Comment ne pas parler des livres que l’on n’a pas lus

Écouter France Culture est un régal quotidien, et s’il ne fallait garder qu’une émission, ce serait évidemment Les pieds sur terre. Mais parfois, on y entend aussi des choses comme ça, dans la bouche de Vincent Ricordeau, co-fondateur de la plateforme collaborative KissKissBankBank :

Aujourd’hui après avoir encensé Piketty, on massacre Piketty, puisqu’il y a des étudiants, certains très jeunes, qui ont prouvé que ses bases de données, la façon dont il gérait les data, arrivait à des résultats qui étaient erronés.

Derrière Piketty, ce n’est pas ses formules mathématiques qui comptent pour arriver à prouver une chose. Il a montré assez clairement, et on a besoin de ça, que le système dans lequel on vit aujourd’hui, c’est-à-dire vers une maximisation du profit et une individualisation du profit, fait que ça crée des inégalités tellement dingues qu’on est revenu au même niveau qu’au XIXe siècle, et que potentiellement notre civilisation disparaîtra à cause de ça.

Donc du coup les mille pages de Piketty, qui sont très difficiles à lire d’ailleurs, n’ont de valeur pour moi que parce qu’elles montrent une direction. Si vous prenez Rifkin, également, […]

Les passages en gras sont de mon fait. S’ensuit le même style d’argument sur Rifkin. Allez écouter par vous-même, à la 21e minute environ du podcast de la dernière émission du sinon excellent Grain à moudre d’Hervé Gardette, qui conclut l’intervention de Vincent Ricordeau par ce propos laconique :

En général, quand on est critiqué, c’est aussi peut-être un signe de succès.

Avant de continuer, full disclosure : je ne connais aucun des protagonistes cités dans ce billet, et je n’ai pas lu le dernier ouvrage de Piketty. En revanche, j’ai pas mal manipulé les données Piketty/Saez, que j’ai souvent utilisées en cours, et j’ai lu quelques-uns des articles où elles apparaissent.

Enfin, il y a plusieurs années, j’ai écrit à Thomas Piketty pour lui demander quelques-unes de ses séries temporelles supplémentaires. Voici sa réponse (qui ne trahit rien de personnel : l’adresse email apparaissait sur son site Internet) :

piketty-email

Sur la forme, l’email ci-dessus n’est pas vraiment le genre d’email que l’on reçoit de la part de quelqu’un qui ne saurait pas “gérer ses data” ; c’est même plutôt l’inverse, Thomas Piketty étant l’un des rares chercheurs à diffuser publiquement et gratuitement la quasi-intégralité de ses données.

Mais sur le fond, il y a plein d’autres inepties dans le propos de Vincent Ricordeau, qui fait au passage la même erreur que de très nombreux commentateurs de Piketty, en lui attribuant la paternité intégrale des données utilisées dans Le capital au XXIe siècle. En réalité, comme l’indiquent plusieurs notes de bas-de-page, certaines sections de l’ouvrage utilisent les données WTID/WWID, qui ont mobilisé des dizaines de chercheurs1.

Histoire d’illustrer le fait que Piketty ne fait vraiment pas secret de la production collective des données présentées dans son ouvrage, écoutez les dix premières minutes de cette présentation, qui ne fait pas exception (j’ai trouvé plein d’autres podcasts où Piketty raconte strictement la même chose sur la nature collective des données de l’ouvrage, en citant d’ailleurs toujours les mêmes collègues, dans le même ordre) :

Le début du propos est peut-être le plus censé : effectivement, l’ouvrage de Piketty a été critiqué, notamment par un jeune économiste de 26 ans. Sauf que la critique en question ne porte à aucun moment sur la manière dont Piketty “gère ses data”, qui s’en sortent parfaitement indemnes2.

À ma connaissance, la seule critique de Piketty qui a porté directement sur les données est celle de Chris Giles (du Financial Times), et qui s’est à mon sens complètement trompé, alors qu’il avait correctement diagnostiqué les problèmes d’un modèle publié par le FMI dans un rapport de 2012.

Le plus drôle dans l’intervention de Ricordeau, c’est évidemment l’énorme “smoking gun” que j’ai grassé dans le dernier paragraphe : apparemment, dans la bouche de quelqu’un qui parle comme s’il avait lu l’ouvrage, les “mille pages” du Capital au XXIe sont “très difficiles à lire”.

Notez que juste avant, le même intervenant parle de formules mathématiques. Voici l’index de l’entrée “équations” dans l’édition américaine de l’ouvrage, avec les équations soulignées :

piketty-equations

L’équation la plus compliquée étant un produit, on peut supposer que ce n’est pas la formalisation mathématique de Piketty qui lui vaut ici le qualificatif de “très difficile à lire”. Ce doit donc être le texte lui-même. Voici donc un extrait pris au hasard dans l’édition française de l’ouvrage :

piketty-bouquin-1

Pas convaincu ? J’ai arbitrairement sélectionné cet extrait ? L’intervention de Vincent Ricordeau se situant à environ 21:30 du podcast de l’émission, voici la page 231 de la version électronique de l’ouvrage :

piketty-bouquin-2

Si vous avez déjà lu de l’économie, ne serait-ce qu’un papier NBER, le contraste devrait être saisissant. Et si vous n’en avez jamais lu, le texte devrait quand même vous indiquer quelque chose que presque tous les compte-rendus de lecture de Piketty indiquent par ailleurs : c’est très bien, et surtout très simplement, écrit3.

De mon point de vue, le seul obstacle sérieux à la lecture du dernier ouvrage Piketty est la longueur du manuscrit, qui est un peu plus court en langue anglaise (dans une traduction sublime d’Arthur Goldhammer), mais qui reste long.

Sur tous les autres points soulevés par Vincent Ricordeau, j’ai surtout eu l’impression qu’il avait autant lu l’ouvrage que moi, qui l’ai acheté mais pas lu, et j’imagine qu’une partie des auditeurs de l’émission a dû se dire exactement la même chose. Peut-être ferait-il mieux de se tourner vers un ouvrage plus court.

  1. L’équipe WTID/WWID inclut notamment Tony Atkinson. []
  2. La critique de Rognlie consiste, en gros, à rajouter un diviseur sur certaines mesures centrales, et à décomposer certains résultats. Il obtient, comme d’autres, des effets parfois plus faibles que ceux rapportés par Piketty, et un effet majeur du secteur immobilier, dont il tire une critique que je n’ai pas la compétence d’évaluer. Piketty a répondu à ce type de critiques dans plusieurs revues ; pour un excellent numéro spécial dans ce style, cf. celui-ci, en sociologie. []
  3. Piketty a expliqué plusieurs fois avoir écrit son livre pour un large public, en insistant sur le fait qu’il se sent moins économiste que chercheurs en sciences sociales, et que du coup. Si j’ai bien compris son parcours, qui passe par le MIT, il doit bien maîtriser les équations DGSE, mais écrire des modèles complètement abstraits ne l’intéresse pas. Une partie des réactions à l’ouvrage de Piketty s’explique d’ailleurs à mon sens par cette distance à la formalisation, mais il y a d’autres facteurs à considérer. []

Religion et violence dans les “unes” de Charlie Hebdo

Mise à jour du lendemain : voir aussi ce texte, tout juste publié dans Le Monde.

Suite et fin (définitive, cette fois-ci) d’une suite de billets publiée en quatre épisodes : mercredi, vendredi et dimanche de la semaine dernière, et mardi de cette semaine :

  1. Les données (le billet introductif, le plus accessible)
  2. Leur exploration (quelques visualisations en plus)
  3. Les premiers modèles (ou “les ERGM en trois mots”)
  4. Le modèle définitif (les finitions pour la route)

Il s’agit d’une synthèse : pas grand chose de nouveau, juste des précisions et une reformulation de l’argument général. Je n’ai pas modifié le code source de l’analyse, qui reste disponible et améliorable, comme je vais le rappeler un peu plus bas.

Désolé d’avoir accidentellement publié un brouillon de ce billet tôt ce matin.

Et oui, je veux bien la médaille en chocolat du titre racoleur. Ooh yeah.

La question initiale

À la suite de l’attentat du 7 janvier, le travail de la rédaction de Charlie Hebdo a fait l’objet de toutes sortes d’accusations, allant du blasphème à l’islamophobie en passant par le mauvais goût. Mais comme l’ont fait remarquer deux sociologues dans les colonnes du Monde, le tirage assez confidentiel du magazine permet d’écarter l’idée que ces accusations soient fondées sur une lecture attentive de Charlie Hebdo : ce sont plutôt ses illustrations de “une”, beaucoup plus accessibles que le magazine lui-même, qui ont généré ces critiques.

Les mêmes sociologues se servent des “unes” de Charlie Hebdo pour se demander si l’hebdomadaire est vraiment si “obsédé” – c’est leur terme – par l’islam que le suggèrent certaines critiques. Sans surprise, ils découvrent que ce n’est pas vraiment le cas, dans la mesure où Charlie Hebdo fait beaucoup plus souvent sa “une” sur l’actualité politique (ou économique, ou sociale) française que sur la religion, et qu’en matière de religion, le catholicisme (via l’institution papale) en prend beaucoup plus pour son grade que les autres religions monothéistes.

La méthode de cette étude est assez simple : on catégorise le contenu des “unes”, puis on fait un tri à plat, puis on en tire des observations sur la fréquence de tel ou tel personnage, thème ou événement. L’analyse des “unes” d’un support de presse n’est d’ailleurs pas une nouveauté en soi : allez voir chez Baptiste Coulmont (qui parle d’une étude des “unes” de Paris Match par Alain Chenu), ou bien lisez le bouquin que Nicolas Hubé a tiré de sa thèse sur les “unes” des journaux allemands et français, ou bien lisez cet article sur la représentation des femmes en “une” d’un magazine sportif.

Cette technique d’analyse “fréquentiste” a toutefois de sérieuses limites, car il y a aussi une dimension relationnelle à exploiter dans ce type de données : dans l’illustration de “une”, qui est connecté à qui, et à quoi ? On peut en effet suggérer que la “une” d’un hebdomadaire satirique est un travail de mise en relation : tel thème, personnage ou événement s’y trouve mis en relation avec au moins un autre, de manière à créer une association mentale qui, renforcée par le titrage de la “une”, suggère une interprétation (plus ou moins) comique, cynique ou ironique1.

La question du traitement de tel ou tel thème par Charlie Hebdo dépasse donc la simple fréquence de ce thème dans ses “unes”, et devient : à travers ce dispostif symboliqe qu’est la “une”, à qui et à quoi tel thème se retrouve-t-il associé ? Si le quotidien La Croix, par exemple, associe fréquemment le catholicisme et l’action humanitaire dans ses “unes”2, qu’en est-il des “unes” de Charlie Hebdo sur la religion ? C’est cette question que l’on va traiter, à partir d’une catégorisation des “unes” qui permet de repérer les thèmes de la religion et de la violence.

Pourquoi cette question de la relation entre religion et violence dans les “unes” de Charlie Hebdo ? Parce que, comme l’a écrit Gaël Villeneuve dans sa réaction à l’étude publiée par Le Monde, mesurer “l’islamophobie” est conceptuellement hors de portée, le terme prêtant à toutes les confusions possibles. En revanche, établir que Charlie Hebdo associe, au sens objectif du terme (c’est-à-dire : met en relation ; pas “amalgame” ou “assimile”), la religion à un thème comme la violence, tient du domaine du possible.

Les données de Strips Journal

Comme je l’ai expliqué dans le tout premier billet de cette série, c’est le blog Strips Journal qui a rendu possible cette exploration des associations thématiques dans les “unes” de Charlie Hebdo, grâce à son codage de 338 “unes” de Charlie Hebdo publiées entre 2006 et 2015. Ce codage inclut la quasi-intégralité des années 2009-2014 et assigne en moyenne 4 mots-clés par “une”, noms propres et événements inclus. C’est à partir de ces mots-clés que l’on peut constituer des réseaux de co-occurrence comme celui-ci, qui représente toutes les 338 “unes” du corpus :

full_network

Le réseau contient des mots-clés recatégorisés en six grands thèmes à partir d’un codage supplémentaire qui peut certainement être amélioré. Si vous souhaitiez vous y coller, il suffit d’améliorer ce script, ou pour celles et ceux qui sont allergiques au code, cette feuille CSV, qui contient les mots-clés des “unes” (colonne tag), leur catégorie thématique (colonne theme), et les numéros de Charlie Hebdo dans lesquels ils apparaissent (colonne nums). Une catégorisation de meilleure qualité3 permettrait d’affiner tous les résultats présentés dans cette série.

Comme le réseau de toutes les “unes” du corpus n’est pas très lisible, il peut être utile, à des fins exploratoires, de le scinder en plusieurs sous-réseaux temporels : c’est ce que j’ai proposé dans un deuxième billet, en découpant le corpus en périodes de trois mois et en mesurant la présence de chaque thème au cours de chaque période. À cette échelle, il devient plus facile d’observer certaines co-occurrences de mots-clés, et notamment celles qui concernent la religion (en vert), le terrorisme (en rouge) et la violence (en rouge) :

network_quarters

 

Pour compléter ces représentations graphiques, et afin de faire la jonction avec l’étude résumée dans Le Monde, on peut souhaiter les accompagner de quelques statistiques sur les mots-clés qu’ils contiennent. Prenons, par exemple, les 10 mots-clés les plus fréquemment utilisés pour catégoriser le contenu des “unes” de Charlie Hebdo incluses dans le corpus. Ces mots-clés ne surprendront certainement pas les lecteurs de Charlie Hebdo, et contiennent au moins deux termes (“religion” et “intégrisme”) qui retiendront notre attention plus tard :

1              sarkozy   80
2            élections   42
3    françois hollande   40
4             religion   35
5        marine le pen   25
6                   fn   23
7       présidentielle   23
8           intégrisme   22
9  présidentielle 2012   22
10      extrême droite   21

Voyons, à présent, les dix associations de mots-clés les plus fréquentes. Cette liste révèle que les mots-clés sont partiellement redondants entre eux : les mots-clés concernant les élections, par exemple, reviennent très souvent ensemble pour catégoriser les mêmes “unes”. En conséquence, le réseau des co-occurrences des mots-clés contient certaines associations très fortes entre des thèmes et des sous-thèmes, entre des institutions et leurs représentants, bref, entre des “classes” et des “sous-classes” de phénomènes :

1            élections      présidentielle 23
2            élections présidentielle 2012 22
3       présidentielle présidentielle 2012 22
4            élections             sarkozy 17
5       extrême droite                  fn 17
6           intégrisme            religion 17
7                   fn       marine le pen 15
8  présidentielle 2012             sarkozy 15
9       présidentielle             sarkozy 15
10      extrême droite       marine le pen 14

Simplifions, enfin, ces associations, en remplaçant les mots-clés par l’une des sept catégories générales évoquées ci-dessus. Cette simplification permet de catégoriser les “unes” à partir d’un ou plusieurs thèmes (entre 1 et 5, et 2 en moyenne). En regardant les fréquences brutes et relatives de ces thèmes, on observe ainsi le poids relatif de chaque thème dans le corpus. Attention, les années 2006, 2007 et 2015 ne contiennent que quelques “unes” chacune et ne sont incluses ci-dessous que pour référence.

charlie_themes_freq

charlie_themes_prop

Cette simplification produit 15 associations thématiques possibles, dont la fréquence varie en fonction de différents facteurs, comme le nombre de mots-clés de chaque catégorie, mais aussi la pertinence de chaque association dans le corpus. Sans surprise, les associations les plus fréquentes sont ainsi des associations monothématiques, correspondant à la situation où la même “une” a reçu deux mots-clés de la même catégorie ; mais on trouve aussi souvent des associations entre des thèmes différents :

1              Politique-Varia  578
2                  Varia-Varia  544
3          Politique-Politique  465
4            Religion-Religion  131
5          International-Varia  122
6               Religion-Varia  103
7               Varia-Violence   85
8      International-Politique   69
9           Politique-Violence   51
10 International-International   47
11           Religion-Violence   42
12          Politique-Religion   40
13      International-Religion   32
14      International-Violence   23
15           Violence-Violence   13

Quoi et pourquoi modéliser ?

À ce stade, on va souhaiter modéliser les associations thématiques formées par les mots-clés des “unes” de Charlie Hebdo. Ce que l’on va pouvoir modéliser, comme expliqué dans un billet plus détaillé, c’est la probabilité conditionnelle de chaque association, en fonction de plusieurs facteurs comme le nombre de mots-clés par catégorie. Cette modélisation va nous servir à estimer aussi précisément que possible la probabilité d’une association, dans les “unes” de Charlie Hebdo, entre les thèmes “Religion” et “Violence”, qui contiennent les mots-clés suivants :

Religion (23 mots-clés) :
antisémitisme, athées, benoit xvi, bible, burka, charia, coran, dieu, évêque, françois 1er, intégrisme, jesus, laïcité, lourdes, mahomet, opus dei, pape, prophète, ramadan, religion, torah, vatican, voile
Violence (21 mots-clés) :
11 septembre, al-qaida, assassinat, attentats, ben laden, discrimination, guerre, homophobie, incendie criminel, jihad, massacre, mohamed merah, otage, parricide, pédophilie, sexisme, terrorisme, torture, tueur de masse, violence, xénophobie

Afin d’être aussi clair que possible sur la méthode, rappelons qu’elle permet de mesurer une probabilité conditionnelle, c’est-à-dire “nette”, ou “indépendante” de plusieurs autres probabilités. On vient de le dire, les catégories thématiques ne contiennent pas le même nombre de mots-clés, et les associations les plus fréquentes sont monothématiques. Ce qu’apporte un modèle, et que ne permet pas un simple tri à plat, c’est de “contrôler” ces facteurs, c’est-à-dire de les prendre en compte afin de mesurer isolément la probabilité d’association entre deux thèmes différents.

Dans le modèle qu’on met en place, sous la forme d’une équation log-linéaire et additive qui va ensuite être estimée à partir de plusieurs milliers de simulation de graphes aléatoires, on va donc utiliser différents termes correspondant à chacune de ces probabilités. Dans un dernier billet, j’ai présenté la forme définitive prise par cette équation, après en être passé par quelques modélisations exploratoires, et après avoir introduit un terme servant à mesurer une propriété endogène du réseau (spécifiquement, sa tendance à la transitivité entre certains mots-clés).

Pour rappel, les termes du modèle définitif sont les suivants :

  • probabilité globale d’une co-occurrence entre deux mots-clés
  • probabilité d’occurrence des mots-clés de chaque thème
  • probabilité d’une association entre deux mots-clés d’un même thème
  • probabilité d’une association entre deux mots-clés de thèmes différents
  • probabilité de trouver une relation transitive entre trois mots-clés

En aparté — je profite de ce billet pour signaler que, dans la spécification exacte du modèle ci-dessus, j’ai utilisé trois paramètres expérimentaux qui ne figurent pas encore dans la documentation technique du code associé à la technique de modélisation que j’utilise. Je dois l’utilisation de ces paramètres à un email de Pavel Krivitsky, qui m’a aussi aidé à comprendre comment paramétrer les mêmes modèles en tenant compte de la pondération des co-occurrences. Pour celles et ceux que ça intéresse, allez lire les emails de Pavel sur la liste de diffusion du projet statnet.

Qu’a-t-on trouvé ?

Pour rappel encore, on a obtenu les résultats suivants :

edges                           -5.23 (0.08)

nodefactor.International        -0.31 (0.21)
nodefactor.Politique            -0.04 (0.15)
nodefactor.Religion             -0.52 (0.29)
nodefactor.Violence             -0.22 (0.29)

nodematch.International          1.26 (0.49)
nodematch.Politique              0.98 (0.35)
nodematch.Religion               3.28 (0.67)
nodematch.Violence               0.29 (1.30)

mix.International.Politique      0.30 (0.36)
mix.International.Religion       0.85 (0.63)
mix.Politique.Religion           0.32 (0.52)
mix.International.Violence       0.42 (0.70)
mix.Politique.Violence           0.29 (0.43)
mix.Religion.Violence            2.16 (0.50)

gwdsp.fixed.1                    0.05 (0.00)

BIC                                16095.79

Ces résultats se comprennent de la manière suivante :

  • Les mots-clés de chaque thème n’ont pas la même propension à former des liens, c’est-à-dire qu’ils n’ont pas la même tendance à être utilisés en co-occurrence avec d’autres mots-clés. Les mots-clés les plus susceptibles d’être liés à d’autres sont ceux du thème “Politique”. Les mots-clés les plus susceptibles d’être liés à d’autres sont ceux du thème “Religion”.
  • Les associations monothématiques (entre deux mots-clés d’un même thème) sont très fréquentes, en particulier pour les catégories “International” et “Religion”, qui sont donc, d’une certaine manière, les thèmes les plus homogènes (c’est-à-dire les thèmes dont les mots-clés sont les plus à même de ne pas être “mélangés” avec ceux d’un autre thème).
  • Une fois que l’on a pris en compte ces deux premières formes d’effets, les associations entre mots-clés de thèmes différents restent encore fréquentes, voire très fréquentes pour l’association entre les mots-clés du thème “Religion” et ceux du thème “Violence”, comme dans les associations “Benoît XVI” et “pédophilie” ou bien “ben Laden” et “intégrisme”.
  • Enfin, le réseau exprime une très légère tendance aux relations transitives, ce qui signifie que certains chaînes de trois mots-clés, comme “Sarkozy → élections → présidentielle 2012”, se retrouvent fréquemment dans les co-occurrences. Aussi léger soit-il, il est très important de mesurer cet effet isolément, pour ne pas fausser les autres effets que l’on mesure.

Résumons.

Dans les 338 “unes” étudiées, la religion et les actes violents sont loin d’être les thèmes les plus traités : si l’on omet la catégorie résiduelle “Varia”, le thème le plus fréquemment associé à ces “unes” est le thème “Politique”, qui revient dans un tiers d’entre elles, alors que les thèmes “Religion” et “Violence” apparaissent chacun dans un peu moins de 9% des “unes”, sans être systématiquement associés l’un à l’autre. Une “une” sur dix pour un hebdomadaire, ça fait une “une” tous les deux mois et demi, ou cinq par an.

Mais que nous apprend cette fréquence ? Pas grand chose : elle ne dit rien de la probabilité d’association entre le thème “Religion” et un autre. Quelle est ainsi la probabilité d’association de ce thème au thème “Violence”, qui contient des mots-clés associés au terrorisme et à d’autres actes violents ? Les modèles que l’on a présentés indiquent que, toutes choses égales par ailleurs, la probabilité d’association entre les deux thèmes est très forte : sans être dominants dans le corpus des “unes”, elles sont très fortement liées entre elles.

Pour aller plus loin

Pour aller plus loin dans cette modélisation des “unes” de Charlie Hebdo, il faudrait à présent voir les autrès thèmes associés à la religion dans ce corpus : trouvera-t-on, par exemple, que la religion est aussi fortement associée au thème “Capitalisme”, également bien représenté dans les “unes” du magazine ? Il faudrait pour cela identifier précisément ce thème, ce que l’on n’a pas pris le temps de faire ici, mais cela vaudrait la peine de le vérifier à partir d’un codage thématique plus détaillé, comme suggéré plus haut.

Alors, islamophobe, Charlie Hebdo ? Je n’en sais toujours rien, et je m’en balance : le terme est suffisament plastique pour accommoder les biais de confirmation des uns et des autres, et ces biais ne m’intéressent pas. En revanche, je reconnais le peu que je connais de cet hebdomadaire dans l’association entre religion et violence. Est-ce normal ? À mon sens, oui : le clergé catholique est lié à des scandales de pédophilie et à la stigmatisation de l’homosexualité, et l’islamisme est lié au terrorisme international.

Voilà, c’est terminé. Bonne journée, et n’oubliez pas de vous aimer les uns les autres, bordel de merde.

  1. La thèse de Nicolas Hubé traite rapidement de cette dimension au passage consacré à l’ironie et aux jeux de mots dans la titraille journalistique (p. 182). []
  2. Cet exemple est fictif : je ne l’ai pas mesuré, et je ne lis pas assez La Croix pour avoir la moindre idée de quoi parle ce journal, mais je suppose qu’il est “obsédé”, au sens fréquentiste de la métaphore, par le catholicisme, ce qui illustre bien l’importance des associations – positives ou négatives – que produisent les “unes”. De plus, je n’ai pas pris l’association entre catholicisme et action humanitaire complètement au hasard. []
  3. Par meilleure qualité, j’entends : chaque mot-clé doit appartenir à un seul thème, et idéalement, les thèmes doivent contenir à peu près le même nombre de mots-clés (mettons, entre 20 et 30), dont l’occurrence dans le corpus ne varie pas trop (mettons, entre 50 et 150). []

Les “unes” de Charlie Hebdo : modèles définitifs

Suite et quasi-fin d’une suite de billets publiée en trois épisodes la semaine dernière : mercredi, vendredi, dimanche. Je vais en reprendre les points principaux, et rajouter les résultats définitifs. Et il y aura un épilogue après ça, puis basta.

Données

Pour rappel, on dispose, gràce au blog Strips Journal, de 338 “unes” de Charlie Hebdo catégorisées à l’aide de 401 mots-clés. Chaque “une” étant décrite par un ou plusieurs mots-clés (entre 1 et 11, moyenne et médiane à 4), on peut construire le réseau des co-occurrences de ces mots-clés sur l’ensemble des “unes” (cliquer pour la version PDF) :

full_network

De plus, en catégorisant ces mots-clés, on peut faire ressortir quelques grandes thématiques des “unes”, représentées ci-dessous dans un réseau bipartite (ou “deux-modes”) par des liens aux illustrateurs de ces “unes”, l’épaisseur des liens étant proportionnelle à la fréquence du thème chez l’illustrateur :

full_bipartite

Ces représentations graphiques du réseau étant soit trop compliquées (trop denses), soit trop simples (trop peu denses), on a exploré plusieurs visualisations des réseaux, par auteur et au cours du temps. Voici à nouveau le réseau de co-occurrences des mots-clés de 2009 à 2014, par période de trois mois :

network_quarters

Méthode

Pour rappel toujours, dans le dernier billet de notre série, on a proposé de modéliser la co-occurrence des mots-clés, afin d’observer la fréquence d’association de certains thèmes tout en prenant en compte la morphologie générale du corpus étudié. On va continuer et terminer ici cet exercice de modélisation.

Dernier rappel, enfin : les modèles exploratoires que l’on a fait tourner sur des tranches temporelles du corpus ont permis de détecter une sur-fréquence d’association entre les thèmes “Religion”, “Terrorisme” et “Violence”, mais de manière assez peu précise. On propose ici une modélisation un peu plus avancée de cette même fréquence.

Vu que les modèles exploratoires n’ont pas révélé d’effet temporel, et vu que les “unes” représentent aussi bien les choix de la rédaction de Charlie Hebdo que ceux de leurs illustrateurs, on va utiliser le corpus intégral des “unes”. Celles-ci proviennent largement des années 2009-2014, avec quelques “unes” avant et après :

2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 
   2    1   19   52   52   52   52   53   52    3

Une fois que les 1 311 mots-clés associés à ces “unes” sont présentés sous la forme du réseau de leurs co-occurrences, les mots-clés les plus fréquents figurent assez logiquement aussi parmi les plus centraux du réseau, c’est-à-dire ceux dont le degré (le nombre de liens avec d’autres mots-clés) est le plus élevé :

             keyword degree    theme freq
1            sarkozy    254   France   80
2  françois hollande    142   France   40
3          élections    136    Varia   42
4           religion    120 Religion   35
5         intégrisme     92 Religion   22
6                ump     84   France   17
7      marine le pen     82   France   25
8              crise     80    Varia   19
9             fillon     78   France   14
10                fn     72   France   23

Mais ce ne sont pas les fréquences brutes des mots-clés, et donc pas leur degré dans le réseau, qui nous intéresse. On va plutôt chercher à modéliser la fréquence relative des thèmes et de leurs associations, en s’intéressant tout particulièrement à l’association entre les thèmes “Religion” et “Violence”.

Le premier thème recouvre les 23 mots-clés directement liés aux trois religions monothéistes. Ces mots-clés apparaissent 133 fois dans le corpus :

antisémitisme, athées, benoit xvi, bible, burka, charia, coran, dieu, évêque, françois 1er, intégrisme, jesus, laïcité, lourdes, mahomet, opus dei, pape, prophète, ramadan, religion, torah, vatican, voile

Certains de ces mots-clés désignent déjà des actes violents, mais le corpus contient aussi d’autres mots-clés qui, sans être intrinsèquement liés à la religion, évoquent des actes violents. Ce second thème recouvre 14 mots-clés apparaissant 54 fois dans le corpus :

assassinat, attentats, discrimination, guerre, homophobie, incendie criminel, massacre, parricide, pédophilie, sexisme, torture, tueur de masse, violence, xénophobie

Enfin, on va rajouter à ce thème 7 mots-clés liés au terrorisme international, qui apparaissent seulement 14 fois dans le corpus :

al-qaida, 11 septembre, ben laden, jihad, mohamed merah, otage, terrorisme

Jetons un rapide coup d’oeil à toutes les associations thématiques possibles. Les plus fréquentes correspondent à des associations au thème résiduel “Varia”, qui contient tous les mots-clés non thématisés (“carbone”, “la poste”, “téléthon”, etc.), et au thème “Politique [française]”. Viennent ensuite les mots-clés “Religion” :

                         assoc freq
1              Politique-Varia  578
2                  Varia-Varia  544
3          Politique-Politique  465
4            Religion-Religion  131
5          International-Varia  122
6               Religion-Varia  103
7               Varia-Violence   85
8      International-Politique   69
9           Politique-Violence   51
10 International-International   47
11           Religion-Violence   42
12          Politique-Religion   40
13      International-Religion   32
14      International-Violence   23
15           Violence-Violence   13

C’est la fréquence d’association entre “Religion” et “Violence” que l’on va désormais chercher à mesurer, et encore une fois, pas de manière “brute”, comme dans le tableau ci-dessus, mais de manière relative : pour chaque co-occurrence de mots-clés, la probabilité d’association de ces thèmes est-elle plus ou moins importante que…

  • … l’association “monothématique” de deux mots-clés au sein d’un même thème ?
  • … leur association aux autres thèmes généraux, comme “France” et “International” ?
  • … toute autre association possible, notamment au thème résiduel “Varia” ?

Du coup, il nous faut un modèle probabiliste.

Modélisation

Sans repartir dans les détails d’une modélisation par graphes aléatoires exponentiels (ERGM), rappelons simplement qu’elle permet de mesurer les probabilités d’association évoquées plus haut, tout en contrôlant par n’importe quelle autre probabilité que l’on souhaiterait mesurer.

On va donc écrire une équation additionnant plusieurs probabilités :

  • la probabilité générale d’une co-occurrence de mots-clés1 ;
  • la probabilité dite “principale” d’apparition de chaque thème2 ;
  • la probabilité que ces deux mots-clés appartiennent à un même thème3 ; et
  • toutes les autres probabilités d’association entre thèmes4.

Dans cette équation, la catégorie “Varia” sert systématiquement de catégorie de référence : est-il plus ou moins probable, par exemple, de trouver ensemble deux mots-clés du thème “Religion” par rapport à la probabilité d’association, qu’on peut juger aléatoire5, de deux mots-clés du thème “Varia” ?

Ce premier modèle donne les résultats suivants. Les premiers chiffres sont les coefficients du modèle, qui sont exprimés en log-probabilités et qui donnent la direction et la taille de l’effet. Les chiffres entre parenthèses sont les erreurs standard, qu’on souhaite aussi petites (proches de 0) que possible.

edges                            -4.06 (0.05)

nodefactor.International         -0.38 (0.11)
nodefactor.Politique              0.28 (0.07)
nodefactor.Religion              -0.00 (0.12)
nodefactor.Violence              -0.11 (0.13)

nodematch.International           1.60 (0.26)
nodematch.Politique               0.93 (0.13)
nodematch.Religion                2.96 (0.26)
nodematch.Violence                1.59 (0.39)

mix.International.Politique       0.24 (0.17)
mix.International.Religion        1.00 (0.24)
mix.Politique.Religion           -0.05 (0.21)
mix.International.Violence        0.89 (0.27)
mix.Politique.Violence            0.20 (0.21)
mix.Religion.Violence             1.65 (0.24)
           
BIC                                109643.54

Comment lire les trois premiers “blocs” de résultats :

  • la probabilité générale d’une association est négative (c’est normal) ;
  • le modèle détecte moins d’associations avec les mots-clés du thème “International” ;
  • le modèle détecte plus d’associations avec les mots-clés du thème “Politique” ; et
  • les associations “monothématiques” (au sein de chaque thème) sont très probables.

En clair, on retrouve bien le réseau de co-occurrence que l’on étudie : on a beaucoup de mots-clés, qui sont loin d’être tous connectés entre eux ; certains mots-clés sont à la fois fréquents et fréquemment associés à d’autres ; et souvent, ces autres mots-clés sont du même thème que les premiers, en particulier en ce qui concerne la religion.

Ce résultat est-il logique ? Certainement : on pouvait s’attendre à ce que les mots-clés des “unes” de Charlie Hebdo soient souvent homogènes d’un point de vue thématique. Si l’on avait catégorisé les mots-clés à l’aide d’un nombre plus important de thèmes, le même résultat s’observerait certainement dans une mesure moindre.

Voilà pour les “effets-contrôle” du modèle. Republions à présent le quatrième bloc :

mix.International.Politique       0.24 (0.17)    
mix.International.Religion        1.00 (0.24)
mix.Politique.Religion           -0.05 (0.21)    
mix.International.Violence        0.89 (0.27)
mix.Politique.Violence            0.20 (0.21)    
mix.Religion.Violence             1.65 (0.24)

Les co-occurrences thématiques “International-Religion”, “International-Violence” et “Religion-Violence” ressortent clairement : ces trois thèmes sont liés, de différentes manières et à des degrés variables, dans les “unes” étudiées, et leurs associations sont plus probables que plusieurs des autres associations possibles.

Ce résultat est-il logique ? Certainement : lorsque les “unes” de Charlie Hebdo évoquent la religion et des actes violents comme le terrorisme (ou la pédophilie), c’est souvent en rapport à l’actualité internationale (en Syrie, au Vatican, …) plutôt qu’en rapport à l’actualité nationale, même si des exceptions existent, à des fréquences bien moindres6.

Validation

Vérifions ces premiers résultats en améliorant un peu le modèle. Les modèles, c’est comme le tuning de bagnoles : on peut toujours faire mieux (ou pire), en rajoutant ou en enlevant quelque chose. Objectif : rendre le modèle plus précis, pour valider la direction (le signe) et la magnitude (la taille) des effets (les coefficients).

Point de départ du raisonnement : le réseau que l’on étudie est en partie transitif. La transitivité, c’est quand les amis de vos amis sont aussi vos amis. Ici, la transitivité s’applique à la personne qui a codé les “unes” : certaines de ses sélections de mots-clés sont en effet susceptibles d’être transitives entre elles7.

Or, en systématisant certaines connexions, la transitivité augmente la probabilité d’observer certaines associations plus que d’autres, ce qui rend les coefficients de ces associations moins comparables entre eux qu’ils n’en ont l’air. De plus, on ne peut pas annuler la transitivité du réseau : elle en fait structurellement partie.

En revanche, si l’on mesure la transitivité à part, on neutralise son effet de distorsion sur les coefficients. Il y a plusieurs méthodes, bien décrites par Hunter et Snijders. En voici un premier exemple, où l’on reprend le modèle précédent en rajoutant un dernier terme servant à capturer une partie des transitivités :

edges                           -5.23 (0.08)

nodefactor.International        -0.31 (0.21)
nodefactor.Politique            -0.04 (0.15)
nodefactor.Religion             -0.52 (0.29)
nodefactor.Violence             -0.22 (0.29)

nodematch.International          1.26 (0.49)
nodematch.Politique              0.98 (0.35)
nodematch.Religion               3.28 (0.67)
nodematch.Violence               0.29 (1.30)

mix.International.Politique      0.30 (0.36)
mix.International.Religion       0.85 (0.63)
mix.Politique.Religion           0.32 (0.52)
mix.International.Violence       0.42 (0.70)
mix.Politique.Violence           0.29 (0.43)
mix.Religion.Violence            2.16 (0.50)

gwdsp.fixed.1                    0.05 (0.00)

BIC                                16095.79

Les coefficients proches de zero ont changé de signe pour certains : ce n’est pas plus grave que ça, c’est même mieux8. En revanche, la magnitude des coefficients a pas mal augmenté pour certains effets, et notamment pour les effets qui nous intéressent le plus : l’homophilie “Religion” et l’association “Religion-Violence”.

Le résultat dont je n’ai pas encore parlé (le BIC) est une valeur qui se compare d’un modèle à l’autre pour voir si tel modèle est plus “performant” qu’un autre. Le critère de performance est bien meilleur dans le second modèle ; un seul paramètre en plus pour un BIC divisé par 10, c’est même vraiment pas mal.

Dernière vérification, on prend une autre méthode d’absorption des transitivités, on la teste à plusieurs valeurs de son paramètre alpha (cf. l’article de Snijders, précité, p. 143), puis on regarde l’effet sur les coefficients. Si tout se passe bien, l’effet et les erreurs standard ne varient pas trop, ce que l’on observe ici :

ergm_sensitivity

Conclusion

On a identifié un modèle qui donne des résultats à peu près stables autour de l’association, positive, entre les thèmes “Religion” et “Violence”. C’est loin d’être la seule association possible, mais c’en est une qui ressort des données, aussi bien lues “à plat” ou au moyen d’une modélisation des co-occurrences de mots-clés.

Pourquoi une association si forte, d’ailleurs, dans les modèles ? Très probablement parce que les thèmes “Religion” et “Violence” sont les plus homogènes de nos catégories thématiques : en conséquence, l’effet d’association est très identifiable, et très bien identifié, ce qui n’est pas le cas pour tous les autres thèmes, plus diversifiés.

J’écrirai ce que j’en pense dans l’épilogue de cette série de billets “Charlie Hebdo”, dans quelques jours. Et comme d’habitude, le code des modèles a été rajouté au code de l’analyse, histoire que vous puissiez essayer de votre côté, et/ou qu’un meilleur utilisateur des ERGM puisse me guider vers une meilleure spécification.

  1. Soit l’équivalent d’une ordonnée à l’origine. []
  2. En jargon “réseaux” : les fréquences des attributs ; en jargon ERGM : les main effects. []
  3. En jargon “réseaux” : les homophilies uniformes ; en jargon ERGM : la propension au node match. []
  4. En jargon “réseaux” : les mixes d’attributs ; en jargon ERGM : la propension au node mix. []
  5. Cette propriété vient de la largeur et de l’hétérogénéité de cette catégorie : le thème “Varia” contient 235 mots-clés différents apparaissant 573 fois dans le corpus. []
  6. Il n’y a que deux “unes” ayant trait aux attentats du 7 janvier 2015, et la “une” de Charlie Hebdo n°1060 sur Mohamed Merah n’est en fait pas consacrée au terrorisme. []
  7. Par exemple, si une “une” prend les mots-clés « présidentielle », « élections » et « sarkozy », et qu’une autre prend les mots-clés « européennes », « élections » et « sarkozy », alors les deux mot-clés « présidentielle » et « européennes » se retrouvent associés au mot-clé « sarkozy » par transitivité. []
  8. Indeed, les signes des coefficients sont maintenant uniformes par effet (tous positifs ou négatifs). []

Les “unes” de Charlie Hebdo : modèles exploratoires

J’ai expliqué, mercredi et vendredi, comment fabriquer des réseaux de co-occurrences de mots-clés à partir d’un blog qui a archivé et catégorisé les « unes » de Charlie Hebdo sur plusieurs années. On dispose de l’intégralité des années 2009-2014, que l’on a découpées en tranches de trois mois, ainsi que des réseaux propres à quatre illustrateurs des “unes” : Cabu, Charb, Luz et Riss.

Dans ces réseaux, on a procédé à un recodage supplémentaire des mots-clés en grandes catégories comme “France” et “International”, et on a spécifiquement codé trois catégories plus précises et moins fréquentes : “Religion”, “Terrorisme” et “Violence”. Le codage est à juger par vous-même : j’ai fourni le code, libre à vous, donc, de faire mieux si vous trouvez des erreurs ou des ambiguïtés dans la thématisation.

La question

Rappelons désormais la question initiale, qui vient d’une réflexion de Gaël : “mesurer l’islamophobie ? vaste programme…” Effectivement, et comme je n’ai aucune, mais aucune envie de prêter le flanc à quiconque voudrait obtenir des “preuves” que Charlie Hebdo est “islamophobe” ou pas, je ne vais pas partir de cette question, qui contient son pesant de cacahuètes de biais et de raccourcis.

Posons une autre question, plus inductive, à partir de l’exploration des données. Charlie Hebdo évoque, dans ses “unes”, la religion, le terrorisme, et des actes violents de toutes sortes. Ces thèmes sont-ils souvent évoqués ensemble ? Ou plus exactement, sont-ils plus souvent évoqués ensemble que séparément dans le reste des “unes” du magazine, qui peuvent évoquer, par exemple, la violence du terrorisme sans évoquer la religion ?

La question cherche donc à mesurer une probabilité conditionnelle : la probabilité d’occurrence des thèmes joints, conditionnée à celle de l’occurrence des thèmes disjoints. Et en réalité, comme on est dans un réseau de co-occurrences, on ne cherche pas la co-occurrence des trois thèmes en même temps, mais celles des paires (des dyades) formées par ces thèmes au fil des “unes”.

Les paires qui nous intéressent particulièrement sont les paires “Religion-Terrorisme” et “Religion-Violence”, ainsi qu’une dernière qui nous va nous servir d’effet-contrôle : la paire “Terrorisme-Violence”. Si le corpus est bien codé, cette paire va avoir une probabilité d’occurrence positive. Dans ce cas, on pourra également observer les probabilités des deux autres paires. Allez go.

Le modèle

Bon, là, j’en arrive au stade où ça devient un peu sérieux. Asseyez-vous.

Imaginez un espace en deux dimensions avec 400 mots-clés répartis aléatoirement dans l’espace. Chaque mot-clé est un sommet du réseau, qui apparaît une ou plusieurs fois dans les “unes” de Charlie Hebdo. Certains apparaissent souvent, d’autres pas : ça, c’est leur probabilité d’occurrence principale, qu’on va appeler l’effet principal dans la modélisation qui va s’ensuivre.

Vous n’avez pas encore tracé de lien entre les mots-clés. Maintenant, tracez un lien entre les mots-clés qui se retrouvent ensemble sur une même “une” de Charlie Hebdo. Quand les liens se produisent plus d’une fois, placez le nombre de co-occurrences à côté du lien. Quand vous avez fini, félicitations, vous venez de mesurer la probabilité de co-occurrence pondérée de chaque paire de mots-clés.

Pour terminer, rajoutez dans l’équation les zéros structurels de la matrice d’adjacence de votre réseau. Whaaat the fuck! Sauf que c’est très simple : il s’agit de tous les liens qui n’existent pas dans votre graphe. S’il n’y a aucune co-occurrence de “Benoît XVI” et de “pédophilie”, alors il y a un zéro structurel à l’intersection de la ligne “Benoît XVI” et de la colonne “pédophilie” de la matrice du réseau.

Je viens de vous forcer à penser au réseau sous la forme d’un tableau à double entrée, c’est-à-dire d’une matrice d’adjacence, où chaque ligne et chaque colonne correspond à un mot-clé. Le réseau n’est pas dirigé : on a les mêmes mots-clés en lignes et en colonnes : la matrice est symétrique. De plus, elle contient beaucoup plus de “0” que de “1” : c’est une matrice creuse.

Maintenant, cherchez un modèle qui va simuler des dizaines de milliers de matrices aux dimensions similaires, en les remplissant aléatoirement avec autant de “1” que dans la matrice empirique (c’est-à-dire la matrice initiale, celle que vous avez observée dans les “unes”). Ne cherchez pas trop longtemps : ça s’appelle une modélisation par graphes exponentiels aléatoires – un “ERGM”, dans le jargon.

Respirez un coup.

L’équation

Un ERGM ressemble de très près à une équation de régression logistique, adaptée aux éventuelles dépendances dyadiques que vous pouvez vouloir mesurer. Si vous savez ce qu’est une équation de régression, vous savez qu’elle suppose que les observations soient indépendantes. Dans un réseau, ce n’est pas le cas : il y a des liens entre les observations. Du coup, l’ERGM se charge de modéliser ça.

Si vous ne savez pas ce qu’est une régression de régression, vous n’avez rien compris au paragraphe précédent. Contentez-vous de ça : le modèle va mesurer la probabilité de co-occurrence des mots-clés en contrôlant (c’est-à-dire, d’une certaine manière, en annulant) les effets de structure qui émanent du réseau lui-même, comme par exemple le fait qu’il contient surtout des absences de co-occurrence entre les mots-clés1.

L’équation contient donc :

  • un terme qui compte le nombre de liens (c’est-à-dire l’équivalent de l’ordonnée à l’origine dans une modélisation linéaire ou assimilée) ;
  • un terme qui absorbe les probabilités conditionnelles principales d’occurrence des catégories des mots-clés ; et
  • un terme qui mesure les probabilités conditionnelles de co-occurrence des catégories des mots-clés.

L’équation est additive : les termes sont mesurés indépendamment des deux autres termes. On raisonne donc “toutes choses égales par ailleurs”. Et comme on se concentre sur les catégories “Religion”, “Terrorisme” et “Violence”, on utilise toutes les autres catégories (“France”, “International”, etc.) comme catégorie de référence pour le troisième terme. Voilà, c’est terminé.

Je ne sais pas comment expliquer ça de manière plus simple sans trahir le fonctionnement du schmilblick. Trouvez un moyen de lire cet article, cet article et cet article (ne pas lire à jeun ; déconseillé aux femmes enceintes ; ne contient pas de noisettes). Concentrez-vous, c’est plus simple que ça en a l’air, surtout si on sait comment fonctionne une régression. Et dîtes non à la drogue.

Les résultats

Voici les résultats pour les réseaux de co-occurrence périodisés, correspondant chacun à une période trois mois. Il manque certaines périodes où les modèles ont échoué à produire des résultats suffisamment précis. Les résultats n’utilisent pas la pondération des co-occurrences des mots-clés, parce que celle-ci est presque toujours égale à 1 (ce qui est normal, quand on a beaucoup de mots-clés différents)2.

ergm_time

L’axe vertical est une log-probabilité conditionnelle : quand elle est positive, la co-occurrence de la paire de mots-clés est plus fréquente dans le réseau observé que dans un réseau aléatoire de même composition. La magnitude de la probabilité est calculée en référence à toutes les probabilités conditionnelles de co-occurrence que l’on ne montre pas ici : “France-Violence”, “International-Violence”, etc.

Enfin, le segment autour des points correspond à l’effet estimé ± 2 erreurs standard : c’est l’intervalle de confiance, qui met en doute la significativité statistique du résultat lorsqu’il contient zéro. Pour faire les choses bien, il faudrait faire des simulations supplémentaires pour mesurer un intervalle de crédibilité, mais j’ai la méga-flemme, et puis les résultats seraient à peu près mêmes (si si, promis).

Voici à présent les résultats par auteurs, plutôt que par période. Les coefficients (W), pour “weighted”, tiennent compte des pondérations des liens, ce qui n’est pas le cas des coefficients (B), pour “binaire”. Notez, par ailleurs, que les ERGM pondérés restent très expérimentaux : on sait ce qu’il y a dedans, mais on ne sait pas très bien vers quoi ça va3. Du coup, prudence dans la lecture des coefficients.

ergm_authors

À ce stade, vous avez peut-être envie de dire :

Explain_f3f71f_103575

Les explications

Voici ma lecture des résultats. Je ne vais pas discuter du fond : mes conclusions suivront dans quelques jours. Pour le moment, je vais me contenter de parler des coefficients, en évoquant leur direction, leurs intervalles de confiance, et leur distribution. Sans cette première phase de lecture, aucune interprétation possible.

Q : Que disent les coefficients ?

On commence par les modèles des réseaux périodisés.

Les coefficients sont presque tous positifs : la probabilité de co-occurrence des mots-clés associés aux thèmes “Religion”, “Terrorisme” et “Violence” est supérieure à celle des autres mots-clés, et même plutôt très supérieure : les coefficients tirent vers 1.7, soit une probabilité d’association des thèmes exp(1.7) = 5.5 fois supérieure à celle des autres associations thématiques.

On s’attendait à ce résultat, en particulier pour l’association thématique “Terrorisme-Violence”. Le seul contre-exemple se situe début 2013 : dans ce seul cas, l’association thématique “Religion-Violence” est moins probable que les autres associations thématiques de type “France-Violence” ou “International-Violence”. Le reste du temps, l’association thématique est forte, mais ne suit pas de progression temporelle particulière.

On observe aussi des probabilités d’association positives dans les réseaux des illustrateurs, mais la comparaison des coefficients pondérés et non pondérés montre des grosses différences de magnitude, ce qui n’est pas bon signe pour la suite.

Q : Que disent les intervalles de confiance ?

Les intervalles signifient que les résultats sont loin d’être hyper-robustes d’un point de vue statistique : c’est particulièrement vrai pour la période de janvier à mars 2012, par exemple. Cela signifie que l’on ne peut pas être certain que les probabilités mesurées soient différentes de zero : au vu des intervalles, ça a l’air plutôt probable, mais la magnitude de l’effet est sujette à caution.

De plus, il manque des coefficients dans les résultats parce que les erreurs standard étaient parfois très larges : raison de plus de douter qu’on ait mesuré quelque chose de tout à fait fiable. Encore une fois, la direction de la probabilité d’association ne fait, à mes yeux, aucun doute ; mais la magnitude de l’effet (par exemple, le « 5.5 fois supérieure » précité) mérite d’être mise en doute dans de nombreux cas.

Qu’est-ce qu’on en retient ?

On en retiendra que les modèles n’ont pas très bien convergé, mais suffisamment pour détecter une probabilité supérieure d’association entre les mots-clés des thématiques “Religion”, “Terrorisme” et “Violence”. Par exemple, il est plus probable de trouver “Benoît XVI” associé à “pédophilie” que de trouver “Johnny Halliday” associé à “pédophilie” ou “Johnny Halliday” et “Benoît XVI” associés entre eux.

Ce résultat général est obtenu toutes choses égales par ailleurs : on a pris en compte, dans le modèle, la fréquence d’occurrence de chaque thème, et la probabilité générale d’une co-occurrence entre deux mots-clés, quels qu’ils soient. En revanche, ce résultat n’est pas très précis : on va donc s’abstenir de le quantifier précisément, vu la largeur des intervalles de confiance.

Ce résultat ne varie pas non plus de manière caractéristique au cours du temps, ou selon les illustrateurs : les “unes” de Charlie Hebdo associent plus volontiers la religion, le terrorisme et la violence qu’elles n’associent d’autres thèmes entre eux ou à ces thèmes, mais sans que l’on ait pu détecter une progression de cette probabilité supérieure d’association au cours du temps ou chez un illustrateur particulier.

Conclusion ?

Aucune : on est au stade exploratoire, où l’on s’est contenté de faire tourner des modèles préliminaires sur des petits segments des données, histoire de voir si ça fonctionnait à peu près. Et ça fonctionne à peu près, même avec les soucis de puissance statistique évoqués ci-dessus. À ce stade, on cherche juste à expliquer et à tester la méthodologie principale, qui n’est pas aussi intuitive qu’un tri à plat.

On notera, de plus, qu’on a segmenté par période de trois mois et par auteur. Pour la période de trois mois, passe encore : c’est généralement une bonne idée que de rééchantillonner dans ses données, histoire de voir si l’effet observé sur N = { a, b, c } est aussi observable sur chacune des composantes de N. Mais segmenter par auteur, c’est purement exploratoire : la “une” n’est pas une publication individuelle.

Suite et (presque) fin, donc, au prochain épisode, avec un modèle global des “unes” de Charlie Hebdo. En attendant, voici le code intégral de l’analyse.

  1. Pour bien s’en assurer, on va même pousser le vice jusqu’à utiliser une distribution de Poisson “zéro-inflatée” dans certains des modèles. []
  2. Ça ne vaut pas le coup de remplacer une distribution de Bernoulli par une distribution de Poisson zéro-inflatée quand on a, à tout casser, trois ou quatre valeurs différentes de 1. []
  3. Par exemple, on ne connaît pas encore grand chose sur leur convergence quand la distribution est uniforme au lieu d’être binomiale ou Poisson. []

Les “unes” de Charlie Hebdo au cours du temps

Sur le thème « Qui est Charlie Hebdo ? », voici quelques compléments au billet de mercredi. Au passage, j’ai légèrement amélioré le code de réplication des billets, en corrigeant quelques erreurs mineures et en complétant les (rares) valeurs manquantes ; on passe, du coup, à un jeu de données qui contient 338 « unes » de Charlie Hebdo, catégorisées à l’aide de 401 mots-clés. C’est encore améliorable, mais la version actuelle me suffit.

Dans le billet précédent, donc, j’évoquais les mots-clés des « unes » de quatre illustrateurs de Charlie Hebdo, à grands renforts de réseaux visualisant les co-occurrences entre ces mots-clés (merci encore au fantastique blog Strips Journal pour le travail de codage). En séparant les « unes » par auteur, j’ai supposé que celles-ci variaient dans l’espace : l’espace des mots-clés de Luz n’est pas celui de Charb, qui n’est pas celui de Cabu.

En revanche, je n’ai rien dit des variations dans l’espace. Y en a-t-il ? Trouve-t-on des mots-clés sur la religion dans les mêmes proportions au fil des années ? Le jeu de données couvre intégralement les années 2009 à 2014 : découpons-le en quatre périodes de trois mois chacune, et voyons si les thèmes « Religion », « Terrorisme » et « Violence » y reviennent aussi souvent.

Voici, par exemple, les co-occurrences de termes de juillet à septembre 2009 (cliquer pour la version PDF) :

network_2009_3

On y parle de Sarkozy, Villepin, Clearstream, d’Hortefeux et de Besson, bref, de la Sarkozie. Et voici celui, pour comparaison, des trois « unes » de l’année 2015 :

network_2015_1

Pour la suite, on garde les trois « unes » de 2015 en mémoire, et l’on se concentre sur les années 2009-2014, où le nombre de « unes » est suffisamment élevé pour que les réseaux de co-occurrences soient un peu denses1. On va chercher, dans ces réseaux, les sous-réseaux les plus fortement liés aux thèmes « Religion », « Terrorisme » et « Violence ».

Les réseaux de co-occurrence

Voici les réseaux de co-occurrences qui nous intéressent, mis à la suite les uns des autres (cliquer à nouveau pour une version un peu plus grande) :

network_quarters

On distingue, sur certaines périodes, des “zones vertes” — des clusters de mots-clés liés à la religion. Comment repérer ces périodes ? Une méthode ultra-basique :

  1. Pour chaque période de trois mois (soit de 12 à 14 « unes »), on mesure les dimensions du réseau de co-occurrences complet : le nombre de mots-clés, et le nombre de liens, c’est-à-dire de co-occurrences.
  2. On extrait ensuite le sous-graphe qui ne contient que les mots-clés liés aux trois thèmes qui nous intéressent : « Religion » (en vert), « Terrorisme » (en rouge), et « Violence » (en mauve).
  3. On mesure les dimensions du sous-réseau, que l’on divise par les dimensions du réseau complet. Plus les fractions de mots-clés ou de liens augmentent, plus les thèmes sont représentés.

Voici les résultats de l’opération. Les deux plus hautes barres sont en bleu, les quatre suivantes en turquoise, et les autres en jaune2 :

prop_nodes

prop_edges

Les lignes horizontales en pointillés correspondent au niveau de chaque proportion dans le réseau de co-occurrences des trois « unes » de 2015, qui servent de niveau de référence. Comme on peut le voir, il y a deux autres périodes où Charlie Hebdo a souvent fait sa « une » sur les mêmes thèmes :

Voici le réseau “2011-2” (cliquer pour bla bla bla) :

network_2011_2

Et voici le réseau “2013-1” (cliquer pour bla bla bla) :

network_2013_1

On va se servir de ces deux réseaux pour avancer un peu dans l’analyse—parce que jusqu’à présent, il faut signaler que l’on a utilisé des réseaux de co-occurrences, mais sans vraiment bénéficier de la forme “réseau” : 90% de ce que l’on a observé aurait également été observable sur des tris à plat de fréquences brutes. Pour pouvoir réellement bénéficier de la forme “réseau”, il va falloir faire un peu de modélisation.

La suite dans le prochain billet.

  1. La densité correspond au nombre de liens dans le réseau, divisé par le nombre de liens qu’il aurait pu contenir si tous les noeuds étaient connectés à tous les autres. Cela vous donne une fraction de 0 (réseau vide) à 1 (réseau complet), comparable d’un réseau à l’autre. La densité des réseaux des années 2009-2014 varie de 0.08 à 0.38. []
  2. Si vous voyez d’autres couleurs, ce n’est pas grave, c’est juste que les cônes de votre rétine déconnent. Ou alors les miens. On s’en fiche. []

De quoi parlent les “unes” de Charlie Hebdo ?

Charlie Hebdo recommence à paraître normalement aujourd’hui.

Sur son blog, Gaël évoque le travail de deux sociologues, publié sous la forme d’une tribune dans Le Monde. Le graphique ci-dessous résume à la fois le thème de l’étude et son résultat principal :

charlie_lemonde

On avait pu entendre la même chose sur certains plateaux télévisés. Sauf que…

Sauf que Gaël pose les bonnes questions :

[L]a quantité de « unes » de Charlie Hebdo consacrées à l’Islam faisait-elle débat ? […]

Le décompte des “unes” du journal était-il un bon moyen de repérer l’obsession, si elle existe, de Charlie Hebdo pour l’Islam ?

Comment, dès lors, qualifier précisément la relation de Charlie Hebdo à l’Islam ?

On peut effectivement se demander si les “unes” de Charlie Hebdo peuvent s’analyser comme celles de Paris Match, en établissant simplement la fréquence de tel ou tel personnage ou thème en couverture. Et même si l’on accepte la méthode, il est difficile de répondre sans données : or, les deux sociologues n’en fournissent aucune, ce qui empêche à la fois de vérifier leur codage et de tenter une analyse secondaire.

En revanche, le texte publié dans Le Monde renvoie fréquemment à un blog qui archive régulièrement les différentes “unes” de Charlie Hebdo depuis septembre 2008. Mieux, le blog fournit des mots-clés avec chaque couverture, comme « Religion« , « François Hollande« , « François 1er » ou « xénophobie« , ainsi que la date de parution et l’auteur de la couverture. On peut donc passer aux choses sérieuses.

Les données

On commence par récupérer les métadonnées des 329 “unes” publiées sur le blog, ce qui demande 100 lignes de code à tout casser, téléchargement desdites “unes” inclus. On vérifie ensuite les fréquences principales, à commencer par les dates de parution. Il y en a bien 52 de publiées pour les années 2009-20131, une quarantaine pour 2014, et quelques-unes avant et après :

> table(substr(d$date, 1, 4))

2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 
   2    1   19   52   52   52   52   53   43    3 

Et puisque l’on va s’intéresser aux auteurs, les voici par fréquence décroissante :

> rev(sort(table(d$author)))

    Charb      Cabu       Luz      Riss Catherine       Jul   Tignous    Honoré 
       97        78        73        57        14         4         3         2

Le décor est planté. Passons aux 399 différents mots-clés que l’auteur du blog a utilisé pour catégoriser les “unes” : je les ai intégralement parcourus, et comme prévu, il n’y a aucune surprise dans ces mots-clés. On s’en doutait, Charlie Hebdo titre, comme tout le monde, sur l’actualité politique, économique et sociale. Jetons quand même un coup d’oeil aux 1% des mots-clés les plus fréquents :

> table(terms)[ table(terms) > quantile(table(terms), .99) ]
terms
        élections françois hollande          religion           sarkozy 
               42                39                33                80

On notera qu’à ce stade, on a déjà posé plein d’hypothèses : le codage est uniforme au cours du temps, tous les thèmes sont aussi bien catégorisés, etc. Vérification faite, à part quelques fautes d’orthographe, le codage est vachement bien : par exemple, l’auteur du blog inclue systématiquement les noms propres des personnages dans les mots-clés des couvertures où ils apparaissent2.

On note aussi que la religion revient souvent dans les mots-clés des “unes”, à raison d’environ une “une” sur dix. Notre corpus est plus limité que celui des sociologues cités plus haut, mais la fréquence du thème y est à peu près identique : on va simplifier les choses et se convaincre que c’est une convergence de codage en double aveugle, et que du coup, boum, les deux codages sont valides. Youpi.

Voilà pour la phase “collecte et vérification des données”. D’accord, le raisonnement sur la validité du codage est ultra-léger, mais après tout, je veux bien faire confiance à un auteur de blog suffisamment consciencieux pour archiver la quasi-intégralité des “unes” de Charlie Hebdo depuis sept ans. A priori, distinguer Johnny Halliday et Mahomet n’est pas trop difficile, et la vingtaine de couvertures que j’ai vérifiées étaient bien codées.

Les réseaux

Les lecteurs réguliers de ce blog, s’il en reste quelques-uns, s’en doutaient : ça va finir en réseaux, cette histoire… D’ailleurs, j’ai oublié de raconter que j’en avais produit plein, plein d’autres sur le modèle des réseaux de cosignatures dans les chambres parlementaires françaises. Mais ce sera pour une prochaine fois. (Et dans l’attente, vous pouvez déjà jeter un coup d’oeil aux demos interactives.)

Bref bref bref, maintenant qu’on a les données, que va-t-on en faire ? Pour rappel, il y a 329 “unes”, 329/52 ~ six années de publication de 2008 à 2014, quatre auteurs principaux avec au moins 50 “unes” à leur actif (mon bien-aimé Cabu, et les non moins bien-aimés Charb, Luz et Riss), 399 mots-clés différents, et une moyenne de presque quatre mots-clés par “une” :

> library(stringr)
mean(1 + str_count(d$tags, ";"))
[1] 3.893617

Réponse : on va visualiser le réseau des co-occurrences des mots-clés, histoire de voir si les couvertures sur le thème “Religion” sont plus souvent associées à des termes comme “Terrorisme” que, par exemple, les couvertures sur le thème “Bretagne” ou “Syrie”. Pour cela, il nous faut la liste (non dirigée, et non pondérée, pour l’instant) de toutes les co-occurrences, par auteur :

full = data.frame()
for(i in 1:nrow(d)) {
  
  y = unlist(strsplit(d$tags[ i ], ";"))
  full = rbind(full, data.frame(
    expand.grid(i = y, j = y, stringsAsFactors = FALSE),
    author = d$author[ i ]
  ))

}

Ce qui donne, pour les premières lignes :

> head(full)
                      i       j author
1               banques banques   Riss
2                bourse banques   Riss
3                 crise banques   Riss
4 crise financière 2008 banques   Riss
5               lagarde banques   Riss
6               banques  bourse   Riss

Explication de texte : ces co-occurrences de mots-clés proviennent de la “une” de Charlie Hebdo n°849, parue le 24 septembre 2008, et qui était dessinée par Riss. Titre de la “une” tel qu’enregistré sur le blog : “Sauvez les banques”. Mots-clés : “banques, bourse, crise, crise financière 2008, lagarde”. Précis, n’est-ce pas ? Je vous l’avais dit, l’auteur du blog est un bon codeur, il a bien bossé.

Qu’est-ce qu’on fait avec ça ? Déjà, on vire les “self-loops”, c’est-à-dire les lignes qui contiennent deux fois le même mot-clé. Ensuite, on établit la fréquence de chaque ligne : combien de fois, par exemple, Cabu a-t-il dessiné une “une” portant à la fois sur le thème “Armée” et sur le thème “Afghanistan” ? Réponse dans quelques lignes de code un peu dégueulasses mais parfaitement fonctionnelles :

# remove self-loops and select artist name
edges = subset(full, i != j & author == "Cabu")[, 1:2 ]
  
# aggregate and count identical (sorted) ties
edges$u = apply(edges, 1, function(x) paste0(sort(x), collapse = "///"))
edges = data.frame(table(edges$u))
edges = data.frame(i = gsub("(.*)///(.*)", "\\1", edges$Var1),
                   j = gsub("(.*)///(.*)", "\\2", edges$Var1),
                   n = edges$Freq / 2)

La réponse, donc :

> head(edges)
            i             j n
1 afghanistan         armée 1
2 afghanistan       chômage 1
3 afghanistan        guerre 1
4 ahmadinejad antisémitisme 1
5 ahmadinejad        durban 1
6 ahmadinejad négationnisme 1

On dispose désormais de ce que l’on appelle, dans le jargon, une one-mode edge list pondérée (mais non dirigée, car il n’y a pas de “directionalité” d’un mot-clé à l’autre). En clair, ça signifie que l’on va pouvoir dessiner le réseau des co-occurrences des mots-clés, où chaque noeud est un mot-clé et chaque lien une ou plusieurs co-occurrence(s). Et à plus long terme, on va même pouvoir évaluer la probabilité de chaque co-occurrence.

Les graphes

On y arrive enfin. Avant de passer aux graphes, eux-mêmes, un dernier mot de méthode : pour faire ressortir les grandes thématiques des “unes” avec des couleurs, j’ai procédé à un rapide codage des mots-clés, similaire à celui de l’étude publiée dans Le Monde. J’ai ensuite simplifié ce codage pour ne garder que six catégories directement liées aux accusations diverses et variées dont Charlie Hebdo a fait l’objet :

  • Trois couleurs claires codent des catégories de mots-clés très larges : “France”, “International”, et “Varia”, la catégorie résiduelle, qui contient tout et n’importe quoi (“France Télécom”, “Hitler”, j’en passe) ;
  • Trois couleurs vives codent des catégories beaucoup plus précises :
    • La catégorie “Religion”, en vert, contient les 22 mots-clés du corpus qui portent sur les trois religions monothéistes3 : “antisémitisme, athées, benoit xvi, bible, burka, charia, coran, dieu, évêque, françois 1er, intégrisme, jesus, laïcité, lourdes, mahomet, opus dei, pape, prophète, ramadan, religion, torah, vatican”
    • La catégorie “Terrorisme”, en rouge, contient les 7 mots-clés directement assimilables au terrorisme international ou islamique : “al-qaida, 11 septembre, ben laden, jihad, mohamed merah, otage, terrorisme”
    • La catégorie “Violence”, en mauve, contient 13 mots-clés à connotation négative : “assassinat, attentats, discrimination, guerre, homophobie, massacre, parricide, pédophilie, sexisme, torture, tueur de masse, violence, xénophobie”

Ce codage a pour effet de souligner certains mots-clés bien précis, histoire de faciliter la lecture des graphes. Voici, par exemple, le réseau des co-occurrences de mots-clés construit à partir des 78 “unes” dessinées par Riss. Le graphe contient 172 mots-clés et 554 liens de co-occurrences entre ces mots-clés. Cliquez sur le graphe pour ouvrir la version PDF, qui est beaucoup plus lisible :

network_Riss

Grâce aux couleurs, on repère aisément la zone du graphe qui correspond aux (quelques) “unes” sur la religion :

Screen Shot 2015-02-26 at 04.24.19

On recommence l’exercice. Voici à présent le réseau des “unes” de Cabu (bien-aimé Cabu, tu me manques tous les mercredis) :

network_Cabu

Zoom à nouveau sur la “zone verte” correspondant aux “unes” sur la religion :

Screen Shot 2015-02-26 at 04.26.39

On continue avec Luz, qui est un peu plus compliqué que les deux graphes précédents :

network_Luz

Plus compliqué, en effet, car les mots-clés sur la religion sont éparpillés, mais il y a quand même un cluster visible en base à droite :

Screen Shot 2015-02-26 at 04.30.36

Et enfin, le réseau des co-occurrences de mots-clés pour les “unes” de Charb, qui contient notamment cette superbe association entre Jean-Marie Bigard et le 11 septembre, grâce à la couverture de Charlie Hebdo n°848 (septembre 2008) :

network_Charb

Dernier zoom sur la zone “Religion” et sur la zone “Terrorisme” mitoyenne4 :

Screen Shot 2015-02-26 at 04.34.12

Voilà pour les graphes. Pour la visualisation, voir ce script de 50 lignes, qu’il suffit de faire tourner après avoir fait tourner les deux précédents (données et codes couleurs). Le tout tient en 200 lignes de code et prend au strict maximum dix minutes à faire tourner. Et pour les feignasses, voici les données brutes (les pages du blog avec les métadonnées).

Nota bene – ne vous fiez pas au nombre de “unes” indiqués en haut des graphes : j’ai juste eu la flemme de changer tous les fichiers après avoir rectifié une petite erreur de programmation. L’erreur laisse croire que tous les graphes sont basés sur 78 “unes”. Or, s’il y a bien 78 “unes” pour Cabu, il y en a 97 pour Charb, 73 pour Luz, et 57 pour Riss. Le code de réplication produit les bons chiffres.

Conclusion provisoire

A-t-on “prouvé” quoi que ce soit avec ces graphes ? Certainement pas, sinon que Charlie Hebdo parle de tout et de rien. Je garantis une seule chose : les mêmes réseaux de co-occurrences sur les “unes” de Valeurs actuelles ou de Minute auraient été beaucoup, beaucoup plus simples à interpréter. Et c’est un peu, je pense, ce que suggérait Gaël dans son billet.

Prochaine étape : quelques probabilités simples à partir de ces réseaux et de leurs pondérations (que j’ai ignorées dans l’exercice de visualisation ci-dessus), et peut-être, si je trouve le temps de faire quelque chose de pas trop moche, une version interactive des graphes, avec visualisation parallèle des “unes” et autres gadgets. En attendant, Charlie Hebdo est en kiosques, si vous voulez voir un peu plus loin que la “une”.

Mise à jour : le code a été amélioré depuis la publication de ce billet. Voir le billet suivant dans la série « Charlie Hebdo ».

  1. L’année 2013 contient 53 “unes” parce qu’elle contient aussi la “une” d’un supplément. []
  2. Il y a même le nom précis des papes successifs ! Que demande le peuple. []
  3. Il n’y a pas de mots-clés sur les autres religions. []
  4. Attention, les graphes utilisent une méthode de placement qui contient une part irréductible d’aléatoire : les positions affichées ne sont pas du tout les seules possibles. []

Extraire un corpus médiatique sans (trop) saigner des yeux

Vous vous êtes déjà demandé quelle avait la couverture médiatique d’un projet de loi comme le projet de loi DADVSI ? ou, plus connu, le projet de loi HADOPI, qui donna lieu à un feuilleton législatif de plusieurs années ?

J’avais très rapidement mentionné le sujet en évoquant un papier co-écrit avec Pierre Gueydier, présenté à l’AFSP en 2013 et que nous avons commencé à remettre à jour. Comme d’habitude, tout est en ligne.

Le papier portant sur la politisation, une étude préliminaire de la médiatisation des projets de loi peut être un bon moyen de jeter un premier coup d’oeil aux individus, aux institutions et aux organisations mobilisées autour de leur examen.

Quelques essais et 300 lignes de code plus loin, on dispose donc d’un corpus de 6350 articles issus de sept médias français différents1, qui ressemble à ça au fil du temps :

counts

Comment faire

  • Pour chaque média, il y a un moteur de recherche utilisant une pagination des résultats. La première étape consiste donc à parcourir chaque page de résultats, en récupérant les adresses des articles.
  • Ensuite, pour chaque article, on a accès soit à une page donnant accès au texte intégral, soit aux premières lignes du texte dans le cas des articles payants du Figaro et du Monde.
  • Enfin, il faut se donner une syntaxe permettant de sauvegarder le contenu d’un lien HTTP vers un fichier texte, ce qui demande quelques essais-erreurs avec les expressions régulières.

Les techniques servant à récupérer et à nettoyer les données ayant déjà été traitées dans plein d’autres billets (exemple), je ne développe pas sur ce point, mais suis intéressé par tout scraper équivalent pour d’autres sites de médias.

Qu’en tirer

Le raisonnement du texte étant qualitatif, l’exploration du corpus est avant tout une manière de trianguler des décisions de terrain, comme le choix de se focaliser sur certains acteurs plutôt que d’autres.

Histoire de repérer les acteurs, on extrait tous les termes contenant une majuscule initiale, que l’on nettoie ensuite des termes courants. Restent les termes comme « Vivendi Universal » ou « Frédéric Mitterrand ».

On parcourt ensuite les mille termes les plus fréquents, dont on tire une liste de presque 350 entités, allant de la classe politique à Twitter en passant par les DRM et la jurisprudence SABAM.

Voici à quoi ressemble la co-occurrence de ces entités dans les articles publiés entre 2012 et aujourd’hui, représentées sous la forme d’un réseau de termes fréquemment associés à la « mission Lescure-préparant-l’acte-II-de-l’exception culturelle » :

seq3

Le réseau est naturellement très dense (il y a énormément de co-occurrences), mais les liens sont plus ou moins ténus, grâce à une technique de pondération qui tient compte du nombre d’entités identifiées dans chaque article2.

En additionnant ces liens, on obtient un indice plus synthétique, le degré pondéré de centralité. Dans le graphique ci-dessus, la taille des entités est proportionnel à cet indice, qui n’est qu’une mesure possible parmi d’autres.

Voici donc, pour terminer, les quinze premiers scores de centralité sur la totalité des neuf années couvertes. D’autres tableaux et graphiques explorant des segments temporels spécifiques de la période couverte sont disponibles dans l’annexe du papier.

Screen Shot 2014-06-26 at 3.39.09 PM

Je n’ai pas le temps de m’acharner sur les données, mais cette preuve du concept montre qu’il n’est pas difficile de récolter un corpus médiatique, hélas moins riche qu’une base de données comme Factiva ou LexisNexis, mais d’ampleur raisonnable.

Si vous avez des suggestions sur comment modéliser tout ça proprement, à coups de topic models ou autre chose, laissez un commentaire, mais c’est en général à ce stade-là que l’on commence à saigner un peu des yeux.

  1. Libération apparaît dans le corpus Écrans.fr, et les articles des Échos ne sont pas disponibles avant décembre 2011. []
  2. Cette technique permet de mettre sur un même plan les articles en texte intégral et ceux pour lesquels on ne dispose que des deux premiers paragraphes. []

À propos du « Le Pen. Une histoire française », de Philippe Cohen et Pierre Péan

Les journalistes Philippe Cohen et Pierre Péan viennent de publier une copieuse (550 pages) biographie de Jean-Marie Le Pen. Sa parution a fait beaucoup de bruit dans les médias, tant à cause de son sujet que du parti pris des auteurs : « l’aborder [JMLP] comme un sujet d’enquête banal, sans a priori » (p. 10) – ce qui, interprété par certains, revient à faire preuve d’indulgence envers Le Pen et le Front national. De plus, les auteurs adoptent un ton volontairement polémique à l’égard de leurs collègues journalistes, accusés d' »autisme bibliographique » – les ouvrages consacrés à la vie de JMLP seraient tous soit hagiographiques, soit entachés du pêché originel de l’animosité à l’égard de leur objet. Seule la biographie de Christian Lionet et Gilles Bresson, deux journalistes qui officient alors (en 1994) à Libération, trouve grâce à leurs yeux.

On ne fera pas ici une recension « classique » de l’ouvrage, tant il a déjà été discuté dans de nombreuses arènes, que ce soit pour être voué aux gémonies (y compris par Maurice Szafran, rédacteur en chef de Marianne, employeur de Philippe Cohen) ou au contraire porté au pinacle. La discussion s’est d’ailleurs même déplacée sur le terrain judiciaire, puisque JMLP a déclaré qu’il attaquerait les auteurs, concernant ses histoires d’argent (auxquelles tout un chapitre est consacré), semble-t-il. Il ne s’agit pas davantage de juger le travail d’investigation – réel – mené par les journalistes, car je ne suis pas spécialiste de la biographie du président d’honneur du Front national, ni même historien. D’autres sont mieux qualifiés que moi pour porter un jugement sur ces points.

Il semble en revanche intéressant de lire cette biographie au prisme des savoirs produits par les sciences sociales sur le Front national et son président. Comment cet ouvrage se situe-t-il par rapport à ces connaissances, et peut-il être utile à un chercheur en sciences sociales travaillant sur le Front national ?

Ce questionnement m’est venu en lisant l’introduction du livre, pour deux raisons. En premier lieu, les auteurs insistent sur leur démarche, se voulant dépassionnée, dénuée d’a priori, presque empathique – même si le mot n’est pas employé. Cela semble suffisamment important et n’allant pas de soi pour que les auteurs y reviennent à plusieurs reprises dans le livre. Or, pour le chercheur en sciences sociales, cela ne semble guère problématique, tant la neutralité axiologique fait partie de l’éthique professionnelle la plus largement partagée – même si c’est avec des cas comme celui de l’extrême droite qu’elle semble parfois toucher à ses limites, du moins du point de vue de certains chercheurs. (On peut d’ailleurs se demander à quoi rimerait une neutralité axiologique qui ne s’appliquerait qu’aux objets qui ne nous dérangent pas). En second lieu, c’est l’interprétation que les auteurs proposent de la trajectoire de JMLP qui m’a conduit à m’interroger sur le rapport de cet ouvrage avec les sciences sociales. Il me faut d’abord résumer en quelques mots la thèse des auteurs : pour eux, Jean-Marie Le Pen n’est pas intrinsèquement un fasciste, ni même un idéologue – et, au fond, ce n’est pas tant ce qu’il est qui compte, que ce qu’on en a fait. « Il est surtout une construction, un monument érigé peu à peu au centre de notre vie politique […]. Au fond, la force et la faiblesse de Le Pen ont été d’aller au-devant du rôle que tous ceux-là entendaient lui faire jouer », écrivent les auteurs en introduction (p. 12-13). Ce sont donc des interactions entre JMLP et d’autres acteurs politiques (Mitterrand, Tapie, Chirac, Sarkozy) et médiatiques, voire associatifs (SOS Racisme) qui ont « fait » Jean-Marie Le Pen. Or, cette thèse a déjà largement été défendue en sciences sociales. C’est sans doute Jacques Le Bohec qui, parlant de « phénomène Le Pen » pour bien en souligner le caractère co-construit, l’a le plus clairement démontré en analysant les interactions entre Jean-Marie Le Pen et les journalistes. Mais d’autres chercheurs ont également contribué à cette approche ; Magali Boumaza, par exemple, a souligné le rôle que la stigmatisation jouait dans la construction de l’identité des (jeunes) militants frontistes. Plus largement, les approches constructivistes, interactionnistes ou encore en termes de rôle ont largement contribué à la compréhension du Front national et du rôle de son dirigeant historique. Or c’est bien une approche par la carrière extrémiste que nous livrent les auteurs, en montrant qu’en rien le jeune Jean-Marie Le Pen n’était « destiné » à devenir le président du Front national. C’est bien une succession de carrefours biographiques, marqués aussi bien par la contingence que par les dispositions antérieures, qui le conduisent d’abord à l’engagement à l’extrême droite, ensuite à la direction du FN, enfin à son enfermement dans son rôle de « diable de la République ». L’importance du fameux épisode du « point de détail de l’Histoire », en 1987, est ainsi soulignée : c’est de ce jour (« le jour où Le Pen est devenu Le Pen », titrent plaisamment Cohen et Péan) que daterait la relégation définitive de Le Pen en marge du champ politique français, relégation acceptée et entretenue par le principal intéressé à travers ses fameux « dérapages » (en réalité largement contrôlés).

La proximité de la ligne directrice des auteurs avec celles de certains chercheurs, et notamment de Le Bohec, est d’autant plus troublante que les chercheurs en sciences sociales ayant travaillé sur Le Pen ne sont quasiment pas cités dans l’ouvrage. À peine sont-ils convoqués parfois à l’appui de leurs arguments – et avec, semble-t-il, une connaissance médiocre de la littérature, à telle enseigne que le nom de Nonna Mayer, probablement la plus connue des spécialistes françaises du Front national, est doublement écorché (« Nona Meyer », p. 517). Laurent Bouvet et la « gauche populaire » sont également mobilisés, mais il s’agit là davantage d’une convergence (en tout cas perçue par les auteurs) du point de vue des réponses politiques à apporter au Front. En revanche, Le Bohec par exemple n’est jamais cité.

N’ayant pas de raison particulière de penser que les auteurs auraient ici volontairement omis de citer leurs lectures, il faut en conclure qu’ils arrivent aux mêmes conclusions qu’une partie de la littérature scientifique sans l’avoir lue. Et il faut alors le regretter, car aussi bien leur travail que la littérature académique gagnerait à des échanges intellectuels entre une œuvre de journalisme d’investigation comme celle-ci et des travaux plus distanciés et plus théorisés.

Car le livre de Péan et Cohen sera aussi utile pour le chercheur intéressé par le Front national et la figure de son président d’honneur. Il y trouvera un matériau détaillé qui fait malheureusement défaut dans la littérature académique, et pourra en nourrir ses analyses. Certes, il pourra ici ou là ne pas adhérer aux interprétations proposées par les auteurs, et devra sans doute attendre que d’autres journalistes (ou chercheurs ?) réfutent ou précisent telle ou telle information. Mais dans l’ensemble, je pense qu’il s’agit d’un livre utile, qui mérite d’être lu sans passion et sans a priori, loin des oppositions au sein du champ journalistique que les prises de position au sujet de l’ouvrage révèlent incidemment.

EDIT : ce billet a été repris par nonfiction.fr.

Quelques leçons d’élections récentes

Comme François, je n’ai guère le temps d’écrire ces temps-ci (et il faut bien que je réserve quelques unes de mes modestes recherches aux futurs membres de mon jury…), mais l’actualité, immédiate et moins immédiate, m’incite à rapidement faire quelques remarques.

  • le quiproquo de l’élection du président de l’UMP, comme jadis celle de la première secrétaire du PS ou naguère celle du président des États-Unis (en Floride en particulier), nous rappelle que l’acte de vote s’inscrit dans un contexte technologique et organisationnel loin d’être neutre ou sans importance. Bien sûr, on le sait au moins depuis Garrigou, mais il semble facile de l’oublier. Pour des raisons sans doute pas si différentes, et les États-Unis et les partis politiques français n’ont pas réuni les conditions technologiques (dans le cas des États-Unis) et institutionnelles (dans le cas du PS ou de l’UMP) pour que les résultats des élections acquièrent un caractère aussi centralisé, incontesté et précis que ceux des élections politiques françaises. Un corollaire est que, lorsque ces conditions (en gros, une autorité indépendante suffisamment forte pour assurer les conditions de l’organisation et du contrôle du scrutin – en France, l’État) ne sont pas réunies, l’accord entre les parties sur les résultats est essentiel – un beau cas de construction sociale de la réalité. En guise d’illustration, qu’on se rappelle le rôle joué par l’acceptation de la défaite par Al Gore aux États-Unis en 2000, par l’acceptation de la défaite par Ségolène Royal en 2008 (avec dans les deux cas, le sentiment de la part de beaucoup que le résultat inverse était au moins aussi bien établi) ou encore la non reconnaissance de leur défaite le soir de l’élection par les deux prétendants à la présidence de l’UMP (à l’heure où j’écris ces lignes, la désormais célèbre COCOe vient de rendre son verdict en faveur de Jean-François Copé, à 98 voix près). Historiquement en France, et lorsque la capacité de l’État à imposer une quantification incontesté des résultats était moindre, c’était d’ailleurs le Parlement qui avait seul compétence à valider ou non les résultats des élections législatives. Aujourd’hui, dans les partis, les commissions en charge de la validation des scores (COCOe à l’UMP, commission de recollement au PS) jouent ce rôle, sur le modèle des transactions collusives (Michel Dobry) : on se met d’accord, plus ou moins facilement, sur les scores des uns et des autres, ici et là. J’ai d’ailleurs le sentiment que ces phénomènes sont nettement mieux documentés dans le cas du PS que des partis de droite, mais je souffre peut-être de myopie scientifique. (Au passage, voici un bien dont la France pourrait accroître l’exportation : ses technologies électorales !)
  • Plusieurs commentateurs soulignent, en s’en étonnant, le caractère troublant d’une succession d’élections internes à des partis qui se finissent par des scores extrêmement serrés : désignation du candidat à la présidentielle des Verts en 2006, congrès de Reims du PS, élection à la présidence de l’UMP, etc. Certains scientifiques l’expliquent en tentant d’appliquer les lois de la physique aux phénomènes sociaux ; d’autres, comme Eric Dupin, y voient une sorte de loi de la démocratie, sans en donner l’explication. Pour ma part, je ferais volontiers l’hypothèse suivante (un peu spéculative, je l’avoue bien volontiers). Aux élections politiques (générales), la tendance à parvenir à un score proche du 50/50 peut s’expliquer par la recherche, par chacun des deux candidats (dans les élections à deux candidats…), de l’électeur médian, selon la logique spatiale du vote proposée par Downs et ses continuateurs. Cette logique me semble toutefois perturbée par des phénomènes de type bandwagon, liés à l’existence de dispositifs prétendant annoncer, avec une certaine marge de vraisemblance, le résultat final (sondages, commentaires politiques…), qui permettent souvent à l’un des candidats de l’emporter avec une marge nette (après tout, une pensée scientifique devrait faire de l’égalité entre les candidats l’hypothèse H0). Dans le cas d’une élection interne à un parti, les choses me semblent un peu différentes.  Pour au moins deux raisons : 1/ on y évolue beaucoup plus à l’aveuglette : on n’a pas de connaissance précise du corps électoral (souvent à dimension variable, comme dans le cas de l’UMP où les adhérents pouvaient s’acquitter de leur cotisation jusqu’au jour de l’élection), on n’a en général pas d’estimation fiable des rapports de force internes (en particulier à l’UMP, où il n’y avait jusqu’à présent pas de courants structurés ; au PS, chaque courant a ses pointeurs, sans compter les fédérations qui votent au canon). 2/ bien souvent, les prises de position des militants et des cadres du parti s’éloignent très sensiblement de l’idéal-type du citoyen délibérant, choisissant en son âme et conscience le candidat qui lui semble le plus proche de ses idées. En effet, les clivages idéologiques sont souvent peu clairs (et, du coup, conduisent les commentateurs à plaquer des cadrages particulièrement artificiels, comme Joly la verte verte vs. Hulot l’ouvert à EELV en 2011 ou Copé le droitisant contre Fillon le centriste… dont la campagne était dirigée par Éric Ciotti, come on guys !), et ces élections servent avant tout à objectiver un système de positions internes dont chacun va chercher à tirer l’avantage maximal pour sa carrière politique (fut-elle non professionnelle), en interne et surtout en externe. Au PS ou à EELV, le choix des motions qu’on signe et des candidats qu’on soutient obéit ainsi à des considérations très  complexes, mais qui ont comme ultima ratio l’horizon de la désignation des candidats aux prochaines élections locales ou législatives. A l’UMP, le pluralisme est moins ancré dans l’histoire et dans les statuts du parti, mais je soupçonne que le soutien pour Copé ou Fillon obéit aussi largement à ce genre de calculs. Rien d’étonnant, dans ce cas, à ce que les calculs stratégiques interdépendants des uns et des autres aboutissent à une sorte d’équilibre relatif. En tout cas, je pense qu’on a tort de surinterpréter politiquement ce qui se joue lors des scrutins internes. La politique est avant tout utn activité pratique.
  • Les commentateurs, toujours, spéculent (comme d’ailleurs depuis des mois) sur la possibilité d’une scission de l’UMP. Fillon aurait, dans son discours de concession ce soir, accrédité cette idée. Je n’ai jamais cru, et je ne crois toujours pas, à l’hypothèse d’une scission nette de l’UMP, à la fois parce que les institutions survivent souvent aux aléas (le PS l’a bien montré depuis 2008 – même s’il est vrai que l’UMP n’a pas la même histoire et a des statuts plus personnalisés que ceux du PS ; mais les statuts sont aussi ce que la pratique en fait), et en raison des considérations que j’ai exposées plus haut : grosso modo, les désaccords idéologiques ne se sont pas exprimés suffisamment nettement pour que Fillon quitte l’UMP avec un nombre significatif de militants, d’autant que l’UDI de Borloo occupe déjà l’espace à gauche de l’UMP (enfin, à gauche… il y a aussi des gens à droite de l’UMP à l’UDI, comme jadis à l’UDF) . Fillon peut très bien profiter de la situation pour, par exemple, dealer avec Copé son soutien pour une candidature à la Mairie de Paris en 2014. En revanche, je crois beaucoup plus à la possibilité de départs de groupes, localement, de l’UMP, en fonction des contextes politiques locaux (et en particulier de la pression exercée par l’influence locale du FN). Le poids de l’UMP dans la droite s’affaiblira sans doute, mais je ne crois guère à un big bang. Enfin, en politique, on a toujours tort de faire des prévisions…

 

Sur la quantification du football

Il y a plusieurs mois, un étudiant qui avait suivi mon cours de statistiques introductives m’avait signalé le film Moneyball, qui donne un aperçu de ce que sont les sabermetrics aux États-Unis, c’est-à-dire les statistiques appliquées au baseball. Cette pratique est devenue plus qu’une lubie : contrairement au trainspotting, elle a rapidement trouvé des applications commerciales et scientifiques.

L’émission “Place de la toile”, facile à suivre grâce à Twitter via #pdlt et @thibnton, consacrait sa dernière émission à l’introduction des statistiques dans le football. L’émission évoque quelques mécanismes généraux de la quantification du sport, comme la cotation des équipes et des matches ou l’indexation des salaires et des transferts. Les invités évoquent aussi l’introduction des statistiques dans les carnets des entraîneurs et dans les jeux video, le conflit d’autorité avec les mesures qualitatives dans les milieux professionnels du sport (entraîneurs, consultants, médias…). On retrouve beaucoup d’éléments de boundary-work entre amateurs et professionnels.

Je m’en tiens à ce résumé très bref, l’émission se terminant à l’instant. Et c’est probablement mon dernier billet sur le football, mais pas le dernier sur la quantification.