Women Also Know Stuff, édition personnelle 2017/05

La suite de ce billet. Éditions précédentes : 2017/01, 2017/02, 2017/03, 2017/04.
Liste rédigée un peu à la va-vite par manque de temps, mais bonne lecture quand même, et spécial dédicace aux étudiantes de Licence 3 qui m’ont parlé de cette série de billets.

  1. Mary Beard, pour son texte « Death of a dictator. How Caesar’s murder set the template for political assassination ». Voir aussi ce billet de Daniel Little sur le récent ouvrage de Beard, SPQR: A History of Ancient Rome.

  2. Laura Kipnis, pour son texte « Eyewitness to a Title IX Witch Trial ». Son point de vue, provocateur, minoritaire, et superbement écrit, est également évoqué dans cet article de Salon qui évoque aussi Camille Paglia.

    Sur le fond, je n’ai aucune opinion ferme à partager au sujet des questions « trans-genre/ethnicité » évoquées dans l’article qui a suscité la controverse qu’a suivi Kipnis. En revanche, je trouve que le comité éditorial de la revue qui a publié l’article a été d’une lâcheté sans nom. Lisez et décidez par vous-même.

  3. Béatrice Cherrier, déjà mentionnée le mois dernier, au tout début de la série et dans d’autres billets, pour ses epic tweetstorms d’histoire de la pensée économique. S’il fallait n’en lire qu’un, je conseille celui sur William Baumol, auteur très utilisé en économie de la santé.

  4. Substencia, pour ce mix génial, qui commence gentiment mais qui contient aussi quelques passages bien martelés façon Bauhaus/industriel :

  5. Hanna Brooks Olsen, pour ce texte qui explore une perspective que j’utilise très souvent dans mes séances sur les « politiques morales » :

    Abortion is an Economic Issue.

  6. Grete Hermann donne son nom à un package R très intéressant :

    Grete Hermann wasn’t a probabilist, but she wrote the first algorithms for computer algebra; in the 1920s, well before the first electronic computer was built.

    This work laid the foundations for computer algebra libraries (like TensorFlow) that enable modern probabilistic modelling.

  7. Frida Boräng et ses collègues, pour leur article « Cooking the books: Bureaucratic Politicization and Policy Knowledge », qui rejoint tout de suite mon plan de cours sur la sociologie de la quantification et des statistiques officielles1 :

  8. Dawn Johnsen, pour son article « The Lawyers’ War. Counterterrorism From Bush to Obama to Trump ».

  9. Alice Coltrane (1937-2007), très bien chroniquée dans The Quietus. Ci-dessous, le morceau de référence, déjà mentionné il y a trois mois, mais on s’en fiche :

  10. « Older Woman » (qui est assez facile à identifier si vous y tenez), pour son texte « Asking the Wrong Questions about Protest ».

Mention spéciale à Carole Cadwalladr, pour cet article absolument sidérant : « The Great British Brexit Robbery: How our Democracy was Hijacked ». L’article explore le réseau d’élites, militaires et civiles, et de firmes (Cambridge Analytica, Palantir) ayant contribué à façonner, quasiment au sens propre du terme, une large partie de l’opinion publique britannique (mais aussi américaine) lors des votes « Brexit » et « Trump » de l’an dernier.

Le récit est parfaitement édifiant, et si les faits devaient (1) être confirmés et (2) être amenés à se reproduire, ils vont devenir incontournables dans l’étude des élections. Et si l’on rajoute à ça les diverses transgressions russes des dernières années et la géopolitique actuelle autour de la Corée du Nord, alors la Guerre Froide est au moins aussi morte que le punk, c’est-à-dire pas du tout.

  1. Je reparlerai, j’espère, de ce plan de cours dans pas trop longtemps ; si vous êtes curieux, écrivez-moi ou signalez-vous sur Twitter. Et en attendant que je réponde, allez donc lire l’excellent article de Dorothy Kronick, « How to Count Our Dead », sur la mortalité criminelle au Venezuela. []

A post-mortem of the French 2017 presidential election, 2/2

Suite et fin de mon post-mortem présidentiel 2017. Spécial dédicace à Diane et Frédéric, et un grand merci à Guillaume, qui m’a fait découvrir l’histoire politique de la Finlande, ainsi qu’à Emmanuel, qui se souvient bien de ses cours de lycée.

Mise à jour : fin de billet complétée, notamment suite à l’annonce du retrait de Marion Maréchal-Le Pen, et aussi parce qu’il me manquait la partie sur Emmanuel Macron, sortie plus tard que prévu des tiroirs.

tl;dr: The French 2017 presidential election was won by the spiritual son of centre-left French politician Dominique Strauss-Kahn and centre-right politician François Bayrou, both of whom failed to to claim the presidency before him, each in different ways.1

The newborn weighted precisely two votes out of three at birth and seems healthy. His godfathers, centre-left François Hollande and centre-right Valéry Giscard d’Estaing, two former French presidents who lasted one mandate only, must also feel very proud.

Visual summary of both rounds

More seriously now, let’s summarise the full presidential election ‘horse race’ in two graphs. Just in case you forgot about the first round, the results and their trail of pre-election “voting intentions” polls looked like this:

In the second round, the results and the “second-round scenario” answers to those same polls ended up looking like that, thereby predicting a certain victory for Emmanuel Macron, even under high abstention and/or voter uncertainty:2

Second-round polling accuracy

I owe both of the graphs above to Matthieu Gallard, who was kind enough to also share (and comment) similar graphs for the second-round polls of six out of the seven last presidential elections: 1974, 1981, 1988, 1995, 2002 (no data: read why), 2007 and 2012.

As a cursory look through the entire series of graphs should make obvious, the mean absolute error of second-round polls in French presidential elections has always been rather low, even though the polls have a strange tendency to lose, rather than gain, polling accuracy in the last days before the election.3

Second-round turnout and ‘valid’ votes

The polls also correctly predicted that second-round turnout (74.5%) was going to be lower than that of the first round (77.7%), even though it is important to understand what exactly happened here:

  • 1.5 million voters (3% of the registered electorate) completely ‘evaporated’ between both rounds. As a result, the second round of the 2017 presidential election totalled only 600,000 more effective votes than that of the previous presidential election.
  • The number of blank votes in the second round reached a record count of 3 million (over 4.5 times what is was in the first round). Although much smaller, the number of null votes was also multiplied by over 3.6 and reached over 1 million ‘spoilt’ votes.4
  • Adding up lower turnout and high amounts of blank/null voting counts yields a very low count of 31.3 million ‘valid votes’ (suffrages exprimés), of which 20.7 million went to Emmanuel Macron and 10.6 million to Marine Le Pen.

The record-high amounts of ‘invalid’ votes has lots of possible consequences, and lots of possible explanations:

  • None of the governing parties were on the second-round ballot, which made it impossible for any of these parties to coordinate the formation of a second-round front républicain against the Front national.
  • Unlike many of his coalition partners, such as the French Communist Party, far-left candidate Jean-Luc Mélenchon refused to endorse Emmanuel Macron, as apparently did a non-trivial fraction of his first-round electorate.5
  • In parallel, Marine Le Pen promised to make right-wing candidate Nicolas Dupont-Aignan her Prime Minister if she won the election, but Dupont-Aignan’s decision to ally with Marine Le Pen did not necessarily reflect his voters’ preferences.

All of these explanations might be true to some extent, but even on large samples, the subgroups of voters corresponding to each working hypothesis are rather small, which makes it difficult to test anything reliably before we get more data from the forthcoming legislative elections—read on for more on that.

Consequences of Marine Le Pen’s defeat

Between the two rounds of the presidential election, the candidate of the Front national increased its raw number of voters from 7.6 to 11.4 million, beating its own historical record from two years ago:

Two years ago, in the 2015 regional elections, the Front national managed to win new voters between the two rounds of the election. The same thing happened this year, and by that standard, the second-round score of the Front national is a tremendous success for Marine Le Pen, as her party now seems able to appeal to new voters in the decisive phase of a two-round election.

In line with what we know from studying extreme-right voters, opinion polls tend to locate most of the new second-round Front national votes within the right-wing first-round vote, and then within first-round abstentions. Given the derelict state of the French right-wing, which just lost its second presidential election in a row on top of being financially in dire straits and lacking a manifest leader, one might expect that dynamic to continue.

The right-wing won less than 9.5 million votes in the first round,6 and was absent from the second round. As a consequence, and even without adjusting for turnout (which was higher in the first round), more people voted for the extreme-right Front national in this election than for the non-extreme right wing. Again, from that angle, the French extreme-right might legitimately claim that its second-round performance was a great success.

The paradox here is that all the “good news” listed above sum up to a dilemma for the Front national, which might follow two hardly reconcilable electoral strategies:

  • On the one hand, the party can continue backing Marine Le Pen’s “neither right-wing or left-wing” strategy until she gets 51% of the second-round vote on her own.
  • On the other hand, the party might feel that its immediate success with right-wing voters justifies switching to a coalition-based strategy, with the Front national trying to supplant the traditional right-wing as the main player.

The first strategy outlined above – called ni droite ni gauche in French7 – can be argued for by observing the very weak state of both governing parties, and by considering Emmanuel Macron as the ‘most desirable opponent’ for an extreme-right populist party. The legislative elections might also lend additional support for that strategy if the Front national manages to eliminate candidates of all parties in the second round.

The second strategy above – called “union des droites” in French – has many staunch supporters within the Front national, and even has some kind of an official representative in the person of Marion Maréchal-Le Pen (see update below). That segment of the party is either unconvinced that Marine Le Pen will ever win a relative majority of second-round votes,8 or bothered by some of the most liberal items of her moral agenda, or both.

In the worst case scenario for the Front national (and probably the best-case scenario for its opponents), the two competing strategies listed above have the potential to cause the party to split—which has happened before, and might well happen again.9 The results of the forthcoming legislative elections, which will be the last electoral results before 2020, could be determinant in that regard.

Update, May 10: just a few hours after I published the paragraph above, Marion Maréchal-Le Pen created a conflict within the Front national by “temporarily” (her word) resigning from politics, citing a mix of personal and political reasons for doing so.

Consequences of Emmanuel Macron’s victory

Let’s finish this post with the president-elect.

Except for his very young age, none of Emmmanuel Macron’s ‘static attributes’ are entirely new to French politics. Quite a few bankers have risen to high positions in French political history, and as hinted in my opening paragraphs and in a previous post, ambitious Centrist French politicians close to the median voter are also far from new.

There are, however, many new ‘dynamic attributes’ in Emmanuel Macron’s successful presidential candidacy (which, again, I failed to imagine as possible):

  • Emmanuel Macron’s En Marche ! movement won the presidential election autonomously, without forming any formal alliance with one or more of the existing governing parties. That’s a first, and a remarkable one.

    Until now, even Charles de Gaulle or Valéry Giscard d’Estaing had formed such alliances to win their respective presidencies. Similarly, most foreign examples of fast-winning presidents, such as Martti Ahtisaari‘s run for the Finnish presidency in 1993-1994, also relied on at least one governing party to do so.10

  • By going from zero past mandates to president without touching base between those two steps, Emmanuel Macron has also set a precedent that threatens not only the organisation of governing parties, where long political careers are a requirement for higher office, but also one of the main benefits of the Front national, which also offers short time-to-office career tracks for aspiring mandate-seekers.

    This, to me, is the most interesting dynamic set in motion by Emmanuel Macron: his election is a black-swan event within the overall and ever-increasing trend that has led to the professionalisation of French politics up to a very high degree. It will be very interesting to see if the legislative elections ‘upgrade’ this change to a system-level one, or if things will “revert to type.”

  • Last, by calling for a sweeping change in political representation, Emmanuel Macron has framed his candidacy as that of an ‘anti-system candidate for the educated.’

    The ‘system’ here stands for the existing party system and for some of its incumbent elites: even though Emmanuel Macron himself is hardly anti-elitist or a populist candidate, his campaign – as well as many others – did take advantage of the electoral disconnection between governing parties and voters.

    To some extent, the position described above also echoes that of Charles de Gaulle’s Rassemblement du Peuple Français at its onset, in the immediate aftermath of the Second World War.

    In its early days, the Gaullist movement, which – unlike En Marche ! – allowed its members to keep their existing party affiliations, also presented itself as a catch-all ‘movement’ with the ability to transcend the existing party system of the French Fourth Republic, and also went on to win large fractions of the vote in its first years of existence, although in rather different historical circumstances.11

    Similarly, and to a minor but still significant extent, there is also a parallel to be drawn between Emmanuel Macron’s current strategy and that of Pierre Poujade’s Union de défense des commerçants et artisans, which shook up the French Fourth Republic in its last years.12

    To be clear, Emmanuel Macron does not seem to carry any of the violently anti-Semitic traits of Poujade’s movement, which offered Jean-Marie Le Pen his first electoral mandate in 1956. That aspect of Poujade’s politics, along with other legacies of French fascism, rests with the Front national, with which Emmanuel Macron is programmatically at odds.

    Yet just like the Poujadist movement, En Marche ! movement – just renamed République En Marche ! a few hours ago – also presents itself as a threat against the established balance of power, with the ability to completely disrupt the status quo by removing many incumbents from the political mainstream. In that respect, Emmanuel Macron is the last piece of the strange ‘anti-system’ puzzle that has assembled over the years, and that now contains populist and proto-fascist right-wing parties, anti-capitalist left-wing alternatives, and now a pro-EU Centrist former banker.

That’s it for now. For a broader overview of the French political space in its current shape, I recommend this excellent article by Fabien Escalona (in French, subscription required). This quick recap by Verónica Hoyo and William M. Chandler (in English) also has most of the important facts sorted out.

  1. François Bayrou ran three times, in 2002 (arriving 4th), in 2007 (arriving 3rd) and in 2012 (arriving 5th), while « DSK » did not manage to run at all due to, well, you know why. []
  2. On that topic, you might have stumbled upon this New York Times op-ed, or this other column. As explained in an earlier post (in French), both texts are utterly wrong, for rather obvious reasons, and uninformed to the point of embarrassment. []
  3. Both links in this paragraph lead to Will Jennings’ Twitter account. Along with the other Twitter accounts mentioned in the first part of my post-mortem, I highly recommend following his tweets if you want to become an accomplished elections nerd. []
  4. Following an electoral reform passed in 2014, ‘blank’ and ‘null’ votes are now counted separately under French electoral law, yet blank votes still do not count as ‘valid’ votes. On top of that, anecdotal evidence shows that very few people know about the law and its effects anyway. []
  5. The irony of Jean-Luc Mélenchon, a former Troskyist, refusing to rally against an extreme-right candidate, was not lost on anyone. []
  6. 8.9 million votes if one counts only François Fillon and Nicolas Dupont-Aignan; 9.3 million if one also counts minor candidates François Asselineau and Jacques Cheminade. []
  7. See also Zeev Sternhell’s book on French fascism, who uses the expression in its title. The book was controversial among historians when it came out, but seems to have won the argument over the years. []
  8. After all, so far, Marine Le Pen has never won over more than one registered voter out of four, and her second-round performance, which would have won only 45 legislative constituencies out of 577, indicates that she even lost some voters in large urban areas between both rounds. On top of that, the 2015 regional elections attest that governing parties can deny the Front national any second-round success. []
  9. One reason for that is the sentiment that the Front national is coming close to reaching its ‘maximum electoral potential:’ its vote has stayed geographically stable for two decades or so, and has not increased much among either pensioners or educated voters. []
  10. I owe this analogy to my dear friend Guillaume. I know close to nothing about Finnish politics myself. []
  11. I owe this analogy to my dear friend Emmanuel. My point about En Marche ! asking its members to drop their previous party affiliations is based on an article published in the Canard enchaîné on April 26, 2017, which indicates that En Marche ! will not endorse candidates from other political parties in the forthcoming legislative elections. More will be known very, very soon. []
  12. On the Poujade movement, see this book by Romain Souillac, which is well covered in this radio show, as well as this other radio show. []

Annals of Youtube Science 1(6) : Une fin au capitalisme ?

Wolfgang Streeck, déjà recommandé il y a quelques mois, est toujours aussi intéressant à écouter (ou à lire) de temps à autre. L’une de ses dernières conférences, donnée début novembre 2016 au King’s College London, est disponible sur la chaîne Youtube du département de droit :

Le thème de la conférence – « How Will Capitalism End? » – ne surprendra pas celles et ceux qui ont déjà prêté l’oreille à Wolfgang Streeck au cours des dernières années. C’était déjà le thème, par exemple, de sa conférence à la British Academy (chaîne Youtube) en janvier 2014 :

Et voici encore une autre conférence de Streeck la même année, donnée à Princeton :

Dans ses conférences récentes, Streeck mélange – à bon escient – plusieurs choses : des observations sur la crise économique et politique qui traverse l’Union européenne et la zone euro en particulier ; des critiques plus générales à l’encontre du capitalisme et de la globalisation ; et des remarques sur les élections récentes et sur les dirigeants politiques des années à venir.

La période actuelle se prête très bien à ces « exposés syncrétiques » et, dans une certaine mesure, téléologiques. Toutes les tendances observées depuis des décennies semblent en effet désormais rentrer en collision les unes avec les autres : désaveu des politiques fiscales et macroéconomiques par leurs « perdants » ; aggravation des dysfonctionnements liés à la dérégulation financière ; et consolidation des trajectoires électorales ascendantes des partis politiques populistes et des candidats anti-système. Bref, la fin est proche.

Si vous avez étudié l’Union européenne dans les années 2000, vous avez très certainement lu Fritz Scharpf, Governing in Europe (trad. fr.). De la même manière, si vous étudiez l’UE dans les années 2010, il est plus que probable que l’on vous fera aussi lire Wolfgang Streeck, Buying Time (trad. fr.). Et si vous n’avez pas le temps, allez au moins lire ses articles dans la New Left Review.

Les thèses de Streeck sont parfois proches de celles de Claus Offe, bien connu pour ses critiques radicales de l’État-providence, et qui a aussi sorti un livre ultra-critique sur l’UE, Europe Entrapped.

Sur le même thème

Pour une vision différente de l’avenir du capitalisme, on peut écouter une autre conférence donnée à Princeton, celle de Tyler Cowen, en 2015 :

Annals of Youtube Science 1(3) : Sur le Moyen-Orient

J’avais cité, dans mes voeux de bonne année, Henri Laurens, qui donne actuellement cours au Collège de France. Je n’ai pas le temps d’aller écouter son cours de 2014-2015 sur la question palestinienne ou de lire les ouvrages correspondants, mais j’ai pris le temps d’écouter son audition parlementaire (par la commission des affaires étrangères du Sénat) en janvier 2016 :

La leçon d’histoire que constitue la première partie de l’audition passe en revue les origines du djihad international, le Printemps arabe, et enfin la catastrophe syrienne, qui constitue une sorte de trou noir géopolitique où se sont engouffrés tous les acteurs internationaux, sans savoir quand ils en ressortiront.

Dans mes voeux de bonne année, j’avais discrètement cité un article d’Edward N. Luttwak, personnage étonnant et à lire même pour atteindre des conclusions complètement opposées aux siennes. Pour comprendre ce que j’entends par là, il suffit de lire son article « The Middle of Nowhere« , où Luttwak recommande, en gros, de laisser le Moyen-Orient se démerder avec ses contradictions et ses conflits. Or, comme le dit Henri Laurens, l’expression même de « Moyen-Orient » exprime l’ingérence permanente de l’Occident dans cette région du monde.

En janvier 2016, l’Assemblée nationale menait également ses propres auditions parlementaires sur les moyens à allouer à la lutte contre le terrorisme. Parmi ces nombreuses auditions, je conseille, à nouveau, d’écouter celle de François Burgat.

Si vous préférez écouter Henri Laurens en mode « exposé magistral », je recommande sa conférence à l’IEA Paris en mai 2016, sur la façon dont les historiens traitent de la violence du 20ème siècle. Au tout début de son exposé, Laurens donne un autre titre à son exposé : « Le temps dévoile-t-il la vérité ? ».

C’est bientôt Noël. Mon conseil : offrez(-vous) les bouquins de Gabriel Martinez-Gros

Vous voulez offrir un bouquin pas trop bête à Noël ? repenser à Weber via ibn Khaldoun, que vous connaissez mal mais dont vous savez qu’il était crucial dans la pensée, par exemple, d’Ernst Gellner ?

J’ai acheté, un peu plus tôt ce semestre, les deux derniers livres de Gabriel Martinez-Gros, Brève histoire des empires (qui existe en poche) et Fascination du djihad. Je les recommande vivement, bien qu’ayant à peine entamé le premier.

En bonus, quelques-unes des interventions récentes de Gabriel Martinez-Gros ci-dessous.

… Et noyeux Joël !

Début de reprise, suite

Quelques textes supplémentaires pour passer l’été, avec un salut appuyé aux collègues de Grenoble cités en tête de cortège.


La thèse de Simon Labouret, soutenue en 2014, est en ligne : “La rupture de 2007 : changement électoral et dynamiques de réalignement en France. À consulter sans modération pour comprendre quelque chose à l’ordre électoral français depuis 1984, et encore plus depuis la stratégie Sarkozy du virage à droite-toute.

Deux textes de Christophe Bouillaud sur le Mouvement Cinq Etoiles (M5S) de Beppe Grillo, pour faire le point sur son contexte historique de long terme : un texte en français, et un texte en anglais, tous deux présentés en 2016.

‘Two Logics of Collective Action: Theoretical Notes on Social Class and Organizational Form’: A Review”, un texte de Barry Eidlin relisant un article de Claus Offe et Helmut Wiesenthal publié en 1980. Révisez vos classiques de l’action collective (Olson, Michels) à peu de frais.

Coup nouvelle: Did we just witness a new type of coup in Venezuela?” – un texte stimulant de Javier Corrales et Franz von Bergen sur la décision du président Nicolás Maduro de placer un militaire à la tête de son gouvernement1.

Sur les faits stylisés et leur emploi dans le champ politique, ce texte de Daniel Hirschman, “Stylized Facts in the Social Sciences”, paru dans la encore-assez-récente revue Sociological Science.

Et pour terminer, “WikiLeaks Put Women in Turkey in Danger, for No Reason”, un article de Zeynep Tufekci qui explique très bien le problème basique posé par le dernier batch de documents révélés par WikiLeaks au sujet de la Turquie.

  1. Texte repéré grâce à l’excellent compte Pinboard de Xavier Marquez, qui rédige également le très bon blog Abandoned Footnotes. []

Petites choses pour les vacances

Le ‘bistro ferme quelques temps pour aller prendre l’air loin du zinc.

Je vous laisse avec autant de petites choses que je prends de jours de vacances :

  • Du côté d’ArchiPolis : « La banque d’enquête qualitatives en sciences sociale beQuali vient de mettre à disposition des chercheurs une nouvelle enquête, dirigée par la sociologue et Directrice de recherche CNRS Agnès van Zanten ». Lecture du document de support très fortement recommandée, car très instructive sur la structure d’un corpus qualitatif.

    Rajout, 29 décembre 2016 : la Revue d’anthropologie des connaissances vient de publier un article détaillant la manière dont la banque d’enquêtes beQuali a été élaborée, et les tensions auxquelles elle a dû faire face.

  • Du côté de Freakonometrics, « Données et santé : valeurs, acteurs et enjeux« , un billet d’Arthur Charpentier et Raphaël Suire sur un thème qui m’est cher, même si je n’ai pas pris le temps de plonger en profondeur dans la base Transparence-Santé, par exemple.

  • Sur un thème tangent, « How to Count Our Dead« , une enquête sur la façon dont les acteurs de terrain cherchent à compter les morts violentes (qui signifie ici : de causes criminelles) au Venezuela. On y retrouve absolument tous les enjeux de la sociologie de la quantification, et en particulier la compétition pour « l’autorité numéraire » qui existe entre les acteurs situés à différents niveaux de gouvernement.

  • Toujours sur un thème tangent, cet article de Moritz Hunsmann : « Le ‘plaidoyer fondé sur des preuves’ dans l’action sanitaire internationale« , texte glissé dans un numéro spécial de la Revue d’anthropologie des connaissances, « Mesurer et standardiser : les technologies politiques du gouvernement de l’Afrique ».

  • À lire sur La vie des idées, cet entretien sur « la possibilité des révolutions », qui passe en revue les questions que se posent la sociologie politique autour des révolutions sociales et politiques récentes, dans le monde arabophone mais pas seulement, et où il est à nouveau question d’Ivan Ermakoff, que j’évoquais ici il y a peu.

  • Chez Daniel Little, qui reste le meilleur blogueur de sciences sociales dans mon panthéon personnel, ce texte instructif sur un auteur que je n’aurai jamais le temps de lire autant que je le souhaiterais : « Karl Polanyi as a critical realist?« .

  • Bon, vous avez certainement déjà avalé votre dose de Brexit au cours des dernières semaines, y compris sur ce blog, mais il est toujours intéressant de se pencher sur ce qu’en pense Simon Hix, qui voit les choses de manière –à mon sens– très réaliste sur ce à quoi pourrait ressembler la relation « EU-UK » à moyen terme. Rien ne sera plus comme avant, mais tout peut s’arranger, mais cela demandera beaucoup, beaucoup d’efforts au Royaume-Uni—ou ce qu’il en restera.

  • Et d’ailleurs, avant que l’on oublie rapidement le vote du Brexit lui-même, s’il ne fallait lire qu’un seul post-mortem sur les modèles qui cherchaient à prédire le vote, je propose de lire celui-ci, de Ron Johnston, Kelvyn Jones et David Manley, qui ont pris le temps de regarder la géographie des résidus du modèle et de chercher à les interpréter (soit 50% de ce que je conçois comme un bon travail de modélisation).

  • Tiens, et si à la manière d’Yves Surel, je glissais discrètement un clip vidéo dans ces petites choses ? J’ai plusieurs candidats en tête : celui de « Yung Rapunxel« , d’Azealia Banks, mais il est un peu foutraque ; celui de Mayhem pour « Watchers« , mais il ne plaira qu’aux fans de black metal ; celui de Romain Gavras pour « Gosh », de Jamie xx… mais non, il faut que ce soit The Egyptian Lover, « I Cry (Night After Night)« , car c’est les vacances :

  • Tiens, tant qu’on est au rayon musical, s’il fallait recommander quelques albums de cette première moitié d’année, je dirais : le dernier Death in Vegas, Transmission, qui ressemble comme deux gouttes d’eau à du Throbbing Gristle ; quelques morceaux d’Under the Sun, de Mark Pritchard ; Ignition Of The Sun, de Synthi A (un avatar de The Future Sound of London) ; mais surtout Tilt, de Joce Mienniel, que l’on peut écouter en live sur Fip Radio grâce sa nomination aux Victoires du Jazz. Le dernier Avishai Cohen, Into the Silence, est aussi très bien.

  • Vous reprendrez bien encore un peu de Brexit ? “Voting on the British Psyche” n’est probablement pas l’intervention la plus pertinente de Mark Blyth, mais cela me permet de recommander le podcast « On The Media« , de WNYC Studios, qui sort tous les vendredis.

  • Pour les nerds qui aiment la programmation statistique et le Web, il y a le XML, et pour le XML avec R, il y a xml2, désormais en version 1.0.0.

  • Anecdote triste : alors que je dirige une séance de stage-recherche avec quatre étudiants de Licence 3, je glisse discrètement la musique du générique de Magnum P.I. dans la playlist que nous écoutions en travaillant. Aucun étudiant ne reconnaît la musique.

  • On continue dans les digressions personnelles sans intérêt—ça sent vraiment les vacances… À la façon d’un ami sur Facebook, cinq choses auxquelles je n’ai toujours pas pris le temps de m’intéresser depuis bientôt 33 ans : (1) Nietzsche, (2) BitCoin, (3) la cuisine, (4) les ordres de grandeur exprimés en kilowatts (5) mon sac de voyage pour dans 48 heures.

  • Toujours pour les nerds : l’IDE Beaker qui permet d’appliquer la logique des notebooks de Python à tout plein de langages, dont R et JavaScript. Recommandé par le très vénérable Moses Boudourides lors d’une pause-café à l’EUSN 2016 (allez apprendre un peu de Python sur son compte GitHub si vous avez le temps, c’est toujours ça de pris).

  • « Who Rules? » Un entretien avec David Estlund, que je n’avais plus lu depuis plusieurs années, mais qui reste un des philosophes politiques qui m’intéresse le plus (voir, par exemple, « On Following Orders in an Unjust War« ).

  • Et un dernier lien vers un blog de la plateforme Hypothèses : « Contribuer à l’histoire de l’Algérie indépendante depuis les États-Unis ? Le mythe de l’archive« , un récit qui va très vite se retrouver dans mes conseils de lectures pour les travaux dirigés d’épistémologie et de méthodologie des sciences sociales.

  • À bientôt Paris, Lille, et le ‘Bistro—bonnes vacances tout le monde !

“La causalité en question”, avec Ivan Ermakoff

Je ne sais pas comment introduire la vidéo suivante pour vous la recommander, et vais du coup me contenter de copier-coller son descriptif :

Table ronde autour de la question de la causalité en sciences sociales. Notre invité était Ivan Ermakoff, Professeur de sociologie à l’université de Wisconsin-Madison (http://www.ssc.wisc.edu/soc/faculty/s…).

Discutant.e.s: Hervé Rayner (remarques générales et volet « théories de l’alignement »), Bernard Voutat, Agnès Aubry et Fabien Thétaz (volet « théorie(s) de l’acteur »), Mounia Bennani-Chraïbi, Nicholas Pohl et Youssef El Chazli (volet « méthodologie »), Ivan Sainsaulieu, Martino Maggetti et Hervé Rayner (volet « contingence et explication causale »).

Accrochez-vous, ça dure trois heures, mais ça en vaut largement la peine.

Je dois rajouter qu’Ivan Ermakoff est un personnage assez fascinant à écouter. Sa manière de s’exprimer est probablement ce qui se fait de plus chirurgical en matière de prise de parole, avec d’assez longs silences1 avant les questions qui demandent réflexion, et des choix de termes ultra-précis, qui laissent aussi peu d’ambiguïté que possible dans le propos. On est très proche, il me semble, de ce que la sociologie (ou la philosophie) analytique se donne comme agenda.

Si vous n’avez le temps que pour l’exposé principal d’Ermakoff, fondé sur son ouvrage Ruling Oneself Out: A Theory of Collective Abdications, commencez à la 24e minute. L’exposé s’arrête à la 60e.

  1. Ce lien pointe vers les rushes d’un documentaire, “Pétain, Vichy et nous tous”, avec d’autres interviews captivantes, entre autres, de Zeev Sternhell, Robert Paxton, Emilio Gentile, Denis Peschanski, Stéphane Audoin Rouzeau… []

L’évolution de la carte électorale du FN : mon papier au Congrès de l’AFSP

J’arrive après la bataille, mais je voulais mettre en ligne le papier que j’ai présenté lors du Congrès de l’Association Française de Science Politique, qui s’est tenu du 9 au 11 juillet dernier à Sciences Po. Je participais à la ST 27 (lien mis à jour) intitulée « le ‘nouveau’ Front national en question ». Ayant envoyé mon papier en retard, il n’est pas encore en ligne sur le site de l’AFSP, mais il est désormais disponible sur HAL-SHS.

Dans ce papier, j’essaie de répondre à la question « le Front national de Marine Le Pen est-il un ‘nouveau’ Front national ? » du point de vue de sa carte électorale. Sur le plan méthodologique, je m’appuie sur un modèle de croissance multiniveau du vote FN de 1995 à 2012 (je crois bien que c’est la première fois que c’est fait en France), avec comme données les résultats du Front national par canton aux élections présidentielles sur cette période, ainsi qu’un certain nombre de variables « indépendantes » : composition socio-démographique de la population essentiellement, mais aussi part des élèves scolarisés dans l’enseignement privé (pour tester l’influence catholique, ou ce qu’il en reste), caractère plus ou moins urbain ou périurbain des cantons.

Sur le plan substantiel, je conclus qu’au-delà qu’une quasi-stabilité de niveau entre 1995 et 2012 (avec évidemment l’exception de 2007), le vote FN a connu une transformation de sa structure géographique au fil du temps, qui tient surtout au déclin du vote FN dans les centres urbains et à sa croissance dans les périphéries urbaines et, surtout, à la campagne. Dans le même temps, l’association avec la structure socio-professionnelle a plutôt tendance à diminuer, que ce soit du côté des indépendants ou du côté des ouvriers.

Toutes ces évolutions sont assez linéaires sur la période, et en aucun cas 2012 ne marque un changement radical par rapport aux élections précédentes. C’est d’ailleurs ce qu’a montré de manière générale la section thématique, dans divers domaines (idéologique, militant, etc.) : les années récentes, depuis l’arrivée à la tête du Front national de Marine Le Pen, n’ont fait que continuer des tendances dont les origines sont bien plus anciennes. Le changement dans la continuité, comme dirait l’autre…

La revue “Pouvoirs” en accès libre : une petite révolution et une excellente initiative

Ce blog sort exceptionnellement de sa torpeur pour souligner une petite révolution dans l’univers de la science politique française : la revue Pouvoirs est à présent accessible en ligne, en accès libre qui plus est.

Toutes nos félicitations à la direction de la revue et à son éditeur pour cette initiative, qui est à la fois révolutionnaire et excellente:

  • Révolutionnaire, car les éditeurs français ne sont pas à la pointe de la mise en ligne de leurs revues scientifiques ; la recherche française ne se distingue pas non plus en matière d’open-access. La revue Pouvoirs, éditée par le Seuil, était encore récemment à peine visible en ligne (il fallait passer par les services de documentation des Institut d’Études Politiques pour obtenir leurs tables des matières !). Certaines revues végètent toujours dans cet état ; Pouvoirs en est sortie avec brio et éclat.
  • Excellente, tout d’abord parce que Pouvoirs est une excellente revue, à la jonction entre recherches en science politique et études du régime politique. Excellente aussi pour le choix du full-text accessible gratuitement pour les anciens numéros. Ce choix est juste, au titre de la démocratisation des résultats de la recherche ; ce choix est intelligent, car la revue sera indexée dans les moteurs de recherche ; ce choix est judicieux, car les articles seront plus lus, plus cités, plus discutés. Bravo ! 

Je ne crains pas d’exhumer ce blog dans un accès de joie et sans excès d’enthousiasme. En juin, ma conclusion soulignait que la science politique française est une discipline “discrète” à plusieurs points de vue. L’initiative de la revue Pouvoirs contredit totalement cet état des lieux (sans invalider, à mon sens, mon observation, qui vaut toujours pour le reste de la discipline).

Félicitations encore, et bonne lecture ! À 3 euros l’article et 18 euros le numéro, je conseille les récents numéros “Serviteurs de l’État” et “Démocratie sous contrôle médiatique”, et le dernier, évidemment, sur la Ve République. Dans les numéros en accès libre, on trouvera d’excellents numéros sur le gouvernement de la France, l’État-providence, le pouvoir médical ou les groupes d’intérêt.

Dans le contexte actuel, je conseille tout particulièrement les chroniques de John Keeler sur la présidence Clinton, dont on souhaiterait tellement lire des équivalents dans des revues comme la Revue française de science politique ou des magazines en ligne comme nonfiction.fr.