Trucs et astuces informatiques, version 2

À l’occasion de ma prochaine sortie de mon tunnel pédagogique semestriel, j’ai remis à jour les documents de « trucs et astuces informatiques » dont j’avais parlés en novembre dernier, et que je rédige en lien avec un module de « méthodes de travail numérique » dont l’intitulé, le contenu et le plan sont aussi en cours de révision.

La « version 2 » des documents, pour lesquels j’ai également rédigé un sommaire sur mon site Internet, se présente désormais en trois séries :

Et il me reste deux documents à rajouter à la dernière section :

  • 10 Tips for Handling Research Material
  • 10 Steps to Learn Statistical Computing

Les documents sont en anglais et sont rédigés dans un style un peu télégraphique, afin de rester succincts (le plus long fait cinq pages et demi). Celui sur la sécurité informatique s’appuie beaucoup sur les documents de Tech Solidarity, eux aussi succincts, et visant des audiences comparables.

À noter que si vous voulez en apprendre beaucoup, beaucoup plus sur la sécurité informatique, l’une des meilleures ressources que je connaisse est en langue française : le Guide d’autodéfense numérique (réactualisé en 2017) est un véritable bijou.

Quant au module pédagogique lui-même, qui va beaucoup changer par rapport à la toute première version de 2016, j’espère pouvoir recommencer à alimenter ce blog d’ici-peu, et en reparlerai certainement à ce moment.

L’un des changements les plus conséquents est qu’à force de lire Hacker News, notamment pour suivre les réactions à l’application du GDPR/RGPD et à l’acquisition de GitHub par Microsoft1, j’ai pu améliorer certains choix logiciels.

Ces choix restent contestables. Pour cela, vous avez un champ de commentaires ci-dessous, qui devrait désormais, me dit l’interface WordPress utilisée par Hypothèses, vous afficher une notice RGPD – bienvenue dans l’Union européenne !

  1. Acquisition prédite plusieurs semaines à l’avance par Christophe Lalanne à une terrasse de café proche de Saint-Michel. []

Annals of Youtube Science 2(1): Sondages et taux de non-réponse

Il est temps de reprendre la série de billets Annals of Youtube Science, dont le « volume 1 », publié entre janvier et septembre de l’an dernier, compte 16 épisodes. Cette année, je vais faire plus « light« , mais continuer quand même : c’est un bon moyen pour moi de faire le tour des canaux Youtube sur lesquels on trouve régulièrement des conférences intéressantes. J’en profite pour indiquer que je viens de rétro-publier l’épisode 1(12), qui était resté coincé dans le purgatoire des billets au format « brouillon ».

Roger Tourangeau, de l’entreprise américaine Westat, a donné fin 2017 une conférence passionnante au Santa Fe Institute (canal Youtube) sur les paradoxes d’un phénomène bien connu dès que l’on s’intéresse aux enquêtes de population — les taux de non-réponse ont explosé, mais pas les erreurs moyennes sur les quantités dont on connaît la valeur réelle, comme les résultats électoraux :

La slide qui résume le paradoxe :

Le problème est le suivant : sur les 25 dernières années, les taux de réponse aux enquêtes en population générale ont chuté de manière dramatique, vers des taux à un chiffre. On pourrait se dire que c’est le bon moment pour en revenir – car c’était la norme, en gros, avant la Seconde guerre mondiale – à des méthodes non probabilistes, de type « échantillonnage par quotas » — mais ce serait ignorer le paradoxe soulevé par Merkle et Edelman : le taux de réponse ne détermine pas l’erreur moyenne de mesure.

Tourangeau donne tout ce qu’il faut pour comprendre les fondements empiriques et théoriques du paradoxe—paradoxe peu connu (ou peu enseigné, en tout cas) dans les pays européens, où les instituts de sondage ne font, de toute manière, que très peu d’échantillonnage réellement aléatoire : Tourangeau cite, à titre d’exemple, la kyrielle d’enquêtes britanniques s’étant complètement trompées sur l’élection générale de 2015.

Indicateurs de consommation culturelle, automne-hiver 2017

On s’approche du bilan de fin d’année.

La seconde partie du premier semestre a, depuis quelques années, le même effet sur moi : quand les emails à traiter de manière plus ou moins urgente dépasse la centaine, je tombe dans une torpeur étrange qui coïncide avec la chute de la luminosité et de la température extérieures, et me retrouve quelques temps plus tard à lutter, sur plusieurs mois, avec ma boîte email, mon répondeur téléphonique (mon téléphone, tout court), et même mon courrier administratif.

Dans ces moments-là, l’enjeu principal consiste à déployer les stratégies qui permettent de rester psychologiquement fonctionnel – d’où l’une de mes obsessions : m’efforcer de rester, au moins une vingtaine d’heures sur les 168 de chaque semaine, culturellement omnivore. Ce n’est pas une règle de productivité, à la façon de celle affichée sur l’un des blogs de David Hoggs, mais une règle de consommation.

Bouquins

J’ai un peu honte de le dire, mais Amazon.fr est le premier bénéficiaire de cette règle de consommation, au moyen d’une douzaine de listes de livres à acheter dans un futur pas trop lointain.

Les trois livres achetés cette année en hardcover, c’est-à-dire en version chère mais ça vient de sortir et je suis impatient1 :

  • Ivan Krastev, After Europe (lu en trois heures ; l’auteur a donné beaucoup de conférences accessibles sur Youtube : je ne retrouve plus celle que j’ai visionnée en entier, mais celle-ci s’en rapproche et contient la quasi-totalité de l’argument du livre) ;
  • Masha Gessen, The Future is History (pas encore ouvert, mais comme pour Krastev, l’auteur a fait une tournée, et Internet pullule d’interviews) ; et
  • James C. Scott, Against the Grain (en cours de lecture ; encore un excellent ouvrage de Scott, et le premier ouvrage que nous lisons collectivement au boulot, sous la forme d’un séminaire de lecture intermittent).

Lu cette année, et à recommander aux étudiants :

  • Selim Smaoui, Faites place. Novices en lutte, sur les « militants » de Nuit Debout (les guillemets s’expliquent à la lecture de l’ouvrage) ;
  • Bernard Bruneteau, Idées reçues sur le totalitarisme (lu pour préparer un sujet de khôlle, et découvert à cette occasion que l’auteur a enseigné chez nous à Lille ; à mettre entre toutes les mains : bien que toutes les réponses sur le sujet ne s’y trouvent pas, on y apprend énormément, à mi-chemin entre l’histoire des idées et l’étude des régimes totalitaires) ; et
  • Henry Laurens, L’Orient dans tous ses états. Orientales IV (un recueil de textes d’un des historiens les plus instructifs sur le Moyen-Orient et la « question palestinienne » en particulier ; le recueil est lié à sa chaire au Collège de France ; de même que les autres auteurs de cette courte liste, Laurens a donné plein de conférences très instructives : exemple).

Hors-catégorie :

Internet

Grâce à RSS2, Internet délivre quotidiennement tout ce qu’il faut pour ne commencer à corriger ses copies que tard la nuit.

Les deux dernières choses auxquelles je me souviens m’être abonné :

Musique

Je ne compte vraiment vous faire de chronique musicale sur ce blog, ce serait hors-sujet ; mais comme les concerts et la musique font partie de mon régime culturel…

Les trois concerts que j’ai préférés cette année :

  1. Ecstatic Vision, vus à Lille (les dignes successeurs de Cave dans la veine « renaissance psychédélique » : comparez la fin de « Requiem for John Sex » à la fin d’« Astral Plane » pour comprendre) ;
  2. Fen (black metal atmosphérique anglais) et The Great Old Ones (black metal lovecraftien français3), vus à Anvers ; et
  3. La Rumeur (hip hop français), vue à Gennevilliers dans les meilleures conditions possibles.

Les trois veines musicales que j’ai le plus creusées cette année :

  1. Comme chaque année, j’ai passé un temps anormalement long à alimenter ma nostalgie de la techno des années 1990, à coup d’enregistrements basse-qualité de sets de Laurent Hô. Seule la scène jungle me semble avoir préservé l’énergie (et la sonorité) de cette époque4.
  2. J’ai aussi passé un temps hallucinant à redécouvrir les premiers albums de Siouxsie and the Banshees, qui sont aussi importants pour moi que mes premières écoutes du Velvet Underground. Étrangement, je crois que ce sont ces groupes que je retrouve le plus dans Amenra ou Isis, au moins du point de vue de la démarche.
  3. Enfin, en ce moment, je creuse une veine étrange du (black) metal où l’on trouve des groupes assez récents comme Déluge, Maieutiste ou Ex Eye, et où l’on trouve des pointes de math rock survitaminé, façon premier album de Liturgy, mais aussi des inspirations free jazz qui rappellent John Zorn et le black jazz de Shining.

Ci-dessous, un album parmi d’autres dans la cinquantaine de listes Spotify à (ré)écouter ces vacances—et si la vidéo venait à disparaître, un lien vers le clip officiel du premier morceau. De la musique pour géomètres.

Vidéos

Vues sur Youtube : des tonnes de conférences dont j’ai essayé de donner un aperçu dans la série Annals of Youtube Science. Le dernier compte que j’ai consulté est celui de l’IWM Vienna.

Du coup, voici la playlist des trucs à voir ou revoir, directement tirée d’une clé USB qui me sert de disque dur temporaire5 :

J’ai l’impression d’avoir inclus, dans ce billet, des choses déjà recommandées, mais j’ai la flemme de vérifier chaque lien.

Enfin, pour terminer :

Je passe sur les documentaires de plus ou moins bonne qualité, notamment celui de Ken Burns et Lynn Novick sur la guerre du Vietnam, qui est important mais très critiquable.

Radio

Presse

C’est peut-être regrettable, terrible, dommageable, mais je crois que c’est l’élection d’Emmanuel Macron qui m’a amené à résilier mes abonnements au Monde et à Mediapart, plus encore que le manque de temps. Sarkozy et ses faire-valoir étaient un scandale ambulant, Hollande et Valls (et les autres) furent un échec aussi permanent qu’incompréhensible ; mais Macron et Philippe me sont, au mieux, et pour le moment au moins, totalement indifférents7.

La presse reste néanmoins essentielle pour suivre des événements comme le Brexit ; à ce sujet, un brouillon de billet que vous ne verrez pas sur ce blog s’intitulait « A dark omen about Brexit and (Northern) Ireland« , mais je ne l’ai jamais terminé : les derniers rebondissements du « dossier » sont tout simplement trop déprimants. Une catastrophe ferroviaire, comme diraient les Britanniques eux-mêmes s’ils étaient un tant soit peu lucides sur ce qu’ils s’apprêtent à infliger à la partie de leur population à qui aucun des effets du Brexit ne sera épargné.

Télévision

Non. Même pas Arte +7.

Théâtre

Walou.

Réseaux sociaux

Non plus. Comme prévu, j’ai dû arrêter de consulter Twitter au début des cours, et me sert principalement de Facebook pour suivre quelques actualités culturelles ou pour amuser la galerie, mais sans lire ce que ladite galerie y publie de son côté. Le « réseau social » – au sens : truc avec un flux, des « likes » et des « followers » – que j’ai le plus utilisé cette année doit être SoundCloud.

  1. En revanche, j’attends patiemment les éditions poche du cours de sociologie générale de Bourdieu au Collège de France. []
  2. Maudits soient ceux qui abandonnent les standards. Cambridge University Press, c’est à vous que je m’adresse. []
  3. Le groupe est doté d’un véritable génie de restitution de l’atmosphère lovecraftienne. L’autre groupe à avoir réussi cette prouesse est, de mon point de vue, Agitation Free, avec sa reprise du poème de « Dreamland », d’Edgar Allan Poe, sur leur morceau « Haunted Island ». []
  4. Ce qui ne signifie que rien d’intéressant ne se fasse aujourd’hui, loin de là : les sets récents de Dasha Rush et de Takaaki Itoh en sont les meilleurs exemples. []
  5. S’il vous faut un moyen rapide pour télécharger des vidéos (ou juste l’audio) depuis Youtube, voir ce site Internet, qui fonctionne un peu mieux que KeepVid, ou bien ces deux lignes de code. []
  6. Et oui, le choix des réalisateurs est au moins partiellement guidé par une curiosité pour les films ayant entraîné toutes sortes de scandales à leur sortie. C’est la veine que Tarantino creuse aujourd’hui, à la suite de Peckinpah, Visconti et tant d’autres. []
  7. Peut-être est-ce ce qu’a ressenti la majorité de ceux qui ont eu à vivre sous un gouvernement technocratique de centre-droit, en Italie aussi bien qu’en Suède ou en Allemagne, mais je crois que l’effet d’épuisement lié aux gouvernements précédents y est aussi pour beaucoup. Les recherches de Filip Kostelka m’intéressnt beaucoup pour ce qu’elles révèlent de cet effet. []

Trucs et astuces informatiques, version 1

Mise à jour : la version 2 des documents ci-dessous est en ligne !

J’ai mis en ligne, il y a quelques jours, un repo GitHub contenant trois documents :

J’ai rédigé les deux premiers documents dans le cadre d’un module pédagogique à destination d’étudiants de Licence 2. Le module en question, sobrement intitulé « Atelier Culture Numérique », aborde de très nombreuses questions, de l’utilisation des feuilles de style à la « cyber-sécurité » : j’en avais déjà parlé il y a un peu plus d’un an.

Cette année, comme l’an dernier, ce sont les aspects les plus pratiques du module – quels logiciels utiliser, comment se débarrasser d’un malware, etc. – qui semblent avoir été les plus utiles aux étudiants. Les aspects plus techniques, comme par exemple le fonctionnement de Tor ou d’un tunnel VPN, n’ont rencontré aucun succès (« mais Monsieur, Tor, c’est illégal, non ? ») : je crois même avoir réussi à vider une moitié d’amphi lors de la session sur les protocoles de communication.

J’ai prévu de rédiger un document supplémentaire sur les navigateurs Internet que je connais (Chrome, Firefox, et puis peu, Brave ; je laisserai de côté Opera et Safari), afin de pouvoir rentrer dans les détails sur certains aspects de protection de la vie privée.

Vos commentaires, sur le fond et/ou sur la forme, sont naturellement les bienvenus.

Annals of Youtube Science 1(15): Data Analysis

Dans la suite des conférences sur la science des données et sur leur visualisation, voici une conférence de Roger D. Peng, « The Past and Future of Data Analysis », diffusée par Johns Hopkins Bloomberg School of Public Health dans sa série « Deans Lectures » :

Roger D. Peng est l’un des auteurs du génialissime blog Simply Statistics. C’est aussi l’auteur (ou le co-auteur) d’un nombre impressionnant de très bons bouquins sur l’analyse de données, bouquins qui présentent le double avantage d’accompagner des cours de la plateforme Coursera, et d’être gratuits : payez ce que vous voulez.

La conférence est souvent drôle, et intéressante de bout en bout.

Annals of Youtube Science 1(14): Survey Methods 101

Le Pew Research Center (chaîne Youtube), qui fournit d’excellentes données socio-démographiques sur la population américaine, a lancé une série de vidéos sur les méthodes d’enquête, dont voici le premier épisode sur l’échantillonnage aléatoire :

Cette vidéo tranche avec les erreurs et les approximations que l’on trouve malheureusement dans plusieurs autres descriptions « grand public » des méthodes d’enquête, ce à quoi il faudrait faire quelque chose, mais le temps manque.

Les autres vidéos de la série « Methods 101 » du Pew Research Center sont identifiables via leur blog Fact Tank, également présent sur Twitter.

Et pour un autre exemple de très bonne vidéo explicative sur les difficultés des enquêtes en population générale, voir « How Pew Research Center Conducted Its 2017 Survey of Muslim Americans », au sujet de cette enquête.

Annals of Youtube Science 1(13): Prévoir le terrorisme

J’ai pris le temps, ce mois-ci, d’accomplir un de mes rituels estivaux : aller voir sur quoi Aaron Clauset travaille en ce moment. J’ai redécouvert, à cette occasion, sa conférence sur « le futur du terrorisme », où il parle en réalité surtout de ses recherches sur le sujet, et en particulier de son papier « On the Frequency of Severe Terrorist Events ».

La vidéo est en assez basse qualité (la conférence date de 2010), et elle est hébergée par le Santa Fe Institute (chaîne Youtube) :

Il faut attendre la toute dernière partie de la conférence, lorsque sont rapidement abordés le terrorisme nucléaire et le cyber-terrorisme, pour réellement avoir affaire à une vision de « l’avenir du terrorisme », à compléter par les risques liés au terrorisme biochimique, qui n’est cité que dans les questions-réponses de la conférence.

Néanmoins, l’intérêt de la présentation ne réside pas, de mon point de vue, dans ces parties finales : ce que je trouve plus utile ici, c’est d’observer, avec 7 ans de recul, un chercheur qui ne disposait que d’un catalogue raisonné des attaques terroristes passées, et qui, à partir de ce catalogue (remplacé par un autre catalogue depuis), pouvait déjà esquisser une partie de la situation actuelle d’un strict de point de vue quantitatif.

Tout l’intérêt de la prédiction vient justement ici du fait qu’elle est largement indépendante du détail des événements étudiés : Aaron Clauset le dit clairement à la 55e minute de son intervention, et le répète par la suite en réponse à l’une des premières questions qui lui sont posées. Le raisonnement ne porte pas sur les origines (acteurs et motifs) des attaques étudiées, mais sur leur volume (le nombre) et sur la dynamique (le timing).

Avec très peu de variables à l’entrée, dont l’une des plus cruciales est que la plupart des attaques sont uniques (i.e. perpétrées par un seul groupe qui ne sera pas en mesure d’en conduire d’autres), le modèle utilisé par Clauset aboutit à une vision de moyen-long terme qui bat complètement en brèche la gestion quasiment au jour le jour des attaques terroristes, gestion dont on a pu observer, au cours des dernières années, la totale inutilité.

Sur le même sujet, je vous renvoie aux Annals of Youtube Science 1(1), sur les profils des jihadistes, 1(3), sur le Moyen-Orient, et 1(10), sur Daech.

Analyse de données en SHS : matériau Quantilille 2017 et autres bonnes adresses

Un bref billet pour rediriger nos lecteurs estivaux vers le blog d’ElementR, où Laurent Beauguitte a mis les slides qu’il a présentées, avec d’autres, à l’école d’été Quantilille il y a quelques semaines :

Les slides sont livrées avec plein de code R, ce qui vous permet de revivre la formation chez vous, avec un verre de jus de fruits à la main. Que demande le peuple ?

Quelques remarques

  • La séance sur l’analyse multivariée se concentre en réalité (et à moins que j’ai parcouru le code trop vite) sur la seule analyse géométrique, récemment très bien décrite par Julien Duval dans un long article sur le nouveau portail Politika, mais dont on ne dira jamais assez qu’elle est encore plus justiciable des accusations de « boîte noire » que l’analyse par régression (linéaire ou pas).

    Cette remarque n’est pas une critique du choix de l’auteur de ce module, qui utilise, de surcroît, l’excellent package FactoMineR. Ma remarque s’adresse plutôt aux petits rigolos qui s’amusent, dans certaines conférences de sciences sociales, à parler de « boîte noire » au sujet des analyses par régression, alors même qu’à peu près personne, parmi les utilisateurs de l’analyse géométrique, n’est capable d’expliquer, par exemple, comment s’extrait un eigenvector. À l’inverse, le principe d’une dérivée partielle est très vite compris et très fréquemment maîtrisé parmi les « boîte-noiristes » de la régression.

  • La séance sur la cartographie utilise le sublime package cartography de Timothée Giraud, déjà mentionné il y a peu. Excellente nouvelle par ailleurs : le package cartography se fondera, à partir de sa version 2.0, sur le package sf.

  • La séance sur l’analyse textuelle utilise plein d’outils, dont le plugin R Commander « R.TeMiS », qui dispose d’un blog sur Hypothèses.

    Je suis personnellement très peu enthousiaste à l’idée d’utiliser R via R Commander, dans la mesure où cela me semble éloigner l’utilisateur de l’objectif de reproductibilité des résultats, et de compréhension de la tambouille computationnelle qui les sous-tend. En même temps (expression à la mode), je n’y connais fichtre rien en analyse textuelle.

  • La séance sur les réseaux utilise notamment le package igraph, évoqué sur ce blog à plusieurs reprises. J’aurais également recommandé le package tnet, pour les situations, plus fréquentes que l’on ne le pense généralement, où il faut manipuler des réseaux pondérés.

Ce billet me fait réaliser que je n’ai pas contribué à « Introduction à l’analyse d’enquêtes avec R et RStudio » depuis bien longtemps, et que mon propre matériau de formation à R (en anglais, mais également pour des débutants en sciences sociales), qui date de 2013, a très sérieusement besoin d’une mise à jour… Voyons ce que j’arrive à faire cet été.

Enfin, pour terminer, je tiens à citer la désormais légendaire Introduction à R [et RStudio] de Julien Barnier, que les utilisateurs francophones de R seront nombreux à avoir lu. Julien Barnier enseignait dans le module Quantilille recensé dans ce billet.

Bonne lecture !

Stata était de passage à Paris

Je n’ai pas pu y assister, mais le premier French Stata Users Group Meeting s’est tenu hier à Sciences Po, à Paris.

Ce blog ne parle plus beaucoup de Stata, même si je continue, comme d’autres, à l’enseigner, et avec plaisir, car c’est un langage simple (au moins en surface ; sous le capot, en particulier lorsque l’on rentre dans Mata, c’est en réalité plus compliqué). L’installation est triviale, chaque ligne de code est une commande avec un résultat – généralement – visible à l’écran, et les étudiants arrivent à apprendre une cinquantaine de commandes assez rapidement, ce qui permet de couvrir beaucoup de sujets en un temps record. Cette facilité a un coût, et le langage est évidemment limité de plein de manières, la principale étant que Stata ne peut facilement manipuler qu’un seul objet.

Les présentations de Stata Paris 2017 montrent que le langage Stata est en pleine forme, avec de nombreux nouveaux packages publiés sur SSC, le serveur centralisé qui remplit la même fonction que CRAN et Bioconductor pour le langage R. À titre d’exemple, j’aperçois, dans les présentations, un package pour gérer le format SDMX –  équivalent R : package rsdmx ; voir aussi cette collection de connecteurs SDMX –, ainsi que de nouveaux estimateurs, qui renvoient à la base d’utilisateurs de Stata, composée principalement (à mon sens) d’économistes et d’économètres, puis d’épidémiologistes, de politistes et de sociologues, mais dans une moindre mesure.

Au passage : Stata 15 est pour bientôt sorti

Je remarque aussi, à l’occasion de ce billet, que StataCorp va bientôt sortir a sorti la version 15 de son langage/logiciel, dans laquelle on trouve vraiment plein de chouettes nouveautés, dont un nouveau préfixe bayes: qui fait exactement ce que vous pensez, et la possibilité de générer des documents HTML ou PDF avec Markdown + Stata.

Add. Merci à Alexis et Tristan pour la correction sur Stata 15, je laggue… !

Women Also Know Stuff, édition personnelle 2017/06

La suite de ce billet. Éditions précédentes : 2017/01, 2017/02, 2017/03, 2017/04, 2017/05. Cette série de billets fera sa première pause annuelle le mois prochain et redémarrera fin août.

  1. Laura Poitras, réalisatrice de The Oath et Citizenfour, sort son documentaire sur Julian Assange et WikiLeaks, Risk, cet été.

    Cette interview avec Vox donne plein de détails, et surtout m’apprend l’existence de son projet Field of Vision, qui contient toutes sortes de petites pépites cinématographiques, telles que The Moderators, sur les petites mains qui nettoient les réseaux sociaux, Relatively Free, sur Barrett Brown, ou Our New President, sur la tragicomique réception de Trump en Russie :

  2. Grace Hopper (1906-1992), « reine du code », a conçu le premier compilateur. Le langage qu’elle a largement contribué à développer, COBOL, reste le langage informatique le plus important pour l’industrie bancaire – ce qui commence d’ailleurs à poser problème.

  3. Lisa Mandel et Julie Pagis, qui suivent les élections avec des classes d’école primaire et de collège :

    La série précédente de dessins, réalisée avec Yasmine Bouagga, portait sur la « jungle » de Calais et sur les migrants réfugiés aux alentours ; elle se trouve à la même adresse, est tout aussi recommandable, et est récemment parue en album.

    Seul regret : aucun moyen – à ma connaissance — de facilement naviguer les archives de chaque série pour les lire dans l’ordre de parution.

  4. Elisabeth Moss et les autres actrices de la série The Handmaid’s Tale, basée sur le superbe roman dystopique de Margaret Atwood :

    Le compte-rendu qu’en a fait Emily Nussbaum dans le New Yorker est très bon, de même que le portrait d’Elisabeth Moss par Sarah Hughes dans The Observer.

  5. Samantha C. Tyner et Heike Hofmann, avec qui nous publions « Network Visualization with ggplot2«  dans The R Journal cette année, après un an ou presque de corrections au code.

    Comme je compte l’expliquer dans une note en anglais sur mon blog R lorsque l’article sera paru, Samantha C. Tyner a fait l’immense majorité du boulot, et l’intégralité du boulot sur les deux derniers rounds de révision : tous les honneurs lui reviennent donc.

  6. Dasha Rush, à nouveau, pour ce mix (parmi d’autres) :

  7. Gina Pollack, pour son documentaire sur les restrictions d’accès à l’avortement en Louisiane, diffusé dans l’excellente série Op-Docs du New York Times :

  8. Joni Lovenduski est la première femme à se voir décerner l’ECPR Lifetime Achievement Award, créé en 2005.

  9. J’ai complètement raté, à sa sortie, Mémoire vive, le livre de Sarah Gensburger sur le quartier du Bataclan après les attentats de 2015.

    Voir aussi cette émission de France Culture sur l’histoire des mémoires, où interviennent également Denis Peschanski et Christian Delage.

  10. Juste après l’élection d’Emmanuel Macron à la présidence de la République française, Pippa Norris cherchait à ramener tout le monde aux réalités du vote pour les partis populistes en Europe :

    So is the wave of populist nationalism finished? Hardly.

Mention spéciale pour la chanteuse iranienne Sahar Mohammadi, pour ce magnifique concert diffusé par France Musique, dans l’émission « Ocora Couleurs du monde » de Françoise Degeorges :