Women Also Know Stuff, édition personnelle 2017/05

La suite de ce billet. Éditions précédentes : 2017/01, 2017/02, 2017/03, 2017/04.
Liste rédigée un peu à la va-vite par manque de temps, mais bonne lecture quand même, et spécial dédicace aux étudiantes de Licence 3 qui m’ont parlé de cette série de billets.

  1. Mary Beard, pour son texte « Death of a dictator. How Caesar’s murder set the template for political assassination ». Voir aussi ce billet de Daniel Little sur le récent ouvrage de Beard, SPQR: A History of Ancient Rome.

  2. Laura Kipnis, pour son texte « Eyewitness to a Title IX Witch Trial ». Son point de vue, provocateur, minoritaire, et superbement écrit, est également évoqué dans cet article de Salon qui évoque aussi Camille Paglia.

    Sur le fond, je n’ai aucune opinion ferme à partager au sujet des questions « trans-genre/ethnicité » évoquées dans l’article qui a suscité la controverse qu’a suivi Kipnis. En revanche, je trouve que le comité éditorial de la revue qui a publié l’article a été d’une lâcheté sans nom. Lisez et décidez par vous-même.

  3. Béatrice Cherrier, déjà mentionnée le mois dernier, au tout début de la série et dans d’autres billets, pour ses epic tweetstorms d’histoire de la pensée économique. S’il fallait n’en lire qu’un, je conseille celui sur William Baumol, auteur très utilisé en économie de la santé.

  4. Substencia, pour ce mix génial, qui commence gentiment mais qui contient aussi quelques passages bien martelés façon Bauhaus/industriel :

  5. Hanna Brooks Olsen, pour ce texte qui explore une perspective que j’utilise très souvent dans mes séances sur les « politiques morales » :

    Abortion is an Economic Issue.

  6. Grete Hermann donne son nom à un package R très intéressant :

    Grete Hermann wasn’t a probabilist, but she wrote the first algorithms for computer algebra; in the 1920s, well before the first electronic computer was built.

    This work laid the foundations for computer algebra libraries (like TensorFlow) that enable modern probabilistic modelling.

  7. Frida Boräng et ses collègues, pour leur article « Cooking the books: Bureaucratic Politicization and Policy Knowledge », qui rejoint tout de suite mon plan de cours sur la sociologie de la quantification et des statistiques officielles1 :

  8. Dawn Johnsen, pour son article « The Lawyers’ War. Counterterrorism From Bush to Obama to Trump ».

  9. Alice Coltrane (1937-2007), très bien chroniquée dans The Quietus. Ci-dessous, le morceau de référence, déjà mentionné il y a trois mois, mais on s’en fiche :

  10. « Older Woman » (qui est assez facile à identifier si vous y tenez), pour son texte « Asking the Wrong Questions about Protest ».

Mention spéciale à Carole Cadwalladr, pour cet article absolument sidérant : « The Great British Brexit Robbery: How our Democracy was Hijacked ». L’article explore le réseau d’élites, militaires et civiles, et de firmes (Cambridge Analytica, Palantir) ayant contribué à façonner, quasiment au sens propre du terme, une large partie de l’opinion publique britannique (mais aussi américaine) lors des votes « Brexit » et « Trump » de l’an dernier.

Le récit est parfaitement édifiant, et si les faits devaient (1) être confirmés et (2) être amenés à se reproduire, ils vont devenir incontournables dans l’étude des élections. Et si l’on rajoute à ça les diverses transgressions russes des dernières années et la géopolitique actuelle autour de la Corée du Nord, alors la Guerre Froide est au moins aussi morte que le punk, c’est-à-dire pas du tout.

  1. Je reparlerai, j’espère, de ce plan de cours dans pas trop longtemps ; si vous êtes curieux, écrivez-moi ou signalez-vous sur Twitter. Et en attendant que je réponde, allez donc lire l’excellent article de Dorothy Kronick, « How to Count Our Dead », sur la mortalité criminelle au Venezuela. []

Women Also Know Stuff, édition personnelle 2017/03

La suite de ce billet. Éditions précédentes : 2017/01, 2017/02. Cette édition contient beaucoup, beaucoup d’analyse de données.

  1. Ann Swidler, dont il est temps, comme l’a fait remarquer Kieran Healy, de relire le classique « Culture in Action: Symbols and Strategies » :

    swidler-culture-in-action

  2. J’ai déjà cité, dans l’édition 2017/01, Jennifer Bryan, pour ses slides sur la manipulation de données, et avant ça, j’avais cité, dans l’édition 2016, Julia Silge, pour l’ouvrage Tidy Text Mining qu’elle co-écrit avec David Robinson.

    En janvier, j’ai suivi de loin la première RStudio Conference via Twitter, et la forte présence féminine lors de la conférence m’a semblé faire partie de ses points forts. Jenny Bryan et Julia Silge en étaient, et l’on peut aussi mentionner Hilary Parker (lisez ses slides), Hilary Mason (qui a le meilleur t-shirt du monde), Amelia McNamara et Charlotte Wickham, qui a présenté une excellente démo de programmation fonctionnelle avec le package purrr.

    La forte présence féminine à la conférence ne doit pas grand chose au hasard : il y a une task force qui travaille sur le sujet, et des initiatives dans la communauté R.

  3. Meredith Monk, « Dawn », sur l’album Book of Days (1990) :

  4. Aperçue dans une autre conférence que celle citée plus haut, Haley Jeppson, qui a repris le flambeau du package productplots avec ggmosaic :

  5. Je reviendrai sur cette série d’entretiens, mais voici le sixième épisode de la série « DataChats », avec la statisticienne Jo Hardin, qui présente son cours sur le bootstrapping :

    … série dans laquelle on retrouve, à nouveau, Charlotte Wickham, qui y présente un cours de manipulation de données spatiales.

  6. Björk, « Unravel » (1997) ; la version jouée avec le Brodsky Quartet est ma favorite, mais le clip de l’originale est plus esthétique :

  7. Alice Bartlett, « Git for Humans » :

    git-for-designers

    Et sur le même thème, voir, à nouveau, Jenny Bryan et al., Happy Git and GitHub for the useR.

  8. Bonnie Stabile, pour son papier « Reproductive Policy and the Social Construction of Motherhood » :

    Findings. Women’s choices fell within social construction quadrants as being positively portrayed and powerful; negatively portrayed but powerful; positively portrayed but powerless; and negatively portrayed and powerless. Married heterosexual women embracing motherhood were likely to be viewed positively and to reap benefits. Women forgoing motherhood, poor women, and women seeking to form nontraditional families were likely to be viewed negatively and to bear burdens; critical among these burdens was restriction of access to technologies that could be used to support a decision to avoid motherhood or to achieve motherhood through nontraditional methods.

  9. Melt-Banana (Yasuko Onuki au chant, Ichirou Agata au reste), « Last Target On The Last Day », dernier morceau de l’album Bambi’s Dilemma (2007), ci-dessous en version live à Tokyo (2009) :

  10. Julia Lynch a formulé un point de vue que je rumine depuis longtemps :

    Medicalizing inequality is more appealing to most politicians than tackling income and wage inequality head-on, but it results in framing the problem of social inequality in a way that makes it technically quite difficult to solve. Policy-makers should consider adopting more traditional programs of taxation, redistribution and labor market regulation in order to reduce both health inequalities and the underlying social inequalities.

Mention spéciale : Mica Levi, pour l’intégralité de la bande originale du film Under the Skin. La bande-son, dont un extrait suit, est plus intéressante que le film lui-même, et devrait vous plaire si vous avez aimé la bande-son de Donnie Darko, par exemple.

Persée.fr libère ses données !

Il y a bientôt deux ans, j’avais écrit un peu de code pour récupérer des informations sur le sous-espace éditorial constitué par les articles publiés dans les revues du portail de revues scientifiques Cairn.info.

À l’époque, j’avais aussi commencé à écrire le code pour faire la même chose avec Persée.fr, mais n’avais pas persévéré : le code HTML des pages était beaucoup plus lourd à manier que celui de Cairn.info, et les possibilités de chaînage entre les deux plateformes trop limitées.

Ces barrières techniques viennent de tomber : Persée a récemment lancé son portail « open data » (qui s’appelle, ne me demandez pas pourquoi, un « triple store« ), où l’on peut désormais récupérer toutes les métadonnées des articles publiés sur la plateforme dans un joli format RDF !

Les équipes de Persée.fr ont vraiment bien fait les choses : le portail peut être interrogé en SPARQL, et les identifiants des individus (auteurs, éditeurs, etc.) sont alignés sur le référentiel IdRef que l’on retrouve sur SUDOC et sur Thèses.fr (voir ce billet).

À l’heure où j’écris ce billet, je n’ai fait que lire la documentation du portail, qui explique très bien les choix (judicieux) de l’équipe à l’initiative de son lancement. Plus de nouvelles quand j’aurai un peu joué avec les données.

Zilsel en revue, sur Cairn

Ce blog s’est souvent fait le relais des canulars publiés sur le Carnet Zilsel, soit pour parler de la forme-canular, soit pour parler de la topologie éditoriale des sciences humaines et sociales, et de la sociologie en particulier, ce qui m’avait amené à rédiger une série de billets sur la plateforme éditoriale Cairn.info.

Dans un superbe mouvement de mise en abyme, le Carnet Zilsel est récemment devenu une revue, que l’on peut désormais trouver… sur Cairn, la plateforme qui diffuse aussi l’une des revues ciblées par le canular de l’Autolib d’Arnaud (Saint-Martin) et Manuel (Quinon), que j’ai rencontrés quelques mois après.

Comme le laisse transparaître le sommaire du n°1, la revue est, fondamentalement, une revue de sociologie des sciences. Il faut rajouter à cela, et l’on verra si la tendance persiste au fil des numéros, que la revue est aussi un espace de critique féroce1. Reste qu’après la publication de comptes-rendus tels que celui-ci ou celui-là, on pouvait entendre certains egos se flétrir aux fenêtres de certains bureaux.

Je fais partie du comité de rédaction de la revue, de même que tout un tas de gens que je connais parfois de nom, parfois de vue, mais rarement plus. L’ambiance des séances de travail sur le « numéro 1 » était sympa :

L’éditorial du numéro, qui explique notamment l’origine de son nom, est en ligne, et le n°1 fait 418 pages. Heureusement, la revue ne sortira que deux fois par an, ce qui me laissera peut-être la chance de terminer chaque numéro avant la sortie du suivant.

  1. Féroce, mais pas méchant : les accusations méprisantes de « négationnisme » ne sont évidemment pas à l’ordre du jour. Pas méchant, et même plutôt drôle : la forme-canular a notamment cette vertu. []

Marx et la sociologie

Le titre de ce billet est le sujet d’un entretien passionnant avec Frédéric Lebaron, récemment publié dans la revue Actuel Marx.

lebaron-actuel-marx

Je me souviens d’un professeur anglais (de sociologie, mais initialement formé en philosophie) qui m’avait dit qu’il y avait des pans entiers des sciences sociales qui éveillaient sa curiosité, mais qu’il n’avait tout simplement pas eu le temps d’investir.

Marx, ça a l’air intéressant ; mais je n’ai pas le temps – ou en tout cas, je ne l’ai pas pris. En tout et pour tout, j’ai peut-être lu quinze pages de Marx sur les quinze dernières années, et même si je me suis fadé pas mal de numéros du Monde diplomatique ou de science politique d’inspiration marxiste et/ou gramscienne, ça ne compte pas ; d’ailleurs, je n’ai pas non plus lu Gramsci (ou Engels, ou Poulantzas, ou…).

L’entretien accordé par Frédéric Lebaron est très éclairant, et les références qu’il cite permettent de « faire le pont » entre Marx et ce que l’on aura peut-être plus souvent lu dans un parcours de sociologie ou de science politique (Weber et les commentaires de Colliot-Thélène et de Kalinowski, par exemple). Vivement recommandé.

Quantifications et indicateurs de gouvernement

J’ai assez souvent parlé de quantification sur ce blog : le sujet me tient à coeur car j’ai passé pas mal de temps à manipuler des données de santé et des données parlementaires, et me suis progressivement intéressé aux conditions de production et d’utilisation de ces données.

Pour celles et ceux qui s’intéressent à la même thématique, voici ma dernière trouvaille sur le sujet, dans une revue, me semble-t-il, malheureusement assez peu lue :

jcpa

Teaser – J’aurai bientôt une bibliographie à partager sur un thème proche.

Bonne lecture !

Mise à jour, fin novembre 2016 : et un dossier en plus sur le même thème, dans Sociologie du Travail, excellente revue (malheureusement hébergée chez Elsevier) :

soc-travail-indicateurs

Petites choses pour les vacances

Le ‘bistro ferme quelques temps pour aller prendre l’air loin du zinc.

Je vous laisse avec autant de petites choses que je prends de jours de vacances :

  • Du côté d’ArchiPolis : « La banque d’enquête qualitatives en sciences sociale beQuali vient de mettre à disposition des chercheurs une nouvelle enquête, dirigée par la sociologue et Directrice de recherche CNRS Agnès van Zanten ». Lecture du document de support très fortement recommandée, car très instructive sur la structure d’un corpus qualitatif.

    Rajout, 29 décembre 2016 : la Revue d’anthropologie des connaissances vient de publier un article détaillant la manière dont la banque d’enquêtes beQuali a été élaborée, et les tensions auxquelles elle a dû faire face.

  • Du côté de Freakonometrics, « Données et santé : valeurs, acteurs et enjeux« , un billet d’Arthur Charpentier et Raphaël Suire sur un thème qui m’est cher, même si je n’ai pas pris le temps de plonger en profondeur dans la base Transparence-Santé, par exemple.

  • Sur un thème tangent, « How to Count Our Dead« , une enquête sur la façon dont les acteurs de terrain cherchent à compter les morts violentes (qui signifie ici : de causes criminelles) au Venezuela. On y retrouve absolument tous les enjeux de la sociologie de la quantification, et en particulier la compétition pour « l’autorité numéraire » qui existe entre les acteurs situés à différents niveaux de gouvernement.

  • Toujours sur un thème tangent, cet article de Moritz Hunsmann : « Le ‘plaidoyer fondé sur des preuves’ dans l’action sanitaire internationale« , texte glissé dans un numéro spécial de la Revue d’anthropologie des connaissances, « Mesurer et standardiser : les technologies politiques du gouvernement de l’Afrique ».

  • À lire sur La vie des idées, cet entretien sur « la possibilité des révolutions », qui passe en revue les questions que se posent la sociologie politique autour des révolutions sociales et politiques récentes, dans le monde arabophone mais pas seulement, et où il est à nouveau question d’Ivan Ermakoff, que j’évoquais ici il y a peu.

  • Chez Daniel Little, qui reste le meilleur blogueur de sciences sociales dans mon panthéon personnel, ce texte instructif sur un auteur que je n’aurai jamais le temps de lire autant que je le souhaiterais : « Karl Polanyi as a critical realist?« .

  • Bon, vous avez certainement déjà avalé votre dose de Brexit au cours des dernières semaines, y compris sur ce blog, mais il est toujours intéressant de se pencher sur ce qu’en pense Simon Hix, qui voit les choses de manière –à mon sens– très réaliste sur ce à quoi pourrait ressembler la relation « EU-UK » à moyen terme. Rien ne sera plus comme avant, mais tout peut s’arranger, mais cela demandera beaucoup, beaucoup d’efforts au Royaume-Uni—ou ce qu’il en restera.

  • Et d’ailleurs, avant que l’on oublie rapidement le vote du Brexit lui-même, s’il ne fallait lire qu’un seul post-mortem sur les modèles qui cherchaient à prédire le vote, je propose de lire celui-ci, de Ron Johnston, Kelvyn Jones et David Manley, qui ont pris le temps de regarder la géographie des résidus du modèle et de chercher à les interpréter (soit 50% de ce que je conçois comme un bon travail de modélisation).

  • Tiens, et si à la manière d’Yves Surel, je glissais discrètement un clip vidéo dans ces petites choses ? J’ai plusieurs candidats en tête : celui de « Yung Rapunxel« , d’Azealia Banks, mais il est un peu foutraque ; celui de Mayhem pour « Watchers« , mais il ne plaira qu’aux fans de black metal ; celui de Romain Gavras pour « Gosh », de Jamie xx… mais non, il faut que ce soit The Egyptian Lover, « I Cry (Night After Night)« , car c’est les vacances :

  • Tiens, tant qu’on est au rayon musical, s’il fallait recommander quelques albums de cette première moitié d’année, je dirais : le dernier Death in Vegas, Transmission, qui ressemble comme deux gouttes d’eau à du Throbbing Gristle ; quelques morceaux d’Under the Sun, de Mark Pritchard ; Ignition Of The Sun, de Synthi A (un avatar de The Future Sound of London) ; mais surtout Tilt, de Joce Mienniel, que l’on peut écouter en live sur Fip Radio grâce sa nomination aux Victoires du Jazz. Le dernier Avishai Cohen, Into the Silence, est aussi très bien.

  • Vous reprendrez bien encore un peu de Brexit ? “Voting on the British Psyche” n’est probablement pas l’intervention la plus pertinente de Mark Blyth, mais cela me permet de recommander le podcast « On The Media« , de WNYC Studios, qui sort tous les vendredis.

  • Pour les nerds qui aiment la programmation statistique et le Web, il y a le XML, et pour le XML avec R, il y a xml2, désormais en version 1.0.0.

  • Anecdote triste : alors que je dirige une séance de stage-recherche avec quatre étudiants de Licence 3, je glisse discrètement la musique du générique de Magnum P.I. dans la playlist que nous écoutions en travaillant. Aucun étudiant ne reconnaît la musique.

  • On continue dans les digressions personnelles sans intérêt—ça sent vraiment les vacances… À la façon d’un ami sur Facebook, cinq choses auxquelles je n’ai toujours pas pris le temps de m’intéresser depuis bientôt 33 ans : (1) Nietzsche, (2) BitCoin, (3) la cuisine, (4) les ordres de grandeur exprimés en kilowatts (5) mon sac de voyage pour dans 48 heures.

  • Toujours pour les nerds : l’IDE Beaker qui permet d’appliquer la logique des notebooks de Python à tout plein de langages, dont R et JavaScript. Recommandé par le très vénérable Moses Boudourides lors d’une pause-café à l’EUSN 2016 (allez apprendre un peu de Python sur son compte GitHub si vous avez le temps, c’est toujours ça de pris).

  • « Who Rules? » Un entretien avec David Estlund, que je n’avais plus lu depuis plusieurs années, mais qui reste un des philosophes politiques qui m’intéresse le plus (voir, par exemple, « On Following Orders in an Unjust War« ).

  • Et un dernier lien vers un blog de la plateforme Hypothèses : « Contribuer à l’histoire de l’Algérie indépendante depuis les États-Unis ? Le mythe de l’archive« , un récit qui va très vite se retrouver dans mes conseils de lectures pour les travaux dirigés d’épistémologie et de méthodologie des sciences sociales.

  • À bientôt Paris, Lille, et le ‘Bistro—bonnes vacances tout le monde !

Canulars scientifiques, Monty Pythons et podcasts

cleese_gumby

Je manque de temps pour écrire quelque chose de consistant sur le sujet, mais je tiens quand même à signaler aux clients du ‘bistro ce nouveau canular scientifique, qui tourne en dérision le bullshit d’un philosophe-français-très-connu :

badiou-1

Et si la première phrase du résumé ne suffit pas à vous faire recracher votre café, essayez le texte complet, qui contient ce passage tellement Monty Pythons qu’on pourrait l’inclure dans un épisode du Flying Circus :

badiou-2

Le sketch choisi pour illustrer ce billet n’a rien à voir avec la philosophie, mais les Monty Pythons ont produit plein de sketches délicieux sur le sujet : “Mrs. Premise and Mrs. Conclusion”, “Philosophers’ Football”, et bien sûr, “The Philosophers’ Song”.

Pour en revenir au canular, le texte a été publié (puis retiré) par la revue Badiou Studies. Sa bibliographie est par ailleurs très intéressante : on y trouve notamment le remarquable essai de Leo Bersani, “Is the Rectum a Grave?”, paru aux USA en pleine épidémie de sida, et qui m’a donné envie de relire Susan Sontag.

Pour une réaction au canular à laquelle je souscris en à peu près tout point, voir ce commentaire de Justin Erik Halldór Smith. Pour des précédents, voir le “canular Maffesoli”, et bien sûr, “l’affaire Sokal”.

Attention, “précédent” ne signifie pas que les canulars démontrent à chaque fois la même chose. En l’espèce, le “canular Badiou” me semble beaucoup plus proche de “l’affaire Sokal” que ne l’est le “canular Maffesoli”, qui en diffère pour les raisons clairement énoncées par Michel Dubois.

Mais au fait, pourquoi des canulars scientifiques ?

La réponse dans les premières minutes de cet entretien avec Jacques Bouveresse sur les intellectuels et les médias (pour l’explication dans le texte, voir Arthur Schütz, “The ‘Grubenhund’”, et Karl Kraus) :

Encore une fois, les différents canulars ne se ressemblent qu’en surface : le canular du “Grubenhund” visait un quotidien autrichien, alors que le “canular Badiou” vise une revue posant comme scientifique (“peer-reviewed”, dans ce contexte).

Notez bien que, de l’aveu même d’un de ses éditeurs, la revue Badiou Studies n’a pas les moyens d’être une revue scientifique. “Nous ne nous donnons pas les moyens d’être scientifiques, donc nous faisons juste semblant de l’être” : magnifique aveu, pour le coup !

Ce n’est pas le seul aveu : dans une réponse au vitriol, Badiou lui-même a réagi au canular en indiquant que sa présence dans le comité de rédaction des Badiou Studies était “purement décorative”.

La subversion du processus éditorial scientifique est donc ici à peu près totale. Le qualificatif de “total” va d’ailleurs plutôt bien à Badiou, mais lui-même y préférerait peut-être celui “d’infini”, qui fait quand même plus sérieux.

La suite en podcasts

J’avais déjà évoqué le “canular Maffesoli” à l’occasion d’une esquisse d’analyse du sous-espace éditorial formé par les revues francophones de sociologie.

Des sources très fiables me soufflent que les auteurs dudit canular passent aujourd’hui dans l’émission Du grain à moudre sur France Culture. À vos postes / podcasts !

Et s’il vous reste du temps après ça, je vous conseille cet exposé sur la philosophie des statistiques, par l’un des auteurs du “canular Badiou”.

Mise à jour, même jour plus tard : l’émission est là.

Les revues de Cairn.info : mises à jour techniques

Add., juin 2015 : si les billets de la série “Cairn” vous ont intéressé, jetez un coup d’oeil à cette analyse textuelle de plusieurs revues de sociologie française, par Yves Gingras et Marc Bertin. J’en ai profité pour mettre à jour le code de l’analyse et ce billet.

Accès aux données

Depuis la publication de ma petite série de billets sur les revues de sociologie, la plateforme Cairn.info a légèrement modifié le code source de ses pages. Il n’est désormais plus possible d’accéder à la liste de toutes les revues d’une discipline : cette page, par exemple ne fournit plus – contrairement à ce qu’indique son adresse – la liste intégrale des revues de la discipline “Sociologie et société”, mais seulement les derniers numéros et les articles les plus consultés de cette discipline.

Du coup, voici une mise à jour du code et des données des billets précédents, qui contient les listes des revues de chaque discipline. La liste des revues de sociologie est à jour (mars 2015), de même que la page qui liste l’intégralité des revues de la plateforme. En revanche, les pages des autres disciplines datent de juillet 2014, ce qui fait qu’il manque quelques revues. J’ai récupéré ces pages sur archive.org, et n’ai rien trouvé dans les conditions d’utilisation de Cairn.info qui en interdise l’archivage.

Analyse complète de la plateforme

Si l’on suit la méthodologie du précédent billet pour mesurer le degré pondéré relatif de chaque revue de Cairn.info par rapport à toutes les autres, on obtient un résultat assez proche de celui déjà publié :

degree_all

Ce graphique est basé sur les connexions entre 423 revues, établies sur 16 217 articles par environ 116 800 auteurs différents, avec quelques doublons. Attention, il vous faudra pas mal d’espace-disque pour accomplir la même opération : les pages des numéros des seules revues de sociologie et de science politique pèsent déjà près de 400 MB, et la totalité de la plateforme requiert 1.7 GB d’espace disque.

Inter-disciplinarités des revues

On me demande dans l’oreillette si l’analyse tient lorsque l’on considère toutes les revues de la plateforme Cairn.info. Argument : l’espace des éditorial sciences humaines et sociales étant fortement pluridisciplinaire, il faut regarder au travers de toutes les disciplines pour y mesurer la tendance à l’entre-soi.

Réponse : pas complètement d’accord avec l’argument. Certaines disciplines sont plus transdisciplinaires que d’autres. On peut le quantifier en comptant les revues qui apparaissent dans plusieurs champs disciplinaires sur Cairn.info. Voici la liste des associations disciplinaires les plus fortes :

     geo,scpo       geo,soc histoire,scpo      scpo,soc 
            9            11             8             7

Par ailleurs, si l’on appelle revues “trans-disciplinaires” les revues qui apparaissent dans plus d’une discipline sur Cairn.info, on obtient un joli graphique qui résume bien la situation (lignes pointillées aux moyennes de chaque axe) :

trans-disciplinaires

De la même manière, si l’on fait passer la matrice des appartenances disciplinaires dans une analyse par composantes principales, on retrouve quelques-uns des champs les plus trans-disciplinaires.

Simplification du code de l’analyse

Le code disponible dans le dossier cité plus haut se contente d’analyser la distance pondérée du réseau éditorial des revues, connectées par le pourcentage d’auteurs qu’elles ont en commun. C’est beaucoup plus rapide et surtout beaucoup moins compliqué à mettre en oeuvre que le “stress test” du précédent billet, pour des résultats quasi-identiques mais intuitivement plus lisibles.

Publicité gratuite

Vous pouvez suivre la plateforme Cairn.info sur Twitter, où elle annonce qu’elle sera représentée au Salon du livre de Paris dans les jours qui viennent.

Un “stress test” des revues de sociologie connectées par leurs auteurs

Dans le billet précédent et dans celui d’avant, on a mesuré l’entre-soi éditorial de la sociologie, c’est-à-dire la tendance des revues à “capturer” leurs auteurs.

À partir de l’échantillon des revues “Sociologie et société” de la plateforme Cairn, on peut en effet montrer que beaucoup des auteurs de ces revues ne publient que dans un nombre très limité de revues, ce qui est particulièrement vrai de certaines revues très spécialisées, rédigées par des auteurs se comportant comme des “cliques” peu connectées au reste des revues de la discipline.

Mesurons à présent la même chose, mais de toute autre manière : quelles sont les revues les plus connectées aux autres revues de l’espace éditorial de la sociologie ?

La méthode générale

On change ici une partie essentielle du raisonnement : l’objectif devient de recréer le réseau sous-jacent à cet espace éditorial, et d’y connecter les revues entre elles en fonction de la propension de leurs auteurs à publier dans d’autres revues. Au niveau technique, cette opération requiert d’établir un protocole de construction du réseau éditorial, qu’on résumera de la manière suivante :

  1. On commence par extraire tous les auteurs ayant publié dans une revue initiale X donnée. Cela nous donne une liste plus ou moins longue d’auteurs.
  2. On identifie ensuite tous les articles de ces auteurs, qu’ils aient été publiés dans la revue en question ou pas. Cela nous donne une liste d’articles.
  3. On regroupe ces articles par leur revue de publication : cela nous donne un nombre total d’articles par revue, qui est très élevé pour la revue initiale X, et plus faible pour les autres.
  4. On normalise le nombre d’articles par revue en le divisant par le nombre d’articles dans la revue initiale X : cela nous donne une fraction théoriquement bornée entre (0, 1], du moment où la revue initiale est celle qui concentre le plus de publications.
  5. Enfin, on se sert de cette fraction pour établir un lien pondéré entre la revue initiale X et chacune des autres revues identifiées par les étapes précédentes.

Illustration de la méthode :

  1. On extrait tous les auteurs ayant publié (dans les limites de l’échantillon) dans la Revue française de sociologie : il y en a 348.
  2. On identifie les articles de ces auteurs : il y en a 1 651, répartis dans 84 revues, ce qui est beaucoup, et qui va nous donner 84 liens différents au final.
  3. On regroupe ces articles par revue de publication, et l’on observe que ces 348 auteurs ont publié 352 articles dans la Revue française de sociologie, mais aussi 83 articles dans la Revue européenne des sciences sociales, par exemple :
    1                      francaise-de-sociologie  352
    2             europeenne-des-sciences-sociales   83
    3                      societes-contemporaines   68
    4                                   mouvements   67
    5                         l-annee-sociologique   63
  4. On divise ces totaux par 352, puis l’on retire la Revue française de sociologie pour ne pas créer de lien entre la revue et elle-même, ce qui n’aurait pas de sens. On obtient des coefficients de pondération entre 0 et 1 :
    1 europeenne-des-sciences-sociales 0.2357955
    2          societes-contemporaines 0.1931818
    3                       mouvements 0.1903409
    4             l-annee-sociologique 0.1789773
    5            informations-sociales 0.1562500
  5. Enfin, on crée un lien d’intensité 0.23 entre la Revue française de sociologie et la Revue européenne des sciences sociales, et de même pour les 83 autres revues suivantes.

Laissez reposer la pâte quelques heures, et c’est prêt.

Le schéma de pondération

Cette méthode produit un réseau très dense, qui connecte 96 revues entre elles par des liens d’intensité très variable. D’ailleurs, dans quelques rares cas, ces liens sont d’intensité supérieure à 1, lorsque le pool d’auteurs d’une revue a moins publié dans cette revue que dans une autre. C’est ce que l’on peut voir en dessinant la fonction de répartition empirique de ces liens, en les classant par leur intensité :

weights_ecdf

Quels sont ces cas particuliers ? Ils sont peu nombreux et explicables : par exemple, les auteurs de la revue Clio ont plus publié dans la revue Clio. Femmes, genre et société que dans la revue Clio. Ce n’est pas surprenant : il s’agit d’une seule et même revue, qui a juste changé d’identifiant sur Cairn… Quant aux autres cas particuliers, il s’agit de revues publiées par le Ministère de la Culture, ne contenant qu’un seul article par numéro.

> filter(e, w >= 1)
                    i                          j        w      ecdf
1                clio clio-femmes-genre-histoire 1.032182 0.9981329
2    culture-chiffres           culture-methodes 1.225000 0.9988798
3      culture-etudes           culture-methodes 1.258824 0.9992532
4      culture-etudes        culture-prospective 1.035948 0.9985063
5      culture-etudes                    reseaux 1.332244 0.9996266
6    culture-methodes                    reseaux 1.000545 0.9977595
7 culture-prospective                    reseaux 2.669935 1.0000000

On va laisser de côté ces cas particuliers, et se concentrer sur le reste des liens, d’intensité variant entre 0 et 1. Commençons par un exemple : où se trouvent, parmi tous ces liens, ceux qui relient la revue Genèses à d’autres autre revues ? La réponse est que ces liens se trouvent un peu partout dans la distribution : les auteurs de cette revue ont publié dans plusieurs autres revues, parfois peu, parfois beaucoup :

ecdf_geneses

Les liens les plus forts de la revue Genèses la relie aux revues Politix, Sociétés contemporaines et Actes de la recherche en sciences sociales – ce qui ne surprendra pas les politistes (ou “sociologues du politique”), qui publient fréquemment dans ces trois revues et contribuent ainsi à les rapprocher dans le réseau que l’on a construit :

                                           i                       j         w      ecdf
1                                    geneses                 politix 0.4652329 0.9973793
2                                    geneses societes-contemporaines 0.3591092 0.9910146
3 actes-de-la-recherche-en-sciences-sociales                 geneses 0.3445658 0.9887683
4                                    geneses             savoir-agir 0.3008793 0.9839012
5                                    geneses              sociologie 0.2491052 0.9734182
6                                    geneses     le-mouvement-social 0.2359327 0.9689255

Quid de la revue Sociétés, qui a servi de point de départ à ces billets ? Cette revue est également connectée à d’autres, mais par des liens beaucoup plus ténus, soit parce que ses auteurs ont beaucoup publié dans Sociétés, soit parce qu’ils ont peu publié ailleurs, ce qui revient au même dans notre schéma de pondération :

                     i        j          w      ecdf
1       communications societes 0.16422287 0.9359790
2             societes   volume 0.07563025 0.8169225
3 l-annee-sociologique societes 0.06060606 0.7663796
4              diogene societes 0.05665375 0.7472857
5              reseaux societes 0.05206477 0.7263197
6 ethnologie-francaise societes 0.05197472 0.7255709

Lorsque l’on va chercher à visualiser ces liens, on va tenir compte de leur intensité pour ne faire apparaître que les liens les plus forts : pour cela, on se servira de leur distribution cumulée pour créer un “effet de seuil”, qui nous permettra de ne visualiser, par exemple, que les 20% des liens les plus forts. Cela permettra de visualiser un réseau moins dense, plus lisible, et surtout plus significatif.

Les réseaux

Voici le réseau constitué à partir de l’échantillon de revues dont on dispose, à des valeurs différentes du seuil évoqué ci-dessus. On commence à un seuil de 0 (réseau complet), que l’on augmente ensuite par incréments de 0.1 pour retirer les liens les plus faibles, puis par incréments de 0.01 lorsque l’on atteint 0.9, de manière à ne garder que les liens les plus forts entre les revues les plus intensément connectées à d’autres :

full

Au fur et à mesure que le seuil augmente, on ne garde que les liens les plus significatifs entre les revues. L’animation permet de percevoir cet effet de composition, mais ne permet pas de scruter le réseau de manière précise. Du coup, voici une version statique du réseau, où l’on n’a retenu que les 2.5% des liens les plus forts entre les revues (cliquer pour la version PDF) :

example_975

Que trouve-t-on parmi les liens les plus forts entre les revues de sociologie ? Beaucoup de relations qui font sens si l’on connaît un peu cette littérature, comme par exemple :

  • des liens forts entre les revues Clio, Nouvelles questions féministes et Travail, genre et société (tout en haut du graphe ; vous aurez deviné le thème) ;
  • des liens forts entre Genèses, Politix, Actes de la recherche en sciences sociales et Savoir/agir (au centre ; pas de surprise non plus) ; et
  • des liens forts entre des revues généralistes : L’Année sociologique, la Revue française de sociologie, Sociologie et la Revue européenne des sciences sociales.

Jusque-là, tout va bien. Regardons à présent les différentes positions prises par la même revue au fil des graphes. On commence avec la revue Sociologie, que vous voyez ci-dessous sous la forme d’un point rouge. Au fur et à mesure que l’on éclaircit le réseau en n’en retenant que les liens les plus forts, la revue devient de plus en plus centrale, jusqu’à l’avant-dernière étape, où elle disparaît (effet de seuil à 0.99) :

sociologie

Voyons à présent la revue Sociétés. Dès le départ, la revue occupe une position plus périphérique, étant moins connectée aux autres revues que ne l’était la revue Sociologie. Sa relégation à la périphérie de l’espace éditorial devient de plus en plus claire au fur et à mesure qu’on augmente le seuil en-dessous du lequel on ignore les liens entre revues. Sociétés disparaît du réseau lorsque le seuil d’intensité atteint 0.93 :

societes

La méthode de mesure

Bien. Faisons le bilan.

Pour chaque revue, on dispose de réseaux pondérés qui exprime la propension de la revue à être connectée aux autres revues de l’espace éditorial sociologique, mesuré sous une forme limitée à l’échantillon des revues Cairn. Les différents réseaux pondérés de chaque revue sont obtenus en augmentant graduellement le seuil d’intensité des liens qui y figurent.

Ce schéma d’observation permet de mesurer, pour chaque revue, son degré de centralité dans l’espace éditorial sociologique, qui peut être très élevé, auquel cas la revue est “centrale” dans cet espace éditorial, ou très faible, auquel cas cette revue est périphérique dans ce même espace. Ce degré de centralité est mesurable à différents seuils contenus entre 0 et 11.

Du coup, voilà ce qu’on va faire :

  1. On construit les relations de chaque revue à tous les seuils compris entre 0 et 0.99, par incrément de 0.01 (soit 100 réseaux par revue) ;
  2. Dans chaque réseau, on mesure le degré de centralité pondéré de la revue2, que l’on divise par le degré de centralité maximal observé dans le réseau ;
  3. Puis l’on met toutes ces données sur un même graphique, pour comparer les revues entre elles à partir de leur degré de centralité relatif.

Que va-t-il se passer lorsque l’on va appliquer cette méthodologie ?

  • Les revues centrales de l’espace éditorial vont se distinguer par un degré de centralité élevé, qui va rester élevé jusqu’à des niveaux de seuil eux-mêmes élevés, lorsque l’on en considère plus qu’une fraction des liens les plus forts entre les revues.
  • Les revues périphériques de l’espace éditorial vont se distinguer par un degré de centralité plus faible, qui va s’effondrer au fur et à mesure que l’on limite le réseau à ses liens les plus intenses, jusqu’à disparaître à des niveaux de seuil élevés.

C’est donc une forme de “stress test” que l’on va faire subir aux revues de la sociologie : à partir de 100 valeurs différentes, on va tester leur centralité dans l’espace éditorial disciplinaire constitué par les revues de la plateforme Cairn, et voir lesquelles se maintiennent à des niveaux élevés dans cet espace, même lorsque l’on “épure” le réseau pour n’en retenir que les liens les plus forts, c’est-à-dire ceux qui représentent plusieurs articles, rédigés par plusieurs auteurs navigant d’une revue à l’autre.

Ce “stress test” va identifier certaines revues “centrales”, qui publient plusieurs auteurs actifs dans d’autres revues. À l’inverse, il va aussi identifier les revues dont les auteurs se comportent comme des “cliques” : ces revues vont en effet assez rapidement disparaître du réseau connectant les revues entre elles, de par l’absence d’activité éditoriale soutenue de leurs auteurs dans d’autres revues.

Les résultats

Voici les résultats de la méthode de calcul décrite plus haut appliquée aux 96 revues de l’échantillon. Chaque ligne représente le degré de centralité relatif d’une revue, et l’on a fait ressortir quelques revues par des couleurs distinctes :

degree_all

Dans ce graphique, on observe le degré de centralité relatif de deux revues centrales de la sociologie : Actes de la recherche en sciences sociales et la Revue française de sociologie. Ces revues correspondent à des écoles : la première est d’influence bourdieusienne, la deuxième d’influence durkheimienne3. Mais cette filiation n’empêche pas leurs auteurs d’être acceptés pour publication dans d’autres revues, d’où leur fort degré de centralité dans l’espace éditorial.

Il en va de même pour Genèses, Réseaux et Sociologie : ces revues sont également connectées à de nombreuses autres par l’intermédiaire de leurs auteurs. Pourquoi ? Il y a plusieurs explications possibles : Réseaux, par exemple, est une revue centrale pour les études communication, qui est connectée à plusieurs revues moins centrales dans ce sous-domaine des recherches sociologiques, comme la revue Télévision, ce qui lui procure une position avantageuse dans l’espace éditorial4.

De la même manière que ces résultats permettent de repérer les revues dont les auteurs cherchent à se positionner au centre de l’espace éditorial sociologique, ils permettent aussi d’identifier les revues dont les auteurs sont beaucoup plus isolés dans cet espace. Nota bene : dans une structure en réseau, l’isolement se traduit par un positionnement en périphérie ; l’isolement et la marginalité y sont donc structurellement équivalentes. Je vous laisse appliquer cinquante nuances de subtilité à ce glissement conceptuel.

J’ai ainsi fait exprès de faire figurer la revue Recherches en soins infirmiers, qui est très illustrative de cette position structurale : de par sa nature hyper-spécialisée, cette revue attire des auteurs extérieurs au champ universitaire, qui ne cherchent pas à s’imposer dans l’espace éditorial sociologique, et qui publient par conséquent peu dans le reste des revues de la discipline. La position marginale de la revue s’explique donc très bien.

Il nous reste, enfin, la revue Sociétés, dont le sous-titre est : “Revue des sciences humaines et sociales”. Dans le billet précédent et dans celui d’avant, cette revue apparaissait déjà parmi les revues les plus caractéristiques d’un entre-soi éditorial ; l’analyse par réseaux permet de compléter cette observation en renforçant le constat de marginalité de ses auteurs dans l’espace éditorial sociologique.

Conclusion

À partir des résultats accumulés au cours des trois derniers billets, on peut désormais affirmer que l’on a établi la nature marginale de la revue Sociétés dans l’espace éditorial sociologique, entendu encore au fois au sens limité de l’échantillon des revues hébergées sur la plateforme Cairn. Cet échantillon est par définition incomplet, mais il est tout de même suffisamment large pour que l’on ait confiance dans ce résultat.

Quand les auteurs du canular publié par la revue Sociétés affirment que cette revue publie des auteurs qui “restent entre eux” au lieu d’aller confronter la validité de leur démarche scientifique au reste de la profession, on ne peut que leur donner raison, et constater avec eux que la revue Sociétés publie un groupe d’individus qui ne bénéficie que de connexions très faibles au reste de l’espace éditorial sociologique.

Qu’est-ce que cela signifie ? Ce n’est pas un jugement de fond : ni le contenu des articles, ni leurs citations, n’ont été mobilisés dans l’analyse. Toutefois, les liens que tissent les sociologues en publiant dans plusieurs revues renvoient aux alliances, aux coopérations et aux soutiens qui s’expriment entre différents segments de la discipline universitaire : c’est cette caractéristique du travail éditorial qui sous-tend les réseaux que l’on a fait apparaître, et qui permet de discriminer les revues centrales des revues périphériques.

De ce point de vue, et dans la limite de démonstration imposée par l’échantillon, la revue Sociétés est une revue structurellement marginale dans la discipline sociologique, ce qui n’est pas le cas, loin s’en faut, de toutes les revues représentant un courant d’analyse spécifique—à condition de considérer, bien sûr, que les publications de cette revue méritent le titre de courant d’analyse, ce que Manuel Quinon et Arnaud Saint-Martin remettent très justement en cause (et ils ne sont pas les seuls).

Pour aller plus loin

Voici le code complet de l’analyse. Le code permet très facilement d’inclure d’autres espaces disciplinaires représentés sur la plateforme Cairn.info ; en revanche, inclure les revues des plateformes Persée.fr, Érudit.org ou Revues.org demanderait beaucoup, beaucoup plus de travail.

Cette analyse pourrait être développée pour faire un petit article à destination d’une revue comme le Bulletin de méthodologie sociologique ; merci de laisser un commentaire si vous êtes intéressé.

  1. Au seuil 0, on considère tous les liens qui peuvent exister entre les revues par l’intermédiaire des auteurs qui publient dans plusieurs d’entre elles ; au seuil 0.99 approchant 1, on ne considère que les liens les plus forts. []
  2. Suivez ce lien pour comprendre la méthode de calcul. J’ai utilisé un paramètre de pondértion alpha de 1, ce qui signifie que j’ai utilisé la généralisation de Barrat pour pondérer le degré de chaque revue. []
  3. Si vous êtes spécialiste du sujet (je ne le suis pas), donnez-moi de meilleurs qualificatifs dans les commentaires. []
  4. On observera avec amusement que la revue la plus centrale au seuil le plus élevé est justement la revue… Réseaux. Autrement dit, cette revue est la mieux connectée aux autres par le biais des publications de ses auteurs : pas surprenant pour une revue trans-disciplinaire qui se situe à la frontière entre sociologie et “sciences de l’info.-comm.”. []