Nouveaux manuels de science politique, 2018

Cette rentrée, on croule sous les nouveaux manuels :

Manuels auxquels il faut rajouter, par exemple, le Roux et Savarese paru chez Bruylant, maison d’édition qui publie aussi des traités de science politique — Mayer et Deloye, Analyses électorales ; Thiers et Rozenberg, Traité d’études parlementaires.

Je compare toujours ces sorties aux manuels que j’ai eus lorsque j’étais étudiant, et que j’ai souvent réutilisés dans mes plans de cours. Il y a du mieux sur tous les fronts : les traités et manuels d’il y a quinze ans (Leca et Grawitz, Braud, Lagroye) étaient moins digestes2.

Mention spéciale, de ce point de vue, au Dormagen et Mouchard paru chez De Boeck, qui réorganise presque toutes les sources dont on a besoin, il me semble, en « cours d’intro. » au premier semestre de la Licence 13.

Disclosure — j’ai reçu le manuel de Crettiez, de Maillard et Hassenteufel de la part de l’éditeur, et reçois les emails de nouveautés de De Boeck depuis que je les ai rencontrés sur un stand au Congrès de l’AFSP de Montpellier. J’ai acheté les autres titres cités, ou les ai au moins feuilletés en librairie.

  1. Paru l’an dernier, mais je n’ai jeté un coup d’oeil que cette année. []
  2. Pour l’analyse des politiques publiques, je suis plus réservé : les manuels des vingt dernières années sont tous digestes, mais je ne vois pas trop la différence, sur le fond, entre les manuels des années 2010 et ceux des années 2000. []
  3. J’ai l’impression que c’est avec ce manuel – et celui sur les gender studies – que la collection De Boeck a décollé. Au passage, je n’ai pas le souvenir d’avoir lu le moindre ouvrage paru chez De Boeck lors de mes propres études. []

La séquence électorale française du printemps 2017 (le retour)

En début d’année, nous avions organisé, avec Caterina Froio, une demi-journée d’étude sur la séquence électorale française du printemps 2017.

Début octobre, on remet le couvert, avec cette fois-ci 100% de femmes chez les intervenants, histoire d’équilibrer avec la première demi-journée :

Cliquez sur l’affiche pour la version PDF

Tout comme la précédente demi-journée, l’événement est primordialement destiné aux étudiants d’ESPOL, ce qui fait qu’il n’y a qu’un nombre de places limité pour les auditeurs extérieurs. Vous êtes néanmoins toutes et tous les bienvenus : inscrivez-vous !

Au programme :

  • Les électeurs du Front national (2012-2017)

    Intervenante : Nonna Mayer (CEE Sciences Po Paris)
    Discussion : Julien Talpin (CERAPS Lille)

  • Des voix aux sièges : les élections législatives françaises de 2017

    Intervenante : Annie Laurent (CERAPS Lille)
    Discussion : Giulia Sandri (ESPOL Lille)

  • L’analyse localisée et comparative du vote

    Intervenante : Clémentine Berjaud (CESSP Paris 1)
    Discussion : Caterina Froio (CEE Sciences Po Paris)

La voilure thématique de la demi-journée sera la même que la dernière fois : l’objectif est d’analyser, du point de vue de la sociologie électorale, les votes de 2017, ce qui nécessitera de remonter quelques années en arrière pour fournir une explication plus complète.

Ensuite, comme lors de la demi-journée de janvier, l’autre objectif sera de faire le point sur les données de la sociologie électorale — données qui se renouvellent grâce à des projets de recherche comme ALCOV, dont parlera Clémentine Berjaud.

Merci à celles et ceux qui ont diffusé le programme de cette demi-journée sur Facebook et sur Twitter. Dernière chose, ci-dessous : quelques lectures à effectuer avant ou après la conférence. À bientôt !

Lectures recommandées

Textes communiqués, avec d’autres, aux inscrits à la demi-journée, mais toujours pas partageables ici—désolé à nouveau.

Par ordre d’intervention dans le programme de la demi-journée :

Enfin, également recommandées, ces deux notes statistiques de l’Insee, par Guillemette Buisson et Sandrine Penant :

Mise à jour, 26 septembre : bon, c’est plein, mais écrivez-moi, je tiens une liste d’attente.

La séquence électorale française du printemps 2017

Vous l’avez peut-être déjà vu sur TwitterCaterina Froio et moi-même organisons, jeudi prochain à ESPOL Lille, la demi-journée d’étude suivante :

C’est une demi-journée que nous espérons prolonger par une seconde demi-journée au printemps, et où nous inverserons la distribution des genres1.

Le programme ci-dessous a été diffusé par email de manière assez discrète, car l’événement est primordialement destiné aux étudiants de notre école, ce qui fait qu’il n’y a qu’un nombre de places limité pour les auditeurs extérieurs. Vous êtes néanmoins les bienvenus : inscrivez-vous (adresse email sur l’affiche) !

Les intervenants et discutantes de la demi-journée d’étude sont toutes et tous des spécialistes de sociologie électorale, française ou autre, des systèmes de partis et de leurs mécanismes internes (je pense évidemment, ici, aux élections « primaires » des partis, mais pas seulement).

Les thèmes de la demi-journée se passent d’explication : on soulignera juste que la « séquence électorale » dont il est question doit en réalité être étendue à la période 2015-2017, pour inclure a minima les élections régionales de décembre 20152.

La demi-journée fera aussi le point sur les données électorales françaises, et notamment sur l’enquête ENEF 2017.

Lectures recommandées

En préparation pour cette demi-journée, nous (les organisateurs) avons recommandé la lecture des textes suivants3 :

Également recommandées, ces deux notes statistiques de l’Insee, par Guillemette Buisson et Sandrine Penant :

Ailleurs ce blog

Vous avez déjà pu lire, sur ce blog, mes observations sur l’élection présidentielle 2017 (dont un pronostic complètement erroné sur l’impossible victoire d’Emmanuel Macron), puis mes liens pour comprendre les élections législatives qui l’ont suivie.

J’ai déjà oublié à peu près tout ce que j’ai pu écrire à l’époque, et n’ai jamais exploité le dossier « liens / images / docs en vrac » que je m’étais constitué sur les législatives 2017.

  1. Les intervenants sont tous masculins car tous issus d’un même petit groupe d’amis croisés et/ou connus à Grenoble et Paris. []
  2. Je défendrai ce point et quelques autres dans l’introduction de la demi-journée, que je reviendrai partager ici dans quelques jours. []
  3. Les étudiants ont reçu un lien vers les textes (et d’autres), lien que je ne peux pas fournir ici sans risquer 1 800 années de bagne au nom du droit d’auteur. Désolé. []

À consommer de préférence sur Internet sous 15 jours, n°1

  • Maggie Haberman, la journaliste du New York Times envoyée à la Maison Blanche, a donné un très intéressant entretien au magazine The Atlantic, à écouter sur la page The Atlantic Interview (épisode n°8).

    Ce que Maggie Haberman dit de Donald Trump est en large partie spéculatif (bien qu’elle s’en défende), mais cela n’enlève rien à l’intérêt de l’exercice : avec ses propres repères culturels et politiques, le portrait psychologique qu’elle livre de Trump – son rapport à l’élite new-yorkaise dont il est extrait, sa capacité de calcul stratégique, les sources de ce qu’il mémorise, etc. – est un bon correctif à celui que l’on peut avoir bâti tout seul dans son coin.

  • Ce compte-rendu par Scott Alexander de Folie et déraison. Histoire de la folie à l’âge classique (Madness and Civilization est le titre anglais de l’ouvrage dans son édition anglophone initiale) vous donnera envie d’aller lire ou relire Michel Foucault.

    Dans un style proche, je conseille aussi La fatigue d’être soi. Dépression et société, le dernier volet de la trilogie d’Alain Ehrenberg : je n’en ai lu que la première partie (c’est long et dense), mais ça en vaut le détour1, et cela complète très bien d’autres lectures en psychiatrie ou histoire de la psychiatrie, un thème de lecture dans lequel je commence tout juste à investir un peu de temps2.

  • Dans ses pages sur Descartes3, Leszek Kolakowski évoque la possibilité qu’à tout moment, nos mémoires ne soient qu’une construction par une entité externe tierce, et que nous n’existions, en réalité, que depuis quelques secondes à peine.

    Au cours d’une conversation avec un ami, j’ai tenté de recycler l’idée pour faire une sorte de blague sur les machines à remonter le temps, mais ça n’a pas très bien marché. Et puis, tout récemment, j’ai découvert que Tom Gauld l’avait déjà fait :

    À la réflexion, Zach Weinersmith, de SMBC, a certainement aussi fait quelque chose d’approchant. J’aurais mieux fait de chercher une analogie avec Blade Runner.

  • Une jeune voisine s’est récemment mise au piano. Du coup, j’ai cherché un moyen rapide de me réconcilier avec le piano.

    Les musiques de films jouées par Stephan Oliva, que j’avais eu la chance de voir à la sortie de l’album, restent pour moi l’antidote parfait à toute chute de tension dans le rapport du mélomane au piano. Dans mon cas, cela fonctionne encore mieux que Gould (au sujet duquel) ou Chopin, en particulier quand on change ensuite de style pour se réfugier dans la lente géométrie du Canto Ostinato de Simeon ten Holt.

  • Exercice rapide sur l’historiographie de la guerre :

    1. Lire quelques pages sur Thucydide4. 2. Trouver un bon exemple de stratège militaire : Zhukov semble tout recommandé. 3. Lire une critique poussée de l’historiographie des conflits. 4. Lire le numéro spécial d’Histoire et Mesure, « Guerres et statistiques » (2007). Enfin, 5. garder un oeil sur le blog de Christopher Lawrence, qui travaille sur l’histoire quantitative de la guerre, ainsi que sur le blog de Michael Spagat5.

    Objectifs : 1. illustrer une séance de cours sur la narrativité et la métahistoire (White, 1980), et 2. illustrer une autre séance de cours sur la sociologie de la quantification. J’ai déjà beaucoup trop d’exemples pour les deux séances, mais ne parviens pas à m’empêcher de les accumuler, ou de m’intéresser à quoi que ce soit qui puisse servir à illustrer d’autres séances de cours sur la théorie de l’État moderne.

  • La lecture de cet entretien avec Pierre Conesa me rappelle que je ne connais rien, mais alors rien du tout, du Yémen pré- ou post-2011. Je ne savais même pas que Saleh avait été tué début décembre 2017.

    J’ai retrouvé, dans mes archives, « A Brief History Of The Yemen Clusterf*ck », de Gary Brecher, « Why the Managed Transition After Yemen’s Uprising Led to War », de Stacey Philbrick Yadav, et « Les guerres au Yémen », une série d’articles de Jean-Philippe Rémy, le correspondant du Monde à Aden.

    Avec la conviction que j’aurai tout oublié à nouveau dans moins de dix jours.

  1. L’introduction de bouquin fournit un bon aperçu – un aperçu peut-être exemplaire, même, pour une introduction d’ouvrage de ce type – de la thèse générale, du cadre théorique et de la méthode de travail. La première partie, quant à elle, permet de situer quelques figures et moments-clés de l’histoire de la psychiatrie en France, en identifiant bien les supports (institutions, revues médicales) dans lesquels se jouait cette histoire. J’ai remarque que j’ai tendance, à la lecture, à réécrire une histoire un peu différente de celle de l’auteur, qui s’intéresse aux idées qu’aux luttes d’acteurs, à la façon des travaux de Patrice Pinell, par exemple. []
  2. Ma porte d’entrée fut double : d’une part, une partie très intéressante de ce qui se fait en analyse de réseaux se fait en psychopathologie, sur des modèles de symptômes et de diagnostics ; d’autre part, le cours de biologie humaine de Robert Sapolsky aborde très directement le sujet. À l’avenir, j’aimerais trouver le temps de lire une histoire du DSM []
  3. Ou avant : pour être honnête, je ne sais plus à quel niveau de l’ouvrage se situe précisément le passage, et vu la structure de l’ouvrage, le passage vient peut-être de l’étude d’un tout autre philosophe que Descartes ; néanmoins, le passage sur le doute cartésien pouvant parfaitement l’accueillir, mettons-le là. []
  4. Le texte traite principalement d’autre chose que de la manière dont Thucydide traite de la Guerre du Péloponnèse, mais c’est justement ça qui est intéressant pour comprendre ce qui en fait un classique pour une discipline comme la science politique. []
  5. En parallèle : 1. Penser au rôle des contrefactuels militaires dans la fiction ; puis 2. repenser aux mondes possibles de David Lewis ; pour 3. en revenir au spéculations cartésiennes évoquées plus haut. []

Politistes et praticiens des réformes électorales

J’apprends, grâce au blog du projet Making Electoral Democracy Work, que l’Electoral Law Journal publie un très intéressant dossier sur les réformes électorales en Europe et au Canada, et sur les interactions entre les « savants » et les « ingénieurs » de ces réformes :

In a symposium recently published in the Election Law Journal, we offer new insights on this topic by offering a view from outside of the US. We invited five political scientists from Europe and Canada who have been involved in electoral reform in their country, and who engaged with politicians, public officials, and the national media on the topic, to answer two related questions: (1) what do political scientists know about electoral reform that practitioners do not?; (2) do they make a difference?

Aucun des cinq articles du dossier (introduction, Grande-Bretagne, Canada, Portugal, Espagne) ne traitent de la France, mais le résumé que propose Eric Gunterman de l’article sur la Grande-Bretagne offre un point de départ intéressant pour en discuter :

Alan Renwick reports on his experience as one of the main government and media experts in the (unsuccessful) 2011 electoral reform referendum in the United Kingdom. He explains why the common wisdom that practitioners know less about electoral systems than political scientists is largely unfounded. Practitioners have a clear idea about the consequences of electoral laws. Therefore, political scientists should focus on educating the public rather than politicians, and accept to learn from practitioners, as they sometimes know more about electoral systems than they do. [Je souligne.]

J’avoue avoir été un peu surpris par cette « common wisdom« , qui n’est certes qu’une poupée de chiffon rhétorique (que les anglophones appellent un « homme de paille »), mais quand même : je n’ai jamais entendu qui que ce soit défendre l’idée que les universitaires en savaient plus sur le système électoral que ses praticiens. Au contraire, j’ai toujours entendu l’inverse, aussi bien dans la bouche desdits universitaires que desdits praticiens des élections1.

Le résumé de l’article de Renwick par son propre auteur est beaucoup plus nuancé que le résumé offert ci-dessus :

Political scientists might hope to offer practitioners involved in debates about electoral reform insights regarding either the process of reform or its potential effects. In respect of each of these, the practitioners whom we engage might be either elite decision makers or the activists, journalists, and regular citizens who constitute the bedrock of democracy. The UK’s electoral reform referendum of 2011 offers a good opportunity to explore the degree to which political scientists in fact offer original insights in these various areas. The article argues that, despite the great efforts that political scientists have expended in refining ever more sophisticated models of electoral system effects, elite practitioners have often—though not always—got there before us. By contrast, at least in the UK, practitioners sometimes fall short of political scientists in their understanding of how reform processes might unfold, and there is also a clear and strong need for political scientists to assist in educating public opinion. These findings have implications for how we should think about political science research: the research that practitioners most value is often not the research that has the highest prestige within the discipline. [Je souligne à nouveau.]

L’article lui-même reprend cet argument de la manière suivante, page 344 :

In respect, therefore, of many of the key relationships between electoral systems and outcomes, for the elucidation of which much scholarly sweat has been shed, we have often done no more than confirm what practitioners already knew.

Renwick offre bien quelques contre-exemples et situations médianes, mais son texte reprend le sentiment exprimé ci-dessus en conclusion, et relève aussi d’autres problèmes avec les connaissances produites par l’espace scientifique sur les systèmes électoraux. D’une part, ces connaissances sont parfois sciemment ignorées ou déformées ; d’autre part, certaines hypothèses d’arrière-plan utilisées dans l’espace scientifique, sur les préférences de l’électorat notamment, ne semblent pas tenir dans la réalité2.

Qu’en est-il en France ?

À ma connaissance, les interactions entre politistes et praticiens des élections y sont minimales : il existe bien un lien entre l’espace scientifique et l’espace gouvernemental, à travers au moins un partenariat privilégié entre le Ministère de l’Intérieur et un laboratoire de science politique, mais guère plus. Les échanges politistes/journalistes sont évidemment plus fréquents, mais si l’on compare les politistes aux directeurs ou chargés de mission des instituts de sondage, je dirais que ces derniers gagnent haut la main3.

Il faudrait rajouter au tableau français – et peut-être même au tableau britannique, si l’on en juge par le franc succès médiatique de certains constitutionnalistes depuis le vote du « Brexit » – la compétition entre universitaires de droit public et de science politique sur les questions électorales. Pour cela comme pour le reste, on manque de données, mais les expériences étrangères compilées dans le dossier de l’Electoral Law Journal offre néanmoins quelques cas d’étude nationaux4 utiles pour se faire un avis sur la question.

  1. Je l’entendais encore tout récemment dans la bouche d’un directeur de cabinet de préfecture, qui se reconnaîtra peut-être, et qui a pris un malin plaisir à me signaler toutes les bêtises qu’il a pu lire dans la bouche de politistes français lors de la dernière séquence électorale. []
  2. L’exemple que cite Renwick est celui de la catégorisation du mode de scrutin britannique, qui devrait théoriquement créer une demande plus forte de personnalisation du scrutin ; or, ce n’est pas le cas, ni en Grande-Bretagne, ni en France apparemment. []
  3. Je l’avais d’ailleurs rapidement mesuré lors de la sortie de l’ouvrage collectif Les faux semblants du Front national, déjà mentionné plus tôt cette année. Je n’ai jamais publié le résultat, mais voici un graphique assez parlant, montrant le nombre moyen de mentions des différents auteurs de l’ouvrage dans l’année ayant suivi sa parution, tous sujets confondus. []
  4. Le dossier ne contient aucun article sur le niveau européen, ce qui est bien dommage. []

Les législatives britanniques 2017 en quelques mots

Quelques mots sur les législatives d’outre-Manche. Pour ce qui concerne les élections législatives françaises de 2017, qui commencent aujourd’hui, j’ai prévu de publier un billet le 13 juin et un autre le 21 juin.

L’élection générale britannique avait lieu jeudi dernier, et l’on pouvait suivre l’événement en direct depuis la London School of Economics (sauf mention contraire, les images de ce billet proviennent du stream) :

Le live valait son pesant de cacahuètes, avec beaucoup d’intervenants, et beaucoup d’humour, principalement au détriment de la campagne désastreuse de Theresa May (je vais y revenir). Les réactions de la salle étaient également amusantes. Extraits de mes notes au moment de l’annonce du premier exit poll :

[ BBC speaker: ] « …My giant touchscreen is being loaded with data… »
[ room bursts into laughter ]

[ BBC speaker: ] « Tories lead the vote… »
[ room softly saddens ]
[ BBC speaker: ] « …but are short of a majority. »
[ room literally explodes with joy ]

Un peu de contexte

La séquence électorale britannique de ces dernières années est impressionnante : referendum sur l’indépendance de l’Écosse en 2014, élection générale en 2015, referendum sur le « Brexit » en 2016, et élection générale cette année. Les marchés financiers, qui ont décroché depuis le « Brexit », risquent de ne pas bien accueillir non plus le résultat complexe (voir plus bas) de la semaine dernière, car ce résultat n’élimine pas la possibilité d’une autre élection générale avant 2022…

May avait promis de ne pas déclencher d’élection générale anticipée, puis finalement l’a fait, avec une avance de 20 points dans les sondages, qu’elle s’est appliquée à perdre au terme d’une période pré-électorale désastreuse pour son parti : May ne s’est pas présentée au débat télévisé, a remis le débat sur le fox hunting sur la table alors que la majorité des Britanniques n’en veut pas, et surtout, a dû défendre un programme qui ne prévoit aucune augmentation des salaires dans le secteur public et plusieurs régressions en matière de protection sociale, dont la désormais bien connue dementia tax.

Le Labour de Jeremy Corbyn a mené une campagne diamétralement inverse d’un point de vue stratégique : Corbyn s’est exposé au risque d’organiser des rassemblements de masse, a présenté un manifesto anti-austérité mais formulé dans des termes sociaux-démocrates raisonnables, et semble enfin avoir réussi à mettre une sourdine sur les accusations d’antisémitisme qui ont miné l’image de son parti l’an dernier.

La combinaison des deux campagnes semble pouvoir expliquer le revirement électoral spectaculaire mesuré par les sondages d’opinion entre l’annonce de l’élection et le vote – ce qui n’arrange pas nos affaires : il y a toute une littérature – à découvrir en partant de cet article – pour défendre l’idée que « les campagnes [électorales] ne comptent pas », ou peu, y compris au Royaume-Uni. À première vue, c’est exactement l’inverse qui s’est produit ici. Sincèrement, more research is needed!

Les résultats

Les résultats sont compliqués : les Conservateurs se retrouvent à nouveau en situation de devoir composer une coalition parlementaire – avec les unionistes irlandais ! – pour rester majoritaires à la Chambre des Communes1 ; le Scottish National Party perd sa dynamique électorale positive et régresse de 21 sièges ; et le Labour fait un très bon score de parti d’opposition, mais reste très loin d’être en mesure de revenir au gouvernement2.

Dans ce graphique de Martin Baxter, qui résume très bien à la fois la configuration électorale et les estimations des instituts de sondage, le score effectif de l’élection générale se situe dans la zone nord-ouest du cercle « low-pollsters« , à la frontière entre les zones « Con[servative] minority » et « Con[servative] majority » :

La diagonale située dans le cadran nord-est du graphique est importante, car elle trace la zone de « pure two-party vote« , où tous les partis hors « Tories » et Labour obtiennent 5% ou moins des suffrages. En 2010, mais surtout en 2015, Patrick Dunleavy (et d’autres) avaient annoncé la mort des lois de Duverger au Royaume-Uni ; les résultats de cette année confortent cette idée, vu que la coalition au pouvoir sera, à nouveau, et malgré le mode de scrutin, multi-partite3.

Ultime satisfaction

En traînant un peu sur Twitter pour y lire les excellentes notes de Martin Goodwin ou de Kiko Llaneras, je suis tombé sur la non moins excellente synthèse de Mathieu Gallard, et en particulier sur ce graphique, où l’on aperçoit, miracle, enfin, des intervalles de confiance (à ±4 points) dans une prévision électorale !

Il semble que les vives critiques adressées aux instituts de sondage britanniques suite à leur plantage complet de 2015 aient servi à quelque chose. C’est un stéréotype culturel que je tiens de mon séjour en Écosse : dans bien des domaines, les Britanniques sont meilleurs que « nous » lorsqu’il s’agit de publiquement reconnaître leurs failles pour tenter de les corriger.

Addendum #1 : pour le détail des résultats, je conseille cet autre fil Twitter de Mathieu Gallard, très en forme, et qui va certainement aussi faire du super boulot ce soir.

Addendum #2 : cette excellente analyse de Fabien Escalona se concentre sur le succès électoral du Labour de Corbyn. Fabien semble minorer certains des éléments internes au parti qui ont limité son audience électorale depuis 2015 : je pense tout particulièrement à la gestion par Corbyn des accusations d’antisémitisme. Mais hormis sur ce point, je souscris pleinement à son diagnostic, que j’aurais été bien incapable de formuler de manière aussi précise et aussi juste.

Addendum #3 : et un dernier lien vers ce billet de blog sur le two-party system, qui se porte plutôt bien en 2017 (au moins par rapport à 2015). Et cet autre billet vaut aussi le détour. Ah, et aussi ce billet, sur la prédiction réussie du modèle YouGov MRP.

Addendum #4 : et voici le briefing de la Chambre des Communes sur l’élection générale 2017 (via Mathieu Gallard), en espérant qu’un jour, la France pense à se doter d’un Parlement capable de produire des documents d’aussi bonne qualité…

  1. Comme le rappelle Henry Farrell dans le lien fourni au sujet du DUP, ce n’est pas la première fois que les conservateurs (anglais) font alliance avec les unionistes, et cela ne présage rien de bon pour l’application du « Brexit » en Irlande du Nord. []
  2. On peut spéculer sur la perspective de voir le maire de Londres, Sadiq Khan, dont l’image publique est excellente, se présenter pour le parti (néo-)travailliste dans les années qui viennent. []
  3. Certaines analyses parlent d’un retour au bipartisme en Angleterre – et d’un retour au quadripartisme en Écosse –, mais c’est un bipartisme perturbé : certes, les Liberal Democrats ne redeviennent pas un troisième « parti effectif » et les deux principaux partis passent au-dessus des 80% des suffrages, mais la répartition des sièges est suffisamment partagée entre eux pour n’en consacrer aucun sans l’aide de partis d’appui (même le Labour cherche des alliés dans l’opposition). []

Élections législatives 2017, données de survie

Les élections législatives 2017 commencent ce dimanche : voici ma liste de liste de liens utiles, que je tenterai de compléter au cours des prochaines semaines.

Champ de bataille

Le site Contexte a publié une carte interactive super bien fichue qui réunit à peu près tout ce qu’il faut dans une même interface. Le résultat est très satisfaisant, et je ne dis pas ça seulement parce que je connais quelques-uns des concepteurs.

Investitures

La presse parle d’un record historique de candidats pour ces élections – ce qui n’a rien de surprenant (addendum : finalement, il y a moins de candidats qu’en 2002 ; voir aussi ce billet), et qui fournit un spectacle plus ou moins drôle à découvrir chaque semaine dans les premières pages du Canard enchaîné.

En attendant la programmation du match de boxe Mélenchon/Mennucci dans la 4e circonscription des Bouches-du-Rhône, voici quelques liens intéressants :

Projections

  • Le premier fichier dont vous aurez besoin ici est celui des résultats des élections législatives de 2012, qu’il faudrait corriger à la marge pour tenir compte des quelques élections partielles de la période 2012-2017.

  • Si vous envisagez de projeter les résultats du premier tour de la présidentielle sur les circonscriptions des législatives, ne vous embêtez pas, Le Monde l’a déjà fait. Je ne connais pas le degré de fiabilité (par exemple, le taux de prédiction des triangulaires) des projections similaires pour les élections précédentes.

  • Côté enquêtes/sondages, la projection « Ipsos/Cevipof/Le Monde » de fin mai a été bien commentée sur Twitter par Mathieu Gallard. Je n’en retiens que l’avance spectaculaire des candidat(e)s de la majorité présidentielle sur toutes les autres formations politiques :

  • Anthony Veyssiere a réalisé un calculateur de projections électorales assez complet, avec plusieurs scenarios électoraux possibles. Comme la projection précédente, celle-ci prévoit un grand nombre de triangulaires au second tour, un score magistral pour le président et un score crépusculaire pour le Parti socialiste, mais aussi, euh, pour tous les partis de la future opposition :1

  • Le superbe cartogramme législatif de Philippe Rivière et François Sermier vous attend sur le site Internet de Bastamag.

  • Cet article de Léopold Mebazaa montre comment certains partis – de droite ou d’extrême-droite – sanctionnent doublement les femmes au moment des élections législatives : (1) en en investissant moins comme candidates à l’élection, et (2) en les investissant dans des circonscriptions moins gagnables.

Analogie

Une idée, pour terminer, que je partage parce que je n’arrive pas à me la sortir de la tête : je pense qu’Emmanuel Macron va faire un score à la Berlusconi avec un mouvement politique à la Monti.

Le « score à la Berlusconi » est une référence aux élections législatives italiennes de 1994, et le « mouvement politique à la Monti » est une référence à Scelta Civica. Christophe Bouillaud a filé l’analogie un peu plus loin, et je pense qu’elle est très juste, même s’il faut bien noter la différence majeure de mode de scrutin2.

  1. De même que pour les deux projections précédentes, je n’ai aucune idée de la fiabilité du modèle au vu des résultats des élections passées. []
  2. Une autre différence notable tient évidemment aux enjeux internationaux : le grand chelem électoral de 2017 est important parce qu’il va sélectionner l’équipe de dirigeants qui pilotera le Brexit, la politique étrangère de Donald J. Trump, et l’élimination de Daech. C’est pas gagné. []

Women Also Know Stuff, édition personnelle 2017/05

La suite de ce billet. Éditions précédentes : 2017/01, 2017/02, 2017/03, 2017/04.
Liste rédigée un peu à la va-vite par manque de temps, mais bonne lecture quand même, et spécial dédicace aux étudiantes de Licence 3 qui m’ont parlé de cette série de billets.

  1. Mary Beard, pour son texte « Death of a dictator. How Caesar’s murder set the template for political assassination ». Voir aussi ce billet de Daniel Little sur le récent ouvrage de Beard, SPQR: A History of Ancient Rome.

  2. Laura Kipnis, pour son texte « Eyewitness to a Title IX Witch Trial ». Son point de vue, provocateur, minoritaire, et superbement écrit, est également évoqué dans cet article de Salon qui évoque aussi Camille Paglia.

    Sur le fond, je n’ai aucune opinion ferme à partager au sujet des questions « trans-genre/ethnicité » évoquées dans l’article qui a suscité la controverse qu’a suivi Kipnis. En revanche, je trouve que le comité éditorial de la revue qui a publié l’article a été d’une lâcheté sans nom. Lisez et décidez par vous-même.

  3. Béatrice Cherrier, déjà mentionnée le mois dernier, au tout début de la série et dans d’autres billets, pour ses epic tweetstorms d’histoire de la pensée économique. S’il fallait n’en lire qu’un, je conseille celui sur William Baumol, auteur très utilisé en économie de la santé.

  4. Substencia, pour ce mix génial, qui commence gentiment mais qui contient aussi quelques passages bien martelés façon Bauhaus/industriel :

  5. Hanna Brooks Olsen, pour ce texte qui explore une perspective que j’utilise très souvent dans mes séances sur les « politiques morales » :

    Abortion is an Economic Issue.

  6. Grete Hermann donne son nom à un package R très intéressant :

    Grete Hermann wasn’t a probabilist, but she wrote the first algorithms for computer algebra; in the 1920s, well before the first electronic computer was built.

    This work laid the foundations for computer algebra libraries (like TensorFlow) that enable modern probabilistic modelling.

  7. Frida Boräng et ses collègues, pour leur article « Cooking the books: Bureaucratic Politicization and Policy Knowledge », qui rejoint tout de suite mon plan de cours sur la sociologie de la quantification et des statistiques officielles1 :

  8. Dawn Johnsen, pour son article « The Lawyers’ War. Counterterrorism From Bush to Obama to Trump ».

  9. Alice Coltrane (1937-2007), très bien chroniquée dans The Quietus. Ci-dessous, le morceau de référence, déjà mentionné il y a trois mois, mais on s’en fiche :

  10. « Older Woman » (qui est assez facile à identifier si vous y tenez), pour son texte « Asking the Wrong Questions about Protest ».

Mention spéciale à Carole Cadwalladr, pour cet article absolument sidérant : « The Great British Brexit Robbery: How our Democracy was Hijacked ». L’article explore le réseau d’élites, militaires et civiles, et de firmes (Cambridge Analytica, Palantir) ayant contribué à façonner, quasiment au sens propre du terme, une large partie de l’opinion publique britannique (mais aussi américaine) lors des votes « Brexit » et « Trump » de l’an dernier.

Le récit est parfaitement édifiant, et si les faits devaient (1) être confirmés et (2) être amenés à se reproduire, ils vont devenir incontournables dans l’étude des élections. Et si l’on rajoute à ça les diverses transgressions russes des dernières années et la géopolitique actuelle autour de la Corée du Nord, alors la Guerre Froide est au moins aussi morte que le punk, c’est-à-dire pas du tout.

  1. Je reparlerai, j’espère, de ce plan de cours dans pas trop longtemps ; si vous êtes curieux, écrivez-moi ou signalez-vous sur Twitter. Et en attendant que je réponde, allez donc lire l’excellent article de Dorothy Kronick, « How to Count Our Dead », sur la mortalité criminelle au Venezuela. []

Le grand chelem électoral européen de 2017

Je ne l’ai pas annoncé sur le coup, mais cela ne vous aura pas échappé :

On va donc enchaîner entre les scrutins français et britanniques, et l’Italie pourrait se rajouter à la liste en cas d’élections législatives anticipées.

À l’échelle du Parlement européen de 2014, les élections en cours sont l’équivalent d’un renouvellement d’au moins 243 sièges sur 571, soit un peu plus de 4 sièges sur 10, et un peu plus d’un siège sur deux si l’Italie renouvelle aussi son parlement.

Ces fractions sont purement indicatives : le Parlement européen ne sera formellement renouvelé qu’en 2019. Néanmoins, elles donnent une bonne idée de l’ampleur des changements qui pourront éventuellement découler de ces trois élections et des autres élections générales prévues ou déjà passées cette année dans plusieurs autres États-membres de l’Union européenne :

La Hongrie (parti majoritaire : droite nationaliste-populiste) a également réélu son président, et la Slovénie, dont la présidence est primordialement symbolique, tiendra son élection présidentielle à la fin de l’année.

Autre perspective : entre l’élection présidentielle américaine de novembre 2016 et les élections législatives britanniques anticipées de juin 2017, les trois exécutifs démocratiquement élus et membres permanents du Conseil de Sécurité des Nations Unies auront été renouvelés en six mois.

Mise à jour, 14 mai : cette interview me fait réaliser que les élections législatives autrichiennes sont prévues pour cette année, et vu la situation créée par la dernière élection présidentielle, ça promet.

Dernières choses sur l’élection présidentielle 2017

Mon post-mortem électoral de la présidentielle (en anglais ; partie 1, partie 2) n’utilise pas toutes les sources que j’avais mises de côté pour le rédiger. Du coup, voici quelques vidéos et quelques observations en plus, avant que l’on rentre dans la séquence des élections législatives.

Documents de campagne électorale

Commençons par ce live de Mediapart, qui rattrape un peu le minable débat télévisé d’entre-deux-tours (appréciation qui vaut, de mon point de vue, pour ses deux participants, et pas seulement pour Marine Le Pen) :

À signaler également, le documentaire sur la « partie de campagne » diffusé immédiatement après le premier tour, qui ne contient rien de retentissant, mais qui se laisse bien regarder.

Continuons par cette conférence de la Fondation Jean-Jaurès sur la stratégie d’entre-deux-tours du Front national et de Marine Le Pen, avec Joël et les autres membres de l’Observatoire des radicalités politiques :

On retrouve, dans cette conférence, quelques arguments déjà évoqués ici : Jérôme Fourquet, par exemple, dit la même chose que moi sur « les sondages, le Brexit et Trump », un sujet où le degré de « total bullshit«  a atteint un nouveau record cette année.

En revanche, le même Jérôme Fourquet commet une erreur quand il parle du vote ouvrier, « gagné » par le Front national avec environ 60% d’intentions de vote pour Marine Le Pen. Or, le « vote ouvrier » est majoritairement… inexistant : à la louche, au moins un ouvrier « français » sur cinq dix est étranger1, et parmi les restants, l’abstention est très élevée. On ne peut donc pas, comme le fait Fourquet ici, parler du vote ouvrier comme du vote des cadres, ou des femmes, ou autre, sans sérieusement déformer la réalité2.

Une chose intéressante dans cette conférence, en prévision des législatives : Jean-Yves Camus y rappelle qu’en 1986, lorsque l’élection législative s’était déroulée à la proportionnelle intégrale, la droite avait fait face à de nombreuses défections vers le Front national. Or, à l’heure actuelle, seuls deux futurs candidats FN aux législatives viennent des rangs de la droite, ce qui semble indiquer une porosité moindre au niveau des élus ; au niveau des électeurs, c’est autre chose3.

Enfin, citons à nouveau Mediapart, qui avait composé un superbe triple-plateau de soirée électorale, dont voici la première partie, où l’on retrouve à nouveau Joël :

Et pour terminer cette section, si vous êtes plus radio que télévision, je vous conseille cette récente émission de France Culture avec Nonna Mayer, ainsi que, et même si ce n’est pas tout à fait sur l’élection présidentielle française à proprement parler, cette allocution de Pippa Norris sur le populisme et l’autoritarisme, prononcée à la dernière conférence de la Political Studies Association britannique.

Erreurs d’analyse zombies

Au sujet de tout autre chose à présent.

Comme les zombies, certaines erreurs d’analyse refusent de mourir, ou alors ressuscitent en période électorale. Pendant cette campagne, les exemples les plus flagrants ont porté sur l’abstention et la reconnaissance du vote blanc, et j’en ai cité quelques exemples dans certains de mes billets.

Avant-hier, Le Monde a également ressuscité la très classique erreur d’inférence écologique, ou ecological fallacy, déjà évoquée ici en prenant une idée d’Emmanuel Todd en exemple. Cette fois-ci, c’est l’argument d’un autre démographe, Hervé Le Bras, qui a ressuscité, avec l’idée d’une association entre vote pour le Front national et présence de population immigrées (carte ci-contre).

Les corrélations « vote FN avec x » abondent en période électorale, mais l’exemple retenu ici a une particularité : il reprend les termes d’un débat scientifique vieux de trente ans, que l’on trouve désormais dans les manuels de sociologie électorale4.

L’idée de départ est simple : quand on s’éloigne suffisamment des individus, les agrégats permettent de corréler des variables qui, au niveau individuel ou micro-territorial, sont dé-corrélées, ou même négativement corrélées. Et typiquement, dans le cas de l’hypothèse « Karim vote à gauche et son voisin vote FN », on est dans ce cas de figure : le « vote des villes » cache des différences territoriales essentielles à l’analyse5.

L’article du Monde précité n’ignore pas complètement cette variable territoriale. Sous la carte reproduite plus haut, on lit ainsi :

Le cas de Calais, grande ville qui a le plus voté pour Marine Le Pen (à plus de 57 %), est évidemment particulier ; une large partie des immigrés présents dans la ville ne sont pas « légaux » puisqu’ils ne cherchent pas à être régularisés en France mais veulent passer en Angleterre. Mais Paris est un bon contre-exemple : alors que la capitale a le plus fort taux d’immigrés dans sa population (17,7 % d’immigrés légaux recensés par l’Insee), elle a voté massivement pour le rival de Marine Le Pen au second tour de l’élection présidentielle (à près de 90 %) et rejeté ainsi le FN.

Reste que, en ce qui concerne Paris (mais c’est tout aussi vrai de Calais), cette explication traite toute la ville comme un même ensemble : or l’immigration et le vote FN – et/ou leur absence… – ne prennent pas du tout la même forme à Passy ou à Barbès ! L’erreur de perspective étant ici d’autant plus grave qu’elle empêche ensuite d’utiliser les différentes explications territoriales (parisiennes) sur d’autres composantes territoriales comparables.

Addendum, 14 mai : ça y est, j’ai trouvé une carte encore plus rigolote que celle du vote FN versus Tchernobyl ! Et Renaud Epstein a trouvé d’autres exemples très réussis.

Revues et enquêtes à suivre

Un dernier point pour évoquer la suite.

Pour celles et ceux qui voudront lire des articles de fond dans quelques mois, au moins deux revues scientifiques vont certainement publier un ou plusieurs numéros spéciaux sur l’élection présidentielle et/ou sur les élections législatives de cette année : la Revue française de science politique, et French Politics. À suivre.

On attend aussi, pour dans quelques mois, les données de plusieurs enquêtes pré- et post-électorales : l’Insee devrait publier un nouveau volet de son enquête sur la participation électorale, le Cevipof devrait ouvrir les données de son enquête par panel, et une surprise devrait aussi venir – scoop ! – des États-Unis. À suivre également.

  1. Correction suggérée par Xavier Molénat, via Twitter. Merci ! []
  2. C’est un peu la même chose quand on entend que « tout le monde a le bac » – ce qui est archi-faux, y compris dans les jeunes générations : la proportion de bacheliers généraux dans une classe d’âge ne dépasse pas, à ma connaissance, deux individus sur trois. []
  3. Pour bien compléter le tableau du mythique « front républicain » (que l’on appelait autrefois le « cordon sanitaire »), ces observations sont à compléter de cet article de Joël dans Le Monde diplomatique et de cet article de Gérard Courtois dans Le Monde. []
  4. Mots-clés : fallace écologique, effet direct, effet de halo ; auteurs : Hervé Le Bras, Pierre Martin, Nonna Mayer, Pascal Perrineau. L’un des textes-clés est celui de Pascal Perrineau, « Front national : l’écho politique de l’anomie urbaine » (Esprit, 1988), mais il est difficile de le lire sans l’acheter. Le chapitre de manuel déjà cité contient heureusement l’essentiel. []
  5. En l’occurrence, la carte du Monde nous apprend surtout qu’il y a plus d’ouvriers à Marseille et à Lille qu’à Paris, et un « zoom » à l’échelle des arrondissements de Paris, Lyon et Marseille auraient montré de très intéressantes différences de vote en fonction du taux de logements sociaux. []