Tous les canulars scientifiques ne sont pas bons à prendre

Encore un billet sur l’édition scientifique, et presque pas, au final, sur ce que Pluckrose, Lindsay et Boghossian pensent avoir fait (la démonstration pratique d’un problème épistémologique) dans ce canular dont vous aurez peut-être entendu parler.

Ce billet, qui dit presque la même chose que ce texte, mieux rédigé, de David Engber (trad. fr.), contient un nombre inhabituellement élevé de liens vers des tweets, Twitter étant devenu le champ de bataille favori des universitaires (j’y reviendrai en fin de billet).

Le canular scientifique – c’est-à-dire l’article sans queue ni tête envoyé à une revue et accepté pour publication par cette même revue – est, à mon sens, une forme de démonstration par l’absurde au moins aussi valide que la démonstration par l’absurde en logique ou en mathématiques.

Ce qui ne signifie pas que tous les canulars scientifiques se valent : tous ne font pas « gloup gloup » de la même manière, et en conséquence, tous n’atteignent pas aussi bien leur cible. Dans le cas du canular de Pluckrose, Lindsay et Boghossian, je pense, pour faire court et simple, que l’on a affaire à un sous-produit, un canular discount, en quelque sorte, sans goût et sans réelle portée.

Le canular en quelques lignes

Il y a plusieurs types de canulars. Ceux du type « Get Me Off Your Fucking Mailing-List » ont pour cible les éditeurs scientifiques dits « prédateurs », qui ne sont éditeurs scientifiques qu’en surface : derrière, il n’y a rien, sinon la volonté de récupérer un peu d’argent (souvent public). Dans ce cas de figure, le but n’est pas de montrer que le peer review de ces revues fonctionne mal, mais plutôt qu’il n’y a aucun peer review.

D’autres canulars, dont ceux de la revue Zilsel1, vont plus loin : ils visent des revues qui se disent scientifiques, et qui ont tous les attributs des revues scientifiques, mais qui publient quand même n’importe quoi. Le carnet de la revue documente plusieurs exemples, en sciences sociales et en philosophie—si c’est bien en philosophie qu’il faut classer les soi-disantes « Badiou Studies« .

Le dernier canular scientifique en date appartient à cette seconde catégorie : ses auteurs, un universitaire et deux essayistes, ont visé 20 (!) de revues « cultural studies, or identity studies, or critical theory » (!!), c’est-à-dire des domaines de recherche mal balisés situés au croisement entre les humanités et les sciences sociales, et ont réussi à faire publier des idées aussi atroces que stupides2.

À travers ce canular, baptisé « Sokal Squared » par les médias, les auteurs pensent avoir blessé à mort ce champ mal défini qu’ils choisissent d’appeler les « Grievance Studies«  : en effet, les revues visées auraient en commun l’objectif d’explorer les différentes manière de redonner une voix aux populations marginalisées, au premier rang desquels les femmes.

Je pense que le mode opératoire des auteurs souffre d’un sérieux problème de méthode (d’où les points d’exclamation un peu plus haut), mais surtout, que leur conclusion est un non sequitur complet.

Un gros problème de méthode

Commençons par le commencement : il y a de sérieux problèmes de méthode dans ce canular, qui n’est que la version revue et corrigée d’un canular scientifique raté, commis par deux des auteurs l’an dernier3.

La spécificité de ce canular est d’avoir visé un nombre très important de revues, ce qui aurait apparemment demandé un an de travail à ses auteurs, et certainement au moins autant en temps cumulé aux reviewers des articles — enfin, si ce travail a été fait, ce qui ne semble pas être mis en cause ici4.

On serait donc sur une cible scientifique inattaquable sur la forme, mais pas sur le fond. Revenons à la définition du fond, car les auteurs donnent dans leur texte une liste plus complète des domaines de recherche visés (c’est moi qui souligne) :

grievance studies, including (feminist) gender studies, masculinities studies, queer studies, sexuality studies, psychoanalysis, critical race theory, critical whiteness theory, fat studies, sociology, and educational philosophy.

À ce stade, il faut remarquer que les auteurs ne savent pas vraiment à qui ils s’en prennent. D’une part, les domaines visés sont hétérogènes et (très) mal définis ; d’autre part, comme l’ont fait remarquer plusieurs personnes sur Twitter, aucune des sept revues de sociologie visées n’a été « infectée » par le canular5.

On pourrait s’attendre à ce que les auteurs en tirent des leçons, mais ce n’est pas ce que fournit leur article-rapport, qui cite très sélectivement leurs données sans aucun recul sur ce que les échecs de leur protocole de recherche (pseudo-articles rejetés) permettrait de dire en rapport à ses succès (pseudo-articles acceptés). Au lieu de ça, les auteurs se contentent de pavoiser sur le fait d’avoir réussi à faire publier des inanités.

En statistiques, on appelle ça « échantillonner sur la variable dépendante » : c’est une erreur de base, qui montre que les auteurs n’ont multiplié les articles-canulars que pour maximiser leur nombre total de succès alors que leur objectif initial aurait dû pouvoir être atteint à partir d’une expérience cruciale.

Partant de là, toute une partie de l’argumentation de Pluckrose, Lindsay et Boghossian s’effondre, puisqu’au lieu de démontrer la faible scientificité des domaines de recherche visés (faiblesse épistémologique), la méthode employée démontre plutôt, en réalité, le degré élevé de charité académique des reviewers ayant eu à expertiser les pseudo-articles (faiblesse « épistémique », en quelque sorte).

C’est sur ce dernier aspect du travail scientifique que les auteurs ont vraiment travaillé, mais apparemment sans s’en rendre compte (ou sans l’admettre), et en tirant, du coup, des conclusions absurdes de leur expérience.

Un non sequitur magistral

Continuons par l’examen des conclusions des auteurs (c’est à nouveau moi qui souligne) :

Based on our data, there is a problem occurring with knowledge production within fields that have been corrupted by grievance studies arising from critical constructivism and radical skepticism.

Les cibles évoquées ici ne sont plus celles du protocole de recherche initial : ce sont des cibles supplémentaires, pas du tout réductibles aux revues « infectées » par le canular, et rajoutées post facto, après obtention des résultats.

Il est presque triste, pour les auteurs, de se planter si clairement dans la démonstration. Certes, leur méga-canular a plu à beaucoup de monde, et devrait continuer de faire rigoler dans les chaumières scientifiques, mais Dan Drezner et moi sommes loins d’être les seuls à avoir remarqué le double problème de méthode et de raisonnement souligné ici : au contraire, à peu près tout le monde semble arriver aux mêmes conclusions.

Et les auteurs en sont à leur deuxième essai !6 C’est franchement un peu triste.

Par ailleurs, je pense qu’au moins un des auteurs sait ce qu’il fait : de mon point de vue, Paul Peter Boghossian semble avoir appris de son attaque frontale contre le relativisme que ses arguments étaient assez simples à faire tomber, et renomme, du coup, ses ennemis favoris quand il bénéficie d’une nouvelle fenêtre d’opportunité pour s’en prendre à eux.

(Mise à jour, 16 octobre : sauf qu’en fait, non, le paragraphe ci-dessus étant basé sur une confusion entre Peter Boghossian, de Portland State, et Paul Boghossian, de la NYU. Du coup, pas de lien indirect effectif entre l’attaque contre le constructivisme sociologique et le relativisme épistémologique, même si dans l’absolu, c’était un pont possible de l’argumentation.)

Du coup, je trouve que ce tweet de Kieran Healy pose la bonne question au sujet de ce canular, question qui se pose dès que l’on se trouve face à une méthode de démonstration qui laisse autant de trous béants dans le raisonnement :

The question is, what do you hate? And why is that?

La réponse, dans le cas présent, tient à mon sens dans cette détestation un peu infantile (pour ne pas dire idiote) du constructivisme sociologique, que les auteurs appellent plus haut « constructivisme critique » pour noyer le poisson, mais personne n’est vraiment dupe : les auteurs, bis repetita, ne savent pas à qui ils s’en prennent7.

C’était déjà le cas, je pense, lorsque Boghossian, et bien d’autres, s’en prenaient au relativisme des science studies, sur la base d’accusations qui faisaient converger toutes les formes de relativisme vers une seule forme indistincte de nihilisme épistémique (voire culturel).

(Mise à jour, 16 octobre : même correction que plus haut.)

En tirer quelque chose ?

Je me suis demandé, pour terminer, si l’on pouvait sauver ce canular, en réécrivant une (grosse) partie du raisonnement ou en modifiant la présentation des résultats, et je n’en suis pas vraiment certain.

On pourrait, dans un sens, se convaincre que Pluckrose, Lindsay et Boghossian ont travaillé à démontrer que le peer reviewing – dont ils déclarent très clairement que ce n’est pas leur cible – est, dans sa forme actuelle, broken beyond repair, et que certains des exemples les plus flagrants se manifestent dans les domaines de recherche visés par les auteurs8.

Néanmoins, cela n’est pas du tout démontré ici, et les données requises pour tester cette hypothèse (à commencer par un groupe-contrôle) n’ont pas été collectées. On peut même supposer que, vu la pusillanimité des auteurs, ils auraient formulé cet argument au moindre signe allant dans le sens de cette conclusion, mais rien de cela ne transparaît dans leur texte.

A contrario, on pourrait choisir de provisoirement mettre de côté le mode opératoire des auteurs, et affirmer que les conclusions des auteurs – il y a quelque chose  de pourri au royaume des « cultural whatever-that-means studies » – méritent d’être formulées, car elles contiennent une part de vérité suffisante pour que l’on s’interroge à leur sujet.

Ce mode de raisonnement serait intéressant à observer, chez les auteurs du canular en particulier, si ceux-ci ou d’autres venaient à essayer de « sauver » leur enquête des critiques formulées à son égard. Charitablement, ce serait une belle démonstration de l’hypothèse Duhem-Quine. Moins charitablement, ce serait un pur sophisme, du type, précisément, de celui que les auteurs voulaient mettre à terre.

Enfin, je ne m’attends pas à ce que le canular dont je parle ci-dessous crée une vague massive de publications scientifiques, façon Sokal Hoax / Science Wars : démonstration trop pauvre, conflit déjà mené à son terme (et perdu, à mon sens, par les anti-relativistes), sans que personne n’en sorte réellement grandi.

Ce qui reste correct, avant et après

Reste qu’il se publie tout et n’importe quoi dans tous les domaines de recherche (mal) visés par les auteurs, qui, s’ils voulaient monter un peu en honnêteté intellectuelle, reconnaitraient qu’il en va de même dans d’autres domaines de recherche.

N’importe quel scientifique lisant Physica A pourra vous le confirmer : cela m’arrive, et j’ai au moins un exemple récent sous la main dans cette revue, sans parler des exemples innombrables en psychologie – surtout évolutionniste ou sociale – que fournit le blog d’Andrew Gelman. Chacun trouvera ses exemples dans son pré carré éditorial ou dans celui d’à côté.

Reste aussi que la publication scientifique est un marché très mal construit et encore moins bien régulé, que l’indexation des carrières sur ce marché dans un contexte hyper-compétitif aboutit à des absurdités, et que la politisation des thèses scientifiques aboutit à des naufrages intellectuels.

Mais d’ici à ce que l’on produise une évaluation différentielle de la quantité de bullshit d’un domaine de recherche à l’autre, la question de Kieran Healy citée plus haut reste la bonne, et les auteurs du canular ont finalement raison de s’inquiéter pour leurs carrières—inquiétude, comble de l’ironie, performative dans ce contexte.

  1. Full disclosure : je suis au comité de rédaction de Zilsel, bien que ma contribution actuelle à la revue soit proche de zéro. J’espère inverser la vapeur ce mois-ci. []
  2. L’une de ces « propositions » suggère quelque chose qui se rapproche des tortures pratiquées dans les prisons militaires américaines telles qu’Abu Ghraib. []
  3. La raison de cet échec était liée à l’absence de prise en compte par les auteurs de la distinction entre les canulars « anti-prédation » et les canulars « anti-bullshit » opérée en début de billet. []
  4. Au contraire, les auteurs document ce qui ressemble à un réel travail d’édition scientifique, jusqu’aux proposition de devenir eux-mêmes reviewers. []
  5. On peut essayer de comprendre pourquoi, mais cela dépasse visiblement la compétence – et l’intention – des auteurs du canular : ceux-ci se content de dire qu’ils ont ajusté leurs cibles… sans pour autant retirer la sociologie des domaines de recherche qu’ils estiment avoir été « infectés ». []
  6. Troisième, car les auteurs sont parvenus à leurs fins au terme de trois changements de protocole de recherche, peu ou mal documentés, et non intégrés dans l’appréciation du succès final de l’enquête : protocole 1 du canular précédent (échec sur lequel ils ne reviennent pas), protocole 2 de début d’étude (dont l’échec est brièvement évoqué dans la vidéo des auteurs), puis enfin protocole 3 avec leur échantillon actuel de cibles. []
  7. David Engber avance, pour sa part, que la cible réelle du canular est le genre et les gender studies. C’est également vrai, mais la cible latente – le constructivisme sociologique – me semble plus importante à relever que la cible manifeste, bien que cette dernière explique une partie de l’animosité du propos des auteurs. []
  8. Thèse falsifiable, que je crois fausse, mais que je serais tout à fait prêt à accepter sur la base d’une démonstration correcte. []

1, 2, 3 data

L’exposition 1, 2, 3 data qui s’est terminée avant-hier à la Fondation EDF valait vraiment le détour1 : j’ai à peine eu le temps de prévenir les étudiants de mes cours de statistiques introductives, qui sont, en réalité, des cours de plein de choses basées sur la programmation statistique, dont la visualisation de données.

Le site Web de l’exposition en donne un très bon aperçu, et le catalogue de l’exposition, que j’ai feuilleté rapidement mais pour lequel je ne trouve pas de lien ou de point de vente hors-exposition, semblait bien reprendre les œuvres et projets exposés.

Un projet que j’ai lu en entier sur place est celui de Maral Pourkazemi sur l’accès, l’usage et le contrôle d’Internet en Iran, très réussi :

D’autres œuvres / projets misaient plus sur la 3D et l’effet « wow » des animations, façon demoscene (les vrais nerds savent de quoi il s’agit), et d’autres, fin, misaient plus sur le fait qu’ils traitent de sujets d’actualité comme les migrations forcées, Facebook, les inégalités de revenus, ou encore le vocabulaire (or absence thereof) du clown triste et affligeant qui sert de président aux États-Unis d’Amérique2.

Bref, jetez un coup d’oeil au site Web, ça vaut la peine, pour une fois qu’EDF fournit quelque chose qui n’est pas mal- ou sur-tarifé…

  1. Et en bonus, la découverte du square Récamier, enclave aussi verte que bourgeoise : on se croirait vraiment dans un chapitre des Pinçon-Charlot. Les 9.50 euros de café + Perrier à la terrasse du café de la rue valaient le coup, pour le calme et le beau temps quand je me suis pointé. En super-bonus, le serveur, me voyant lire The Great Leveler, a dû penser que je lisais un roman d’épouvante, et m’a recommandé la dernière saison – en fait, l’avant-dernière – d’American Horror Story. []
  2. Vous aurez peut-être remarqué que je ne parle plus de Donald J. Trump : j’ai terminé mon auto-psychothérapie à son sujet, et mon dossier de documents sur son élection dort tranquillement sur mon disque dur, en attendant l’occasion – qui ne se présentera jamais, p > 0.9 – d’écrire un bref papier là-dessus, à la façon de ce que j’avais écrit sur Barack Obama. []

Sur papier relié, printemps-été (surtout été) 2018

La suite, en quelque sorte, de ce billet, en me concentrant sur les bouquins. Si vous aimez lire en prenant le soleil, je conseille la Slovénie et les cafés marocains.

Faute d’être parvenu, cette année comme les précédentes, à honorer tout ce que j’avais promis d’écrire (pardon aux collègues), de faire1 ou de ne plus faire (mais j’ai récupéré une boîte de Nicopatch), j’ai quand même retrouvé, cet été et sur la fin du semestre précédent, un semblant d’hygiène de lecture.

Bref, au cours des mois d’été, j’ai lu presque tous les livres que je n’avais pris le temps que d’acheter pendant l’année universaire :

  • Audoin-Rouzeau, Combattre. Une anthropologie historique de la guerre moderne (XIXe-XXIe siècle) (2008). Une suite d’interrogations sur la violence de guerre, où l’on retrouve des questions, des réponses et des références également présentes, par exemple, chez le toujours-excellent Pierre Bayard (Aurais-je été résistant ou bourreau ?, 2013), mais aussi chez Sémelin ou Hatzfeld sur le Rwanda2. Les chapitres qui m’ont le plus intéressé : le premier, qui construit l’objet d’une anthropologie historique de la violence (voir aussi Elias, plus loin), et la section du quatrième chapitre sur la photographie de guerre, où l’on retrouve certaines des intuitions de Sontag, ou même de ce que François Maspero écrivait sur Gerda Taro.

  • Cherbi, Algérie (2e éd., 2017), dans une collection que je compte réinvestir (Maroc, Afghanistan, Iran…). Un tour de force : l’ouvrage parvient à résumer le pays sous toutes ses coutures, sans être trop déprimant dans sa section sur l’histoire politique récente3

  • Elias, Humana Conditio (2016), un très beau texte de conférence, avec une belle introduction, dans un ouvrage bien fabriqué et pas trop cher. Le texte saisit très bien la méthode eliassienne, qui est une sociogenèse (voir par exemple sa proto-théorie des empires, section 4, p. 56-sq., qui contredit parfois des auteurs comme Khaldûn) mais aussi et parfois surtout une psychogenèse spéculative (ou si l’on est plus généreux, rétrospective) : Elias utilise des notions comme le « destin social des Allemands » (p. 86) et se réfère à de nombreuses notions idéelles, psychologiques ou symboliques qu’on trouvera moins souvent dans la sociologie historique contemporaine. La humana conditio du titre est évidemment « le va-et-vient des guerres » (p. 113). Compte-rendu plus complet.

  • Hirschman, Les passions et les intérêts (1977), l’un des rares ouvrages que j’ai pris le temps de lire plusieurs fois, parce qu’il est court et extrêmement bien écrit (et traduit : exceptionnellement, j’ai préféré lire la traduction). N’importe quel étudiant en sciences sociales connaît déjà la plupart des protagonistes du livre, mais je ne crois pas que l’on enseigne Millar ou la controverse Montesquieu/Steuart versus Smith. Hirschman, est à mes yeux, l’un des rares analystes « sur textes » qui parvient à ne jamais tomber dans le « Great Booksism »4. Voir aussi l’Introduction à Albert O. Hirschman de Ferraton et Frobert (2017), qui offre un très bon tour d’horizon en peu de pages.

  • Hoare et Sperber, Introduction à Antonio Gramsci (2013), sur le même format que le Ferraton et Frobert mentionné juste au-dessus. Un excellent ouvrage introductif, que j’ai lu et fiché sur quatre pages en une journée, à titre d’exercice, pour montrer à mes étudiants comment on fiche un ouvrage de type manuel.

  • Hugrée, Pénissat et Spire, Les classes sociales en Europe (2018), la meilleure synthèse – comparative, à jour, hyper-bien sourcée – sur le sujet. Les seuls défauts que j’y trouve : les qualités comparatives (par exemple, la conclusion géo-sociologique en haut de la p. 46, ou bien la comparaison des préoccupations socio-économiques des cadres, p. 180-181) sont inégalement réparties au fil du texte, l’immigration est traitée en plusieurs endroits mais néanmoins trop succinctement à mon sens, et le matériau d’analyse n’est fourni que par le biais d’une annexe qui liste les sources5, mais sans donner les recettes méthodologiques précises .

  • Kasparov, How Life Imitates Chess (2010). Acheté à sa sortie dans un aéroport, puis oublié, à mon grand regret, dans l’avion ; racheté d’occasion en édition hardback issue du fond d’une bibliothèque américaine. Très divertissant pour les « life tips / self-help » à l’américaine, mais surtout pour le récit de sa carrière aux échecs6). Le dernier chapitre sur son engagement politique, plein d’espoirs hélas largement décus aujourd’hui, est aussi intéressant.

  • Lyotard, La condition postmoderne (1979), parce que je ne l’avais jamais lu et qu’il trônait sur la table de nuit d’une amie en édition originale (a-t-il jamais été réédité ?). Bien moins pire que ce à quoi je m’attendais. Je doute que tous les auteurs se revendiquant du post-modernisme soient aussi lucides sur les tendances technologiques de leur époque — Lyotard aborde à plusieurs reprises le rapport Minc-Nora sur l’informatisation, et termine son texte sur… un plaidoyer pour l’ouverture des bases de données : plutôt bien vu.

  • Macherey, Marx 1845 (2008), un commentaire des « thèses sur Feuerbach ». Trouvé en librairie, ou alors dans une liste de livres de Macherey, qui a énormément écrit sur des thèmes qui m’intéressent souvent – et qui a un blog sur Hypothèses. Je n’avais jamais essayé Marx7 : c’est fait, et à moins de 10 euros, l’expérience était peu onéreuse8.

  • Martinez-Gros, Brève histoire des empires (2014), son application de la théorie d’Ibn Khaldûn à plus de cas d’étude (Grèce et Rome, Moyen-Orient, Inde et Chine, mais aussi Compagnie britannique des Indes) que Khaldûn lui-même ne l’avait considéré. L’ouvrage donne évidemment très envie de lire Khaldûn (j’ai acheté la Muqqadima mais ne l’ai pas encore ouverte). Certains passages sur l’utilisation des « barbares » rappellent ce que dit à leur sujet le dernier chapitre du dernier livre de James C. Scott, Against the Grain (2017).

  • Mesure et Savidan, Dictionnaire des sciences humaines (2006). Acheté à sa sortie, jamais ouvert pendant douze ans, bien que déménagé plusieurs fois, dans plusieurs villes sur deux pays, pendant ce temps-là. À force d’acharnement, j’en ai lu les trois quarts au mois d’août : quelques entrées remarquables (celles de Jean-Cassien Billier ou Bernard Guerrien, par exemple), d’autres beaucoup moins, et une moyenne satisfaisante.

  • Offerlé, Les partis politiques (9e éd., 2018). Un ouvrage qui m’a plu, mais que je ne conseillerais pas aux étudiants : au niveau de la forme, le texte présente trop de problèmes9.

  • Pinçon et Pinçon-Charlot, Paris. Quinze balades sociologiques (2009), un bon complément à leur Sociologie de Paris (2014), avec lequel il partage toutes les qualités : clair, concis, divertissant. Je n’ai lu que quelques chapitres (Chinatown, la Goute d’Or, le métro, les portes de Paris et la relation Paris-banlieues).

Immigration

  • Blanchard, Histoire de l’immigration algérienne en France (2018). À mettre entre toutes les mains, en commençant par celles de vos ami(e)s ayant eux-mêmes émigré d’Algérie, souvent pendant la « Décennie noire ». Les chapitres qui m’ont le plus intéressé sont ceux situés en début d’ouvrage, sur l’immigration pré-1914 et sur l’entre-deux-guerres. Un bon complément à l’ouvrage qui suit.

  • Héran, Avec l’immigration (2017), un dézingage en règle de la période Sarkozy, et beaucoup plus que ça : un témoignage sur comment fonctionnent les statistiques de l’immigration, sur la taille des flux en France10, sur la manière dont les législations nationales, européennes et internationales s’articulent, etc. À mettre entre toutes les mains, bis11 : c’est l’un des rares ouvrages que je souhaiterais voir dans un programme de SES du secondaire, par exemple, avec celui d’Askenazy sur les politiques de l’emploi.

J’ai aussi lu quelques ouvrages sur la « crise des migrants » dans l’Union européenne, ou sur des sujets liés à celui-ci, mais je garde ça en réserve pour plus tard.

Épistémologie

  • Michel, La fabrique des sciences sociales, d’Auguste Comte à Michel Foucault. Une histoire personnelle de la philosophie (2018). Utile pour les séances de cours sur l’École française de sociologie et/ou sur les approches herméneutiques en sciences sociales. Quelques grands noms de la philosophie des sciences sont absents du texte (Hempel, Feyerabend), mais ce n’est pas dommageable, ni tout à fait le sujet.

  • Laupies et al., Philosophie (2007). Classé ici pour le chapitre d’Anne Fagot-Largeault, mais celui de Pascal Engel sur la logique vaut aussi le détour, de même que le premier chapitre d’introduction aux grands auteurs, qui complète très bien le Kolakowski dont je parlais l’an dernier.

  • Gerring et Christenson, Applied Social Science Methodology. Un résumé efficace, aussi bien sur les développements méthodologiques de Gerring, qui concernent les études de cas et la causalité, que sur les statistiques appliquées aux sciences sociales (seconde partie du texte), en une centaine de pages qui peuvent faire office de manuel de statistiques introductives.

  • Hulak et Girard Philosophie des sciences humaines (tome 2, 2018), qui complète efficacement le premier tome. Chapitres favoris, par ordre décroissant : critique, population, quantitatif.

  • Chapoulie, Enquête sur la connaissance du monde social (2017). Lu en trois jours (en prenant les chapitres dans le désordre) grâce à une recommandation d’Émilien. J’ai de quoi en faire un compte-rendu complet en annotations et en pages cornées, mais en une phrase, lisez-le : c’est très bien fait, très éclectique (histoire, ethnométhodologie, enquêtes statistiques…) et très bien écrit, avec quelques passages facétieux lorsque l’auteur évoque les règles du jeu du sous-champ des sciences sociales.

  • Gracián Rodríguez, Von Neumann. La théorie des jeux et les mathématiques de la négociation (2018, dans une collection très mal référencée, vendue par Le Monde). Un texte parfait pour survoler le personnage : axiomatisation mathématiques, implication dans l’émergence de la science algorithmique et computationnelle, et apports à la théorie des jeux.

  • Boyer, Introduction à la lecture de Karl Popper (rééd. 2017), un ouvrage que les Presses de l’ENS rééditent en impression à la demande, et bien que le fond soit instructif voire lumineux par moments, la mise en page est ultra-moche (du Calibri sans aucun effort, avec même parfois des accents dans certains termes d’équations, p. 76).

Et en cours de lecture dans le domaine, et parce que (mais vous l’aurez deviné) j’enseigne quelques travaux dirigés d’épistémologie, des extraits du livre de Denis Vernant sur Bertrand Russell, que le site Web de Flammarion attribue faussement à « Marie Vernant ».

Bonne rentrée !

  1. Ayant vaguement tenté de décaler mes heures de sommeil, je peux dire que c’est au moins aussi difficile que d’arrêter de fumer (ou de manger du sucre) quand on est en haut de l’échelle d’addiction. Si vous avez une horloge circadienne en bon état, je suis preneur : la mienne est calée sur 0.45-8.15 et accumule environ 1h de dette par jour. C’est dans la moyenne nationale, mais quand même. []
  2. À lire, d’Audoin-Rouzeau, sur son « éveil », si l’on peut dire, au génocide du Rwanda : Une initiation. Rwanda (1994-2016) (2017), qui est moins glaçant que Hatzfeld, et à mon sens moins intéressant, mais qui se laisse lire en deux jours. []
  3. Comparer, par exemple, à Belkaïd, Un regard calme sur l’Algérie (2005), dont on sent, malgré le titre (et parce que l’auteur en parle dès le premier chapitre), qu’il a été écrit la rage au ventre — rage par ailleurs tout à fait justifiable : l’Algérie est un gâchis politique de premier ordre, explicable seulement en partie par le Dutch disease. []
  4. Pour un exemple de ce travers, voir cette brillante critique du dernier ouvrage de Fukuyama, d’où je tire l’expression. []
  5. Les auteurs précisant bien (p. 62), par ailleurs, que même sur l’aire économique la plus riche et la mieux étatisée du monde, les données statistiques exploitables restent lacunaires dans plusieurs pays, notamment mais pas seulement dans les anciennes républiques soviétiques. []
  6. Saviez-vous que les joueurs d’échec professionnels perdent plusieurs litres d’eau lors d’un match, dû à l’effort de concentration ? Au point d’avoir besoin d’un régime nutritionnel et sportif adapté. (Anecdote non tirée de l’ouvrage. []
  7. Un chercheur très connu en sociologie des sciences m’avait dit : « Marx sounds interesting but I do not have the time to look into it. » []
  8. Entre les commentaires pas cher et les textes gratuits de la Marxists Internet Archive, essayer Marx coûte moins cher qu’essayer une drogue hallucinogène, et la qualité du produit est garantie. Au passage, si vous cherchez un commentaire complet de Das Kapital, allez voir chez Cosma Shalizi. []
  9. L’ouvrage contient des passages lumineux (la synthèse des règles du jeu de la compétition électorale/politique, p. 88-89, par exemple), mais le style est souvent évasif (notes bibliographiques presque toujours abrégées et seulement partiellement listées en fin de texte : il faut les connaître avant la lecture), voire parfois cryptique, à coups de phrases-paragraphes blindées de guillemets et d’italiques, dans un vocabulaire (Gaxie-Bourdieu) trop érudit, à mon sens, pour la mission du texte. Sur ces points de forme, et j’en passe d’autres, la collection « Que sais-je ? » (PUF) fait moins bien le travail que « Repères » (La Découverte), collection dans laquelle le même auteur a aussi publié. []
  10. Voir aussi l’excellent quatre-pages du même auteur, « Cinq idées reçues sur l’immigration« , que je recommande aussi souvent que possible. []
  11. Et pour ceux qui ne le liront pas, ou pour ceux qui veulent compléter, l’auteur donne actuellement cours au Collège de France. []

Annals of Youtube Science 2(2): Les échantillons non probabilistes

Ce blog peine à sortir de sa torpeur éditoriale, et il s’est déjà écoulé six mois entre l’épisode 2(1), qui parlait lui aussi de sondages, et celui-ci. Plus d’activité à la rentrée, promis.

Le Pew Research Center (chaîne Youtube), déjà évoqué dans l’épisode 1(14) sur les échantillons aléatoires, vient de publier cette vidéo sur les échantillons non probabilistes, c’est-à-dire la vaste majorité des échantillons :

Les enquêtes dites « opt-in », menées sur des échantillons de volontaire via des plateformes Web, sont un exemple d’échantillon non probabiliste ; les enquêtes « par quotas » en sont un autre, très différent, mais dans les deux cas, les calculs des marges d’erreur, les « erreurs standard« , cessent d’être paramétriques – les erreurs standard cessent précisément d’être « standard »1.

Ce que montre la vidéo ci-dessus, c’est qu’il est tout à fait possible de s’engager dans un travail de collecte de données sur une base non probabiliste, puis de mettre en place la recherche méthodologique nécessaire pour chercher les erreurs non paramétriques à y apporter pour pouvoir en généraliser les résultats2.

C’est la seconde étape qui fait souvent défaut dans les sondages par quotas publiés par les instituts privés, ou dans leur utilisation pour assembler certaines enquêtes scientifiques comme l’European Values Survey (EVS). J’en ai déjà parlé à multiples reprises.

D’une certaine manière, la vogue actuelle pour les « big data » et la « data science » contourne quasi-complètement cet obstacle, en faisant reposer l’analyse sur des échantillons sciemment non représentatifs (les utilisateurs de Twitter, par exemple), et en travaillant sur « la totalité des données disponibles », bien qu’empiriquement, cette « totalité » reste dans la plupart des cas un… échantillon des données (Twitter, toujours).

  1. En économétrie ou en statistiques appliquées, on peut faire toute une carrière sur la correction de ce problème. Dans le reste des sciences sociales, on peut faire toute une carrière en ignorant – plus ou moins volontairement – ce problème. []
  2. L’inférence visera généralement la population générale, souvent adulte, et en science politique, encore plus souvent restreinte au corps électoral. On ne manquera toutefois pas de faire commencer le communiqué de presse par « Les Français ». []

Trucs et astuces informatiques, version 2

À l’occasion de ma prochaine sortie de mon tunnel pédagogique semestriel, j’ai remis à jour les documents de « trucs et astuces informatiques » dont j’avais parlés en novembre dernier, et que je rédige en lien avec un module de « méthodes de travail numérique »1 dont l’intitulé, le contenu et le plan sont aussi en cours de révision.

La « version 2 » des documents, pour lesquels j’ai également rédigé un sommaire sur mon site Internet, se présente désormais en trois séries :

Et il me reste deux documents à rajouter à la dernière section :

  • 10 Tips for Handling Research Material
  • 10 Steps to Learn Statistical Computing

Les documents sont en anglais et sont rédigés dans un style un peu télégraphique, afin de rester succincts (le plus long fait cinq pages et demi). Celui sur la sécurité informatique s’appuie beaucoup sur les documents de Tech Solidarity, eux aussi succincts, et visant des audiences comparables.

À noter que si vous voulez en apprendre beaucoup, beaucoup plus sur la sécurité informatique, l’une des meilleures ressources que je connaisse est en langue française : le Guide d’autodéfense numérique (réactualisé en 2017) est un véritable bijou.

Quant au module pédagogique lui-même, qui va beaucoup changer par rapport à la toute première version de 2016, j’espère pouvoir recommencer à alimenter ce blog d’ici-peu, et en reparlerai certainement à ce moment.

L’un des changements les plus conséquents est qu’à force de lire Hacker News, notamment pour suivre les réactions à l’application du GDPR/RGPD et à l’acquisition de GitHub par Microsoft2, j’ai pu améliorer certains choix logiciels.

Ces choix restent contestables. Pour cela, vous avez un champ de commentaires ci-dessous, qui devrait désormais, me dit l’interface WordPress utilisée par Hypothèses, vous afficher une notice RGPD – bienvenue dans l’Union européenne !

  1. Rajout, 14 juillet : sur un autre blog Hypothèses, Caroline Muller discute le lien entre le numérique et la pratique et l’enseignement de l’histoire. []
  2. Acquisition prédite plusieurs semaines à l’avance par Christophe Lalanne à une terrasse de café proche de Saint-Michel. []

Annals of Youtube Science 2(1): Sondages et taux de non-réponse

Il est temps de reprendre la série de billets Annals of Youtube Science, dont le « volume 1 », publié entre janvier et septembre de l’an dernier, compte 16 épisodes. Cette année, je vais faire plus « light« , mais continuer quand même : c’est un bon moyen pour moi de faire le tour des canaux Youtube sur lesquels on trouve régulièrement des conférences intéressantes. J’en profite pour indiquer que je viens de rétro-publier l’épisode 1(12), qui était resté coincé dans le purgatoire des billets au format « brouillon ».

Roger Tourangeau, de l’entreprise américaine Westat, a donné fin 2017 une conférence passionnante au Santa Fe Institute (canal Youtube) sur les paradoxes d’un phénomène bien connu dès que l’on s’intéresse aux enquêtes de population — les taux de non-réponse ont explosé, mais pas les erreurs moyennes sur les quantités dont on connaît la valeur réelle, comme les résultats électoraux :

La slide qui résume le paradoxe :

Le problème est le suivant : sur les 25 dernières années, les taux de réponse aux enquêtes en population générale ont chuté de manière dramatique, vers des taux à un chiffre. On pourrait se dire que c’est le bon moment pour en revenir – car c’était la norme, en gros, avant la Seconde guerre mondiale – à des méthodes non probabilistes, de type « échantillonnage par quotas » — mais ce serait ignorer le paradoxe soulevé par Merkle et Edelman : le taux de réponse ne détermine pas l’erreur moyenne de mesure.

Tourangeau donne tout ce qu’il faut pour comprendre les fondements empiriques et théoriques du paradoxe—paradoxe peu connu (ou peu enseigné, en tout cas) dans les pays européens, où les instituts de sondage ne font, de toute manière, que très peu d’échantillonnage réellement aléatoire : Tourangeau cite, à titre d’exemple, la kyrielle d’enquêtes britanniques s’étant complètement trompées sur l’élection générale de 2015.

Indicateurs de consommation culturelle, automne-hiver 2017

On s’approche du bilan de fin d’année.

La seconde partie du premier semestre a, depuis quelques années, le même effet sur moi : quand les emails à traiter de manière plus ou moins urgente dépasse la centaine, je tombe dans une torpeur étrange qui coïncide avec la chute de la luminosité et de la température extérieures, et me retrouve quelques temps plus tard à lutter, sur plusieurs mois, avec ma boîte email, mon répondeur téléphonique (mon téléphone, tout court), et même mon courrier administratif.

Dans ces moments-là, l’enjeu principal consiste à déployer les stratégies qui permettent de rester psychologiquement fonctionnel – d’où l’une de mes obsessions : m’efforcer de rester, au moins une vingtaine d’heures sur les 168 de chaque semaine, culturellement omnivore. Ce n’est pas une règle de productivité, à la façon de celle affichée sur l’un des blogs de David Hoggs, mais une règle de consommation.

Bouquins

J’ai un peu honte de le dire, mais Amazon.fr est le premier bénéficiaire de cette règle de consommation, au moyen d’une douzaine de listes de livres à acheter dans un futur pas trop lointain.

Les trois livres achetés cette année en hardcover, c’est-à-dire en version chère mais ça vient de sortir et je suis impatient1 :

  • Ivan Krastev, After Europe (lu en trois heures ; l’auteur a donné beaucoup de conférences accessibles sur Youtube : je ne retrouve plus celle que j’ai visionnée en entier, mais celle-ci s’en rapproche et contient la quasi-totalité de l’argument du livre) ;
  • Masha Gessen, The Future is History (pas encore ouvert, mais comme pour Krastev, l’auteur a fait une tournée, et Internet pullule d’interviews) ; et
  • James C. Scott, Against the Grain (en cours de lecture ; encore un excellent ouvrage de Scott, et le premier ouvrage que nous lisons collectivement au boulot, sous la forme d’un séminaire de lecture intermittent).

Lu cette année, et à recommander aux étudiants :

  • Selim Smaoui, Faites place. Novices en lutte, sur les « militants » de Nuit Debout (les guillemets s’expliquent à la lecture de l’ouvrage) ;
  • Bernard Bruneteau, Idées reçues sur le totalitarisme (lu pour préparer un sujet de khôlle, et découvert à cette occasion que l’auteur a enseigné chez nous à Lille ; à mettre entre toutes les mains : bien que toutes les réponses sur le sujet ne s’y trouvent pas, on y apprend énormément, à mi-chemin entre l’histoire des idées et l’étude des régimes totalitaires) ; et
  • Henry Laurens, L’Orient dans tous ses états. Orientales IV (un recueil de textes d’un des historiens les plus instructifs sur le Moyen-Orient et la « question palestinienne » en particulier ; le recueil est lié à sa chaire au Collège de France ; de même que les autres auteurs de cette courte liste, Laurens a donné plein de conférences très instructives : exemple).

Hors-catégorie :

Internet

Grâce à RSS2, Internet délivre quotidiennement tout ce qu’il faut pour ne commencer à corriger ses copies que tard la nuit.

Les deux dernières choses auxquelles je me souviens m’être abonné :

Musique

Je ne compte vraiment vous faire de chronique musicale sur ce blog, ce serait hors-sujet ; mais comme les concerts et la musique font partie de mon régime culturel…

Les trois concerts que j’ai préférés cette année :

  1. Ecstatic Vision, vus à Lille (les dignes successeurs de Cave dans la veine « renaissance psychédélique » : comparez la fin de « Requiem for John Sex » à la fin d’« Astral Plane » pour comprendre) ;
  2. Fen (black metal atmosphérique anglais) et The Great Old Ones (black metal lovecraftien français3), vus à Anvers ; et
  3. La Rumeur (hip hop français), vue à Gennevilliers dans les meilleures conditions possibles.

Les trois veines musicales que j’ai le plus creusées cette année :

  1. Comme chaque année, j’ai passé un temps anormalement long à alimenter ma nostalgie de la techno des années 1990, à coup d’enregistrements basse-qualité de sets de Laurent Hô. Seule la scène jungle me semble avoir préservé l’énergie (et la sonorité) de cette époque4.
  2. J’ai aussi passé un temps hallucinant à redécouvrir les premiers albums de Siouxsie and the Banshees, qui sont aussi importants pour moi que mes premières écoutes du Velvet Underground. Étrangement, je crois que ce sont ces groupes que je retrouve le plus dans Amenra ou Isis, au moins du point de vue de la démarche.
  3. Enfin, en ce moment, je creuse une veine étrange du (black) metal où l’on trouve des groupes assez récents comme Déluge, Maieutiste ou Ex Eye, et où l’on trouve des pointes de math rock survitaminé, façon premier album de Liturgy, mais aussi des inspirations free jazz qui rappellent John Zorn et le black jazz de Shining.

Ci-dessous, un album parmi d’autres dans la cinquantaine de listes Spotify à (ré)écouter ces vacances—et si la vidéo venait à disparaître, un lien vers le clip officiel du premier morceau. De la musique pour géomètres.

Vidéos

Vues sur Youtube : des tonnes de conférences dont j’ai essayé de donner un aperçu dans la série Annals of Youtube Science. Le dernier compte que j’ai consulté est celui de l’IWM Vienna.

Du coup, voici la playlist des trucs à voir ou revoir, directement tirée d’une clé USB qui me sert de disque dur temporaire5 :

J’ai l’impression d’avoir inclus, dans ce billet, des choses déjà recommandées, mais j’ai la flemme de vérifier chaque lien.

Enfin, pour terminer :

Je passe sur les documentaires de plus ou moins bonne qualité, notamment celui de Ken Burns et Lynn Novick sur la guerre du Vietnam, qui est important mais très critiquable.

Radio

Presse

C’est peut-être regrettable, terrible, dommageable, mais je crois que c’est l’élection d’Emmanuel Macron qui m’a amené à résilier mes abonnements au Monde et à Mediapart, plus encore que le manque de temps. Sarkozy et ses faire-valoir étaient un scandale ambulant, Hollande et Valls (et les autres) furent un échec aussi permanent qu’incompréhensible ; mais Macron et Philippe me sont, au mieux, et pour le moment au moins, totalement indifférents7.

La presse reste néanmoins essentielle pour suivre des événements comme le Brexit ; à ce sujet, un brouillon de billet que vous ne verrez pas sur ce blog s’intitulait « A dark omen about Brexit and (Northern) Ireland« , mais je ne l’ai jamais terminé : les derniers rebondissements du « dossier » sont tout simplement trop déprimants. Une catastrophe ferroviaire, comme diraient les Britanniques eux-mêmes s’ils étaient un tant soit peu lucides sur ce qu’ils s’apprêtent à infliger à la partie de leur population à qui aucun des effets du Brexit ne sera épargné.

Télévision

Non. Même pas Arte +7.

Théâtre

Walou.

Réseaux sociaux

Non plus. Comme prévu, j’ai dû arrêter de consulter Twitter au début des cours, et me sert principalement de Facebook pour suivre quelques actualités culturelles ou pour amuser la galerie, mais sans lire ce que ladite galerie y publie de son côté. Le « réseau social » – au sens : truc avec un flux, des « likes » et des « followers » – que j’ai le plus utilisé cette année doit être SoundCloud.

  1. En revanche, j’attends patiemment les éditions poche du cours de sociologie générale de Bourdieu au Collège de France. []
  2. Maudits soient ceux qui abandonnent les standards. Cambridge University Press, c’est à vous que je m’adresse. []
  3. Le groupe est doté d’un véritable génie de restitution de l’atmosphère lovecraftienne. L’autre groupe à avoir réussi cette prouesse est, de mon point de vue, Agitation Free, avec sa reprise du poème de « Dreamland », d’Edgar Allan Poe, sur leur morceau « Haunted Island ». []
  4. Ce qui ne signifie que rien d’intéressant ne se fasse aujourd’hui, loin de là : les sets récents de Dasha Rush et de Takaaki Itoh en sont les meilleurs exemples. []
  5. S’il vous faut un moyen rapide pour télécharger des vidéos (ou juste l’audio) depuis Youtube, voir ce site Internet, qui fonctionne un peu mieux que KeepVid, ou bien ces deux lignes de code. []
  6. Et oui, le choix des réalisateurs est au moins partiellement guidé par une curiosité pour les films ayant entraîné toutes sortes de scandales à leur sortie. C’est la veine que Tarantino creuse aujourd’hui, à la suite de Peckinpah, Visconti et tant d’autres. []
  7. Peut-être est-ce ce qu’a ressenti la majorité de ceux qui ont eu à vivre sous un gouvernement technocratique de centre-droit, en Italie aussi bien qu’en Suède ou en Allemagne, mais je crois que l’effet d’épuisement lié aux gouvernements précédents y est aussi pour beaucoup. Les recherches de Filip Kostelka m’intéressnt beaucoup pour ce qu’elles révèlent de cet effet. []

Trucs et astuces informatiques, version 1

Mise à jour : la version 2 des documents ci-dessous est en ligne !

J’ai mis en ligne, il y a quelques jours, un repo GitHub contenant trois documents :

J’ai rédigé les deux premiers documents dans le cadre d’un module pédagogique à destination d’étudiants de Licence 2. Le module en question, sobrement intitulé « Atelier Culture Numérique », aborde de très nombreuses questions, de l’utilisation des feuilles de style à la « cyber-sécurité » : j’en avais déjà parlé il y a un peu plus d’un an.

Cette année, comme l’an dernier, ce sont les aspects les plus pratiques du module – quels logiciels utiliser, comment se débarrasser d’un malware, etc. – qui semblent avoir été les plus utiles aux étudiants. Les aspects plus techniques, comme par exemple le fonctionnement de Tor ou d’un tunnel VPN, n’ont rencontré aucun succès (« mais Monsieur, Tor, c’est illégal, non ? ») : je crois même avoir réussi à vider une moitié d’amphi lors de la session sur les protocoles de communication.

J’ai prévu de rédiger un document supplémentaire sur les navigateurs Internet que je connais (Chrome, Firefox, et puis peu, Brave ; je laisserai de côté Opera et Safari), afin de pouvoir rentrer dans les détails sur certains aspects de protection de la vie privée.

Vos commentaires, sur le fond et/ou sur la forme, sont naturellement les bienvenus.

Annals of Youtube Science 1(15): Data Analysis

Dans la suite des conférences sur la science des données et sur leur visualisation, voici une conférence de Roger D. Peng, « The Past and Future of Data Analysis », diffusée par Johns Hopkins Bloomberg School of Public Health dans sa série « Deans Lectures » :

Roger D. Peng est l’un des auteurs du génialissime blog Simply Statistics. C’est aussi l’auteur (ou le co-auteur) d’un nombre impressionnant de très bons bouquins sur l’analyse de données, bouquins qui présentent le double avantage d’accompagner des cours de la plateforme Coursera, et d’être gratuits : payez ce que vous voulez.

La conférence est souvent drôle, et intéressante de bout en bout.

Annals of Youtube Science 1(14): Survey Methods 101

Le Pew Research Center (chaîne Youtube), qui fournit d’excellentes données socio-démographiques sur la population américaine, a lancé une série de vidéos sur les méthodes d’enquête, dont voici le premier épisode sur l’échantillonnage aléatoire :

Cette vidéo tranche avec les erreurs et les approximations que l’on trouve malheureusement dans plusieurs autres descriptions « grand public » des méthodes d’enquête, ce à quoi il faudrait faire quelque chose, mais le temps manque.

Les autres vidéos de la série « Methods 101 » du Pew Research Center sont identifiables via leur blog Fact Tank, également présent sur Twitter.

Et pour un autre exemple de très bonne vidéo explicative sur les difficultés des enquêtes en population générale, voir « How Pew Research Center Conducted Its 2017 Survey of Muslim Americans », au sujet de cette enquête.