Vu sur HAL(-SHS)

Il y a bien longtemps, dans une vie antérieure, ce blog recensait certains des textes versés en “open access” sur HAL/HAL-SHS, en se concentrant sur les textes de science politique (SHS:SCIPO). Ci-dessous, une rémanence de ces temps anciens.

L’Inde, démocratie dynastique ou démocratie lignagère ?

Christophe Jaffrelot, 2006

En Inde, l’hérédité des fonctions politiques est une tradition qui remonte aux débuts de la République. Les princes qui sont entrés dans l’arène électorale après 1947 ont été les premiers à observer une pratique qui était bien en accord avec la logique dynastique de leurs ancêtres. Ces héritiers ont toutefois été évincés du jeu politique lorsqu’ils n’ont pas su faire preuve d’un minimum de compétences et de dévouement à la chose publique. Cette règle est parfaitement illustrée par le cas des Scindia, une lignée princière qui vient d’inaugurer sa troisième génération de parlementaires. La famille des Nehru/Gandhi, elle, incarne d’une façon plus constante la prégnance du répertoire dynastique dans la politique indienne. Mais, là encore, il n’y a rien d’automatique dans la perpétuation des générations au pouvoir, soit que les héritiers se trouvent rejetés par l’électorat, soit qu’ils ne souhaitent pas endosser le manteau de leurs aînés. Au total, la politique indienne semble davantage répondre à une logique lignagère que dynastique, même si le mode de succession à la tête de certains partis régionaux semble remettre ce modèle en question depuis quelques années. [hal-01021338]

Privatisations et formation des Etats est-européens

François Bafoil, 2006

L’analyse des politiques de privatisation en Europe centrale et orientale met en valeur le passage du processus de transition du capitalisme prédateur des premiers moments de la transition hors du communisme, au capitalisme davantage régulé sur une base légale. Ce dernier a été l’indicateur de la rationalisation croissante des aires de jeu, économiques, politiques et administratives. L’Union européenne a joué, à cet égard, un rôle important par la consolidation des agences de régulation. Cette transition n’a pas répondu à une nécessité interne, qui aurait conduit à l’évolution irréversible d’une forme de capitalisme à une autre, elle n’a pas davantage produit une identité des formes adoptées qui autoriserait à parler d’un type de capitalisme de marché « est-européen ». [hal-01021308]

Une diplomatie de parlementaires : typologie des élus français en voyage à Damas (2015-2017)

Manon-Nour Tannous, 2017

En octobre 2017, dans la perspective de la reconfiguration des groupes d’amitié parlementaire de la nouvelle législature, se pose la question de la « mise en pause » du groupe d’amitié France-Syrie à l’Assemblée nationale. L’interrogation surgit en réaction à l’activisme parlementaire de quelques élus lors des sept années de conflit syrien, et en particulier à des initiatives face auxquelles le pouvoir exécutif exprimait avec constance sa prise de distance : les visites de parlementaires français à Damas.
[…] nous nous interrogeons sur le statut de ces visites, qui interviennent en dissonance par rapport à la politique officielle de la France. Nous analyserons dans un premier temps le rôle historiquement limité de la diplomatie parlementaire et des parlementaires dans les relations franco-syriennes, afin de contextualiser les visites de 2015-2017. Nous esquisserons ensuite une typologie des « figures » parlementaires entreprenant ce voyage après 2015, afin de comprendre sa fonctionnalité politique dans un parcours professionnel ou personnel. Il s’agira notamment de montrer comment ces acteurs parlementaires jouent, dans leur démarche, de l’ambiguïté entre des enjeux et niveaux multiples : explorer des canaux politiques ignorés par le ministère des Affaires étrangères, trouver des avantages dans la concurrence partisane en France, faire passer des messages, voire représenter la France. Enfin, nous expliquerons la dimension du « recevoir » pour le régime syrien en déficit de légitimité internationale, et la surévaluation de ces visites par Damas. [hal-01947200]

Elites and Revolution: Political Relegation and Reintegration of Former Senior Government Officials in Tunisia

Jérôme Heurtaux, 2018

What happens to the state elite of an authoritarian regime after its collapse? This article proposes an answer by examining the Tunisian case after the fall of Ben Ali’s regime in 2011. Based on a corpus of in-depth interviews with sixty or so ex-politicians or civil servants, the article starts by describing the collapse of the regime in terms of the experience and perceptions of some of those who had served it. This is not presented as a series of institutional and political events linked up in a homogenous and unidirectional process, but rather as a variety of individual experiences, each unique. The fall of the regime thereby emerges as a concrete experience of political relegation, documented in precise detail by the accounts given of it. Analyzing this experience provides a way of testing several hypotheses regarding the post-revolutionary careers of former senior officials, stressing just how complex and diverse the paths are for reintegrating the political class. [halshs-01955463]

Préface de l’ouvrage de Ronald Inglehart, Les transformations culturelles. Comment les valeurs des individus bouleversent le monde ?, Presses universitaires de Grenoble (PUG), coll. Libres cours Politique1

Pierre Bréchon, 2018

Cet ouvrage, publié d’abord en anglais à Cambridge University Press au début de 2018, constitue une relecture par l’auteur, politologue américain mondialement connu, grand entrepreneur des World Values Survey, de son long parcours de recherche depuis les années 1970. Peu de ses travaux avaient jusque là été traduits en français. La préface rappelle d’abord sa biographie, puis le contenu de l’ouvrage. Adepte d’une théorie de la modernisation qu’il présente au premier chapitre de ce livre, Inglehart explique qu’on a assisté après la Seconde guerre mondiale à un énorme bouleversement des valeurs, qui s’explique par le passage à une société de l’abondance. Ces transformations économiques font que les jeunes générations ne craignent plus le lendemain – leur survie et leur sécurité sont assurées – et peuvent donc vivre selon de nouvelles valeurs, qualifiées de post-matérialistes. Il présente dans le reste du livre l’évolution de ses théories au fil des décennies. Il a élaboré des cartes culturelles du monde selon deux dimensions : les valeurs traditionnelles-séculières et les valeurs de survie-expression de soi. Il aussi théorisé le déclin des religions, la montée de l’égalité entre hommes et femmes, le développement d’une culture de paix et de la démocratie, le progrès du bonheur. Mais il termine son livre de manière beaucoup plus pessimiste autour des contre-révolutions traditionnelles et des mouvements populistes qui tendent à fleurir dans de nombreux pays. [halshs-01947877]

  1. Traduit de l’anglais par Camille et Marie-Christine Hamidi. []

Elsevier, Springer, ou comment piller la recherche scientifique sans faire de bruit

Les universités, via leurs présidences et leurs conseils, prennent régulièrement des décisions que l’on pourrait qualifier de “géopolitiques”, consistant à accueillir (ou pas) des étudiants – mais aussi des personnels, le plus souvent des enseignants – venant de pays présentant des profils particuliers : pays en guerre, ou récemment devenus (encore plus) autoritaires (et/ou théocratiques) suite à un coup d’État, etc.

Dans certains cas plus ou moins bien médiatisés, voire pas du tout, les personnels universitaires s’impliquent dans ces décisions, car ils ont bien conscience qu’une partie de leur ethos professionnel s’y joue, pour le meilleur ou pour le pire.

Il y a, en revanche, et dans mon expérience limitée de la chose, beaucoup moins de personnels mobilisés sur les questions de politique économique ; tout se passe comme si, dans mon milieu professionnel et sur ce point, l’on attendait à ce que des décisions raisonnables soient prises en permanence.

Cette prémisse est évidemment fausse dans un certain nombre de cas plus ou moins flagrants, ce que rien n’illustre mieux que les politiques d’acquisition de (et d’accès aux) revues scientifiques, qui devrait mobiliser l’intégralité des personnels universitaires et scientifiques (et mobiliser aussi leurs tutelles), mais qui ne mobilisent, en pratique, que très peu de monde1.

Exemple 1 : Elsevier

Pour aller vite mais sans déformer la réalité, le marché de l’édition scientifique repose encore largement sur un oligopole construit au fil des quatre derniers siècles2. La société Elsevier, dont j’ai déjà parlé à plusieurs reprises, en est un des plus importants représentants, à la fois par sa taille et par son comportement3.

Tous les problèmes de l’oligopole se manifestent dans l’édition scientifique, mais le plus visible d’entre eux est évidemment celui des prix artificiellement élevés des biens autour desquels s’organisent la collusion : le prix de l’accès aux revues Elsevier pour les entités scientifiques (au premier rang desquelles on trouve les bibliothèques universitaires) est parfaitement obscène.

Cette situation faisait partie des problèmes (car il y en a d’autres, très graves également : lisez la page Wikipedia pré-citée, qui résume assez bien l’état des choses) qui ont amené à la pétition The Cost of Knowledge – pétition qui, à ma connaissance, n’a que très peu mobilisé dans les sciences humaines et sociales4.

Exemple 2 : Springer

L’éditeur scientifique allemand Springer, qui publie toutes sortes de choses plus ou moins scientifiques et selon des principes de publication plus ou moins acceptables5, fait également partie de ces éditeurs scientifiques qui profitent de la situation d’oligopole décrite plus haut.

L’une des ripostes possibles face à un oligopole6 consiste à faire entendre la voix des consommateurs en unifiant leurs pouvoirs d’achat : c’est, en France, la stratégie du consortium Couperin, qui négocie les licences d’accès aux revues scientifiques à des “tarifs de gros”, façon Rungis.

Néanmoins, cette stratégie peut, comme toutes les autres, échouer, et amener au résultat suivant, repéré sur Twitter grâce aux retweets de plusieurs amis et collègues :

Il faut noter que la bibliothèque universitaire ci-dessus est loin d’être la seule à avoir dû en venir à l’équivalent d’une décision de boycott : la même chose s’est produite en Allemagne, et même la bibliothèque de l’Université d’Harvard, au budget pourtant exceptionnel, a pratiqué ces ruptures de contrat pour tenter de tirer la sonnette d’alarme sur la situation résumée ici.

Un conflit à bas bruit

Le bras-de-fer qui oppose les éditeurs scientifiques (tels que les deux exemples cités ici, mais il y en a d’autres) aux bibliothèques universitaires mobilisent peu : universitaires et scientifiques apportent parfois un soutien discret à ces décisions, mais font très rarement pression en interne pour que leurs établissements participent concrètement à la lutte contre les pratiques oligopolistiques de l’édition scientifique.

C’est dommage, pour tout le monde ; et c’est également ma conclusion lorsque je vois qu’une plateforme comme HAL ne mobilise que très inégalement les collègues, alors qu’il s’agit, à l’instar de tous les open access repositories, d’un outil de lutte efficace contre les pratiques éditoriales qui desservent l’activité scientifique et sa diffusion.

Deux appels à l’aide

Je termine en (re)formulant deux points que vous aurez lu sans aucune difficulté entre les lignes de ce billet.

D’une part, à titre personnel, et c’est en partie lié à des recherches sur les politiques de propriété intellectuelle, je suis très favorable à toutes les tentatives de faire voler en éclat le modèle sur lequel est actuellement assis (une large partie de) l’édition scientifique. Ce modèle est immoral, inefficace, et sa mort mérite de survenir le plus vite possible.

Faites pareil : portez les propositions anti-oligopolistiques auprès de vos tutelles, de vos conseils scientifiques, de vos bibliothèques universitaires, et utilisez l’open access comme moyen de pression sur les éditeurs qui nous forcent à nous acheter nos propres textes à des prix démentiels, tout en empêchant une plus large diffusion de la connaissance scientifique.

D’autre part, ce billet ne contient que quelques renvois épars vers des sources permettant de se faire une idée de comment fonctionne l’édition scientifique : je n’ai tout simplement pas pris le temps de faire un exposé complet. Si vous en connaissez un exposé détaillé, en français ou en anglais, je suis preneur, afin d’améliorer le récit à très gros traits offert ici.

Voir aussi, du même compte Twitter que cité plus haut, ici et .

Mise à jour, 25 octobre : l’Université de Bonn vient de mettre fin à son contrat avec Elsevier, et j’apprends, toujours grâce à Twitter, qu’il y a une listes des dizaines d’institutions allemandes qui ont rompu leurs contrats avec Elsevier en 2016 et en 2017.

  1. On notera toutefois que ce blog est publié sur une plateforme open access financée par l’État : il y a bien des solutions (des alternatives) aux problèmes évoqués dans ce billet. Full disclosure : je participe à la vie de cette plateforme via l’un de ses conseils scientifiques. []
  2. Une large partie de l’édition scientifique continue de se faire selon des principes économiques et éditoriaux qui ne sont plus valides depuis l’avènement des communications numériques, mais qui continuent de prévaloir par dépendance au sentier. []
  3. Signalons au passage qu’Elsevier appartient au groupe RELX, ex-Reed-Elsevier, qui détient aussi les services LexisNexis et SSRN (et le logiciel Mendeley), et qui vendait aussi des armes sur ses salons d’exposition. []
  4. Celles-ci se sont toutefois rattrapées en participant aux initiatives de migration des revues hors du giron d’Elsevier : voir, par exemple, la revue Sociologie du travail. []
  5. Concrètement, une partie des titres Springer sont publiés à compte d’auteur, sans peer review. Ce n’est pas une situation unique dans l’édition scientifique : en France, L’Harmattan est également un éditeur qui publie dans des conditions se rapprochant du compte d’auteur, et souvent sans aucun peer review (bien que cela varie du tout au tout selon la collection). []
  6. L’autre riposte étant évidemment l’exit : voir la note de bas-de-page précédente où je mentionne l’édition open access financée sur fonds publics. []

Nouvelles revues SHS à l’horizon

Le temps éditorial passe vite : des revues telles que Big Data and Society, Research & Politics ou Sociological Science, qui me paraissent encore toutes “neuves”, ont déjà quatre ans ! Et RESET en a déjà six…

Dans les nouvelles revues repérées ces derniers mois, grâce aux amis qui y participent :

Les sciences, et les sciences humaines et sociales en particulier, créent tout plein de revues, à tout bout de champ ; certaines durent, d’autres pas.

Cela me semble faire partie de l’écologie des disciplines scientifiques, qui, comme tout débat d’idées, a besoin d’un “écosystème éditorial” foisonnant – et donc chaotique et décentralisé – pour se perpétuer et se renouveler. Certaines des niches écologiques de cet écosystème seront dominantes, d’autres seront marginales, certaines seront stériles, d’autres seront fertiles… et la somme vaudra toujours plus que ses parties. L’écosystème du logiciel est gouverné par les mêmes principes – et victime des mêmes phénomènes de capture par des acteurs commerciaux dont on ferait bien de se débarrasser.

Notez, pour conclure, que même si ma liste de revues ne contient aucun titre de la plateforme Revues.org : portail de revues en sciences humaines et sociales, c’est bien là-bas qu’une immense partie de l’écosystème éditorial des revues SHS se développe actuellement. Un rapide passage par la page d’accueil m’a suffi pour y repérer tout un tas de revues intéressantes : Économie & institutions, Quaderni di sociologia, Écrire l’histoire, et même TV/Series ! Ces revues n’ont pas été lancées cette année, mais leur mise en ligne sur Revues.org date, à ma connaissance, des derniers mois.

Et vous, qu’avez-vous repéré cette année ?

Women Also Know Stuff, édition personnelle 2017/06

La suite de ce billet. Éditions précédentes : 2017/01, 2017/02, 2017/03, 2017/04, 2017/05. Cette série de billets fera sa première pause annuelle le mois prochain et redémarrera fin août.

  1. Laura Poitras, réalisatrice de The Oath et Citizenfour, sort son documentaire sur Julian Assange et WikiLeaks, Risk, cet été.

    Cette interview avec Vox donne plein de détails, et surtout m’apprend l’existence de son projet Field of Vision, qui contient toutes sortes de petites pépites cinématographiques, telles que The Moderators, sur les petites mains qui nettoient les réseaux sociaux, Relatively Free, sur Barrett Brown, ou Our New President, sur la tragicomique réception de Trump en Russie :

  2. Grace Hopper (1906-1992), “reine du code”, a conçu le premier compilateur. Le langage qu’elle a largement contribué à développer, COBOL, reste le langage informatique le plus important pour l’industrie bancaire – ce qui commence d’ailleurs à poser problème.

  3. Lisa Mandel et Julie Pagis, qui suivent les élections avec des classes d’école primaire et de collège :

    La série précédente de dessins, réalisée avec Yasmine Bouagga, portait sur la “jungle” de Calais et sur les migrants réfugiés aux alentours ; elle se trouve à la même adresse, est tout aussi recommandable, et est récemment parue en album.

    Seul regret : aucun moyen – à ma connaissance — de facilement naviguer les archives de chaque série pour les lire dans l’ordre de parution.

  4. Elisabeth Moss et les autres actrices de la série The Handmaid’s Tale, basée sur le superbe roman dystopique de Margaret Atwood :

    Le compte-rendu qu’en a fait Emily Nussbaum dans le New Yorker est très bon, de même que le portrait d’Elisabeth Moss par Sarah Hughes dans The Observer.

  5. Samantha C. Tyner et Heike Hofmann, avec qui nous publions “Network Visualization with ggplot2 dans The R Journal cette année, après un an ou presque de corrections au code.

    Comme je compte l’expliquer dans une note en anglais sur mon blog R lorsque l’article sera paru, Samantha C. Tyner a fait l’immense majorité du boulot, et l’intégralité du boulot sur les deux derniers rounds de révision : tous les honneurs lui reviennent donc.

  6. Dasha Rush, à nouveau, pour ce mix (parmi d’autres) :

  7. Gina Pollack, pour son documentaire sur les restrictions d’accès à l’avortement en Louisiane, diffusé dans l’excellente série Op-Docs du New York Times :

  8. Joni Lovenduski est la première femme à se voir décerner l’ECPR Lifetime Achievement Award, créé en 2005.

  9. J’ai complètement raté, à sa sortie, Mémoire vive, le livre de Sarah Gensburger sur le quartier du Bataclan après les attentats de 2015.

    Voir aussi cette émission de France Culture sur l’histoire des mémoires, où interviennent également Denis Peschanski et Christian Delage.

  10. Juste après l’élection d’Emmanuel Macron à la présidence de la République française, Pippa Norris cherchait à ramener tout le monde aux réalités du vote pour les partis populistes en Europe :

    So is the wave of populist nationalism finished? Hardly.

Mention spéciale pour la chanteuse iranienne Sahar Mohammadi, pour ce magnifique concert diffusé par France Musique, dans l’émission “Ocora Couleurs du monde” de Françoise Degeorges :

Women Also Know Stuff, édition personnelle 2017/05

La suite de ce billet. Éditions précédentes : 2017/01, 2017/02, 2017/03, 2017/04.
Liste rédigée un peu à la va-vite par manque de temps, mais bonne lecture quand même, et spécial dédicace aux étudiantes de Licence 3 qui m’ont parlé de cette série de billets.

  1. Mary Beard, pour son texte “Death of a dictator. How Caesar’s murder set the template for political assassination”. Voir aussi ce billet de Daniel Little sur le récent ouvrage de Beard, SPQR: A History of Ancient Rome.

  2. Laura Kipnis, pour son texte “Eyewitness to a Title IX Witch Trial”. Son point de vue, provocateur, minoritaire, et superbement écrit, est également évoqué dans cet article de Salon qui évoque aussi Camille Paglia.

    Sur le fond, je n’ai aucune opinion ferme à partager au sujet des questions “trans-genre/ethnicité” évoquées dans l’article qui a suscité la controverse qu’a suivi Kipnis. En revanche, je trouve que le comité éditorial de la revue qui a publié l’article a été d’une lâcheté sans nom. Lisez et décidez par vous-même.

  3. Béatrice Cherrier, déjà mentionnée le mois dernier, au tout début de la série et dans d’autres billets, pour ses epic tweetstorms d’histoire de la pensée économique. S’il fallait n’en lire qu’un, je conseille celui sur William Baumol, auteur très utilisé en économie de la santé.

  4. Substencia, pour ce mix génial, qui commence gentiment mais qui contient aussi quelques passages bien martelés façon Bauhaus/industriel :

  5. Hanna Brooks Olsen, pour ce texte qui explore une perspective que j’utilise très souvent dans mes séances sur les “politiques morales” :

    Abortion is an Economic Issue.

  6. Grete Hermann donne son nom à un package R très intéressant :

    Grete Hermann wasn’t a probabilist, but she wrote the first algorithms for computer algebra; in the 1920s, well before the first electronic computer was built.

    This work laid the foundations for computer algebra libraries (like TensorFlow) that enable modern probabilistic modelling.

  7. Frida Boräng et ses collègues, pour leur article “Cooking the books: Bureaucratic Politicization and Policy Knowledge”, qui rejoint tout de suite mon plan de cours sur la sociologie de la quantification et des statistiques officielles1 :

  8. Dawn Johnsen, pour son article “The Lawyers’ War. Counterterrorism From Bush to Obama to Trump”.

  9. Alice Coltrane (1937-2007), très bien chroniquée dans The Quietus. Ci-dessous, le morceau de référence, déjà mentionné il y a trois mois, mais on s’en fiche :

  10. “Older Woman” (qui est assez facile à identifier si vous y tenez), pour son texte “Asking the Wrong Questions about Protest”.

Mention spéciale à Carole Cadwalladr, pour cet article absolument sidérant : “The Great British Brexit Robbery: How our Democracy was Hijacked”. L’article explore le réseau d’élites, militaires et civiles, et de firmes (Cambridge Analytica, Palantir) ayant contribué à façonner, quasiment au sens propre du terme, une large partie de l’opinion publique britannique (mais aussi américaine) lors des votes “Brexit” et “Trump” de l’an dernier.

Le récit est parfaitement édifiant, et si les faits devaient (1) être confirmés et (2) être amenés à se reproduire, ils vont devenir incontournables dans l’étude des élections. Et si l’on rajoute à ça les diverses transgressions russes des dernières années et la géopolitique actuelle autour de la Corée du Nord, alors la Guerre Froide est au moins aussi morte que le punk, c’est-à-dire pas du tout.

  1. Je reparlerai, j’espère, de ce plan de cours dans pas trop longtemps ; si vous êtes curieux, écrivez-moi ou signalez-vous sur Twitter. Et en attendant que je réponde, allez donc lire l’excellent article de Dorothy Kronick, “How to Count Our Dead”, sur la mortalité criminelle au Venezuela. []

Women Also Know Stuff, édition personnelle 2017/03

La suite de ce billet. Éditions précédentes : 2017/01, 2017/02. Cette édition contient beaucoup, beaucoup d’analyse de données.

  1. Ann Swidler, dont il est temps, comme l’a fait remarquer Kieran Healy, de relire le classique “Culture in Action: Symbols and Strategies” :

    swidler-culture-in-action

  2. J’ai déjà cité, dans l’édition 2017/01, Jennifer Bryan, pour ses slides sur la manipulation de données, et avant ça, j’avais cité, dans l’édition 2016, Julia Silge, pour l’ouvrage Tidy Text Mining qu’elle co-écrit avec David Robinson.

    En janvier, j’ai suivi de loin la première RStudio Conference via Twitter, et la forte présence féminine lors de la conférence m’a semblé faire partie de ses points forts. Jenny Bryan et Julia Silge en étaient, et l’on peut aussi mentionner Hilary Parker (lisez ses slides), Hilary Mason (qui a le meilleur t-shirt du monde), Amelia McNamara et Charlotte Wickham, qui a présenté une excellente démo de programmation fonctionnelle avec le package purrr.

    La forte présence féminine à la conférence ne doit pas grand chose au hasard : il y a une task force qui travaille sur le sujet, et des initiatives dans la communauté R.

  3. Meredith Monk, “Dawn”, sur l’album Book of Days (1990) :

  4. Aperçue dans une autre conférence que celle citée plus haut, Haley Jeppson, qui a repris le flambeau du package productplots avec ggmosaic :

  5. Je reviendrai sur cette série d’entretiens, mais voici le sixième épisode de la série “DataChats”, avec la statisticienne Jo Hardin, qui présente son cours sur le bootstrapping :

    … série dans laquelle on retrouve, à nouveau, Charlotte Wickham, qui y présente un cours de manipulation de données spatiales.

  6. Björk, “Unravel” (1997) ; la version jouée avec le Brodsky Quartet est ma favorite, mais le clip de l’originale est plus esthétique :

  7. Alice Bartlett, “Git for Humans” :

    git-for-designers

    Et sur le même thème, voir, à nouveau, Jenny Bryan et al., Happy Git and GitHub for the useR.

  8. Bonnie Stabile, pour son papier “Reproductive Policy and the Social Construction of Motherhood” :

    Findings. Women’s choices fell within social construction quadrants as being positively portrayed and powerful; negatively portrayed but powerful; positively portrayed but powerless; and negatively portrayed and powerless. Married heterosexual women embracing motherhood were likely to be viewed positively and to reap benefits. Women forgoing motherhood, poor women, and women seeking to form nontraditional families were likely to be viewed negatively and to bear burdens; critical among these burdens was restriction of access to technologies that could be used to support a decision to avoid motherhood or to achieve motherhood through nontraditional methods.

  9. Melt-Banana (Yasuko Onuki au chant, Ichirou Agata au reste), “Last Target On The Last Day”, dernier morceau de l’album Bambi’s Dilemma (2007), ci-dessous en version live à Tokyo (2009) :

  10. Julia Lynch a formulé un point de vue que je rumine depuis longtemps :

    Medicalizing inequality is more appealing to most politicians than tackling income and wage inequality head-on, but it results in framing the problem of social inequality in a way that makes it technically quite difficult to solve. Policy-makers should consider adopting more traditional programs of taxation, redistribution and labor market regulation in order to reduce both health inequalities and the underlying social inequalities.

Mention spéciale : Mica Levi, pour l’intégralité de la bande originale du film Under the Skin. La bande-son, dont un extrait suit, est plus intéressante que le film lui-même, et devrait vous plaire si vous avez aimé la bande-son de Donnie Darko, par exemple.

Persée.fr libère ses données !

Il y a bientôt deux ans, j’avais écrit un peu de code pour récupérer des informations sur le sous-espace éditorial constitué par les articles publiés dans les revues du portail de revues scientifiques Cairn.info.

À l’époque, j’avais aussi commencé à écrire le code pour faire la même chose avec Persée.fr, mais n’avais pas persévéré : le code HTML des pages était beaucoup plus lourd à manier que celui de Cairn.info, et les possibilités de chaînage entre les deux plateformes trop limitées.

Ces barrières techniques viennent de tomber : Persée a récemment lancé son portail “open data” (qui s’appelle, ne me demandez pas pourquoi, un “triple store“), où l’on peut désormais récupérer toutes les métadonnées des articles publiés sur la plateforme dans un joli format RDF !

Les équipes de Persée.fr ont vraiment bien fait les choses : le portail peut être interrogé en SPARQL, et les identifiants des individus (auteurs, éditeurs, etc.) sont alignés sur le référentiel IdRef que l’on retrouve sur SUDOC et sur Thèses.fr (voir ce billet).

À l’heure où j’écris ce billet, je n’ai fait que lire la documentation du portail, qui explique très bien les choix (judicieux) de l’équipe à l’initiative de son lancement. Plus de nouvelles quand j’aurai un peu joué avec les données.

Zilsel en revue, sur Cairn

Ce blog s’est souvent fait le relais des canulars publiés sur le Carnet Zilsel, soit pour parler de la forme-canular, soit pour parler de la topologie éditoriale des sciences humaines et sociales, et de la sociologie en particulier, ce qui m’avait amené à rédiger une série de billets sur la plateforme éditoriale Cairn.info.

Dans un superbe mouvement de mise en abyme, le Carnet Zilsel est récemment devenu une revue, que l’on peut désormais trouver… sur Cairn, la plateforme qui diffuse aussi l’une des revues ciblées par le canular de l’Autolib d’Arnaud (Saint-Martin) et Manuel (Quinon), que j’ai rencontrés quelques mois après.

Comme le laisse transparaître le sommaire du n°1, la revue est, fondamentalement, une revue de sociologie des sciences. Il faut rajouter à cela, et l’on verra si la tendance persiste au fil des numéros, que la revue est aussi un espace de critique féroce1. Reste qu’après la publication de comptes-rendus tels que celui-ci ou celui-là, on pouvait entendre certains egos se flétrir aux fenêtres de certains bureaux.

Je fais partie du comité de rédaction de la revue, de même que tout un tas de gens que je connais parfois de nom, parfois de vue, mais rarement plus. L’ambiance des séances de travail sur le “numéro 1” était sympa :

L’éditorial du numéro, qui explique notamment l’origine de son nom, est en ligne, et le n°1 fait 418 pages. Heureusement, la revue ne sortira que deux fois par an, ce qui me laissera peut-être la chance de terminer chaque numéro avant la sortie du suivant.

  1. Féroce, mais pas méchant : les accusations méprisantes de “négationnisme” ne sont évidemment pas à l’ordre du jour. Pas méchant, et même plutôt drôle : la forme-canular a notamment cette vertu. []

Marx et la sociologie

Le titre de ce billet est le sujet d’un entretien passionnant avec Frédéric Lebaron, récemment publié dans la revue Actuel Marx.

lebaron-actuel-marx

Je me souviens d’un professeur anglais (de sociologie, mais initialement formé en philosophie) qui m’avait dit qu’il y avait des pans entiers des sciences sociales qui éveillaient sa curiosité, mais qu’il n’avait tout simplement pas eu le temps d’investir.

Marx, ça a l’air intéressant ; mais je n’ai pas le temps – ou en tout cas, je ne l’ai pas pris. En tout et pour tout, j’ai peut-être lu quinze pages de Marx sur les quinze dernières années, et même si je me suis fadé pas mal de numéros du Monde diplomatique ou de science politique d’inspiration marxiste et/ou gramscienne, ça ne compte pas ; d’ailleurs, je n’ai pas non plus lu Gramsci (ou Engels, ou Poulantzas, ou…).

L’entretien accordé par Frédéric Lebaron est très éclairant, et les références qu’il cite permettent de “faire le pont” entre Marx et ce que l’on aura peut-être plus souvent lu dans un parcours de sociologie ou de science politique (Weber et les commentaires de Colliot-Thélène et de Kalinowski, par exemple). Vivement recommandé.

Quantifications et indicateurs de gouvernement

J’ai assez souvent parlé de quantification sur ce blog : le sujet me tient à coeur car j’ai passé pas mal de temps à manipuler des données de santé et des données parlementaires, et me suis progressivement intéressé aux conditions de production et d’utilisation de ces données.

Pour celles et ceux qui s’intéressent à la même thématique, voici ma dernière trouvaille sur le sujet, dans une revue, me semble-t-il, malheureusement assez peu lue :

jcpa

Teaser – J’aurai bientôt une bibliographie à partager sur un thème proche.

Bonne lecture !

Mise à jour, fin novembre 2016 : et un dossier en plus sur le même thème, dans Sociologie du Travail, excellente revue (malheureusement hébergée chez Elsevier) :

soc-travail-indicateurs