Que signifient les notes ?

La question est posée aux États-Unis. Où l’on redécouvre les mérites d’observer la distribution d’une variable de type ratio plutôt que sa valeur… Il me semble qu’un système de conversion en lettres A-E basé sur la distribution des notes existe, au moins dans les Instituts d’Études Politiques.

J’avais retenu de ce texte fascinant d’un ghostwriter universitaire (voir aussi son interview par des lecteurs) que les notes sont au coeur des dérives du système d’enseignement supérieur américain. L’université française est également gravement atteinte par le même syndrome obsessionnel1.

Ma propre position sur la notation n’est pas très construite, mais j’essaie d’apprendre aux étudiants à accorder aussi peu d’importance aux notes que je n’en témoigne moi-même. Je parle très peu des notes, sans jamais communiquer sur les données collectives comme la moyenne du groupe.

Si les lecteurs de ce blog sont intéressés, je pourrais essayer de rédiger quelques billets sur le sujet. Je serais avant tout curieux de savoir ce qui se fait ailleurs, même si je vois un peu ce qui se fait autour de moi à l’université, via mes collègues enseignant à différents niveaux d’études.

  1. Tiens, mais c’est exactement moi pendant la semaine de Noël, ça ! []

10 réflexions au sujet de « Que signifient les notes ? »

  1. Tout le problème des notes repose sur ce fait : depuis l’école primaire, les élèves sont habitués aux notes. Elles sont devenus leur motivation presque exclusive, comme la faim ou le gain sont les seules motivations possibles dans une société de marché (Polanyi, tout ça). Pour ceux qui disposent du moins de capital culturel, elles sont leur salaire, la récompense juste de leurs efforts, l’occasion de montrer qu’ils ont réussi – souvent la seule que peuvent comprendre des familles elles-mêmes éloignées du monde scolaire. De ce fait, il n’est pas possible de les supprimer. Cette année, avec la réforme de seconde, certains « enseignement d’exploration » peuvent ne pas être noté, mais évalués autrement (par une appréciation, par une grille de compétence, etc.). Les collègues qui s’y sont risqués ont vu leur classe abandonner tout effort et tout intérêt pour la discipline, même lorsqu’ils s’efforcent de faire des choses ludiques, amusantes, intéressantes, etc. De ce fait, ce n’est pas l’université qui est malade des notes, c’est tout le système scolaire français, et il faut commencer par la racine… et la formation des dispositions scolaires.

    • D’accord sur le constat, mais en première année d’université, on peut expliquer aux étudiants qu’ils ont changé d’institution et que leurs codes scolaires ne s’appliquent plus. Je suis convaincu qu’il faut créer cette fracture pour contrecarrer ce que tu expliques, et je m’y emploie à chaque séance ou presque.

  2. Lorsque je donnais mes cours aux niveaux L1-L2, il m’était impossible de ne pas communiquer les notes au fur et à mesure des travaux de type DST. Le plus souvent, l’effet était le suivant :

    – ceux qui avaient des notes excellentes travaillaient moins au cours de la suite du semestre et se plantaient à la fin ;
    – ceux qui avaient des notes « moyennes » faisaient souvent plus d’effort ou au moins maintenaient le rythme et s’en sortaient ;
    – ceux qui avaient raté leur exercice étaient démotivés et ne travaillaient presque plus (j’en ai d’ailleurs régulièrement retrouvé l’année suivante, dans le même cours).

    La solution que nous avons appliquée, c’est de faire des exercices un peu plus faciles au début, pour assurer à la plupart un niveau minimum de réussite à condition de travailler régulièrement, tout en annonçant que ce serait plus dur par la suite.

    Au niveau Master, il m’est possible de ne donner aucune note avant la fin du semestre.

    J’ai fait cette erreur la première année : à une première version d’un travail écrit, j’ai donné (en plus des corrections et commentaires détaillés) une note provisoire pour que les étudiants aient une idée de la note qu’ils auraient eu si c’était la version finale. L’effet a été proche de celui observé en L1-L2.

    La solution que j’ai appliquée est de ne noter aucun des devoirs écrits (ce qui implique qu’ils soient minutieusement corrigés et annotés qu’ils soient bons ou non) et exposés oraux faits au cours du semestre. Les étudiants n’auront leur note que lorsque j’aurai rempli les fiches d’évaluation.

    Cette méthode fonctionne assez bien depuis que je l’applique, mais cela impose d’être assez discipliné pour garder une trace de tous les travaux rendus par les étudiants pour, malgré tout, arriver à une évaluation finale qui me semble incontournable.

    Je doute surtout de l’applicabilité d’un tel système à des niveaux inférieurs, où les notes restent malheureusement centrales pour la plupart des étudiants. Je me souviens de discussions entre étudiants concernant les « compensations » possibles entre les différentes UE : cela les amenait à ne pas suivre un cours pourtant obligatoire, parce qu’ayant eu une note suffisamment élevée dans une matière, ils étaient assurés de passer en L3 quelle que soit la note obtenue dans une autre à condition qu’ils soient présents à l’examen…

    • J’ai un système un peu particulier avec mes étudiants de première année : je donne le cours magistral le matin et consacre 25 minutes de la séance de travaux dirigés dans l’après-midi à les interroger sur le cours du matin, sous la forme d’une question à laquelle ils doivent répondre en quinze lignes environ. Le système convient au groupe.

      Je note toutes les copies, avec les metions “Insuffisant”, “AB”, “B”, “B+” (lorsque la copie vaut “TB” excepté pour l’orthographe) et “TB”. Environ deux tiers des copies finissent avec la mention “Insuffisant”. Je rends évidemment un corrigé individuel et collectif assez détaillé. Je ne donne aucun indicateur chiffré du semestre.

      J’attends de voir les résultats pour en parler.

    • C’est un système qui me semble intéressant mais je me demande dans quelle mesure les étudiants ne reproduisent pas les même travers avec les lettres (« si j’ai AB ça vaut combien ? »). À moins qu’ils acceptent de jouer le jeu… comme tu le disais dans une réponse précédente, pour cela il faut « simplement » leur expliquer qu’ils changent de système d’enseignement (et donc de validation)

      C’est plus du côté des équipes d’enseignement que j’ai quelques doutes. Pour qu’un tel système fonctionne il faut : soit être totalement autonome ; soit que toute l’équipe chargé des enseignements d’un cours applique la même méthode… dans le second cas cela peut êtes assez compliqué de faire accepter un tel changement.

    • J’ai eu la question « mais ça vaut combien en fait », et j’ai indiqué que « AB » se situait vers la moyenne. Ça suffit pour casser l’assurance du 10/20, très prisée dans le public étudiant.

      L’équipe pédagogique est évidemment la limite ultime du système. Je suis intégré dans une équipe mais ma délocalisation géographique me laisse une marge de manœuvre appréciable.

      En équipe, le plus gros risque me semble être de paraître déloyal, ce qui peut attirer des représailles alors même que l’intention initiale est d’améliorer une méthode pédagogique.

      Dans ce cas, on se heurte à la frontière difficilement movible des relations humaines, mais j’ai bon espoir de ne pas m’y heurter.

    • Du point de vue des équipes pédagogiques, il y a aussi les effets de la formation des enseignants à prendre en compte. Dans mes enseignements de Licence, j’avais pu remarquer que que les normaliens peuvent être très attentifs à une notation précise… Mais là c’est plus la question de l’évaluation et de la validation des étudiants d’un point de vue général que de la notation de travaux de « contrôle continu ».

      En tous cas merci pour toutes ces précisions !

  3. Ping : Que signifient les notes? – Scenopoésie et Facteur d'impact

Les commentaires sont fermés.