La torture pendant la guerre d’Algérie, France, 2018

Le sujet en titre de ce billet m’est cher, pour de nombreuses raisons, et je pense que c’est le cas pour beaucoup de monde autour de moi : un peu plus d’un million d’appelés du contingent dans ce qui reste le dernier processus de mobilisation militaire de masse dans l’aire occidentale1, ça laisse des traces un peu partout.

Manière de dire que pour celles et ceux qui connaissent le sujet, la décision récente d’Emmanuel Macron, qui prolonge plusieurs décisions beaucoup plus discrètes de François Hollande en matière d’ouverture graduelle des archives françaises, veut dire quelque chose — quelque chose d’éminemment juste, indépendamment de la stratégie de communication dans laquelle on peut évidemment l’insérer, à des fins qui ne m’intéressent pas ici2.

Benjamin Stora a dit exactement ce qu’il faut sur le sujet, et pour le fond, il y a l’ouvrage magistral de Raphaëlle Branche et les travaux de Sylvie Thénault.

Enfin, si vous ne l’avez pas déjà vu, il faut visionner Escadrons de la mort, l’école française, de Marie-Dominique Robin, car comme les maladies, les techniques de guerre ont leur pathocénose, et de la même manière que presque aucune des pathologies infectieuses d’hier n’a disparu aujourd’hui3, la plupart des atrocités guerrières du vingtième siècle sont encore d’actualité, sous une forme ou une autre.

  1. Si je me souviens bien des chiffres, et il faut comparer les mobilisations civiles — sinon le Viêtnam états-unien, conflit plus de deux fois plus long même si l’on enlève la période sans envoi massif de troupes, passe devant. Quelques autres chiffres sont en note de bas-de-page dans le chapitre 3, je crois, du livre d’Audoin-Rouzeau cité il y a sept jours ici. []
  2. Mais si ça vous intéresse, il y a Éric Zemmour, dont la seule évocation du nom a fait rigoler tout l’amphi il y a quelques jours. []
  3. Les seules exceptions sont la variole (variola/smallpox) et la peste bovine (rinderpest) ; la poliomyélite n’est pas encore éradiquée, mais l’on s’en rapproche. []

À consommer de préférence sur Internet sous 15 jours, n°2

  • Mike Bostock, le concepteur de la librairie de visualisation d3.js, a un style de présentation très impressionnant à regarder — son keynote à csv,conf 2017 est un mélange de slides épurées et de live coding demos :

    Du grand art, s’il en est un dans le domaine.

  • Henry Farrell a archivé plus de 500 liens pour son cours sur la cybersécurité. Je m’en sers pour alimenter cet atelier.

  • Dans la catégorie « flawed but interesting » (où l’on peut aussi choisir de ranger Régis Debray, par exemple), cet entretien avec Emmanuel Todd, plus intéressant pour ses provocations à la limite de la métaphysique (de type « la classe moyenne française a choisi de ne plus croire en sa nation, et quelque part, c’est son droit ») que pour ses aspects biographiques ou pour ses jugements de personnalité.

    La deuxième partie contient aussi son lot de provocations, mais je les ai trouvées moins intéressantes—l’entretien me semble être devenu de plus en plus complaisant au fil de la conversation.

  • En réaction au billet précédent, Arthur me recommande les séances de lecture de L’Encyclopédie des guerres, de Jean-Yves Jouannais, au Centre George Pompidou jusqu’en avril :

    J’en profite pour rajouter aux deux paragraphes sur l’historiographie de la guerre (billet précédent) : lire Combattre. Une anthropologie historique de la guerre moderne (XIXe-XXIe siècle), de Stéphane Audoin-Rouzeau — acheté à l’automne dernier, lu les premières pages dans le métro, jamais rouvert ; bonne résolution 2018 : cesser de faire ça.

  • Deux podcasts anglophones de discussion politique à essayer, si vous ne les connaissez pas déjà : Chapo Trap House (USA), qui semble être devenu assez connu en peu de temps, mais que je n’ai pas trouvé convaincant, et Aufhebunga Bunga (Royaume-Uni), dont j’ai écouté une demi-douzaine d’épisodes, et sur lequel je réserve encore mon jugement.

    Je ne sais plus exactement comment j’en suis venu à ces deux podcasts, mais tout a commencé avec cette Introduction à Antonio Gramsci, de George Hoare (qui participe à Aufhebunga Bunga) et Nathan Sperber.

  • J’étais ravi de découvrir, dans mes flux RSS, que Christophe Lalanne a récemment recommencé à alimenter ses memos. Les trois derniers que j’ai lus : « Live coding »1, « Readings on arXiv », et « The setup (2018 edition) ».

    Ce qu’écrit Christophe au sujet de macOS High Sierra me convainc que j’ai bien fait de rester sur Mac OS X 10.9 Mavericks ces dernières années. Mavericks est complètement dépassé et donc vulnérable à certaines failles de sécurité critiques, mais il est rapide, et je ne vois rien d’intéressant dans macOS 10.10+2.

  1. Billet dont je tire la présentation de Mike Bostock mentionnée plus haut. []
  2. Voir néanmoins mes « Trucs et astuces informatiques » pour des pratiques moins risquées en matière de sécurité informatique. []

À consommer de préférence sur Internet sous 15 jours, n°1

  • Maggie Haberman, la journaliste du New York Times envoyée à la Maison Blanche, a donné un très intéressant entretien au magazine The Atlantic, à écouter sur la page The Atlantic Interview (épisode n°8).

    Ce que Maggie Haberman dit de Donald Trump est en large partie spéculatif (bien qu’elle s’en défende), mais cela n’enlève rien à l’intérêt de l’exercice : avec ses propres repères culturels et politiques, le portrait psychologique qu’elle livre de Trump – son rapport à l’élite new-yorkaise dont il est extrait, sa capacité de calcul stratégique, les sources de ce qu’il mémorise, etc. – est un bon correctif à celui que l’on peut avoir bâti tout seul dans son coin.

  • Ce compte-rendu par Scott Alexander de Folie et déraison. Histoire de la folie à l’âge classique (Madness and Civilization est le titre anglais de l’ouvrage dans son édition anglophone initiale) vous donnera envie d’aller lire ou relire Michel Foucault.

    Dans un style proche, je conseille aussi La fatigue d’être soi. Dépression et société, le dernier volet de la trilogie d’Alain Ehrenberg : je n’en ai lu que la première partie (c’est long et dense), mais ça en vaut le détour1, et cela complète très bien d’autres lectures en psychiatrie ou histoire de la psychiatrie, un thème de lecture dans lequel je commence tout juste à investir un peu de temps2.

  • Dans ses pages sur Descartes3, Leszek Kolakowski évoque la possibilité qu’à tout moment, nos mémoires ne soient qu’une construction par une entité externe tierce, et que nous n’existions, en réalité, que depuis quelques secondes à peine.

    Au cours d’une conversation avec un ami, j’ai tenté de recycler l’idée pour faire une sorte de blague sur les machines à remonter le temps, mais ça n’a pas très bien marché. Et puis, tout récemment, j’ai découvert que Tom Gauld l’avait déjà fait :

    À la réflexion, Zach Weinersmith, de SMBC, a certainement aussi fait quelque chose d’approchant. J’aurais mieux fait de chercher une analogie avec Blade Runner.

  • Une jeune voisine s’est récemment mise au piano. Du coup, j’ai cherché un moyen rapide de me réconcilier avec le piano.

    Les musiques de films jouées par Stephan Oliva, que j’avais eu la chance de voir à la sortie de l’album, restent pour moi l’antidote parfait à toute chute de tension dans le rapport du mélomane au piano. Dans mon cas, cela fonctionne encore mieux que Gould (au sujet duquel) ou Chopin, en particulier quand on change ensuite de style pour se réfugier dans la lente géométrie du Canto Ostinato de Simeon ten Holt.

  • Exercice rapide sur l’historiographie de la guerre :

    1. Lire quelques pages sur Thucydide4. 2. Trouver un bon exemple de stratège militaire : Zhukov semble tout recommandé. 3. Lire une critique poussée de l’historiographie des conflits. 4. Lire le numéro spécial d’Histoire et Mesure, « Guerres et statistiques » (2007). Enfin, 5. garder un oeil sur le blog de Christopher Lawrence, qui travaille sur l’histoire quantitative de la guerre, ainsi que sur le blog de Michael Spagat5.

    Objectifs : 1. illustrer une séance de cours sur la narrativité et la métahistoire (White, 1980), et 2. illustrer une autre séance de cours sur la sociologie de la quantification. J’ai déjà beaucoup trop d’exemples pour les deux séances, mais ne parviens pas à m’empêcher de les accumuler, ou de m’intéresser à quoi que ce soit qui puisse servir à illustrer d’autres séances de cours sur la théorie de l’État moderne.

  • La lecture de cet entretien avec Pierre Conesa me rappelle que je ne connais rien, mais alors rien du tout, du Yémen pré- ou post-2011. Je ne savais même pas que Saleh avait été tué début décembre 2017.

    J’ai retrouvé, dans mes archives, « A Brief History Of The Yemen Clusterf*ck », de Gary Brecher, « Why the Managed Transition After Yemen’s Uprising Led to War », de Stacey Philbrick Yadav, et « Les guerres au Yémen », une série d’articles de Jean-Philippe Rémy, le correspondant du Monde à Aden.

    Avec la conviction que j’aurai tout oublié à nouveau dans moins de dix jours.

  1. L’introduction de bouquin fournit un bon aperçu – un aperçu peut-être exemplaire, même, pour une introduction d’ouvrage de ce type – de la thèse générale, du cadre théorique et de la méthode de travail. La première partie, quant à elle, permet de situer quelques figures et moments-clés de l’histoire de la psychiatrie en France, en identifiant bien les supports (institutions, revues médicales) dans lesquels se jouait cette histoire. J’ai remarque que j’ai tendance, à la lecture, à réécrire une histoire un peu différente de celle de l’auteur, qui s’intéresse aux idées qu’aux luttes d’acteurs, à la façon des travaux de Patrice Pinell, par exemple. []
  2. Ma porte d’entrée fut double : d’une part, une partie très intéressante de ce qui se fait en analyse de réseaux se fait en psychopathologie, sur des modèles de symptômes et de diagnostics ; d’autre part, le cours de biologie humaine de Robert Sapolsky aborde très directement le sujet. À l’avenir, j’aimerais trouver le temps de lire une histoire du DSM []
  3. Ou avant : pour être honnête, je ne sais plus à quel niveau de l’ouvrage se situe précisément le passage, et vu la structure de l’ouvrage, le passage vient peut-être de l’étude d’un tout autre philosophe que Descartes ; néanmoins, le passage sur le doute cartésien pouvant parfaitement l’accueillir, mettons-le là. []
  4. Le texte traite principalement d’autre chose que de la manière dont Thucydide traite de la Guerre du Péloponnèse, mais c’est justement ça qui est intéressant pour comprendre ce qui en fait un classique pour une discipline comme la science politique. []
  5. En parallèle : 1. Penser au rôle des contrefactuels militaires dans la fiction ; puis 2. repenser aux mondes possibles de David Lewis ; pour 3. en revenir au spéculations cartésiennes évoquées plus haut. []

Indicateurs de consommation culturelle, automne-hiver 2017

On s’approche du bilan de fin d’année.

La seconde partie du premier semestre a, depuis quelques années, le même effet sur moi : quand les emails à traiter de manière plus ou moins urgente dépasse la centaine, je tombe dans une torpeur étrange qui coïncide avec la chute de la luminosité et de la température extérieures, et me retrouve quelques temps plus tard à lutter, sur plusieurs mois, avec ma boîte email, mon répondeur téléphonique (mon téléphone, tout court), et même mon courrier administratif.

Dans ces moments-là, l’enjeu principal consiste à déployer les stratégies qui permettent de rester psychologiquement fonctionnel – d’où l’une de mes obsessions : m’efforcer de rester, au moins une vingtaine d’heures sur les 168 de chaque semaine, culturellement omnivore. Ce n’est pas une règle de productivité, à la façon de celle affichée sur l’un des blogs de David Hoggs, mais une règle de consommation.

Bouquins

J’ai un peu honte de le dire, mais Amazon.fr est le premier bénéficiaire de cette règle de consommation, au moyen d’une douzaine de listes de livres à acheter dans un futur pas trop lointain.

Les trois livres achetés cette année en hardcover, c’est-à-dire en version chère mais ça vient de sortir et je suis impatient1 :

  • Ivan Krastev, After Europe (lu en trois heures ; l’auteur a donné beaucoup de conférences accessibles sur Youtube : je ne retrouve plus celle que j’ai visionnée en entier, mais celle-ci s’en rapproche et contient la quasi-totalité de l’argument du livre) ;
  • Masha Gessen, The Future is History (pas encore ouvert, mais comme pour Krastev, l’auteur a fait une tournée, et Internet pullule d’interviews) ; et
  • James C. Scott, Against the Grain (en cours de lecture ; encore un excellent ouvrage de Scott, et le premier ouvrage que nous lisons collectivement au boulot, sous la forme d’un séminaire de lecture intermittent).

Lu cette année, et à recommander aux étudiants :

  • Selim Smaoui, Faites place. Novices en lutte, sur les « militants » de Nuit Debout (les guillemets s’expliquent à la lecture de l’ouvrage) ;
  • Bernard Bruneteau, Idées reçues sur le totalitarisme (lu pour préparer un sujet de khôlle, et découvert à cette occasion que l’auteur a enseigné chez nous à Lille ; à mettre entre toutes les mains : bien que toutes les réponses sur le sujet ne s’y trouvent pas, on y apprend énormément, à mi-chemin entre l’histoire des idées et l’étude des régimes totalitaires) ; et
  • Henry Laurens, L’Orient dans tous ses états. Orientales IV (un recueil de textes d’un des historiens les plus instructifs sur le Moyen-Orient et la « question palestinienne » en particulier ; le recueil est lié à sa chaire au Collège de France ; de même que les autres auteurs de cette courte liste, Laurens a donné plein de conférences très instructives : exemple).

Hors-catégorie :

Internet

Grâce à RSS2, Internet délivre quotidiennement tout ce qu’il faut pour ne commencer à corriger ses copies que tard la nuit.

Les deux dernières choses auxquelles je me souviens m’être abonné :

Musique

Je ne compte vraiment vous faire de chronique musicale sur ce blog, ce serait hors-sujet ; mais comme les concerts et la musique font partie de mon régime culturel…

Les trois concerts que j’ai préférés cette année :

  1. Ecstatic Vision, vus à Lille (les dignes successeurs de Cave dans la veine « renaissance psychédélique » : comparez la fin de « Requiem for John Sex » à la fin d’« Astral Plane » pour comprendre) ;
  2. Fen (black metal atmosphérique anglais) et The Great Old Ones (black metal lovecraftien français3), vus à Anvers ; et
  3. La Rumeur (hip hop français), vue à Gennevilliers dans les meilleures conditions possibles.

Les trois veines musicales que j’ai le plus creusées cette année :

  1. Comme chaque année, j’ai passé un temps anormalement long à alimenter ma nostalgie de la techno des années 1990, à coup d’enregistrements basse-qualité de sets de Laurent Hô. Seule la scène jungle me semble avoir préservé l’énergie (et la sonorité) de cette époque4.
  2. J’ai aussi passé un temps hallucinant à redécouvrir les premiers albums de Siouxsie and the Banshees, qui sont aussi importants pour moi que mes premières écoutes du Velvet Underground. Étrangement, je crois que ce sont ces groupes que je retrouve le plus dans Amenra ou Isis, au moins du point de vue de la démarche.
  3. Enfin, en ce moment, je creuse une veine étrange du (black) metal où l’on trouve des groupes assez récents comme Déluge, Maieutiste ou Ex Eye, et où l’on trouve des pointes de math rock survitaminé, façon premier album de Liturgy, mais aussi des inspirations free jazz qui rappellent John Zorn et le black jazz de Shining.

Ci-dessous, un album parmi d’autres dans la cinquantaine de listes Spotify à (ré)écouter ces vacances—et si la vidéo venait à disparaître, un lien vers le clip officiel du premier morceau. De la musique pour géomètres.

Vidéos

Vues sur Youtube : des tonnes de conférences dont j’ai essayé de donner un aperçu dans la série Annals of Youtube Science. Le dernier compte que j’ai consulté est celui de l’IWM Vienna.

Du coup, voici la playlist des trucs à voir ou revoir, directement tirée d’une clé USB qui me sert de disque dur temporaire5 :

J’ai l’impression d’avoir inclus, dans ce billet, des choses déjà recommandées, mais j’ai la flemme de vérifier chaque lien.

Enfin, pour terminer :

Je passe sur les documentaires de plus ou moins bonne qualité, notamment celui de Ken Burns et Lynn Novick sur la guerre du Vietnam, qui est important mais très critiquable.

Radio

Presse

C’est peut-être regrettable, terrible, dommageable, mais je crois que c’est l’élection d’Emmanuel Macron qui m’a amené à résilier mes abonnements au Monde et à Mediapart, plus encore que le manque de temps. Sarkozy et ses faire-valoir étaient un scandale ambulant, Hollande et Valls (et les autres) furent un échec aussi permanent qu’incompréhensible ; mais Macron et Philippe me sont, au mieux, et pour le moment au moins, totalement indifférents7.

La presse reste néanmoins essentielle pour suivre des événements comme le Brexit ; à ce sujet, un brouillon de billet que vous ne verrez pas sur ce blog s’intitulait « A dark omen about Brexit and (Northern) Ireland« , mais je ne l’ai jamais terminé : les derniers rebondissements du « dossier » sont tout simplement trop déprimants. Une catastrophe ferroviaire, comme diraient les Britanniques eux-mêmes s’ils étaient un tant soit peu lucides sur ce qu’ils s’apprêtent à infliger à la partie de leur population à qui aucun des effets du Brexit ne sera épargné.

Télévision

Non. Même pas Arte +7.

Théâtre

Walou.

Réseaux sociaux

Non plus. Comme prévu, j’ai dû arrêter de consulter Twitter au début des cours, et me sert principalement de Facebook pour suivre quelques actualités culturelles ou pour amuser la galerie, mais sans lire ce que ladite galerie y publie de son côté. Le « réseau social » – au sens : truc avec un flux, des « likes » et des « followers » – que j’ai le plus utilisé cette année doit être SoundCloud.

  1. En revanche, j’attends patiemment les éditions poche du cours de sociologie générale de Bourdieu au Collège de France. []
  2. Maudits soient ceux qui abandonnent les standards. Cambridge University Press, c’est à vous que je m’adresse. []
  3. Le groupe est doté d’un véritable génie de restitution de l’atmosphère lovecraftienne. L’autre groupe à avoir réussi cette prouesse est, de mon point de vue, Agitation Free, avec sa reprise du poème de « Dreamland », d’Edgar Allan Poe, sur leur morceau « Haunted Island ». []
  4. Ce qui ne signifie que rien d’intéressant ne se fasse aujourd’hui, loin de là : les sets récents de Dasha Rush et de Takaaki Itoh en sont les meilleurs exemples. []
  5. S’il vous faut un moyen rapide pour télécharger des vidéos (ou juste l’audio) depuis Youtube, voir ce site Internet, qui fonctionne un peu mieux que KeepVid, ou bien ces deux lignes de code. []
  6. Et oui, le choix des réalisateurs est au moins partiellement guidé par une curiosité pour les films ayant entraîné toutes sortes de scandales à leur sortie. C’est la veine que Tarantino creuse aujourd’hui, à la suite de Peckinpah, Visconti et tant d’autres. []
  7. Peut-être est-ce ce qu’a ressenti la majorité de ceux qui ont eu à vivre sous un gouvernement technocratique de centre-droit, en Italie aussi bien qu’en Suède ou en Allemagne, mais je crois que l’effet d’épuisement lié aux gouvernements précédents y est aussi pour beaucoup. Les recherches de Filip Kostelka m’intéressnt beaucoup pour ce qu’elles révèlent de cet effet. []

Bonnes résolutions 2017, édition « science des données »

En toute probabilité, cette année, vous n’allez ni arrêter de fumer, ni commencer à manger et à dormir de manière équilibrée, ni vous astreindre à un planning hebdomadaire de passages à la piscine. Enfin, cette année, vous n’allez certainement pas réguler votre dose quotidienne de café1.

En revanche, cette année, vous pouvez prendre dix bonnes résolutions pas très compliquées, sur recommandation des nerds derrière le comptoir. Ces résolutions tournent autour de la « science des données », la fameuse data science, dont on ne sait pas encore exactement ce que c’est—mais ce n’est pas grave.

  1. Boycottez Elsevier

    Il faut continuer à signer la pétition The Cost of Knowledge, et encourager les réseaux de bibliothèques universitaires qui ont pris des initiatives de désabonnements massifs de certains « bouquets » de revues aux prix prohibitifs.

    Ce n’est pas compliqué, et c’est nécessaire si l’on veut mettre le minimum de pression nécessaire sur l’édition scientifique. Malheureusement pour la science politique, il y a d’excellentes revues chez Elsevier : Electoral Studies et Sociologie du travail2. Pour l’analyse de réseaux, c’est pire, la revue centrale est chez Elsevier.

    Mise à jour : un gentil commentateur m’apprend que Sociologie du travail s’apprête à quitter Elsevier pour rejoindre Revues.org. Double excellent choix ! L’éditorial de Didier Demazière sur le sujet est très intéressant à lire en entier.

  2. Désactivez Flash

    L’année 2016 n’a pas manqué de hacks (ou de révélations d’anciens hacks) spectaculaires, et si vous avez un compte LinkedIn ou Yahoo!, vous êtes concernés. Pour faire le point, voir l’excellent service Have I Been Pwned?

    Pour réduire les risques, cette année, vous pouvez notamment abandonner Flash, en le désactivant dans les préférences de votre navigateur Internet. C’est totalement indolore : l’industrie a abandonné ce format, et les sites Internet que vous consultez ont déjà fait leur transition vers autre chose.

  3. Apprenez R

    C’est le bon moment pour apprendre R. Comme tous les langages, il est périssable, mais en ce moment, il est à son apogée : les outils de base de la science des données (import/export, manipulation, visualisation) sont robustes, et les innovations quasi-quotidiennes3.

    L’offre de formation à R est aussi à son apogée : on trouve presque tout sur Internet, sur Stack Overflow notamment, et les formations hors-ligne s’organisent aussi—j’en dirai plus cette année, ici ou ailleurs. Surtout, c’est dans ce langage que se mènent, en ce moment, certaines des discussions les plus intéressantes sur comment analyser quelles données (Julia et Python comptent aussi, bien sûr).

    Si vous êtes data-journaliste ou aspirant à l’être, et/ou si vous vous levez le matin pour analyser des données, apprenez R, et le reste suivra.

  4. Utilisez Youtube

    En 2016, j’ai enfin réussi à faire comprendre à Youtube que je n’étais pas intéressé par les vidéos d’Alain Soral et Jean-Luc Mélenchon, ce qui m’a permis d’utiliser Youtube pour remplacer l’écoute de France Info à mes heures perdues.

    Pour cela, j’ai dû m’abonner à tout un tas de « canaux » Youtube, histoire de les faire peser dans l’algorithme de recommandation. Voici quelques exemples de canaux recommandables :

    Médias
    Arte, Arte+7, Arte – Tracks, Mediapart ; Mediapart, en particulier, publie de longs et excellents débats quasi-nocturnes : je recommande en particulier ceux de la série « Moyen-Orient Express« 
    Universitaire
    British Academy, Center for European Studies, Paris School of Economics, London School of Economics (and Political Science), Lee Kuan Yew School of Public Policy
    Autres
    Oxford Union Society, Alan Macfarlane, Bycome, Reactions, On The Top of Damavand for ever, DEFCONConference
  5. Apprenez HTML

    Bilan d’une conversation avec un ami : dans la vie, ce sont les langages qui vous amènent quelque part. Dans mon cas, ce fut l’anglais, le web design valide et accessible, et la programmation statistique, avec Stata puis avec R.

    J’ai appris HTML5 et CSS2/3 il y a quinze ans, à une autre époque, celle de Jeffrey Zeldman, Mark Pilgrim et Eric Meyer. À l’époque, il fallait y rajouter un peu de Javascript et PHP/MySQL ; aujourd’hui, il faut rajouter beaucoup de Javascript, librairies et frameworks inclus (Angular, Node, jQuery). Je conseille d’apprendre les bases avant tout.

  6. Défendez RSS

    La fermeture de Google Reader, qui fut, je pense, l’une des plus grosses erreurs jamais commises par Google/Alphabet, a condamné l’utilisation de masse des flux RSS ; mais les blogueurs, journalistes et autres geeks connaissent RSS, et veulent continuer à l’utiliser.

    Le standard est menacé de disparaître : il n’y a pas de flux RSS (ou Atom) sur Twitter (solution alternative), par exemple, et la nouvelle plateforme d’édition scientifique de Cambridge University Press, Cambridge Core, n’a plus de flux RSS pour ses revues4 Il faut protester quand l’occasion se présente.

  7. Envisagez Linux

    Voici la seule recommandation de cette liste que je n’ai pas encore prise.

    Il y a trois ans, si j’avais fait la liste des choses qui me manqueraient si je passais de Mac OS X à Linux, la liste était longue ; aujourd’hui, elle est de plus en plus courte. À l’inverse, la liste des choses agaçantes et/ou inutiles sur Mac OS X – maintenant macOS, mais vu que je n’ai pas l’utilité des nouvelles fonctionnalités du système, je suis encore sous Mac OS X 10.9 – s’est allongée.

    Il reste trop de choses génialement conçues sur Mac OS X pour que j’envisage un « switch » immédiat, mais j’hésite désormais autant à installer Xubuntu qu’à installer macOS. La dernière itération du MacBook, qui est un gros jouet plutôt qu’un ordinateur, me conforte dans cette tendance.

  8. Hebdomarisez Facebook

    Ce n’est évidemment pas l’usage que Facebook souhaite que ses utilisateurs aient du service, mais de mon point de vue, Facebook devrait une sorte d’hebdomadaire. En 2016, Facebook a d’ailleurs inauguré son équivalent des marronniers sur l’islam ou les Francs-Maçons, avec le phénomène des « fake news.

    Les outils pour transformer Facebook en « revue hebdomadaire » restent à inventer – consulter Facebook une fois par semaine ne suffira pas5 –, mais c’est l’une des choses que j’aimerais voir se développer cette année, après dix ans d’utilisation et quelques pauses de désintoxication.

  9. Documentez une API

    Cette résolution est peut-être la plus importante de ma liste. Elle est sous-rédigée, mais j’essaierai d’y revenir plus tard cette année.

    Il y a de plus en plus de sources de données, mais le nombre d’individus qui les documentent est à peu près stable. C’est un problème, car pour que la « science des données » décolle et produise un vrai saut qualitatif, il faudra de la main d’oeuvre, et elle doit être aussi diverse que possible6.

    À l’heure actuelle, les données disponibles sous la forme d’APIs sont documentées par les développeurs de ces APIs, ou par quelques-uns de leurs utilisateurs7. Cela ne suffira pas : comme sur Wikipedia, il faut différentes categories de contributeurs pour créer un écosystème. Ma conviction est que l’écosystème actuel des APIs est trop homogène, trop uniforme : il faut des journalistes, des chercheurs, des informaticiens, mais aussi des étudiants, des cartographes, des bureaucrates, bref un peu de tout, et ce mix est rarement présent aujourd’hui.

    Conclusion : si vous avez un intérêt dans la data science, qui sera probablement mon thème pour 2017 sur ce blog et ailleurs, participez à documenter une API.

  10. Bloguez sur Hypothèses

    On est bien sur Hypothèses, et le ‘Bistro a déjà un billet de prêt (ou en préparation) jusqu’à début mars, au rythme d’un billet tous les trois ou quatre jours. Le planning pourra évidemment changer si nécessaire, mais un rythme de deux billets par semaine me semble être un bon rythme de croisière.

    Venez sur Hypothèses, et meilleurs voeux à toute l’équipe !

  1. Ce ne sont que des exemples, hein. Ne dîtes rien à mes parents, s’il vous plaît. Par ailleurs, êtes-vous déjà allé en Norvège ? C’est fantastique, les gens boivent du café à toute heure du jour et de la nuit. Autre question : êtes-vous déjà rentré dans une boutique Nespresso ? C’est terrifiant, les employés se présentent comme des « collaborateurs ». []
  2. De mon point de vue, la meilleure revue francophone de sociologie des organisations. Moment nostalgie ce Noël, quand j’ai retrouvé L’acteur et le système et Le pouvoir et la règle dans mes étagères. []
  3. À suivre cette année, les progrès en manipulation de données spatiales. Les cartographes utilisant R sont très bien organisés, et les derniers exemples de réalisations dans le domaine sont très prometteurs. []
  4. J’ai déjà râlé à ce sujet auprès des développeurs, et espère que Cambridge Core introduira des flux RSS pour ses revues cette année, même si je n’en ai actuellement aucune garantie. []
  5. Idée : une extension pour navigateur Internet qui ouvrirait des combinaisons d’onglets différents selon le jour de la semaine. []
  6. Au niveau professionnel, mais aussi au niveau sociologique, évidemment. []
  7. Voici un exemple : quelques APIs suédoises, listées par un data-journaliste de SVT.se. []

Un petit mot pour Jean-Christophe Victor

jean-chirstophe-victor Jean-Christophe Victor, le formidable pédagogue de l’émission « Le dessous des cartes » sur Arte, a rendu l’antenne hier. Son émission est la seule émission télévisuelle que je recommande à tous mes étudiants de première année, et je sais de source sûre que son émission avait aussi un immense succès dans l’enseignement secondaire.

Jean-Christophe Victor avait cofondé le Lépac, un laboratoire privé de géopolitique, sur lequel s’appuyait son émission. Cette position atypique, insérée dans l’espace médiatique et hors du champ universitaire, en faisait une entreprise intellectuelle assez exceptionnelle, dotée d’une grande liberté de parole, comme en témoigne sa dernière interview sur la façon dont Google Maps gère la visualisation des frontières contestées dans des pays comme la Chine ou la Russie.

La dernière émission de Jean-Christophe Victor est consultable dans le billet d’hommage publié par Arte Info, et l’on trouvera toutes sortes d’hommages sur le compte Twitter du Lépac. J’espère qu’Arte continuera à diffuser l’émission et d’en éditer l’intégrale en DVD, afin que rien ne se perde de cette excellente ressource pédagogique.

Women Also Know Stuff, édition personnelle 2016

how_it_works

En travaillant sur le programme définitif d’un panel de conférence (j’en reparlerai en temps voulu), j’ai réalisé que nous avions, avec mon co-équipier, éliminé toutes les communications incluant des femmes parmi les auteurs, sauf une. Tous les organisateurs et discutants de l’événement seront des hommes.

Autre contexte : en comité de rédaction, l’un des deux éditeurs d’une revue qui sort bientôt son n°1 (j’en reparlerai aussi) nous annonce que le pourcentage de femmes parmi les auteurs est hyper-bas. Je me souviens que nous avions déjà fait tout notre possible pour féminiser le comité de rédaction.

Autre contexte : une amie m’explique qu’elle postule à un financement dans une agence nationale. Elle m’explique qu’elle sait que ses chances de succès sont plus faibles : elle est jeune, et femme. Les chiffres sont là pour le prouver, et des biais similaires existent pour la publication en revue scientifique.

Ces inégalités sont difficiles à corriger. Si je scanne vite fait mes liens et lectures du jour, je dois en être à 80-90% d’hommes, aussi en sciences sociales qu’en trucs informatiques1. En science politique, sur certains sujets, et alors même qu’il y a de l’offre, on passe très facilement à 100% d’hommes2.

La liste ci-dessous ne changera rien, mais voici dix femmes dont j’ai découvert ou redécouvert les travaux/oeuvres cette année.

  1. Masha Gessen, pour « The Putin Paradigm » et « Autocracy: Rules for Survival » (sur Donald J. Trump)

  2. Dasha Rush, pour toute sa production musicale (le mix ci-dessous commence à proprement parler vers 2:30)

  3. Julia Silge (qui vient d’être embauchée par Stack Overflow), pour Tidy Text Mining with R (avec David Robinson)

  4. Jenny Bryan, pour Happy Git and GitHub for the useR

  5. Isis Lovecruft, du Tor Project, pour cette conférence sur les systèmes anonymes

  6. Jocelyn Pook, pour l’album Untold Things et la chanson « Yellow Fever Psalm » en particulier (ci-dessous ; à écouter aussi à l’envers)

    Je ne m’attarde pas sur le sujet, mais tous les amateurs de musique ambient savent qu’il y a plein de femmes parmi les pionniers du genre, à l’époque du bidouillage de synthétiseurs analogiques pesant super lourd ; allez donc écouter Else Marie Pade en 1962 ou Laurie Spiegel en 19793.

  7. Joan C. Williams, pour « What So Many People Don’t Get About the U.S. Working Class » – où l’on trouve un paragraphe qui mériterait à lui seul six heures de cours sur la stratification socio-éducative :

    One little-known element of that gap is that the white working class (WWC) resents professionals but admires the rich. Class migrants (white-collar professionals born to blue-collar families) report that “professional people were generally suspect” and that managers are college kids “who don’t know shit about how to do anything but are full of ideas about how I have to do my job,” said Alfred Lubrano in Limbo. Barbara Ehrenreich recalled in 1990 that her blue-collar dad “could not say the word doctor without the virtual prefix quack. Lawyers were shysters…and professors were without exception phonies.” Annette Lareau found tremendous resentment against teachers, who were perceived as condescending and unhelpful.

  8. Béatrice Cherrier, pour son blog The Undercover Historian [of Economics]

  9. Casey, pour l’ensemble de ses albums (extrait du dernier ci-dessous), et pour ses concerts à Gennevilliers et à Paris cette année

  10. Sonia Kronlund, pour Les Pieds sur terre (France Culture)

Mention spéciale à Katherine Ognyanova, pour « Network visualization with R » (tutoriel découvert au moment de sa première publication l’an dernier, mais mis à jour depuis).

  1. Le biais sexiste en informatique est moins fort que prévu, si j’en crois mes dernières lectures (langage R). []
  2. Les biais varient d’un pays et d’un sujet à l’autre. Comparer, par exemple, la France et les États-Unis, ou bien la couverture médiatique et scientifique de l’État islamique avec celles de la Russie. []
  3. Le biais masculin varie aussi selon les styles musicaux. Jetez un coup d’oeil, par exemple, à la jungle/drum and bass. []

À (ré)écouter : « FN : une force politique mouvante »

Joël est allé parler de son bouquin à la radio, et chose incroyable au 21e siècle, il a pu parler sans être interrompu toutes les 30 secondes !

joel-grande-table

C’est évidemment sur France Culture que ça se passait, dans l’émission « La Grande Table » ; à réécouter ci-dessous :

Au fil de son intervention, Joël pose plusieurs questions à la fois scientifiques et électorales :

  1. La question scientifique à 10 000 francs : pourquoi le vote FN persiste-t-il sur les mêmes territoires, alors que la structure de son électorat a changé ?
  2. Le clivage interne au Front national : comment faire pour gagner l’élection présidentielle ? Gagner seul en mode « ni-droite-ni-gauche » – ou jouer la carte du « rassemblement des droites » ?
  3. La grande difficulté de 2017 sera justement de trancher entre ces deux stratégies, en fonction du score à la présidentielle, et surtout des scores et sièges aux élections législatives.

Pour le détail, voir les 30 minutes d’antenne.

Canulars scientifiques, Monty Pythons et podcasts

cleese_gumby

Je manque de temps pour écrire quelque chose de consistant sur le sujet, mais je tiens quand même à signaler aux clients du ‘bistro ce nouveau canular scientifique, qui tourne en dérision le bullshit d’un philosophe-français-très-connu :

badiou-1

Et si la première phrase du résumé ne suffit pas à vous faire recracher votre café, essayez le texte complet, qui contient ce passage tellement Monty Pythons qu’on pourrait l’inclure dans un épisode du Flying Circus :

badiou-2

Le sketch choisi pour illustrer ce billet n’a rien à voir avec la philosophie, mais les Monty Pythons ont produit plein de sketches délicieux sur le sujet : “Mrs. Premise and Mrs. Conclusion”, “Philosophers’ Football”, et bien sûr, “The Philosophers’ Song”.

Pour en revenir au canular, le texte a été publié (puis retiré) par la revue Badiou Studies. Sa bibliographie est par ailleurs très intéressante : on y trouve notamment le remarquable essai de Leo Bersani, “Is the Rectum a Grave?”, paru aux USA en pleine épidémie de sida, et qui m’a donné envie de relire Susan Sontag.

Pour une réaction au canular à laquelle je souscris en à peu près tout point, voir ce commentaire de Justin Erik Halldór Smith. Pour des précédents, voir le “canular Maffesoli”, et bien sûr, “l’affaire Sokal”.

Attention, “précédent” ne signifie pas que les canulars démontrent à chaque fois la même chose. En l’espèce, le “canular Badiou” me semble beaucoup plus proche de “l’affaire Sokal” que ne l’est le “canular Maffesoli”, qui en diffère pour les raisons clairement énoncées par Michel Dubois.

Mais au fait, pourquoi des canulars scientifiques ?

La réponse dans les premières minutes de cet entretien avec Jacques Bouveresse sur les intellectuels et les médias (pour l’explication dans le texte, voir Arthur Schütz, “The ‘Grubenhund’”, et Karl Kraus) :

Encore une fois, les différents canulars ne se ressemblent qu’en surface : le canular du “Grubenhund” visait un quotidien autrichien, alors que le “canular Badiou” vise une revue posant comme scientifique (“peer-reviewed”, dans ce contexte).

Notez bien que, de l’aveu même d’un de ses éditeurs, la revue Badiou Studies n’a pas les moyens d’être une revue scientifique. “Nous ne nous donnons pas les moyens d’être scientifiques, donc nous faisons juste semblant de l’être” : magnifique aveu, pour le coup !

Ce n’est pas le seul aveu : dans une réponse au vitriol, Badiou lui-même a réagi au canular en indiquant que sa présence dans le comité de rédaction des Badiou Studies était “purement décorative”.

La subversion du processus éditorial scientifique est donc ici à peu près totale. Le qualificatif de “total” va d’ailleurs plutôt bien à Badiou, mais lui-même y préférerait peut-être celui “d’infini”, qui fait quand même plus sérieux.

La suite en podcasts

J’avais déjà évoqué le “canular Maffesoli” à l’occasion d’une esquisse d’analyse du sous-espace éditorial formé par les revues francophones de sociologie.

Des sources très fiables me soufflent que les auteurs dudit canular passent aujourd’hui dans l’émission Du grain à moudre sur France Culture. À vos postes / podcasts !

Et s’il vous reste du temps après ça, je vous conseille cet exposé sur la philosophie des statistiques, par l’un des auteurs du “canular Badiou”.

Mise à jour, même jour plus tard : l’émission est là.

Un cadeau offert à la science politique, ou : mangeons du pain wébérien

Ce billet est écrit en pensant au très bon blog de Denis Colombi et aux personnes citées dans le texte du billet. Il s’agit d’une longue et verbeuse discussion d’une photo et d’un commentaire découvert un lundi matin dans mon fil Facebook, arrivé là par quelques amis engagés :

Screen Shot 2016-02-01 at 09.30.21

Mise à jour, quelques minutes après publication de ce billet : voici l’article initial du Journal Du Dimanche. Mentionnons bien que le graphique posté ci-dessus y est titré : “Des préjugés tenaces”, ce qui mériterait certainement d’infléchir certains passages du texte ci-dessous, que je préfère préserver en l’état.

Remarquons aussi que le “sondage” a été réalisé pour le compte de la Fondation du Judaïsme Français, ce qui le rend encore plus sociologiquement parlant du point de vue de la mise en compétition, espérons-le involontaire mais effective, des haines, le sondage devenant classement des groupes sociaux des “plus” au “moins” discriminés, avec tout ce que la sociologie des classements sait dire de ces objets, des réifications qu’ils “performent” (au sens sociologique du terme), et des frontières invisibles qu’ils font naître là où la stratégie inverse de la République indivisible me semblerait recommandable.

Brève digression

Si vous ne connaissez pas Sylvain Bourmeau, il s’agit de l’animateur de l’excellente émission “La suite dans les idées” sur France Culture.

De ce que je crois savoir sans me donner la peine de le vérifier, Sylvain Bourmeau est par ailleurs docteur en science politique, comme semble d’ailleurs en témoigner, selon moi, son choix d’invités, dans lequel le politiste peut lire, dans un fin filigrane, ses attaches intellectuelles1.

S’il fallait recommander un seul épisode récent, je recommanderais celui avec James C. Scott, mais abonnez-vous au podcast, tant qu’à y être.

Comme l’indique le titre de cette section, ce billet ne porte toutefois pas du tout sur Sylvain Bourmeau. Cette digression est une forme de salutation polie et appuyée à son excellent travail d’intermédiaire entre le champ universitaire et le champ médiatique. Ces “passeurs de sciences” sont peu nombreux, alors saluons-les quand on peut.

Enseigner Weber

Comme l’indique le titre de ce billet, ce “sondage d’opinion” est un magnifique cadeau offert par le JDD et par l’institut qui l’a produit (Ipsos, apparemment) à la science politique, et en particulier aux enseignants de première année chargés des cours d’introduction à la science politique.

Lorsque vient le temps d’enseigner Max Weber, Le savant et le politique, c’est-à-dire en général tout au début d’un cursus de science politique, il est toujours utile de disposer d’un exemple probant et actuel de différenciation entre le comportement du savant et le comportement du citoyen engagé dans la Cité, afin de pouvoir illustrer correctement la partie de l’ouvrage portant sur “le métier et la vocation de savant”2.

Au premier semestre, une étudiante de première année m’a rappelé l’importance cruciale de cette section du cours. Au cours d’une brève discussion en travaux dirigés, je me souviens juste d’elle poser cette question :

Mais Monsieur, la guerre, c’est toujours mal, non ?

Je lui ai répondu comme n’importe quel enseignant de sciences sociales le ferait face à un propos normatif dans un contexte pédagogique qui cherche à faire émerger une pratique du raisonnement scientifique : on peut avoir un point de vue sur la guerre, mais ce point est un jugement de valeur ; j’ai d’ailleurs moi-même un point de vue sur la question, mais que je ne partage pas en cours, car c’est tout l’enseignement de Weber—ce serait, au sens intellectuel, un mélange des genres.

Voici les trois “genres”3 auxquels je pense, sous forme de commentaires de taille inégale et numérotés, bien qu’il n’existe aucune hiérarchie entre eux, et que dans la réalité, ces “genres” ne se séparent jamais complètement : pour reprendre les idées de Weber, c’est un travail intellectuel que de les séparer, et un engagement professionnel que de s’y vouer.

1. Une lecture citoyenne

La lecture citoyenne de ce sondage va différer selon les individus, et ceux, qui toujours plus nombreux, qui croient que la France est un pays “d’immigration massive” assailli par les ennemis extérieurs comme intérieurs, vont très bien se retrouver dans le diagramme en barres du JDD.

De ce point de vue, le commentaire de Sylvain Bourmeau est on ne peut plus juste : l’extrême-droite française se trouve, à l’heure actuelle, dans une dynamique “gagnant-gagnant”, qui lui permet, comme beaucoup d’autres partis politiques populistes en Europe, à la fois de façonner l’air du temps et d’enregistrer de très bons succès électoraux.

On peut (et, selon moi, on doit) se désoler, comme je le fais régulièrement avec mes amis, de cette dynamique, par ailleurs beaucoup mieux expliquée qu’ici par mon estimé (et je oserais-même le dire, de plus en plus célèbre) co-blogueur Joël aux pages 42-43 de ce magazine, et dans le reste de ses travaux et interventions — coucou Joël, et toujours heureux de te lire et de te savoir lu :)

On peut, et l’on doit, surtout, je pense, chercher les moyens d’endiguer cette dynamique, quelle que soit le nom qu’on lui donne : personnalité autoritaire, “anti-mai 68”, “lepénisation des esprits”, populisme, ou proto-fascisme pour les plus catégoriques.

Personnellement, j’estime, comme Joël, que le scrutin à deux tours va nous sauver de “Marine présidente”, mais que cela ne règle pas le problème de fond de la crise de la représentation : pour me centrer sur la portion du champ politique qui “me parle”, à l’heure actuelle, la trahison des clercs de gauche me semble totale, au point que même un électeur socialiste “naturel” dans mon style, biberonné au jospinisme, ne se déplace plus aux urnes4.

À quoi participe, selon le petit citoyen engagé au fond de moi, la publication de ce “sondage” (et j’expliquerai bientôt les guillemets autour de ce mot) ? À produire, je dirais, l’équivalent français de la Hongrie de Viktor Orbán : une machinerie médiatique et politique de la haine de soi, ce qui a déjà de graves conséquences, et qui en aura d’autres que l’imagination d’un pacifique citoyen du monde d’aujourd’hui ne peut même pas produire.

Toujours de mon point de vue, je ne pense pas que tout cela se finira dans un bain de sang révolutionnaire ou contre-révolutionnaire : j’ai plutôt confiance dans l’Histoire pour injecter à nouveau, dans quelques années et de manière comme toujours provisoire, une bonne dose d’anesthésiant dans la partie reptilienne du cerveau collectif qui produit la stigmatisation des musulmans, des Roms et des autres. C’est le faux optimiste en moi qui parle ici.

Bref, malgré le JDD et autres stigmates du quotidien, je “souhaite”, si l’on peut dire, à mes amis musulmans et d’origine rom5 la même “trajectoire” historique que celles de mes amis homosexuels : après de longues et douloureuses années d’humiliation, enfin, une forme de libération par l’endiguement de la haine, libération jamais vraiment acquise, mais il me semble, heureusement bien avancée en ce qui concerne l’homosexualité—qui oserait aujourd’hui remplacer “origine maghrébine” par “homosexuelles” dans ce “sondage”, écrivons-le pour terminer ce commentaire, infect, produit et publié par les idiots utiles d’une impasse intellectuelle qui ne peut qu’évoquer de terribles souvenirs ?

Toutefois, comme l’illustre le travail de Joël et un blog comme celui de Christophe Bouillaud, l’un de mes anciens enseignants, les commentaires ci-dessus et les commentaires indignés que je lis sur Facebook ne doivent pas faire obstacle à la seule “bonne nouvelle” contenue dans ce sondage.

2. Une (très brève esquisse de) lecture professionnelle

La lecture professionnelle de ce sondage est la première qui m’est venue à l’esprit : quel cadeau nous fait-là l’actualité ! Un objet sociologique aussi parlant que cette production sondagio-médiatique, quelle illustration fantastique de Bourdieu, de Weber ! Les enseignants de science politique ont dû au moins esquisser un sourire.

En effet, le marché qui produit ces biens de consommation que l’on appelle les “sondages d’opinion” est ici parfaitement représenté, de même que sa conséquence première : la fabrique de l’opinion, un phénomène qu’il faut apprendre à objectiver dans l’espace et dans le temps—le travail d’une profession, celle de politiste, ou de sociologue/historien du politique, ces distinctions n’ayant à mes yeux aucune importance fondamentale, au moins au niveau de réflexion où je souhaite situer ce commentaire.

Bref, pour aller beaucoup plus vite que dans mon premier commentaire, j’ai sauvegardé la capture d’écran qui ouvre ce billet dans mon dossier “L1 – TD – Intro. sc. po.”, pour tester l’enseignement de cet exemple l’année prochaine. En attendant, un dernier commentaire.

3. Quelques compléments

Ce troisième et dernier commentaire est une sorte de produit des deux premiers. Il s’agit réfléchir scientifiquement, à la fois comme professionnel de la science et comme citoyen engagé, à l’objet-sondage, et il me semble qu’il y a deux dimensions à prendre en compte :

  1. Commençons par la méthodologie pure, pourrait-on dire : d’un point de vue, ce “sondage” a-t-il la moindre valeur scientifique ?

    D’un point de vue quantitatif et statistique, probablement pas, l’industrie française des sondages n’étant pas en mesure6 de produire des enquêtes d’opinion, échantillonnées et modélisées plutôt que bricolées par quotas et redressements7.

    En revanche, d’un point de vue qualitatif, la valeur scientifique de ce sondage est évidente : pour des raisons sociologiques, politiques et historiques qui sous-tendent mon second commentaire, il est beaucoup plus socialement acceptable, aujourd’hui en France, de dénigrer les origines maghrébines que la confession juive ou les origines asiatiques.

  2. Terminons à présent sur une question de fond : faut-il tout de même essayer de produire des résultats robustes sur les confessions et les origines des individus, agresseurs comme agressés, pour reprendre le ton du “sondage” ici commenté ? L’enquête WVS ne tente-t-elle pas de mesurer la haine des voisins, et l’enquête ESS ne contient-elle pas des questions sur les discriminations subies dans les douze derniers mois ?

    La question me semble se poser car certain(e)s, du peu de que j’observe autour de moi dans le champ scientifique, persistent à défendre une science qualitative dédaigneuse des chiffres, à l’opposé d’ailleurs des figures tutélaires auxquelles elles et ils se réfèrent (je parle, évidemment, de Pierre Bourdieu). J’ai toutefois espoir dans cette sociologie de la quantification, qui a aujourd’hui le vent en poupe grâce, s’il ne fallait citer qu’un nom français, à l’héritage intellectuel d’Alain Desrosières, dont le point de vue me manque8.

    Le débat est complexe, et je change régulièrement d’opinion au sujet des statistiques ethniques et des autres dimensions de ce débat. Mais la plupart du temps, je penche nettement en faveur d’outils comme l’enquête TeO en ce qui concerne la mesure des “origines”, et pense généralement que l’on tirerait profit d’une activité scientifique de qualité – à l’heure actuelle marginale, mais les choses évoluent – sur ces questions, plutôt que de laisser le champ libre aux prêcheurs et prédicateurs.

Brève conclusion

Les lecteurs attentifs qui liront ce billet jusqu’à ces lignes jugeront peut-être que je travestis quelque peu la pensée de Weber dans ce billet, en séparant non pas la science et la politique, mais les métiers de savant et de politique, ce qui ne signifie pas la même chose, et qui n’a pas les mêmes conséquences pédagogiques.

Du point de vue du texte, le vrai fond du propos wébérien me semble bien être de distinguer des carrières, et pas des individus ou des pensées. C’est pourquoi je n’aime pas les sous-titres d’enseignements du type “science, politique et science politique”. En pratique, les étudiants sont déjà tous intuitivement de l’existence d’une distinction entre science et politique, ne serait-ce que par “pré-cognition” de la coexistence de différentes cités de justification, et pensent reconnaître cette distinction chez Weber, alors que le propos est plus fin.

D’un point de vue pédagogique, l’essentiel me semble en effet de trouver une manière de dire aux étudiants : soyez à la fois savants et politiques, portez ces deux “chapeaux” en conscience de cause, et considérez ces “chapeaux”, ces “casquettes”, comme des attributs culturels, intellectuels, éducatifs, et en définitive, professionnels, quelle que soit l’intitulé desdites professions (saluons ici une dernière fois le travail radiophonique de Sylvain Bourmeau, parmi d’autres).

Ma conclusion sera donc : toutes et tous que nous sommes, mangeons du pain wébérien. Regrettons ce que trahit, ce que traduit, ce que produit ce sondage, mais félicitons-nous qu’il existe des disciplines scientifiques dédiées à comprendre de tels objets, des journalistes disposés à diffuser cette compréhension, et servons-nous de ces objets pour changer le monde, car il sera toujours temps, comme l’écrit également Joël dans les dernières lignes de l’interview pré-citée, d’enrayer les cercles vicieux du présent et de se prémunir contre toutes les formes de violence inutiles.


Je profite de ce long texte pour souhaiter à tous les clients du Polit’bistro suffisamment patients pour lire ce dernier paragraphe une bonne année 2016, année qui a commencé de manière atypique de mon côté, ce qui explique peut-être la nature encore plus décousue et désordonnée du raisonnement et de l’écriture de ce billet, qui contient vraiment trop de guillemets, quelques passages certainement un peu trop personnels, et même un point Godwin.

  1. S’il fallait brièvement les qualifier, je parierais sur un penchant certain pour la socio-histoire et pour une partie bien spécifique de la science politique internationale. []
  2. La seule biographie de Weber ne constituant pas, à mon avis, une illustration suffisante pour les étudiants. Une autre illustration que je souhaite mentionner ici : cette très belle tribune de Virginie Guiraudon sur la déchéance de nationalité. []
  3. Le terme ne me convient pas, d’où les guillemets, faute de mieux. []
  4. Ma nouvelle parade lorsqu’on me reproche cette apathie est de dire que je suis un single-issue voter du droit de vote aux étrangers. Cette idée m’a été inspirée (mais pas suggérée) par un ami, Simon, qui se reconnaîtra s’il lit ces lignes. []
  5. D’ailleurs, qui a des amis rom ? En ai-je vraiment ? Le sais-je vraiment ? J’ai au moins un prénom en tête, un copain roumain de Pigalle, qui ne lira pas ce texte et ne se reconnaîtra donc pas, et pour être honnête, je ne sais pas s’il a du “sang rom”. Me poser cette simple question me révulse, et l’anti-autoritarisme primaire de mon copain me suffit amplement comme “réponse”. Salut à toi, Alex. []
  6. C’est un effet d’offre et de demande : personne, dans la clientèle des sondages, ne souhaitant lire de résultats robustes, il n’y a pas d’équivalent français de YouGov, et donc pas de Nate Silver français non plus. Au lieu ça, on a surtout des lecteurs de feuilles de thé, pour rester gentil. Le mode de scrutin me semble jouer un rôle important dans cette configuration des choses, mais c’est une autre histoire. []
  7. Un ami spécialiste vient d’ailleurs tout juste de poster sur Facebook : “Je viens de voir le sondage JDD-IPSOS. Les auteurs déclarent avoir travaillé avec des chercheurs du CNRS et de l’EHESS, on aimerai[t] bien savoir lesquels parce que c’est un tissu d’erreurs méthodologiques de l’échantillonnage à la formulation des questions”. []
  8. Personnellement, j’oserais même dire que le bonhomme me manque aussi. Je ne l’ai croisé que quelques fois, en séminaire et une fois dans un parc public parisien à côté de la Cité universitaire, d’où me reste ce souvenir d’une séance d’escrime improvisée avec une très jeune fille. Cet étalage de vie privée et de sentiments est peut-être excessif, et j’espère sincèrement que personne ne m’en voudra. En fait, je voulais juste écrire qu’Alain Desrosières me manque, et que j’ai toujours au moins l’un de ses textes à portée de main, au bureau comme à la maison. []