Sciences sociales de la quantification : Séminaire #SSQ, Saison 1

Vous l’aurez peut-être déjà lu sur Twitter, ou sur le blog du projet AGLOS (Approches GLObales des Statistiques) ACQua (« Approches Critiques de la QUAntification »)Émilien Ruiz, Fabrice Cahen et moi-même organisons, ce semestre, un séminaire sur les sciences sociales de la quantification :

Tout ce qu’il faut savoir sur le séminaire se trouve, soigneusement argumenté et documenté, dans le billet d’Émilien sur le blog du projet ACQUa. La première séance – programmatique, titrée « Repenser le gouvernement par les nombres ? » – a lieu mardi prochain à la MESHS, près de la gare, de 17h à 19h.

Ce n’est pas la première fois que je parle de quantification sur ce blog : le sujet me tient à coeur depuis plusieurs années, et je vais profiter du séminaire pour reprendre un papier que j’espère publier, un jour, avec plusieurs années de retard1.

Ce séminaire a son propre petit historique : j’ai rencontré Émilien en 2009 lorsque Joël et moi étions intervenus dans l’atelier « Outils informatiques pour l’historien » qu’il co-organisait avec Franziska Heimburger. Nous sommes restés en contact, en particulier après son recrutement à Lille 3, et fin 2016, j’étais discutant sur une présentation de l’ouvrage du troisième organisateur du séminaire, Fabrice Cahen.

Ce séminaire a aussi plusieurs filiations intellectuelles : l’école française de sociologie (critique) de la quantification, qui est bien représentée à Lille (ainsi qu’à Lyon et Paris), mais aussi le Séminaire de Quantitativisme Réflexif, où nous sommes tous – Émilien, Fabrice et moi — passés individuellement.

Voilà, vous savez tout et même plus. Venez au séminaire ! Et faites circuler l’information sur Twitter, le réseau social qui semble s’être substitué aux services de communication scientifique de la plupart des universités.

Dernière chose – comme l’indique la mention « Saison 1 » dans le titre de ce billet, l’un des nos objectifs est de faire du séminaire un projet de moyen terme, avec une « Saison 2 » l’an prochain à la même période : vos suggestions sont les bienvenues, dès maintenant !

  1. Le papier est, incidemment, un des premiers pour lesquels j’avais fait le nécessaire pour rendre la partie quantitative réplicable. J’en parlais déjà en 2013 dans ce billet sur tout autre chose. []

Women Also Know Stuff, édition personnelle 2017/08

La suite de ce billet. Éditions précédentes : 2017/01, 2017/02, 2017/03, 2017/04, 2017/05, 2017/06. Billet publié début septembre, avec un peu de retard—pardon !

  1. Je ne l’ai encore jamais lue au format roman, mais j’aime bien Virginie Despentes. Ci-dessous, un entretien de septembre 2016 enregistré à Nancy, la ville de son enfance, à l’occasion de la sortie de Vernon Subutex, t. 3 :

    J’aime bien aussi cet entretien dans le Journal du dimanche, repéré grâce à un tweet de Jean-Raphaël (merci !).

  2. J’ai bien aimé aussi, il y a quelques mois, écouter Najat Vallaud-Belkacem mettre une « journaliste » télévisée face à son absence totale de professionnalisme. Voir cet article du Monde pour le contexte.

  3. Jennifer (Jenny) Bryan enseigne, avec Shaun Jackman, le génialissime cours « Data Wrangling, Exploration, and Analysis with R », où l’on trouve notamment ces slides, qui expliquent tout ce qu’il faut savoir pour écrire un makefile :

  4. J’adore la personnalité et le jeu d’actrice de Charlotte Rampling, et cette interview du Guardian m’a conforté dans cette opinion.

  5. Un spectre hante les comptes Twitter de sciences sociales : le spectre de James M. Buchanan, accusé, dans un ouvrage récent de Nancy MacLean, d’être à l’origine d’une cabale libertarienne de subversion du régime démocratique américain. Le débat sur l’ouvrage n’est pas tranché, mais si je ne devais recommander qu’une seule réaction au texte, ce serait celle d’Elizabeth Popp Berman, qui écrit :

    …I wish MacLean had written a different book. I find Democracy in Chains, as it is actually written, hard to defend. But it touches on two themes that deserve books of their own—books written with equal power as the one MacLean has produced, but that are written as history rather than polemic.

  6. Ybrid, a.k.a. Sylvie Egret, pour sa techno lente, sombre et industrielle, repérée dans un set de Manu Le Malin (dans plusieurs, en fait). Attention, vous risquez de trouver ça inintéressant si vous n’êtes pas un(e) fan inconditionnel(le) d’Einstürzende Neubauten et de « Metall auf Metall » de Kraftwerk :

  7. Jackie White, « The Rise to Success in the Office: Female Style » :

    If you stay enough years and the company grows, attrition will probably force them to make you an officer of the company. This will be an “Assistant” something. (There isn’t anything else they can do with you.)

  8. Alias Grace, un autre roman de Margaret Atwood, mentionnée il y a deux mois pour The Handmaid’s Tale, est en cours d’adaptation pour la télévision canadienne.

    J’en profite pour vous remettre une photo de la très, très talentueuse actrice principale, Elizabeth Moss (déjà citée, donc), qui explique très bien la série dans les colonnes du Guardian :

    Moss s’en sort également bien dans les deux saisons assez étranges de la série Top of the Lake, dont je n’arrive pas à décider si je l’ai trouvé bien écrite ou pas. L’absurdité des personnages est définitivement très australienne (note : je ne connais rien de l’Australie, sinon Mad Max et Bad Boy Bubby).

  9. Bridget Kendall, pour cette conférence sur la place de la Russie dans le monde :

  10. À de très rares et notables exceptions près (je pense, en France, à Dounia Bouzar), on ne trouve pas de femmes dans le champ de l’expertise sur le terrorisme—champ fascinant à observer d’un point de vue sociologique, au-delà de la saine exaspération qu’il suscite.

    Pour quelques éléments d’explication, voir les travaux de Lisa Stampnitzky sur la construction de ce champ. Lisa Stampnitzky travaille désormais sur la torture (aux États-Unis post-11 septembre), toujours dans une perspective de déconstruction des récits d’autorité, et cela promet d’être tout aussi intéressant à lire.

Mention spéciale : Siouxsie Sioux, ma chanteuse favorite. Ci-dessous, un titre du premier album de Siouxsie and the Banshees.