Sur papier relié, printemps-été (surtout été) 2018

La suite, en quelque sorte, de ce billet, en me concentrant sur les bouquins. Si vous aimez lire en prenant le soleil, je conseille la Slovénie et les cafés marocains.

Faute d’être parvenu, cette année comme les précédentes, à honorer tout ce que j’avais promis d’écrire (pardon aux collègues), de faire1 ou de ne plus faire (mais j’ai récupéré une boîte de Nicopatch), j’ai quand même retrouvé, cet été et sur la fin du semestre précédent, un semblant d’hygiène de lecture.

Bref, au cours des mois d’été, j’ai lu presque tous les livres que je n’avais pris le temps que d’acheter pendant l’année universaire :

  • Audoin-Rouzeau, Combattre. Une anthropologie historique de la guerre moderne (XIXe-XXIe siècle) (2008). Une suite d’interrogations sur la violence de guerre, où l’on retrouve des questions, des réponses et des références également présentes, par exemple, chez le toujours-excellent Pierre Bayard (Aurais-je été résistant ou bourreau ?, 2013), mais aussi chez Sémelin ou Hatzfeld sur le Rwanda2. Les chapitres qui m’ont le plus intéressé : le premier, qui construit l’objet d’une anthropologie historique de la violence (voir aussi Elias, plus loin), et la section du quatrième chapitre sur la photographie de guerre, où l’on retrouve certaines des intuitions de Sontag, ou même de ce que François Maspero écrivait sur Gerda Taro.

  • Cherbi, Algérie (2e éd., 2017), dans une collection que je compte réinvestir (Maroc, Afghanistan, Iran…). Un tour de force : l’ouvrage parvient à résumer le pays sous toutes ses coutures, sans être trop déprimant dans sa section sur l’histoire politique récente3

  • Elias, Humana Conditio (2016), un très beau texte de conférence, avec une belle introduction, dans un ouvrage bien fabriqué et pas trop cher. Le texte saisit très bien la méthode eliassienne, qui est une sociogenèse (voir par exemple sa proto-théorie des empires, section 4, p. 56-sq., qui contredit parfois des auteurs comme Khaldûn) mais aussi et parfois surtout une psychogenèse spéculative (ou si l’on est plus généreux, rétrospective) : Elias utilise des notions comme le « destin social des Allemands » (p. 86) et se réfère à de nombreuses notions idéelles, psychologiques ou symboliques qu’on trouvera moins souvent dans la sociologie historique contemporaine. La humana conditio du titre est évidemment « le va-et-vient des guerres » (p. 113). Compte-rendu plus complet.

  • Hirschman, Les passions et les intérêts (1977), l’un des rares ouvrages que j’ai pris le temps de lire plusieurs fois, parce qu’il est court et extrêmement bien écrit (et traduit : exceptionnellement, j’ai préféré lire la traduction). N’importe quel étudiant en sciences sociales connaît déjà la plupart des protagonistes du livre, mais je ne crois pas que l’on enseigne Millar ou la controverse Montesquieu/Steuart versus Smith. Hirschman, est à mes yeux, l’un des rares analystes « sur textes » qui parvient à ne jamais tomber dans le « Great Booksism »4. Voir aussi l’Introduction à Albert O. Hirschman de Ferraton et Frobert (2017), qui offre un très bon tour d’horizon en peu de pages.

  • Hoare et Sperber, Introduction à Antonio Gramsci (2013), sur le même format que le Ferraton et Frobert mentionné juste au-dessus. Un excellent ouvrage introductif, que j’ai lu et fiché sur quatre pages en une journée, à titre d’exercice, pour montrer à mes étudiants comment on fiche un ouvrage de type manuel.

  • Hugrée, Pénissat et Spire, Les classes sociales en Europe (2018), la meilleure synthèse – comparative, à jour, hyper-bien sourcée – sur le sujet. Les seuls défauts que j’y trouve : les qualités comparatives (par exemple, la conclusion géo-sociologique en haut de la p. 46, ou bien la comparaison des préoccupations socio-économiques des cadres, p. 180-181) sont inégalement réparties au fil du texte, l’immigration est traitée en plusieurs endroits mais néanmoins trop succinctement à mon sens, et le matériau d’analyse n’est fourni que par le biais d’une annexe qui liste les sources5, mais sans donner les recettes méthodologiques précises .

  • Kasparov, How Life Imitates Chess (2010). Acheté à sa sortie dans un aéroport, puis oublié, à mon grand regret, dans l’avion ; racheté d’occasion en édition hardback issue du fond d’une bibliothèque américaine. Très divertissant pour les « life tips / self-help » à l’américaine, mais surtout pour le récit de sa carrière aux échecs6). Le dernier chapitre sur son engagement politique, plein d’espoirs hélas largement décus aujourd’hui, est aussi intéressant.

  • Lyotard, La condition postmoderne (1979), parce que je ne l’avais jamais lu et qu’il trônait sur la table de nuit d’une amie en édition originale (a-t-il jamais été réédité ?). Bien moins pire que ce à quoi je m’attendais. Je doute que tous les auteurs se revendiquant du post-modernisme soient aussi lucides sur les tendances technologiques de leur époque — Lyotard aborde à plusieurs reprises le rapport Minc-Nora sur l’informatisation, et termine son texte sur… un plaidoyer pour l’ouverture des bases de données : plutôt bien vu.

  • Macherey, Marx 1845 (2008), un commentaire des « thèses sur Feuerbach ». Trouvé en librairie, ou alors dans une liste de livres de Macherey, qui a énormément écrit sur des thèmes qui m’intéressent souvent – et qui a un blog sur Hypothèses. Je n’avais jamais essayé Marx7 : c’est fait, et à moins de 10 euros, l’expérience était peu onéreuse8.

  • Martinez-Gros, Brève histoire des empires (2014), son application de la théorie d’Ibn Khaldûn à plus de cas d’étude (Grèce et Rome, Moyen-Orient, Inde et Chine, mais aussi Compagnie britannique des Indes) que Khaldûn lui-même ne l’avait considéré. L’ouvrage donne évidemment très envie de lire Khaldûn (j’ai acheté la Muqqadima mais ne l’ai pas encore ouverte). Certains passages sur l’utilisation des « barbares » rappellent ce que dit à leur sujet le dernier chapitre du dernier livre de James C. Scott, Against the Grain (2017).

  • Mesure et Savidan, Dictionnaire des sciences humaines (2006). Acheté à sa sortie, jamais ouvert pendant douze ans, bien que déménagé plusieurs fois, dans plusieurs villes sur deux pays, pendant ce temps-là. À force d’acharnement, j’en ai lu les trois quarts au mois d’août : quelques entrées remarquables (celles de Jean-Cassien Billier ou Bernard Guerrien, par exemple), d’autres beaucoup moins, et une moyenne satisfaisante.

  • Offerlé, Les partis politiques (9e éd., 2018). Un ouvrage qui m’a plu, mais que je ne conseillerais pas aux étudiants : au niveau de la forme, le texte présente trop de problèmes9.

  • Pinçon et Pinçon-Charlot, Paris. Quinze balades sociologiques (2009), un bon complément à leur Sociologie de Paris (2014), avec lequel il partage toutes les qualités : clair, concis, divertissant. Je n’ai lu que quelques chapitres (Chinatown, la Goute d’Or, le métro, les portes de Paris et la relation Paris-banlieues).

Immigration

  • Blanchard, Histoire de l’immigration algérienne en France (2018). À mettre entre toutes les mains, en commençant par celles de vos ami(e)s ayant eux-mêmes émigré d’Algérie, souvent pendant la « Décennie noire ». Les chapitres qui m’ont le plus intéressé sont ceux situés en début d’ouvrage, sur l’immigration pré-1914 et sur l’entre-deux-guerres. Un bon complément à l’ouvrage qui suit.

  • Héran, Avec l’immigration (2017), un dézingage en règle de la période Sarkozy, et beaucoup plus que ça : un témoignage sur comment fonctionnent les statistiques de l’immigration, sur la taille des flux en France10, sur la manière dont les législations nationales, européennes et internationales s’articulent, etc. À mettre entre toutes les mains, bis11 : c’est l’un des rares ouvrages que je souhaiterais voir dans un programme de SES du secondaire, par exemple, avec celui d’Askenazy sur les politiques de l’emploi.

J’ai aussi lu quelques ouvrages sur la « crise des migrants » dans l’Union européenne, ou sur des sujets liés à celui-ci, mais je garde ça en réserve pour plus tard.

Épistémologie

  • Michel, La fabrique des sciences sociales, d’Auguste Comte à Michel Foucault. Une histoire personnelle de la philosophie (2018). Utile pour les séances de cours sur l’École française de sociologie et/ou sur les approches herméneutiques en sciences sociales. Quelques grands noms de la philosophie des sciences sont absents du texte (Hempel, Feyerabend), mais ce n’est pas dommageable, ni tout à fait le sujet.

  • Laupies et al., Philosophie (2007). Classé ici pour le chapitre d’Anne Fagot-Largeault, mais celui de Pascal Engel sur la logique vaut aussi le détour, de même que le premier chapitre d’introduction aux grands auteurs, qui complète très bien le Kolakowski dont je parlais l’an dernier.

  • Gerring et Christenson, Applied Social Science Methodology. Un résumé efficace, aussi bien sur les développements méthodologiques de Gerring, qui concernent les études de cas et la causalité, que sur les statistiques appliquées aux sciences sociales (seconde partie du texte), en une centaine de pages qui peuvent faire office de manuel de statistiques introductives.

  • Hulak et Girard Philosophie des sciences humaines (tome 2, 2018), qui complète efficacement le premier tome. Chapitres favoris, par ordre décroissant : critique, population, quantitatif.

  • Chapoulie, Enquête sur la connaissance du monde social (2017). Lu en trois jours (en prenant les chapitres dans le désordre) grâce à une recommandation d’Émilien. J’ai de quoi en faire un compte-rendu complet en annotations et en pages cornées, mais en une phrase, lisez-le : c’est très bien fait, très éclectique (histoire, ethnométhodologie, enquêtes statistiques…) et très bien écrit, avec quelques passages facétieux lorsque l’auteur évoque les règles du jeu du sous-champ des sciences sociales.

  • Gracián Rodríguez, Von Neumann. La théorie des jeux et les mathématiques de la négociation (2018, dans une collection très mal référencée, vendue par Le Monde). Un texte parfait pour survoler le personnage : axiomatisation mathématiques, implication dans l’émergence de la science algorithmique et computationnelle, et apports à la théorie des jeux.

  • Boyer, Introduction à la lecture de Karl Popper (rééd. 2017), un ouvrage que les Presses de l’ENS rééditent en impression à la demande, et bien que le fond soit instructif voire lumineux par moments, la mise en page est ultra-moche (du Calibri sans aucun effort, avec même parfois des accents dans certains termes d’équations, p. 76).

Et en cours de lecture dans le domaine, et parce que (mais vous l’aurez deviné) j’enseigne quelques travaux dirigés d’épistémologie, des extraits du livre de Denis Vernant sur Bertrand Russell, que le site Web de Flammarion attribue faussement à « Marie Vernant ».

Bonne rentrée !

  1. Ayant vaguement tenté de décaler mes heures de sommeil, je peux dire que c’est au moins aussi difficile que d’arrêter de fumer (ou de manger du sucre) quand on est en haut de l’échelle d’addiction. Si vous avez une horloge circadienne en bon état, je suis preneur : la mienne est calée sur 0.45-8.15 et accumule environ 1h de dette par jour. C’est dans la moyenne nationale, mais quand même. []
  2. À lire, d’Audoin-Rouzeau, sur son « éveil », si l’on peut dire, au génocide du Rwanda : Une initiation. Rwanda (1994-2016) (2017), qui est moins glaçant que Hatzfeld, et à mon sens moins intéressant, mais qui se laisse lire en deux jours. []
  3. Comparer, par exemple, à Belkaïd, Un regard calme sur l’Algérie (2005), dont on sent, malgré le titre (et parce que l’auteur en parle dès le premier chapitre), qu’il a été écrit la rage au ventre — rage par ailleurs tout à fait justifiable : l’Algérie est un gâchis politique de premier ordre, explicable seulement en partie par le Dutch disease. []
  4. Pour un exemple de ce travers, voir cette brillante critique du dernier ouvrage de Fukuyama, d’où je tire l’expression. []
  5. Les auteurs précisant bien (p. 62), par ailleurs, que même sur l’aire économique la plus riche et la mieux étatisée du monde, les données statistiques exploitables restent lacunaires dans plusieurs pays, notamment mais pas seulement dans les anciennes républiques soviétiques. []
  6. Saviez-vous que les joueurs d’échec professionnels perdent plusieurs litres d’eau lors d’un match, dû à l’effort de concentration ? Au point d’avoir besoin d’un régime nutritionnel et sportif adapté. (Anecdote non tirée de l’ouvrage. []
  7. Un chercheur très connu en sociologie des sciences m’avait dit : « Marx sounds interesting but I do not have the time to look into it. » []
  8. Entre les commentaires pas cher et les textes gratuits de la Marxists Internet Archive, essayer Marx coûte moins cher qu’essayer une drogue hallucinogène, et la qualité du produit est garantie. Au passage, si vous cherchez un commentaire complet de Das Kapital, allez voir chez Cosma Shalizi. []
  9. L’ouvrage contient des passages lumineux (la synthèse des règles du jeu de la compétition électorale/politique, p. 88-89, par exemple), mais le style est souvent évasif (notes bibliographiques presque toujours abrégées et seulement partiellement listées en fin de texte : il faut les connaître avant la lecture), voire parfois cryptique, à coups de phrases-paragraphes blindées de guillemets et d’italiques, dans un vocabulaire (Gaxie-Bourdieu) trop érudit, à mon sens, pour la mission du texte. Sur ces points de forme, et j’en passe d’autres, la collection « Que sais-je ? » (PUF) fait moins bien le travail que « Repères » (La Découverte), collection dans laquelle le même auteur a aussi publié. []
  10. Voir aussi l’excellent quatre-pages du même auteur, « Cinq idées reçues sur l’immigration« , que je recommande aussi souvent que possible. []
  11. Et pour ceux qui ne le liront pas, ou pour ceux qui veulent compléter, l’auteur donne actuellement cours au Collège de France. []

Indicateurs de consommation culturelle, automne-hiver 2017

On s’approche du bilan de fin d’année.

La seconde partie du premier semestre a, depuis quelques années, le même effet sur moi : quand les emails à traiter de manière plus ou moins urgente dépasse la centaine, je tombe dans une torpeur étrange qui coïncide avec la chute de la luminosité et de la température extérieures, et me retrouve quelques temps plus tard à lutter, sur plusieurs mois, avec ma boîte email, mon répondeur téléphonique (mon téléphone, tout court), et même mon courrier administratif.

Dans ces moments-là, l’enjeu principal consiste à déployer les stratégies qui permettent de rester psychologiquement fonctionnel – d’où l’une de mes obsessions : m’efforcer de rester, au moins une vingtaine d’heures sur les 168 de chaque semaine, culturellement omnivore. Ce n’est pas une règle de productivité, à la façon de celle affichée sur l’un des blogs de David Hoggs, mais une règle de consommation.

Bouquins

J’ai un peu honte de le dire, mais Amazon.fr est le premier bénéficiaire de cette règle de consommation, au moyen d’une douzaine de listes de livres à acheter dans un futur pas trop lointain.

Les trois livres achetés cette année en hardcover, c’est-à-dire en version chère mais ça vient de sortir et je suis impatient1 :

  • Ivan Krastev, After Europe (lu en trois heures ; l’auteur a donné beaucoup de conférences accessibles sur Youtube : je ne retrouve plus celle que j’ai visionnée en entier, mais celle-ci s’en rapproche et contient la quasi-totalité de l’argument du livre) ;
  • Masha Gessen, The Future is History (pas encore ouvert, mais comme pour Krastev, l’auteur a fait une tournée, et Internet pullule d’interviews) ; et
  • James C. Scott, Against the Grain (en cours de lecture ; encore un excellent ouvrage de Scott, et le premier ouvrage que nous lisons collectivement au boulot, sous la forme d’un séminaire de lecture intermittent).

Lu cette année, et à recommander aux étudiants :

  • Selim Smaoui, Faites place. Novices en lutte, sur les « militants » de Nuit Debout (les guillemets s’expliquent à la lecture de l’ouvrage) ;
  • Bernard Bruneteau, Idées reçues sur le totalitarisme (lu pour préparer un sujet de khôlle, et découvert à cette occasion que l’auteur a enseigné chez nous à Lille ; à mettre entre toutes les mains : bien que toutes les réponses sur le sujet ne s’y trouvent pas, on y apprend énormément, à mi-chemin entre l’histoire des idées et l’étude des régimes totalitaires) ; et
  • Henry Laurens, L’Orient dans tous ses états. Orientales IV (un recueil de textes d’un des historiens les plus instructifs sur le Moyen-Orient et la « question palestinienne » en particulier ; le recueil est lié à sa chaire au Collège de France ; de même que les autres auteurs de cette courte liste, Laurens a donné plein de conférences très instructives : exemple).

Hors-catégorie :

Internet

Grâce à RSS2, Internet délivre quotidiennement tout ce qu’il faut pour ne commencer à corriger ses copies que tard la nuit.

Les deux dernières choses auxquelles je me souviens m’être abonné :

Musique

Je ne compte vraiment vous faire de chronique musicale sur ce blog, ce serait hors-sujet ; mais comme les concerts et la musique font partie de mon régime culturel…

Les trois concerts que j’ai préférés cette année :

  1. Ecstatic Vision, vus à Lille (les dignes successeurs de Cave dans la veine « renaissance psychédélique » : comparez la fin de « Requiem for John Sex » à la fin d’« Astral Plane » pour comprendre) ;
  2. Fen (black metal atmosphérique anglais) et The Great Old Ones (black metal lovecraftien français3), vus à Anvers ; et
  3. La Rumeur (hip hop français), vue à Gennevilliers dans les meilleures conditions possibles.

Les trois veines musicales que j’ai le plus creusées cette année :

  1. Comme chaque année, j’ai passé un temps anormalement long à alimenter ma nostalgie de la techno des années 1990, à coup d’enregistrements basse-qualité de sets de Laurent Hô. Seule la scène jungle me semble avoir préservé l’énergie (et la sonorité) de cette époque4.
  2. J’ai aussi passé un temps hallucinant à redécouvrir les premiers albums de Siouxsie and the Banshees, qui sont aussi importants pour moi que mes premières écoutes du Velvet Underground. Étrangement, je crois que ce sont ces groupes que je retrouve le plus dans Amenra ou Isis, au moins du point de vue de la démarche.
  3. Enfin, en ce moment, je creuse une veine étrange du (black) metal où l’on trouve des groupes assez récents comme Déluge, Maieutiste ou Ex Eye, et où l’on trouve des pointes de math rock survitaminé, façon premier album de Liturgy, mais aussi des inspirations free jazz qui rappellent John Zorn et le black jazz de Shining.

Ci-dessous, un album parmi d’autres dans la cinquantaine de listes Spotify à (ré)écouter ces vacances—et si la vidéo venait à disparaître, un lien vers le clip officiel du premier morceau. De la musique pour géomètres.

Vidéos

Vues sur Youtube : des tonnes de conférences dont j’ai essayé de donner un aperçu dans la série Annals of Youtube Science. Le dernier compte que j’ai consulté est celui de l’IWM Vienna.

Du coup, voici la playlist des trucs à voir ou revoir, directement tirée d’une clé USB qui me sert de disque dur temporaire5 :

J’ai l’impression d’avoir inclus, dans ce billet, des choses déjà recommandées, mais j’ai la flemme de vérifier chaque lien.

Enfin, pour terminer :

Je passe sur les documentaires de plus ou moins bonne qualité, notamment celui de Ken Burns et Lynn Novick sur la guerre du Vietnam, qui est important mais très critiquable.

Radio

Presse

C’est peut-être regrettable, terrible, dommageable, mais je crois que c’est l’élection d’Emmanuel Macron qui m’a amené à résilier mes abonnements au Monde et à Mediapart, plus encore que le manque de temps. Sarkozy et ses faire-valoir étaient un scandale ambulant, Hollande et Valls (et les autres) furent un échec aussi permanent qu’incompréhensible ; mais Macron et Philippe me sont, au mieux, et pour le moment au moins, totalement indifférents7.

La presse reste néanmoins essentielle pour suivre des événements comme le Brexit ; à ce sujet, un brouillon de billet que vous ne verrez pas sur ce blog s’intitulait « A dark omen about Brexit and (Northern) Ireland« , mais je ne l’ai jamais terminé : les derniers rebondissements du « dossier » sont tout simplement trop déprimants. Une catastrophe ferroviaire, comme diraient les Britanniques eux-mêmes s’ils étaient un tant soit peu lucides sur ce qu’ils s’apprêtent à infliger à la partie de leur population à qui aucun des effets du Brexit ne sera épargné.

Télévision

Non. Même pas Arte +7.

Théâtre

Walou.

Réseaux sociaux

Non plus. Comme prévu, j’ai dû arrêter de consulter Twitter au début des cours, et me sert principalement de Facebook pour suivre quelques actualités culturelles ou pour amuser la galerie, mais sans lire ce que ladite galerie y publie de son côté. Le « réseau social » – au sens : truc avec un flux, des « likes » et des « followers » – que j’ai le plus utilisé cette année doit être SoundCloud.

  1. En revanche, j’attends patiemment les éditions poche du cours de sociologie générale de Bourdieu au Collège de France. []
  2. Maudits soient ceux qui abandonnent les standards. Cambridge University Press, c’est à vous que je m’adresse. []
  3. Le groupe est doté d’un véritable génie de restitution de l’atmosphère lovecraftienne. L’autre groupe à avoir réussi cette prouesse est, de mon point de vue, Agitation Free, avec sa reprise du poème de « Dreamland », d’Edgar Allan Poe, sur leur morceau « Haunted Island ». []
  4. Ce qui ne signifie que rien d’intéressant ne se fasse aujourd’hui, loin de là : les sets récents de Dasha Rush et de Takaaki Itoh en sont les meilleurs exemples. []
  5. S’il vous faut un moyen rapide pour télécharger des vidéos (ou juste l’audio) depuis Youtube, voir ce site Internet, qui fonctionne un peu mieux que KeepVid, ou bien ces deux lignes de code. []
  6. Et oui, le choix des réalisateurs est au moins partiellement guidé par une curiosité pour les films ayant entraîné toutes sortes de scandales à leur sortie. C’est la veine que Tarantino creuse aujourd’hui, à la suite de Peckinpah, Visconti et tant d’autres. []
  7. Peut-être est-ce ce qu’a ressenti la majorité de ceux qui ont eu à vivre sous un gouvernement technocratique de centre-droit, en Italie aussi bien qu’en Suède ou en Allemagne, mais je crois que l’effet d’épuisement lié aux gouvernements précédents y est aussi pour beaucoup. Les recherches de Filip Kostelka m’intéressnt beaucoup pour ce qu’elles révèlent de cet effet. []

Women Also Know Stuff, édition personnelle 2017/06

La suite de ce billet. Éditions précédentes : 2017/01, 2017/02, 2017/03, 2017/04, 2017/05. Cette série de billets fera sa première pause annuelle le mois prochain et redémarrera fin août.

  1. Laura Poitras, réalisatrice de The Oath et Citizenfour, sort son documentaire sur Julian Assange et WikiLeaks, Risk, cet été.

    Cette interview avec Vox donne plein de détails, et surtout m’apprend l’existence de son projet Field of Vision, qui contient toutes sortes de petites pépites cinématographiques, telles que The Moderators, sur les petites mains qui nettoient les réseaux sociaux, Relatively Free, sur Barrett Brown, ou Our New President, sur la tragicomique réception de Trump en Russie :

  2. Grace Hopper (1906-1992), « reine du code », a conçu le premier compilateur. Le langage qu’elle a largement contribué à développer, COBOL, reste le langage informatique le plus important pour l’industrie bancaire – ce qui commence d’ailleurs à poser problème.

  3. Lisa Mandel et Julie Pagis, qui suivent les élections avec des classes d’école primaire et de collège :

    La série précédente de dessins, réalisée avec Yasmine Bouagga, portait sur la « jungle » de Calais et sur les migrants réfugiés aux alentours ; elle se trouve à la même adresse, est tout aussi recommandable, et est récemment parue en album.

    Seul regret : aucun moyen – à ma connaissance — de facilement naviguer les archives de chaque série pour les lire dans l’ordre de parution.

  4. Elisabeth Moss et les autres actrices de la série The Handmaid’s Tale, basée sur le superbe roman dystopique de Margaret Atwood :

    Le compte-rendu qu’en a fait Emily Nussbaum dans le New Yorker est très bon, de même que le portrait d’Elisabeth Moss par Sarah Hughes dans The Observer.

  5. Samantha C. Tyner et Heike Hofmann, avec qui nous publions « Network Visualization with ggplot2«  dans The R Journal cette année, après un an ou presque de corrections au code.

    Comme je compte l’expliquer dans une note en anglais sur mon blog R lorsque l’article sera paru, Samantha C. Tyner a fait l’immense majorité du boulot, et l’intégralité du boulot sur les deux derniers rounds de révision : tous les honneurs lui reviennent donc.

  6. Dasha Rush, à nouveau, pour ce mix (parmi d’autres) :

  7. Gina Pollack, pour son documentaire sur les restrictions d’accès à l’avortement en Louisiane, diffusé dans l’excellente série Op-Docs du New York Times :

  8. Joni Lovenduski est la première femme à se voir décerner l’ECPR Lifetime Achievement Award, créé en 2005.

  9. J’ai complètement raté, à sa sortie, Mémoire vive, le livre de Sarah Gensburger sur le quartier du Bataclan après les attentats de 2015.

    Voir aussi cette émission de France Culture sur l’histoire des mémoires, où interviennent également Denis Peschanski et Christian Delage.

  10. Juste après l’élection d’Emmanuel Macron à la présidence de la République française, Pippa Norris cherchait à ramener tout le monde aux réalités du vote pour les partis populistes en Europe :

    So is the wave of populist nationalism finished? Hardly.

Mention spéciale pour la chanteuse iranienne Sahar Mohammadi, pour ce magnifique concert diffusé par France Musique, dans l’émission « Ocora Couleurs du monde » de Françoise Degeorges :

Élections 2017 : bibliographie et données supplémentaires

À l’invitation d’une amie non francophone, j’ai récemment retranscrit le peu de choses que je connais au sujet des élections présidentielle et législatives de cette année, ce qui a donné trois billets en anglais : un premier billet sur le score possible de Marine Le Pen au premier tour, un autre billet sur la candidature d’Emmanuel Macron, et un dernier billet sur les données d’enquête et sondagières.

N’étant pas du tout spécialiste de la participation politique et/ou des élections, je n’ai rien écrit d’exceptionnellement original ou même fouillé dans ces billets. En revanche, si le sujet vous intéresse, je connais quelques noms de spécialistes à lire—ou à écouter, quand France Culture ou Mediapart leur donnent le temps nécessaire pour s’exprimer.

Rajout n°1 : sur les parrainages, lire aussi (surtout) l’excellent article de François Sermier, « Qui parraine les candidat·es à l’élection présidentielle française ?« , sur le tout aussi excellent site Internet Visionscarto, co-dirigé par Philippe Rekacewicz et Philippe Rivière. Rajout n°2 : et ne ratez pas non plus la suite de l’article, toute aussi excellente !

Sur ce même site, voir aussi les graphiques des résultats électoraux du Front national, qui permettent de comprendre en un instant pourquoi les élections intermédiaires de 2015 sont au coeur des estimations électorales récentes.

Quelques références à lire ou écouter

Quelques heures après sa publication, j’ai complété mon dernier billet par une note de bas-de-page à la toute fin du texte, afin d’y lister toutes les enquêtes dont on dispose en France pour étudier le comportement électoral. La liste se base sur l’annexe du dernier ouvrage deVincent Tiberj, Les citoyens qui viennent, que je viens tout juste de commencer, et qui est absolument magistral.1

On peut également écouter Vincent Tiberj sur France Culture, ou se tourner vers cet autre livre, sur le vote de Mitterrand à Hollande, qu’il a dirigé et publié il y a quelques années.

Les deux autres références que je conseillerais de lire dans la perspective des élections qui arrivent sont l’ouvrage de Céline Braconnier (ou alors ses articles récents) sur la participation électorale, et le livre collectif Les faux semblants du Front national.

Sur le Front national toujours, Mediapart – où l’on retrouve actuellement le politiste Fabien Escalona : salut Fabien ! – fait en ce moment un superbe travail de dissémination des résultats de la science politique au sujet du « vote Le Pen » et de la sociologie du FN : le dernier article en date donne la parole à trois des auteurs publiés dans Les faux semblants…, Nonna Mayer, Valérie Igounet, et mon discret co-blogueur Joël, dont j’ai recommandé l’ouvrage il y a peu.

Et si vous n’êtes pas abonné à Mediapart, rabattez-vous au moins sur leurs vidéos, qui ne coûtent rien et qui donnent vraiment à chacun des invités le temps de dérouler un discours construit et étayé.

Quelques données à consulter ou à travailler

Cette année, outre la liste des élus socialistes soutenant Emmanuel Macron (compilée par des militants de François Fillon, si j’en crois mes sources), on dispose aussi de la liste nominative des parrainages constitutionnellement requis pour être effectivement candidat à l’élection présidentielle :

Et vu que, grâce à l’activisme du mouvement open data en France, on dispose aussi depuis quelques années d’un portail de données où l’on trouve facilement – et dans des formats pas trop dégueulasses – les résultats des élections récentes, voici quelques graphiques sur les élus ayant parrainé un(e) candidat(e) ou l’autre :

Chacun des graphiques indique quel élu a parrainé quel candidat, en fonction du score moyen de François Hollande à l’élection présidentielle de 2012, au premier puis au second tour, dans le département de l’élu. Même si l’on pourrait se pencher sur des résultats plus précis2, les tendances observées ici sont déjà assez nettes :

  • Le parrainage est un acte extrêmement contraint en fonction du mandat : dans leur immense majorité, les parlementaires ne parrainent que les candidats issus de groupes eux-mêmes représentés dans les chambres parlementaires.
  • Malgré la dispersion, le candidat parrainé est, en moyenne (ou plutôt, en médiane), fonction des préférences agrégées des électeurs du bassin de population dont est issu l’élu(e).

Le cas d’Emmanuel Macron est intéressant (car oui, Macron est un cas) : à première vue, les élus le parrainant ressemblent, du point de vue de leur « terreau » électoral, plus à ceux de François Fillon (ou à ceux de… Jacques Cheminade) qu’à ceux de Benoît Hamon. Il faudrait néanmoins contrôler par tout plein de choses pour arriver à un résultat plus convaincant que ça.

Un autre vision du même résultat ci-dessous, mais à un niveau encore plus fortement agrégé, puisqu’on ne regarde que la moyenne. Attention, les moyennes incluent les élus d’outre-mer, ce qui a tendance à faire monter le vote Hollande 2012″ sur à peu près tous les candidats :

Je ne sais pas si l’on s’oriente vers une élection de rupture, avec réalignement partisan majeur de type « ouvert/fermé » – « Europe/frontières » – « GAL/TAN » – etc., mais en tout cas, le clivage gauche/droite a l’air encore vivace. La « politique des deux axes » est peut-être en train de se consolider.

Cliquez sur les graphiques pour les versions PDF. Pour le code et les données au format CSV, c’est par là. Et si vous avez le temps de faire passer une multinomiale à travers les données, je suis preneur des résultats : je voulais le faire, mais j’ai sagement préféré corriger des copies en retard à la place.

Dernière chose : aviez-vous remarqué que, parmi les candidats de l’élection présidentielle 2017, on ne trouve de diplômés des grandes écoles que chez les candidats « hors-système » (non soutenus par un groupe parlementaire) ?

Tableau ci-dessous, mis à jour le 23 mars :

La colonne « patrimoine » est évidemment très approximative, et non renseignée pour le candidat actuellement mis en examen au sujet de ses comptes personnels. Plus parlante, la dernière colonne donne une idée de qui sont les insiders du marché électoral.

L’ensemble du tableau n’est pas à prendre de manière trop littérale : ni le capital socio-culturel, ni le capital économique n’y sont mesurés de manière suffisamment précise, le capital social n’y figure pas, et il manque toutes les ressources des mouvements politiques, dont les comptes et le nombre d’élus, par exemple.

  1. Et pour parfaire les choses, le bouquin vient avec son blog, hébergé sur Hypothèses, et où l’on trouve toutes sortes de compléments utiles. []
  2. En utilisant des résultats plus désagrégés, comme me l’a suggéré Baptiste, ou en répétant l’exercice avec les données des élections intermédiaires — mais dans les deux cas, il faudrait procéder à des recodages plus complexes que ce que j’étais prêt à faire. []

Women Also Know Stuff, édition personnelle 2017/02

La suite de ce billet. Édition précédente : 2017/01. Les règles de cette série de billets se précisent : tous les liens pointent vers des textes ou des morceaux de musique composés par des femmes (ou co-composés par au moins une femme, dans le cas des compositions multi-auteurs). Chaque billet de la série est publié à la fin du mois et contient 10 items, plus une « mention spéciale » (spéciale en quoi ? je ne sais toujours pas). Les domaines couverts sont variés, mais vu ce que je lis et j’écoute, attendez-vous à de la science politique (évidemment), de l’analyse de données1, et de la musique bizarre.

  1. Emily Barry, « Applying Data Science to the Supreme Court: Topic Modeling Over Time with NMF (and a D3.js bonus) » :

    barry-scotus-topics

  2. Jenny Andersson et Egle Rindzeviciute, « The Political Life of Prediction. The Future as a Space of Scientific World Governance in the Cold War Era » :

    This working paper explores the role of the future as a space of scientific exchange and dialogue in the Cold War period. We argue that in East and West the governance of the future were understood as both intellectual and technical problem that, importantly, challenged existing notions of the nature of liberal democratic and communist political regimes. Casting the future as a governable sphere led to the development of new forms of scientific governance which sought explicitly to depoliticize the future and turn it into a new transnational domain of technocratic politics. The paper focuses on the parallels and exchanges among American and Soviet futurologists. East-West collaboration was essential to the invention of the future as a governable technoscientific space, situated beyond political dispute.

  3. Daphne Oram2, Andrea Parker3 et Daz Quayle, « Are You There? » (Live from the Roundhouse), tiré de Private Dreams And Public Nightmares (2011) :

  4. Valerie J. Bunce et Mark R. Beissinger, « Taking Democracy for Granted » (sur l’excellent blog collectif Duck of Minerva, qui devrait plaire à tous les lecteurs de Crooked Timber et de The Monkey Cage) :

    … The costs of nationalist tropes for democracy are many. They give candidates a license to avoid talking about policy. They silence the opposition, since it cannot possibly come out against the nation. They sow divisions among the public. But perhaps their greatest danger is that they give rise to the demand for strong leadership—leaders who will do anything to defend the nation from its enemies.

    To those who view American politics as exceptional, Trump is an anomaly that is difficult to explain. To us, his politics are disconcertingly familiar.

  5. Katharina A. Zweig, Network Analysis Literacy. A Practical Approach to the Analysis of Networks (Springer, 2016) — un bouquin qui clarifie l’analyse de réseaux par le biais des modélisations complexes parues ces dernières années. Fort utile.

  6. Elisabeth S. Clemens : What is Political Sociology? (Wiley, 2016). Ayant lu quelques-uns des articles de l’auteur, je m’attends à une excellente synthèse couvrant un énorme spectre spatio-temporel, à la Sewell.

    Note : j’ai reçu, depuis la rédaction de ce billet, ma copie de l’ouvrage, et je ne suis pas déçu. Comme prévu, c’est une vaste mais brève synthèse de la sous-discipline.

  7. DJ Mutamassik (et Spit), « Complicity (M28 Mix)« , remix déjanté d’une chanson d’Arto Lindsay, sur l’excellent album d’illbient Hyper Civilizado (1996) :

    L’album de Mutamassik Symbols Follow (2015), où celle-ci joue tous les instruments, vaut aussi le détour si vous aimez l’ambient expérimental façon Nobukazu Takemura, qui reste le maître absolu, inégalé et inégalable du genre.

  8. Amelia Tait : « The Movie That Doesn’t Exist and the Redditors Who Think It Does » – sur un phénomène qui peut paraître invraisemblable, mais qui est bien connu des chercheurs faisant des entretiens sur des faits distants : le cerveau humain fabrique de très intéressants souvenirs de faits n’ayant jamais existé.

  9. Lucie Beraud-Sudreau et Hugo Meijer, « Enjeux stratégiques et économiques des politiques d’exportation d’armement. Une comparaison franco-américaine » (Revue internationale de politique comparée, 2016) :

    […] Cet article propose un schéma explicatif [montrant] que le poids relatif des considérations stratégiques et économiques dans l’élaboration des politiques d’exportation d’armes dépend, sur le plan international, du positionnement de l’État dans la hiérarchie mondiale des producteurs d’armement et, sur le plan national, du degré de dépendance à l’exportation de son industrie de défense. Cette typologie est ensuite testée à travers une comparaison des politiques américaine et française d’exportation d’armement, à partir d’entretiens réalisés à Washington D.C. et à Paris et de câbles diplomatiques fuités par Wikileaks. […]

  10. Anoushka Shankar, « Red Sun« , de l’album Rise (2005) :

Mention spéciale : Fernanda Martins, l’une des rares femmes dans le sous-genre hard techno/schranz, qui est quasi-exclusivement dominé par des hommes (Kvitta, Liebing, Natus, Ranieri, Rush). Le mix ci-dessous a été réalisé avec Sheefit, a.k.a Gabriela Mariano, la moitié féminine du duo de hard techno Motormorfoses.

  1. Généralement avec R, parfois avec Python. []
  2. Une pionnière du genre (synthétiseurs et musique concrète). Mon billet de 2016 en cite d’autres. []
  3. Oui, c’est la même que dans l’édition 2017/01. []

Women Also Know Stuff, édition personnelle 2017/01

La suite de ce billet. Je présenterai une première version des « règles de publication » de cette série de billets lors de la prochaine édition, prévue pour fin février.

  1. Sara Kendzior : « An Unaired Interview on Trump, Authoritarianism and Kleptocracy » :

    Trump is openly building a kleptocracy backed by billionaires and white supremacists, and several Trump fans, including a few in Missouri, have written to me in alarm, saying this is not what they signed on for. A lot of folks just wanted good jobs to come back, and to stop feeling let down by the government and other officials. It’s pretty clear looking at Trump’s policies that this is not what is going to happen.

    Et ce n’est que le début.

  2. Mariel Roberts : le morceau « Formations » de son album Nonextraneous Sounds (2012) n’est malheureusement pas disponible en vidéo ; en voici néanmoins un bref extrait, et il est écoutable sur Spotify.

    Ci-dessous, un lot de consolation, tiré de l’invraisemblable album No One to Know One (2011) du percussionniste Andy Akiho :

  3. Jane Mayer, dont l’ouvrage Dark Money: The Hidden History of the Billionaires Behind the Rise of the Radical Right documente un aspect essentiel de la vie politique américaine actuelle.

    Voir aussi son article « Covert Operations » pour le New Yorker en 2010, et cet article pour les représailles qui ont accompagné sa parution.

  4. Julia Belluz : « We visited one of America’s sickest counties. We’re afraid it’s about to get worse« . Sur un endroit paumé en Louisiane.

  5. Mimi Onuoha, « On Missing Data Sets » :

    « Missing data sets » are my term for the blank spots that exist in spaces that are otherwise data-saturated. My interest in them stems from the observation that within many spaces where large amounts of data are collected, there are often empty spaces where no data live. Unsurprisingly, this lack of data typically correlates with issues affecting those who are most vulnerable in that context.

  6. Jennifer (Jenny) Bryan, « Data Rectangling » (via).

  7. Andrea Parker, « After Dark » (1995) :

  8. Lorena A. Barba, « Barba-Group Reproducibility Syllabus » (via). Sur le même sujet, voir aussi les publications de Victoria Stodden.

  9. Mary Beard, SPQR: A History of Ancient Rome (on peut en lire beaucoup de bien un peu partout, et les quelques passages que j’ai lus étaient tous excellents).

  10. Alice Coltrane et Pharoah Sanders, « Journey In Satchidananda » (1971) :

Mention spéciale : Cathy O’Neil, dont je n’ai toujours pas lu le bouquin, Weapons of Math Destruction, mais dont tout le monde dit grand bien—voir, par exemple, la recension d’Arthur Charpentier.

Women Also Know Stuff, édition personnelle 2016

how_it_works

En travaillant sur le programme définitif d’un panel de conférence (j’en reparlerai en temps voulu), j’ai réalisé que nous avions, avec mon co-équipier, éliminé toutes les communications incluant des femmes parmi les auteurs, sauf une. Tous les organisateurs et discutants de l’événement seront des hommes.

Autre contexte : en comité de rédaction, l’un des deux éditeurs d’une revue qui sort bientôt son n°1 (j’en reparlerai aussi) nous annonce que le pourcentage de femmes parmi les auteurs est hyper-bas. Je me souviens que nous avions déjà fait tout notre possible pour féminiser le comité de rédaction.

Autre contexte : une amie m’explique qu’elle postule à un financement dans une agence nationale. Elle m’explique qu’elle sait que ses chances de succès sont plus faibles : elle est jeune, et femme. Les chiffres sont là pour le prouver, et des biais similaires existent pour la publication en revue scientifique.

Ces inégalités sont difficiles à corriger. Si je scanne vite fait mes liens et lectures du jour, je dois en être à 80-90% d’hommes, aussi en sciences sociales qu’en trucs informatiques1. En science politique, sur certains sujets, et alors même qu’il y a de l’offre, on passe très facilement à 100% d’hommes2.

La liste ci-dessous ne changera rien, mais voici dix femmes dont j’ai découvert ou redécouvert les travaux/oeuvres cette année.

  1. Masha Gessen, pour « The Putin Paradigm » et « Autocracy: Rules for Survival » (sur Donald J. Trump)

  2. Dasha Rush, pour toute sa production musicale (le mix ci-dessous commence à proprement parler vers 2:30)

  3. Julia Silge (qui vient d’être embauchée par Stack Overflow), pour Tidy Text Mining with R (avec David Robinson)

  4. Jenny Bryan, pour Happy Git and GitHub for the useR

  5. Isis Lovecruft, du Tor Project, pour cette conférence sur les systèmes anonymes

  6. Jocelyn Pook, pour l’album Untold Things et la chanson « Yellow Fever Psalm » en particulier (ci-dessous ; à écouter aussi à l’envers)

    Je ne m’attarde pas sur le sujet, mais tous les amateurs de musique ambient savent qu’il y a plein de femmes parmi les pionniers du genre, à l’époque du bidouillage de synthétiseurs analogiques pesant super lourd ; allez donc écouter Else Marie Pade en 1962 ou Laurie Spiegel en 19793.

  7. Joan C. Williams, pour « What So Many People Don’t Get About the U.S. Working Class » – où l’on trouve un paragraphe qui mériterait à lui seul six heures de cours sur la stratification socio-éducative :

    One little-known element of that gap is that the white working class (WWC) resents professionals but admires the rich. Class migrants (white-collar professionals born to blue-collar families) report that “professional people were generally suspect” and that managers are college kids “who don’t know shit about how to do anything but are full of ideas about how I have to do my job,” said Alfred Lubrano in Limbo. Barbara Ehrenreich recalled in 1990 that her blue-collar dad “could not say the word doctor without the virtual prefix quack. Lawyers were shysters…and professors were without exception phonies.” Annette Lareau found tremendous resentment against teachers, who were perceived as condescending and unhelpful.

  8. Béatrice Cherrier, pour son blog The Undercover Historian [of Economics]

  9. Casey, pour l’ensemble de ses albums (extrait du dernier ci-dessous), et pour ses concerts à Gennevilliers et à Paris cette année

  10. Sonia Kronlund, pour Les Pieds sur terre (France Culture)

Mention spéciale à Katherine Ognyanova, pour « Network visualization with R » (tutoriel découvert au moment de sa première publication l’an dernier, mais mis à jour depuis).

  1. Le biais sexiste en informatique est moins fort que prévu, si j’en crois mes dernières lectures (langage R). []
  2. Les biais varient d’un pays et d’un sujet à l’autre. Comparer, par exemple, la France et les États-Unis, ou bien la couverture médiatique et scientifique de l’État islamique avec celles de la Russie. []
  3. Le biais masculin varie aussi selon les styles musicaux. Jetez un coup d’oeil, par exemple, à la jungle/drum and bass. []

C’est bientôt Noël. Mon conseil : offrez(-vous) les bouquins de Gabriel Martinez-Gros

Vous voulez offrir un bouquin pas trop bête à Noël ? repenser à Weber via ibn Khaldoun, que vous connaissez mal mais dont vous savez qu’il était crucial dans la pensée, par exemple, d’Ernst Gellner ?

J’ai acheté, un peu plus tôt ce semestre, les deux derniers livres de Gabriel Martinez-Gros, Brève histoire des empires (qui existe en poche) et Fascination du djihad. Je les recommande vivement, bien qu’ayant à peine entamé le premier.

En bonus, quelques-unes des interventions récentes de Gabriel Martinez-Gros ci-dessous.

… Et noyeux Joël !

À (ré)écouter : « FN : une force politique mouvante »

Joël est allé parler de son bouquin à la radio, et chose incroyable au 21e siècle, il a pu parler sans être interrompu toutes les 30 secondes !

joel-grande-table

C’est évidemment sur France Culture que ça se passait, dans l’émission « La Grande Table » ; à réécouter ci-dessous :

Au fil de son intervention, Joël pose plusieurs questions à la fois scientifiques et électorales :

  1. La question scientifique à 10 000 francs : pourquoi le vote FN persiste-t-il sur les mêmes territoires, alors que la structure de son électorat a changé ?
  2. Le clivage interne au Front national : comment faire pour gagner l’élection présidentielle ? Gagner seul en mode « ni-droite-ni-gauche » – ou jouer la carte du « rassemblement des droites » ?
  3. La grande difficulté de 2017 sera justement de trancher entre ces deux stratégies, en fonction du score à la présidentielle, et surtout des scores et sièges aux élections législatives.

Pour le détail, voir les 30 minutes d’antenne.

Ce jeudi à Lille 3, venez écouter tout le bien que j’ai pensé du livre de Fabrice Cahen

Les détails sont sur le blog du projet AGLOS (Approches GLObales des Statistiques) :

aglos_lille_01-12-2016

Le bouquin de Fabrice Cahen est une vraie merveille, sur le fond comme sur la forme (les éditions de l’Ined font du très bon boulot).

Dans la discussion, je tenterai d’utiliser l’ouvrage pour en tirer des conclusions plus générales sur la construction des problèmes sociaux (et plus précisément sur les croisades symboliques) et sur la biopolitique, qui est une vieille obsession personnelle. Ces deux dimensions d’analyse m’ont été suggérées par la préface de Paul-André Rosental, et je pense que le livre donne amplement matière à réflexion sur l’une comme sur l’autre.

Merci Émilien pour l’invitation.

Venez nombreux, mais sans vuvuzelas.