Trump : comment en est-on arrivé là, et va-t-on y rester longtemps ?

Le dernier tour pris par la campagne électorale de Donald J. Trump est tout aussi confondant que les précédents, mais la lecture de l’article du Guardian ci-dessous m’a donné envie de partager avec vous l’une des photos de Trump que l’on y trouve :

donald-trump-1

donald-trump-2

Pour celles et ceux qui se demanderaient d’où vient ce logo bizarre à l’ironie si parfaite, il s’agit à la fois d’une référence à la comédie musicale Les Misérables qui tourne en boucle sur Broadway, et d’une allusion à une phrase d’Hillary Clinton sur la nature « déplorable » d’une partie (selon elle, la moitié qui serait sexiste, raciste, homophobe et islamophobe) des soutiens électoraux de Donald Trump dans la population.

Je ne sais pas s’il est très judicieux de prendre au sérieux l’expression de Clinton, plus violente dans sa tournure exacte que ce que j’en ai retenu ci-dessus : Clinton a parlé de « basket of deplorables« , ce qui peut raisonnablement se traduire par « ramassis d’abrutis ». Mais peut-être est-ce toutefois le moment de se demander quels seront les effets à long terme de la candidature de Trump.

Le commentaire de Clinton, qu’elle a retiré depuis avec toute la bienséance stratégique de la personnalité politique qui joue sur plusieurs fronts électoraux à la fois, suppose en effet qu’une large partie de la population des États-Unis est disposée à entendre qu’entre un cinquième et un quart du pays est composé de dégénérés irrécupérables, et qu’une autre fraction de taille égale est trop idiote pour avoir vu le piège que la candidature de Donald Trump leur tend.

Et l’on peut évidemment penser que c’est de bonne guerre, dans la mesure où ce sont les irrécupérables en question qui ont ouvert les hostilités, comme l’explique très bien le détail de leur ethnocentrisme déclaré :

trump-feeling-therm-bar

Notez bien que les auteurs du texte dont est issu le graphique ci-dessus ont fait de leur mieux pour vérifier que l’attitude ethnocentrique des électeurs de Trump est plus prononcée que celle de l’électorat républicain en général—bref, en d’autres termes, que Trump est en train de rendre les choses encore pire qu’elles ne l’étaient déjà :

trump-whiteresentamerident11d

À ce stade, j’ai envie de poser deux questions.

Comment en est-on arrivé là ?

Dans mon précédent billet sur la candidature de Trump, je parle surtout de son hold-up électoral sur le Parti républicain, dont j’ai encore du mal à réaliser qu’il ait pu se faire braquer par un seul homme, aussi riche et mal coiffé soit-il. Toutefois, si l’on se pose la question de savoir comment est-ce que l’on en est arrivé là, il faut naturellement remonter plus loin dans le temps—bon, peut-être pas jusqu’à la Guerre de Sécession, hein.

De mon point de vue, la meilleure explication du processus de court terme qui nous a fourni ce clown triste qu’est Trump est à trouver dans un papier de Michael Tesler :

tesler

J’avais déjà évoqué ce papier (voir aussi cet autre signalement), en soulignant que le phénomène qu’il souligne, c’est-à-dire l’élévation du ressentiment racial aux États-Unis, ne commence pas avec la réforme du système de santé de Barack Obama. Je citais à ce propos l’ouvrage Off Center de Pierson et Hacker, qui explique entre autres que la « dérive des continents électoraux » démocrate et républicains aux États-Unis a des origines plus anciennes que l’élection de Barack Obama.

Reste que c’est avec l’élection d’Obama, puis avec sa réforme du système de santé, que s’est cristallisée, dans la période récente, la partie la plus dommageable de la polarisation politique américaine : celle qui, au-delà des doutes somme toute inoffensifs sur le lieu de naissance du premier président Noir des États-Unis, a aussi laissé entendre que ce président était musulman, insinuation que peu d’électeurs seraient disposés à accueillir par le flegmatique « What if he was? » de Colin Powell.

Encore une fois, la grille de lecture anti-élitiste, raciste et islamophobe est tout sauf nouvelle aux États-Unis : l’explosion des hate groups après l’élection de Barack Obama en 2008. Mais à partir de la réforme du système de santé et de sa première conséquence politique, l’émergence du Tea Party, il a fallu compter avec une branche « non armée » (quoique…), et très bien organisée puisqu’à la fois politiquement représentée et financée de manière pérenne, de ces groupes.

koch-network-extremism

Pour finir, si l’effet mesuré par Michael Tesler persiste aujourd’hui, son dernier ouvrage en montre aussi l’effet-retour : loin d’atténuer le ressentiment racial aux États-Unis, l’élection et la présidence d’Obama ont permis à une partie substantielle de l’opposition républicaine de s’organiser en partisans du racisme systémique—Trump fournissant aujourd’hui l’effet multiplicateur qui permet d’étendre le domaine du préjudice aux femmes, aux Musulmans, aux Hispaniques et à tous les autres, sans avoir besoin de rejoindre une milice paramilitaire sudiste.

Deuxième question.

Que restera-t-il de tout ça le 5 novembre ?

Personnellement, je vois très mal comment la tendance actuelle pourrait s’inverser sous Clinton, et ce quel que soit le nombre d’années qu’elle passera au pouvoir—en supposant qu’elle l’exerce, mais c’est autrement plus probable que le scenario inverse, et je n’ai vraiment pas envie de savoir à quoi ressemblerait President Trump, et surtout la société qui irait avec.

La présidence Clinton s’annonce (j’insiste sur le terme) très peu transformative. Pour le moment, sa promesse la plus importante, qu’elle a récupéré de son ancien concurrent démocrate Bernie Sanders, semble être la suppression des frais d’inscription dans les universités publiques d’ici 2021. Pour les raisons que donne Corey Robin, c’est une mesure qui est loin d’être mineure, mais c’est aussi une mesure qui sera largement financée par les étudiants eux-mêmes, ce qui signifie qu’elle ne sera mettra en place qu’au fur et à mesure d’un dispositif qu’on est en droit d’imaginer très long.

Le même Corey Robin pense aussi, et je me sens proche de sa position, que la présidence Clinton ne sera pas une présidence de « réalignement » politique au moyen d’une lutte contre un adversaire abstrait qui changerait à la fois l’orientation des politiques publiques et les règles de la compétition électorale, mais simplement celle qui succèdera à l’élimination d’un rival inacceptable. Toute ressemblance avec un autre président serait naturellement fortuite…

Bon, c’est peut-être du bluff, et peut-être qu’une fois au pouvoir, Hillary Clinton reprendra la réforme du système de santé où celle-ci s’est arrêtée, et fera passer une forme d’option assurantielle publique qui accentuera la concurrence sur les prix dans le secteur des assurances-maladie. Ce serait toutefois peu probable : son passé en matière de réforme de la santé menacerait de la rattraper, et Hillary Clinton ne voudra certainement pas prendre le risque de déclencher une autre « Tea Party« .

La variable la plus importante ici me semble être la structure que prendra l’opposition à Hillary Clinton une fois qu’elle aura accédé au pouvoir : si celle-ci reprend une forme de « Tea Party » échappant au moins en partie à l’establishment du Parti républicain jusqu’à présenter de nouveaux candidats à la Michele Bachmann, alors le cauchemar Trump continuera, même sans lui.

Comment Joël a (presque) cartographié les électeurs FN à l’adresse

Joël vient de publier un article sur le vote FN à Marseille, intitulé : « A Marseille dans les “quartiers nord” : dis-moi où tu habites, je te dirai pour qui tu votes« . L’article est illustré à grands renforts de cartes montrant le détail du vote dans les « quartiers nords » de Marseille, et mettant à l’épreuve les revendications représentatives des élus FN locaux :

joel-marseille

Joël a également publié sur son site une explication technique complète, « Comment j’ai (presque) cartographié les électeurs FN à l’adresse« , rédigée dans le joli gabarit tufte-css fidèle au style d’Edward Tufte :

joel-tufte

La note technique montre comment reproduire, code R à l’appui, les cartes statiques et interactives de l’article, à l’aide des packages tmap et leaflet1 respectivement, et en utilisant les fonds de carte d’OpenStreetMap.

Toutefois, c’est à mon sens au niveau du travail de préparation des données que la note de Joël est la plus intéressante, notamment parce qu’il y explique comment mettre en correspondance des données INSEE collectées au niveau IRIS et des données électorales collectées au niveau des bureaux de vote au moyen d’une géolocalisation guidée par la Base Adresse Nationale :

adresse.data.gouv.fr

La note illustre également les limites actuelles de l’open data gouvernemental en France : si les donnés actuelles permettent des cartographies ultra-précises, elles ne permettent toutefois pas de mettre n’importe quelle variable sur ces cartes, comme l’illustre le petit bricolage technique auquel Joël a eu recours pour obtenir le type de logement des électeurs (maisons versus logement collectif).

Dans la note de Joël comme souvent en sciences sociales il me semble, le modèle interprétatif est simple, ce sont les données qui sont compliquées. Le résultat de cette combinaison est une série d’observations empiriquement très précises, car basées sur des variables mesurées en « haute résolution », et faciles à interpréter.

  1. La librairie Leaflet donne accès à énormément de fonds de cartes : jetez un coup d’oeil ! []

Quelques observations sur la candidature de Donald J. ¡Trump!

Je n’ai pas encore parlé, sur ce blog, du sociopathe qui réclame depuis plusieurs mois les codes nucléaires des États-Unis, et depuis peu, l’assassinat de son adversaire principal. Ce tweet illustré m’a toutefois motivé à le faire :

trump

Commençons au commencement

Au départ, il y a, d’un côté, les élections libres des démocraties libérales, et de l’autre côté, des huluberlus, plus ou moins riches, plus ou moins drôles. Le phénomène n’est vraiment, mais alors vraiment pas nouveau : renseignez-vous, par exemple, sur les candidatures de certains riches entrepreneurs (dont certains ont été élus au Parlement) en Belgique ou en Suisse, ou sur les partis éphémères construits autour d’actrices pornographiques en France et en Italie.

À ce stade, la candidature de Donald J. Trump à la présidence des États-Unis n’est qu’une instance de plus de clown triste engagé dans la compétition électorale d’une démocratie représentative. Je ne dirai rien, par pudeur, des clowns tristes qui gouvernent, ou ont gouverné, une bonne partie des régimes dictatoriaux. Je ne dirai rien, non plus, des précédents présidents américains dont on peut objectivement penser qu’il s’agissait de parfaits crétins, au pouvoir comme à la ville.

Le talent tragicomique de Trump se révèle toutefois dans une situation inquiétante : sa candidature concerne la magistrature suprême, pas juste un siège au Parlement, et d’une certaine manière, en obtenant l’investiture du parti Républicain, celui-ci a déjà intégré l’appareil d’État des États-Unis par l’intermédiaire des intelligence briefings délivrés par les services de renseignements aux candidats des deux partis susceptibles de remporter l’élection présidentielle. D’un coup, c’est moins drôle1.

Bon, alors que dire de Trump, une fois que l’on a fini de rigoler des Trump Insult Haiku Studies, de ses listes de losers et de tous les autres gags que Trump produit quotidiennement et qu’Hillary Clinton ne pourra jamais nous offrir ?

En revenir aux investitures

Commençons par constater que la candidature de Trump oblige à réexaminer certaines théories et hypothèses sur le fonctionnement du jeu électoral, ce qui n’est certes pas inédit à sa candidature, mais qui s’exprime de manière beaucoup plus prononcée que si le candidat républicain avait été Jeb Bush ou même Ted Cruz. La même opération de recalibration des connaissances acquises aurait aussi été nécessaire si Ben Carson avait remporté l’investiture.

C’est au niveau du processus d’investiture que le hold-up de Trump a eu lieu, et c’est à niveau-là qu’il faut probablement reconsidérer plusieurs idées acquises quant au fonctionnement des partis politiques. Si l’establishment du parti a échoué à imposer ses candidats (Jeb Bush, puis, par défaut, Marco Rubio, puis, par défaut encore, Ted Cruz), c’est qu’il y a eu une erreur magistrale sur la marchandise : pas seulement dans le choix de ces candidats, mais avant dans le profil des électeurs de la primaire censés sélectionner le candidat.

Les primaires américaines n’ont pas grand chose à voir avec celles que l’on connaît en Europe : une fraction énorme de l’électorat, presque un tiers de celui qui votera à l’élection présidentielle, y participe. On put évidemment retourner l’argument pour affirmer que les primaires ne sont pas représentatives, mais ce n’est pas l’enjeu ici : l’enjeu est d’observer que, pour un parti comme le parti Républicain américain, comprendre son « électorat de primaire » est une opération de grande envergure, et pas seulement une opération de ciblage de quelques dizaines de milliers de personnes.

Les spécificités de la clientèle électorale

Or, si plusieurs recherches ont cherché à mieux connaître l’électorat de Trump et ses revendications, la question du chiffrage (« combien de divisions ? »), qui se joue au niveau des États fédérés, a de toute évidence posé de réels problèmes à la direction du parti Républicain, qui a, comme tout le monde, sous-estimé la fraction de sa clientèle électorale susceptible de se porter sur le vote Trump (ou Carson) plutôt que vers un autre.

À ce sujet, observons un incident récent. Dans un de ses meetings de campagne, Trump a récemment déclaré la chose suivante :

Hillary wants to abolish, essentially abolish, the Second Amendment… If she gets to pick her judges, nothing you can do, folks. Although the Second Amendment people, maybe there is, I don’t know. But I’ll tell you what, that will be a horrible day.

Les médias ont retenu de cette déclaration que Trump appelait indirectement au meurtre de son adversaire, ce qui est exact2. Néanmoins, c’est l’expression « Second Amendment people » qui m’intéresse ici.

Il n’y pas trois millions de « Second Amendment » différents : le début de l’amendement évoque les milices privées, et sa fin évoque le droit de porter des armes. On peut supposer que Trump n’adressait pas son propos aux milices paramilitaires des États-Unis, qui nourrissent généralement peu d’espoir dans le jeu démocratique, mais plutôt à l’énorme clientèle électorale que constituent, aux USA, les propriétaires et utilisateurs d’armes à feu, et parmi eux, les adhérents de la NRA3.

… Et c’est là l’élément remarquable : dans combien de démocraties libérales trouve-t-on, parmi les clientèles électorales des partis de gouvernement, un groupe comme les adhérents de la NRA ? Les États-Unis sont loin d’être le seul pays où une fraction significative de la population possède des armes à feu, mais le taux de possession aux USA est exceptionnellement élevé, et je ne crois pas qu’une clientèle électorale similaire, même de taille plus réduite, soit courtisée en Finlande, au Canada ou en Suisse4.

Pour un observateur intérieur, rien de nouveau : la NRA est un des groupes d’intérêt les plus puissants au sein du jeu politique américain, qu’il s’agisse de son influence sur les élus ou sur les électeurs. Mais pour un observateur extérieur, il faut d’abord admettre les spécificités (il y en a beaucoup d’autres) du marché électoral américain, qui expliquent en partie l’émergence et la persistance de candidats comme Donald Trump ou Ted Cruz.

C’est sur l’ensemble de ces points – fonctionnement des primaires, marché et clientèle électorale, et indirectement, fonctionnement des directions des partis – que Trump va permettre de réinterroger ce que l’on sait du système de partis américain.

C’est beau, l’exposition sélective

La candidature de Trump est également en train de produire de magnifiques données sur un autre plan : sa couverture médiatique, aux États-Unis et à l’international. Sur ce point, il faut regarder Fox News deux minutes (ce n’est pas très compliqué grâce à quelques sites Internet) pour comprendre la différence des messages reçus par l’électorat.

À titre d’exemple allant dans le sens inverse, voici ce qu’un lecteur du Guardian pouvait lire au sujet de Trump entre le 9 et le 11 août 2016 :

Donald Trump hints at assassination of Hillary Clinton by gun rights supporters

Republican presidential nominee says ‘second amendment people’ could stop Democrat choosing undesirable supreme court justices if she is elected

Trump gets date wrong twice while implying Clinton lacks mental stamina

Trump twice made a slip of the tongue at a Florida rally as he questioned the mental and physical condition of his Democratic rival

Trump reiterates he literally believes Barack Obama is the ‘founder of Isis’

Given a chance by radio host Hugh Hewitt to clarify his comments, Trump doubles down on literal interpretation and calls him Isis’s ‘most valuable player’

‘Like a joke gone bad’: Trump faces wide range of criticism for ‘assassination’ line

Republican rejects accusation that he advocated for gun owners to use violence to stop Hillary Clinton agenda amid bipartisan backlash to comments

Le « message reçu » ici est similaire à celui des bandeaux de chaînes télévisées qui ouvrent ce billet. En revanche, il n’a strictement rien à voir avec celui que véhiculent des médias comme Fox News. Je me souviens avoir aperçu quelques analyses de ces différences, mais il faudra encore un peu attendre pour disposer des données couvrant l’intégralité du cycle électoral, et permettant de comparer les grilles de lectures offertes par les médias partisans au sujet de Trump et des autres candidats.

Une prédiction pour finir

Le marc de café n’étant pas mon fond de commerce, je n’ai aucune prédiction personnelle à partager sur l’élection présidentielle américaine, mais comme il y a des gens qui font ça mieux que je ne pourrai jamais le faire, voici deux probabilités à retenir :

  • Les enquêtes d’opinion placent la probabilité d’une victoire de Trump à 1 chance sur 6. C’est faible, mais très, très loin d’être non négligeable.
  • Les mêmes enquêtes d’opinion placent la probabilité d’une marge de victoire très confortable de Clinton à 1 chance sur 3, ce qui est énorme.

Vu que, pour gagner une élection, il faut maximiser le vote de son camp, minimiser celui de l’autre, et rallier les indécis à son bord, on peut raisonnablement penser que Trump est en train de tout faire pour perdre : rien, dans sa stratégie, ne semble destiner à diminuer le vote Clinton ou à convaincre les indécis5. Au lieu de cela, Trump semble principalement passer du temps à galvaniser la « fraction NRA » de l’électorat républicain, comme si l’élection présidentielle n’était qu’une primaire républicaine à grande échelle6.

À ce stade, une défaite de Trump est, en réalité, le meilleur « scenario de sortie » pour le parti Républicain, comme l’explique très bien Chris Hayes :

1) There’s a lot of talk about how Trump is the end of the GOP, etc.. But as long as he loses, I don’t think that’s true.

2) If he loses, there’ll be some recriminations, and hand wringing, and post-mortems, but mostly it’ll be chalked up as a fluke by GOP.

3) No one will face serious professional or political consequences for allying with or working for Trump.

4) And then the GOP will shift into a mode it is most comfortable in: total anti-Clinton war. Right-wing media will have a field day.

5) And the party will likely do very well in the mid-terms and there won’t be any big reckoning. That’s my working hypothesis.

Si l’hypothèse de Hayes est correcte, la parenthèse Trump se fermera symboliquement lors des prochaines midterms, donc dans deux ans. Il n’en reste que les trois-quatre années de hold-up électoral de Trump auront été plus inquiétantes encore pour le parti Républicain que les candidatures de Ross Perot, qui avait capté une partie de son électorat, mais qui s’était représenté à titre de candidat indépendant, ce qui laissait l’appareil partisan républicain intact.

La candidature de Trump sera peut-être plus transformative que celle de Perot : on peut en effet se demander, pour terminer, s’il y aura une purge des traîtres une fois la parenthèse fermée. Chris Hayes semble dire que non, mais je n’en suis pas si sûr, en particulier en cas de victoire « double-digit » d’Hillary Clinton et surtout d’un score faible des Républicains dans les chambres parlementaires (au Sénat en particulier). De ce point de vue, la personnalisation du staff de campagne de Trump, qui a recruté beaucoup d’outsiders, protège, en quelque sorte, l’avenir du parti Républicain.

Reste que c’est au moins la deuxième fois que le parti se fait quelque peu « prendre en otage » par une partie de sa base dans la période récente, si l’on inclut le ticket présidentiel McCain-Palin de 2008 dans cette catégorie. Ce qui me fait prédire, à moyen terme, et à défaut d’une purge des « traîtres », une réforme significative du mode de désignation du candidat républicain, c’est-à-dire une sorte de revanche de l’establishment du parti sur ses propres électeurs.

… Et si Trump est élu ?

La probabilité de victoire de Trump est trop élevée pour que son élection puisse être rangée avec les autres scénarios très peu probables, comme un coup d’État militaire ou un assassinat réussi du candidat—et histoire d’être bien clair, je n’appelle personne à tenter d’assassiner Donald J. Trump !

Si Trump obtient d’être président, l’appareil d’État des États-Unis tentera de faire ce que le parti Républicain n’a pas réussi à faire, c’est-à-dire à le destituer symboliquement puis constitutionnellement, un peu à la manière de ce que l’armée du Venezuela a récemment entrepris, avec succès jusqu’à présent, contre Nicola Maduro7. L’état-major des armées et les départements d’État ont, à coup sûr, une stratégie déjà écrite sur ce point, à laquelle le futur Congrès, qui contrôle par ailleurs la procédure constitutionnelle d’impeachment, n’aura aucun mal à se ranger.

Il existe donc encore plusieurs très solides barrières entre la réalité et le scénario-catastrophe qui permette à Trump, comme le personnage de Greg Stillson dans le roman The Dead Zone de Stephen King, de déclencher une guerre thermonucléaire. Mais le simple fait que cette probabilité soit supérieure à 0 montre à quel point la réalité peut dépasser la fiction, ce qui reste, à mes yeux, l’une des seules lois valables en sciences sociales.

Remarquons, pour terminer pour de bon cette fois-ci, que dans le roman de Stephen King, le candidat présidentiel Stillson est finalement obligé de renoncer à briguer la mandature, ce que Trump ne semble pas du tout enclin à faire à ce stade… mais qui reste également possible, même si cela serait, à ma connaissance, totalement inédit.

Pour aller plus loin

Pour celles et ceux qui se demandent encore comment l’on a pu en arriver là, j’imagine que ce recueil de textes tirés du blog The Monkey Cage apportera quelques réponses provisoires :

science-of-trump

  1. À tel point que certains ont proposé de ne pas le briefer. Notons que l’autre candidat a également eu quelques petits soucis avec ses emails classés secret-défense. []
  2. Ce n’est pas la première fois que Trump parle de tuer quelqu’un : réécoutez la vidéo en tête de cet excellent article de Matt Traibi. Et ce n’est pas non plus la première fois que ce genre de menace serait mise à exécution : Yitzhak Rabin, présidents américains… la liste est longue. []
  3. La menace que laisse planer Trump s’adresse bien évidemment à une fraction infime de ces personnes : celles qui seraient prêts à assassiner Hillary Clinton. Le texte de Geoffrey Pullum cité en début de note pose bien le constat. []
  4. Il y a certes, en Scandinavie et ailleurs en Europe, des partis ruralistes courtisant les vote des chasseurs, mais rien d’équivalent aux États-Unis, où la possession d’armes à feu et la chasse sont deux réalités très déconnectées. L’équivalent européen serait plutôt à chercher dans les micro-partis libertariens revendiquant le droit de porter une arme au nom de la liberté individuelle. []
  5. Les réactions aux toutes dernières sorties de Trump semblent indiquer, au contraire, qu’il est en train de s’aliéner cette partie de l’électorat. []
  6. L’ancien maire de New York City Rudolph Giuliani, qui fait campagne pour Trump (au point que Trump semble dépeindre sur lui), l’a fait publiquement remarquer. []
  7. Le contraste avec la situation en Turquie est ici saisissant, mais c’est un autre sujet. []

Début de reprise, suite

Quelques textes supplémentaires pour passer l’été, avec un salut appuyé aux collègues de Grenoble cités en tête de cortège.


La thèse de Simon Labouret, soutenue en 2014, est en ligne : “La rupture de 2007 : changement électoral et dynamiques de réalignement en France. À consulter sans modération pour comprendre quelque chose à l’ordre électoral français depuis 1984, et encore plus depuis la stratégie Sarkozy du virage à droite-toute.

Deux textes de Christophe Bouillaud sur le Mouvement Cinq Etoiles (M5S) de Beppe Grillo, pour faire le point sur son contexte historique de long terme : un texte en français, et un texte en anglais, tous deux présentés en 2016.

‘Two Logics of Collective Action: Theoretical Notes on Social Class and Organizational Form’: A Review”, un texte de Barry Eidlin relisant un article de Claus Offe et Helmut Wiesenthal publié en 1980. Révisez vos classiques de l’action collective (Olson, Michels) à peu de frais.

Coup nouvelle: Did we just witness a new type of coup in Venezuela?” – un texte stimulant de Javier Corrales et Franz von Bergen sur la décision du président Nicolás Maduro de placer un militaire à la tête de son gouvernement1.

Sur les faits stylisés et leur emploi dans le champ politique, ce texte de Daniel Hirschman, “Stylized Facts in the Social Sciences”, paru dans la encore-assez-récente revue Sociological Science.

Et pour terminer, “WikiLeaks Put Women in Turkey in Danger, for No Reason”, un article de Zeynep Tufekci qui explique très bien le problème basique posé par le dernier batch de documents révélés par WikiLeaks au sujet de la Turquie.

  1. Texte repéré grâce à l’excellent compte Pinboard de Xavier Marquez, qui rédige également le très bon blog Abandoned Footnotes. []

‘brɛk.sɪt, suite

brexit-brief

Quelques observations après le vote du “Brexit” au Royaume-Uni la semaine dernière. Pour quelque chose de mieux organisé, allez lire ce papier d’Alan Renwick et les papiers auxquels il fait référence. Pour une réaction plus personnelle de politiste, allez lire celle d’Yves Surel, que je partage à différents niveaux1.

Du point de la sociologie électorale

Les Britanniques viennent de rendre un fier service aux spécialistes du vote spatial. La compositions des électorats “Leave” et “Remain” va donner lieu à toutes sortes de publications, mais avec un taux de participation très élevé et d’excellentes enquêtes pré-existantes comme la British Election Study ou la British Social Attitudes, on ne va pas se poser très longtemps de savoir “qui a voté quoi” au niveau national.

Étant donné la force des corrélations écologiques déjà observables et les différences régionales/urbaines visibles à l’oeil nu, la question la plus intéressante de ce point de vue risque plutôt d’être : qui a voté quoi, et où. L’intérêt de la réponse dépasse de très loin la simple observation que l’Écosse a voté “Remain” et que les villes universitaires ont, pour un grande partie d’entre elles, également voté “Remain2.

Une autre question très intéressante consiste à se demander ce que les électeurs savaient au moment du vote—ce qui est beaucoup plus difficile à mesurer que ce qu’ils ont voté. Par exemple, personne n’étant capable d’expliquer les règles exactes de fonctionnement de l’Eurozone, presque personne n’est capable d’expliquer comment la Suède ou la Pologne trichent avec l’ERM II pour conserver leurs monnaies nationales depuis leurs adhésions (post-Maastricht) à l’Union européenne3.

Il faudra certainement avoir recours à des dispositifs expérimentaux pour étudier l’effet exact de l’information sur des contrefactuels tels que “si vous aviez su que… auriez-vous voté… ?” Ces dispositifs sont compliqués à mettre en place, mais ils auront certainement tout leur intérêt dans la compréhension du vote et des effets des (intenses) campagnes menées par les deux camps, dans un pays qui regarde beaucoup la télévision, écoute beaucoup la radio et lit beaucoup les journaux.

Du point de vue de la théorie politique

Du billet enflammé de Christophe Bouillaud, on peut retenir plusieurs choses, dont certaines sont très négatives pour les institutions et les élites politiques de l’Union européenne (sur les aspects institutionnels, le billet de Thomas Piketty est une lecture très recommandable). On peut certainement aussi en retenir que le Brexit est un moyen parmi d’autres de se demander, avec d’autres, ce qui subsiste du sentiment démocratique au 21e siècle.

Par “sentiment démocratique”, j’entends l’adhésion à l’idée qu’il est bon, au sens normatif du terme, que le demos garde la main sur son destin, et qu’en vertu de ce principe, il dispose d’outils tels que le referendum pour contraindre ses élites dirigeantes à prendre certaines décisions importantes, telles que la sécession territoriale ou l’adhésion à des accords supranationaux très contraignants (l’Union européenne étant loin d’être le seul accord de ce type).

Remarquons, pour illustrer le point ci-dessus, que se négocie en ce moment-même un traité commercial tellement contraignant que ses instigateurs préfèrent le négocier en secret sous un nom obscur qui cherche à ne pas attirer l’attention sur ce qui s’y joue vraiment. Aucun vote n’est prévu sur ce traité, qui ressemble en cela à plusieurs autres “accords” discrètement négociés au sein d’organisations très détachées de la souveraineté populaire, telles que le G8, le SEBC ou l’OCDE.

Il est toujours intéressant, me semble-t-il, de se demander ce qui reste “entre les mains du peuple” dans des sociétés qui, en pratique, semblent avoir fait le choix de l’épistocratie—terme choisi par David Estlund pour désigner le gouvernement de tous par “ceux qui savent”, et qui, corrélat important, ne représentent jamais qu’une fraction très minoritaire du “tous” pré-cité. Or, remarquons simplement une chose au sujet du Royaume-Uni : le “gouvernement par tous” s’y porte plutôt bien.

Du point de vue de la “civilisation britannique”

En effet, en l’espace de quelques années, le peuple britannique a renouvelé son gouvernement central et ses gouvernements territoriaux, a refusé à l’Écosse son indépendance pour quelques années, et a tout récemment décidé de sortir de l’Union européenne, entraînant la démission du Premier ministre et un vote de défiance vis-à-vis du leader du principal parti d’opposition. Du point de vue de la “civilisation britannique”4, cet enchaînement est loin d’être neutre.

Il suffit de se mettre deux minutes dans la peau d’un électeur conservateur pour réaliser une chose : au moins en apparence, la démocratie britannique est très dynamique. Après son mandat unique, le Premier ministre John Major a tout simplement disparu de la scène électorale. Puis, lors des gouvernements Blair successifs, le Parti conservateur s’est donné toute une série de leaders éphémères, jusqu’à David Cameron—qui n’a plus d’avenir électoral depuis quelques jours.

Il est impossible de savoir qui va remplacer David Cameron à la tête du Cabinet gouvernemental britannique, mais l’électeur conservateur français peut facilement comprendre une chose : il ne s’agira ni de l’équivalent britannique d’Alain Juppé, ni de l’équivalent britannique de Nicolas Sarkozy, ni des équivalents britanniques de François Fillon ou de Jean-François Copé. Vous voyez où je veux en venir ?

On pourrait reproduire le raisonnement ci-dessus pour le Parti (néo-)travailliste, ou bien prendre l’Allemagne comme point de comparaison. Il n’en subsistera qu’un constat : au Royaume-Uni, “les choses bougent” et “le personnel politique change”, dans des directions très fortement contraintes par l’acte électoral populaire, et pas forcément souhaitées par l’élite dirigeante et/ou les places boursières. D’un point de vue strictement procédural, c’est important, et probablement même souhaitable5.

Du point de vue du politiste

“– Qu’est-ce qu’on se fait chier en études européennes…

[Arrive un blondinet avec un pipeau, racontant tout et son contraire. Au second plan, un roquet aboie. S’ensuit un vote, qui tient réveillé notre protagoniste jusqu’à 5 heures du matin.]

– OK, faîtes comme si j’avais rien dit.”

Plus sérieusement, pour le politiste intéressé par l’intégration européenne, les politiques européennes ou même plus généralement les politiques publiques, ce qui vient de se produire au Royaume-Uni est une aubaine scientifique de premier choix. La même chose vaut par ailleurs du point de vue de l’enseignant—j’ai aperçu hier le premier cours optionnel “Britain and the EU, 2016–17” dans une maquette pédagogique.

Les événements qui vont se succéder dans l’Union européenne post-Brexit vont écrire une page d’histoire inédite de l’intégration européenne. La défaite des dirigeants européens, tous confondus, dépasse tout ce que le passé fournit comme exemples en la matière. Le vote du Brexit n’est néanmoins que le point de départ d’un long processus parmi d’autres, tels que la ratification du Traité de Lisbonne ou le “sauvetage” de la Grèce.

Dans deux ans, il faudra comparer ces processus entre eux, et faire le point sur la nature démocratique (ou non) des décisions qui ont été prises. L’Union européenne ne peut pas effacer ses erreurs passées, mais elle peut éviter d’en commettre une nouvelle en punissant les Britanniques pour leur vote—car oui, ce serait une erreur magistrale, qui ne pourra d’ailleurs pas être complètement évitée6.

L’Union européenne pourra aussi s’illustrer, comme elle l’a fait par le passé, en aidant à sauvegarder la paix fragile qui règne actuellement en Irlande du Nord, et, si l’Écosse acquiert un jour son indépendance (ce que je souhaite sur un plan personnel, et qui est plus probable aujourd’hui que 7 jours en arrière), en lui offrant au moins les mêmes possibilités qu’au Royaume-Uni ou à la Suède lors de leur entrée dans l’Union.

De ces derniers aspects du Brexit, il faut avouer que l’on ne sait encore rien avec certitude, et l’on peut s’attendre à ce que s’écoulent au moins dix ans avant de finir de tirer certaines des leçons les plus importantes du vote de jeudi dernier. Si les institutions actuelles de l’Union européenne existent encore dans dix ans, cela sera aussi à mettre au rang des leçons primordiales du vote.

  1. J’ai effectué toute ma scolarité primaire et secondaire en section internationale anglaise, où je suis tombé amoureux des Monty Pythons et de Led Zeppelin, et j’ai résidé quelques années à Édimbourg. Je ne connais pas le Royaume-Uni mieux que ses spécialistes, mais je l’aime profondément, de différentes manières. Je ne sais pas si je suis heureux ou triste pour mes amis brits ; il est trop tôt pour le dire. Je suis juste un peu inquiet. []
  2. Observation soumise à vérification, comme toutes les autres, mais les premiers résultats vont clairement dans ce sens. []
  3. Notons au passage que les électeurs, dans lesquels je m’inclus, sont loins d’être les seuls à avoir souvent du mal à identifier les entités géographiques et institutionnelles sur lesquelles ils peuvent être amenés à se prononcer. []
  4. L’expression est entre guillemets car elle renvoie surtout à une division universitaire du travail scientifique, plus qu’à une catégorie d’analyse propre. []
  5. Ne me faîtes pas dire, quand j’écris qu’il est probablement souhaitable que les décisions populaires restent les plus souveraines des régimes démocratiques, que je suis un méchant protectionniste, un affreux néolibéral ou un vilain populiste. À la rigueur, je veux bien être qualifié de vieux majoritairien à la noix (de Grenoble). []
  6. De ce point de vue, les réactions sarcastiques de certains journalistes me rappellent juste que je suis plus heureux de vivre aujourd’hui qu’en 1914 ou en 1939. Les comportements apparemment bénins aujourd’hui ont parfois eu des conséquences drastiques hier, mais il ne faut certainement pas attendre de la presse qu’elle s’en rappelle. []

‘brɛk.sɪt

Ayant vécu quatre ans en Écosse, j’ai évidemment suivi avec quelque intérêt la campagne référendaire sur le Brexit (que je prononce à l’américaine). Les campagnes électorales britanniques sont toujours très intenses, et celle-ci n’a pas échappé à la règle, avec l’assassinat de la députée travailliste Jo Cox par un militant d’extrême-droite à quelques jours du vote1.

Pour rappel, il s’agit du second vote référendaire à l’échelle nationale en Grande-Bretagne, après celui de 1975. Les enquêtes d’opinion, très discréditées par leurs échecs prévisionnels au cours de la dernière élection générale, donnent les votes “Leave” et “Remain” au coude-à-coude, de même que la meilleure tentative de modélisation. La même tentative de modélisation donne toutefois la probabilité du Remain aux alentours de 70%, grâce aux votes non exprimés.

En effet, la variable déterminante devrait être, si l’on s’en réfère aux referenda pour l’indépendance du Pays de Galles et de l’Écosse, la participation des undecideds, qui ont tendance à choisir le vote présenté comme le plus sûr—contre l’indépendance, donc contre l’exit dans ce cas. De ce que j’en comprends, c’est aussi ce qu’espèrent une large partie des élites politiques2.

Ne lisant que The Guardian et étant connecté, via Twitter notamment, à tout plein de chercheurs britanniques spécialisés dans le domaine de la santé, il n’est pas étonnant que je n’ai entendu, de cette campagne, qu’un seul son de cloche : Remain, if only for the sake of the NHS. Il est toutefois très clair que les tabloïds britanniques ont fait campagne, de leur côté, pour l’exit, et ils sont loin de compter pour du beurre auprès d’un électorat déjà largement eurosceptique.

À titre personnel, le résultat du vote m’intéresse beaucoup (ce qui n’est pas le cas de tous les votes référendaires), mais je serais plus intéressé par les conséquences d’un vote Leave que par celles d’un vote Remain, notamment parce qu’un vote Leave rebattrait les cartes de l’indépendance de l’Écosse.

Une bonne partie de la classe politique britannique de gauche fait campagne pour le Remain sur des motifs économiques : un vote Leave exposerait la Grande-Bretagne à une forme de choc économique qui causerait sa chute –entre autres– sur les places boursières, ce qui affecterait toute son économie jusqu’à endommager sérieusement la progression des salaires, déjà très affectée par les politiques des deux dernières formations gouvernementales (Con-Lib puis 100% Con).

La limite de cet argument tient dans le fait que rien n’a été mis en place, sous les gouvernements néo-travaillistes précédents, pour empêcher cette situation. De ce fait, une fraction (minoritaire) de la “gauche de la gauche” britannique envisage, sans aller jusqu’à faire campagne pour le Leave à quelques exceptions près, qu’un vote d’exit aurait un effet “électrochoc” pour les travaillistes, qui ont peu de chances de gagner les prochaines élections générales dans leur configuration actuelle3.

De la campagne référendaire, je retiens aussi le comportement des élites politiques de l’Union européenne, qui m’ont rappelé le comportement de Nicolas Sarkozy au sujet de l’environnement (“ça commence à bien faire”). Le mépris pour les procédures de la démocratie représentative me semble être une raison suffisante, pour quelqu’un comme moi qui avais voté “oui” au referendum constitutionnel européen de 2005, pour refuser désormais le moindre soutien à cette élite4.

Résultats demain, sachant que mon souhait le plus cher, au-delà de la reprise en main de leur destin par les Écossais, reste la fin de la spirale sordide d’appauvrissement qui frappe une immense majorité de Britanniques, et qui la frappe encore plus durement depuis 2008-2009.

Au passage, je serai à Londres ce weekend. Faîtes signe si vous y êtes aussi !

  1. Les assassinats politiques de parlementaires sont moins rares en Grande-Bretagne qu’en France. Le dernier en date remonte à 1990, avec l’assassinat du député conservateur Ian Gow par l’IRA provisoire. []
  2. Pour des raisons diverses : le vote fait office de vote de confiance pour le gouvernement conservateur, et un exit compliquerait beaucoup la tâche de toute la classe politique, sans même parler de ses conséquences en Écosse—lire plus loin. []
  3. Pour faire bref, leur leader, Jeremy Corbyn, est à trop à gauche de l’électeur médian, et même de l’électeur médian travailliste. []
  4. En espérant néanmoins que ça change à l’avenir. Je me trouve pris dans le même dilemme au niveau national, incapable de voter pour la formation politique à laquelle je m’identifie le plus, vu qu’elle refuse d’appliquer le programme sur lequel elle a été élue. []

Récupérer les tweets des élections départementales

Au cas où un lecteur ait à disposition une machine qui puisse tourner sans s’arrêter sur les quinze prochains jours, histoire d’avoir une bonne fenêtre de tir…

1. Il vous faut un compte Twitter

À partir de votre compte Twitter, créez une application en vous rendant à cette adresse. Le compte en question doit être lié à un numéro de téléphone. Les autres informations à fournir ne sont pas importantes : donnez n’importe quel nom et description à l’application, cochez la case en dessous des conditions d’utilisation, et vous allez vous retrouver sur une page qui permet de récupérer ces deux informations :

Screen Shot 2015-03-21 at 18.13.58

Il vous faut l’information apparaissant sous les deux barres rouges.

2. Il vous faut le package R ROAuth

Dans R, installez le package ROAuth, puis insérez vos deux codes dans les commandes suivantes :

# install.packages("ROAuth")
library(ROAuth)

requestURL = "https://api.twitter.com/oauth/request_token"
accessURL = "https://api.twitter.com/oauth/access_token"
authURL = "https://api.twitter.com/oauth/authorize"
consumerKey = ""
consumerSecret = ""
my_oauth = OAuthFactory$new(consumerKey = consumerKey,
                            consumerSecret = consumerSecret,
                            requestURL = requestURL,
                            accessURL = accessURL,
                            authURL = authURL)

Une fois ces commandes exécutées, exécutez celle-ci :

my_oauth$handshake(cainfo = system.file("CurlSSL", "cacert.pem", package = "RCurl"))

Votre navigateur va s’ouvrir et vous offrir un code PIN à rentrer dans R :

Screen Shot 2015-03-21 at 18.19.02

Une fois que c’est fait, sauvegardez le résultat :

save(my_oauth, file = "oauth.rda")

Et vous y êtes presque.

3. Il vous faut le package R streamR

Le petit bout de code expliqué ci-dessus traînait sur mon disque dur. Je ne me souviens pas de la source exacte, mais c’était sans doute un tutoriel de Pablo Barbera. Le même a écrit le package streamR, qui va vous permettre de récupérer une sélection de tweets identifiés par les mots-clés et hashtags des élections départementales. Installez le package, puis lancez cette boucle :

# install.packages("streamR")
library(streamR)

# load credentials
load("my_oauth.Rdata")

# scrape for 15 days
for(i in (15 * 24 * 2):1) {

  n = sprintf("%03.0f", i)
  f = paste0("tweets", n, ".json")

  cat(n, "scraping to", f, "...\n")
  filterStream(f, track = c("départementales", "departementales",
                            "#departementales2015", "#departementales",
                            "#départementales2015", "#départementales",
                            "#dep2015"),
               timeout = 60 * 25, oauth = my_oauth)

  # leave five minutes out
  Sys.sleep(60 * 5)

}

La boucle produit un fichier toutes les 25 minutes et ignore dix minutes d’information par heure, histoire de laisser l’API de Twitter souffler un peu. Les résultats ne sont pas limités aux tweets en français, mais vous aurez tout le loisir de faire le tri plus tard.

Un petit test effectué ce samedi m’a renvoyé un peu plus de 4 600 résultats de bonne qualité (dont 4 100 en français) en moins de six heures. Il est très facile d’explorer ce genre de données en utilisant, par exemple, environ 700 comptes Twitter d’élus et de partis politiques français, afin de voir s’ils sont souvent retweetés :

Rplot

Le codage ci-dessus est très incomplet : je n’ai codé que les comptes Twitter des médias les plus évidents (presse quotidienne, chaînes de télévision et quelques médias en ligne), et n’ai inclus dans la catégorie “Officiels” que le seul compte Twitter du Ministère de l’Intérieur. Récoltez les données demain et les jours suivants, et vous aurez un bon matériau pour faire beaucoup mieux.

Utiliser les résultats électoraux du ministère de l’intérieur

Toux ceux qui ont eu à utiliser un jour ou l’autre les fichiers de résultats électoraux diffusés par le ministère de l’Intérieur français savent que ceux-ci nécessitent un assez lourd travail de mise en forme afin d’être exploitables, en tout cas pour les élections pour lesquelles l’offre électorale n’est pas homogène sur le territoire (c’est-à-dire toutes sauf les présidentielles). En effet, les fichiers Excel diffusés par le ministère comprennent une ligne par territoire (commune, par exemple), et autant de colonnes que nécessaires pour mettre les résultats de tous les candidats. Il serait pourtant tellement simple de mettre le fichier en format « long », c’est-à-dire une ligne par combinaison territoire/candidat… Mais il faut croire que personne au ministère n’a jamais eu à lire un de leur fichier dans R ou un autre logiciel de statistiques (ou de cartographie). Au passage, on peut regretter que le site data.gouv ne demande ni même ne suggère à ses contributeurs de fournir les données en format tabulaire…

Quoi qu’il en soit, ceux qui ont à utiliser ces données ont généralement créé leurs petites routines pour traiter ces données. Sous Excel, le processus est particulièrement douloureux. Je me rappelle avoir fait planté des ordinateurs en faisant tourner des macros VBA…

Ayant eu à bricoler un script sous R pour importer ce genre de fichiers, j’ai décidé de le diffuser – ce qui a le mérite de m’obliger à le nettoyer un peu, et ce qui permettra, je l’espère, que d’autres l’améliorent. J’ai donc créé un tout petit package (il n’a qu’une fonction !) que j’ai mis sur mon compte Github.

Précision importante : le script, à l’heure actuelle, agrège les résultats en fonction des étiquettes attribuées par le ministère de l’Intérieur. C’est une limite importante, mais qui suffit à la plupart des utilisations courantes.

C’est une version 0.1 mais qui est fonctionnelle. À l’heure actuelle, traiter le fichier de résultat des européennes par communes (36762+ lignes, 227 colonnes) prend de l’ordre de cinq minutes sur un ordinateur de bureau classique. Ce n’est pas dramatique mais c’est un peu long. À l’avenir, je vais essayer d’accélérer cela – a priori en codant le cœur du script en C++, ce qui me forcera à m’y mettre. Mais peut-être d’autres auront-ils d’autres pistes – je ne suis pas sûr que mon algorithme soit optimal.

Sur ma todolist également : construire une application Shiny autour du package, pour que ceux qui n’utilisent pas R puissent quand même l’utiliser pour transformer leurs données.
Autre idée : permettre d’agréger les résultats autrement que par étiquette. C’est techniquement assez trivial, mais ça pose des problèmes de fond, du fait de l’hétérogénéité territoriale de l’offre électorale. Mais on pourrait imaginer la possibilité, par exemple, que l’utilisateur fournisse au script une sorte de « dictionnaire » associant les listes ou candidats à une nomenclature spécifique.

Je suis preneur en tout cas de tous les retours et suggestions des utilisateurs ! Et j’espère que ce sera utile à quelques uns !

L’évolution de la carte électorale du FN : mon papier au congrès de l’AFSP

J’arrive après la bataille, mais je voulais mettre en ligne le papier que j’ai présenté lors du congrès de l’Association française de science politique, qui s’est tenu du 9 au 11 juillet dernier à Sciences Po. Je participais à la ST 27 intitulée « le ‘nouveau’ Front national en question ». Ayant envoyé mon papier en retard, il n’est pas encore en ligne sur le site de l’AFSP, mais il est désormais disponible sur HAL-SHS.
Dans ce papier, j’essaie de répondre à la question « le Front national de Marine Le Pen est-il un ‘nouveau’ Front national ? » du point de vue de sa carte électorale. Sur le plan méthodologique, je m’appuie sur un modèle de croissance multiniveau du vote FN de 1995 à 2012 (je crois bien que c’est la première fois que c’est fait en France), avec comme données les résultats du Front national par canton aux élections présidentielles sur cette période, ainsi qu’un certain nombre de variables « indépendantes » : composition socio-démographique de la population essentiellement, mais aussi part des élèves scolarisés dans l’enseignement privé (pour tester l’influence catholique, ou ce qu’il en reste), caractère plus ou moins urbain ou périurbain des cantons.
Sur le plan substantiel, je conclus qu’au-delà qu’une quasi-stabilité de niveau entre 1995 et 2012 (avec évidemment l’exception de 2007), le vote FN a connu une transformation de sa structure géographique au fil du temps, qui tient surtout au déclin du vote FN dans les centres urbains et à sa croissance dans les périphéries urbaines et, surtout, à la campagne. Dans le même temps, l’association avec la structure socio-professionnelle a plutôt tendance à diminuer, que ce soit du côté des indépendants ou du côté des ouvriers.
Toutes ces évolutions sont assez linéaires sur la période, et en aucun cas 2012 ne marque un changement radical par rapport aux élections précédentes. C’est d’ailleurs ce qu’a montré de manière générale la section thématique, dans divers domaines (idéologique, militant, etc.) : les années récentes, depuis l’arrivée à la tête du Front national de Marine Le Pen, n’ont fait que continuer des tendances dont les origines sont bien plus anciennes. Le changement dans la continuité, comme dirait l’autre…