politologists, sur sa page de l’IUE de Florence. Je prends toujours beaucoup de plaisir à lire Schmitter, que je trouve analytiquement irréprochable, hyper-clair, et divertissant car ultra-érudit (à la manière des textes de Jean Leca, par exemple, les notes de bas-de-page contiennent souvent des petites pépites).

Colin Crouch vient de publier Society and Social Change in 21st Century Europe, un petit ouvrage de synthèse qui a l’air très clair et très bien informé, dans la lignée de toute sa production éditoriale. À mettre entre toutes les mains, et celles des étudiants en particulier.

Comment ne pas parler des livres que l’on n’a pas lus

Écouter France Culture est un régal quotidien, et s’il ne fallait garder qu’une émission, ce serait évidemment Les pieds sur terre. Mais parfois, on y entend aussi des choses comme ça, dans la bouche de Vincent Ricordeau, co-fondateur de la plateforme collaborative KissKissBankBank :

Aujourd’hui après avoir encensé Piketty, on massacre Piketty, puisqu’il y a des étudiants, certains très jeunes, qui ont prouvé que ses bases de données, la façon dont il gérait les data, arrivait à des résultats qui étaient erronés.

Derrière Piketty, ce n’est pas ses formules mathématiques qui comptent pour arriver à prouver une chose. Il a montré assez clairement, et on a besoin de ça, que le système dans lequel on vit aujourd’hui, c’est-à-dire vers une maximisation du profit et une individualisation du profit, fait que ça crée des inégalités tellement dingues qu’on est revenu au même niveau qu’au XIXe siècle, et que potentiellement notre civilisation disparaîtra à cause de ça.

Donc du coup les mille pages de Piketty, qui sont très difficiles à lire d’ailleurs, n’ont de valeur pour moi que parce qu’elles montrent une direction. Si vous prenez Rifkin, également, […]

Les passages en gras sont de mon fait. S’ensuit le même style d’argument sur Rifkin. Allez écouter par vous-même, à la 21e minute environ du podcast de la dernière émission du sinon excellent Grain à moudre d’Hervé Gardette, qui conclut l’intervention de Vincent Ricordeau par ce propos laconique :

En général, quand on est critiqué, c’est aussi peut-être un signe de succès.

Avant de continuer, full disclosure : je ne connais aucun des protagonistes cités dans ce billet, et je n’ai pas lu le dernier ouvrage de Piketty. En revanche, j’ai pas mal manipulé les données Piketty/Saez, que j’ai souvent utilisées en cours, et j’ai lu quelques-uns des articles où elles apparaissent.

Enfin, il y a plusieurs années, j’ai écrit à Thomas Piketty pour lui demander quelques-unes de ses séries temporelles supplémentaires. Voici sa réponse (qui ne trahit rien de personnel : l’adresse email apparaissait sur son site Internet) :

piketty-email

Sur la forme, l’email ci-dessus n’est pas vraiment le genre d’email que l’on reçoit de la part de quelqu’un qui ne saurait pas “gérer ses data” ; c’est même plutôt l’inverse, Thomas Piketty étant l’un des rares chercheurs à diffuser publiquement et gratuitement la quasi-intégralité de ses données.

Mais sur le fond, il y a plein d’autres inepties dans le propos de Vincent Ricordeau, qui fait au passage la même erreur que de très nombreux commentateurs de Piketty, en lui attribuant la paternité intégrale des données utilisées dans Le capital au XXIe siècle. En réalité, comme l’indiquent plusieurs notes de bas-de-page, certaines sections de l’ouvrage utilisent les données WTID/WWID, qui ont mobilisé des dizaines de chercheurs1.

Histoire d’illustrer le fait que Piketty ne fait vraiment pas secret de la production collective des données présentées dans son ouvrage, écoutez les dix premières minutes de cette présentation, qui ne fait pas exception (j’ai trouvé plein d’autres podcasts où Piketty raconte strictement la même chose sur la nature collective des données de l’ouvrage, en citant d’ailleurs toujours les mêmes collègues, dans le même ordre) :

Le début du propos est peut-être le plus censé : effectivement, l’ouvrage de Piketty a été critiqué, notamment par un jeune économiste de 26 ans. Sauf que la critique en question ne porte à aucun moment sur la manière dont Piketty “gère ses data”, qui s’en sortent parfaitement indemnes2.

À ma connaissance, la seule critique de Piketty qui a porté directement sur les données est celle de Chris Giles (du Financial Times), et qui s’est à mon sens complètement trompé, alors qu’il avait correctement diagnostiqué les problèmes d’un modèle publié par le FMI dans un rapport de 2012.

Le plus drôle dans l’intervention de Ricordeau, c’est évidemment l’énorme “smoking gun” que j’ai grassé dans le dernier paragraphe : apparemment, dans la bouche de quelqu’un qui parle comme s’il avait lu l’ouvrage, les “mille pages” du Capital au XXIe sont “très difficiles à lire”.

Notez que juste avant, le même intervenant parle de formules mathématiques. Voici l’index de l’entrée “équations” dans l’édition américaine de l’ouvrage, avec les équations soulignées :

piketty-equations

L’équation la plus compliquée étant un produit, on peut supposer que ce n’est pas la formalisation mathématique de Piketty qui lui vaut ici le qualificatif de “très difficile à lire”. Ce doit donc être le texte lui-même. Voici donc un extrait pris au hasard dans l’édition française de l’ouvrage :

piketty-bouquin-1

Pas convaincu ? J’ai arbitrairement sélectionné cet extrait ? L’intervention de Vincent Ricordeau se situant à environ 21:30 du podcast de l’émission, voici la page 231 de la version électronique de l’ouvrage :

piketty-bouquin-2

Si vous avez déjà lu de l’économie, ne serait-ce qu’un papier NBER, le contraste devrait être saisissant. Et si vous n’en avez jamais lu, le texte devrait quand même vous indiquer quelque chose que presque tous les compte-rendus de lecture de Piketty indiquent par ailleurs : c’est très bien, et surtout très simplement, écrit3.

De mon point de vue, le seul obstacle sérieux à la lecture du dernier ouvrage Piketty est la longueur du manuscrit, qui est un peu plus court en langue anglaise (dans une traduction sublime d’Arthur Goldhammer), mais qui reste long.

Sur tous les autres points soulevés par Vincent Ricordeau, j’ai surtout eu l’impression qu’il avait autant lu l’ouvrage que moi, qui l’ai acheté mais pas lu, et j’imagine qu’une partie des auditeurs de l’émission a dû se dire exactement la même chose. Peut-être ferait-il mieux de se tourner vers un ouvrage plus court.

  1. L’équipe WTID/WWID inclut notamment Tony Atkinson. []
  2. La critique de Rognlie consiste, en gros, à rajouter un diviseur sur certaines mesures centrales, et à décomposer certains résultats. Il obtient, comme d’autres, des effets parfois plus faibles que ceux rapportés par Piketty, et un effet majeur du secteur immobilier, dont il tire une critique que je n’ai pas la compétence d’évaluer. Piketty a répondu à ce type de critiques dans plusieurs revues ; pour un excellent numéro spécial dans ce style, cf. celui-ci, en sociologie. []
  3. Piketty a expliqué plusieurs fois avoir écrit son livre pour un large public, en insistant sur le fait qu’il se sent moins économiste que chercheurs en sciences sociales, et que du coup. Si j’ai bien compris son parcours, qui passe par le MIT, il doit bien maîtriser les équations DGSE, mais écrire des modèles complètement abstraits ne l’intéresse pas. Une partie des réactions à l’ouvrage de Piketty s’explique d’ailleurs à mon sens par cette distance à la formalisation, mais il y a d’autres facteurs à considérer. []