Utiliser les résultats électoraux du ministère de l’intérieur

Toux ceux qui ont eu à utiliser un jour ou l’autre les fichiers de résultats électoraux diffusés par le ministère de l’Intérieur français savent que ceux-ci nécessitent un assez lourd travail de mise en forme afin d’être exploitables, en tout cas pour les élections pour lesquelles l’offre électorale n’est pas homogène sur le territoire (c’est-à-dire toutes sauf les présidentielles). En effet, les fichiers Excel diffusés par le ministère comprennent une ligne par territoire (commune, par exemple), et autant de colonnes que nécessaires pour mettre les résultats de tous les candidats. Il serait pourtant tellement simple de mettre le fichier en format « long », c’est-à-dire une ligne par combinaison territoire/candidat… Mais il faut croire que personne au ministère n’a jamais eu à lire un de leur fichier dans R ou un autre logiciel de statistiques (ou de cartographie). Au passage, on peut regretter que le site data.gouv ne demande ni même ne suggère à ses contributeurs de fournir les données en format tabulaire…

Quoi qu’il en soit, ceux qui ont à utiliser ces données ont généralement créé leurs petites routines pour traiter ces données. Sous Excel, le processus est particulièrement douloureux. Je me rappelle avoir fait planté des ordinateurs en faisant tourner des macros VBA…

Ayant eu à bricoler un script sous R pour importer ce genre de fichiers, j’ai décidé de le diffuser – ce qui a le mérite de m’obliger à le nettoyer un peu, et ce qui permettra, je l’espère, que d’autres l’améliorent. J’ai donc créé un tout petit package (il n’a qu’une fonction !) que j’ai mis sur mon compte Github.

Précision importante : le script, à l’heure actuelle, agrège les résultats en fonction des étiquettes attribuées par le ministère de l’Intérieur. C’est une limite importante, mais qui suffit à la plupart des utilisations courantes.

C’est une version 0.1 mais qui est fonctionnelle. À l’heure actuelle, traiter le fichier de résultat des européennes par communes (36762+ lignes, 227 colonnes) prend de l’ordre de cinq minutes sur un ordinateur de bureau classique. Ce n’est pas dramatique mais c’est un peu long. À l’avenir, je vais essayer d’accélérer cela – a priori en codant le cœur du script en C++, ce qui me forcera à m’y mettre. Mais peut-être d’autres auront-ils d’autres pistes – je ne suis pas sûr que mon algorithme soit optimal.

Sur ma todolist également : construire une application Shiny autour du package, pour que ceux qui n’utilisent pas R puissent quand même l’utiliser pour transformer leurs données.
Autre idée : permettre d’agréger les résultats autrement que par étiquette. C’est techniquement assez trivial, mais ça pose des problèmes de fond, du fait de l’hétérogénéité territoriale de l’offre électorale. Mais on pourrait imaginer la possibilité, par exemple, que l’utilisateur fournisse au script une sorte de « dictionnaire » associant les listes ou candidats à une nomenclature spécifique.

Je suis preneur en tout cas de tous les retours et suggestions des utilisateurs ! Et j’espère que ce sera utile à quelques uns !

L’évolution de la carte électorale du FN : mon papier au Congrès de l’AFSP

J’arrive après la bataille, mais je voulais mettre en ligne le papier que j’ai présenté lors du Congrès de l’Association Française de Science Politique, qui s’est tenu du 9 au 11 juillet dernier à Sciences Po. Je participais à la ST 27 (lien mis à jour) intitulée « le ‘nouveau’ Front national en question ». Ayant envoyé mon papier en retard, il n’est pas encore en ligne sur le site de l’AFSP, mais il est désormais disponible sur HAL-SHS.

Dans ce papier, j’essaie de répondre à la question « le Front national de Marine Le Pen est-il un ‘nouveau’ Front national ? » du point de vue de sa carte électorale. Sur le plan méthodologique, je m’appuie sur un modèle de croissance multiniveau du vote FN de 1995 à 2012 (je crois bien que c’est la première fois que c’est fait en France), avec comme données les résultats du Front national par canton aux élections présidentielles sur cette période, ainsi qu’un certain nombre de variables « indépendantes » : composition socio-démographique de la population essentiellement, mais aussi part des élèves scolarisés dans l’enseignement privé (pour tester l’influence catholique, ou ce qu’il en reste), caractère plus ou moins urbain ou périurbain des cantons.

Sur le plan substantiel, je conclus qu’au-delà qu’une quasi-stabilité de niveau entre 1995 et 2012 (avec évidemment l’exception de 2007), le vote FN a connu une transformation de sa structure géographique au fil du temps, qui tient surtout au déclin du vote FN dans les centres urbains et à sa croissance dans les périphéries urbaines et, surtout, à la campagne. Dans le même temps, l’association avec la structure socio-professionnelle a plutôt tendance à diminuer, que ce soit du côté des indépendants ou du côté des ouvriers.

Toutes ces évolutions sont assez linéaires sur la période, et en aucun cas 2012 ne marque un changement radical par rapport aux élections précédentes. C’est d’ailleurs ce qu’a montré de manière générale la section thématique, dans divers domaines (idéologique, militant, etc.) : les années récentes, depuis l’arrivée à la tête du Front national de Marine Le Pen, n’ont fait que continuer des tendances dont les origines sont bien plus anciennes. Le changement dans la continuité, comme dirait l’autre…

À propos du « Le Pen. Une histoire française », de Philippe Cohen et Pierre Péan

Les journalistes Philippe Cohen et Pierre Péan viennent de publier une copieuse (550 pages) biographie de Jean-Marie Le Pen. Sa parution a fait beaucoup de bruit dans les médias, tant à cause de son sujet que du parti pris des auteurs : « l’aborder [JMLP] comme un sujet d’enquête banal, sans a priori » (p. 10) – ce qui, interprété par certains, revient à faire preuve d’indulgence envers Le Pen et le Front national. De plus, les auteurs adoptent un ton volontairement polémique à l’égard de leurs collègues journalistes, accusés d' »autisme bibliographique » – les ouvrages consacrés à la vie de JMLP seraient tous soit hagiographiques, soit entachés du pêché originel de l’animosité à l’égard de leur objet. Seule la biographie de Christian Lionet et Gilles Bresson, deux journalistes qui officient alors (en 1994) à Libération, trouve grâce à leurs yeux.

On ne fera pas ici une recension « classique » de l’ouvrage, tant il a déjà été discuté dans de nombreuses arènes, que ce soit pour être voué aux gémonies (y compris par Maurice Szafran, rédacteur en chef de Marianne, employeur de Philippe Cohen) ou au contraire porté au pinacle. La discussion s’est d’ailleurs même déplacée sur le terrain judiciaire, puisque JMLP a déclaré qu’il attaquerait les auteurs, concernant ses histoires d’argent (auxquelles tout un chapitre est consacré), semble-t-il. Il ne s’agit pas davantage de juger le travail d’investigation – réel – mené par les journalistes, car je ne suis pas spécialiste de la biographie du président d’honneur du Front national, ni même historien. D’autres sont mieux qualifiés que moi pour porter un jugement sur ces points.

Il semble en revanche intéressant de lire cette biographie au prisme des savoirs produits par les sciences sociales sur le Front national et son président. Comment cet ouvrage se situe-t-il par rapport à ces connaissances, et peut-il être utile à un chercheur en sciences sociales travaillant sur le Front national ?

Ce questionnement m’est venu en lisant l’introduction du livre, pour deux raisons. En premier lieu, les auteurs insistent sur leur démarche, se voulant dépassionnée, dénuée d’a priori, presque empathique – même si le mot n’est pas employé. Cela semble suffisamment important et n’allant pas de soi pour que les auteurs y reviennent à plusieurs reprises dans le livre. Or, pour le chercheur en sciences sociales, cela ne semble guère problématique, tant la neutralité axiologique fait partie de l’éthique professionnelle la plus largement partagée – même si c’est avec des cas comme celui de l’extrême droite qu’elle semble parfois toucher à ses limites, du moins du point de vue de certains chercheurs. (On peut d’ailleurs se demander à quoi rimerait une neutralité axiologique qui ne s’appliquerait qu’aux objets qui ne nous dérangent pas). En second lieu, c’est l’interprétation que les auteurs proposent de la trajectoire de JMLP qui m’a conduit à m’interroger sur le rapport de cet ouvrage avec les sciences sociales. Il me faut d’abord résumer en quelques mots la thèse des auteurs : pour eux, Jean-Marie Le Pen n’est pas intrinsèquement un fasciste, ni même un idéologue – et, au fond, ce n’est pas tant ce qu’il est qui compte, que ce qu’on en a fait. « Il est surtout une construction, un monument érigé peu à peu au centre de notre vie politique […]. Au fond, la force et la faiblesse de Le Pen ont été d’aller au-devant du rôle que tous ceux-là entendaient lui faire jouer », écrivent les auteurs en introduction (p. 12-13). Ce sont donc des interactions entre JMLP et d’autres acteurs politiques (Mitterrand, Tapie, Chirac, Sarkozy) et médiatiques, voire associatifs (SOS Racisme) qui ont « fait » Jean-Marie Le Pen. Or, cette thèse a déjà largement été défendue en sciences sociales. C’est sans doute Jacques Le Bohec qui, parlant de « phénomène Le Pen » pour bien en souligner le caractère co-construit, l’a le plus clairement démontré en analysant les interactions entre Jean-Marie Le Pen et les journalistes. Mais d’autres chercheurs ont également contribué à cette approche ; Magali Boumaza, par exemple, a souligné le rôle que la stigmatisation jouait dans la construction de l’identité des (jeunes) militants frontistes. Plus largement, les approches constructivistes, interactionnistes ou encore en termes de rôle ont largement contribué à la compréhension du Front national et du rôle de son dirigeant historique. Or c’est bien une approche par la carrière extrémiste que nous livrent les auteurs, en montrant qu’en rien le jeune Jean-Marie Le Pen n’était « destiné » à devenir le président du Front national. C’est bien une succession de carrefours biographiques, marqués aussi bien par la contingence que par les dispositions antérieures, qui le conduisent d’abord à l’engagement à l’extrême droite, ensuite à la direction du FN, enfin à son enfermement dans son rôle de « diable de la République ». L’importance du fameux épisode du « point de détail de l’Histoire », en 1987, est ainsi soulignée : c’est de ce jour (« le jour où Le Pen est devenu Le Pen », titrent plaisamment Cohen et Péan) que daterait la relégation définitive de Le Pen en marge du champ politique français, relégation acceptée et entretenue par le principal intéressé à travers ses fameux « dérapages » (en réalité largement contrôlés).

La proximité de la ligne directrice des auteurs avec celles de certains chercheurs, et notamment de Le Bohec, est d’autant plus troublante que les chercheurs en sciences sociales ayant travaillé sur Le Pen ne sont quasiment pas cités dans l’ouvrage. À peine sont-ils convoqués parfois à l’appui de leurs arguments – et avec, semble-t-il, une connaissance médiocre de la littérature, à telle enseigne que le nom de Nonna Mayer, probablement la plus connue des spécialistes françaises du Front national, est doublement écorché (« Nona Meyer », p. 517). Laurent Bouvet et la « gauche populaire » sont également mobilisés, mais il s’agit là davantage d’une convergence (en tout cas perçue par les auteurs) du point de vue des réponses politiques à apporter au Front. En revanche, Le Bohec par exemple n’est jamais cité.

N’ayant pas de raison particulière de penser que les auteurs auraient ici volontairement omis de citer leurs lectures, il faut en conclure qu’ils arrivent aux mêmes conclusions qu’une partie de la littérature scientifique sans l’avoir lue. Et il faut alors le regretter, car aussi bien leur travail que la littérature académique gagnerait à des échanges intellectuels entre une œuvre de journalisme d’investigation comme celle-ci et des travaux plus distanciés et plus théorisés.

Car le livre de Péan et Cohen sera aussi utile pour le chercheur intéressé par le Front national et la figure de son président d’honneur. Il y trouvera un matériau détaillé qui fait malheureusement défaut dans la littérature académique, et pourra en nourrir ses analyses. Certes, il pourra ici ou là ne pas adhérer aux interprétations proposées par les auteurs, et devra sans doute attendre que d’autres journalistes (ou chercheurs ?) réfutent ou précisent telle ou telle information. Mais dans l’ensemble, je pense qu’il s’agit d’un livre utile, qui mérite d’être lu sans passion et sans a priori, loin des oppositions au sein du champ journalistique que les prises de position au sujet de l’ouvrage révèlent incidemment.

EDIT : ce billet a été repris par nonfiction.fr.

Quelques leçons d’élections récentes

Comme François, je n’ai guère le temps d’écrire ces temps-ci (et il faut bien que je réserve quelques unes de mes modestes recherches aux futurs membres de mon jury…), mais l’actualité, immédiate et moins immédiate, m’incite à rapidement faire quelques remarques.

  • le quiproquo de l’élection du président de l’UMP, comme jadis celle de la première secrétaire du PS ou naguère celle du président des États-Unis (en Floride en particulier), nous rappelle que l’acte de vote s’inscrit dans un contexte technologique et organisationnel loin d’être neutre ou sans importance. Bien sûr, on le sait au moins depuis Garrigou, mais il semble facile de l’oublier. Pour des raisons sans doute pas si différentes, et les États-Unis et les partis politiques français n’ont pas réuni les conditions technologiques (dans le cas des États-Unis) et institutionnelles (dans le cas du PS ou de l’UMP) pour que les résultats des élections acquièrent un caractère aussi centralisé, incontesté et précis que ceux des élections politiques françaises. Un corollaire est que, lorsque ces conditions (en gros, une autorité indépendante suffisamment forte pour assurer les conditions de l’organisation et du contrôle du scrutin – en France, l’État) ne sont pas réunies, l’accord entre les parties sur les résultats est essentiel – un beau cas de construction sociale de la réalité. En guise d’illustration, qu’on se rappelle le rôle joué par l’acceptation de la défaite par Al Gore aux États-Unis en 2000, par l’acceptation de la défaite par Ségolène Royal en 2008 (avec dans les deux cas, le sentiment de la part de beaucoup que le résultat inverse était au moins aussi bien établi) ou encore la non reconnaissance de leur défaite le soir de l’élection par les deux prétendants à la présidence de l’UMP (à l’heure où j’écris ces lignes, la désormais célèbre COCOe vient de rendre son verdict en faveur de Jean-François Copé, à 98 voix près). Historiquement en France, et lorsque la capacité de l’État à imposer une quantification incontesté des résultats était moindre, c’était d’ailleurs le Parlement qui avait seul compétence à valider ou non les résultats des élections législatives. Aujourd’hui, dans les partis, les commissions en charge de la validation des scores (COCOe à l’UMP, commission de recollement au PS) jouent ce rôle, sur le modèle des transactions collusives (Michel Dobry) : on se met d’accord, plus ou moins facilement, sur les scores des uns et des autres, ici et là. J’ai d’ailleurs le sentiment que ces phénomènes sont nettement mieux documentés dans le cas du PS que des partis de droite, mais je souffre peut-être de myopie scientifique. (Au passage, voici un bien dont la France pourrait accroître l’exportation : ses technologies électorales !)
  • Plusieurs commentateurs soulignent, en s’en étonnant, le caractère troublant d’une succession d’élections internes à des partis qui se finissent par des scores extrêmement serrés : désignation du candidat à la présidentielle des Verts en 2006, congrès de Reims du PS, élection à la présidence de l’UMP, etc. Certains scientifiques l’expliquent en tentant d’appliquer les lois de la physique aux phénomènes sociaux ; d’autres, comme Eric Dupin, y voient une sorte de loi de la démocratie, sans en donner l’explication. Pour ma part, je ferais volontiers l’hypothèse suivante (un peu spéculative, je l’avoue bien volontiers). Aux élections politiques (générales), la tendance à parvenir à un score proche du 50/50 peut s’expliquer par la recherche, par chacun des deux candidats (dans les élections à deux candidats…), de l’électeur médian, selon la logique spatiale du vote proposée par Downs et ses continuateurs. Cette logique me semble toutefois perturbée par des phénomènes de type bandwagon, liés à l’existence de dispositifs prétendant annoncer, avec une certaine marge de vraisemblance, le résultat final (sondages, commentaires politiques…), qui permettent souvent à l’un des candidats de l’emporter avec une marge nette (après tout, une pensée scientifique devrait faire de l’égalité entre les candidats l’hypothèse H0). Dans le cas d’une élection interne à un parti, les choses me semblent un peu différentes.  Pour au moins deux raisons : 1/ on y évolue beaucoup plus à l’aveuglette : on n’a pas de connaissance précise du corps électoral (souvent à dimension variable, comme dans le cas de l’UMP où les adhérents pouvaient s’acquitter de leur cotisation jusqu’au jour de l’élection), on n’a en général pas d’estimation fiable des rapports de force internes (en particulier à l’UMP, où il n’y avait jusqu’à présent pas de courants structurés ; au PS, chaque courant a ses pointeurs, sans compter les fédérations qui votent au canon). 2/ bien souvent, les prises de position des militants et des cadres du parti s’éloignent très sensiblement de l’idéal-type du citoyen délibérant, choisissant en son âme et conscience le candidat qui lui semble le plus proche de ses idées. En effet, les clivages idéologiques sont souvent peu clairs (et, du coup, conduisent les commentateurs à plaquer des cadrages particulièrement artificiels, comme Joly la verte verte vs. Hulot l’ouvert à EELV en 2011 ou Copé le droitisant contre Fillon le centriste… dont la campagne était dirigée par Éric Ciotti, come on guys !), et ces élections servent avant tout à objectiver un système de positions internes dont chacun va chercher à tirer l’avantage maximal pour sa carrière politique (fut-elle non professionnelle), en interne et surtout en externe. Au PS ou à EELV, le choix des motions qu’on signe et des candidats qu’on soutient obéit ainsi à des considérations très  complexes, mais qui ont comme ultima ratio l’horizon de la désignation des candidats aux prochaines élections locales ou législatives. A l’UMP, le pluralisme est moins ancré dans l’histoire et dans les statuts du parti, mais je soupçonne que le soutien pour Copé ou Fillon obéit aussi largement à ce genre de calculs. Rien d’étonnant, dans ce cas, à ce que les calculs stratégiques interdépendants des uns et des autres aboutissent à une sorte d’équilibre relatif. En tout cas, je pense qu’on a tort de surinterpréter politiquement ce qui se joue lors des scrutins internes. La politique est avant tout utn activité pratique.
  • Les commentateurs, toujours, spéculent (comme d’ailleurs depuis des mois) sur la possibilité d’une scission de l’UMP. Fillon aurait, dans son discours de concession ce soir, accrédité cette idée. Je n’ai jamais cru, et je ne crois toujours pas, à l’hypothèse d’une scission nette de l’UMP, à la fois parce que les institutions survivent souvent aux aléas (le PS l’a bien montré depuis 2008 – même s’il est vrai que l’UMP n’a pas la même histoire et a des statuts plus personnalisés que ceux du PS ; mais les statuts sont aussi ce que la pratique en fait), et en raison des considérations que j’ai exposées plus haut : grosso modo, les désaccords idéologiques ne se sont pas exprimés suffisamment nettement pour que Fillon quitte l’UMP avec un nombre significatif de militants, d’autant que l’UDI de Borloo occupe déjà l’espace à gauche de l’UMP (enfin, à gauche… il y a aussi des gens à droite de l’UMP à l’UDI, comme jadis à l’UDF) . Fillon peut très bien profiter de la situation pour, par exemple, dealer avec Copé son soutien pour une candidature à la Mairie de Paris en 2014. En revanche, je crois beaucoup plus à la possibilité de départs de groupes, localement, de l’UMP, en fonction des contextes politiques locaux (et en particulier de la pression exercée par l’influence locale du FN). Le poids de l’UMP dans la droite s’affaiblira sans doute, mais je ne crois guère à un big bang. Enfin, en politique, on a toujours tort de faire des prévisions…

 

Synthétiser l’évolution socio-démographique des 36 000 communes françaises depuis 1968

Dans le cadre de ma thèse portant sur le vote pour le Front national en région PACA, je me suis posé la question de savoir si la trajectoire socio-démographique d’une commune influe sur le niveau du vote FN dans cette commune. En d’autres termes, la manière dont les effectifs des différentes catégories socio-professionnelles évolue au cours du temps a-t-elle un impact politique ? Spontanément, je tendrais à faire l’hypothèse que oui. On peut imaginer plusieurs mécanismes reliant les deux phénomènes : par exemple, que l’évolution locale objective de la structure sociale influe sur la perception subjective de l’évolution de la société par les habitants d’une commune. Ou encore, que le déclin numérique de la classe sociale à laquelle on appartient induit un sentiment de déclin généralisé. Il y aurait bien évidemment encore bien d’autres hypothèses possibles.

En réalité, j’avais déjà examiné cette question dans une communication que j’avais faite au congrès de l’AFSP, en 2009. J’utilisais la variable de l’évolution socio-démographique de la commune comme variable indépendante dans des modèles multi-niveaux ayant pour variable dépendante le vote en faveur du Front national. Mais, déjà lorsque j’avais rédigé ce texte, je n’étais pas très content de la manière dont j’avais procédé.

En effet, habitué à manier des variables quantitatives continues (l’habitude de travailler sur des données agrégées…), je cherchais à avoir ce type de variable. En partant de la composition de la population active par catégorie sociale (nomenclature CS en six positions) à tous les recensements de 1968 à 1999, j’avais estimé un modèle multiniveau de croissance pour chaque CS. Ce modèle est un modèle linéaire – c’est là mon premier souci : rien ne permet de penser a priori que les évolutions socio-démographiques, sur une durée de trente ans, sont linéaires. Un groupe social peut croître puis décroître, la croissance d’un autre peut être exponentielle plutôt qu’arithmétique. J’avais bien envisagé de faire une modélisation quadratique, mais je me sentais beaucoup moins à l’aise pour utiliser ces coefficients comme variables par la suite, car leur interprétation est moins directe.
Les coefficients issus de cette modélisation linéaire multiniveau (12 coefficients par commune tout de même) étaient ensuite passés à la moulinette d’une ACP, afin d’en dégager les dimensions les plus significatives (toujours le même problème d’ordonner et synthétiser des données trop abondantes pour être interprétées). La position de chaque commune sur les trois premières composantes issues de l’ACP étaient ensuite utilisée comme variable explicative dans le « gros » modèle multiniveau. Cette analyse donnait des résultats substantiels, mais demeurait pourtant problématique. Outre le problème de la modélisation linéaire déjà évoqué, les données sont fragiles : elles sont issues de l’exploitation complémentaire du recensement, c’est-à-dire d’un sondage au quart. Ce qui signifie que, dans les petites communes au moins, les données sont très bruitées. La procédure que j’ai utilisée ne supprime pas ce bruit. Ce n’est pas dramatique en soi, car s’il y a du bruit, il n’y a pas de biais, mais ça diminue la puissance explicative (ou prédictive, comme on voudra) de cette variable indépendante. De plus, c’est une procédure très analytique, qui étudie les effets distincts de plusieurs composantes de l’évolution socio-démographique des communes, mais sans permettre facilement de revenir à des cas typiques, des sortes d’idéal-types permettant d’appréhender quelques profils d’évolution. Plus je vais et plus je tends à préférer les procédures permettant de comparer les effets de quelques cas plutôt que donnant des coefficients abstraits – l’influence d’Andrew Gelman et Gary King, sûrement.

En revenant sur cette question durant la rédaction de ma thèse, je me suis dit qu’il serait sans doute plus simple, et plus intéressant substantiellement, de dégager quelques types de trajectoire socio-démographique des communes. Je n’avais pas d’outil précis en tête, alors j’ai un peu farfouillé, notamment du côté des analyses de séquence en histoire. Mais, pour ce que j’en ai compris – corrigez-moi si je me trompe, amis historiens ! -, ce type d’analyse ne s’applique qu’à des variables qualitatives, discrètes. Ca ne faisait donc pas mon affaire. J’ai aussi été voir du côté de la modélisation de classes latentes, mais je ne suis pas très à l’aise avec les équations structurelles, donc tant que je ne les comprendrai pas mieux, je ne les utiliserai pas.

Et puis je me suis dit qu’il suffisait de faire simple. J’ai donc décidé de calculer, sur chaque période intercensitaire, un taux de croissance pour chaque CS (sur la base des effectifs absolus). Ensuite, il suffit de faire tourner une procédure classificatoire sur ces variables. Facile, a priori. Sauf que mon premier réflexe a été de recourir à une classification ascendante hiérarchique (CAH), notamment en raison de sa proximité méthodologique avec l’analyse géométrique des données (le directeur de mon labo, Frédéric Lebaron, en est un des spécialistes, donc je suis tombé dedans quand j’étais petit). Sauf que… c’est une méthode relativement lourde d’un point de vue computationnel (O(n3), je crois), et ni mon ordinateur personnel, ni une instance Amazon avec 16 Go de RAM ne s’en sortis. J’ai donc changé mon fusil d’épaule, et j’ai essayé une K-means (vous connaissez une bonne traduction française pour cela ?). Mais, outre la difficulté classique (et facile à résoudre empiriquement) de savoir combien de classes il faut chercher, cette procédure ne convient pas en l’espèce car les effectifs des classes produites sont très dissemblables – l’algorithme est très sensible aux outliers, et comme les données sont fortement bruitées… En cherchant, j’ai découvert l’existence d’un autre algorithme, les K-médoïdes. L’idée est globalement la même que celle consistant à substituer la médiane à la moyenne comme mesure de centralité : c’est un algorithme plus robuste, moins sensible aux outliers. Exactement ce qu’il me fallait… Seul inconvénient : c’est plus gourmand en temps de calcul que les K-means (presque deux heures sur une instance AWS avec 16 Go de RAM, sur un tableau de 36000 lignes et 60 colonnes). Et puis, comme les K-means, ce n’est pas un algorithme déterministe, donc idéalement il faudrait l’estimer plusieurs fois, mais vu le temps de calcul requis, on s’en passera.

Une fois que j’ai dégagé mes classes, il n’y a plus qu’à les analyser. Pour cela, le plus simple est de les visualiser. On peut faire de l’ACP (là aussi, il va falloir tricher un peu, car l’ACP est aussi intense computationnellement ; un moyen est de faire une K-means dégageant, mettons, 1000 groupes, et d’ensuite faire l’ACP sur les centres de ces groupes – on perd de fait très peu d’information), mais en l’occurrence je n’ai pas trouvé cela très parlant. Je préférais voir, vraiment, les différentes trajectoires. Après avoir tâtonné un peu (oui, ça a beaucoup tâtonné, cette histoire…), j’ai décidé de tracer une courbe par CS par groupe. Avec R et ggplot2, ce n’est pas trop compliqué de faire ça à peu près proprement. Et voilà le résultat (cliquez sur l’image pour la télécharger en pdf) :

Maintenant, reste à interpréter… mais c’est une autre histoire !

Les données de l’INSEE utilisées pour l’analyse sont , et mes données et mon code complets pour dupliquer l’analyse sont sur mon github (poke François !).

Si vous avez en tête d’autres manières de mener ce genre d’analyse, dites-le moi en commentaire !

EDIT : j’ai oublié de préciser deux choses, nécessaires à la compréhension du graphique :

  • Le jeu de données de l’INSEE que j’ai utilisé ne concerne que les actifs de 25 à 54 ans (en raison de changements méthodologiques au fil du temps), et distingue entre chômeurs et actifs occupés. La tranche d’âge concernée explique le faible niveau de chômage.
  • J’ai ajouté aux graphiques, outre la moyenne, les 1er et 3e quartiles, afin de visualiser la dispersion interne à chacun des groupes. Comme la moyenne a été pondérée par la population active des communes, elle peut parfois ne pas être comprise entre les 1er et 3e quartiles – ou pourquoi la moyenne n’est pas toujours un bon indicateur de centralité…

Les jeunes et le vote FN, dans Libé

(Disclaimer : billet initialement publié sur mon blog.)

J’ai été interviewé il y a quelques temps par une journaliste de Libé à propos du vote des jeunes en faveur du FN. Mes propos ont été (partiellement) repris dans un papier (version en ligne réservée aux abonnés) publié dans le Libé d’hier, que je me permets de reproduire ci-dessous.

Les propos qui sont reproduits sont fidèles à ce que j’ai dit, mais malheureusement incomplets. J’avais en effet commencé par émettre quelques réserves méthodologiques. Celles-ci me semblent essentielles : en effet, sans a priori porter de jugement définitif sur le sondage comme outil de connaissance, on peut sans doute s’accorder sur le fait que les jeunes font partie des cibles les plus difficiles à appréhender au moyen de cet outil, pour des raisons principalement pratiques (faible taux d’équipement en téléphone fixe, etc.). En l’occurrence, le sondage de l’IFOP cité par Libé porte non pas sur « les jeunes » mais sur les primo-votants – ceux qui voteront pour la première fois en 2012. Malheureusement, le journal n’en rapporte les caractéristiques techniques que de manière partielle : l’échantillon est assez petit (805 répondants), mais surtout il a été administré sur le web (CAWI). Or, si l’utilisation de cette méthode fait l’objet d’importantes controverses chez les chercheurs, on sait qu’elle a tendance à surreprésenter ceux qui ont les opinions les plus affirmées, les plus extrêmes. Comme d’habitude, on ne sait pas exactement comment a été constitué l’échantillon – plus il est spontané, et plus ce biais est important. Il convient donc de prendre les chiffres fournis avec précaution.

Autre élément conduisant à relativiser les résultats de l’enquête : le degré de certitude des choix. D’une part, l’indice de participation à la présidentielle des enquêtés (dont on ne sait pas bien comment il est calculé, au passage) ne s’établit qu’à 70, contre 90 pour l’ensemble des Français. D’autre part, 59 % des enquêtés déclarent qu’ils peuvent encore changer d’avis. Les jeux sont loin d’être faits…

Pour ma part, et au-delà de l’aspect « course de petits chevaux »; je soulignerais deux enseignements intéressants de cette étude :

  • Le poids de la télévision comme moyen d’information sur la campagne. On aurait pu s’attendre à ce que, dans la tranche d’âge 18-22 ans, le poids des « nouveaux médias » soit important, d’autant plus lorsqu’on les interroge sur le web… eh bien, pas du tout. 81 % d’entre eux déclarent s’informer par la télévision (dont 55 % en premier choix), contre 36 % seulement pour les sites Internet d’information (et 12 % en premier choix). On peut certes y ajouter les sites et blogs des candidats (12 %, 3 % en premier choix), Facebook (11 et 3 %) ou twitter (6 et 2 %), ça ne fait toujours pas le poids. Voilà qui confirme ce qu’écrivait il y a quelques jours Vincent Glad à ce propos.
  • Les thèmes qui préoccupent ces jeunes enquêtés sont surtout l’emploi et la formation, le pouvoir d’achat, l’éducation et le logement. Avis aux candidats…

Un sondage réalisé par l’Ifop montre que près d’un quart des «primo-votants» choisiraient Marine Le Pen au premier tour de la présidentielle.

Par PASCALE NIVELLE
Près d’un jeune sur quatre voterait Marine Le Pen au premier tour de la présidentielle, selon un sondage parmi les «primo-votants», qui n’ont jamais mis un bulletin dans une urne (1). Ceux qui iront voter, un peu plus de la moitié, et parmi eux ceux qui sont certains de leur choix, mettent Marine Le Pen après François Hollande. Mais un peu avant Nicolas Sarkozy.

«Les jeunes ne sont pas passionnés par la campagne et ne se retrouvent pas du tout dans le clivage droite-gauche», avance Mikael Garnier-Lavalley, représentant de l’Association des conseils d’enfants et de jeunes, qui a commandé le sondage. «Ceux qui votent à droite, notamment, semblent se poser des questions sur le président sortant.» Au second tour, la jeunesse met ses pas dans ceux des plus anciens, avec François Hollande devant Nicolas Sarkozy. Au premier, elle exprime son rejet du «système», sourde aux injonctions de «vote utile».

«Porte-voix».«C’est un vote protestataire, surtout chez les moins diplômés, qui se sentent invisibles, explique Anne Muxel, directrice de recherches au Cevipof. N’oublions pas que plus d’un tiers de la tranche 18-24 ans n’a pas le bac. Déjà au travail ou déjà au chômage, ces jeunes sont en première ligne de la fracture sociale et culturelle, ils se sentent exclus. Marine Le Pen est leur porte-voix, pour des raisons assez peu idéologiques.» Pour la sociologue, auteure d’Avoir 20 ans en politique (2), «les jeunes peu éduqués trouvent chez Marine Le Pen un écho à leurs inquiétudes : l’emploi, le logement ou le pouvoir d’achat. Ces sujets ne préoccupent pas les étudiants, qui votent plutôt Sarkozy, quand ils sont à droite».

Depuis les événements de Toulouse, la donne pourrait être modifiée : «Pour la première fois depuis longtemps, la question de l’insécurité et de la délinquance n’était pas au centre de la campagne, note Mikael Garnier-Lavalley. On peut supposer que l’on va y retomber, sans savoir encore qui de Nicolas Sarkozy ou Marine Le Pen en sortira favorisé chez les primo-votants.»«Avec l’arrivée du terrorisme dans la campagne», Frédéric Dabi, de l’Ifop, s’attend lui aussi à de nouvelles tendances : «Les thématiques sécuritaires peuvent très vite revenir et infléchir le vote.»

Joël Gombin, auteur d’une thèse sur le vote FN en région Paca pour l’université de Picardie, situe lui aussi les jeunes attirés par le bulletin frontiste dans les classes populaires : «Leur vote manifeste une certaine défiance, mais il n’est pas motivé idéologiquement, on n’est pas face au noyau dur de l’électorat du FN.» Et donne des raisons historiques : «Dans les années 80, en raison des syndicats, la socialisation politique se faisait dans les entreprises et le monde ouvrier était attaché à la gauche. La nouvelle génération arrive dans le monde professionnel à une époque marquée par la déstructuration, ce qui explique la tentation FN. Ce n’est pas un vote d’adhésion, qui suppose une connaissance précise des programmes, mais plutôt une absence de culture politique et un signal destiné au personnel politique.»

Les jeunes représentent un atout important pour le FN, «parti attrape-tout par excellence», explique Joël Gombin, et qui fait un gros travail de terrain auprès de cette tranche d’âge. En votant pour le Front, cependant, les 18-22 ans «expriment une grande désillusion par rapport au monde politique», sans intention d’amener au pouvoir un candidat qui changera le monde.

«Enraciné». Ils n’ont pas la même vision du parti de Marine Le Pen que leurs parents : «Pour les générations plus anciennes, analyse l’universitaire. le FN reste une formation récente, avec un statut à part. Leurs enfants l’ont toujours connu, c’est à leurs yeux un parti enraciné dans le paysage, un acteur important de la politique au même titre que les autres. Ils ont construit leurs représentations politiques dans un contexte très différent, cela lève des obstacles au vote pour le FN.»

Sylvain Crépon, sociologue à l’université Paris-Ouest-Nanterre et auteur d’une Enquête au cœur du Nouveau Front national (3), constate pour sa part «un effet Marine Le Pen chez les jeunes». Par sa personnalité, son langage et son style de vie, elle aurait marqué une rupture avec son père, homme de l’OAS et de la Seconde Guerre mondiale : «L’identification avec cette femme divorcée deux fois, mère d’une famille recomposée, en union libre, est assez extraordinaire. Il y a un côté transgressif dans sa personnalité et son discours, qui en fait la chef d’un parti rebelle, antisystème.» Le sociologue, qui a longuement enquêté sur le terrain, a rencontré beaucoup de jeunes séduits par «son discours simple et compréhensible». Il a aussi fait le constat que «moins on est éduqué, plus on adhère aux idées du Front national».

(1) Réalisé par l’Ifop, du 22 au 28 février, auprès de 805 personnes.

(2) Le Seuil, 2010

(3) Nouveau Monde éditions.

Actualité de la loi d’airain de l’oligarchie

Roberto Michels enseignait jadis, en partant de l’étude du Parti social-démocrate de l’Allemagne d’avant la Première guerre mondiale, qu’il existe une « loi d’airain de l’oligarchie » selon laquelle, en régime démocratique, l’organisation nécessaire à la compétition électorale conduit les partis, fussent-ils démocratiques, à être bientôt dominés par une minorité, une élite. « Qui dit organisation, dit oligarchie ».
Bien que le caractère de « loi » en fut contesté, cette régularité a été maintes et maintes fois confirmée par la sociologie politique, et constitue toujours le socle de l’essentiel des travaux s’intéressant aux partis et organisations politiques.

Je fais ce billet à la suite de la tempête dans un verre d’eau qui a éclaté après la vraie-fausse interview d’Alain Lipietz dans Rue89, titrée « Duflot vendrait père et mère pour devenir ministre », phrase que Lipietz nie avoir prononcée.
Au-delà de savoir ce qui a été dit ou pas, et comment, et s’il fallait le publier (Daniel Schneidermann fait des remarques intéressantes reproduites sur Rue89), ces propos soulignent un point intéressant et qui n’a finalement rien de particulièrement scandaleux. Il dit en substance que Europe-Ecologie les Verts (EELV) est aujourd’hui dirigé par une génération (ou des générations – après tout, entre Jean-Vincent Placé et Stéphane Sitbon-Gomez[ref]Âgé de 25 ans, celui qu’on surnomme « Yop » est l’un des plus proches collaborateurs de Cécile Duflot depuis plusieurs années, et le directeur de campagne d’Eva Joly.[/ref], il y a bien une génération) dont la politique est le métier – par contraste avec sa génération.

Le constat d’Alain Lipietz n’est pas rigoureusement exact : dans sa génération, celle des fondateurs des Verts au début des années 1980, certains – comme Dominique Voynet, par exemple – sont devenus des professionnels de la politique. Mais il est vrai que, compte tenu de la structure d’opportunité qui était celle qui a présidé à leur engagement, celui-ci ne pouvait pas être motivé par la volonté de construire une véritable « carrière » politique. Du coup, la professionnalisation politique est passée par la transformation de capitaux (comme dans le cas de Lipietz lui-même, chercheur au CNRS et jouissant d’un réel capital scientifique, devenu professionnel de la politique/député européen).

Pour autant, ce que dit Alain Lipietz est globalement exact. Les « jeunes » militants et dirigeants d’EELV ont aujourd’hui des perspectives de carrière politique sans commune mesure avec celles d’il y a vingt ans ou même dix – ce qui renvoie au texte classique de Daniel Gaxie sur « les rétributions du militantisme ». La conséquence en est que le parti peut faire vivre des gens – dès lors se creuse inévitablement le fossé entre ceux qui vivent de la politique et ceux qui vivent pour la politique, pour reprendre la célèbre distinction wéberienne.
Au passage, la référence de Lipietz au « profil MJS » m’a fait sourire, moi qui y suis brièvement passé, et ait été plus tard un animateur national de Fac verte, dont la fonction objective aura bien été de permettre à un certain nombre de militants l’accumulation primitive de capital politique nécessaire à en faire une carrière (pas nécessairement chez EELV d’ailleurs, plus largement dans l’ensemble des structures, notamment associatives, qui composent la nébuleuse écologiste). Il est clair que la structuration d’un (ou, dans le cas de l’écologie politique, de plusieurs…) mouvements de jeunesse participe très fortement à la professionnalisation d’une organisation politique.

Une dernière réflexion enfin : le Front national, auquel j’ai quelque raison de porter une attention soutenue, connaît exactement le même processus de professionnalisation que les Verts [ref]Rappelons d’ailleurs que si le FN est un parti plus ancien, puisque créé en 1972, il émerge électoralement au début des années 1980, en même temps que les Verts.[/ref]. Toute la glose autour de la succession de Marine Le Pen à son père ne saurait cacher que c’est fondamentalement une génération qui a pris le pouvoir au Front, celle que j’appelle des « sabras », ceux qui ont commencé politiquement au Front, et ont bien l’intention de vivre de la politique. Et pour cela, dans le système politique français en particulier (plus un système est proportionnel et décentralisé et moins c’est vrai), il faut s’emparer du pouvoir d’Etat. On comprend mieux dans ces conditions la stratégie de la direction du Front, qui devrait selon moi aboutir à terme à des alliances – sous une forme ou une autre – avec l’UMP, selon l’exemple italien de la Lega Nord (plus que d’Alleanza nazionale).

Que sait-on vraiment sur le vote pour le Front national ?

Avertissement : ce blog est cross-posté depuis mon blog personnel.

Une collègue, Elodie Lemaire, m’ayant demandé d’intervenir dans son cours de sociologie politique en L2 de droit à l’Université d’Amiens, j’ai fait une intervention portant sur ce qu’on sait – et ce qu’on ne sait pas – du vote pour le Front national. Je me suis largement inspiré pour cela d’un papier de Patrick Lehingue.
Bref, voici le résultat (la qualité du rendu slideshare semblant relativement médiocre, je vous conseille de télécharger le fichier pdf en allant sur le site de slideshare).

La sociologie électorale, la nouvelle généalogie ?

Il est des disciplines savantes qui intéressent un large public, qui les pratiquent, avec parfois autant voire plus de savoir-faire, de temps et de passion que les savants professionnels. A titre d’exemple, évoquons la généalogie ou l’astronomie, dont l’engouement auprès d’un large public ne se dément pas. D’un pur point de vue scientifique, et bien que d’aucuns seraient tentés de dénigrer l’incursion du profane dans leur champ, cette participation des amateurs est très profitable : ils disposent en effet d’une ressource rare, le temps, qui fait souvent défaut au scientifique professionnel (quiconque a déjà fréquenté les archives sait qu’on y trouve essentiellement des retraités se livrant à des recherches généalogiques). De plus, les effectifs d’amateurs, bien supérieurs à ceux des chercheurs professionnels, permettent depuis longtemps ce qu’on appellerait, à l’heure du web 2.0, le « crowdsourcing ». L’histoire de l’astronomie est là pour en attester, puisque de nombreux objets stellaires ont été découverts par des amateurs. De même, la connaissance généalogique acquiert grâce au travail de fourmis de milliers de passionnés une ampleur qui serait sinon impossible.

Le même phénomène serait-il en train de se produire avec la sociologie électorale ? Peut-être bien. Plusieurs indices concordent. Ainsi, la Coopol, développée par l’équipe de Benoît Thieulin, vient de lancer un outil permettant aux militants socialistes de mener leurs campagnes électorales. N’étant pas membre du PS, je n’ai pu tester cet outil, et doit donc m’en remettre aux explications données par le communiqué du PS. Elles sont relativement floues : je ne sais pas quel est le découpage territorial choisi (probablement des IRIS, vu la taille de 2000 habitants par unité annoncée), et si certaines données sont classiques (part des différentes CSP, résultats électoraux), d’autres sont plus mystérieuses (« abstentionnistes de gauche » et « indécis ») : le communiqué indique qu’elles ont été « élaborées par des chercheurs qui travaillent sur des enquêtes d’opinion ». Dans ces conditions, je serais curieux de savoir comment ces données ont été géolocalisées au niveau des IRIS…

Autre initiative, un peu différente : celle lancée par plusieurs acteurs du Net, plutôt orientés web social et 2.0 (owni.fr, 22 mars, la Netscouade, Regardscitoyens.org…), et intitulée « Libérons les bureaux de vote ». Il s’agit, en recourant au crowdsourcing, de constituer une base de données de tous les bureaux de vote français en les géolocalisant. Les utilisations qui pourraient être faites de ces données ne sont pas explicitement mentionnées ; compte tenu des initiateurs de l’opération, on peut imaginer qu’elles servent aussi bien pour des usages non lucratifs et « citoyens » que dans le cadre – marchand – des activités de conseil de 22Mars ou la Netscouade. Je ne serais ainsi pes surpris de retrouver un jour ces données sur la Coopol…

En tout état de cause, et dès lors que ces données seront publiques et exploitables, ces initiatives – qui s’inscrivent, au moins pour la deuxième, dans un mouvement assez large de revendication de publicisation des données produites par les gouvernements ainsi que de « data journalism » – me semble très positif à tous égards. Je pense qu’il est bon que le commentaire sur la chose électorale cesse d’être un discours ésotérique, que seuls quelques initiés – généralement nourris de sondages… – seraient autorisés à tenir. Avec des données ouvertes, chacun pourra tester, retester, vérifier, falsifier les discours tenus sur ces sujets dans l’espace public. Ce sera sans doute parfois à tort et à travers – et ce d’autant plus que le grand public comme les journalistes manquent, en France, de culture statistique. Mais gageons que les choses ne feront que s’améliorer de ce point de vue.

Dernière chose : on peut s’étonner de l’absence , totale pour autant que je puisse en juger, des électoralistes professionnels de ces projets. Désintérêt de leur part ? Manque d’affinités avec la culture web sous-jacente à ces initiatives ? Méfiance de la part des initiateurs de ces projets ? Je ne sais. Je suis pourtant persuadé que ces deux mondes, savants de la chose électorale et amateurs éclairés et intéressés à divers titres, auraient beaucoup à gagner à se rencontrer, échanger et collaborer.